Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Troisième partie. Les taifas andalouses : fragmentation politique et éclat culturel

[15]. L'affirmation de l'émirat abbadite de Séville dans la première moitié du xie siècle

Texte intégral

1L'historiographie arabe médiévale des royaumes de taifas andalous du XIe siècle est relativement plus disparate que celle des époques précédente et suivante. Cela s'explique en partie par le caractère lui-même très fragmenté de l'histoire politique de la péninsule durant cette période. A l'exception des très importants "Mémoires" de l'émir 'Abd Allah de Grenade, on n'a conservé aucune histoire particulière de l'un ou l'autre des émirats entre lesquels se divisa la partie musulmane de la péninsule après la chute du califat de Cordoue. Contrairement à ce qui se passe pour l'époque émirale et pour le califat, on n'a pas conservé non plus de volumes du Muqtabis du grand historien andalou Ibn Hayyan (mort en 1076) relatif à cette phase de l'histoire de la partie musulmane de la péninsule, même si de nombreux et importants fragments en ont été reproduits par les auteurs d'oeuvres plus tardives, comme le Bayan d'Ibn 'Idhari al-Marrakushi. En annexe à la partie de cette dernière chronique relative à la chute du califat de Cordoue et aux pouvoirs éparpillés qui lui succèdent (tome troisième), Lévi-Provençal a publié des fragments d'une chronique des taifas dont le rapport avec le texte principal n'apparaît pas avec évidence, et qui présente un résumé de l'histoire d'une bonne partie des "royaumes de taifas", contenant des informations qui ne figurent pas toujours dans les passages pourtant plus longs du même Bayan ou des A'mal al-a'lam d'Ibn al-Khatib relatifs à cette époque.

2Brièvement, mais de façon assez précise, la chronique évoque l'agitation "autonomiste" de Séville durant la crise du califat de Cordoue, la brève expérience d'un gouvernement municipal collégial et les circonstances qui permirent au cadi de la ville, Muhammad b. 'Abbad, de s'emparer progressivement du pouvoir souverain, dans une cité menacée par les ambitions rivales des pouvoirs qui se disputent alors l'autorité sur le sud de la péninsule : les derniers califes omeyyades de Cordoue, leurs rivaux hammudides qui, depuis leur bastion de Málaga-Algésiras, leur disputent un titre dont on est de plus en plus conscient qu'il ne recouvre guère de réalité, et les émirs berbères zirides de la taifa de Grenade. Le califat omeyyade ayant complètement disparu en 1031, le cadi Ibn 'Abbad recourt, pour renforcer la légitimité d'un pouvoir vacillant, au prétendu rétablissement du calife Hisham II al-Mu'ayyad qui, après avoir régné sans gouverner depuis la mort de son père al-Hakam II en 976, avait été contraint d'abdiquer par la "révolution de Cordoue" de 1009. Réinstallé quelque temps au pouvoir par les Cordouans en 1010-1013, il fut, selon toute vraisemblance, exécuté à cette dernière date par son cousin et rival Sulayman al-Musta'in lorsque celui-ci parvint à reprendre Cordoue avec ses troupes berbères. Le même Sulayman put ensuite se maintenir au pouvoir dans la capitale pendant trois ans, mais fut en 1016 lui-même vaincu et tué par un nouveau compétiteur, 'Ali b. Hammud (1016-1017), le premier des califes hammudides qui purent contrôler épisodiquement Cordoue avant de se replier définitivement sur Málaga-sans renoncer à leurs prétentions califales-dans les dernières années de cette longue crise du califat. A sa mort, 'Ali est remplacé par son frère al-Qasim, mais celui-ci doit lutter pendant plusieurs années (1017-1025) contre son neveu Yahya, fils de 'Ali, qui finit par l'emporter. Il y a donc une erreur chronologique dans le texte, Sulayman al-Musta'in ayant disparu sensiblement avant 414/1023, date donnée comme celle à laquelle il aurait reconnu au cadi Ibn 'Abbad le gouvernement effectif de Séville.

3A travers l'imposture souvent dénoncée de la reconnaissance d'un sosie du défunt Hisham II, transparaît, dans la reconstitution à Séville des conditions qui avaient été celles du régime amiride (pouvoir califat symbolique détenteur théorique de la souveraineté, et pouvoir effectif délégué à un hadjib honoré lui-même, en signe de cette association, d’un laqab ou "nom de règne"), le problème de l'impossible légitimité des pouvoirs "éclatés" de l'époque des taifas. Ceux-ci tentent d'asseoir leur pouvoir en se faisant prêter la bay'a (serment d'allégeance) par leurs sujets, et en faisant prononcer leur nom dans la khutba, ou prédication du vendredi, formes traditionnelles d’expression de la légitimité.

4Dynastie (dawla) des Banu 'Abbad rois (muluk) de Séville et autres lieux. Leur généalogie. Début de leur puissance. Leur conduite. Aperçu de leur histoire.

