Version classiqueVersion mobile

Les Mots de la nation

 | 
Sylvianne Rémi-Giraud
, 
Pierre Rétat

L'histoire des mots

Les familles de patrie, État, nation

Norbert Dupont

Texte intégral

  • 1 Il n’est pas question d’envisager, par exemple, le sens du mot état, dans un contexte comme : « Da (...)

1J’ai l’intention d’essayer de schématiser la construction progressive des notions politiques de patrie, État, nation, en France, depuis l’apparition des signifiants – ou du moins l’attestation de cette apparition – avec les sens politiques auxquels ils correspondent, respectivement, encore plus ou moins. Il est donc exclu, dès le départ, de considérer comme faisant partie de notre objectif des sens qui ne seraient pas politiques ou qui n’auraient aucun rapport avec le sens politique actuel1.

2Nous entendons par « signifiants » de ces notions aussi bien les séquences graphiques complètes autonomes, telles qu’elles figurent ci-dessus, que les séquences engagées dans des mots plus vastes, et amputées – éventuellement – en conséquence, de quelques lettres :

patriote, patriotisme, patriotique, expatrier, rapatrier, apatrides
national, nationalisme, dénationalisation
étatique, étatiser

  • 2 Nous nous rangeons aussi à l’opinion de D. Corbin (1987, p. 290 et suiv.) selon laquelle on peut p (...)

3Il est évident que nous tenons compte de la morpholexicologie de la dérivation et de la composition, partant de l’hypothèse généralement admise que la base (ou radical) d’un dérivé ou d’un composé est en relation sémantique étroite avec le mot simple dont elle constitue la totalité2.

  • 3 Lorsque les composants des expressions deviennent indissociables et que les sens respectifs présen (...)
  • 4 Lorsque les composants sont plus indépendants et variables, et aussi plus près du sens global d’un (...)

4Nous ne négligerons pas non plus les expressions, ou locutions, que les linguistes désignent selon les cas par figements3 ou par collocations (ou syntagmes de collocation)4. On peut parler dans ces deux cas de phénomènes de « lexicalisation » : l’ensemble devient une unité complexe du lexique (ou d’une terminologie).

Ex : États Généraux, Conseil d’État, raison d’État, coup d’État,…
Nation-Patrie, État-Nation,…

5La méthode que nous allons essayer de mettre en œuvre est inspirée par un travail que nous effectuons sur les vocabulaires des sciences, plus précisément en ce qui concerne le processus de « création terminologique ». Il semble que trois théories soient nécessaires, à la fois, pour expliquer la formation des concepts élaborés et le choix des termes par lesquels on les désigne, les deux processus n’étant sans doute pas indépendants.

6La première théorie est déjà éprouvée et respectable : il s’agit de la linguistique historique (ou diachronique). Le sens actuel d’un mot est en relation avec son histoire ; lorsqu’il s’agit de mots savants, correspondant à des concepts abstraits et chargés d’idéologie, la diachronie nous fait assister, en quelque sorte, à l’accouchement du concept devant tout le corps social réuni.

7La seconde théorie peut être considérée comme inspirée du cinétisme guillaumien : l’homme qui pense et qui veut désigner sa conception opère des saisies à des niveaux d’abstraction différents, grâce à l’outillage sémiotique qu’il possède déjà, et qui est souvent « iconique », métaphorique, comme on se plaît à le souligner après Peirce, Lakoff, Johnson…, dans la recherche contemporaine. Là, la création est plus individuelle, plus liée à l’expérience.

8La troisième théorie est tributaire de la sociolinguistique. Le corps social, du moins sa fraction intellectuelle, impose une systématisation officielle du lexique en fonction de forces complexes, dont les unes sont délibérées et les autres simplement reconnues.

