Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Troisième partie. Les taifas andalouses : fragmentation politique et éclat culturel

[18]. Essor et décadence d’une dynastie : les Banu Razin d'Albarracin

Texte intégral

1Les Banu Razin étaient une famille aristocratique dont l'origine remontait selon toute vraisemblance aux éléments tribaux berbères établis dans la péninsule à l'époque de la conquête du Ville siècle. Ils apparaissent dès l'époque califale comme occupant une position prépondérante dans la "Marche supérieure" (vaste zone frontière dont l'administration était plus militarisée que celle des provinces ou kura/s civiles de l'intérieur, et qui s'étendait de la région levantine à la vallée de l’Ebre). Ils semblent, comme d'autres familles de même origine (les Banu Qasim, les Banu Zannun), correspondre à d'anciennes chefferies tribales ayant progressivement évolué en des sortes de pouvoirs "féodaux", auxquels les émirs, puis les califes omeyyades avaient reconnu une autorité militaire, administrative, et sans doute aussi fiscale, dans diverses circonscriptions de cette région. Ibn Hazm, dans son traité généalogique (Djamharat ansab al-'Arab), rédigé dans le second quart du XIe siècle, les inclut parmi les familles d’"émirs de la Marche" qu'il rattache à des tribus berbères établies de longue date en al-Andalus, en l'occurrence celle des Hawwara. Lors de la crise du califat de Cordoue, plusieurs de ces familles parviennent à consolider cette autonomie en s'érigeant en véritables souverains : les Banu Zannun dans leur "fief" de Santaver (Shantabariya) et Cuenca avant de devenir émirs de Tolède, les Banu Qasim et les Banu Razin dans les deux petites principautés montagnardes d'Alpuente et Albarracín, cette dernière ayant son centre dans la Sahla ou plaine portant leur nom (Sahla Ibn Razin, d'où dérive le nom de la ville actuelle d'Albarracín).

2Le passage de la Chronique anonyme des taifas consacré aux Banu Razin fait apparaître un net contraste entre le "bon gouvernement" de Hudhayl b. Razin et celui de ses successeurs. Le premier émir de la dynastie aurait exerçé le pouvoir à la satisfaction de ses sujets. On peut penser que ces derniers lui avaient prêté de bonne grâce la bay'a (serment d'allégeance) l'autorisant à exercer en toute indépendance une autorité souveraine locale rendue nécessaire par la situation d'anarchie dans laquelle se trouvait plongé le gouvernement central califat. Encore que la Chronique anonyme ne lui attribue pas de nom de règne (laqab), d'autres sources donnent au premier émir indépendant des Banu Razin celui de 'Izz al-Dawla. On constate cependant que ces "rois de taifas" d'importance secondaire, comme d'ailleurs leurs voisins d'Alpuente, se contentèrent de laqab/s en Dawla, et ne frappèrent pas de monnaies. Du moins n'en conserve-t-on pas à leur nom. Ils constituèrent toutefois des cours auxquelles ils voulurent donner un certain éclat littéraire et scientifique, illustré de façon un peu caricaturale par le goût de Hudhayl b. Razin pour les belles djariya/s, esclaves chanteuses et danseuses de grand prix destinées à l'ornement des sessions et fêtes auxquelles les princes des taifas, soucieux de leur réputation de mécènes, conviaient leur entourage et leurs visiteurs.

3On possède peu de précisions sur le long règne du second souverain de la dynastie, dont la personnalité est jugée de façon contradictoire selon les sources ; l'auteur de la Chronique anonyme s'en fait l'écho, en reproduisant, dans le passage dont la traduction a été omise par Lévi-Provençal, les opinions opposées d'Ibn Hayyan et d'Ibn Khaqan, pour conclure dans le sens - défavorable-du premier de ces deux auteurs. Se piquant de littérature et de dons poétiques comme la plupart des princes de son temps, il fut en relation avec de nombreux lettrés, généralement vizirs ou secrétaires d'autres souverains de taifas, qui lui dédièrent des lettres et des poèmes en partie conservés dans les anthologies ultérieures d'Ibn Khaqan, Ibn Bassam, al-Maqqari. Son action politique n'est guère éclairée que par le peu que nous disent les sources chrétiennes relatives à l'époque du Cid de ses efforts pour étendre son influence en direction de la côte méditerranéenne, où, dans la confusion qui caractérise les années 1092-1102, il parvint à contrôler quelque temps l'importante ville de Murviedro (actuelle Sagonte).

4On ne sait pratiquement rien, en dehors de l'anecdote pittoresque rapportée par la Chronique anonyme, du bref règne du troisième émir des Banu Razin, rapidement dépossédé par les Almoravides une fois que ceux-ci eurent repris possession de Valence en 1102.

5Une étude détaillée sur la taifa d'Albarracín se trouve dans l'excellent ouvrage de J. BOSCH VILA, Albarracín musulmán, Teruel, 1959.

