Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Seconde partie. Hommes et paysages de Sicile et d'al-Andalus

[14]. L'islam rural sous domination chrétienne : Mudéjars d’Aragon et musulmans de Sicile

Texte intégral

1La conquête de la Sicile par les Normands, et à un degré relativement moindre la Reconquête espagnole, ont pour résultat de soumettre un nombre important de musulmans à la domination chrétienne. En Sicile, même s'il y eut sans doute une émigration importante dont témoignerait ultérieurement la présence de savants d’origine sicilienne au Maghreb et en Orient (1*), il semble qu'une bonne partie des cadres de la société musulmane soient restés en place. Lors de son séjour dans l'île, Ibn Djubayr rencontre des personnages appartenant à cette classe supérieure de la société musulmane, qui se confient à lui et lui révèlent le caractère de plus en plus difficile, psychologiquement et moralement, de leur situation. On a par ailleurs de nombreux témoignages de l'existence d'une abondante population rurale musulmane, dont la situation de dépendance socio-économique vis à vis des maîtres du sol chrétiens semble être allée en s'aggravant au cours du XIIe siècle, jusqu'aux révoltes de la fin de la période arabo-normande et de l'époque de Frédéric II. Cette catégorie sociale est celle qui apparaît dans les plateae ou listes de paysans dépendant des seigneuries-surtout ecclésiastiques-constituées postérieurement à la conquête. Plusieurs de ces listes, rédigées en grec et en arabe, figurent dans le recueil d'actes publié au XIXe siècle par Salvatore Cusa, dont un document (arabe) est traduit en C.

2Mais à côté de cette paysannerie dominée et exploitée, il existe aussi une classe musulmane rurale libre, sans doute plus aisée économiquement, à laquelle appartiennent les "notables" mentionnés dans le premier document (latin) : on y trouve un notaire, et surtout plusieurs de ces gayti (mot qui vient de l’arabe qa'id, qui désigne un chef militaire dont le rang peut-être extrêmement variable), qui semblent avoir constitué une classe militaire (peut-on parler de "chevaliers" ou de "cavaliers" ?) à laquelle ont été laissées (ou données ?) des seigneuries foncières, et qui est utilisée par les rois normands. On peut déduire du texte proposé qu'ils étaient assez nombreux sur un territoire comme celui de lato, importante localité fortifiée située au sud-ouest de Palerme. Le texte se réfère à une époque un peu plus ancienne que celle à laquelle est établi le document, époque au cours de laquelle le "stratège" ou gouverneur de lato était le célèbre Georges d'Antioche, d’origine grecque, devenu ministre de l'émir ziride de Mahdiya avant de passer au service de Roger II qui finit par lui confier, dans les années 1130-1150, la haute charge d'"émir des émirs" (voir plusieurs documents concernant cette même confirmation et délimitation de Mirto, ainsi que des précisions sur la carrière de Georges d'Antioche dans : Léon-Robert MENAGER, Amiratus-Ameras : l'Emirat et les origines de l'Amirauté, Paris, 1960).

3En Espagne, malgré les départs volontaires, sans doute très nombreux dans les couches supérieures de la société et le secteur urbain, et en dépit des massacres et expulsions consécutifs à la conquête (par exemple après la prise de Santarem et Lisbonne en 1147), de nombreux musulmans passèrent aussi sous la domination des chrétiens lors de leur avancée en Nouvelle Castille, en Aragon et en Nouvelle Catalogne (26*, 34*). La documentation manque sur l'évolution de la population musulmane à Tolède et dans sa région après l'occupation de la ville par les chrétiens, mais il ne semble pas que la présence d'une masse importante de musulmans dans la ville ait été un fait très durable. En Aragon, au contraire, le maintien de nombreuses communautés musulmanes est bien attesté par une abondante documentation, en grande partie publiée par José Maria LACARRA dans ses "Documentas para el estudio de la reconquista y repoblación del valle del Ebro". Pour cette époque, elle nous fait surtout connaître l'existence de catégories de musulmans dépendants, ce qui n'exclut pas l'existence d'éléments plus aisés de condition libre. La plus caractéristique de ces catégories est celle des exáricos, terme dérivé de l'arabe sharik, qui semble désigner une sorte de métayer ou colon partiaire cultivant la terre d'un propriétaire et recevant une part de la récolte (34*). Dans l'Aragon chrétien, il s'agit d'une forme de paysannerie dépendante dont le statut n'est pas très bien connu. Le "khamessat" de type maghrébin, qui ne laisse au cultivateur que le cinquième de la récolte, ne semble pas avoir été la forme d’association la plus courante en al-Andalus, si l'on en juge par les modèles d'actes que nous ont conservés les recueils jurisprudentiels arabes. On trouve plus souvent des modes de concession de la terre plus favorables au tenancier. Encore que la société mudéjare de cette époque ait fait l'objet de peu d'études, il semble que les formes de dépendance socio-économique aient eu tendance à se renforcer et à s’étendre avec l'implantation du régime seigneurial chrétien, en Espagne comme en Sicile.