91 – Les forces lexicales créatrices traditionnelles, dans la société française, italienne, espagnole, portugaise…, mais aussi anglaise (plus qu’allemande ou russe), émanent du latin et du grec. Durant plus d’un millénaire, les intellectuels de chacun de ces pays se servaient couramment du latin et très souvent du grec ; chaque création lexicale était motivée pour le créateur et pour l’usager ; les légistes, les conseillers politiques de France ou d’Angleterre, qui ont édifié l’État, la Nation, le faisaient en connaissance de cause. Si l’Angleterre empruntait un mot à la haute ou à la « basse » latinité, comme national, et que ce mot passât ensuite en français, il ne s’agissait pas, dans un cas comme dans l’autre, d’un véritable emprunt, mais de l’utilisation d’un fonds commun, où chacun peut se servir. La sociolinguistique doit prendre en compte la « planification linguistique » qui s’est opérée depuis au moins Charlemagne par les latinophones puis (après le 15e siècle) par les hellénophones : le système actuel du français (ou de l’anglais) fonctionne largement selon les lois morpholexicales du latin et du grec. Même si les usagers modernes n’apprennent plus massivement le latin ni, surtout, le grec, la systématique en fonctionnement dans les dizaines de milliers de mots et de termes détermine une créativité et une interprétabilité de facture latine ou grecque, souvent inconscientes. La théorie sociolinguistique doit donc relativiser pour nous la notion d’emprunts, lorsqu’il s’agit de mots d’origine latine ou grecque, comme c’est le cas pour patrie, État, nation, et leurs familles, même si certains ont transité par l’Angleterre. La dynamique créatrice de notre vocabulaire savant a sa source dans l’Antiquité.

  • 5 Voir C. Flament, 1989 et W. Doise, 1990.
  • 6 La connaissance du noyau central et des schèmes périphériques s’effectue grâce à des enquêtes. C’e (...)

102 – Qui dit étude sociologique d’un vocabulaire social ne peut méconnaître les apports de la psychologie sociale dans la tradition de S. Moscovici (1961). Les chercheurs de cette discipline parlent de représentations sociales5, qui sont des formes de connaissance ; on peut schématiser celles-ci dans des structures organisées en un complexe d’éléments périphériques autour d’un noyau central ; les uns et l’autre sont des « schèmes ». Mais le noyau central est le principe organisateur : sans lui, la représentation sociale disparaît6.

11C’est à la rencontre de ces courants que nous plaçons notre description de la conceptualisation et de la sémiotisation des institutions politiques et sociales de la France. Nous élaborerons les schémas représentant, chacun, le scénario ou script du fonctionnement de l’institution, induit de son émergence de l’histoire : c’est le produit de la « pensée pensante » des légistes et législateurs et de la représentation sociale du peuple. L’enquête de psychologie sociale est remplacée par une enquête historique dans le lexique contextualisé : c’est un questionnaire d’enquête a posteriori. Le noyau central est représenté au-dessus de la ligne noire continue ; les schèmes périphériques au-dessous. Les items sont tirés des ouvrages généraux de lexicographie historique et synchronique. Ce qui apparaît en gras souligné est tiré du dictionnaire collocationnel de L. Grobelak, 1990 (corpus varié : romans, presse, ouvrages scientifiques et philosophiques parus entre 1954 et 1984), qui peut nous renseigner sur l’usage réel de ces mots dans une période voisine des années 1990.

PATRIE (corpus classé chronologiquement)

PATRIE (corpus classé chronologiquement)
  • 7 Les différences de corps typographiques correspondent a la mise en valeur d une ramification séman (...)

Note77

PATRIE. Nom relationnel « X est la patrie de Y »

PATRIE. Nom relationnel « X est la patrie de Y »

Commentaire

12La base latino-grecque (patria, πατρις) a produit d’abord, dans l’histoire du français, des dénominaux principalement locatifs (expatrier, ; rapatrier, apatrié). Ce processus créatif ne s’est pas éteint par la suite : les déverbaux – cités ci-dessus entre parenthèses – sont attestés (expatriation, rapatriement). La saillance locative est indiscutable : lieu d’où l’on part, où l’on revient, où l’on est. Il semble donc que la dynamique d’entrée dans le réseau conceptuel s’est effectuée et continue à s’effectuer par le lieu (les Français nés en Afrique du Nord sont des rapatriés ; les coopérants français à l’étranger sont des expatriés, et, s’ils n’ont pas de chance, peuvent devenir des rapatriés sanitaires). C’est pourquoi nous faisons figurer en haut du schéma du noyau central notre « primitive » territoire.

