Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Seconde partie. Hommes et paysages de Sicile et d'al-Andalus

[4]. A la frontière de deux civilisations : objets d’ivoire andalous et siciliens (?) des xie-xiiie siècles

Texte intégral

1L'art de l'ivoire atteint un remarquable développement à Cordoue sous le califat (nombreux et très beaux coffrets sculptés bien datés de la seconde moitié du Xe siècle et des premières années du XIe, et réalisés dans les ateliers palatins : cf. 2 B*), ainsi que, de façon plus diffuse, dans le califat fatimide (rares pièces fabriquées à Kairouan à la fin du Xe siècle, puis pièces plus nombreuses mais mal datées et sans caractère "officiel" affirmé comme à Cordoue, provenant d’Egypte au XIe siècle).

2Sous les taifas andalouses, cet art de l'ivoire se prolonge dans des ateliers établis à Cuenca, dans l’émirat de Tolède dirigé par les Banu dhi-l-Nun.

3Isma'il b. dhi-l-Nun, chef d'une vieille et puissante famille de l'aristocratie militaire andalouse (les Banu Zannun, d'origine berbère, qui avaient arabisé leur nom et revendiquaient une origine yéménite), parvient, à la faveur de la crise du califat de Cordoue, à exercer un pouvoir indépendant dans la région de Cuenca, dominée déjà politiquement par ses ancêtres depuis le IXe siècle. Il s'est fait concéder par l'un des derniers califes le titre de vizir et probablement aussi des laqab/s honorifiques, qui s'apparentent à une investiture et lui confèrent localement une sorte de légitimité. Vers 1036, semble-t-il, les Tolédans, qui ne parviennent pas à établir un gouvernement stable dans leur ville et sont divisés, font appel à lui pour les gouverner. A sa mort, en 1043, il transmet le pouvoir à son fils Yahya b. Isma'il, qui prend le laqab d'al-Ma'mun, et dont le règne, jusqu'en 1075, est l'un des plus prestigieux de l'époque des taifas. Il réussit à étendre sa domination sur Valence à partir de 1065, et dispute la possession de Cordoue aux Abbadides de Séville. Surtout, il pratique un mécénat éclairé, favorisant le développement à Tolède d'un mouvement intellectuel et scientifique axé principalement sur les sciences exactes et l'agronomie (23*). Il tire avantage des conflits qui déchirent l'ensemble castellano-léonais après la mort de Ferdinand Ier en 1065, accueillant quelque temps à Tolède l'un des fils de ce dernier, Alphonse, roi de Leόn, vaincu et chassé de ses Etats par son frère Sancho, roi de Castille. Devenu roi de Castille-Leόn en 1072 après l'assassinat de Sancho, Alphonse VI semble s'être reconnu des obligations envers la dynastie tolédane, et protège après la mort d'al-Ma'mun en 1075, son petit-fils et successeur, le très médiocre Yahya al-Qadir, qui, en échange de Valence, lui cède finalement Tolède en 1085.

4C'est à la phase d'ascension de la dynastie tolédane que se rattache le développement de l'atelier de Cuenca, dont certaines pièces sont datées (la plus ancienne de 1026, antérieurement à l'établissement de la dynastie à Tolède) et signées. Les artistes sont certainement venus de Cordoue, où l'on n'a plus de traces d'une activité artistique de ce genre après la "révolution" de 1009. Le caractère officiel de cet art est bien marqué par les dédicaces qui figurent sur deux des coffrets conservés, dédiés au hadjib Isma'il, qa'id des qa'id/s, fils et héritier désigné d'al-Ma'mun, qui mourut avant lui, et fut le père d'al-Qadir. L'un des deux est un coffret cylindrique conservé à la cathédrale de Narbonne, non daté ; l'autre est celui, dit "de Palencia", qui est reproduit ci-contre (A et B).

