Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Seconde partie. Hommes et paysages de Sicile et d'al-Andalus

[9]. Le peuplement des zones intérieures d'al-Andalus, d’après la géographie d’al-Idrisi et d'autres sources complémentaires

Texte intégral

1Dans la préface qu'il nous a fait l'amitié de donner à l'ouvrage sur les Châteaux ruraux d'al-Andalus, que nous avons rédigé avec André Bazzana et Patrice Cressier, Pierre Toubert souligne la richesse de possibilités qu'ouvrent aux historiens d'un pays jadis musulman comme l'Espagne les textes géographiques arabes, et voit dans cette relative abondance comme une sorte de "compensation" à l'inexistence des documents d'archives. C'est en particulier en ce qui concerne l'organisation générale du peuplement que ce type de source lui paraît susceptible d'une exploitation autorisant une approche des réalités parfois plus satisfaisante que celle à laquelle conduisent les documents occidentaux : "Dès le XIIe siècle (ces sources géographiques) nous livrent une vision cohérente et réfléchie des divers types d'habitats formant la trame de l'occupation du sol... On se prend à rêver à l'existence d'un al-Idrisi italien et à déplorer qu'à part de rarissimes exceptions, les sources narratives latines et grecques aient témoigné une insensibilité aussi générale à l'égard des phénomènes d'habitat et de peuplement".

2Il n'est pas nécessaire d'insister beaucoup sur l'importance de cette tradition de la géographie arabe à laquelle André Miquel a consacré un livre important qui l'étudie dans ses origines (IXe s.) et son développement au Xe siècle en Orient. On sait que cette tradition se prolonge brillamment en Occident aux XIe et XIIe siècles avec les grands ouvrages d'al-Bakri (m. en 1094) et d'al-Idrisi (m. après 1166), mais aussi avec des textes moins connus, mais qui ne manquent pas d'intérêt, comme ceux de deux autres Andalous, al-'Udhri (m. en 1086 ; cf. 16*) et al-Zuhri (dont on sait qu'il vit dans les années médianes du XIIe siècle : cf. 11*). Il est évident que la perception de l'espace, illustrée par des cartes, et la vision cohérente de son organisation humaine et économique, s'expriment dans ces ouvrages à un niveau bien supérieur à tout ce que l'on pourrait trouver à la même époque dans l'Occident chrétien.

3Je reproduis ci-dessous la traduction du texte qu'al-Idrisi consacre aux régions intérieures qui s'étendent entre le Levant valencien et murcien et la région de Jaén : les plateaux intérieurs de la Manche actuelle (Chinchilla) avec leur bordure montagneuse septentrionale (Cuenca), un important massif montagneux, la sierra de Segura, dont les géographes arabes perçoivent clairement qu'il divise en deux la péninsule en partageant les eaux qui se dirigent d'un côté vers Cordoue (Guadalquivir) et de l'autre vers Murcie (Segura), et enfin la région plus confuse de Jaén-Baeza.

4Après avoir tenté de diviser la péninsule en "provinces" ou "climats" dont la nature n'est d'ailleurs pas très claire, al-Idrisi donne la description plus détaillée des centres de peuplement organisés suivant les principaux itinéraires, mesurés en milles ou en étapes journalières de voyage. Ces descriptions peuvent paraître un peu schématiques et conventionnelles, répondant à l'"image" de la ville (madina) telle qu'elle existe dans la mentalité arabe de l'époque : entourée d'une enceinte et pourvue d'un faubourg (rabad), dominée par une citadelle (qasaba), et dotée surtout des éléments qui constituent véritablement la vie sociale et religieuse urbaine : grande mosquée, souks et caravansérails (funduk/s), bains. Mais elles traduisent aussi le modèle d'organisation que l'emprise arabo-musulmane a imposé à al-Andalus comme aux autres régions intégrées au Dar al-Islam, modèle partout réalisé et indéfiniment répété, qui contribue si puissamment à l’unité de la civilisation musulmane traditionnelle.

5Les notations relatives à la vie économique sont souvent assez banales (tous les territoires dépendant de ces villes sont "bien cultivés" ou "fertiles"), mais permettent tout de même de constater certaines spécialisations locales (safran, soie, textiles et tapis, vaisselle de bois, etc..), des mouvements de marchandises (le bois d'oeuvre transporté par le Júcar des forêts de l'intérieur vers Valence et Denia, par exemple). De ces notices un peu répétitives, évoquant toutes (de façon là encore trop conventionnelle ?) richesse agricole et activité commerciale et industrielle, naît l'impression d'une certaine prospérité de ces villes andalouses et des campagnes environnantes, non seulement dans les huertas irriguées de la côte, mais aussi dans les montagnes et vallées intérieures. Aucune précision chiffrée ne peut malheureusement être tirée de ces indications.

