Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Seconde partie. Hommes et paysages de Sicile et d'al-Andalus

[11]. Les Andalous face à la puissance militaire chrétienne : image et réalité de l'impérialisme pisano-génois au xiie siècle

Texte intégral

1L'andalou al-Zuhri, auteur que l'on ne connaît que par les quelques indices fournis par son texte géographique (Kitab al-Dja’rafiyya) vécut vers le milieu du XIIe siècle (fin de l'époque almoravide et début de l’époque almohade), et était peut-être originaire du sud-est d'al-Andalus (région d'Almería et de la sierra de Segura, pour laquelle il donne des indications particulièrement détaillées : 9 B*). Les 150 à 200 pages de sa géographie fournissent une grande densité d'informations historico-géographiques sur l'ensemble du monde musulman et les pays d'Asie, d'Europe et d'Afrique. En dépit d'un goût fréquent à l'époque pour les anecdotes merveilleuses ('adja'ib), et du caractère quelque peu indiscriminé de données puisées à des sources diverses, ce texte ne manque pas de données intéressantes. Les chapitres sur al-Andalus et le Maghreb sont les plus détaillés, mais on trouve aussi dans l'ouvrage des notices relativement développées consacrées à quelques régions ou villes d’Europe. Certaines sont assez conventionnelles ou confuses, comme celles consacrées à Constantinople ou à Rome ; celle consacrée à Pise, en revanche, présente un grand intérêt, non pas tant pour les informations objectives qu'elle peut apporter que pour ce qu'elle nous révèle de la façon dont un Andalou du milieu du XIIe siècle se représentait les Occidentaux, en l'occurrence les Pisans, considérés avant tout comme de redoutables guerriers, dont la force repose davantage sur la violence militaire et sur la maîtrise des techniques (métallurgiques, de construction navale, de fabrication de machines de guerre) que sur l'esprit d'entreprise économique.

2Les indices chronologiques fournis par al-Zuhri lui-même permettent de conclure qu'il a visité diverses localités d'Andalousie ou y a résidé entre 1137 et 1154. Il faut replacer la vision des Pisans qu'il nous présente dans le contexte d'une Méditerranée de plus en plus nettement dominée par les flottes italiennes, en dépit des efforts almoravides (il parle, dans la notice qu'il consacre à Almerίa, des hauts-faits des amiraux andalous de la famille des Banu Maymun, qui commandent à l’époque l'importante flotte musulmane basée dans ce grand port). On se souviendra que les Pisans, en dehors de leurs activités proprement commerciales en Méditerranée occidentale, ont participé à plusieurs reprises à des entreprises militaires contre les côtes d'al-Andalus. Alliés aux Génois, à Alphonse VI de Castille et aux Catalans contre le Cid et ses "protégés", les émirs musulmans de l'Andalus oriental, ils ont attaqué Tortosa dès 1092 ; avec les Catalans ils ont pris et pillé Majorque en 1113-1114 (12*). Au milieu du XIIe siècle, et bien que Zuhri accorde moins d'importance à Gênes qu'à Pise, ce sont cependant les entreprises génoises qui apparaissent comme les plus spectaculaires à cette extrémité occidentale de la Méditerranée : c'est en effet une flotte génoise qui ravage Minorque et attaque Almerίa en 1146, et me autre, très importante, qui apporte à Alphonse VII et aux Castillans une aide efficace pour prendre la même ville en 1147 et permet l'année suivante aux Catalano-Aragonais de Raymond Bérenger de conquérir Tortosa.

