Version classiqueVersion mobile

Les Mots de la nation

 | 
Sylvianne Rémi-Giraud
, 
Pierre Rétat

L'histoire des mots

Le mot Nation dans les six premières éditions du Dictionnaire de l’Académie

Michel Le Guern

Texte intégral

1On peut penser que le moment de l’histoire où le sens du mot Nation change le plus sensiblement est la Révolution. À sa publication, en 1798, la cinquième édition du Dictionnaire de l’Académie se voit ajouter un « Supplément contenant les mots nouveaux en usage depuis la Révolution », ainsi que les acceptions nouvelles. On est déçu de ne pas y trouver Nation. En revanche, National y figure dans une douzaine d’entrées : « Accusateurs Nationaux », « Assemblée nationale », « Cocarde nationale », « Commissaire de la Trésorerie nationale », « Convention Nationale », « Garde Nationale », « Gendarme national », « Gendarmerie nationale », « Haute-Cour nationale », « Institut national des sciences et des arts », « Patente nationale°» (dans le sens de « brevet d’invention »), et « Trésorerie nationale ». Il y a là beaucoup d’informations sur les institutions, mais rien, ou à peu près, sur le sens de National ou de Nation.

2Il faut donc examiner l’évolution sur une durée plus longue, et la succession des éditions du Dictionnaire de l’Académie fournit un champ d’observation assez adéquat. Chaque édition de ce Dictionnaire a comme source principale l’édition précédente. Le maintien de tel ou tel élément n’est pas nécessairement significatif : quand la commission du dictionnaire a des avis partagés, ou qu’elle ressent un peu de lassitude, elle choisit de ne rien changer. En revanche, toute modification est significative, soit qu’elle enregistre une évolution de l’usage, soit qu’elle répare un oubli des éditions précédentes.

3Une première version de la lettre A est menée à bien en 1639, mais il faudra attendre 1694 pour que paraisse enfin la première édition. La deuxième édition est de 1718, la troisième de 1740, la quatrième de 1762. La cinquième édition, qui était prête pour l’impression quand éclate la Révolution, ne paraît qu’en 1798, alors qu’il n’y a plus d’Académie française. L’Académie, rétablie, fera paraître une sixième édition en 1835.

  • 1 La typographie de la première édition du Dictionnaire de l’Académie distingue les mots chefs de fa (...)

4Le Dictionnaire de l’Académie de 1694 range Nation dans la famille de NAISTRE1, famille fort nombreuse dont il n’est peut-être pas inutile de passer les membres en revue :

NAISTRE, Né, Nouveau-né, Premier-né, Bien-né, Mal-né, Mort-né, Aisné, Aisnesse, Puisné, Naissant, Naissance, Natal, Natif, Nativité, Nature, Naturel, Adj., Naturel, s. m., Naturellement, Naturaliste, Naturaliser, Naturalisé, Denaturé, Surnaturel, Surnaturellement, Naïf, Au naïf, Naïveté, Naïvement, Nation, National, Renaistre.

5La première partie de l’article restera presque identique jusqu’à la cinquième édition :

Nation, s. f. Terme collectif. Tous les habitants d’un mesme Estat, d’un mesme pays, qui vivent sous mesmes loix, et usent de mesme langage etc.

6La seconde édition, en 1718, apporte de menues corrections, purement formelles : « sous les mêmes loix, et parlent le mesme langage » ; les trois éditions suivantes n’apporteront aucun changement.

  • 2 Voir en particulier A. Collinot et F. Mazière, « Les définitions finalisées dans le Dictionnaire u (...)

