Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Troisième partie. Les taifas andalouses : fragmentation politique et éclat culturel

[17]. Deux taifas éphémères : les Banu Muzayn de Silves et les Banu Birzal de Carmona

Texte intégral

1Il m'a paru intéressant de rapprocher ces deux extraits de la Chronique anonyme des taifas, bien qu'ils concernent deux dynasties d'origine très différente. A Silves, dans le sud du Portugal l'actuel Algarve (de l'arabe al-Gharb, l'Occident), c'est un personnage appartenant à une famille de l'aristocratie locale qui prend le pouvoir. Ces Banu Muzayn se prétendent d'origine arabe ou en tout cas orientale puisqu'ils se disent descendants d'un ancêtre installé en al-Andalus lors de la conquête du Ville siècle. Il s'agit d'une lignée qui s'est illustrée dans la science du droit : l'un des aïeux du premier souverain a composé un commentaire réputé de la "bible" du malikisme, la Muwatta' de Malik. Profitant de la popularité que lui vaut l'exercice de la judicature, et sans doute aussi la notoriété de sa famille, il se fait reconnaître comme souverain par les habitants. Cette reconnaissance intervient à une date tardive, et l'on ne connaît pas la situation politico-administrative de Silves antérieurement à 1048.

2Les conditions d'accession au pouvoir des Zanata (ou Zénètes) Banu Birzal de Carmona sont tout autres. Les Birzalides sont, comme les Zirides et d'autres petites dynasties qui s'établissent en Andalousie, des chefs de contingents tribaux berbères de l'armée califale, recrutés au Maghreb à partir du règne du calife al-Hakam II et surtout sous les Amirides. Le calife Sulayman al-Musta'in, qui a pu s'emparer de Cordoue en 1013 grâce à leur appui, leur donne le gouvernement de certaines villes et régions, dont quelques unes, comme Carmona, semblent avoir eu déjà antérieurement un peuplement en partie berbère remontant à la conquête. On constate dans le texte que ces Birzalides, plutôt que comme les soudards assoiffés de pouvoir et de richesse que l'on décrit quelquefois en parlant de ces chefs des taifas berbères (et qu'étaient par exemple leurs voisins, les Banu Khizrun d'Arcos), apparaissent plutôt comme les garants de l'ordre et de la stabilité dans la région qu'ils contrôlent, à tel point que plusieurs villes arabes voisines se rallient à leur autorité.

3Les modalités de succession au pouvoir sont les mêmes que dans toutes les taifas andalouses, et conformes aux prescriptions du droit public musulman. Le souverain règnant désigne, de son vivant (et le confirme généralement dans son testament), un "héritier présomptif (wali al-'ahd), mais celui-ci ne peut être intronisé sans la "reconnaissance" ou "serment d'allégeance" qui lui est prêté par ses sujets. Suivant la tradition de l'époque omeyyade, cette bay’a semble bien avoir été effectivement prêtée par l'ensemble de la population, directement au souverain pour les notabilités (khassa,), ou à ses représentants pour la masse de la population ('amma). Lorsqu'une dynastie nouvelle s'impose au pouvoir, soit par la force soit du fait du prestige de son fondateur (comme dans le cas des premiers souverains des deux dynasties considérées), la bay'a est en fait la seule source de légitimité susceptible de fonder une souveraineté qui ne repose pas sur une délégation obtenue d'un califat légitime. Ce pouvoir plus ou moins usurpé se pare ensuite des apparences extérieures de la légitimité par l'adoption d'un laqab ou nom de règne. Chez les Banu Muzayn, le wali al-’ahd porte un laqab en dawla, qui évoque le service ou la défense de la dynastie, alors que le souverain s'en arroge un en Allah (al-Muzaffar bi-Llah, al-Nasir li dini-Llah), qui suppose un pouvoir de type califal, concédé directement par Dieu. Les Banu Birzal qui, comme les autres pouvoirs établis par les Berbères maghrébins, durent reconnaître la souveraineté théorique du califat hammudide de Málaga-Ceuta, ne portent que des laqab/s en dawla. Les deux pouvoirs furent également menacés par l'expansionnisme des Abbadides de Séville, qui finirent par les détruire en annexant leurs Etats.

