Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Mots de la nation

 | 
Sylvianne Rémi-Giraud
, 
Pierre Rétat

Les mots dans l'histoire

Roi, peuple(s), nation à la fin de l’Ancien Régime

Pierre Rétat

Texte intégral

1L’enquête qui est à l’origine de cet exposé manque de rigueur à plusieurs égards. Elle a été menée à l’occasion et en marge de lectures diverses et surtout de recherches sur la presse politique du 18e siècle ; le champ d’application couvre très inégalement le siècle, avec une insistance particulière sur les années 1770-1780, sans que toutefois l’explosion révolutionnaire de la « nation » soit prise en compte. Entre la fin du règne de Louis XIV et le moment Louis XVI, qui est ici privilégié, il faudrait ménager des transitions, suivre avec attention l’évolution du discours officiel de la royauté et du discours oppositionnel des parlements. Entre l’exiguïté de l’analyse intensive d’un corpus et les dangereuses facilités d’un vagabondage lexicophilique, peut-on trouver une mesure qui reçoive l’approbation de doctes et sévères méthodologues ?

2En outre le mot nation ne sera pas envisagé dans l’ensemble des emplois attestés par nos documents, mais uniquement dans la relation qu’il entretient avec peuple, surtout avec le pluriel peuples, et avec la souveraineté politique en monarchie, roi, monarque, couronne, voire ministère ou administration.

3Cette association lexicale a déjà fait l’objet de plusieurs études savantes. A. Eskénazi a analysé le couple peuple-nation dans L’Esprit des loix, et conclu que nation apparaît toujours avec une idée de totalité, d’universalité, d’autonomie : un roi exerce son autorité sur son « peuple », jamais sur sa « nation ». G. Fritz, dans L’Idée de peuple en France du 17e au 18e siècle, considère la triade peuple-nation-roi, mais prend dans l’interprétation qu’il en donne un parti tranché :

À l’opposition des ordres et des classes entre eux allait [au 18e siècle] se superposer l’opposition du souverain et du peuple, ou, pour utiliser le langage du siècle, du Roi et de la Nation. Entre la dissolution du corps social et celle du corps politique, la relation est étroite […] Le fait que l’idée de nation se construit contre l’idée monarchique est essentiel […] Ainsi semblait émerger du fond de l’histoire une réalité jusque-là ignorée parce que, pensait-on, le prestige de l’idée monarchique n’avait pas permis de l’apercevoir : un peuple ou une nation. « Cette découverte du 18e siècle, une nation », écrivit Mme de Staël bien plus tard. Il s’agissait en effet d’une nouveauté radicale, signe d’un profond bouleversement des mentalités (p. 30, 33-34).

  • 1 Voir P. Rétat, p. 76-82.

4Même si cette interprétation fort autorisée d’ailleurs est partiellement fondée, mon propos consistera à la remettre radicalement en cause, et à rendre à la nation la place structurelle qu’elle me paraît occuper dans la représentation monarchique. Il semble que, même si le couple peuple-nation peut être autonome, il ne prend sens le plus souvent que si on le branche lui-même sur le troisième terme indispensable qu’est le roi, par rapport auquel les deux autres acquièrent leurs traits distinctifs les plus communs. Dans le triangle ainsi formé la détermination par le sommet est de nature syntaxique, elle enveloppe une relation d’ordre et de subordination, le trajet d’une action ou d’une affection d’un sujet vers un objet. De façon grossière et schématique, on dira que le peuple, les peuples sont l’objet de l’action et de l’affection du roi, et qu’inversement le roi est l’objet de l’action et de l’affection de la nation. Cette inversion de la relation s’effectue dans un ensemble clos, dont les éléments sont connexes et complémentaires ; elle recouvre assez largement la relation de complémentarité de sujets et de citoyens dans une monarchie gouvernée par les lois1.

