Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Seconde partie. Hommes et paysages de Sicile et d'al-Andalus

[8]. L'agriculture irriguée dans les huertas andalouses et siciliennes

Texte intégral

1L'une des caractéristiques des paysages méditerranéens de l'aire musulmane européenne est évidemment l'importance des huertas irriguées, dont la "Conque d'or" de Palerme et la Huerta de Valence sont les plus célèbres. On se contentera de rappeler ci dessous les principaux aspects de cette irrigation de tradition musulmane : des systèmes de canaux, parmi lesquels les plus développés sont ceux de Valence et de Murcie, des pratiques d'irrigation reposant sur l'attribution aux propriétaires ou aux communautés irrigantes de "tours d'eau", et des techniques, parfois assez complexes, comme les qanat/s, dont on sait maintenant qu'ils n'étaient pas circonscrits à l'Iran et au Sahara, mais qu'on en trouvait jusqu'en al-Andalus. L'exemple le plus célèbre est celui de Madrid, dont Jaime OLIVER ASIN (Historia del nombre Madrid, Madrid, 1959) a montré que le nom dérivait de l'existence d'un système de galeries conductrices souterraines établies à l'époque musulmane ; mais on a aussi commencé à étudier des réseaux ruraux, qui remontent selon toute vraisemblance à l'époque musulmane, comme ceux de Majorque. On pourra voir à cet égard le livre très suggestif de M. BARCELO, MA. CARBONERO et al., Les aigües cercades (Els qanat/s de l’illa de Mallorca), Palma de Majorque, 1986 ; plus brièvement : M. BARCELO, "Les Qanat/s au pied du Qastil al-'Uyun", in : Castrum 2 : Structures de l'habitat et occupation du sol dans les pays méditerranéens : les méthodes et l'apport de l'archéologie extensive, Rome-Madrid, 1988, pp. 301-305.

2Plus répandus dans toute la zone anciennement musulmane sont les norias (de l'ar. na'ura) à traction animale, composées d'un système de roues à engrenage qui élèvent, grâce à une chaîne de godets (portant le nom d'arcaduz en castillan, alcaduf en valencien, alcatruz en portugais, toutes formes venant de l'arabe al-qadus) l'eau accumulée dans un puits jusqu'à un bassin d'où elle se déverse sur les terres à irriguer. Au Portugal, ce type de noria est nettement localisé dans les zones qui ont connu une forte empreinte musulmane : la région de Lisbonne et l'Algarve (C). Mais la coïncidence n'est pas toujours aussi évidente ; ainsi dans la région de Tarragone, longtemps zone frontière qui n'a pas vraiment été islamisée, ce type de roues élévatoires était très répandu jusqu'à l'apparition des pompes à moteur. Il reste que la diffusion systématique de ces procédés d'irrigation, et sans doute aussi des modes de distribution de l'eau individuels ou collectifs, selon les régions et les formes de société, doit remonter à l'époque musulmane, comme en témoigne le vocabulaire de l'irrigation, massivement emprunté à la langue arabe. En (D), schémas de norias, dont on a pu retrouver archéologiquement des éléments (D 3).

3Je ne donne qu'une rapide analyse d'un long document siculo-arabe de 1132 sur l'irrigation, publié dans le recueil de documents grecs et arabes de Cusa, et qui n'a pas, à ma connaissance, été étudié. On notera l'existence de "tours d'eau", qui sont ici appropriés privativement, et la présence de l'occidentalisme fahs, qui désigne, en al-Andalus et en Sicile, la campagne environnant une ville et vivant dans sa dépendance étroite. Je soulignerai aussi le fait que, comme en al-Andalus, ces musulmans palermitains se parent encore, à l'époque chrétienne, de nisba/s tribales évoquant des origines berbères (majoritaires : al-Luwati, al-Hawwari) ou arabes (al-Kindi).

A) Les systèmes d'irrigation de Murcie et d'Orihuela d’après al-'Udhri (milieu du XIe siècle)

4Le territoire de Tudmir est célèbre par la fécondité de ses terres et la qualité de ses fruits... Sa terre est arrosée par un fleuve dont les propriétés sont semblables à celles du Nil d'Egypte. Les eaux de ce fleuve coulent vers l'est et leur lieu de naissance se trouve à la source de M.l.n.s.h., dont le courant se dirige vers le Levant (Sharq). Près d'elle se trouve la source de Balantishka qui est la naissance du fleuve de Cordoue et dont les eaux coulent vers l'ouest.

