Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Troisième partie. Les taifas andalouses : fragmentation politique et éclat culturel

[16]. Les vicissitudes du pouvoir à Almeria : les émirs slaves, 'Abd al-'Aziz al-Mansur de Valence, et les Banu Sumadih

Texte intégral

1Ahmad b. 'Umar b. Anas AL-'UDHRI (1003-1085) fut à la fois un juriste réputé et l'auteur d'un ouvrage (seulement en partie conservé) consacré à l'histoire et à la géographie d'al-Andalus. Exactement contemporain des taifas, il consacre à l'histoire politique d'Almería à cette époque des pages particulièrement intéressantes, même si l'objectivité de certaines de ses affirmations peut être mise en doute. On n'a pas de raisons particulières de douter des précisions qu'il donne sur les aménagements urbains effectués par les deux émirs saqaliba (anciens esclaves d'origine européenne ayant été au service du califat, et plus particulièrement des Amirides, désignés généralement par le terme de fata-pl. fityan-, officiers ou domestiques du palais), qui détiennent le pouvoir à Almería durant la crise du califat et la période qui suit immédiatement. On notera qu'il se fait l'écho d'une opinion urbaine, ou d'un secteur de celle-ci, favorable à leur "bon gouvernement", alors que l'on présente souvent le premier au moins de ces princes, Khayran, comme un ambitieux sans scrupule. Il crédite Zuhayr d'une influence politique s'étendant jusqu'à Cordoue, ce qui s'accorde mal avec ce que l'on sait de l'histoire de l'ancienne capitale du califat après la chute de ce dernier, puisque la ville était alors gouvernée par les Banu Djahwar. Cependant les A'mal al-a'lam d'Ibn al-Khatib font aussi allusion à cette domination, sans doute temporaire, de Zuhayr sur Cordoue, qui doit donc se référer à un épisode inconnu de cette période obscure et agitée.

2Zuhayr ayant été tué-selon d’autres sources dans un combat contre l'émir ziride de Grenade Badis b. Habbus(1020-1038)- la ville passe sous l’autorité de l’émir de Valence ’Abd al-'Aziz al-Mansur (1021-1061). D'après la Chronique anonyme, les habitants d'Almería eux-mêmes auraient alors fait appel à ce souverain ; peut-être faut-il faire intervenir le fait qu'il pouvait être considéré comme le "patron" des chefs saqaliba amirides disparus. Il était en effet le petit-fils du grand "dictateur" amiride de la fin de l'époque califale, Muhammad b. Abi'Amir, dont il avait repris le glorieux laqab d'al-Mansur. C'étaient même à l'origine les saqaliba amirides qui détenaient le pouvoir dans la zone levantine qui l'avaient, en 1021 ou 1022, intronisé à Valence, apparemment dans l'espoir qu'il mettrait fin à leurs rivalités internes et unifierait les territoires qu'ils contrôlaient. Mais les deux principaux chefs saqaliba, Mudjahid de Denia et Khayran d'Almería, avaient finalement refusé de lui obéir et s'étaient maintenus indépendants dans leurs capitales respectives ; le passage du texte d'al-'Udhri relatif à Játiva semble montrer que l'attitude de Zuhayr envers le souverain de Valence avait été plus amicale.

3A la version idyllique de l'accession au pouvoir de Ma'n b. Sumadih à Almería, en plein accord avec 'Abd al-'Aziz al-Mansur, que présente al-'Udhri, s'opposent les autres sources, et en particulier le Bayan al-Mughrib (texte donné à la suite), qui donne une version très différente des événements. Il est très probable qu'al-'Udhri, volontairement ou non, nous fournit la version "officielle" des faits selon la dynastie d'Almería. Cet auteur était originaire d'une localité proche de cette ville (Dalias) ; il a passé dans la capitale provinciale une partie de sa vie, et l'on peut supposer, d'après le texte ici présenté et d'autres passages des Fragmentas, qu'il y a fréquenté les princes Banu Sumadih, dont il tient à donner une image positive.

4Les émirs ayant gouverné Almería à l'époque concernée par le texte correspondent à des "niveaux de pouvoir" inégaux, même s'ils semblent bien en fait s'être tous comportés en chefs politiques également indépendants (on a déjà noté cependant que Zuhayr semble avoir reconnu à 'Abd al-'Aziz al-Mansur une certaine supériorité). Les deux princes saqaliba ne prennent pas de laqab, non plus que Ma'n b. Sumadih, qui ne se pare que du titre de "double vizir" (qui lui aurait d'ailleurs été concédé par al-Mansur de Valence), et aucun des trois ne frappe de monnaies, ce qui, si on ne l'explique pas par des raisons politico-idéologiques, ne laisse pas de surprendre compte tenu de l'importance économique d'Almerla (37) à cette époque. Al-Mansur de Valence, au contraire, puis le second des Banu Sumadih, al-Mu'tasim, portent un laqab et font l'un et l'autre frapper des monnaies à leur nom à Almería (et, bien sûr, à Valence en ce qui concerne 'Abd al-'Aziz).