5Au temps d'al-Musta'in Sulayman b. al-Hakam, Séville lui appartenait et était sous son autorité, jusqu'au moment où 'Ali b. Hammud al-Fatimi se révolta contre lui. Il s'empara de Séville et en fut le souverain. A sa mort, quand le pouvoir passa à son frère al-Qasim, la possession de Séville, comme celle de Cordoue, échut par intervalles à ce dernier ou à son neveu Yahya b. 'Ali, durant six ans de suite. Puis, quand les Cordouans se soulevèrent contre al-Musta'in, pendant son second passage au pouvoir, les Sévillans firent de même, en 414 (1023). La gestion des affaires des habitants de Séville échut alors à trois d'entre eux : le cadi Muhammad b. 'Abbad, le faqih Abu 'Abd Allah al-Zubaydi, et le vizir Abu Muhammad 'Abd Allah b. Maryam. Ils rendaient leurs arrêts au palais (qasr) dans la journée et rédigeaient leurs décisions revêtues de leurs trois sceaux : à la fin du jour, ils s'en allaient vaquer à leurs affaires personnelles.

6Al-Musta'in cependant vint attaquer Séville. Les habitants ne purent lui opposer de résistance et lui offrirent la paix, moyennant le paiement d’une somme importante : il s'en irait, on reconnaîtrait sa souveraineté par une proclamation et dans la khutba (prédication du vendredi) ; lui-même n'entrerait pas dans Séville et il désignerait, pour la gouverner, l'un de ses officiers. Al-Musta’in accepta ces offres, désigna pour le gouvernement de Séville le cadi Muhammad b.’Abbad et lui remit un acte écrit lui conférant sur les Sévillans l'autorité d'un émir. Ainsi Ibn’Abbad devint seul maître de Séville, avec l'assentiment de la population. Cela se passait en sha'ban de l'année 414. Il ne fit rien pour tirer de l'ombre ses deux anciens collègues du triumvirat précédent.

7Ensuite Yahya b. 'Ali b. Hammud conçut l'intention de faire périr Ibn 'Abbad et de pénétrer dans Séville. C'est alors qu'Ibn 'Abbad fit ramener al-Mu'ayyad de Qal'at Rabah (Calatrava) et lui prêta la bay'a : on a déjà dit dans quelles circonstances difficiles cette bay'a eut lieu, quand on a rapporté l'histoire de Hisham al-Mu'ayyad.

8Lorsqu'il entra à Séville, Hisham fit descendre avec lui au palais (qasr) Ibn 'Abbad, qui le salua du titre de calife et devint son hadjib, au même titre qu'al-Mansur b. Abi 'Amir ; de même, son fils Isma'il 'Imad al-Dawla eut les mêmes attributions qu'al-Muzaffar 'Abd al-Malik, le fils d'al-Mansur. Hisham al-Mu'ayyad s'installa donc à Séville, on y fit la khutba à son nom, ainsi que dans la plupart des provinces. Toutes les ambitions furent ainsi déjouées. C'était en 426 (1035). La situation se stabilisa et la paix revint Ensuite, Yahya b. 'Ali b. Hammud décida d'attaquer Séville avec des troupes. Il vint camper à Qal'at Djabir, à huit milles de Séville. Sur l'ordre de son père,'Imad al-Dawla sortit contre lui. Ils se livrèrent un violent combat aux environs de Qal'at Djabir. 'Imad al-Dawla fut tué, ses contingents furent dispersés et rentrèrent en déroute à Séville. Cela eut lieu en 427 (1036).

9Par la suite, Badis b. Habbus, prince (sahib) de Grenade, eut des visées sur Séville. Il vint l'attaquer avec une armée considérable. Le hadjib Muhammad b. Isma'il b.’Abbad sortit en personne sur l’ordre d'al-Mu'ayyad, pour lui faire face. La rencontre eut lieu près de Séville et un violent combat s’engagea. Le cadi et hadjib Muhammad b. Isma'il b. 'Abbad fut tué. Ses troupes furent battues et rentrèrent en déroute à Séville. Cela se passait au début de 431 (1040).

10Son fils 'Abbad fut nommé hadjib. Il avait le surnom (laqab) d'al-Mu'tadid. Les attributions de son père lui furent confiées par Hisham, qu'on ne voyait qu'à certaines dates de l'année et qui finit par mourir dans la soirée d'un jeudi, on ne sait quelle année : en effet al-Mu'tadid tint sa mort secrète, jusqu'au moment où, sa situation s'étant consolidée, on lui prêta la bay'a et l'on prononça son nom dans la khutba.

"Chronique anonyme des taifas", d'après la trad. LEVI-PROVENCAL, en appendice à l'édition révisée par le même auteur de l'Histoire des musulmans d'Espagne de R. DOZY, Leyde, EJ. Brill, 1932, t. III, pp. 234-235 (texte arabe in IBN IDHARI AL-MARRAKUSHI, Al-Bayan al-Mughrib, tome troisième, éd. Lévi-Provençal, Paris, 1930, pp. 314-316).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search