13Cependant, ce territoire est très lié à l’homme, aux hommes, comme on pouvait s’y attendre en géopolitique. Le mot patriote (<patriota> πατριοτης) signifie un temps une relation de co-localisation : « qui est du même territoire » ; au début, on avait aussi le mot compatriote pour désigner la même relation ; ce dernier est le seul qui soit resté, mes chers compatriotes ! Le territoire engendre donc un groupe d’hommes (notre seconde primitive). Cette patrie est explicitement, dès 1516, un « pays », une « région ».

14C’est alors, vers le milieu du 16e siècle, qu’on voit s’introduire l’affectivité dans la notion, affectivité qui était d’ailleurs présupposée un peu au Moyen Âge : expatrier, employé transitivement, voulait dire « bannir », rapatrier, « faire revenir dans son pays ». Le « père nourricier » étymologique s’y trouve. En 1532, patriotique signifie « du père ». Cette affectivité s’accuse au 17e siècle. En 1603, rapatrier est attesté avec le sens de « réconcilier » ; deux compatriotes brouillés se rapatrient et tout le pays est content du rapatriement. En 1611, on observe déjà la petite patrie qui sera chère à Rousseau : patrie révèle son deuxième sens « lieu de naissance où l’on se sent bien ».

15Cette affectivité va alors s’incarner dans l’allégorie, notre quatrième et dernière primitive. La patrie sera la fille ou la mère : saint Vincent de Paul est dit le père de la patrie ; dans les guerres postrévolutionnaires, on se battra pour défendre la mère patrie. Il n’y aura pas d’idéal plus beau que celui de mourir pour sa patrie : « À la Patrie, ses enfants reconnaissants ». D’où la patrie d’adoption pour les apatrides. Cet amour va s’inscrire dans une doctrine sous l’influence gréco-anglaise du suffixe -isme, l’attachement à la patrie impliquera des devoirs analogues à ceux d’un fils envers sa mère, désormais connu sous le nom de patriotisme, qui se colorera un temps en France de militantisme anti-aristocrate dans les manifestes des sans-culottes. Mais cette dimension durera peu. La dérision exprimée par des tentatives lexicales (patrioterie, patrouillotisme, patrouillote, patriotard) restera au niveau de la composante allégorique maternelle – voir cette chanson de régiment :

La France est notre mère
C’est elle qui nous nourrit ;
Avec ses pommes de terre
Et ses fayots pourris.

16Le noyau central a donc une dynamique fondamentale :

17territoire —> groupe d’hommes —> affectivité —> territoire.

18Il est cependant toujours sous-jacent qu’une force d’allégorisation maternelle s’attache à la patrie-pays ; cette force se manifeste chaque fois que les propagandes gouvernementales, et maintenant médiatiques, déclarent la patrie en danger. C’est pourquoi nous faisons figurer allégorie dans le noyau central. Nous voyons que c’est ce dynamisme qui est à l’origine de la bipolarisation axiologique et du potentiel créatif toujours exploité jusqu’à nos jours.

ÉTAT. Nom catégorisant + nom d’entité abstraite « X est un État » ; « L’État ».

ÉTAT. Nom catégorisant + nom d’entité abstraite « X est un État » ; « L’État ».

Commentaire

19Le mot état est apparu dans le lexique médiéval dans de multiples emplois, tous procédant de stare, status, statutum, statuere, instituere, constituere. La classification sociale chère à Rome avait déjà produit à la période de Cicéron : status vitae (« situation, position sociale »), amplus status (« haut rang »). Mais, dès cette époque, on trouve un embryon de sens politique : status optimatium peut se traduire « régime, gouvernement aristocratique ». C’est ce qui est globalement emprunté par des administrateurs hantés en France d’obsessions classificatoires de la société – dès la période de Caracalla – qui produiront, avec le pouvoir croissant de l’Église et les habitudes nobiliaires gallo-franques, les « trois états », c’est-à-dire l’état noble, l’état clérical, l’état tiers ou roturier.

