Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Seconde partie. Hommes et paysages de Sicile et d'al-Andalus

[13]. Une capitale "islamo-chrétienne" : Palerme dans la seconde moitié du xiie siècle

Texte intégral

1L'extrait de la Rihla d'Ibn Djubayr (10*) donné ci-dessous fait bien apparaître le caractère extraordinairement composite de la civilisation qui s'épanouit alors en Sicile, où subsiste une importante population musulmane et où les moeurs indigènes semblent avoir en partie gagné la population chrétienne. S'y est développé un art marqué d'influences venues à la fois du domaine fatimide et du domaine byzantin. L'église dite actuellement Ste Marie de l'Amiral (ou La Martorana), édifiée au milieu du XIIe siècle par l'émir des émirs Georges d'Antioche, grand "amiral" de Roger II, décrite par Ibn Djubayr avec me admiration justifiée par la splendeur de sa décoration intérieure de mosaïques, est encore aujourd’hui l'un des plus beaux exemples du style byzantino-normand.

2Les influences musulmanes se mélangent aux apports byzantins à la Chapelle Palatine, de la première moitié du XIIe siècle, ornée principalement de mosaïques, mais dont la nef supporte un plafond purement islamique, dont les muqarnas (ou "stalactites") sont décorés de peintures réalisées par des artistes musulmans d'après des modèles dont les originaux se trouvaient probablement en Egypte (2 D). Des influences venues du même domaine fatimide ou de ses marges ifriqiyennes zirido-hammadides, ont produit l'esthétique très particulière des grandes arcatures aveugles qui rythment les hautes façades de pierre assez sévères des édifices arabo-normands. Cette architecture "arabo-normande" est aussi caractérisée par le plan rectangulaire des palais, où les quatre chambres symétriquement disposées de part et d'autre d'une partie centrale de réception et les renfoncements intérieurs rappellent des exemples maghrébins (palais de Ziri à Achir principalement). Les décors de muqarnas, les petites coupoles surhaussées qui, peintes en rouge, donnent un aspect si particulier aux églises palermitaines, évoquent aussi des parallèles musulmans.

3Outre les magnifiques églises encore bien conservées dans la ville même de Palerme, subsistent en effet, à la périphérie de l'agglomération actuelle, dans ce qui était la zone de jardins irrigués qui entourait la capitale (8 B), plusieurs des palais royaux édifiés par les souverains normands dans la seconde moitié du XIIe siècle. Ces constructions religieuses et civiles ont transformé, dans une mesure qu'il est difficile d'apprécier, le paysage monumental de la Palerme musulmane, sur laquelle on possède le précieux témoignage du géographe oriental Ibn Hawqal qui visite la ville dans le second quart du Xe siècle. A cette époque, les deux noyaux principaux de la ville, tous deux fortifiés, étaient d'une part la ville ancienne ou madina, d'origine byzantine, édifiée sur une éminence elliptique de quelque 900 sur 400 m, ceinte d'un fort rempart, que l'on appelle pour cela le Qasr, devenu à l'époque chrétienne le Cassaro, et d'autre part la ville "princière" de Khalisa ("l'Elue"), sorte de cité politique et administrative construite pour abriter les gouverneurs fatimides, la force militaire et les Diwan/s ou services gouvernementaux. Cette dernière se trouvait au bord de la mer, près des arsenaux. Autour de ces deux centres se dispersaient divers quartiers ouverts, disposés sans beaucoup d'ordre le long des rivières qui encadraient le Qasr, quartiers soigneusement énumérés par Ibn Hawqal qui donne aussi une liste impressionnante des nombreuses activités commerciales et artisanales qui animaient la ville. Al-Idrisi, près de deux siècles plus tard, décrit une agglomération dont la structure d'ensemble n'a pas fondamentalement changé, mais où le pouvoir des rois normands s'est établi à l'extrémité orientale du Cassaro, dans une nouvelle construction palatine (l'actuel Palais des rois normands), autour de laquelle s’organise un quartier privilégié occupé par les serviteurs du pouvoir, la Galca (de l'ar. halqa, qui signifie "cercle").