3Sur cette dernière entreprise génoise de 1147-1148, qui se relie à la mobilisation de la chrétienté lors de la seconde croisade, on possède le récit relativement détaillé inclus dans les Annales Ianuenses de CAFFARO (vers 1080-vers 1166). L'auteur fut plusieurs fois consul de sa ville (et en particulier en 1146 et 1149), participa personnellement au commandement de l'expédition antérieure contre Minorque et Almerίa en 1146, et recueillit le témoignage des participants à la suivante. Son texte, bien que concernant Gênes et non Pise, apparaît comme l'illustration de celui de Zuhri, en mettant en scène les hauts faits militaires des citoyens d'une cité italienne dans la conquête de Tortosa. C'est peut-être le patriotisme qui conduit Caffaro à attribuer à ses concitoyens l'essentiel du mérite de la prise de la ville et de sa citadelle (appelée dans le texte "sueta", c'est à dire sudda à l'époque musulmane, actuellement "zuda", terme propre aux villes musulmanes de l'Andalus oriental). Il est difficile de faire la part des possibles exagérations à cet égard, car on ne possède pas d'autre témoignage contemporain aussi détaillé susceptible d'équilibrer la vision génoise des événements. On conserve par ailleurs la bulle de croisade concédée par le pape Eugène III en prévision de la conquête de la ville (23 juin 1147 ou 1148), ainsi que le texte de l'accord passé avec les Génois antérieurement à la réalisation de l'expédition. L'importance de la participation génoise à l'entreprise qui aboutit, le 30 décembre 1148, à la prise de la grande ville du delta de l'Ebre, est attestée par le fait que la Commune reçut en seigneurie le tiers de la cité, qu'elle revendit au comte de Barcelone pour 16.640 maravédis en 1153.

4Dans les années 1145-1149, la situation politique d'al-Andalus est très confuse, l'effondrement du régime almoravide laissant place à ce que l’on appelle parfois les "secondes taifas" (voir le chap. III de la première partie). En 1147, un chef militaire, Muhammad b. Sa'd b. Mardanish, parvient à imposer son autorité à l'ensemble du Sharq al-Andalus, et principalement à Valence et à Murcie, où il établit sa capitale (42). C'est de ces circonstances troublées qu'Alphonse VU de Castille-Leόn d'une part, et d'autre part Raymond Bérenger Ier de Barcelone (au profit duquel viennent de s'unir la Catalogne et l'Aragon) profitent pour prendre Almerίa et Tortosa. On ne sait rien des relations qui pouvaient s'être établies à ce moment entre les habitants de Tortosa et Muhammad b. Mardanish dont la ville aurait sans doute relevé si elle était restée à l'Islam, mais on constate qu'ils durent capituler sans avoir reçu de secours de sa part.

5A la suite de cette ville (Gênes) en direction de l'est, sur le rivage de la mer, se trouve la ville de Pise, qui est plus importante que Gênes. Elle est traversée par un fleuve appelé "fleuve de Pise", qui descend du mont Mandja, lequel est situé au début du pays de Djilliqiya (la Gaule ?), vers le nord. Sur ce fleuve, il y a un grand pont construit sur huit arches, qu’un navire peut traverser les voiles déployées, et qui sont munies de battants en bois plaqué de fer que l'on ferme la nuit et que l'on ouvre le jour par peur des vaisseaux des musulmans. Ces portes ont été fabriquées lorsque la Sicile, la Sardaigne et Messine étaient aux mains des musulmans et que l'on redoutait des attaques de leurs navires. Entre la ville et la mer, il y a une distance de deux parasanges. Ses habitants sont d'une grande bravoure à la guerre et pour la plupart d'habiles marins. Ils sont parmi les meilleurs constructeurs de mangonneaux, de tours et de chicanes de fortifications ; ce sont des combattants redoutables sur mer, experts à lancer le naphte. Ce sont des gens perfides et néfastes, pleins de violence et de méchanceté. Ils abondent en bois de construction, mais ils travaillent aussi le fer dont ils font toutes sortes d'équipements de qualité tels que les cottes de maille, les casques et les lances. C'est de chez eux que viennent les épées pisanes, qui sont différentes des épées de l'Inde en ce qu'elles sont si flexibles que l'on peut les ceindre comme une ceinture, bien qu'elles soient aussi tranchantes, ou même davantage, que les épées indiennes. Chez eux le cavalier ainsi que sa monture est à ce point couvert par sa cuirasse que l'on ne voit plus rien de lui. Ce sont aussi des marchands sur terre et sur mer, qui vont jusq'aux limites de la Syrie, jusqu'à Alexandrie et l'Egypte, aux extrémités du Maghreb et en al-Andalus. De chez eux viennent les shayatin, ces navires appelés ghirban et qata'i', qu'ils ont été les premiers à utiliser sur mer. De chez eux viennent le tartar (térébenthine), le cuivre, le safran, le coton.