6En revanche, un tableau assez clair du mode d'organisation de l'espace et des structures du peuplement se dégage du texte d'al-Idrisi : entre les nombreuses villes, sur lesquelles se porte l'essentiel de l'attention du géographe et les "villages" ruraux, qui apparaissent plus discrètement sous le nom de qarya (pluriel qura), on trouve un échelon intermédiaire de centres de peuplement, les husun (pluriel de hisn), terme que l'on traduit souvent par "châteaux", mais qui désigne en fait des localités fortifiées, dont les plus importantes, par leur population et leurs fonctions, se distinguent mal des villes : ainsi Segura, ou Quesada, qui possède un faubourg, des bains, des lieux de commerce, et de toute évidence, comme on le voit dans les biographies présentées en (B), des fonctions intellectuelles, religieuses, et sans doute administratives, proprement urbaines.

7Le tableau, un peu sommaire et schématique fourni par al-Idrisi peut en effet être complété en utilisant quelques autres textes, comme un passage d'al-Zuhri, assez exceptionnel par sa précision, qui apporte une "statistique" élémentaire concernant la hiérarchie des lieux habités de la sierra de Segura. L'insistance du même auteur sur la richesse agricole de cette région (actuellement particulièrement déshéritée) confirmerait plutôt la vision "optimiste" d'al-Idrisi sur la relative prospérité des campagnes andalouses, même reculées.

8Sur les rapports villes-campagnes, on peut relever les indications qu'apportent divers auteurs (comme l'Oriental Yaqut, m. en 1229, dans son dictionnaire géographico-biographique ou Mu'djam al-buldan ou le Valencien Ibn al-Abbar, m. en 1260, dans son grand répertoire biographique de savants ou Takmila) sur des personnages originaires de très modestes localités rurales (husun ou qura), qui ont, au cours de leur carrière, fait partie de la classe "urbaine" des juristes et lettrés, sans que l'on relève à aucun moment l'existence en ces lieux de structures économico-sociales de type féodal ou seigneurial. Ces savants ne semblent donc pas appartenir à des familles "dominantes" qui auraient exploité "seigneurialement" les villages ou qura. On ne trouve nulle part, dans les sources dont nous disposons, trace de telles structures seigneuriales, ce qui suggère une organisation liant, dans des relations moins inégalitaires qu'on ne l'a souvent dit, la ville et la campagne.

9On n'a proposé ci dessous que quelques exemples des possibilités ouvertes par l'exploitation conjointe des divers types de textes géographiques et juridico-religieux, que l'on pourrait compléter par d'autres de nature historique ou historico-littéraires, et auxquels il faudrait associer l'archéologie. Sur Taibilla, par exemple, localité fortifiée montagnarde de la sierra de Segura, voir A. BAZZANA, P. CRESSIER, P. GUICHARD, Les châteaux ruraux d'al-Andalus, Madrid, 1988, pp. 149-152.

A. Le sud-est de la Meseta castillane, la sierra de Segura et la région de Jaén d'après al-Idrisi

10La ville (madina) de Chinchilla est de moyenne grandeur, défendue par une solide fortification, entourée de jardins et de vergers. Elle est dominée par un belle citadelle (hisn hasan), et l'on y fabrique des tapis de laine que l'on ne saurait imiter ailleurs, circonstance qui dépend de la qualité de l'air et des eaux. Les femmes y sont belles et intelligentes.

11De là à Cuenca, 2 journées.

12Cuenca est une ville (madina) petite, mais ancienne, située près d’une mare formée artificiellement, et entourée de murailles, mais sans faubourg. Les tapis de laine qu’on y fait sont d'excellente qualité.

13De Cuenca à Qalasa, vers l'Est, 3 journées.

14Qalasa est un hisn bien fortifié, construit sur le revers de montagnes où croissent beaucoup de pins. On en coupe le bois et on le fait descendre par eau jusqu'à Denia et Valence. En effet, ces bois vont par la rivière de Qalasa à Alcira, et de là au hisn de Cullera où ils descendent dans la mer ; ensuite on les embarque pour Denia où ils sont employés à la construction des navires, ou bien, s'ils sont larges, pour Valence où ils servent à celle des maisons.

15De Qalasa à Santa-Maria (Albarracín), 3 journées ; de Qalasa à Alpuente, même distance ; de Cuenca à Alpuente, même distance.

16Huete et Uclés sont deux villes (madina) de moyenne grandeur, entourées de champs cultivés, et distantes l'une de l'autre de 18 milles.

17D'Uclés à Segura, 3 journées.

