Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Seconde partie. Hommes et paysages de Sicile et d'al-Andalus

[6]. Un monde fragile : la crise sicilienne de 1014-1035 et l'éclatement politique de l’île

Texte intégral

1C'est à l'historien oriental Ibn al-Athir (1160-1223), qui vécut en Irak et en Syrie (où l'on sait qu'il participa aux combats de Saladin contre les Croisés), que l'on doit l'un des exposés les plus complets sur la crise politique sicilienne du XIe siècle qui prélude à l'occupation de l’île par les Normands. Son grand ouvrage, le Kamil fi-l-Ta'rikh, annales historiques depuis le commencement du monde jusqu'à l'année 628 (1230-1231), "constitue le sommet de l'historiographie annalistique musulmane ; elle se distingue par la sélection bien équilibrée de son vaste matériel, sa présentation claire et les éclairs d’intuition historique de son auteur, mais elle est quelque peu déparée du point de vue moderne du fait qu'elle n'indique pas ses sources, et que sa forme de chronique est trop restreinte" (F. ROSENTHAL, dans /Encyclopédie de l'Islam2, III, p.  746). Sur la crise sicilienne de la première moitié du XIe siècle, voir les passages concernant Palerme dans : A.-M. EDDE, H. BRESC, P. GUICHARD, "Autonomismes urbains des cités islamiques", in : Les origines des libertés urbaines, Actes du XVIe Congrès des Médiévistes, Rouen, 1990, pp. 97-119.

2Au moment où commence le texte, la Sicile est un émirat autonome gouverné par le dynastie arabe des Kalbites, dépendant théoriquement du califat fatimide du Caire (on rappelle qu'en 972, à leur départ pour l'Egypte qu'ils viennent de conquérir-en 969-les Fatimides de Kairouan laissent le pouvoir dans les provinces occidentales de leur empire à deux dynasties émirales, celle de Païenne et celle des Zirides dans leur ancienne capitale de Kairouan). On notera dans le texte l'importance des facteurs ethniques et des considérations fiscales.

3Récit de la conquête de l'île de Sicile par les Francs.

4En 484 (commence le 22 février 1091) les maudits Francs conquirent toute la Sicile, puisse Dieu rendre cette île à l'Islam et aux musulmans ! Les causes de cet événement sont les suivantes : en 388 (998), l'émir (amir) qui gouvernait cette île, Abu-l-Futuh Yusuf b. 'Abd Allah b. Muhammad b. Abi-1-Husayn, qui tenait sa nomination de l'Alide [= le calife Fatimide du Caire] al-'Aziz, prince (sahib) d’Egypte et d'Ifriqiya, fut frappé d'une hémiplégie qui lui paralysa entièrement le côté gauche et affaiblit le côté droit. Il se fit alors suppléer par son fils Dja'far, et il continua ainsi de tenir le pays et de le gouverner sagement jusqu'en 405 (juillet 1014-juin 1015). C'est alors que se révolta contre Dja'far son frère 'Ali, que soutenaient des Berbères et des esclaves noirs ('abid) ; mais Dja'far envoya contre lui de la capitale un corps d'armée (djund), qui attaqua le rebelle le 7 sha'ban (30 janv. 1015) et tua quantité de Berbères et de 'abid, alors que les autres s’enfuyaient ; 'Ali lui-même fut fait prisonnier et exécuté par ordre de Dja'far. Cette exécution du coupable suivit de huit jours sa révolte et fut très pénible à son père. Dja'far rendit alors un ordre d'exil contre tous les Berbères qui se trouvaient dans l'île, et ils furent expulsés en Ifriqiya ; il fit en outre massacrer tous les 'abid sans exception, et recruta dès lors son djund exclusivement parmi les Siciliens, ce qui provoqua un amoindrissement de l'armée dans l'île et alluma les convoitises de ses habitants contre les dirigeants (umara').

5Les Siciliens ne tardèrent pas à se soulever, destituèrent (Dja'far) et menacèrent de le tuer. La cause de ce mouvement était qu'il avait nommé pour les administrer un homme qui les exploitait, prélevait les dîmes (a'shar) sur leurs récoltes (ghalla) et traitait avec mépris les chefs (militaires : quwwad) et les notables (civils : shuyukh al-balad) ; d'autre part Dja'far lui-même se montrait impérieux et orgueilleux à l'égard de ses propres frères. Le résultat fut que, au moment où il ne se doutait de rien, les gens du pays (ahl al-balad), grands et petits, l'assiégèrent dans son palais, en muharram 410 (mai 1019). Ils étaient tout près de s'emparer de sa personne quand son père Yusuf, pour qui ils avaient de l'affection, se fît porter en litière au-devant d'eux et s'entremit pour les ramener à de meilleurs sentiments. Les assiégeants se mirent à pleurer en le voyant dans ce triste état de santé, lui exposèrent ce qu'ils avaient à souffrir de son fils Dja'far et lui demandèrent de le remplacer par son autre fils Ahmad, connu sous le nom d'al-Akhal. Yusuf fît le changement qu'on lui demandait, mais comme il craignait qu'ils ne tentent quelque chose contre Dja'far, il le fît embarquer pour l'Egypte, puis lui-même en fît autant. Ils emportèrent avec eux 670.000 dinars, et Yusuf, qui avait possédé treize mille juments, sans parler des mulets et autres bêtes de somme, n'avait plus, quand il mourut en Egypte, qu'une seule monture.