5Almería et ses districts (a'mal) furent solidement tenus par le fata Khayran, qui y établit un régime de gouvernement digne d'éloges. En l'an 410 (1019-1020), il augmenta dans le sens de la qibla la mosquée principale d'Almeria de telle sorte qu'il réalisa un bel agrandissement du sanctuaire. C'est aussi le fata Khayran qui construisit le mur d'enceinte qui descend du mont Layham vers la mer, et y ouvrit quatre portes : une sur la hauteur elle-même, une autre porte par laquelle on sort vers Pechina, la porte connue sous le nom de Bab al-Marba [peut-être erreur de transcription pour Bab al-Marsa, porte du Port], et enfin une porte proche du rivage de la mer appelée Bab al-Sudan (Porte des Noirs), mais qui est connue actuellement sous le nom de Bab al-Asad (Porte du Lion). Khayran mourut dans le mois de djumada II de l'an 419 (juillet 1028).

6C'est le fata Zuhayr qui lui succéda, une fois résolues les divergences qui l'opposaient au fata Musallam. Il l'assiégea dans la forteresse d'Orihuela pendant six mois, et occupa la place lorsque Musallam se vit finalement privé de toute force de résistance. L'autorité qu'exerça le fata Zuhayr sur Almería et ses districts s'étendit à tel point qu'il intégra à son pouvoir la ville de Cordoue et ses districts. Ensuite on lui remit la citadelle (qasaba) de Játiva, mais il l’abandonna et la céda à al-Mansur 'Abd al-Aziz b. Abi 'Amir [le souverain amiride de Valence] en disant : "Il y a plus de droits que n'importe lequel d'entre nous". Il effectua des travaux dans la mosquée principale d'Almeria, l'agrandissant sur ses côtés occidental, oriental et septentrional et la faisant paver sur chacun de ces côtés. Il donna ainsi plus d'importance à la mosquée, et lui assigna en habous les rentes des fondouks (fanadiq) et des boutiques qui s'étendaient au sud, à l'est, et sur la plus grande partie de son côté nord. Il construisit le réservoir d'eau et y fit venir d’al-Natiyya ("la Lointaine” ?) une canalisation, accroissant ainsi les réserves d'eau d’Almería. Il construisit aussi le mur d’enceinte qui limite le faubourg d'al-Musalla.

7(Zuhayr) fut tué le vendredi, dernier jour de shawwal de l’an 429 (4 août 1038), mais il y a des divergences sur l'identité de qui le tua, sans que l'on puisse parvenir à une certitude à ce sujet.

8Al-Mansur 'Abd al-'Aziz b. Abi Amir entra dans Almería à la fin de dhu-l-qa'da de la même année (début septembre 1038) ; il occupa sa citadelle (qasaba) et exerça l'autorité sur tout son territoire (ahwaz). Il trouva son trésor (public : bayt mali-ha) très abondant en pièces d'or, en dirhems, en joyaux et en autres objets, et tout cela fut transporté dans la cité de Valence.

9(Al-Mansur) nomma à Almería Abu-l-Ahwas Ma'n b. Sumadih, qui en partagea le gouvernement avec son frère Abu Utba, jusqu'à ce qu’il (al-Mansur) concède aux gens d’Almería la possibilité de choisir (leurs gouvernants) parmi leurs notables. Ceux-ci se réunirent et demandèrent au même double vizir (dhu-l-wizaratayn) Abu-l-Ahwas Ma'n b. Muhammad d’exercer sur eux le gouvernement dont ils l'investiraient par un pacte. Ils firent participer à cette désignation le ra'is Badis b. Habbus, seigneur (sahib) d'Elvira, de Grenade et de leurs districts (a'mal), qui écrivit à ce sujet (à l'intéressé) pour lui donner son accord sur cette nomination, tout cela en l'an 433 (1041-1042).

10(Abu-l-Ahwas) était un homme à l’intelligence aiguë, généreux, versé dans les sciences, les lettres et dans d'autres domaines. Il réunit une collection d’ouvrages car il appartenait à une lignée d’hommes de science et de gouvernement (wa huwwa min bayt al-'ilm wa'l-riyasa). On ne cessa de le louer durant tout son gouvernement. Les gens jouirent avec lui de paix et de tranquillité. La croissance d'Almería atteignit sous son règne un niveau élevé, car il fit de ces régions un modèle de conduite droite et d'admirables coutumes, stimulant les gens à la justice et à l'équité, et fermant la porte à l'injustice.