4Sur la Palerme arabo-normande : Henri BRESC, "Les rues de Palerme (1070-1460)", in : Le Paysage urbain au Moyen Age, Actes du XIe Congrès des Médiévistes, Lyon, 1981, pp. 155-186. Cet auteur suggère (p. 160) que la quasi-inexistence de vestiges monumentaux d'époque musulmane, contrastant fortement avec le nombre et la splendeur des édifices de l'époque normande, pourrait s'expliquer par l'usage généralisé du pisé (tabiya), alors que sous la domination chrétienne on construit en belle pierre de taille. Il s'agit là d'une hypothèse intéressante, que l’on pourrait étendre à tout l'Occident musulman, où, en dehors de l'époque du califat de Cordoue, la pierre est rarement utilisée, peut-être faute de concentration de moyens économiques suffisants de la part des pouvoirs étatiques.

A. Palerme vue par Ibn Djubayr (1184)

5Description d’al-Madina (Palerme), capitale de la Sicile. Que Dieu la ramène (à l'Islam) ! Elle est, dans ces îles, la mère de la vie citadine unissant en elle deux beautés, richesse et éclat : elle a tout ce que l'on peut souhaiter pour charmer l'ouïe et la vue, et pour réaliser une vie pleine et verdissante, belle, splendide, brillante, plaisante, elle apparaît en une vision ensorcelante ; parmi ses places et ses espaces, on imagine qu'elle est tout entière un jardin...

6En cette cité, les musulmans conservent quelques restes de leur foi ; ils fréquentent la plupart de leurs mosquées et ils y célèbrent la prière rituelle sur un appel clairement entendu. Ils ont des faubourgs qu'ils habitent seuls, à l'exclusion des chrétiens. Les souks en sont fréquentés par eux, et ils en sont les marchands. Ils n’ont point de prière du vendredi en assemblée, car la khutba leur serait impossible, mais ils font la prière des fêtes avec une khutba dont l'invocation est en faveur du calife abbasside. Ils ont un cadi devant lequel ils élèvent leurs procès ; ils ont une mosquée principale où ils s'assemblent pour faire la prière et qu'ils ont grand soin d'illuminer en ce mois béni. Les mosquées ordinaires sont fort nombreuses, innombrables. Pour la plupart, elles servent de classes pour les professeurs de Coran. En somme, ces gens sont des isolés, séparés de leurs frères, les musulmans, sous tutelle des infidèles, et ils n'ont aucune sécurité, ni pour leurs biens, ni pour leurs femmes, ni pour leurs fils. Dieu veuille les rétablir en leur état, grâce à une intervention favorable !

7De toutes les ressemblances que cette ville offre avec Cordoue, car une chose peut ressembler à une autre par un seul de ses aspects, on remarque qu'elle a une ville antique appelée le Château Vieux (Qasr al-qadim), qui est au milieu de la ville neuve, ce qui est la situation de Cordoue-Que Dieu la garde ! Dans ce Château vieux, il y a des demeures semblables à des palais altiers avec des belvédères qui ont vue sur l'air libre, dont la beauté étonne le regard.