7Cette première définition est suivie d’une liste de « phrases », en prenant phrase au sens que le mot avait à l’époque : « façon de parler, assemblage de mots sous une certaine construction ». Comme le signalent André Collinot et Francine Mazière2, il ne s’agit pas d’exemples de citations, mais de collocations réglées :

Nation puissante, nation belliqueuse, guerriere. nation civilisée, nation grossiere, nation barbare, feroce, cruelle, meschante nation, chaque nation a ses coustumes, a ses vertus et ses vices, il n’a aucun des defauts de sa nation, la nation Françoise, la nation Espagnole, c’est l’humeur, l’esprit, le genie de la nation, toutes les nations de la terre, les nations Septentrionales, les nations Méridionales, un Prince qui commande à diverses nations, il est Espagnol de nation, Italien de nation.

8Le second et dernier alinéa est consacré à une acception péjorative, où on ne sait trop s’il faut voir un emploi par extension ou un emploi figuré :

Il se dit odieusement et par mespris, des personnes d’une certaine profession, d’une certaine condition. La nation des Pedants est une estrange nation, une nation incommode, c’est une meschante nation que les Laquais.

9Ce paragraphe se voit ajouter dans la troisième édition (1740) : « Il est du style familier » ; il disparaît dans les éditions suivantes. Ne faut-il pas voir dans le fait que l’emploi péjoratif de nation quitte le bon usage, puis l’usage tout court, au milieu du 18e siècle, l’indice d’un début de sacralisation de l’idée de nation ?

10L’édition de 1718 intercale, entre les deux paragraphes de 1694, une addition importante, constituée de deux alinéas dont voici le premier :

Nation Se dit aussi des habitants d’un mesme pays, encore qu’ils ne vivent pas sous les mesmes Loix : Ainsi quoique l’Italie soit partagée en divers Estats et en divers Gouvernements, on ne laisse pas de dire La nation Italienne. Et la mesme chose se peut dire des pays qui sont sujets à divers Princes.

11La définition donnée par la première édition correspondait à l’idéal d’un monde harmonieux où coïncideraient les découpages géographiques, politiques et linguistiques. Mais le monde réel ne présente pas cette uniformité des découpages. La liste d’emplois donnée en 1694 se terminait par « Italien de nation » ; si l’on peut dire « Italien de nation », on doit pouvoir parler de nation italienne, même si l’Italie ne constitue pas à cette époque une entité politique, « un même Etat » « sous les mêmes lois ». Les rédacteurs de l’édition de 1718 ont bien vu l’inadéquation à la réalité politique de la définition donnée en 1694. À « la nation Françoise » et « la nation Espagnole » ils ajoutent : « la nation Allemande, la nation Angloise ». La nation allemande, pas plus que la nation italienne, n’est en 1718 un même État sous les mêmes lois. Mais cela ne les empêche pas de conserver la définition primitive : la réalité des nations politiquement divisées n’exclut pas l’idée que la nation doive être politiquement une. Le sens de nation correspond à un idéal en quelque sorte prototypique. L’extension du terme est corrigée dans un paragraphe distinct, comme si les nations privées de l’unité politique ou linguistique étaient un peu moins nations que les autres, « nations par extension », pourrait-on dire. Les trois éditions suivantes (1740, 1762, 1798), identiques sur ce point, n’apportent à cet alinéa que des modifications légères, rapprochant les lois et les princes :

Nation. Se dit aussi des habitans d’un même pays, encore qu’ils ne vivent pas sous les mêmes Loix, et qu’ils soient sujets à différens Princes. Ainsi quoique l’Italie soit partagée en divers États et en divers Gouvernemens, on ne laisse pas de dire, La nation Italienne.

12Le second alinéa ajouté en 1718 sera maintenu sans changement jusqu’en 1798, et sous une forme à peine remaniée dans les éditions suivantes :

En parlant de tous ceux d’une mesme nation qui se trouvent dans un pays estranger, on dit, La nation, toute la nation. Dans cette occasion l’Ambassadeur assembla toute la nation, toute la nation se rendit chez l’Ambassadeur.

