Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Première partie. Rappel historique : l'Islam occidental aux xie-xiie siècles

II. Les taifas andalouses du xie siècle

Texte intégral

1Constitués lors de la crise du califat de Cordoue (voir E. LEVI-PROVENCAL, Histoire de l'Espagne musulmane, II, 1950), les Etats andalous qui succèdent au califat s’organisent en dynasties locales différenciées ethniquement et géographiquement. Cette mosaïque compliquée des taifas (sur laquelle le seul ouvrage d’ensemble récent est celui de D. WASSERSTEIN, The Rise and Fall of the Party-Kings, Princeton, 1985) tend à se simplifier au cours du siècle, avec l'expansion des plus puissants de ces "royaumes". Ce dernier terme est peu adéquat, dans la mesure où ces souverains ne portent pas officiellement le titre de roi ou malik. Ils se présentent en théorie comme les représentants d'un pouvoir califat encore existant jusqu'en 1031, ou fantoche ou fictif par la suite (cf. document 15* et commentaire du 20*), et portent normalement des titres ''ministériels" : vizir (wazir), ou plus souvent hadjib ("chambellan"), charges dont ils sont censés avoir été investis par un hypothétique calife.

2Ils se parent en outre de laqabls, terme que l'on peut traduire par "surnom honorifique" ou "nom de règne", et qui exprime l'idée d'un pouvoir conféré par Dieu (laqab/s en Allah, comme al-Mansur bi-Llah, "le Victorieux grâce à Dieu"), ou par un calife légitime (du type : 'Imad al-Dawla, "Pilier de la Dynastie"). Ces surnoms honorifiques, à l'origine portés par les seuls califes, ont eu tendance à se répandre dans le monde musulman à partir du milieu du Xe siècle. Ainsi les trouve-t-on en Sicile chez les derniers émirs kalbites. En al-Andalus, le modèle que reproduisent les taifas est celui de la fin du califat de Cordoue, où coexistent le pouvoir "légitimant" du calife omeyyade, et le pouvoir effectif du hadjib amiride, al-Mansur (vers 980-1002), puis son fils al-Muzaffar (1002-1008), l'un et l'autre porteurs d’un laqab souverain. Souvent considérés comme l'expression de la vanité ridicule des princes andalous du XIe siècle, ces laqabls, portés par la plupart des souverains (connus généralement par ce surnom : ainsi al-Muqtadir de Saragosse est en réalité al-Muqtadir bi-Llah, cf. document 25*) me paraissent témoigner aussi, et plus profondément, d'un besoin de légitimité de la part de pouvoirs toujours suspects d'illégitimité dans la mesure où leur fragmentation les éloigne davantage de l'idéal islamique de l'unité califale. On touche là à l'un des problèmes fondamentaux qui affectent le pouvoir politique dans le monde musulman médiéval (15*, 20*).

3Il faut mettre à part les Hammudides de Málaga, qui, Arabes et descendants du Prophète, disputent le califat aux derniers Omeyyades de Cordoue pendant la crise des années 1009-1031. Ils maintiennent ensuite un pouvoir indépendant, prétendant toujours à la dignité califale, qui exerce son autorité sur Málaga, Algésiras, Tanger et Ceuta, jusqu'à l'annexion de Málaga par les Zirides de Grenade (1056) et d'Algésiras par les Abbadides de Séville vers 1059. En tant que califes, ils frappent des monnaies en abondance, en particulier des dinars qui circulent dans l'Espagne chrétienne sous le nom de mancusos ceptinos (mancus de Ceuta).

4Les Berbères maghrébins de l'armée califale, qui jouent un rôle important durant la crise du califat, ont réussi à se faire concéder, au début de celle-ci, comme des sortes de "fiefs", le gouvernement de plusieurs villes d'Andalousie où ils ont constitué de petits émirats : des chefs d'origine Zénète (ou Zanata) se sont ainsi établis à Ronda, Carmona, Morón, Arcos (17). Ils sont tous annexés par leur puissant voisin, les Abbadides de Séville, vers le milieu du XIe siècle ; le seul important est celui des Zirides établis à Elvira (site urbain d'origine romaine, situé près de Grenade, qui conserve son importance jusqu'à cette époque), chefs d’un important contingent appartenant à la tribu des Sanhadja. Ce sont eux qui, durant la crise du califat et pour des raisons de sécurité, transfèrent le site de la ville de la plaine à l'emplacement actuel de Grenade plus facilement défendable. Cet Etat ziride, sous ses souverains Habbus b. Maksan (1019-1038), Badis b. Habbus (1038-1073) et 'Abd Allah (1073-1090), est de loin le mieux connu des "royaumes de taifas", le dernier de ces princes ayant laissé des Mémoires qui nous apportent des informations extrêmement précieuses sur cette époque (7*, 19*, 27*, 28*).