5Ce coffret est le dernier daté des coffrets d'ivoire sculpté fabriqués dans des ateliers andalous. Son épigraphie kufique, très simple, est moins "évoluée" (ornée) que celles des derniers coffrets cordouans. L’art de Cuenca se distingue de celui de Cordoue par une taille profonde et sur deux plans seulement (effacement des volumes "naturalistes" qui caractérisaient les plus belles sculptures cordouanes). La répétion des motifs, la schématisation des figures, la rareté des représentations humaines, un style plus sec et simplificateur, me paraissent relever d'une évolution que je serais tenté de qualifier d'"orientalisante", dans la mesure où l'art du califat semblait se rattacher à une inspiration plus nettement "romano-byzantine". Les cornières métalliques des angles qui unissent les plaques sont décorées d'émaux de provenance occidentale. On n'a plus de témoignages de l'existence de cet art en al-Andalus dans la seconde moitié du XIe siècle. Il a existé aussi, vers la fin du Xe et au XIe siècle, des ateliers "mozarabes", rattachés probablement à des monastères, mais d'influence andalouse (FONTAINE, L'Art préroman hispanique, Zodiaque, pp. 370-372).

6Le développement remarquable d'une production d’objets en ivoire de tradition ou d’inspiration majoritairement musulmane, mais fabriqués certainement pour une clientèle aristocratique chrétienne est à la fois plus suggestif d’une "civilisation de contact", et plus problématique. Les nombreux ivoires sculptés, qui sont dans beaucoup de cas des olifants, et les non moins abondants coffrets peints, conservés dans des trésors d’églises et des musées d’Occident, datés des XIe-XIIIe siècles, ont donné lieu en effet à diverses hypothèses quant à la chronologie précise des pièces ou groupes de pièces, et à leur origine géographique. On s'accorde généralement à considérer que les ivoires sculptés, et en particulier les olifants, ainsi qu'un petit nombre de beaux coffrets, à thématique surtout animalière assez "orientalisante", ont dû être fabriqués dans le sud de l'Italie au XIe siècle (mais beaucoup d'autres provenances ont été supposées, de la Sicile et de l'Espagne à la Syrie, en passant par l'Egypte).

7On propose plutôt une origine sicilienne, et un peu plus tardive (XIIe-XIIIe) pour les ivoires peints (de motifs dorés, noirs, rouges, bleus), qui semblent correspondre à la nécessité de réaliser plus vite et plus économiquement des produits destinés à une clientèle plus massive ; alors que l'esthétique des meilleurs ivoires sculptés, encore couvrante, reste relativement proche de celle des ivoires fatimides, celle des coffrets peints, qui disperse les motifs, tend à s'éloigner des habitudes musulmanes, encore que les sujets eux-mêmes gardent de nombreux traits orientalisants (musiciens, cavaliers, thèmes animaliers, etc...). Sur les ivoires musulmans, on pourra voir l'article 'adj dans le volume I de l'Encyclopédie de l'Islam (2nde éd.).

8A. Coffret d’ivoire sculpté dit "de Palencia", du Musée Archéologique National de Madrid, daté par son inscription de 1049-1050 ; ensemble (reproduit d’après l'Historia General de España y América des éditions RIALP, tome III, Madrid, 1988, p. 491).

9B. Détail du même (d'après J. SOURDEL-THOMINE et B. SPULER, Die Kunst des Islams, Propyläen Verlag, Berlin, 1973, no 196).

10C. Olifant en ivoire à décor sculpté d'inspiration islamique fabriqué probablement en Italie du Sud ou en Sicile au XIe siècle (Metropolitan Museum de New York, d'après E. KUHNEL, Islamic Arts, Londres, G. Bell & Sons, 1970, p. 226).

11D. Olifant de même type, de la Walters Art Gallery de Baltimore (d'après E. KUHNEL, Die Islamischen Elfenbeinskulpturen. VIII-XIII Jahrhundert, Berlin, Deutscher Verlag für Kunstwissenschaft, 1971, ivoire no 59).

12E. Coffret d’ivoire peint fabriqué vraisemblablement en Sicile, au XIIe ou au XIIIe siècle, au Musée d’art islamique de Berlin (SOURDEL-SPULER, Die Kunst des Islams, no 190).

Table des illustrations

Légende 4
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/18936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende 4
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/18936/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 634k

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search