13La quatrième édition, en 1762, ajoute deux acceptions, qui seront maintenues dans les éditions suivantes :

En termes de l’Écriture Sainte, Nations signifie Les peuples infidelles et idolâtres.
La Faculté des Arts de l’Université de Paris est composée de quatre nations, qui ont chacune leur titre particulier. L’honorable Nation de France, la fidelle Nation de Picardie, la vénérable Nation de Normandie, et la constante Nation de Germanie. Les Procureurs de ces Nations et les Doyens des trois autres Facultés composent le Tribunal du Recteur.

14Le dernier alinéa reprend une acception qui est déjà attestée dans le Richelet de 1680, et dans le Furetière de 1690. La source directe est le Manuel lexique de l’abbé Prévost, que l’Académie recopie presque littéralement :

En termes d’Université, on appelle Nations, certaines Provinces qui la composent. L’Université de Paris est composée de quatre Nations, qui ont leurs titres particuliers ; l’honorable Nation de France, la fidèle Nation de Picardie, la vénérable Nation de Normandie, la constante Nation de Germanie. Ce sont les Procureurs de ces Nations, avec les Doïens des trois Facultés supérieures, qui forment le tribunal du Recteur (éd. de 1755).

  • 3 Dans la traduction de l’Épître aux Galates, I, 16, là où la Bible de Louvain mettait « Gentils », (...)

15Quant à l’alinéa précédent, qui mentionne le sens de « peuples idolâtres et infidèles », il enregistre un emploi qui est depuis longtemps attesté dans l’usage3, mais qu’aucun dictionnaire n’avait encore signalé. Nations, dans cet emploi, est en concurrence avec Gentils : on a l’impression qu’il s’agit d’un doublet permettant d’éviter les répétitions excessives. L’entrée de cette acception de nations dans le Dictionnaire de l’Académie paraît correspondre à un fléchissement sensible de l’emploi de Gentils.

16Il est intéressant de suivre d’édition en édition les changements apportés aux exemples, ou collocations, qui illustrent la première partie de l’article.

17En 1718, on note l’ajout, après « nation civilisée », de « nation policée » ; et après « la nation Françoise » et « la nation Espagnole », de « la nation Allemande, la nation Angloise ». On a vu que c’est sans doute cet ajout de « la nation Allemande » qui a conduit à l’addition de l’alinéa précisant que « Nation se dit aussi des habitants d’un mesme pays, encore qu’ils ne vivent pas sous les mesmes Loix ». On peut noter encore le remplacement de « c’est l’humeur, l’esprit, le genie de la nation » par « l’humeur, l’esprit, le genie d’une nation », changement mineur qui ne prête guère à conséquence.

18L’édition de 1740 n’apporte aucun changement. Quant à l’édition de 1762, elle corrige « chaque nation […] a ses vertus et ses vices » en « a ses mœurs ». Voltaire venait de publier, en 1756, l’Essay sur l’histoire générale et sur les mœurs et l’esprit des nations. La cinquième édition, en 1798, remplace « Nation grossière. Nation barbare, féroce, cruelle » par « Nation peu considérable. Nation barbare, sauvage » S’agit-il d’une diminution du racisme et de la xénophobie, ou d’un écho à l’idée du « bon sauvage » ?

19Le premier alinéa, qui n’a subi que des changements mineurs de 1694 à 1798, sera considérablement modifié dans la sixième édition, en 1835. Dans la nouvelle définition, il n’est plus question ni d’État, ni de lois, ni de langage. De l’ancienne formulation, il ne reste plus que le « pays » ; l’idée de totalité est soulignée ; il est précisé que le lien avec le pays peut être produit par la naissance ou par la naturalisation. L’État et les lois sont remplacés par le « gouvernement » :