5Y. Durand remarque que Louis XIV dans ses Mémoires emploie les mots royaume, État, couronne, peuple(s), sujets, mais jamais nation ; que les intendants qualifient de peuples les Français qu’ils doivent administrer ; que Bossuet emploie nations dans le sens biblique de genres (p. 297). Ce sont là, inscrites dans le langage, les traces nettes et profondes de l’affirmation de l’absolutisme. Un pamphlet hollandais de 1709 en dénonce et en déplore les effets funestes :

  • 2 Lettre d’un ami de Londres, p. 2. L’orthographe des citations est modernisée. Sauf indication cont (...)

La Puissance absolue, et sans bornes, des deux derniers Rois de France sur ses propres Peuples, a causé l’agrandissement de la Maison de Bourbon, et l’a rendue à juste titre la terreur de tous ses voisins : De cette source seule, sont sortis tous les maux que l’Europe a soufferts2.

  • 3 Journal politique, juin 1774, 1e quinzaine, p. 46. Ce journal extrait des principales gazettes étr (...)
  • 4 Réimpression de l’ancien Moniteur, t. I, p. 95.
  • 5 Le comte de Noailles, lors du rétablissement du parlement de Bordeaux le 2 mars 1775, déclare que (...)

6Dans le langage ordinaire de l’administration royale, la relation qui unit directement le roi à ses peuples désigne au contraire l’essence heureuse et bienfaisante de la monarchie. De même qu’il y a un « peuple de Dieu », dont l’histoire est exemplaire, et que « nation de Dieu » serait un énoncé impossible, parce que la toute-puissance et la toute-bonté excluent une volonté extérieure réellement autonome, les peuples que Dieu a confiés au roi sont de sa part un objet exclusif d’attention et d’amour et sont ainsi tenus dans un état de passivité providentielle. Tous les édits et arrêts du conseil sont promus pour le « bonheur des peuples » ou des « sujets ». Dans celui qui ouvre son règne, Louis XVI espère que Dieu le guidera « dans les moyens qui pourront rendre [son] peuple heureux »3, et la déclaration royale du 23 juin 1789, ultime tentative d’autorité, répète encore : « C’est moi, jusqu’à présent, qui fais tout le bonheur de mes peuples ; et il est rare peut-être que l’unique ambition d’un souverain soit d’obtenir de ses sujets qu’ils s’entendent enfin pour accepter ses bienfaits4 ». C’est probablement sous ce dernier règne de l’Ancien Régime que la « tendresse » du roi pour ses peuples s’est exprimée le plus continûment et le plus éloquemment ; le thème commun de l’amour mutuel de ces deux partenaires sensibles envahit alors la scène publique, et emploie pour s’exprimer emphatiquement tous les moyens d’information et de représentation. Les peuples ne peuvent répondre à cet excès d’amour que par une soumission plus ardente encore : la sensibilité Louis XVI semble avoir essayé de tirer d’un pacte intangible le plus grand bénéfice possible5.

7Lorsque la nation apparaît à côté ou au sein de cette relation du roi et de ses peuples, c’est généralement dans un contexte lexical et dans une position syntaxique qui suggèrent l’activité, l’initiative, la spontanéité affective. On écrit en 1776 à propos des réformes de Turgot :

Ces opérations qui tendent au bien général, exciteraient-elles des réclamations dans le sein d’une nation éclairée, et dont les mœurs sont si douces, tandis que des princes, amis de l’humanité et jaloux du bonheur de leurs peuples, viennent d’en faire de semblables dans leurs états ? (JP, mai I, 1776, p. 36).

  • 6 Ces expressions sont tirées de textes de presse des années 1774-1788, où elles sont très nombreuse (...)