4L'une des expressions les plus visibles de la présence du pouvoir "féodal" dans les campagnes musulmanes nouvellement soumises au pouvoir chrétien fut sans doute l'édification de châteaux seigneuriaux, dont l'un des exemples les mieux attestés archéologiquement est celui du site sicilien de Calathamet, qui a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles. Le château normand, qui fut occupé par la famille seigneuriale des Thiron, avec sa chapelle, y domine une ancienne localité musulmane, bien identifiable sur le site, pour laquelle on possède le précieux témoignage d'ibn Djubayr qui la visite en 1184 et nous dit s’être baigné dans les sources chaudes de ce Hisn al-Hamma ou "Château des bains". Il atteste de l'importance de cette "grosse localité" (balad kabir) musulmane, qui était donc encore bien peuplée à son époque (10). Des faits parallèles s'observeraient en Espagne (voir par exemple, pour une date plus tardive, la surimposition d'un château seigneurial chrétien au site castrai de Montornés, dans la région valencienne : 47*). L’évolution se fait dans le même sens dans les deux régions : l'asservissement croissant des ruraux musulmans, et peut-être aussi l'incompatibilité profonde entre des structures sociales et mentales différentes, conduit à des révoltes qui, en Sicile, aboutissent à l'élimination de l'élément musulman dès la première moitié du XIIIe siècle. L’évolution est plus longue et plus complexe en Espagne, où la population mudéjare, puis morisque, se maintient jusqu'au début du XVIIe siècle.

5Sur ces problèmes, outre l'article de H. BERCHER, A. COURTEAUX, J. MOUTON cité infra, voir entre autres : G. LIAUZU, "La condition des musulmans dans l’Aragon chrétien", Hespéris-Tamuda, IX, 1968 ; H. BRESC, "De l’Etat de minorité à l’Etat de résistance : le cas de la Sicile normande", Etat et colonisation au Moyen Age (dir. M. Balard), Lyon, 1989.

A. Roger II confirme la possession et les limites du casai de Mirto à l'évêque de Lipari, limites déterminées par l'émir des émirs Georges, alors gouverneur de lato, en présence des notables locaux musulmans et chrétiens (Messine. 26 février 1133)

6Au nom de Notre Seigneur Dieu Eternel et de notre Sauveur Jésus-Christ, en l'an de son incarnation 1133, onzième indiction. Moi Roger, par la grâce de Dieu roi de Sicile et d'Italie, fils et héritier du comte Roger Premier.

7Si une demande faite dans une juste intention doit être satisfaite avec un zèle conséquent en faveur de tous ceux qui honorent Dieu et des lieux vénérables, nous devons tout particulièrement nous employer à l'accomplissement d'une pieuse sollicitation en faveur de ceux qui invoquent continuellement par des veilles et des prières la miséricorde de Dieu pour nos péchés

8C’est pourquoi, accédant avec clémence à tes prières, vénérable évêque Jean de Patti et de Lipari, pour le salut de notre âme, de celle de notre père de glorieuse mémoire le comte Roger, de notre mère la reine Adélaïde et de nos parents, nous concédons à l'église de Saint Barthélemy de Lipari et à toi et à tes successeurs, et nous confirmons par l'autorité du présent privilège, le casai de Myrto que Renaldus Avenella de l'église de St Barthélemy de Lipari, avec le consentement de sa femme Freesende, a donné avec toutes ses appartenances et limites. Ces limites, l'émir des émirs Georges, lorsqu'il était stratège de lato, les a tracées avec d'autres personnes bien nées chrétiennes et sarrasines de la province de Iato, dont les noms sont donnés ci-après ; elles commencent ainsi ; de la route de Billiana jusqu'au casai de Villiana vers le grand fleuve ; de là (la limite) se dirige vers la grande source qui est appelée d'Héraklès, puis elle coupe en deux (divise) Lumarge [de l'ar. al-mardj, prairie, mais aussi zone marécageuse], qui est appelé en latin marécage ou terre de forêt, jusqu'à ce qu'elle arrive au bois, et se dirige de là vers la source appelée Ebesselu (Ibn Salu), à la conjonction des eaux de (la rivière) de Mirto et du détroit qui a nom Iunien ; de là elle monte selon la pente des eaux jusqu'à la grande source connue sous le nom de Plato qui se trouve sur le mont et le champ appelé Mehedep, et les terres qui sont appelées de Safsaf, connues comme appartenant à Mirto. Les limites ainsi définies, les noms de ceux qui les ont indiquées et ont assisté (à leur délimitation) son inscrits ci-dessous :