NATION, s. f. coll. La totalité des personnes nées ou naturalisées dans un pays, et vivant sous un même gouvernement. Nation puissante, belliqueuse, guerrière, civilisée, policée, barbare, sauvage, riche, pauvre, commerçante, industrieuse, florissante. Nation grave, spirituelle. Deux nations rivales, amies, ennemies, alliées. Chaque nation a ses coutumes, ses mœurs. Il n’a aucun des défauts de sa nation. La nation-française, espagnole, anglaise. Les diverses nations de l’Asie, de l’Amérique. L’humeur, l’esprit, le génie d’une nation. Toutes les nations de la terre. Les nations septentrionales, méridionales, orientales, occidentales. Il a visité, fréquenté les nations étrangères. Il a voyagé chez différentes nations. Soutenir l’honneur de sa nation. Les droits, les libertés, les lois, la constitution, le gouvernement d’une nation. Les arts civilisent, policent une nation. Un prince qui commande à diverses nations. Il est Espagnol de nation, Italien de nation.

20La liste des exemples est considérablement allongée. On ne note que de rares suppressions : « Nation peu considérable » et « Méchante nation » disparaissent, sans doute en raison d’un nouveau recul de la xénophobie ; si « La nation allemande » n’apparaît plus dans cette liste, c’est parce qu’elle va rejoindre la nation italienne dans l’alinéa suivant, où, en 1835, elle est mieux à sa place :

Il se dit quelquefois Des habitants d’un même pays, encore qu’ils ne vivent pas sous le même gouvernement. Ainsi, quoique l’Italie et l’Allemagne soient partagées en divers États et en divers gouvernements, on ne laisse pas de dire, La nation italienne, la nation allemande.

21Les nouveaux exemples, fort nombreux, traduisent la prise en compte de la dimension économique, « riche, pauvre, commerçante, industrieuse, florissante », ainsi que des relations entre nations, « Deux nations rivales, amies, ennemies, alliées ». Les nations sont maintenant le lieu du voyage, « Il a visité, fréquenté les nations étrangères. Il a voyagé chez différentes nations » ; « Les diverses nations de l’Asie, de l’Amérique » introduisent une touche d’exotisme, et les arts se font une place : « Les arts civilisent, policent une nation ». L’addition la plus significative est sans doute celle qui porte sur l’organisation politique : « Les droits, les libertés, les lois, la constitution, le gouvernement d’une nation ». C’est là, enfin, qu’on trouve les modifications apportées à l’idée de nation par la Révolution.

22La septième édition, en 1879, n’apportera aucun changement.

23On ne peut pas séparer de l’article Nation l’article National, dont les dimensions s’accroissent de manière spectaculaire entre 1694 et 1835. Dans la première édition, l’Académie n’accorde à National que deux lignes :

National, ale, adj. Qui est de toute une nation. Concile national. Synode national. Les Conciles nationaux.

24Les trois exemples font tous référence à des institutions ecclésiastiques. L’édition de 1718 garde cet article sans changement, et ajoute une nouvelle entrée :

Nationaux, au pluriel, se dit aussi en parlant des affaires de Rome, et l’on dit les Cardinaux nationaux, pour dire, les Cardinaux qui sont d’une autre nation que l’Italienne. Dans cette acception on dit aussi au substantif Les nationaux.

25On ne sort pas des institutions ecclésiastiques. L’édition de 1740 réunit en une seule les deux entrées National et Nationaux. Elle ajoute un exemple qui concerne encore le domaine religieux : « L’Église de saint Louis est à Rome l’Église nationale des François. ». Mais un nouvel alinéa étend l’emploi de l’adjectif au domaine militaire, alors qu’il semblait réservé jusque-là au domaine ecclésiastique :

On appelle, Troupes nationales, Les troupes composées des sujets naturels du Prince qu’elles servent ; Et il se dit par opposition à Troupes étrangères, qui sont celles que le même Prince a prises à sa solde.