5Dans plusieurs villes de la côte orientale d'al-Andalus, ce sont des "Esclavons" ou Saqaliba, fonctionnaires et militaires européens d'origine servile, qui avaient été massivement employés comme cadres de l'armée et de l'administration califales qui parviennent à s'emparer du pouvoir. A Tortosa, Valence, Denia (12*, 20*), Almería (16*), s'organisent ainsi des émirats dont la durée est inégale (les princes esclavons étant pour la plupart eunuques, il n'y a pas d'hérédité). Ce n'est pas le cas de celui de Denia, le plus durable, sous Mudjahid al-'Amiri (1009-1044) et son fils 'Ali Iqbal al-Dawla (1044-1076). Celui de Tortosa, très mal connu, est annexé en 1060 par l'émir de Saragosse al-Muqtadir b. Hud. Sur celui de Valence, voir A.-L. DE PREMARE et P. GUICHARD, "Croissance urbaine et société rurale à Valence...", Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, 31, 1981. Sur Almería, gouvernée successivement par les deux Esclavons Khayran (1012-1028) et Zuhayr (1028-1038), voir infra le no 16* : les Arabes Banu Sumadih, qui s'y rendent indépendants après la brève période où la ville relève d'al-Mansur de Valence (1038-1041), s'y maintiennent ensuite jusqu'à leur dépossession par les Almoravides (Ma'n b. Sumadih de 1041 à 1051, puis Muhammad b. Ma'n al-Mu'tasim jusqu'en 1091).

6A Valence, après l'éphémère gouvernement des Esclavons Mubarak et Muzaffar (1010-vers 1017) des éléments esclavons, dans un souci d'unification, font appel à un petit-fils du grand hadjib amiride du Xe siècle al-Mansur, 'Abd al-'Aziz b. 'Abd al-Rahman (Sandjul) b. Muhammad (al-Mansur) b. Abi 'Amir, qu'ils considèrent comme leur "patron” dans la mesure où la plupart d’entre eux étaient des affranchis des Amirides. Cet 'Abd al-'Aziz, qui prend le même laqab d'al-Mansur que son grand père, instaure à partir de 1021 la dynastie des émirs amirides de Valence ; mort en 1061, il laisse le pouvoir à son fils, 'Abd al-Malik al-Muzaffar, qui est dépossédé en 1064 par l'émir de Tolède Yahya al-Ma'mun. Valence dépend de Tolède jusqu'à la mort de ce dernier en 1075 ; à cette date, les Valenciens rendent le pouvoir à un autre amiride, frère du précédent, Abu Bakr b. 'Abd al-'Aziz, qui gouverne la ville de 1075 à sa mort en 1085, avec le seul titre de vizir, et en acceptant semble-t-il de reconnaître la souveraineté théorique de l'émir de Tolède al-Qadir, successeur d'al-Ma'mun, au nom duquel quelques monnaies sont frappées à Valence pendant cette période.

7La situation confuse qui suit la mort de ce vizir Abu Bakr b. 'Abd al-Aziz permet à al-Qadir, qui a cédé Tolède à Alphonse VI en 1085 de venir s'imposer à Valence au début de 1086 avec l'aide des Castillans. Valence dépend ensuite du Cid à partir de l'arrivée de celui-ci dans le Levant (1087) ; venu comme chef de l'armée d'al-Musta'in de Saragosse qui ambitionnait de s'emparer de la ville, il y établit une sorte de "protectorat" personnel qu'il étend progressivement à tous les émirats de la région levantine et de la vallée de l'Ebre, jusqu'à sa mort en 1099 (29*, 56*). Les chrétiens évacuent ensuite la ville en 1102.

8Dans l'Andalus méridional plusieurs émirats sont dirigés par des dynasties appartenant à l'aristocratie andalouse d'origine arabe : les Banu Djahwar de Cordoue, et plusieurs petits pouvoirs dans l'ouest d'al-Andalus : les Bakrites de Huelva-Saltés, les Banu Yahya de Niebla, les Banu Muzayn de Silves (17*) ; la plupart d’entre eux sont éliminés un peu après le milieu du XIe siècle par les émirs abbadides de Séville, qui sont la plus puissante de ces dynasties arabes d'Andalousie et du Gharb (partie occidentale d'al-Andalus) (15*, 22*) ; en 1077 ils étendent même leur pouvoir à Murcie, que gouvernait une petite dynastie arabe locale, celle des Banu Tahir, plus ou moins dépendants des Amirides de Valence jusqu'à la dépossession de 'Abd al-Malik al-Muzaffar par al-Ma'mun de Tolède en 1065, puis pratiquement indépendants. A la fin des taifas, la plus grande partie de l'Andalus méridional dépend des Abbadides, à l'exception de l'émirat ziride de Grenade et de celui des Banu Sumadih d'Almería.

