Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Seconde partie. Hommes et paysages de Sicile et d'al-Andalus

[10]. La Sicile vue par al-Idrisi et par Ibn Djubayr

Texte intégral

1La carrière "hors série" du plus grand géographe arabe de l'Islam occidental, Abu 'Abd Allah Muhammad al-Idrisi est assez mal connue, les biographes arabes, le considérant peut-être comme un renégat ayant vécu à la cour d'un roi chrétien, ne nous ayant donné que très peu d'informations à son sujet. Né probablement à Ceuta vers 1100, il avait la même ascendance remontant au Prophète que les Idrissides de Fès et les Hammudides de Málaga. De culture andalouse, il voyagea beaucoup en Espagne et au Maghreb, et finit, pour des raisons que l'on ignore, par se fixer à la cour de Roger II de Sicile pour lequel il écrivit son grand ouvrage géographique ou "Livre de Roger" (Kitab Rudjar), illustré de nombreuses cartes, qui fut achevé en 1154. On ignore la date de sa mort, sous Guillaume Ier, probablement vers 1165.

2Abu-l-Husayn Muhammad b. Ahmad B. Djubayr b. 'Abd al-Salam b. Djubayr, originaire de la région Valencienne (Valence ou Játiva) et né en 1145, appartenait à une famille qui se disait d'origine arabe, et dont certains membres avaient occupé d'importantes fonctions. Son père avait été vizir à l'époque du gouvernement de Valence par le cadi Ibn 'Abd al-'Aziz, en 1145, et inquiété à la chute de celui-ci (voir le texte d'Ibn al-Abbar cité dans le document 47*) ; il faisait donc partie de la classe aisée urbaine intellectuelle et administrative. Lettré, s'adonnant volontiers à la poésie, il fut lui-même secrétaire de plusieurs gouverneurs almohades. Très influencé par la lecture et la méditation du Kitab al-shifa du cadi de Ceuta 'Iyad al-Yahsubi (mort en 1149), qui est une sorte d'introduction à une vie dévote et à un mysticisme modéré centrés sur la vénération du Prophète, il entreprend en 1183 le pélerinage aux Lieux Saints. Il visite l'Egypte, l'Arabie, l'Iraq et la Syrie, d'où il embarque pour revenir en Espagne en septembre 1184. Ayant fait naufrage sur la côte sicilienne, il passe un peu plus de trois mois dans l'île dans l'attente de conditions météorologiques favorables à son retour en al-Andalus en avril 1185. Retiré de la "vie publique", il vit à Grenade et à Ceuta où il enseigne le hadith (tradition religieuse) ainsi que le soufisme. C'est alors qu'il rédige le récit de son voyage (Rihla) en Orient qui lui vaut, bien plus que ses productions poétiques dont on conserve quelques exemples, sa notoriété littéraire.

3D'un intérêt tout particulier sont les pages très vivantes qu'il consacre au séjour forcé qu'il fit en Sicile à la fin de 1184 et au début de 1185. Il y décrit Palerme et divers lieux qu'il eut l'occasion de visiter lors de ses déplacements dans l'île, et s'intéresse particulièrement à la condition des musulmans sous la domination politique des rois normands. Voyageur de marque, il rencontre les plus hauts personnages de la communauté musulmane, et est même reçu au palais royal par un "représentant du roi" Guillaume II. Ses descriptions et réflexions nous le montrent sans arrêt partagé entre son admiration pour la prospérité de l'île, la puissance des souverains normands, l'éclat de la civilisation arabo-normande, et même le régime de relative tolérance dont bénéficient encore les musulmans, et son hostilité à l'égard d'une chrétienté menaçante pour l'Islam, avivée par les confidences des notables musulmans dont la situation devient de plus en plus difficile dans le courant du XIIe siècle. Sur la localité d'al-Hamma, mentionnée par les deux auteurs, voir aussi 14*.

4Outre la traduction Gaudefroy-Demombynes utilisée ci-dessous, on pourra voir : IBN DJUBAYR, Visite aux musulmans de Sicile, trad. Amari, revue par G. Bousquet, Alger, 1950.

5Nous disons donc que cette île, à l'époque où nous écrivons, c'est à dire sous le règne du grand roi Roger, comprend cent trente villes ou châteaux (madina, qal'a), sans compter les exploitations agricoles (diqa', plur. de day'a), les lieux de station (manazil, plur. de manzil) et les hameaux (biqa', plur de buq’a). Nous traiterons d'abord sommairement de la partie maritime de l'île... puis nous passerons à la description des villes (bilad), des places fortifiées (husun) et des districts ('amal) de l’intérieur, lieu par lieu, s'il plaît à Dieu.