11Lui succéda au gouvernement son fils Abu Yahya Muhammad b. Ma'n b. Muhammad b. Sumadih b. Ahmad b. Muhammad b. 'Abd al-Rahman b. Sumadih b. 'Abd al-Rahman b. 'Abd Allah b. al-Muhadjir b. 'Amira b. alMuhadjir b. Nadjwa b. Shuray b. Harmala b. Yazid b.’Abd al-Rabbihi b. Yazid b. Sa'd b. 'Amir b. 'Adi, qui est Tudjib b. Ashras b. Shabth b. al-Sakun b. Ashras b. Shith b. Kinda, qui est Thawr b. Maria'b. Mu'awiya b. Kindi b. Ufayr b. 'Adi b. al-Harith b. Murra b. Udad b ; Yazid b. Mahsa'b. 'Amr b.’Arib b. Yashdjub b. Zayd b. Kahlan b. Saba'b. Yashdjub b. Ya'rub b. Qahtan, al-Mu'tasim bi-llah dhu'l-riyasatayn en l'an 446 (1054-1055) et au mois...(lacune).

AL-'UDHRI, Fragmentes geográfico-históricos, éd. 'Abd al'Aziz al-Ahwani, Madrid, 1965, pp. 83-84 (trad. esp. in : M. SANCHEZ MARTINEZ, "La cora de Ilbira (Granada y Almería) en los siglos X y XI según al-'Udhri)", Cuadernos de Historia del Islam, 7, 1975-1976, pp. 3743.

12En ce qui concerne (Abu-l-Ahwas Ma'n b. Sumadih), il faut le considérer coupable de la plus évidente trahison, car lorsque Zuhayr fut tué et qu'Almería revint à'Abd al-'Aziz b. Abi Amir, le souverain (sahib) de Valence, Mudjahid, souverain de Denia, l’envia pour cela et les relations entre les deux se troublèrent Mudjahid fit une incursion dans les territoires de 'Abd al-'Aziz alors que celui-ci était à Almería occupé à régler la succession de Zuhayr. Il dut quitter précipitamment la ville pour demander la paix à Mudjahid, et laissa comme gouverneur en son nom son beau-frère, ce Ma'n b. Sumadih dont il a été question précédemment. Mais la fausseté du lieutenant nommé comme son représentant ne put tromper 'Abd al-'Aziz et se dissimuler à ses yeux que jusqu'à ce qu’il rompe (ouvertement) sa fidélité en reniant la souveraineté (de ce dernier). Il lui déclara la guerre, lui faisant tous les reproches possibles, lui refusant la reconnaissance qu'il lui devait pour sa nomination et se lançant sur son troupeau comme un loup vorace. Le plus surprenant est qu'Ibn Sumadih règna (sur la ville) durant toute sa vie, et la légua à ses descendants, puisqu'après lui gouverna son fils Abu Yahya Muhammad b. Ma'n déjà cité...

13Ce dernier atteignit le plus haut degré du pouvoir, adoptant les titres sultaniens d'al-Mu'tasim et d'al-Rashid, tout en sachant bien que c'est sur l'injustice et la trahison que se fondait un pouvoir hérité de son père, dont la façon d'agir dans cette affaire n'avait pas été honorable...

IBN 'IDHARI AL-MARRAKUSHI, Al-Bayan al-Mughrib, tome troisième, éd. Lévi-Provençal, Paris, 1930, p. 174 ; trad. esp. in : E. MOLINA LOPEZ, "Los Banu Sumadih de Almería (s. XI) en el Bayan de Ibn 'Idhari", Andalucía islámica : textos y estudios (Grenade), I,1980, paragraphes 8 et 13.

14Après la mort violente de Zuhayr, les gens d'Almería écrivirent à 'Abd al-'Aziz b. Abi 'Amir souverain (sahib) de Valence et de Murcie, et ils lui prêtèrent la bay'a en dhu-I-qa'da (août 1038). Il mit à leur tête son fils Ubayd Allah, qu'il nomma al-Nasir, et auquel il adjoignit, pour les deux vizirats, Abu-l’Ahwas Ma'n b. Muhammad b. Sumadih. Celui-ci rejeta l'autorité d'al-Mansur et se déclara indépendant Al-Mansur lui fit la guerre, mais sans aucun résultat. Abu-l-Ahwas fit la paix avec les Sanhadja de Grenade. Ses affaires réussirent et il demeura en excellente situation jusqu'à ce qu'il mourût à Almería...

Extrait de la Chronique anonyme des taifas, publiée en appendice au tome III du Bayan (réf. ci-dessus), pp. 293-294 ; trad. fr. par E. LEVI-PROVENCAL, dans DOZY, Histoire des musulmans d'Espagne, Leyde, EJ. Brill, 1932, t. III, p. 218 ; trad. esp. (avec une correction importante) par E. MOLINA LOPEZ, "Los Banu Sumadih..." (cf. ci-dessus), p. 17.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search