6Dynastie des Banu Razin, rois de Shantamariyat al-Sharq (Santa María d'orient = Albarracín) :

7Cette ville est une importante localité de la partie orientale d'al-Andalus. Ces princes sont connus sous le nom de Banu-l-Adla'. Lorsque s'alluma le feu de la rébellion (fitna) détestable dans al-Andalus, pendant le soulèvement d’Ibn'Abd al-Djabbar [le calife al-Mahdi intronisé après la "révolution de Cordoue" de février 1009, qui règne à deux reprises, d'abord jusqu'en novembre de la même année, puis en 1010-1013], et que chaque chef (ra'is) se révolta dans une localité, Ibn al-Adla'fit de même à Shantamariya, que l'on appelle aussi al-Sahla. Il se nommait Hudhayl b. Khalaf b. Lubb b. Razin le Berbère, et sa kunya était Abu Muhammad. On lui prêta la bay'a (dans cette ville) en l'année 403 (1012-1013). C'était l'un des personnages les plus importants de la Marche. Il avait un beau physique, un bon naturel, était de relations agréables et faisait montre de bienveillance. On ne vit jamais un émir d'une mine aussi plaisante que la sienne, plus distingué en outre par la facilité de parole et son talent à obtenir ce qu'il lui fallait grâce à son éloquence persuasive. Il avait plus que tout autre prince la préoccupation d'acquérir des instruments de musique et de se procurer des chanteuses. Il acheta la jeune esclave (djariya) du médecin Abu 'Abd Allah al-Kinani au prix de trois mille dinars.

8Ibn Hayyan dit dans son histoire : nul ne vit à son époque de femme d'allure plus gracieuse, de mouvements plus vifs, de silhouette plus fine, de voix plus douce, sachant mieux chanter, excellant plus dans l'art d'écrire, dans la calligraphie, d’une culture plus raffinée, d'une diction plus pure ; elle était à l'abri de toute faute dialectale dans ce qu'elle écrivait ou chantait, tant elle savait la morphologie, la lexicographie et la métrique ; elle connaissait même la médecine, l'histoire naturelle et l'anatomie, et d'autres sciences où les savants de l'époque se seraient révélés inférieurs. Elle excellait à la lutte, à faire de la voltige en tenant des boucliers, à jongler avec des lances, des sabres et des poignards affilés. Elle n’avait en cela ni son pareil ni son égal. Puis l'émir Hudhayl acheta un grand nombre de belles jeunes filles réputées pour leur talent de chanteuses, qu'il fit rechercher en tous lieux. Son gynécée devint le plus beau de ceux des princes d'al-Andalus.

9En plus de ces qualités dont il était doté, ce prince était vigilant quant à l'application de la loi, et ressemblait à une aiguade douce et bienfaisante pour ceux qui viennent s'y abreuver et où il est facile de puiser. Il continua à se conduire de la façon la plus louable, jusqu'au moment où son terme arriva : il mourut à al-Sahla en 436 (1044-1045). Son règne avait duré trente trois années, qui toutes se passèrent dans la sécurité et la paix. Après lui, son fils 'Abd al-Malik prit le pouvoir.

10Règne (dawla) de Djabr al-Dawla dhu-l-Riyasatayn Abu Marwan 'Abd al-Malik b. Hudhayl b. Yusuf b. Lubb b. Razin : on lui prêta la bay'a le jour de la mort de son père en 436 (1044-1045). Du vivant de son père, il avait pris le titre de Husam al-Dawla. Il fut à l’opposé de ce dernier...[suivent deux passages repris de l'historien du XIe siècle Ibn Hayyan et de l'anthologue du XIIe al-Fath b. Khaqan, non traduits par Lévi Provençal]... Il se fit ainsi remarquer par sa conduite détestable jusqu'au moment où il mourut, dans la localité fortifiée de la Sahla, dans la matinée du lundi 9 sha'ban 496 (1103) après un règne de soixante trois ans.

11Règne (dawla) de Husam al-Dawla Yahya b. 'Abd al-Malik b. Hudhayl b. Khalaf b. Lubb b. Razin le Berbère : on lui prêta la bay'a le jour de la mort de son père, dont il était l'héritier présomptif (wali al-'ahd) et conformément à son testament. Il s'engagea dans la voie de la débauche que lui avait tracée son père : il buvait du vin sans arrêt et commit de nombreuses turpitudes. Il était dépourvu d'intelligence : c’est ainsi qu'au moment où Alphonse (VI) s'empara des Marches et les intégra à son royaume, chacun des rois de taifas lui fit des présents somptueux ; mais le prince chrétien ne prit pas garde à ces cadeaux et ne récompensa aucun des donateurs. Parmi eux, Husam al-Dawla lui avait envoyé de magnifiques présents, composés de bijoux, de vêtements, de chevaux, de mulets, et de parures princières impossibles à décrire. Alphonse admira ces présents et l'en remercia en lui faisant cadeau d'un singe. Or -et c'est bien la preuve de sa faiblesse d’esprit-Husam al-Dawla tirait orgueil de ce singe parmi les rois d’al-Andalus : qu'on juge de sa sottise et de sa vanité ! Il y resta plongé, jusqu'à ce que les Almoravides le déposent, le lundi 8 radjab 497 (1104). Avec son règne (dawla), qui fut d'une année, prit fin la dynastie (dawla) (des Banu Razin).

"Chronique anonyme des taifas", d’après la trad. LEVI-PROVENCAL, appendice à l'édition révisée par le même auteur de l'Histoire des musulmans d'Espagne de R. DOZY., Leyde, EJ. Brill, 1932, t. III, pp. 229-231 (texte arabe in: IBN 'IDHARI AL-MARRAKUSHI, Al-Bayan al-Mughrib, tome troisième, éd. Lévi-Provençal, Paris, 1930, pp. 308-311).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search