Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Seconde partie. Hommes et paysages de Sicile et d'al-Andalus

[1]. Un monde tourné vers l'Orient : le contact avec le sufisme égyptien d'un faqih andalou (vers 1126-1130)

Texte intégral

1Cette biographie du faqih (juriste) murcien Muhammad b. Yusuf b. Sa'ada est contenue dans le dictionnaire biographique andalou d'al-Dabbi, mort en 1202. Ce personnage appartenait à une famille connue de lettrés et juristes murciens. Son oncle, Abu 'Imran Musa b. Sa'ada, fut le copiste d'un exemplaire du Sahih du grand traditionniste al-Bukhari (m. 870), qui s'est conservé jusqu’à nos jours et que Lévi-Provençal a publié en fac-similé (Paris, 1928). Lui-même, après avoir eu comme maîtres les meilleurs docteurs malikites andalous (Abu 'Ali al-Sadafi, Abu-l-Walid b. Rushd, cadi de Cordoue et grand-père d'Averroès), fit, comme beaucoup d'autres docteurs andalous, un pélerinage et voyage en Orient et au Maghreb qui, dans les années 1126-1131, lui donna l'occasion de rencontrer d'autres maîtres (dont un Majorquin, des Andalous et deux Siciliens d'origine, témoignage concret du caractère culturellement très unifié de ce monde musulman méditerranéen) et le mit au contact du sufisme à une époque où celui-ci se diffuse rapidement d’Orient en Occident, où il va jouer un rôle important dans la vie politique et culturelle du milieu et de la seconde moitié du XIIe siècle

2Ce texte a attiré l'attention du grand historien du mysticisme andalou Miguel Asίn Palacios, moins pour l'anecdote qu'il rapporte que parce qu'il permet d'identifier correctement et de distinguer deux fuqaha' d'origine sicilienne portant tous deux la nisba d'al-Mazari, du nom de leur localité de naissance, et au surplus le même ism (Muhammad) et la même kunya d'Abu'Abd Allah, ce qui a provoqué des confusions. Tous les deux revendiquaient une origine arabe vraie ou supposée, comme la plupart des docteurs andalous et siciliens de leur temps (l'un se disait de la tribu de Quraysh, l'autre de celle de Tamim). Le premier, Abu'Abd Allah Muhammad b. Muslim b. Muhammad al-Qurashi al-Mazari, enseigne la théologie dogmatique à Alexandrie ; le second, Abu'Abd Allah Muhammad b. 'Ali al-Tamimi al-Mazari, fixé à Mahdiya, est le plus connu des deux ; c'est un docteur malikite important, auteur-selon la pratique habituelle de cette école- d'un commentaire juridique de l'un des principaux recueils de traditions, le Sahih de Muslim (m. en 875) ; on lui doit une intéressante fatwa (consultation juridique) sur le problème délicat, et qui devait concerner particulièrement un docteur d'origine sicilienne, de la validité des jugements rendus par les cadis des communautés musulmanes de Sicile vivant sous domination chrétienne (cadis nommés par les rois normands). Il donne une solution pragmatique à cette question, qui revient à "légitimer pleinement l'ensemble de la vie institutionnelle des musulmans de la Sicile chrétienne" (Udovitch).

3L'intérêt d'Asίn Palacios pour ce dernier al-Mazari vient de ce que, comme les docteurs malikites andalous à la même époque, il s'opposa vigoureusement aux idées du grand juriste, théologien et philosophe oriental al-Ghazali (mort en 1111), dont l'influence était considérable en Orient et dont les doctrines représentaient un effort pour concilier la théologie dogmatique (ceux "qui se disent disciples du raisonnement et de la spéculation") et les tendances sufies, recherchant l'amour mystique de Dieu et rejetant l'idée d’une connaissance purement juridique et intellectuelle de la réalité divine (ceux "qui se disent élus de Dieu et possesseurs de l'intuition et de la connaissance du vrai (par l'extase)"). Adepte d'un mysticisme modéré, n’excluant pas (comme les extrémistes) les pratiques religieuses traditionnelles, Ghazali critiquait très durement la classe des fuqaha' légalistes et attachés à la théologie dogmatique traditionnelle (kalam), dont il disait "qu'ils bornaient leur ambition à la science des consultations juridiques... Ils donnent aux connaissances qui conduisent à ce but le nom de 'ilm al-fiqh -science du droit-... et s'imaginent que c'est là la même chose que la science religieuse. Ils négligent l'étude du livre de Dieu et de la Sunna du Prophète... Quand on interroge un juriste sur des choses dont la non-observance mène à la damnation éternelle, il ne sait que répondre ; en revanche, il pourrait débiter des volumes sur les subtilités de la casuistique... On devrait considérer comme fou quiconque étudierait de pareilles choses dans le dessein de s'approcher ainsi de Dieu" (cité par Henri MASSE, L'Islam, Coll. Armand Colin, p. 177). L'insatisfaction des positions religieuses traditionnelles favorisait la diffusion dans le monde musulman de multiples mouvements et confréries siffles.

4Sur l'unité intellectuelle du monde musulman à la fin du XIe et au début du XIIe siècle, on peut lire : Vincent LAGARDERE, "L'unificateur du malikisme oriental et occidental à Alexandrie : Abu Bakr al-Turtushi", Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, 31, 1981, pp. 47-61.