9Le susdit Georges, actuellement émir de nos émirs, alors stratège de Iato, était présent ; Jean, chevalier de Partinico, sur l'ordre de son seigneur Robert Avenel, était présent ; Arnulf, chanoine de l'église de Palerme ; Garnier de Sartelli ; Robert, magister du château de Iato D'autre part les noms des témoins sarrasins sont les suivants : le gaytus Miheret de lato ; le gaytus Bulcassin, fils d'Alus de Iato ; Bulhussein, fils d'Isaac de Iato ; Bulhassen, fils de Maluf de lato ; [.]ichi Abdelgafar de Iato, et tous les hommes bien nés (maiores natu) de Iato ; du village (vicus) de Mirto étaient présents : le gaytus de Mirto appelé Husseyin Bulcasinus de Myrto, Hamut notaire de Myrto, et plusieurs autres Sarrasins de Myrto.

10Si quelqu'un a par la suite l'audace téméraire de violer ce document de notre concession, qu’il sache qu'il encourra notre colère et devra payer une amende de dix livres, la moitié pour notre Curie et l'autre pour la susdite église de Lipari, et que le présent privilège recouvre sa force primitive.

11Nous avons en outre ordonné qu'en signe de notre concession et confirmation (ce document) soit écrit de la main de notre notaire Guy, et scellé de notre bulle de plomb.

12Donné à Messine, par la main de Garin, notre chancellier, le 4 des calendes de mars, la 3ème année de notre règne.

Carlrichard BRUHL (éd.), Rogerii II regis diplomata latina, Cologne-Vienne, 1987, document 24, pp. 66-68.

B. Ramire II d'Aragon donne à Garcia Lopez de Bolea (localité au nord-ouest de Huesca) le Maure Alcazez, appelé Farage, avec ses propriétés (janvier 1135)

13Au nom de Notre Seigneur Jésus Christ, amen. Moi, Ramire, par la grâce de Dieu roi d'Aragon, je vous fais, à vous Garcia Lopez de Bolea, cette charte de donation et de confirmation. Par un effet de mon bon vouloir, de mon affection et de ma volonté spontanée, et à cause du service que vous avez fait à mon frère le roi Alphonse-qu'il repose en paix-, et que vous m'avez fait ensuite à moi-même et me faites chaque jour, je vous donne et vous concède à Bolea le Maure Alcazez qui est appelé Farage (Faradj), avec ses maisons et toutes les propriétés (hereditates) qui lui appartiennent et doivent lui appartenir. J'ajoute en même temps en votre faveur l'autorisation d'irriguer votre jardin tous les samedis, après que le mien ait été irrigué et de la même façon. Et si quelqu'un s'y opposait ou vous aura coupé cette eau et cette irrigation, qu'il paye la même amende que pour mon propre jardin, dont vous aurez la moitié et moi l'autre.

14Que vous ayez et possédiez ce don susdit en totalité et entièrement, sauf, libre, franc, et en paix comme votre propre bien (hereditas), pour en user à votre pleine volonté, vous, vos enfants et toute votre descendance ou postérité, réserve faite de la fidélité (qui m'est due) ainsi qu’à ma postérité, pour tous les siècles, amen.

15Signature du roi Ramire.

16Cette charte de donation a été faite l’ère 1173, au mois de janvier, dans la villa appelée Patrella. Moi règnant, roi par la grâce de Dieu, en Aragon, en Sobrarbe, et en Ribagorza. L’évêque Dodus à Jaca et Huesca ; l’abbé Fortunio à Montearagon ; Martin abbé à Saint Victorien de Sobrarbe ; l'abbé Ximinus à Saint Jean de la Peña ; le comte Ermengaud d'Urgel à Bolea ; le comte Arnal Mir de Pallars à Boil ; la vicomtesse de Beam à Uncastillo ; Fortunio Galίndez à Huesca et Alhagerin ; Lope Fortunio à Albero et à Pola ; Ferriz à Santa Eulalia ; Fortunio Date à Barbastro et à Petra Selce (Piracés) ; Lope Fortunio à Loarre ; Martin Galindez à Ayerbe ; Castang à Biele et Aguero ; Sancho Iñigo à Marcorllo ( ?) ; Bertran à Exea et à Luna.