8Le premier Président de la Chambre des comptes dit au Contrôleur-général Clugny, lors de sa réception en juin 1776 : « Le roi vous élève au Ministère des Finances pour le bonheur de ses peuples […] La nation espère de vous tout ce qu’elle a droit d’en attendre » (JP, juillet I, 1776, p. 54-55). Ou encore Condorcet dans sa Vie de M. Turgot, en 1786 : « Et ce mot répété avec transport par la nation attendrie, il n’y a que M. Turgot et moi [c’est-à-dire le roi] qui aimions le peuple, fut la récompense du ministre et la punition de ses ennemis » (p. 130). On voit que dans ces exemples, choisis parmi beaucoup d’autres, où les trois mots sont employés à proximité l’un de l’autre, alors que peuple(s) reste figé dans une position de passivité, nation se donne comme un principe d’individualité collective qui pense, désire, réclame, aime, adore… On parle donc communément du « cri », de l’« estime », des « transports », des « désirs » de la nation, une démarche lui est « agréable », elle « espère », elle « se flatte de voir », elle voit « avec plaisir6 »…

  • 7 Discours à l’ouverture des États de Bourgogne le 8 mai 1775, JP, juin II, 1775, p. 50.
  • 8 Dénonciation du Catéchisme du citoyen de Saige, 30 juin 1775, JP, août I, 1775, p. 46-47.

9Chaque fois que peuple(s) intervient dans ce type d’énoncé, la nuance contrastive est immédiatement sensible. Louis XV, selon le prince de Condé, dut son « surnom glorieux » de bien-aimé, « aussi digne de la nation sensible qui sut le trouver, que du monarque heureux qui s’en fit honneur, à cet abord affable qui prévient les peuples7 » : d’un côté la délicatesse inventive, de l’autre la simple réponse à l’initiative royale. Le procureur général Séguier dénonce au Parlement les auteurs qui veulent « arracher du cœur des Français l’amour de leurs rois, qui est le caractère distinctif de la nation ; ces audacieux osent encore appeler les peuples à la révolte8 » : la nation a un « caractère », idée ancienne et commune, les peuples peuvent seulement tenter de secouer la sujétion par un acte aveugle qui leur est suggéré.

10Le rapport entre la nation et le roi, sous cet éclairage, peut être envisagé de plusieurs façons, qui définissent différentes modalités du lien politique en monarchie, ou plusieurs interprétations qu’on en donne.

11Si l’on suppose que le « transport » de la nation accomplit la sujétion du peuple, lui prête son expression la plus parfaite, on dira que l’union de la nation et du roi est faite inséparablement de soumission et d’amour, soumission volontaire et heureuse, amour soumis. La nation n’est qu’une autre face des peuples. Le lien de dépendance est activé sous les auspices et les espèces de la « sensibilité ». Du même coup le passage de peuple à nation permet une réciprocité plus vive et procure au roi une légitimité supérieure. Selon l’abbé de Boulogne, dans son sermon de Carême du 2 février 1787, le roi en convoquant l’Assemblée des Notables a manifesté une bonne foi qui, s’abandonnant

à la fidélité nationale, nous fait goûter en ce moment cette vérité bien douce, que le monarque et la nation sont dignes à la fois l’un de l’autre ; un gouvernement « tutélaire » semble ne faire plus de la nation entière qu’une grande famille dont vous êtes le père encore plus que le chef […] Eh ! qui peut calculer ces efforts d’une nation sensible qui marche après son roi ? Qui nous dira où peuvent aller le zèle et l’émulation des Français, dont l’âme est élevée par la confiance de leur maître ? C’est bien alors, sire, que leur fidélité se change en dévouement, que rien n’est impossible à leur amour, et que tous les cœurs, enchaînés à l’État par le sentiment du bonheur, ne font plus qu’un seul cœur dans le vôtre (JP, mars I, 1787, p. 48).

  • 9 « La nation, fidèle à son ancien caractère de loyauté, n’a fait entendre aux pieds du trône que le (...)

12Cette unité d’absorption est le nec plus ultra du discours monarchique sensible. Le « caractère » aimant de la nation française, que l’on affirme avec insistance et complaisance9, est un gage absolu de soumission : la permanence d’une naturalité archaïque sert à constituer l’unité d’une nation ordonnée au monarque.