AL-ZUHRI, "Kitab al-Dja'rafiyya", texte arabe publ. par M. HADJ-SADOK, Bulletin d'Etudes Orientales (Institut Français de Damas), XXI, 1968, p. 229, (analyse/traduction française pp. 92-93).

6En fait, les Génois, à leur retour d'Almería, vinrent à Barcelone avec toute la flotte et mirent à terre les galères et les navires. Et bien qu'ils soient restés éloignés de leurs femmes, de leurs enfants et de leurs maisons pendant un an, ils y séjournèrent cependant durant l'hiver pour l'honneur de Dieu et de la cité de Gênes, afin de pouvoir en partir plus sûrement à la belle saison avec toutes les choses nécessaires pour aller prendre la ville de Tortosa.

7C'est pourquoi ils amenèrent de forêts éloignées de la ville du bois (pour fabriquer) des fortifications (mobiles, castella) et des machines (machina : machines de jet ou mangonneaux) ; ils réussirent à préparer en ce lieu pour l'été tout ce qui était nécessaire et, pour augmenter le nombre de combattants, expédièrent sans retard des envoyés à Gênes pour faire venir rapidement des hommes avec des navires et des armes.

8Tout étant prêt, ils partirent en expédition contre Tortosa pour la fête du bienheureux Pierre, et arrivèrent au fleuve de Tortosa (l'Ebre) le jour des calendes de juillet. Ils s'arrêtèrent à deux milles de la ville et délibérèrent avec le comte et les chevaliers ; c'est là qu'ils choisirent ceux qui devaient porter les étendards de Gênes. Puis ils continuèrent tous avec le comte et une partie des chevaliers pour reconnaître la topographie de la ville et voir où et comment ils disposeraient les combattants.

9Ayant vu les abords de la ville, ils décidèrent entre eux que la moitié des combattants génois s'installeraient avec une partie des chevaliers du comte auprès du fleuve, dans la partie basse (ad sutanam partem) de la ville. Les autres établirent leurs tentes plus haut, sur une éminence appelée "Bagnare", avec le comte et Guillaume de Montpellier ; quant aux Angli (Anglo-Normands ?) avec les chevaliers du Temple et un grand nombre d'étrangers, ils s'installèrent au dessus, vers (le) Romelinum ( ?), près du fleuve.

10Mais pendant ce temps une partie des combattants de Gênes s'avança en armes vers la ville pour combattre, sans l'accord des consuls ni des autres ; ces Génois avaient agi ainsi pour expérimenter la valeur des Sarrasins à la guerre. Aussitôt en effet les Sarrasins combattirent avec les Génois jusqu'à la troisième heure, et il en résulta de part et d'autres de nombreux morts et blessés. C’est alors que les consuls de Gênes, informés de la témérité de leurs soldats, délibérèrent aussitôt et prescrivirent à tous de s'engager par serment à ce que personne n’aille désormais combattre sans l’accord commun et l'autorisation des consuls.

11Ils décidèrent aussi d'achever la construction des castella (tours de siège) et des mangonneaux (machina) et de les amener près de la ville, ce qui fut fait. Dès que les deux castella eurent été installés contre l’enceinte, les Génois, très audacieux combattants de Dieu, entreprirent d'ouvrir une brêche dans les murs et les firent pénétrer par la force à l'intérieur de la ville. Menant l'un des castella à travers la cité, ils détruisirent toutes les maisons et les tours jusqu'à la mosquée. Quant à l'autre, en l'amenant près de la zuda (sueta), ils conquirent de vive force et détruisirent en quelques jours quarante tours.