18Le hisn de Segura ressemble à une ville par l'importance de sa population. Il se trouve situé au sommet d'une montagne très haute et escarpée. Ses constructions sont belles. Du pied des montagnes surgissent deux rivières, dont l'une est celle de Cordoue ou Nahr al-Kabir (Guadalquivir), et l'autre celle de Murcie ou Nahr al-Abyad (Segura)...

19...

20Guadix est un point de réunion où aboutissent plusieurs routes. Celui qui veut se rendre (de là) à la ville (madina) de Baza sort de Guadix en direction du mont 'Asim, puis de la qarya de Yura ( ?), et parvient à Baza après avoir parcouru 30 milles.

21La ville (madina) de Baza est de grandeur moyenne, agréablement située, florissante et bien peuplée ; elle est entourée de fortes murailles et possède un souk très propre et de belles maisons. Il s'y fait du commerce et il y a des fabriques de divers genres. A proximité se trouve le hisn de Tiscar, qui par sa hauteur, la solidité de ses fortifications, la bonté du sol et la pureté de l'air, est préférable à tous les husun (pl. de hisn) d'al-Andalus. Il n'est possible d'y monter que par deux points distants entre eux de l'espace de 12 milles et par des sentiers extrêmement étroits ; à son sommet, on trouve de l'eau, des cultures, et des moissons, de sorte que ce château est aussi remarquable par ses ressources que par son assiette avantageuse.

22De Guadix à la ville de Jaén il y a deux fortes journées, et de Baza à Jaén trois journées faibles.

23Jaén est une jolie ville (madina) au territoire fertile, et où l'on peut se procurer de tout à bon compte, principalement de la viande et du miel. Il en dépend plus de trois mille villages (qarya) où l'on élève des vers à soie. La ville possède un grand nombre de sources qui coulent au dessous de ses murs, et une citadelle (qasaba) des plus fortes où l'on ne peut parvenir que par un sentier extrêmement étroit. Elle est adossée à la montagne de Kur, et entourée de jardins, de vergers, de champs cultivés où l'on cultive du blé, de l'orge, des fèves, et toutes sortes de céréales et de légumes. A un mille de la ville coule la rivière Bulun (Guadabullón) qui est considérable, et sur laquelle on a construit un grand nombre de moulins. Elle possède une mosquée cathédrale, des personnes de distinction et des savants ('ulama').

24De la ville de Jaén à la ville de Baeza, il y a 20 milles. De Jaén on aperçoit Baeza et réciproquement. Baeza est bâtie sur une colline qui domine la Grande Rivière qui descend vers Cordoue ; c’est une ville (madina) entourée de murailles et pourvue de souks et de commerces ; les champs qui l'environnent sont bien cultivés et produisent beaucoup de safran. A 7 milles de distance vers l'orient, non loin du même fleuve, est Ubeda, ville (madina) petite, dont le territoire produit beaucoup de blé et d’orge.

25Dans l'espace compris entre la ville de Jaén, Baza et Guadix, il y a de nombreux husun florissants, ressemblant à des villes, bien habités et produisant de tout en abondance. Ainsi le hisn de Jodar, d'où tire son nom le khilat [sorte de préparation culinaire] dit "de Jodar". De là au hisn de Toya, vers l'orient, il y a 12 milles ; et de là (on va) au hisn de Quesada, qui ressemble à une ville avec ses souks, son faubourg (rabad) populeux, ses bains, ses fondouks. Il est dominé par une montagne où l'on coupe du bois qui sert à tourner des pots, des jarres, des plats et autres ustensiles que l'on diffuse en al-Andalus ainsi que dans la plus grande partie du Maghreb. Cette montagne se prolonge jusqu'auprès de Baza. Entre Jaén et ce hisn (Quesada), il y a deux journées, de même que jusqu'à Guadix.

Trad. française d'après EDRISI (al-Idrisi), Description de l'Afrique et de l’Espagne, éd. et trad. par R. Dozy et M.J. de Goeje, Leyde, 1968 (réimpr. de l'éd. de 1866), pp. 237-238 et 247-249. Edition récente du texte arabe dans AL-IDRISI, Opus geographicum, fascicule 5, Naples-Rome, 1975, pp. 560-561 et 568-569.

B. Le peuplement de la sierra de Segura d'après al-Zuhri et des notices biographiques de savants et lettrés

26La sierra de Segura est une grande zone montagneuse densément peuplée et mise en valeur, où les récoltes, les troupeaux, l'arboriculture fruitière produisent en abondance. On y trouve des villages (qura), des ma'aqil (refuges perchés), des husun bien fortifiés, au nombre de 300 pour les qura et de 33 pour les husun. C'est dans la partie la plus haute de cette montagne qu'est située la ville (madina) de Segura, qui est l'une des villes les mieux protégées d'al-Andalus.

