Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Seconde partie. Hommes et paysages de Sicile et d'al-Andalus

[2]. L’image orientalisante du souverain en Espagne et en Sicile

Texte intégral

1L'image du "roi" représenté assis "à la turque", en position strictement frontale, tenant sur sa poitrine, dans sa main (droite en général), une coupe, est un symbole ancien de la souveraineté, dont l'origine exacte, de même que le sens du symbolisme, sont discutés, mais dont la diffusion dans le monde musulman depuis l’Orient ne fait pas de doute, aux époques où la méfiance traditionnelle de l'Islam à l'égard des représentations humaines le laisse s'inscrire dans les réalisations artistiques. Les exemples suivants le montrent bien :

2A. Médaille d'or du calife abbasside al-Mugtadir (908-932) (F. GABRIELI-U. SCERRATO, Gli Arabi in Italia, Milan, Garzanti-Scheiwiller, 2ème éd., 1985, p. 390).

3B. Détail (médaillon) d'un célèbre coffret d'ivoire du califat de Cordoue. Cet exemplaire, dit "de Leyre", du nom de l'abbaye navarraise où il fut d'abord conservé, est actuellement au trésor de la cathédrale de Pampelune ; son inscription le date de 1005 (Al-Andalus : musulmanes y cristianos, vol. 3 de l'"Historia de España" des éd. Planeta, Barcelone, 1989, p. 213).

4C. Ce médaillon, rarement reproduit, est répété à plusieurs reprises sur un coffret de bois recouvert de plaques d'argent doré offert par le roi Alphonse VI (1065-1109) à la cathédrale d'Oviedo, où il se trouve, pour garder les reliques de sainte Eulalie (Voir MENENDEZ PIDAL, España del Cid, 7ème éd. Madrid, 1969,I, p. 213, et le Guide Bleu "Espagne", 1963, p. 343) ; je n'ai pas trouvé d'autres références à cet objet, dont j'ignore s'il est considéré comme d'origine musulmane ou "mozarabe").

5D. Peinture d'inspiration islamique fatimide du plafond à muqarnas de la Chapelle du Palais des rois normands à Palerme, qui semble avoir été achevé avant 1143 (dessin d'après Gli arabi in Italia, fig. no 45).

6E. Coffret d'ivoire peint, probablement sicilien, du trésor de la cathédrale de Wurtzbourg, actuellement disparu ; ce type d'ivoire est généralement considéré comme datant des XIIe-XIIIe siècles (Katharina OTTO DORN, L'Art de l'Islam, coll. "L'art dans le monde", Paris, Albin Michel, 1967, fig. 64 ; commentaire de cette représentation de la souveraineté dans le même ouvrage pp. 82-85 et 111-114).

7L'image du roi semble avoir été associée originellement à un ensemble de représentations connexes de gardes, serviteurs, porteurs d'animaux (le "porte-gazelle"), musiciens, danseuses, courtisans, dont on retrouve un exemple dans le coffret (E), et qui symbolisent la "vie de cour" ou la "vie de plaisir" caractéristiques de l'existence royale, mais peuvent, comme l'image même du "buveur" représenté dans la même attitude que le roi, être utilisées isolément. Les images de chasse et d'animaux (oiseaux, fauves, représentés seuls ou dévorant un autre animal, cervidés, lièvres, animaux fantastiques, fréquentes sur les ivoires andalous et fatimides), appartiennent aussi à la tradition orientale, iranienne à l'origine, mais qui s'est diffusée très tôt dans le domaine musulman (et byzantin pour certains thèmes) (4*). Les images de ce genre produites dans l'aire musulmane ont souvent été rejetées aux époques de rigorisme religieux (par exemple dans l'Occident almoravide et almohade, dont l'art n'accepte pas les représentations figurées), et elles se sont conservées de façon privilégiée dans les régions chrétiennes frontalières des pays musulmans, où ces images et les objets qui les portaient s'étaient diffusés au cours de l'histoire (coffrets andalous passés dans les trésors des églises du nord de l'Espagne, Chapelle palatine de Palerme au somptueux plafond de laquelle ont travaillé des artistes musulmans, etc...). Dans ce dernier cas, il y a réutilisation, au profit d’un souverain chrétien, du symbolisme d'origine musulmane. Cela n'a rien d'étonnant s'agissant de la dynastie normande qui emprunte à la civilisation islamique tout ce qui est susceptible de servir ou d'exalter son pouvoir. On n'assiste à rien de semblable dans les monarchies chrétiennes hispaniques, qui restent fidèles aux caractères occidentaux, parfois très traditionnels, de leur pouvoir (voir par exemple, sur la monarchie castillane, l'article de T. RUIZ, "Une royauté sans sacre", Annales E.S.C., 1984).

Table des illustrations

Légende 2
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/18930/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Légende 3
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/18930/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 182k

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search