4Règne (dawla) d'al-Muzaffar 'Isa b. Abi Bakr Muhammad b. Sa'id b. Djamil b. Sa'id l'auteur du commentaire d'al-Muwatta'- b. Ibrahim b. Abi Nasr Muhammad b. Ibrahim b. Abi-l-Djawd Muzayn b. Musa (Muzayn étant celui de ses ancêtres venu s'installer en al-Andalus), prince (sahib) de Shilb (Silves).

5Il portait la kunya d'Abu-l-Asbagh. Il devint maître de cette ville en 440 (1048-1049). Silves est une ville importante du Gharb al-Andalus (Algarve). Mais elle est plutôt dans la zone septentrionale. Cet Abu-l-Asbagh était cadi de la ville et de ses dépendances administratives (a'mal). C'était un homme qui montrait son autorité et son énergie dans les jugements qu'il rendait et dans tous ses actes. Quand il vit apparaître la période de troubles, il se mit dans la ville en état de révolte (thara bi-ha). Les habitants de Silves et de toutes les régions voisines lui prêtèrent la bay'a en l'année 440 (1048-1049). Lorsque son autorité fut bien établie, il organisa solidement la défense de la ville, en rassembla les hommes et en partagea avec eux les richesses ; il en mit sur pied les troupes, se tint avec le plus grand soin en garde contre al-Mu'tadid et commença à lui faire des présents et à lui demander la paix. Mais cela ne lui servit de rien : al-Mu'tadid lançait contre lui des incursions chaque jour, à chaque moment. Voyant qu'il ne pouvait mettre fin à son hostilité, malgré les amabilités qu'il lui prodiguait, al-Muzaffar se lança en personne contre lui à la tête de ses troupes et de ses partisans. Des combats et des engagements eurent lieu entre les deux partis, avec de nombreuses pertes ; le succès revenait toujours à al-Mu'tadid qui finit par déposer et tuer son adversaire, à la fin de 445 (début de 1054). Le règne d'alMuzaffar avait été de cinq ans.

6Règne d'al-Nasir Muhammad b. Abi-l-Asbagh 'Isa b. Abi Bakr b. Sa'id b. Muzayn : il portait la kunya d'Abu 'Abd Allah. On lui prêta la bay'a conformément au testament de son père, le jour de la mort de ce dernier, dans la kura (district) de Silves, à la fin de l’année 445 (début de 1054). Il prit le nom d'al-Nasir, alors que du vivant de son père il avait adopté celui de Ubayd al-Dawla. Il reçut complètement le serment d'allégeance (bay'a) : on l'aimait pour son goût pour l'étude, sa culture et l'ampleur de ses connaissances. Il resta au pouvoir jusqu'à sa mort, qui survint à Silves en rabi' II 450 (juin 1058). Après lui, le pouvoir passa à son fils, en vertu de sa désignation (comme héritier présomptif ou wali al-'ahd). Son règne avait duré cinq ans.

7Règne d'al-Muzaffar 'Isa b. Muhammad b. Sa'id b. Muzayn : il fut proclamé le jour de la mort de son père, en rabi' II 450. La même région qui avait prêté la bay'a à son père la lui renouvela. Il suivit la conduite de son père jusqu'au moment ou al-Mu'tadid lui chercha querelle : il fit faire contre lui des coups de main et lança contre lui des raids de cavalerie. puis il vint l'assiéger étroitement et lui coupa tous les approvisionnements en charbon et en bois. La situation devint mauvaise et empira pour les habitants de Silves et du reste du pays, et al-Mu'tadid enleva en fin de compte de vive force la ville à Ibn Muzayn, après avoir défoncé d'un côté le rempart au moyen de machines de guerre et l'avoir sapé d'un autre. Il pénétra dans son palais, le captura et lui trancha la tête, dans son injustice contre lui et son audace envers Allah Grand et Puissant. Cela se passait en shawwal 455 (octobre 1063). Son règne avait été de cinq ans. la dynastie des Banu Muzayn s'éteignit et leur royauté (mulk) prit fin. La durée est le privilège d'Allah le très Haut !.

