Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Seconde partie. Hommes et paysages de Sicile et d'al-Andalus

[7]. Les taifas face à Alphonse VI de Castille : des parias à la Reconquête (vers 1075-1086)

Texte intégral

1Les Mémoires de l'émir 'Abd Allah de Grenade (27) fournissent un tableau très vivant de la situation des taifas andalouses du XIe siècle face à la pression diplomatico-militaire de plus en plus insistante du roi de Castille-León Alphonse VI (1072-1109). Le souverain chrétien use de la menace, mais joue aussi des divisions et rivalités des émirs musulmans. Le passage ci-dessous se situe au début du règne personnel de 'Abd Allah, aux environs de 1075. La politique de l'émirat de Séville, où règne l'Abbadide al-Mu'tamid (22*), est alors sous l'influence de son ami et vizir Ibn 'Ammar, personnage ambitieux qui tentera un peu plus tard (1077-1078) de se rendre indépendant à Murcie après la conquête de cette ville par les Sévillans, et finira exécuté par son ancien souverain. Il manoeuvre à ce moment pour abattre la résistance que l'émirat de Grenade offre à l'expansion de l'émirat abbadide, une fois la plus grande partie de l'Andalus méridional passé sous la domination sévillane à la suite de la destruction de la plupart des petites taifas entre lesquelles la région s'était divisée au lendemain de la chute du califat de Cordoue (17*).

2L’un des aspects les plus intéressants de ce texte est de nous révéler la ligne politique suivie à ce moment par Alphonse VI, tout à fait conscient aussi bien du but à atteindre (la Reconquête : sur ce point, voir aussi 26*) que des difficultés de l'entreprise et des limites de ses possibilités. Dans son esprit, le versement, par les souverains musulmans, de lourds tributs ou parias en mithqal/s (dinars), ne constitue qu'une étape de leur affaiblissement. L'émir de Grenade se réfère à ce sujet à des confidences du vizir du roi chrétien Sisnando Davidiz. Ce personnage exceptionnel est relativement bien connu. Il appartenait à un groupe de chrétiens arabisés-mozarabes-du nord de l'actuel Portugal, capturés lors d'une expédition de l'émir de Séville al-Mu'tadid (1042-1069) dans la région de Coïmbra. Ayant gagné la confiance du souverain, il parvint à la dignité de vizir dans son gouvernement, puis quitta Séville pour passer au service d'Alphonse VI. Ayant participé activement à la reconquête de Coïmbra, il en fut nommé comte par le roi castillan, qui lui confia ensuite le gouvernement de Tolède après 1085. Sa connaissance d'al-Andalus et sa pratique de l'arabe le désignaient, comme le montre le texte de l'émir 'Abd Allah, pour des missions diplomatiques auprès des souverains musulmans avec lesquels il pouvait s'entretenir directement.

3Le second texte, extrait de la Primera Crónica General de España rédigée sous le roi "savant" Alphonse X, dans la seconde moitié du XIIIe siècle, à partir de sources antérieures arabes et latines, se réfère à la seconde phase de la progression castillane, celle de la conquête territoriale. Après l'occupation de Tolède en 1085 (26), Alphonse VI mène quelques mois plus tard une expédition contre l'émirat de Saragosse, avec l'espoir d'occuper définitivement de nouveaux territoires. Ce texte est, globalement, sans doute moins fiable que le précédent, mêlant faits réels et légendaires. Se situant avant l'entrée des Almoravides dans la péninsule (1086), il fait anachroniquement allusion à la prétendue dot que la "Mora Zaida", fille d'al-Mu'tamid de Séville (présentée comme convertie sous le nom de Marie) aurait dû apporter au roi de Castille en s'unissant à lui ; en fait, on sait que cette fameuse "Mora Zaida" était une épouse de l’un des fils d’al-Mu'tamid, al-Ma'mun, tué à Cordoue lors de la prise de la ville par les Almoravides en 1091, venue à la cour d'Alphonse VI après cette date, et devenue ensuite la concubine du roi auquel elle donna l'infant Sancho tué à Uclés en 1108 (LEVI-PROVENCAL, "La Mora Zaida femme d'Alphonse VI et leur fils l'infant don Sancho", Hespéris, VIII, 1934, pp. 1-8, republié dans Islam d'Occident, Paris, 1948). Le texte donne inexactement au sultan almoravide Yusuf b. Tashfin le titre califat d'Amir al-Mu'minin (Miramamolin) qu'il n'a pas porté officiellement, les Almoravides s'étant contentés de celui d'Amir al-Muslimin, que le califat abbasside leur avait reconnu (LEVI-PROVENCAL, "Le titre souverain des Almoravides et sa légitimation par le califat 'abbaside", Arabica, 2, 1955). On notera la promesse faite par Alphonse VI aux musulmans des régions qu'il espère conquérir de respecter la loi coranique en matière fiscale. On retrouve un peu plus tard cette promesse dans les chartes de capitulation des villes de la vallée de l'Ebre (34*).