5Sur le fleuve de Tudmir, il y a des norias (nawa'ir, plur. de na'ura) dont on arrose les huertas (djanat) du territoire. Le début de la saqiya (canal d'irrigation) qui en dérive se trouve à Qantarat Ashkaba [toponyme lié à un pont -qantara- sur le territoire actuel d'Alcantarilla]. Ce canal atteint les propriétés des habitants de la ville (madina) de Murcie, jusqu'aux limites de la qarya de Tus, qui fait partie des qura (pl. de qarya, "village” ou hameau) de la ville (madina) d'Orihuela. Les habitants de la ville d'Orihuela ouvrent dans leur secteur une saqiya à partir du même fleuve jusqu'à l'endroit appelé al-Qatrulla [act. Catral ?]. La longueur de cette saqiya et de son espace irrigué est de 28 milles. Son cours s'arrête au sud de cette zone dans un secteur appelé al-Muwalladin, vers une qarya du nom de al-Dj.z.îra [non vocalisé, al-Djazira : "l'île", ou al-djuzayra : "la petite île"]. De là le fleuve se dirige vers la mer (passant par) un lieu appelé al-Mudawwir ("les Méandres”).

AL-'UDHRI, Fragmentes geográfico-históricos, éd. Al-Ahwani, Madrid, 1965, p. 1 ; trad. esp. dans E. MOLINA LOPEZ, "La cora de Tudmir según al-'Udhri", Cuadernos de historia del Islam, 3, 1972, pp. 42-45.

B. Acte arabe de 1132 concernant l’irrigation dans la banlieue de Palerme (analyse)

6En djumada I de 526 (mars-avril 1132) 'Abd al-Rahman b. 'Umar b. Abi-l-Samra' al-Luwati (= de la tribu berbère des Luwata) et Husayn b. 'Ali al-Kindi (= de la tribu arabe de Kinda) échangent entre eux des tours d'eau. Le premier cède le tour (nawba) qui lui appartient tous les onze jours, et qui correspond en volume à un darb sur les trois durub qui coulent dans un canal de la plaine (fahs) située à l'ouest de Palerme. Ce canal vient de la source d'al-Manani et va au lieu dit Burdj al-Battal (la Tour de Battal) et à Fahs Mariya. Le second cède son tour de seize jours sur les eaux des deux sources dites Faradj et Batiya, situées dans le même fahs occidental de Palerme. Témoins de l'acte : 'Abd al-'Aziz al-Mawdhan b. al-Sab' b. Ibn al-Qasim al-Hawwari (de la tribu berbère des Hawwara), Husayn b. Yusuf al-Luwati, Ahmad b. Husayn b. Yusuf al-Luwati.

D'après Salvatore CUSA, I diplomi greci ed arabi di Sicilia, rééd. Cologne-Vienne (Böhlau Verlag), 1982, de l’éd. de Palerme, 1868-1882, pp. 706, doc. 43 (analyse), et texte arabe pp. 6-12.

7C. Localisation des norias de tradition islamique au Portugal, d'après Thomas F. GLICK, Irrigation and Society in Medieval Valencia, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1970, p. 181.

8D. (1). Le mécanisme d'une noria à traction animale, d'après Thomas F. GLICK, Islamic and Christian Spain in the Early Middle Ages : Comparative Perspectives on Social and Cultural Formation, Princeton University Press, 1979, p. 236.

9(2) Une noria traditionnelle aux Baléares, d'après Th. SCHIOLER, Roman and Islande Water-lifting Wheels, Odense, 1973, reproduit dans : A. BAZZANA, P. GUICHARD, Y. MONTMESSIN, "L'hydraulique agricole dans al-Andalus : données textuelles et archéologiques", in : L'Homme et l'Eau en Méditerranée et au Proche Orient, IV : L'Eau dans l'agriculture, Lyon, Maison de l'Orient, 1987, p. 74.

10(3). Pièce de roue élévatrice retrouvée dans la fouille d'un puits de noria de la plaine de Gandía-Oliva (Valence) remontant à l'époque musulmane ; on constate la similitude avec une noria marocaine actuelle (Ibid., p. 72).

Table des illustrations

Légende 8C
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/18948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Légende 8D
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/18948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 329k

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540