12Mais les Sarrasins, ayant compris qu'ils ne pouvaient soutenir le combat contre les Génois, se réfugièrent tous dans la zuda et tentèrent de la défendre vigoureusement avec armes et machines de jet. Alors les Génois, voyant que, de ce côté de la ville, ils ne pouvaient pas prendre la zuda avec les deux castella, prirent un autre parti : celui de combler sans délai le fossé dans sa partie qui se trouvait plus haut entre Bagnera et la zuda avec du bois, des pierres et de la terre. Mais comme ce fossé était large de 84 coudées et profond de 64, il semblait à beaucoup dans l'armée que c'était un travail considérable et à l'issue incertaine, et l'on hésitait à l'entreprendre ou non.

13Les consuls, cependant, ayant écarté toute hésitation, décidèrent de combler le fossé et de construire un nouveau castellum. Ayant eu connaissance de cette décision, tous, aussi bien chevaliers que fantassins, riches et pauvres, venaient quotidiennement participer au comblement du fossé, et y travaillaient ensemble. Les deux tiers du fossé ayant été comblés, les Génois installèrent immédiatement sur le dessus un castellum et des engins (machina) avec 300 combattants à l'intérieur.

14Lorsque les Sarrasins virent s'approcher le castellum, ils détruisirent aussitôt l'un de ses angles en lançant des pierres de 200 livres. Mais les Génois le réparèrent rapidement en liant ses parois avec tant de filets de cordages qu'ils ne craignirent ensuite plus du tout les jets de pierres des Sarrasins.

15Mais alors que les Génois continuaient à combattre les Sarrasins, les chevaliers du comte de Barcelone abandonnèrent l'armée, laissant le comte avec seulement vingt chevaliers. Les Génois, cependant, plus courageux et se remémorant la victoire passée d'Alméría, en ayant délibéré, firent le serment de ne pas quitter Tortosa avant de l'avoir prise et vaincue.

16Ils combattirent donc les Sarrasins jour et nuit avec encore plus d'énergie qu'à l'accoutumée, détruisant les murs de la zuda, les palais et les maisons avec les pierres des mangonneaux. Alors les Sarrasins, craignant d'être tués, adressèrent aux consuls de Gênes et au comte de Barcelone des envoyés (pour négocier) la reddition de la ville. Ils demandèrent cependant une trève de quarante jours, dont la condition était qu'ils envoient des légats au roi des "Espagnols" [Ispani, c'est à dire les musulmans d'al-Andalus] et à tous les "Espagnols" pour qu'ils viennent combattre les Génois. S'ils pouvaient chasser les Génois par la guerre, alors, étant vainqueurs, ils auraient la cité ; mais s'ils ne venaient pas dans le délai indiqué, ils promirent de livrer la ville aux Génois, donnant en garantie de cet accord cent des meilleurs Sarrasins comme otages au pouvoir des Génois.

17Le délai de quarante jours s'étant écoulé sans que les "Espagnols" viennent au secours de Tortosa, les Sarrasins de la ville hissèrent comme ils l'avaient promis les étendards des Génois et du Comte sur la zuda, et rendirent sans conditions (sine tenore) la ville aux Génois et au Comte. Cela eut lieu au mois de décembre, dans la semaine de la fête de la nativité du Seigneur, la veille de saint Sylvestre, en 1148.

18Tout cela terminé, les Génois eurent un tiers et le Comte deux ; après quoi, ayant triomphé des deux cités d'Almería et de Tortosa et rendant grâces à Dieu, ils revinrent à Gênes avec toute l'armée, leur retour s'étant effectué en 1149.

CAFFARO, De Captione Almerie et Tortuose, éd. A. UBIETO ARTETA, Valence, 1973, pp.30-35.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search