8L'un des édifices des infidèles les plus extraordinaires que nous ayons vus est l’église dite de l'Antiochien. Nous l’avons visitée le jour de la Nativité qui est pour les chrétiens une très grande fête à laquelle ils se rendent en foule, hommes et femmes. Son architecture nous offrit un spectacle indescriptible, tel qu'il faut décider qu'elle est le plus merveilleux des ouvrages de ce bas-monde. Ses murs sont, à l'intérieur, entièrement revêtus d’or, avec des plaques de marbre de différentes couleurs, tel qu'on n'en vit jamais de pareil ; les murs sont ornés partout de mosaïques d'or et couronnés d’arborescences en mosaïque verte. A la partie supérieure s’alignent harmonieusement des fenêtres aux vitraux dorés, dont les feux étincelants ravissent le regard et seraient capables de jeter dans les âmes un trouble dont nous prions Dieu de nous garantir. On nous apprit que celui qui l'a construite, et dont elle porte le nom, y a dépensé des tonnes d'or, il était ministre du grand-père de l'actuel roi polythéiste. Cette église a un clocher qui repose sur des piliers-colonnes en marbre de différentes couleurs, et une coupole y est élevée sur d'autres colonnes ; on l'appelle le "Clocher des colonnes". C'est la construction la plus extraordinaire qui soit. Dieu veuille l'honorer bientôt de l'appel à la prière, par sa bonté et son intervention généreuse !

9Dans cette ville, la parure des chrétiennes est celle des femmes des musulmans. La langue alerte, enveloppées et voilées, elles sont dehors à l’occasion de la fête dont nous venons de parler ; vêtues d'étoffes de soie brochées d'or, drapées dans des vêtements magnifiques, voilées de voiles aux couleurs variées, chaussées de bottines brodées d'or, elles se pavanent en se rendant à leurs églises ou plutôt à leurs gîtes [jeu de mots entre kana'is, églises, et kunas, gîtes de gazelles ou de biches] ; elles portent, en somme, toute la parure des femmes des musulmans, y compris les bijoux, les teintures et les parfums ; en matière de badinage littéraire, nous rappelons ce vers du poète :

10"Si l'on entre un jour dans une église, on y rencontre des biches et des gazelles."

11Nous demandons à Dieu de nous détourner d'une description qui prendrait une allure de futilité et qui nous mènerait à la futilité du divertissement ; nous nous réfugions en lui contre le danger d'un développement qui conduirait au radotage. Car c'est vers Lui-gloire à Lui !-que sont dirigées crainte pieuse et recherche de pardon.

12Nous demeurons en cette ville pendant sept jours, installés dans l'un des fondouks que fréquentent les musulmans...

IBN DJUBAYR, Voyages, trad. M. Gaudefroy-Demombynes, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1949, pp. 389-391 ; texte arabe de la Rihla dans l'édition du Caire, 1908, pp. 315-317.

B. Palerme et ses environs aux XIe-XIIe siècles

13Autour de la ville s'éparpillent les palais normands : 1 : la Ziza ; 2 : Scibene ; 3 : la Cuba ; 4 : la Favara ; en 5, le monastère et l'église de Monreale.

14La ville normande : 1 : le palais des rois normands et la zone de la "Galca" ; 2 : le Cassaro (Qasr), avec en C la cathédrale, ancienne grande mosquée ; 3 : Khalisa (Kalsa) ; 4 : quartier des Slaves (Seralcadi) ; 5 : quartier neuf (Hartilgidie, ancien Harat al-Djadida) ; 6 : quartier des Juifs (Judayca).

C. Monuments arabo-normands de Palerme

151. Arcatures aveugles décorant l'une des façades du palais de la Cuba, bâti par Guillaume II entre 1166 et 1189 (Georges MARCAIS, L'Architecture musulmane d'Occident, Paris, Arts et Métiers Graphiques, 1954, p. 120).

162. Muqamas et décors recticurvilignes du palais de la Cuba ('Ibid., p. 121).

173. Plan du palais de la Ziza, commencé par Guillaume Ier, 1154-1166, terminé par Guillaume II (Ibid., p. 121).

184. Eglise San Cataldo, décorée de grandes arcatures aveugles à arcs brisés (Ibid., p. 122).

195. Décor de muqamas du palais de l'Uscibene (F. GABRIELI, U. SCERRATO, Gli Arabi in Italia, 2e éd., Milan, Garzanti-Scheiwiller, 1985, p. 323).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search