8...

9Dynastie (dawla) des Banu Birzal, rois (muluk) de Carmona : à l'époque de Hisham (II) al-Mu'ayyad, Carmona se trouvait aux mains d'Abu 'Abd Allah Muhammad b. 'Abd Allah al-Birzali et elle y demeura jusqu'au moment des troubles (fitna). Quand ceux-ci s'amplifièrent et que l'unité de la communauté (djama'a) éclata, il appela à reconnaître sa souveraineté (da'a ila nafsihi) sous le nom de hadjib Abu'Abd Allah Muhammad b. 'Abd Allah b. Birzal. On lui prêta la bay'a à Carmona en l'année 404 (1013-1014). Il maintint l'ordre dans cette ville, y réunit des troupes et les organisa ; il prit en main les affaires de ses sujets et fit naître la justice. Il se concilia ainsi les esprits. Carmona se peupla, de même que les territoires voisins, et grâce à lui la ville fut épargnée par les Berbères.

10C'était un bon cavalier, plein de bravoure et redouté ; avec cela il était d’une générosité qui s'étendait à tous et sans cesse. Quand les gens se furent accoutumés à ses bienfaits et eurent acquis la certitude qu’il n’avait pas de mauvaises intentions, ils abandonnèrent leur sort entre ses mains. Ecija, Osuna, Almodovar et d'autres villes lui prêtèrent la bay'a, bénéficièrent grâce à lui de la paix et s'enrichirent. Son règne prospère se poursuivit jusqu'à sa mort qui eut lieu en 434 (1042-1043). Il avait duré trente ans. La durée appartient à Allah !

11Règne d'al-Mustazhir 'Aziz b. Muhammad b. 'Abd Allah b. Birzal al-Zanati : on lui prêta la bay'a le jour de la mort de son père, en 434. Son frère Ishaq lui ayant prêté la bay'a, son autorité fut complète et il n’eut à faire face à aucune difficulté. Les prix des denrées baissèrent. Les villes qui avaient prêté allégeance à son père la lui prêtèrent aussi. Il continua la ligne de conduite de son père et traita ses sujets avec la même bienveillance, jusqu'au moment où il fut attaqué par al-Mu'tadid b. 'Abbad. Il y eut entre eux de nombreuses guerres et de violentes rencontres, qui firent beaucoup de victimes ; il y eut des femmes violées, des richesses dispersées. Al-Mu'tadid continua à le talonner et à lancer contre lui des incursions, et al-Mustazhir finit par lui demander la paix en lui offrant de se livrer à lui. Cette offre ayant été acceptée, il quitta Carmona, mais al-Mu'tadid ne tint pas ses engagements. Il mourut à Séville en 459 (1067) après un règne de vingt-cinq ans. Al-Mu'tadid accorda la paix à Carmona, qui passa en sa possession et sous son pouvoir.

"Chronique anonyme des taifas”, d'après la trad. LEVI-PROVENCAL, en appendice à l'édition révisée par le même auteur de l'Histoire des musulmans d'Espagne de R. DOZY, Leyde, EJ. Brill, 1932, t. ΠΙ, pp. 220-222 et 231-232 (texte arabe in : IBN 'IDHARI AL-MARRAKUSHI, Al-Bayan al-Mughrib, tome troisième, éd. Lévi-Provençal, Paris, 1930, pp. 296-298 et 311-312).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search