20Le terme politique État émerge dans un duel entre la monarchie, armée de ses légistes, et le pays prédivisé en ses trois états. L’État est une manigance juridique fomentée par les clercs de Philippe le Bel qui ont imaginé les États Généraux, institution intermittente destinée à colmater les déficits financiers et à mater un peu les nobles et le clergé, et qui va obliger la monarchie à se battre à maintes reprises contre les « remontrances », voire contre des leaders bourgeois comme Étienne Marcel, et qui fera tomber Louis XVI. Il y a donc une construction théorique d’une entité, d’un concept, qui instaure État comme un terme politico-juridique, dès l’origine : « lieu de regroupement des factions » (celles qui comptent, donc ni les serfs, ni les marginaux, qui restent, comme sous Caracalla, des servi et des reprobi) : le clergé d’abord, classe dont on se sert pour surveiller le pape, les nobles – à surveiller aussi –, et les bourgeois, seule source financière. C’est l’armature de l’État, qui s’incarnera dans une institution, devenue rapidement gênante, qu’on évitera soigneusement de convoquer durant des siècles.

21À partir de François Ier, on organisera en conséquence une autorité plus abstraite, souveraine, par un système qui régira la mise en relation d’un territoire avec des groupes d’hommes, tout en s’appuyant sur des justificatifs théoriques. Naîtront le Conseil d’État qui remplacera le Grand Conseil de Louis XII (chargé de fonctions politiques, financières, administratives et juridiques) et les quatre Secrétaires d’État. Sous Henri IV, puis Richelieu, apparaîtront la raison d’État, l’homme d’État, le salut de l’État, le crime d’État, et surtout le coup d’État, ce dernier, avec un sens – tout à fait différent de celui qu’il prendra plus tard – d’« action utile à l’État ».

22Mais cette entité, mal située, est redoutable pour tous, et sera en définitive la source d’un conflit idéologique, déguisé derrière un conflit conceptuel qui appartiendrait aux sciences politiques. Corneille dira dans Pertharite :

…Que le plus grand État ne peut souffrir qu’un maître.

23Louis XIV pensera, sinon dira, comme on le lui a prêté, que ce maître, c’est lui. Les opposants, même despotes éclairés, suggèrent un État collectif, comme Voltaire dans Brutus :

…chaque État a ses lois
Qu’il tient de la nature et qu’il change à son choix…

24Après une éclipse de l’État, au profit de la Nation de 1780 à 1880, la lutte acharnée reprend ses droits, en fait, pour faire entrer dans les États Généraux les servi et les reprobi qui n’y avaient pas accès, ou pour leur en refuser l’entrée, ou encore pour montrer qu’un espace abstrait de ce type n’est pas un lieu adéquat de pouvoir démocratique concret. Il y a donc des doctrines étatiques qui vont argumenter avec violence contre des doctrines anti-étatiques, mais avec subtilité (la mort de l’État est une idée marxiste), et qui visent, pour certaines, à abattre l’État policier ; pour d’autres – ou pour les mêmes – à abattre l’État providence.

  • 8 Les termes en italique dans ce nouveau tableau se rapportent à des référents plus techniques conce (...)

Note88

NATION. Nom catégorisant « X est une nation »

NATION. Nom catégorisant « X est une nation »

Commentaire

25C’est dans le « champ » de la classification sociale que natio (« naissance ») commence à avoir des liens avec le domaine politique. Vairon distinguait au 1er siècle av. J.-C. les espèces animales sur ce critère ; Cicéron désigne parfois un groupe humain par ce mot, qu’on pourrait traduire selon les cas par « race », « peuple », voire « peuplade », « secte », « tribu », ce qui laisse souvent transparaître des connotations péjoratives. Nationes signifiait très nettement les « peuplades », c’est-à-dire avait pour référent : les « gentils », les « païens », un peu comme on disait encore au début du 20e siècle les peuplades pour parler des peuples des contrées lointaines exotiques.

26L’évolution plus nette vers le politique va gommer indiscutablement la péjoration ; c’est national qui sera employé d’abord pour désigner l’ensemble du peuple d’un pays. La justice nationale de Montaigne est un hapax qui met en rapport les administrations publiques (les polices) avec le peuple, qui témoigne que la nation est saisie, au moins dès cette époque, comme un groupe humain organisé.

