Version classiqueVersion mobile

Le Temps des princes

 | 
Marcelle-Renée Reynaud

Deuxième partie. Le pouvoir

Le pouvoir

Texte intégral

1Comment et par qui la cohésion d’un aussi vaste et disparate ensemble de territoires a-t-elle pu être assurée, si elle l’a été ? Par le prince certes, mais lui-même est multiple : roi au delà des mers, duc et comte en deçà des Alpes, la diversité de ses titres implique les nuances de son pouvoir. Nuances ou ambiguïtés si le prince a la tentation d’être roi toujours et partout. Pris entre la volonté de bien gouverner et l’attrait des chimères, il doit par surcroît assumer les répercussions de la guerre et de la crise économique sur ses États. Lesquels exigeraient, de par la seule mutation en cours, des moyens beaucoup plus considérables que le vieil État féodal, et en réclament encore davantage pour faire face à l’aventure. Princesses et princes ont du moins su rassembler autour d’eux des serviteurs acquis à leur cause, certains très proches, d’autres plus ancrés dans les institutions, et c’est une partie d’entre eux, notamment les conseillers, qui ont fait l’unité de la principauté : fragile unité à la merci de tous les cataclysmes de la fin du XIVe et du début du XVe siècle, mais aussi des déchirements familiaux : guerres civiles dans le royaume de France, rivalité des princes, Armagnacs contre Bourguignons... et division de la deuxième Maison d’Anjou-Provence sous l’impact des tragiques événements de 1420. Tel Sisyphe, chaque prince accédant au pouvoir doit tout recommencer.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search