AL-ZUHRI, "Kitab al-Dja’rafiyya", éd. M. Hadj-Sadok, Bulletin d'Etudes Orientales (Institut Français de Damas), XXI, 1968, p. 209.

27Furghulit : c'est une qarya faisant partie des districts (nawahi) de Segura, en al-Andalus. En était originaire le faqih et transmetteur de traditions chaféite Abu-l-Hasan 'Ali b. Sulayman al-Muradi al-Shaquri al-Furghuliti (=de la tribu de Murad, de Segura, de Furghulit). Il fit un voyage au Khorassan en l'an 525/1130 et y séjourna un certain temps ; il apprit le fiqh de Muhammad b. Yahya al-Djabri et le hadith d'Abu 'Abd Allah al-Farawi... [d'après le reste de la notice, ce personnage a continué à étudier en Irak et en Syrie, où il est mort en 1149].

Gamal 'ABD AL KARIM, "La España musulmana en la obra de Yaqut", Cuadernos de historia del Islam, 6, 1974, notice no 254, d'après le Mu'djam al-Buldan de Yaqut, éd. Wüstenfeld, III, 880

28'Abd al-Malik b. Abi-l-Khisal Mas'ud b. Faradj b. Khalsa al-Ghafiqi le secrétaire (katib), de Segura, originaire d’une qarya de la dépendance (de cette ville) appelée Furghulit. Il habita Cordoue et sa kunya était Abu Marwan. Il rapporta des traditions d'après Abu-l-Hasan al-Asadi et d'autres maîtres cordouans... [C'était un secrétaire brillant et cultivé, d'un grand talent oratoire, qui fut au service du gouvernement almoravide à Marrakech, à Fès et en d'autres lieux, et écrivit des lettres officielles d'une incomparable qualité. Il mourut en 539/1144-45, l'année même de la chute du régime almoravide].

29Ma'zuz b. Habib : des gens de Taibilla, district ('amal) de Baza, dont la kunya était "Abu-l-Sharaf", il eut pour maîtres : Abu Muhammad b. 'Attab, Abu Bahr al-Asadi et d'autres ; il eut la charge de la khutba (prédication) dans son lieu d’origine ou à Baza. Le cadi Abu Bakr Muhammad b. 'Abd al-Malik b. Abi Nadir fut son élève.

30Muhammad b. 'Abd al-Malik b. Abi Nadir : des gens de Taibilla, district ('amal) de Baza. Il habita Almerίa. Sa kunya était "Abu Bakr". Il fut, dans sa localité d'origine l'élève du khatib (prédicateur) Abu-l-Sharaf Ma'zuz b. Habib al-Taybali (= de Taibilla) ; à Murcie d’Abu 'Abd Allah b. 'Abd al-Rahim et d'Abu-l-Qasim b. Hubaysh ; à Cordoue d'Abu-l-Qasim b. Bashkuwal et d'autres. Il reçut l'idjaza (licence d’enseigner) d'Abu-l-Hasan b. Hudhayl, d'Abu-l-Hasan b. al-Ni'ma, d'Abu Muhammad b. 'Ubayd Allah, d'Abu-l-Qasim al-Sahili et d'Abu Abd Allah b. al-Fakhkhar. Il exerça à Almería la fonction de cadi, ainsi que la sala (prière) et la khutba (prédication).

31C’était un bon connaisseur du fiqh (droit) et du hadith (tradition), pénétrant en matière de lecture coranique, et d'une excellente écriture... Il mourut à Almerίa en l’an 610 ou 611 (1213-1214) après avoir été destitué de la fonction de cadi.

32Nasr b. 'Abd Allah b. 'Abd al-'Aziz b. Bashir al-Ghafiqi, dont la kunya était "Abu 'Amru". Il habita Quesada, mais était originaire de Furghulit, district (amal) de Segura. Il reçut l'enseignement de son grand père maternel Abu 'Amru Nasr b. 'Ali b. 'Isa al-Shaquri (de Segura) dont il a été question précédemment, d'Abu-l-Hasan Hannun b. al-Hakam al-Ya'mari al-'Ubbadhi (=d'Ubeda) [et de divers autre maîtres. Il résida pour études à Cordoue, où il eut en particulier pour maître Ibn Bashkuwal, et à Murcie. Il occupait une position prééminente dans l'enseignement de la lecture coranique à Quesada lorsque les chrétiens prirent la ville en 1224. Il alla alors à Cordoue, puis à Lorca où il mourut en 623/1226 à 87 ans environ, puisqu'il était né en 535/1140-41].

IBN AL-ABBAR, Takmila (Complementum libri Assilah), éd. Codera, Madrid, 1889, vol. I et II (t. V et VI de la "Bibliotheca Arabico-Hispana"), notices nos 1706, 1176, 928, 1197.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search