Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Seconde partie. Hommes et paysages de Sicile et d'al-Andalus

[12]. Les Baléares et Madina Mayurqa, enjeu des affrontements islamo-chrétiens en Méditerranée aux xie et xiie siècles

Texte intégral

1Les Baléares sont occupées en 1015 par une flotte venue de Dénia, et dirigée par le chef esclavon Mudjahid al-’Amiri qui exerce l'autorité dans cette ville, immédiatement après la proclamation à Denia de l'éphémère calife omeyyade 'Abd Allah al-Mu'ayti, et avant la tentative manquée d'occupation de la Sardaigne par le même Mudjahid (20*). Les îles font dès lors partie jusqu’en 1076 de l’émirat slave de Denia, dirigé successivement par Mudjahid (1009-1044), puis par son fils 'Ali Iqbal al-Dawla (1044-1076). De cette époque datent quelques dirhems (peu nombreux) frappés au nom des deux émirs à Mayurqa (3 pièces dans PRIETO VIVES). Par un document latino-arabe très célèbre et controversé daté de 1058, 'Ali soumet la totalité des églises chrétiennes de Denia et des Baléares à la juridiction de l'évêque Guislabert de Barcelone, qui aura l'exclusivité des ordinations (ce document se situe dans le cadre des bonnes relations qui existent alors entre l’émirat de Denia et le comte de Barcelone, et laisse penser qu'il n'y avait plus d'évêque mozarabe dans ces régions à cette époque).

2Lorsque 'Ali b. Mudjahid est destitué par al-Muqtadir de Saragosse, qui incorpore Denia à ses possessions (1076), le gouverneur des Baléares, Sulayman b. Mushkiyan, semble s’être trouvé pratiquement indépendant. A partir de 480 (1087-1088), on possède des monnaies émises à son nom à Madina Mayurqa, sur lesquelles il porte le laqab souverain d'al-Murtada. A partir de 487 (1094-1095), il a pour successeur un eunuque, Mubashir, qui règne avec le laqab de Nasir al-Dawla. Les dirhems frappés au nom de l'un et l'autre de ces deux émirs sont relativement nombreux (28 pièces dans PRIETO VIVES).

3En 1113-1114, les Baléares sont ravagées par une grande expédition pisano-catalane. Le pape Grégoire VII les avait concédées en fief à Pise. L'archevêque Pierre de Pise, représentant de la République, obtint de Pascal II une bulle de croisade, et négocia l'alliance du comte de Barcelone (accords de Sant Feliu de Guixols) pour mener à bien l'organisation des flottes, le débarquement et la conquête de l'île, destinée à mettre un terme aux activités de piraterie des musulmans insulaires. Le texte fondamental est un poème latin pisan relatif à cette entreprise, le Liber Maiolichinus (ainsi qu'un autre texte en prose, les Gesta Triumphalia per Pisanos facta). Le Liber donne de nombreuses précisions sur la conquête de la ville de Majorque (actuelle Palma), composée de "trois villes sous un seul nom" : le noyau fortifié de la ville ancienne, l'"Elmodenia" (al-mudayna), à l'intérieur de laquelle se trouvait la citadelle-résidence du pouvoir (Cassarum, qasr ou "alcazar") ; un "faubourg nouveau", al-Rabad al-djadid ("Arabathalgidith"), qui aurait été construit par "Nazaradeolus" (Nasir al-Dawla), et était également ceint d'une muraille ; enfin une autre "ville" ou quartier, distinct des précédents, appelé "Bebelgedith" (Bab al-djadid, la porte neuve). Toutes ces indications semblent témoigner d'un essor récent et assez rapide d'une ville qui, par sa structure segmentée, fait penser à la Palerme décrite par Ibn Hawqal et al-Idrisi. Une fois la ville prise, pillée et saccagée, les chrétiens, chargés de butin, abandonnent les îles.

4En 1115, répondant trop tardivement à une demande d’aide qui avait été envoyée à 'Ali b. Yusuf b. Tashfin, une importante flotte almoravide vient occuper les Baléares, dès lors intégrées au grand empire hispano-maghrébin.

5En 1146, dans le cadre de la mobilisation de la Chrétienté provoquée par la seconde croisade, les îles sont attaquées par une flotte génoise, qui se dirige ensuite contre Almerίa. Ce prélude à la grande expédition génoise de 1147 qui participe à la prise d'Almerίa par les Castillans, puis à celle de Tortosa par les Catalans, est aussi raconté par Caffaro (11*).

6Les Baléares servent ensuite de refuge aux éléments almoravides fuyant la domination almohade, qui y établissent l'émirat indépendant des Banu Ghaniya (on peut toujours voir le livre ancien d'Alfred BEL, Les Benou Ghanya derniers représentants de l’empire almoravide et leur lutte contre l’empire almohade, Paris, 1903). Madina Mayurqa est alors le centre d'un commerce actif et entretient des relations avec les villes italiennes (43*). En 1181, Guillaume II de Sicile prépare une expédition contre les Baléares, peut-être encouragé par le gouverneur almohade de Tunis avec lequel il signe au même moment un traité de paix et de commerce. Mais la flotte fut dispersée par la tempête et l'expédition n'aboutit pas. A partir de 1184, les Baléares servent de base à la tentative de reconquête du Maghreb engagée par les Banu Ghaniya, tentative qui débouche sur la rébellion d'une partie de l'Ifriqiya, et inquiète sérieusement le pouvoir almohade jusqu'à la fin du siècle.

7Finalement, en 1202, les Baléares sont conquises par une grande flotte almohade partie de Denia, et sont désormais gouvernées par des wali/s envoyés par Marrakech.

8Bibliographie utilisée, outre l'ouvrage de BEL cité supra ; PRIETO VIVES, Los reyes de taifas, Estudio histórico-numismático de los musulmanes españoles..., Madrid, 1925 ; Guillem ROSSELLO BORDOY, L'Islam a les illes balears, Palma, 1968 ; du même auteur : Mallorca musulmana (estudis d’arqueologia), Palma, 1973 ; Miquel BARCELO Sobre Mayurqa, ("Quaderns de Ca la Gran Cristiana"/2 - 1984), Palma, 1984.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search