4Chaque fois qu'al-Mu'tamid s'efforçait d'apaiser les choses, que je désirais moi-même faire la paix avec lui, ou bien encore qu'une trève était décidée, Ibn 'Ammar ne laissait pas de la rompre et d’allumer le feu de la guerre. Il alla une seconde fois trouver le Chrétien (nasrani) Alphonse, lui montra les avantages que lui vaudrait la prise de Grenade et me dépeignit à ses yeux comme quelqu'un d'impuissant, vu ma faiblesse et mon jeune âge ; il lui garantit la possession totale des richesses de Grenade (amwal Gharnata), s’il s'engageait, une fois la ville prise, à la lui donner en toute souveraineté et à lui laisser mon trésor personnel (amwali-na)... Il alla jusqu'à lui promettre, une fois l'affaire terminée à son gré, 50.000 mithqals en plus de l'argent qu'il trouverait à Grenade, s'il lui accordait de se mettre en marche sans délai. Toutes ces promesses remplirent d’avidité le Rumi, qui se dit : voilà une affaire dont je ne manquerai pas de tirer profit, même si la ville n'est pas prise ! Mais quel avantage aurai-je à l'enlever à l'un pour la donner à l'autre et lui fournir ainsi des moyens contre moi ? ... Il s'en vint donc avec l'intention de dépouiller aussi bien son allié que celui contre lequel il marchait, et de les perdre l'un par l'autre. Il n'avait pas, par ailleurs, l'espoir de prendre la ville pour son propre compte ; il tint à ce sujet le raisonnement suivant : "Je suis étranger à leur religion (milla), et tous ces gens me haïssent. Pour quel motif pourrais-je désirer prendre Grenade ? Qu'elle se soumette sans combat, c’est impossible ! Il me faudrait donc mener la guerre, exposer mes soldats à la mort, dépenser de l'argent : j'aurais alors plus à perdre que ce que j’espère en tirer si elle tombe en mon pouvoir ! Dans ce cas même, je ne la conserverais qu'autant que je serais sûr-ce qui ne serait pas le cas-de la fidélité de sa population. Je ne peux pourtant pas faire massacrer cette dernière et peupler la ville de gens de ma religion (millati) ! Non, ce qu'il y a lieu de faire, en vérité, c'est de les dresser les uns contre les autres et de leur prendre continuellement de l'argent afin d'affaiblir leurs ressources et de les épuiser. Une fois qu'ils en seront arrivés là, ils n'auront plus qu'à se soumettre et à venir se livrer à moi spontanément. C'est bien ce qui s'est passé à Tolède, que je vais obtenir sans fatigue grâce à l'appauvrissement et à la dispersion de sa population, ainsi qu'à la fuite de son sultan !".

5Je savais fort bien quelle était sa ligne de conduite, par ce qu'il en disait à ses vizirs (wuzara'). Cela me fut répété par Sisnando de vive voix au cours de cette campagne : "C'est aux chrétiens (Rum) qu'au début appartint al-Andalus, jusqu'au moment où ils furent vaincus par les Arabes qui les refoulèrent en Galice... Mais maintenant que c'est possible, ils désirent recouvrer ce qui leur a été ravi par la force ; pour que le résultat soit définitif, il faut vous affaiblir et vous user avec le temps : quand vous n'aurez plus ni argent ni soldats, nous nous emparerons du pays sans la moindre peine !"...

6[Des négociations s'engagent entre les ambassadeurs de l'émir 'Abd Allah et ceux d’Alphonse VI, qui fait demander au roi de Grenade, pour prix de sa neutralité, le versement de 50.000 mithqals :]

7Je me plaignis du peu de ressources du pays, en lui exposant que ce serait pour lui une charge impossible, et qu'il était à mon avis certain qu'au cas où une telle somme serait payée, mon royaume serait si affaibli qu'Ibn 'Abbad ne manquerait pas l'occasion de s'en emparer. Et j'ajoutai : "S'il prend Grenade, ses possibilités grandiront, et il ne te témoignera plus sa soumission. Prends donc ce que je puis t'offrir, et laisse-moi quelque chose qui me permette de subsister. Ce que tu laisseras, tu le trouveras chez nous quand tu le demanderas". Il n'accepta ces raisons qu'après bien des difficultés, et je finis par conclure un accord moyennant le paiement d'une somme de 25.000 mithqals, c'est à dire la moitié de ce qu'il avait demandé. Puis je fis préparer à son intention, pour me prémunir contre ses mauvais sentiments, des tapis, des étoffes, des vases, qui furent rassemblés dans une grande tente. Je l'invitai à y pénétrer, et quand il vit les étoffes, il ne les trouva pas assez belles. Nous nous mîmes d'accord sur une augmentation de 5.000 mithqals, ce qui porta le montant total du paiement à 30.000...