  • 10 Voir Y. Durand, p. 296, qui cite le titre de l’ouvrage de J.-F. Labourdette, La Nation française à (...)

13Cette union est elle-même fondée sur une relation de complémentarité, qui lui est antérieure et que l’on considère comme une donnée fondamentale de la totalité sociale et politique. On dit toujours, par exemple, « ambassadeur du roi », mais « consul de la nation française », et jusqu’à Choiseul l’un et l’autre dépendent de ministères différents, les affaires étrangères et la marine. D’un côté le point de vue de l’État souverain, de l’autre celui de la société civile, considérée en l’occurrence surtout dans son activité commerciale : la « nation française » dans tel port étranger désigne l’ensemble de ceux qui y représentent les intérêts de la France10.

  • 11 Lettre du 4 août 1710, citée par L. Bély, p. 668.

14Cette distinction, qui s’impose de façon constante et sous beaucoup d’autres aspects, fait apparaître une dualité dont les termes sont à la fois irréductibles et indissociables. C’est ainsi que les relations internationales donnent lieu à un double traitement et à un double langage : d’une part le « secret des cabinets », les intrigues des « cours », c’est-à-dire la « politique » par excellence, de l’autre les relations entre les nations, qui sont de nature affective (elles s’aiment ou se haïssent) ou commerciales. En 1717, on se flatte de voir la France et l’Angleterre entrer dans une ère de confiance réciproque : « par un bonheur dont on n’a jamais pu jouir sous les Règnes précédents, on voit à présent renaître des dispositions favorables entre les deux Nations » ; la discorde se perpétuerait « au grand préjudice et à la ruine des Peuples de part et d’autre » (Amsterdam, 1er janvier 1717, Suite : l’opposition se manifeste encore ici clairement des nations comme acteurs aux peuples comme patients). Les encouragements que l’arrêt du conseil du 29 décembre 1787 donne au commerce des États-Unis « ne peuvent que multiplier les liens qui unissent les deux nations ». L’idée, très philosophique, s’impose jusque dans le langage de l’administration, que la guerre doit cesser d’être celle des seuls princes, pour devenir celle des nations, ou faire place à leurs transactions pacifiques. Dans une lettre de 1710 Fénelon écrivait déjà que la guerre, affaire des rois, devait devenir « l’affaire véritable de tout le corps de la nation11 ». Lors de l’ouverture de l’Assemblée des Notables le 22 février 1787 Calonne justifie ainsi les emprunts : ils ont servi à « soutenir glorieusement une guerre qui, d’après son principe et son but, a été appelée avec raison, guerre nationale », et qui produira une paix solide et durable (JP, mars II, 1787, p. 39). À sa mort on salue en Vergennes le « bienfaiteur des nations » qui a su prévenir les guerres par d’heureuses négociations (JP, mars II, 1787, p. 60). Linguet dans ses Annales pose nettement, au moment où s’ouvrent les hostilités entre la France et l’Angleterre en 1778, à la fois l’idée d’une dualité de volonté, d’une divergence d’intérêts entre le « ministère » et la « nation », enfin d’une initiative nouvelle de la seconde aux dépens du premier : la guerre paraît inévitable

avec cette différence qu’en France c’est le vœu de la nation, et non peut-être celui du ministère : au lieu qu’ici [à Londres] il est plus que probable que la nation serait fort contente d’éviter la rupture, mais 1 intérêt du ministère paraît être de la consommer (no 24, 30 mars 1778, t. 3, p. 519).
La France est individuellement intéressée dans la guerre dont on lui donne le signal. Ce n’est point la couronne qui va, comme par le passé, se battre pour des objets chimériques. C’est la nation qui poursuit des avantages réels [en combattant pour son commerce] (no 25, juillet 1778, t. 4, p. 71).