27Ce groupe nation a reçu en Angleterre, et aurait pu recevoir en France – par exemple sous Mazarin – des droits distincts de ceux que le monarque reçoit de sa nature royale. Outre-Manche, la nation s’est constituée en corps, s’est dotée d’organisations représentatives ; la nation et ses droits font l’objet d’une surveillance attentive des patriotes anglais. Richelieu reconnaissait déjà cet état de choses à l’étranger, mais l’a refusé pour la France. Louis XIV, Louis XV parleront du corps de la nation anglaise, des droits de la nation polonaise. Louis XV militera contre cette conception pour la France : le corps de la nation ne peut être séparé du monarque. Donc ce groupe organisé indépendamment du monarque, ce corps constitué, sera refusé à la France jusqu’aux approches de la Révolution.

28Il en résulte une entrée fortement affective, chargée d’idéologie, dans le vocabulaire politique français : les uns réclameront l’emprunt de la notion, et de l’organisation politique qui en découle, à l’Angleterre, les autres comme l’abbé de Boulogne resteront dans le champ affectif de la fidélité nationale au monarque.

29C’est le débat dominé par Sieyès qui donnera un statut juridique à la nation-État : la nation est « une personne juridique constituée par l’ensemble des individus constituant l’État ». Apparaissent alors en quelques années Assemblée Nationale, garde nationale, volonté nationale, nationaliser (« identifier à la Nation » et « rendre les biens du clergé propriété de la Nation »), nationalisation (des biens des émigrés), nationalisme (« conscience révolutionnaire nationale ») : donc une assemblée représentative, une armée, une volonté, le droit de propriété, une conscience. Il ne s’agit pas seulement d’une personnalité juridique, mais d’une personnalité morale ; d’où notre troisième primitive personne morale.

30On ne cessera jamais de s’interroger depuis sur les normes constitutives – les normes de la nationalité des hommes (être né de…, être né à…, l’automatisme ou la demande, donc l’expression de la volonté de l’appartenance…, la disjonction ou la conjonction de tout ou partie de ces critères) ;

31— les normes de la propriété des biens : le nouveau sens de nationalisation sera le « transfert du privé au public » ;

32— les normes de gestion : en 1876, les routes sont dites nationales, lorsque leur construction et leur entretien relèvent de l’État.

33Néanmoins les idéologies et affectivités s’affronteront jusqu’à nos jours : il y aura un nationalisme « exaltation du sentiment national » à connotation positive pour Lamartine, négative pour Proudhon ; un nationalisme favorable aux indépendances nationales ; un nationalisme devenu synonyme de « conservatisme ». Les internationalismes s’opposeront d’une manière très ambiguë à tous ces nationalismes. Les multiples forces idéologiques en présence, correspondant aux divers sous-groupes de la Nation, lutteront sans cesse pour modifier ou conserver les normes constitutives de la nationalité des personnes, de la propriété des biens et de la gestion du patrimoine.

Conclusion

34Dans la France de 1994, la patrie est un concept principalement affectif et allégorique, subordonné à un territoire et suscitant plus ou moins l’image de la mère, ce qui provoque parfois un rejet, le plus souvent un patriotisme ardent traité par les autres de patriotisme acharné, satire qui s’amenuise en patriotisme de clocher lorsqu’on envisage le « pays natal ». On peut penser que le pôle ardent, en veilleuse dans les périodes de prospérité, où les enfants majeurs se débrouillent tout seuls, arde de plus belle s’il y a le moindre danger, que celui-ci soit militaire ou économique.

35L’État est plutôt l’image du père notaire ou magistrat qui passe son temps à établir des actes, à statuer, constituer, instituer ; qui voudrait tout prévoir, tout organiser, en croyant fonder sur la raison philosophique ses décisions. Il est sûr qu’il est le garant du contrat entre le sol et les hommes, mais il reste au niveau théorique. Après avoir arbitré les conflits entre le trône et la nation, il n’a que suscité une dialectique savante entre l’idéologie qu’il voulait transitoire de dictature du prolétariat et l’idéologie qu’on peut espérer tout aussi transitoire de dictature libérale.