6Quant à al-Akhal, il se mit à exercer le pouvoir résolument et avec zèle : il leva des combattants et lança contre les pays de l'infidélité des colonnes qui y mirent tout à feu et à sang et en rapportèrent du butin et des prisonniers ; toutes les forteresses de Sicile appartenant aux musulmans reconnurent son autorité. Mais al-Akhal avait un fils du nom de Dja'far, par qui il se faisait suppléer durant ses absences, et qui agissait tout autrement que son père. Ultérieurement, al-Akhal convoqua les Siciliens (ahl Siqilliya) et leur dit : "Je voudrais vous débarrasser de ces Ifriqiyens qui prennent avec vous leur part dans ce pays qui vous appartient, et pour cela les chasser". Mais sur la réponse qu'ils lui firent que, par suite des alliances contractées entre eux, tous ne faisaient qu'un même peuple, il les congédia pour ensuite s'adresser aux Ifriqiyens à qui il tint le même langage. Ceux-ci ayant accepté ses propositions, il les réunit autour de lui, et exempta leurs propriétés (amlak), alors qu'il prélevait le kharadj sur les propriétés des Siciliens. Alors un groupe de Siciliens se rendit auprès d'al-Mu'izz b. Badis [l'émir ziride de Kairouan, qui règne depuis 1016 sur l'Ifriqiya] pour se plaindre de ce qui leur arrivait, ajoutant qu'ils voulaient relever directement de son autorité, sans quoi ils livreraient le pays aux chrétiens. A la suite de cette démarche, qui eut lieu en 427 (nov. 1035-oct. 1036), (al-Mu'izz) envoya avec eux à la tête de troupes son fils 'Abd Allah, qui assiégea al-Akhal dans Khalisa [le quartier sultanien de Palerme, véritable "ville princière"]. Puis les Siciliens apparurent divisés, certains d'entre eux voulant soutenir al-Akhal, qui fut cependant tué par ceux qui avaient fait venir 'Abd Allah b. al-Mu'izz. Les dissensions ne firent qu'augmenter, et des reproches furent adressés à ceux qui soutenaient 'Abd Allah : "C'est contre vous-mêmes que vous avez appelé un étranger à vous gouverner ; tout cela, par Dieu ! ne peut pas bien finir !". Ils décidèrent alors de combattre l'armée d’al-Mu'izz et se rassemblèrent pour l'attaquer. L'armée d'al-Mu'izz, battue, perdit huit cents hommes et se rembarqua pour l'Ifriqiya.

7Les Siciliens se donnèrent alors comme gouverneur Hasan al-Samsam, frère d'al-Akhal ; mais tout tomba dans le désordre, les gens les plus vils exercèrent le pouvoir, chacun se déclara indépendant dans sa ville et l'on expulsa al-Samsam (de la capitale). Le qa'id 'Abd Allah b. Menkut proclama son indépendance à Mazara, Trapani et autres lieux ; le qa'id 'Ali b. Ni'ma, connu sous le nom d'Ibn al-Hawwas à Castrogiovanni, Agrigente et autres lieux ; Ibn al-Thimna, qui épousa la soeur du précédent, à Syracuse et à Catane... [les mauvais traitements que son mari, en état d'ivresse, fait subir à cette dernière, provoquent la rupture entre les deux chefs]... Alors, Ibn al Thimna, qui commandait à la plus grande partie de l'île et au nom de qui se faisait la khutba dans la capitale, rassembla ses troupes et alla assiéger Ibn al-Hawwas à Castrogiovanni ; mais celui-ci fit une sortie, lui livra une bataille où il resta vainqueur et le poursuivit jusqu’auprès de Catane ; il ne revint sur ses pas qu'après avoir tué un très grand nombre de fuyards.

Trad. française dans : E. FAGNAN, "Annales du Maghreb et de l'Espagne", Revue africaine (Bulletin des travaux de la Société historique algérienne), 44ème année, no 238-239, 3e-4e trimestre 1900, pp. 331-334. Texte arabe dans IBN AL-ATHIR, al-Kamil fi-l-ta'rikh, éd. du Caire, 1347 H., vol. 8, pp. 157-158.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search