15Conçue comme totalité, animée d’une volonté, dominée par des intérêts différents de ceux de la couronne ou du ministère, mais qui très souvent n’y sont pas opposés, la nation est aussi une entité culturelle, qui a la propriété de ses « grands hommes », des grandes œuvres léguées par le passé, propriété que le roi lui reconnaît, qu’il respecte et confirme. Louis XVI décide de faire exécuter chaque année les statues « de deux hommes choisis parmi les plus célèbres de la nation », pour rappeler les arts à leur « ancienne destination », qui est de « consacrer les actions et les images de ceux qui ont illustré la France par leurs vertus, leurs lumières ou de grands services rendus à l’État » (JP, août II, 1776, p. 43). Les grandes œuvres du répertoire théâtral sont l’« héritage sacré de la nation » (Courrier de l’Europe, 9 mai 1777), et Mercier ajoute, sur un ton qui dénonce le conflit latent des deux parties : « ces ouvrages immortels […] appartiennent de plein droit à la nation et ne peuvent appartenir qu’à elle », « l’or des rois » est « trop vil » pour les payer (Du Théâtre, p. 364).

  • 12 Voir les textes cités par L. Bély, p. 518-519 : Louis XIV fait souvent mention de la « nation » an (...)

16L’union de dualité complémentaire devient donc aisément litigieuse et conflictuelle. La nation, naturellement distincte du roi, est une instance d’approbation ou de désapprobation, une force de surveillance et de compétition. L’Angleterre est depuis longtemps en possession de représenter cette distinction et cette concurrence des pouvoirs12. Comme l’écrit Linguet dans ses Annales en 1778 :

  • 13 No 24, 30 mars 1778, t. 3, p. 501. « George III voudrait faire quelque chose pour son cousin, mais (...)

II y a des peuples chez qui le trône est censé l’État : le Prince y est tellement incorporé à ses sujets, il réunit si parfaitement tous les pouvoirs publics, qu’il n’en existe aucun qui n’émane de lui […] Il n’en est pas de même en Angleterre ; la Nation et le Roi sont deux êtres séparés, chacun d’eux a son district distingué, son existence personnelle, dont le plus grand soin de ce qu’on appelle Patriotes est d’empêcher la confusion. Ils ont des droits à part […]13.

17Nation entretient donc des relations souvent étroites avec droits, lois, liberté(s), privilèges, souveraineté. Le langage de l’administration royale reflète parfaitement, à cet égard, la reconnaissance habituelle de la différence des formes politiques : les Motifs de la résolution du roi du 10 octobre 1733, qui justifient l’entrée de la France dans la guerre de succession de Pologne, allèguent la « nation polonaise », les « droits » d’un « peuple libre », les « Droits d’une Nation », mais exaltent en même temps l’esprit pacifique du roi de France qui a « préféré le Repos et la Félicité de ses Peuples » à son ambition, et se contenterait de « régner sur un Peuple fidèle » (Amsterdam, no 84, 20 octobre 1733). Cependant, loin de pouvoir être réservé à certaines « constitutions » étrangères, le mot entre massivement, dans cette acception et avec ces revendications de souveraineté, dans le discours d’opposition et de contestation intérieure, et singulièrement dans les remontrances parlementaires à partir des années 1750. Il est au centre du combat politique qui mène finalement à la convocation des États-Généraux. Faute d’offrir ici une analyse développée de cet usage bien connu, on rappellera à titre de légers exemples que les parlements, qui prétendent « représenter » la nation, sont souvent désignés comme « ces tribunaux si chers à la nation », que le coup d’État de Maupeou a « fait gémir la nation entière », que Louis XVI en les rétablissant les a rendus « au vœu de la nation » (JP, mai I, 1775, p. 54 ; mai II, 1775, p. 60). Lorsque se réunit l’Assemblée des Notables, on salue « l’énergie que déploient les représentants de la nation », leur « patriotisme » : « les notables ont montré que la nation existait encore » (Correspondance secrète, 13 mai 1787, t. 2, p. 140, 143).