9Dans le Centre, se sont imposées plusieurs dynasties d'origine berbère, mais appartenant aux Berbères andalous arabisés établis dans le pays depuis la conquête du Ville siècle (par opposition aux Berbères "maghrébins" évoqués précédemment). Ce sont les Banu-l-Aftas ou Aftasides de Badajoz (voir l'article que leur a consacré H. R. IDRIS dans Al-Andalus, XXX, 1965), les Banu dhi-1-Nun ou Banu Zannun de Tolède (la plus prestigieuse et la plus puissante de ces dynasties, illustrée de 1043 à 1075 par al-Ma’mun, qui s'empare de Valence, dispute Cordoue aux Abbadides, entretient de bonnes relations avec Alphonse VI de León-Castille qu'il a accueilli pendant quelques mois lorsque ce dernier, alors seulement roi de León, a été chassé de ses Etats par son frère Sancho II de Castille en 1072, et s'entoure d'une pléiade de savants) (4*, 23*).

10Plus à l’est, dans les régions montagneuses qui s'étendent entre Tolède et Valence, on trouve deux petites dynasties de même origine dirigeant les deux minuscules émirats montagnards d'Albarracίn (Banu Razin, qui donnent leur nom à la ville) (18*) et Alpuente (Banu Qasim). Ces quatre dynasties berbères andalouses durent jusqu'à la fin des taifas ; Tolède est cédée à Alphonse VI en 1085 par al-Qadir, petit-fils et successeur d’al-Ma'mun, et les autres émirats sont occupés par les Almoravides en 1094-1095 (Badajoz), et peu après 1102 pour Alpuente et Albarracin (à la suite de la réoccupation de Valence par les Almoravides).

11Dans la vallée de l'Ebre ou "Marche supérieure", s'établit une dynastie arabe reconnue dans le gouvernement de Saragosse par les derniers califes de Cordoue, les Banu Tudjib ou Tudjibides (qui chassent à ce moment de Huesca leurs "cousins", de la tribu de Tudjib également, les Banu Sumadih que l’on retrouve ensuite à Valence au service d'al-Mansur, puis comme émirs d'Almerίa : cf. supra). A la suite de rivalités internes à cette famille, elle est remplacée en 1039 au pouvoir souverain à Saragosse par les Hudides (Banu Hud), qui étaient auparavant gouverneurs de Lérida sous la souveraineté des Tudjibides. Le représentant le plus connu de cette seconde dynastie est Ahmad b. Sulayman b. Hud al-Muqtadir qui règne de 1046 à 1081. Il annexe Tortosa et Denia (cf. supra), et parvient en 1065 à reprendre aux chrétiens la localité pyrénéenne de Barbastro, conquise l'année précédente par la célèbre "croisade" franco-aragonaise du même nom, ce qui lui vaut un grand prestige parmi les musulmans d'al-Andalus. C'est lui qui fait édifier le palais dit de l'Aljaferίa à Saragosse (24*, 25*).

12Après sa mort, ses fils se partagent ses Etats : Saragosse est gouvernée par Yusuf al-Mu'tamin (1081-1085), puis le fils de celui-ci Ahmad al-Musta'in (1085-1110). Ce sont ces deux émirs qui utilisent les services du Cid, chassé de Castille par Alphonse VI. Les possessions orientales, Lérida, Tortosa et Denia, passent au hadjib Mundhir (fils d'al-Muqtadir et frère d'al-Mu'tamin) qui les gouverne de façon indépendante de 1081 à sa mort en 1090. Ce dernier émir cherche, comme al-Musta’in, à s'emparer de Valence avant la venue du Cid dans le Levant, puis il tente, avec l'aide du comte de Barcelone, de s'opposer à l'action du héros castillan, mais il doit finalement accepter de lui payer tribut comme les autres émirs de la région

13Les Almoravides, qui sont intervenus en al-Andalus à la demande de l'opinion et des souverains des taifas inquiets des premières entreprises de Reconquête d'Alphonse VI de Castille (7*) (Tolède occupée en 1085), et ont remporté la grande victoire de Sagrajas ou Zallaqa (en 1086 ; voir le livre récent de V. LAGARDERE, Le Vendredi de Zallaqa, Paris, 1990), dépossèdent un peu plus tard les émirs des taifas du sud et de l'ouest (1090-1092), s'emparent de Denia peu après la mort du hadjib Mundhir b. Hud, puis luttent contre le Cid, qui tient Valence (29*). Après avoir rendu Valence à l'Islam en 1102, ils occupent Alpuente et Albarracin (cf. supra), ainsi que Tortosa et Lérida (en dépossédant Sulayman b. Mundhir b. Hud, fils et successeur du hadjib Mundhir) ; ils laissent encore subsister l'émirat de Saragosse jusqu'à la mort d'al-Musta'in, puis s'emparent de la ville en 1110. Il ne subsiste plus après cette date qu'un "royaume de taifa" aux Baléares où, après l'annexion de Denia par al-Muqtadir b. Hud en 1075, s’est organisé un pouvoir indépendant qui dure jusqu'en 1115, date à laquelle les Baléares sont occupées et dévastées par une expédition pisano-catalane ; quelques mois plus tard, une flotte almoravide occupe les îles, qui sont annexées au pouvoir hispano-maghrébin de l'émir 'Ali b. Yusuf b. Tashfin (12*).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search