17Et moi, André, scribe, sur l'ordre de mon seigneur le roi, j'ai écrit cette charte et je l'ai signée de ma main.

José María LACARRA, "Documentos para el estudio de la reconquista y repoblación del valle del Ebro", Estudios de Edad Media de la Corona de Aragón, V, 1952, document no 337, p. 559.

C. Déclaration de servitude de paysans musulmans siciliens (août 1177)

18Comparution d'Ibrahim et Djabrun et confirmation de ce qui a été décidé à leur sujet.

19Au début de Rabi'I, qui tombe en août, Djabrun, son frère Ibrahim et leur frère 'Abd al-Rahman ont comparu devant l'abbé Tabat (Théobald ?) - qu'Allah l’exalte-pour proclamer qu'ils étaient connus comme les fils de Musa, dit Shanghat, et reconnaître que leur père et eux-mêmes faisaient partie des habitants de Manzil Yusuf et des gens inscrits sur les rôles (de servage : djara'id). Ils ont juré, en présence du Livre (Saint), qu’à compter de cette date et pour toujours ils ne négligeraient ni ne trahiraient leur maître et ne sortiraient pas de l'obéissance de l’église. L'abbé leur a pardonné et les a absous, et leur a rendu ce qui leur avait été confisqué, en leur imposant une djizya de 20 quarts de dinars par an et un droit de 20 mudd/s [on traduit souvent par "boisseau"] de blé et 10 d'orge. Ils ont demandé au seigneur abbé -qu'Allah l'exalte- d'habiter où ils voudraient, et qu'ils (sic) transmettent à l'église leur requête avec tout ce qui a été mentionné. Djabrun, Ibrahim et 'Abd al-Rahman ont fait acte de soumission et on témoigné de leur propre obéissance de façon spontanée, dans leur bon état physique, et en totale sécurité, à la date mentionnée ci-dessus.

20A témoigné de tout cela Abu-l-Faradj b. Salam al-Lahmi (Lakhmi ? = de la tribu arabe de Lakhm), (attestant) de ce qu’il était l'oncle maternel de Djabrun et de ses frères sus-mentionnés.

21Ahmad b. Abi-l-Qasim al-Qaysi (de la tribu arabe de Qays)

22Abu Djum'a b. Muhammad al-Qurashi (de la tribu arabe de Quraysh)

23'Ali b. Ya'la al-Qurashi

24Abu...

Salvatore CUSA, I diplomi greci ed arabi di Sicilia, Palerme, 1868-1881, rééd. Cologne-Vienne, 1982, texte arabe pp. 111-119, analyse p. 728, cette dernière reprise dans H. BERCHER, A. COURTEAUX ; J. MOUTON, "Une abbaye latine dans la société musulmane : Monreale au XIIe siècle", Annales E.S.C., mai-juin 1979, p. 525.

D. Château seigneurial normand sur le site musulman de Calathamet (prov de Trapani)

25Plan des vestiges du château chrétien du XIIe siècle, à l'extrémité orientale du site du castrum ou hisn musulman de Hisn al-Hamma (appelé aussi Qal'at al-Hamma, d'où Calathamet). 1 : palazzo ; 2 : chapelle. D'après : J.-M. PESEZ - J.-M. POISSON, "Le château du castrum sicilien de Calathamet (XIIe siècle)", Castelli : storia e archeologia, a cura di R. Comba e A. A. Settia, Cuneo-Turin, 1984 ; voir aussi : J.-M. PESEZ, "Calathamet (Calatafimi, prov. de Trapani) : campagne de 1984-1985)", Mélanges de l'Ecole Française de Rome, tome 97.1985-2, pp. 888-892.

26Une abondante céramique “arabo-normande”, et sans doute aussi d'époque arabe, a été retrouvée sur ce site. On reproduit ici, d'après J.-M. PESEZ et J.-M. POISSON, Calathamet : typologie de la céramique, octobre 1987, rapport dactylographié, Lyon, des exemples de fragments d'amphorettes à filtre de tradition islamique trouvés dans les fouilles (cf. 3* et 5*).

Fragments d'amphorettes à filtre (anses, col et bases) trouvés en fouille sur le site.
14D

Table des illustrations

Légende 13B
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/18966/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende 13
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/18966/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Légende Fragments d'amphorettes à filtre (anses, col et bases) trouvés en fouille sur le site.14D
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/18966/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 249k

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search