18D’un mode de relation à l’autre, on voit croître l’autonomie de la nation, la revendication de liberté qui l’anime comme source d’autorité, concurrente des rois, voire supérieure.

19Mais ce que paraît prouver la pluralité même de ces modes, c’est que la nation, dans le sens éminemment actif et totalisant qu’elle prend au 18e siècle, et en étroite corrélation avec l’opinion publique, n’est pas d’abord ou seulement une création de l’opposition politique, mais que le mot répond aussi à un usage habituel et insistant du discours de l’absolutisme éclairé. Il tient donc à une représentation commune que mobilisent également les pouvoirs, les idéologies, les langages concurrents.

  • 14 À la mort de Marie-Thérèse d’Autriche, on écrit qu’elle était « adorée de vingt peuples divers, do (...)

20Il y a en monarchie deux partenaires qui seraient deux sources de la souveraineté, s’il ne se trouvait que l’un d’eux, la nation, accepte spontanément d’obéir à l’autre. C’est la grâce propre de ce type de gouvernement, sa formule idéale, et tout spécialement de la monarchie française, où l’on a toujours adoré le roi. L’absolutisme du 18e siècle français a joué le plus longtemps et le plus systématiquement possible de ce schéma unifiant. La collectivité sociale a deux faces inséparables, et que le discours de la fidélité monarchique ne sépare pas. Le pluriel peuples est une trace archaïque, plus perceptible encore dans d’autres situations locales14, mais on peut y voir surtout l’expression d’une maîtrise de la diversité réalisée dans la personne royale, de l’unité d’une pluralité sentie comme signe de soumission. Du côté des peuples en tout cas le bonheur ou la misère, un destin subi ; du côté de la nation les « intérêts », toutes les marques d’une détermination autonome. La dualité d’attributs, quels que soient les sous-entendus sociaux qu’elle recouvre et que l’on n’analyse pas ici, n’est pas contradictoire dans une monarchie réglée par les « lois » : l’autorité d’un seul est supposée s’y allier avec la liberté de tous, la nation, le citoyen étant l’expression de cette liberté. Roi et nation sont donc deux principes radicaux, c’est-à-dire indépendants, non déductibles ni réductibles, mais inséparablement liés l’un à l’autre. Le roi veut nécessairement le bien de ses peuples, la nation aime nécessairement le roi, donc lui obéit nécessairement, c’est-à-dire veut le bien commun que le roi veut.

21Ce schéma, pur être de langage, de représentation, de propagande, est par essence fragile et destiné à être remis en cause. Tantôt le roi accuse la nation de se constituer en puissance indépendante : Louis XV le dit clairement, lors de la fameuse séance de la Flagellation du 3 mars 1766, en réaffirmant qu’en lui seul réside la puissance souveraine, et que « les droits et les intérêts de la Nation, dont on ose faire un corps séparé du Monarque, sont nécessairement unis avec les miens et ne reposent qu’en mes mains » (Flammermont, t. 2, p. 257-258). Tantôt et inversement la nation revendique ses droits contre les abus de la puissance monarchique ; on dénonce le « despotisme » des ministres, le « despotisme oriental ». Généralement et en dépit de tout, le roi lui-même est épargné.

  • 15 Voir les analyses lumineuses de K. Baker, 1993, p. 155-181.
  • 16 Par son système d’assemblées, il veut lutter contre la dissolution du corps social, « ne faire de (...)