6

7Buthira (Butera) est une place solidement fortifiée sur une éminence (qal'a mani'a al-hisn) et environnée de campagnes bien peuplées. Il a l’aspect d'une grande ville, car les édifices y sont beaux, les maisons d’une remarquable solidité et les souks bien disposés. Il y a plusieurs mosquées principales (masadjid li-l-djama'at), des bains et des fondouks (fanadiq ou caravansérails). La ville est entourée par une très grande rivière dont les eaux servent à arroser de tous côtés des jardins produisant quantité de fruits admirables. De Buthira à la mer on compte environ 7 milles, et à Lanfiadha une journée ou 25 milles. Lanfiadha est une place forte (hisn) bâtie sur un rocher ceint par la mer et par une rivière, en sorte que l'on ne peut y pénétrer que par une seule porte. Il y a un port fréquenté par les navires qui viennent y opérer leurs chargements, des édifices, et un souk ; en dépend un vaste district ('amal) dont les terres sont fertiles en moissons...

8[A une journée ou 25 milles] Agrigente est une ville habitée par les plus nobles familles et fréquentée par les voyageurs. Son château (qal'a) est très fort et très haut La ville est agréable, antique et renommée dans tous les pays, soit à cause de l'importance de ses fortifications, soit à cause des avantages qui la distinguent. C'est un lieu de réunion pour les navires et un centre de communications...

9De là à al-Shaqa, on compte une journée ou 25 milles. Shaqa est une localité ((balda) sur le rivage de la mer... elle est bien peuplée et possède des souks et de nombreuses maisons. Elle est actuellement le chef-lieu de divers districts et dépendances qui l'environnent. Son port est constamment en bon état et les navires y arrivent sans cesse de Tripoli et du reste de l'Ifriqiya.

10Son district ('amal) est celui de Qal'at al-Ballut (le Château des Chênes), qui est un hisn bien fortifié (mani') sur un site perché (ma'qil shamikh) sur un sommet d'accès difficile, entouré de campagnes fertiles et d'exploitations agricoles (diya') magnifiques où l'on trouve une extraordinaire variété de fruits. Le pays est arrosé par des eaux de source et par des rivières qui font tourner des moulins. Il y avait naguère une population nombreuse qui a émigré et s'est transportée à al-Shaqa. Il ne reste plus à Qal'at al-Ballut qu'une faible garnison pour la défense du château, situé à 12 milles de la mer, à 9 milles d'al-Shaqa et à une forte journée d'Agrigente.

11

12(Trapani) est située sur le bord de la mer dont les eaux l'environnent de toutes parts, en sorte qu’on n’y peut parvenir qu'au moyen d'un pont et d’une porte situés à l'orient de la ville. Le port est au midi et parfaitement sûr et tranquille. La plupart des navires y passent l'hiver à l'abri de tout danger maritime. On y pêche quantité de poissons, et notamment l'espèce connue sous le nom de thon, au moyen de très grands filets, et du très beau corail. Près de la porte de la ville est un marais d’où l'on extrait du sel marin. Le territoire environnant est cultivé et fertile. Trapani possède en outre de grands marchés où l’on trouve des provisions en abondance...

13De Trapani à Djabal Hamid il y a environ dix milles. C'est une montagne très haute et escarpée, au sommet de laquelle se trouve un plateau fertile, beaucoup d'eau, et un hisn abandonné. De là à al-Hamma il y a 20 milles.

14Al-Hamma est un château (qal'a) très fort et élevé, compté au nombre des meilleures citadelles et ayant la mer au nord à la distance d'environ trois milles. Le port qui en dépend, où a été construit un château (hisn) connu sous le nom d'al-Madradj, est fréquenté par les navires et on y pêche le thon avec de grands filets. Quand au nom d’al-Hamma, il fut donné à ce château parce qu'en effet on y voit une source d'eau thermale sortant d’une roche voisine et où l'on vient se baigner. La température de cette eau est modérée et sa saveur douce et agréable. Auprès de là sont des ruisseaux et des cours d’eau faisant tourner des moulins, des champs cultivés, des promenades et des jardins produisant des fruits en abondance. Le district qui en dépend est vaste et fertile, la distance qui sépare ce lieu de Trapani est d'une faible journée.

15D’al-Hamma à Qal'at Nawa (ou Awbi) il y a dix milles. C'est un hisn bien fortifié, environné d’un district vaste et fertile, distant de la mer d'environ 4 milles. Il a un port où l'on vient charger du blé et d'autres grains en grande quantité, et une carrière d'où l'on extrait des meules pour les moulins à eau et pour les moulins à manège...

16Partinico est une jolie localité (balda) d’aspect extrêmement agréable, entourée de campagnes fertiles, où l'on cultive beaucoup de coton, du henné et diverses autres sortes de végétaux, et arrosée par un cours d’eau qui fait tourner plusieurs moulins. Le hisn qui s'y rattache se trouve en un lieu appelé Djanan...