36La nation, ou Nation, la pauvre petite nation de rien du tout, brinquebale entre les deux parents, patrons, parrains. Elle s’empêtre dans ses sentiments qu’elle ratiocine : race, sol, sang, droit ; cache, sous des allures de droits, les nationalismes internes et externes les plus virulents. Bref elle n’est que le thermomètre ou baromètre des conflits entre les nationalistes régionaux, les nationalistes patriotes, les supranationalistes, européens ou autres, les internationalistes, prolétariens ou non, les mondialistes qui s’annoncent humanitaires et un peu policiers. La sagesse des nations ne peut choisir entre la nation-État et la nation-patrie, au moment où beaucoup de patries-États semblent renaître.

Bibliographie

Bibliographie

Abric J.-C., 1989 – « L’étude expérimentale des représentations sociales », dans Jodelet D. (éd.), Les Représentations sociales, Paris, PUF.

Corbin D., 1987 – Morphologie dérivatonnelle et structuration du lexique, Lille, PUL.

Doise W., 1990 – « Les représentations sociales » dans Bonnet C., Ghiglione R., Richard R.-F. (éds.), Traité de psychologie cognitive, Paris, Dunod.

Flament C., 1989 – « Structure et dynamique des représentations sociales » dans Jodelet D. (éd.), Les Représentations sociales, Paris, PUF.

Grobelak L., 1990 — Dictionnaire collocationnel du français général, Polskie Wydawnictwo naukowe, Warszawa.

Moscovici S., 1961 – La Psychanalyse, son image et son public, Paris, PUF (2e édition 1976).

Notes

1 Il n’est pas question d’envisager, par exemple, le sens du mot état, dans un contexte comme : « Dans quel état tu rentres ! ».

2 Nous nous rangeons aussi à l’opinion de D. Corbin (1987, p. 290 et suiv.) selon laquelle on peut parler de bases supplétives, lorsque le signifiant phonique et graphique est modifié dans la composition ou dérivation, du fait en général d’un retour à l’orthodoxie latine : État et paramétrai (stat est une base supplétive de état). On parle dans la tradition de doublets, encore que État soit lui-même un emprunt précoce.

3 Lorsque les composants des expressions deviennent indissociables et que les sens respectifs présentent des modifications sensibles.

4 Lorsque les composants sont plus indépendants et variables, et aussi plus près du sens global d’un syntagme libre.

5 Voir C. Flament, 1989 et W. Doise, 1990.

6 La connaissance du noyau central et des schèmes périphériques s’effectue grâce à des enquêtes. C’est ainsi que la représentation sociale dans la France contemporaine de l’artisan à pu être résumée par un noyau central comprenant cinq concepts sociaux : [travailleur manuel], [amour du métier], [travail personnalisé], [travail de qualité], [forme des apprentis]. Si l’un des cinq est manquant, il ne s’agit plus d’un artisan. En revanche, toutes sortes de schèmes périphériques peuvent être associés : chante en travaillant, habite au village, voyage dans le monde, etc. ; s’ils disparaissent, cela n’affecte en rien la représentation de l’artisan. Le modèle fait penser à l’analyse lexicologique différentielle en dénoté et connoté. Voir J.-C. Abric, 1989, p. 198.

7 Les différences de corps typographiques correspondent a la mise en valeur d une ramification sémantique. Le corps standard correspond aux sens en relation avec le trait « locatif », l’affectivité pouvant y être afférente. Le corps italique signale l’inhérence du trait « affectivité » axiologisable positivement ou négativement.

8 Les termes en italique dans ce nouveau tableau se rapportent à des référents plus techniques concernant ou le droit ou les « politiques », qu’elles soient idéologiques ou scientifiques, en tout cas concernant des concepts économiques et/ou marxistes et/ou du nouveau système mondial, qui ont caractérisé l’ensemble du 20e siècle ; les termes en gras et soulignés sont toujours extraits du dictionnaire collocationnel de L. Grobelak.

Table des illustrations

Titre PATRIE (corpus classé chronologiquement)
Légende Note77
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1886/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre PATRIE. Nom relationnel « X est la patrie de Y »
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1886/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre État
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1886/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre ÉTAT. Nom catégorisant + nom d’entité abstraite « X est un État » ; « L’État ».
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1886/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Nation
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1886/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1886/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Note88
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1886/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre NATION. Nom catégorisant « X est une nation »
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1886/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 300k

Auteur

Université Lumière Lyon 2. Équipe Rhêma – UPRES 652 – Langue, Lexique et Représentation des connaissances.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search