5Muhammad b. Yusuf b. Sa'ada Abu 'Abd Allah, cadi, faqih, traditionniste, prédicateur et savant réputé. Il apprit (les traditions) du hafiz (spécialiste en hadith) Abu 'Ali al-Sadafi, d'Abu Muhammad 'Abd Allah b. Muhammad b. Abi Dja'far, d'Abu Bakr b. al-'Arabi [suivent six autres noms de docteurs, dont Abu-l-Walid Muhammad b. Rushd]... et d'autres Andalous. Il alla en Orient en l'an 520 (1126) et apprit (le hadith) à Alexandrie, d'Abu-l-Hadjdjadj Yusuf b. 'Abd al-'Aziz al-Mayurqi (= le Majorquin) et d'Abu Tahir b. 'Awf, et où il rencontra le maître en théologie dogmatique (al-usuli, al-mutakallim) Abu'Abd Allah Muhammad b. Muslim b. Muhammad al-Qurashi (= de la tribu de Quraysh) al-Mazari (= de Mazara) al-Siqilli (= le Sicilien), qui inclinait vers le sufisme et l'ascétisme ; il ne s'agit pas du faqih de Kairouan appelé (aussi) al-Mazari [lacune]...

6Abu Bakr'Umar b. Sa'id al-Mayyanishi (= de Mayyanish, localité d'Ifriqiya) m'a raconté à la Mecque ce qui suit : Lorsque je me suis séparé d'Abu 'Abd Allah Muhammad b. 'Ali b. 'Umar al-Tamimi (= de la tribu de Tamim) al-Mazari, à Mahdiya, après avoir vécu longtemps en sa compagnie, j’arrivai à Alexandrie et je m'y arrêtai. Je pénétrai un jour dans la mosquée principale, et je me trouvai en présence d'un groupe d'ascètes et de sufis qui, en compagnie de leur shaykh (chef) et dans la maqsura (espace réservé de la mosquée, près du mihrab), tenaient leur séance spirituelle, se prosternant et s'asseyant en direction de la colonne qui était proche. L'un de ces hommes faisait des efforts pour entrer en extase. Il était vêtu de deux tuniques : l'une d’elle, usagée, touchait directement sa chair et l’autre était neuve. Il approcha sa main de celle qui était usée en écartant la neuve, et la déchira. Immédiatement, ses compagnons se saisirent de lui et le conduisirent là où était le shaykh, et dirent à celui-ci : O notre maître ! Certainement, celui-ci est un hypocrite et son extase est artificielle. Le maître demanda : Et comment avez vous vérifié sûrement son hypocrisie ? Ils répondirent : Parce qu'il a distingué la vieille tunique de la neuve, alors que s'il avait été réellement en extase, il n'aurait pas pu les distinguer. Le maître leur dit alors : Amenez-le à cet homme qui est assis [le narrateur de l'anecdote, al-Mayyanishi], car je veux le nommer arbitre sur cette question. Ils vinrent alors vers moi en le tenant solidement, et je leur dis : Libérez-le ; ils me consultèrent et je leur dis : Il n'est coupable de rien. Ils revinrent au maître et lui rapportèrent (la chose). Il leur dit alors : Amenez-le moi. Il vinrent vers moi et me dirent : Le maître t'appelle. Je me levai rapidement de mon siège et me dirigeai vers lui. Il me dit : Sur quoi t'es-tu fondé pour décider que celui-ci n'est coupable de rien ? Je lui répondis : Il a fait des efforts pour entrer en extase ; par conséquent il y est entré ; il a alors tendu la main pour se déchirer le coeur ; mais n'ayant pas atteint son coeur, il a déchiré ce qui en était le plus près. Cela parut bien au maître et à ceux qui étaient présents. Le premier me dit : Je crois que tu as pris cela de ce qu'a dit le poète : "Ma main a été incapable de déchirer une ouverture (dans la tunique) ; et mon coeur n'était pas présent pour être déchiré". Je lui répondis : Par Dieu, je n'ai jamais entendu ce vers !...

7Abu 'Abd Allah alla ensuite au Hedjaz en l'an 521 (1127), et il y rencontra un groupe de maîtres dont il avait appris le hadith en al-Andalus, puis il se dirigea vers le Maghreb et vint à Mahdiya, où il rencontra al-Mazari, Abu 'Abd Allah, sous le magistère duquel il étudia le Kitab al-mu'lim bi-fawa'id Muslim ("Livre qui enseigne les idées utiles de Muslim" = c'est à dire un commentaire du Sahih)... Cela se passait en l'an 526 (1131), et en cette même année il rentra en al-Andalus, où il enseigna le hadith jusqu'à sa mort-que Dieu lui pardonne-. J'ai (déjà) parlé de son frère, Abu 'Imran Musa, qui était lettré et hafiz, et qui a déclaré : mon ancêtre Sa'ada était un mawla (client) de Sa'id b. Nasr.

Biographie no 308 du Bughya al-multamis d'AL-DABBI (éd. Codera-Ribera, Madrid, 1885, pp. 132-133), en grande partie traduite par Miguel ASIN PALACIOS, "Un faqih, siciliano contradictor de al-Gazzali (Abu 'Abd Allah de Mazara)", Centenario della nascita di Michele Amari, II, Palerme, 1910, pp. 221-222.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search