D'après la trad. française d'AL-IDRISI dans Pierre-Amédée JAUBERT, La Géographie d'Edrisi, reprod. de l'éd. de 1837-1841, Amsterdam, Philo Press, 1975,pp. 85-90 (édition récente du texte arabe : AL-IDRISI, Opus Geographicum, fascicule 5, Naples-Rome, 1975, pp. 599-602)

17Nous sortons (de Palerme) au petit matin du vendredi (28 décembre) pour nous rendre à Trapani, à la recherche de deux navires s’en allant l'un en al-Andalus, l’autre à Ceuta ; tous deux avaient fait voile vers Alexandrie et transportaient des pélerins et des marchands musulmans. Nous passons par une suite ininterrompue de villages (qura) et de fermes (diya') fort rapprochées : nous voyons des labours et des cultures en un terroir tel qu'on n'en saurait trouver de plus généreux, de plus excellent, de plus étendu ; nous le comparons à celui de la Qambaniya (Campiña) de Cordoue ; mais la terre est ici encore meilleure et plus forte.

18Sur notre route, nous passons une seule nuit dans une localité (balda) appelée Alcamo, grande et vaste, avec un souk et des mosquées. Les habitants de cette ville, comme ceux des fermes (diya') que nous avons rencontrées sur notre route, sont tous musulmans. Nous en partons à l’aube du samedi (29 décembre)... et, dans les environs, nous passons près d'un hisn appelé Hisn al-Hamma. C'est une grande localité (balad kabir) avec de nombreux bains d'eau chaude... Nous descendons de monture et et délassons notre corps en nous y baignant. Nous arrivons à Trapani à l'heure du ’asr de ce jour et nous nous installons dans une maison que nous prenons en location

19(Description de la ville de Trapani :) Que Dieu la ramène (à l’Islam) ! C'est une petite ville (madina) d'une faible étendue, d'une superficie qui n'est point grande, enclose d’une muraille blanche comme la colombe. Son port est parmi les plus beaux et les plus sûrs pour les navires ; aussi les Rum le prennent-ils souvent pour escale, particulièrement ceux qui naviguent vers le rivage de la Berbérie. En effet, entre cette ville et Tunis, il y a une distance d'un jour et d'une nuit, et le trajet de l'une à l'autre n’est interrompu ni hiver ni été, tant que souffle un vent favorable. Le trajet est celui d'une traversée toute proche.

20Cette ville a un souk, un bain et toutes les commodités que l'on doit trouver dans une ville... Elle jouit d'une aisance qui provient du bon marché des denrées que l'on y trouve, car elle possède un très vaste territoire en labour. Les habitants sont des musulmans et des chrétiens, chacune des deux fractions y ayant mosquées et églises...

21[Description du Djabal Hamid]

22Nous trouvons (à Trapani) les deux navires qui comptent mettre à la voile pour l'occident, et nous espérons, s'il plaît à Dieu, nous embarquer sur l'un d’eux, sur celui qui va cingler vers la côte d'al-Andalus...

23Le croissant (de lune) fut déclaré avoir paru dans la nuit du samedi 5 janvier, suivant le témoignage de quelqu'un qui affirma devant le hakim [juge secondaire, vraisemblablement délégué du cadi de Palerme] qu’il avait vu le croissant de Ramadan dans la nuit du jeudi (6 déc. 1184) ; ce jeudi avait été jour de jeûne pour les habitants de cette cité de Sicile, Palerme. Ceux-ci célébrèrent la fête (de rupture du jeûne) en complétant le mois, calculant sur le jeudi.

24Nous prîmes pour musalla de la fête l'une des mosquées de Trapani, en compagnie de gens de cette ville qui étaient empêchés de sortir pour se rendre au musalla (esplanade de prière hors les murs), par quelque circonstance qui les en excusait... Les gens de la ville en sentirent pour se rendre au champ de prière (musalla) avec leur sahib al-ahkam (=le hakim). Ils se mirent en marche avec timbales et trompettes. Nous fûmes fort surpris de cela, et de la licence que les chrétiens leur en laissaient.

25Cependant nous sommes tombés d'accord du prix de notre passage sur le navire qui, s'il plaît à Dieu, va se diriger vers la terre d'al-Andalus, et nous nous occupons de nos provisions. Tout à coup, survient un ordre du roi de Sicile de consigner les navires sur tous les rivages de l'île, à cause de la flotte qu'il fait construire, équiper et approvisionner ; ainsi, il n'y avait plus moyen pour un bateau de prendre la mer, avant que la flotte fut partie. -Dieu veuille rendre vain son effort et ne point lui laisser atteindre son but !- Les Génois, patrons du navire dont je viens de parler, se hâtèrent de s’embarquer pour se mettre à l'abri de l'atteinte du gouverneur ; puis une négociation de cadeau étant intervenue entre eux et lui, on s'installa dans les deux navires, en attendant le vent qui permettrait de mettre à la voile.

26A ce moment nous parvinrent de l'ouest des nouvelles angoissantes, notamment celle de la conquête de Bougie par le souverain (sahib) de Majorque. Dieu veuille ne point confirmer cela et accorder aux musulmans la tranquillité et la paix !

IBN DJUBAYR, Voyages, Trad. M. Gaudefroy Demombynes, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1949, pp. 392-395 ; texte arabe de la Rihla, éd. du Caire, 1908, pp. 318-321.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search