8[Un peu plus tard, un accord est signé entre les souverains de Séville, Tolède et Grenade, sous l'égide du roi de Castille :]

9Un accord, en conséquence, fut rédigé en présence d'Alphonse ; ce document défendait toute agression d'un (prince musulman) contre un autre. Il y fut stipulé le montant du tribut annuel que nous aurions à lui verser. Pour ma part, il le fixa à 10.000 mithqals par an ; Il me parla avec douceur, me disant : Ibn 'Ammar aurait voulu que je fasse preuve de mauvaise foi à ton égard ! A Dieu ne plaise que l'on sache par le monde qu'un homme comme moi, puissant parmi les Rum, soit venu te trouver, toi qui es un grand personnage de ta race, pour te trahir ensuite ! Demeure en paix ! Je ne t’assujettirai à rien d'autre qu’au paiement du tribut (dariba), que tu m'enverras chaque année sans retard. Si tu en diffères l'envoi, tu recevras la visite de mon envoyé, et son séjour t'occasionnera des dépenses ! Il vaudra donc mieux pour toi t'empresser de verser de l’argent

D'après la trad. Evariste LEVI-PROVENCAL des "Mémoires de 'Abd Allah, dernier roi ziride de Grenade", Al-Andalus, IV, 1936-1939, pp. 34-40 (texte arabe dans la même revue, III, 1935, pp. 320-322).

10Comment le roi Don Alphonse alla assiéger Saragosse, et dut s'en retirer pour secourir le territoire envahi par les Maures en son absence.

11La vingt-troisième année de son règne -c'est à dire en 1123 de l'Ere (hispanique), 1085 de l'incarnation du Seigneur, 37 de l’empereur de Rome Henri-le roi Don Alphonse VI se tenant pour lésé d’avoir perdu Cuenca et tout ce que lui avait donné sa femme Doña Maria, et voulant récupérer tout cela ou ce qu'il pourrait, partit avec une très grande armée et marcha sur Saragosse qui se trouve dans ces régions. Il l’assiégea et avait l'intention de ne pas s'en éloigner jusqu'à ce qu'il l'ait prise. Les Maures lui offraient beaucoup d'argent pour qu'il fasse la paix avec eux, mais il ne voulut pas l'accepter, malgré l'importance de la somme : c'était la ville qu'il voulait et non pas de l'argent ; sa conquête lui tenait particulièrement à coeur, car elle était dans la zone du roi de Navarre qui n'était pas bien avec lui et ne l'aimait pas. Et pour obtenir plus facilement le pays, il défendit aux siens de faire aucun mal aux Maures qui habitaient les plaines et les localités (aldeas), ni de leur dérober ou leur prendre quoi que ce soit leur appartenant ; il fit ensuite dire à ces Maures qu’ils ne lui payent ni ne lui paieraient plus d'impôts qu'ils n'en payaient à leurs (souverains) maures, et qu'il ne les contrarierait en rien de leur droit (fueros) ni de leurs usages, selon leur loi et leur coutume. Et le roi don Alphonse agissait ainsi en pensant qu'avec cette politique il pourrait obtenir l'Andalousie (Andaluzia) en peu de temps, car il se rendait bien compte que si des forces musulmanes (poder de moros) passaient la mer depuis l'Afrique, il ne pourrait pas l'avoir comme il le souhaitait. On lui avait dit en effet que Yuçaf Abentexefin, le Miramamolin, se trouvait déjà à Ceuta. Il s'efforçait de faire croire aux Maures aussi bien qu'aux chrétiens qu’il ne voulait pas autre chose de l'Andalousie que la souveraineté (el sennorio) et les droits qu'ils avaient coutume de donner aux (souverains) maures selon leur loi ; il disait même aux Maures qu'il n'agirait pas avec eux comme le faisaient leurs rois maures, qui leur prenaient davantage que ce qui était légal et leur faisaient du tort. Il leur manifestait que c'était là une pratique qu'il tenait pour mauvaise, afin qu'ils pensent que, la jugeant mauvaise, il n'agirait pas ainsi et n'outrepasserait pas ses droits.

12Mais alors qu'il assiégeait Saragosse, les seigneurs des Maures de l'Occident (d'al-Andalus : ell Algarbe) s'accordèrent pour envoyer demander au Miramamolin Yuçaf de venir les aider pour que l'Andalousie ne se perde pas...

Primera Crónica General de España, éd. MENENDEZ PIDAL, Madrid, 1955, chap. 886.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search