22Les grandes idées et les grandes tentatives de réforme de la monarchie, au début du règne de Louis XVI, ont précisément eu pour but de conjurer le schisme du roi et de la nation. Pour Malesherbes dans les remontrances de la cour des aides, pour Turgot dans son Mémoire sur les municipalités15 il s’agit, quelle que soit la différence des solutions proposées, d’unir étroitement les deux forces cardinales d’unité et de cohésion sociale, en les renforçant l’une par l’autre : faire profiter la monarchie, même au prix d’une limitation de ses pouvoirs, de l’activité et de l’initiative de la nation. Turgot n’en fait pas une référence de contestation politique ni de revendication de souveraineté ; mais il lui donne une solidité, une consistance singulières16 pour l’associer intimement à une autorité royale resserrée et redéfinie selon l’« ordre ». Il est encore question des « sujets » et des « peuples » dans le Mémoire sur les municipalités, mais le possessif royal détermine aussi, de façon très nouvelle et très révélatrice, la nation : il faut instaurer un « esprit d’ordre et d’union qui fasse concourir les forces et les moyens de votre nation au bien commun » ; « j’ose lui [au roi] répondre que dans dix ans d’ici, sa nation ne sera plus reconnaissable » (Œuvres, t. 4, p. 578, 580). Le principe actif, général, rationnel de la nation est approprié par le roi en vue de l’obéissance commune à la politique de la raison. Dans cette union d’un type nouveau la nation coopératrice du roi devient le garant de son accord sans nuages avec « son peuple » :

  • 17 Commentaire de Condorcet sur le plan de Turgot, cité par K. Baker, 1988, p. 279 ; voir Turgot, t.  (...)

Dans une constitution ainsi formée, le vœu général de la nation serait le seul obstacle à l’autorité qui, toujours tranquille et assurée, ne verrait plus ni aucun corps intermédiaire, ni les intérêts d’aucun ordre d’hommes troubler la paix et s’élever entre le prince et son peuple17

  • 18 Voir Cl. Labrosse et P. Rétat, 1989, p. 254-256.

23Au début de la Révolution, malgré des ruptures décisives et dans un tout autre contexte, la configuration globale reste en place, puisqu’on célèbre communément l’avènement d’une nouvelle, d’une authentique monarchie, l’union enfin réalisée du Roi et de la Nation18.

Bibliographie

Bibliographie

Amsterdam (Gazette d’Amsterdam), 1703-1796.

Correspondance secrète inédite sur Louis XVI, Marie-Antoinette, la cour et la ville de 1777 à 1792, 1866 – publiée par Lescure, Paris, Plon.

Courrier de l’Europe, 1776-1792 – Londres.

Journal politique ou gazette des gazettes (Journal de Bouillon), 1764-1793-Bouillon.

Lettre d’un ami de Londres à son ami de La Haye. Sur les propositions de paix, s.l.n.d. (dans Amsterdam, BN G 4301, à la suite du no du 18 juin 1709).

Réimpression de l’ancien Moniteur, 1850 – Paris, Plon.

Baker K. M., 1988 – Condorcet, raison et politique, Paris, Hermann.

Baker K. M., 1993 – Au tribunal de l’opinion. Essais sur l’imaginaire politique au 18e siècle, Paris, Payot.

Bély L., 1990 – Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, Fayard.

Condorcet, 1786 – Vie de M. Turgot.

Durand Y., 1992 – « L’appartenance nationale en France au 17e siècle, Jus sanguinis ou Jus soli ? », 17e Siècle, 176, p. 295-310.

Eskénazi A., 1979 – « “Peuple” et “Nation” dans L’Esprit des loix. Quelques remarques d’un lexicologue », dans Études sur le 18e siècle, Université de Clermont 2, Publications de la Faculté des lettres, p. 41-57.

Flammermont J., 1888-1898 – Remontrances du Parlement de Paris au 18e siècle, Paris, Imprimerie Nationale. Fritz G., 1988 – L’Idée de peuple en France du 17e au 19e siècle, Strasbourg, PUS.

Labrosse C., Rétat P., 1989 — Naissance du journal révolutionnaire, Lyon, PUL.

Linguet S. N. H., 1777-1792 – Annales politiques.

Mercier L.-S., 1773 – Du Théâtre, ou nouvel essai sur l’art dramatique, Amsterdam, E. van Harrevelt.