26Le paragraphe concernant les cardinaux nationaux a été récrit, et l’on peut sans doute y voir un sous-entendu politique : la relation entre national et politique n’y est certes pas affirmée, mais on la devine aisément :

On donne à Rome la qualité de National, à un Cardinal attaché à quelqu’une des Couronnes par sa naissance, ou par un engagement personnel et connu. Dans le dernier Conclave, il y avait tant de Cardinaux nationaux.

27L’exemple lui-même n’est pas innocent. Les deux éditions suivantes n’apportent que des changements minimes : en 1762 disparaît l’exemple « synode national », qui sera pourtant conservé sous l’entrée Synode ; dans la cinquième édition, on note seulement l’introduction de l’exemple « Assemblée nationale », qui ne figure pas sous l’entrée Assemblée. C’est le 17 juin 1789 que le Tiers État se proclame Assemblée nationale ; l’Académie n’avait pas encore terminé la mise au point de la cinquième édition.

28Dans l’édition de 1835, l’article National prend une extension considérable. Les emplois concernant les institutions ecclésiastiques sont maintenus, mais en fin de liste. C’est la garde nationale qui tient désormais la plus grande place. Les institutions républicaines, malgré le retour de la monarchie, et plus nettement encore les valeurs nationales se sont installées dans la langue :

NATIONAL, ALE, adj. Qui concerne toute une nation, qui appartient à une nation. Esprit, caractère, préjugé, honneur national. Prévention, haine nationale. Qualités nationales. Assemblée nationale. Propriété, récompense, fête nationale. Bien, domaine national. Les biens nationaux. Pavillon national. L’église de Saint-Louis est, à Rome, l’église nationale des Français.
Troupes nationales. Les troupes levées dans l’État même qu’elles servent ; par opposition à Troupes étrangères. Celles qu’un État tire d’un pays étranger, et qu’il tient à sa solde.
Garde nationale, Troupe non soldée, qui est composée de citoyens, et qui sert au maintien du bon ordre, ainsi qu’à la défense intérieure du royaume. Officier de la garde nationale. La garde nationale de Paris, de Lyon. On réorganisa toutes les gardes nationales du royaume. La garde nationale mobile. La garde nationale sédentaire.
Garde national, Celui qui fait partie de la garde nationale. Deux gardes nationaux sont venus, et se sont emparés de lui.
Concile national, Assemblée des évêques de toutes les métropoles d’une nation.
Cardinal national, se dit, à Rome, d’Un cardinal attaché à quelqu’une des couronnes, par sa naissance, ou par un engagement personnel et connu. Dans le dernier conclave, il y avait tant de cardinaux nationaux. Nationaux, au pluriel, s’emploie substantivement pour désigner La totalité de ceux qui composent une nation ; par opposition à Étrangers, Ceux qui appartiennent aux autres nations. Les nationaux et les étrangers s’accordent à reconnaître la supériorité de Molière sur tous les autres poëtes comiques.

29Ils ont sans doute raison. Mais peut-être est-il difficile de penser à la nation sans se sentir un peu cocardier.

Notes

1 La typographie de la première édition du Dictionnaire de l’Académie distingue les mots chefs de famille par des grandes capitales, alors que les autres entrées sont imprimées en petites capitales, et placées à la suite du mot chef de famille. L’ordre alphabétique ne s’applique qu’aux entrées en grandes capitales.

2 Voir en particulier A. Collinot et F. Mazière, « Les définitions finalisées dans le Dictionnaire universel de Furetière et dans le Dictionnaire de l’Académie – où il est montré que l’hétérogénéité formelle des définitions lexicographiques a du sens », dans La Définition, Paris, Larousse, 1990, p. 237-250.

3 Dans la traduction de l’Épître aux Galates, I, 16, là où la Bible de Louvain mettait « Gentils », le Nouveau Testament de Mons (1667) préfère « nations » ; mais, dans le chapitre suivant, « Gentils » est généralement conservé.

Auteur

Université Lumière Lyon 2. Équipe Rhêma – UPRES 652 – Langue, Lexique et Représentation des connaissances.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search