Rétat P., 1988 – « Citoyen-Sujet, Civisme », Handbuch politischsozialer Grundbegriffe in Frankreich 1680-1820, Heft 9, Munich, p. 75-105.

Turgot, 1913-1923 – Œuvres, éd. G. Schelle, Paris, Alcan.

Notes

1 Voir P. Rétat, p. 76-82.

2 Lettre d’un ami de Londres, p. 2. L’orthographe des citations est modernisée. Sauf indication contraire, les mots soulignés le sont par nous.

3 Journal politique, juin 1774, 1e quinzaine, p. 46. Ce journal extrait des principales gazettes étrangères devant être souvent cité, nous le désignerons par les initiales JP et les quinzaines de chaque mois par les no d’ordre I et II.

4 Réimpression de l’ancien Moniteur, t. I, p. 95.

5 Le comte de Noailles, lors du rétablissement du parlement de Bordeaux le 2 mars 1775, déclare que les parlementaires qui doivent au roi leur retour, vont « resserrer les liens mutuels de sa tendresse pour ses peuples, de leur reconnaissance et de leur soumission » (JP, avril-juin 1775, Supplément, p. 38).

6 Ces expressions sont tirées de textes de presse des années 1774-1788, où elles sont très nombreuses.

7 Discours à l’ouverture des États de Bourgogne le 8 mai 1775, JP, juin II, 1775, p. 50.

8 Dénonciation du Catéchisme du citoyen de Saige, 30 juin 1775, JP, août I, 1775, p. 46-47.

9 « La nation, fidèle à son ancien caractère de loyauté, n’a fait entendre aux pieds du trône que les nobles conseils […] de cet amour héréditaire pour ses rois, qui est le patriotisme des Français » (discours du garde des sceaux à la clôture de l’assemblée des notables, 25 mai 1787, JP, juin II, 1787, p. 45).

10 Voir Y. Durand, p. 296, qui cite le titre de l’ouvrage de J.-F. Labourdette, La Nation française à Lisbonne de 1669 à 1790, Paris, 1988. On trouve communément « la nation française établie dans cette ville », « le consul de France, suivi de toute la nation » (par exemple pour les cérémonies du deuil de Louis XV, JP, mai II, 1774, p. 41, Gênes ; juillet I, 1774, p. 52, Cadix).

11 Lettre du 4 août 1710, citée par L. Bély, p. 668.

12 Voir les textes cités par L. Bély, p. 518-519 : Louis XIV fait souvent mention de la « nation » anglaise dans ses lettres, de la « chambre des communes qui représente véritablement le corps de la nation anglaise » ; au moment des négociations pour la paix d’Utrecht, en 1712, il considère comme nécessaire l’accord entre la reine et la nation. L. Bély y voit une reconnaissance implicite de la « démocratie » anglaise.

13 No 24, 30 mars 1778, t. 3, p. 501. « George III voudrait faire quelque chose pour son cousin, mais Pitt et la nation s’y opposent » (Correspondance secrète, 26 juillet 1787, t. 2, p. 165). Souvent l’opposition est entre nation et cabinet ou ministère.

14 À la mort de Marie-Thérèse d’Autriche, on écrit qu’elle était « adorée de vingt peuples divers, dont elle faisait le bonheur » (JP, décembre II, 1780, Vienne, 26 nov.).

15 Voir les analyses lumineuses de K. Baker, 1993, p. 155-181.

16 Par son système d’assemblées, il veut lutter contre la dissolution du corps social, « ne faire de la nation qu’un seul corps, perpétuellement animé d’un seul objet, la conservation des droits de chacun et le bien public » (Œuvres, t. 4, 1922, p. 619).

17 Commentaire de Condorcet sur le plan de Turgot, cité par K. Baker, 1988, p. 279 ; voir Turgot, t. 4, p. 626.

18 Voir Cl. Labrosse et P. Rétat, 1989, p. 254-256.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site