Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie du village et de la maison rurale au Moyen Âge

 | 
Jean-Marie Pesez

Troisième partie. La maison

Chapitre 5. Le foyer de la maison paysanne (xie-xve siècles)

Texte intégral

  • 1 On songe ici aux recherches de Simone Roux sur Paris, de Jean-Marie Martin sur la Pouille, de Hugue (...)
  • 2 Voir J. Chapelot et R. Fossier, Le Village et la maison au Moyen Âge, Paris, 1980.

1Pour évoquer la maison médiévale, on n’est plus aujourd’hui réduit, comme on l’était au temps de Camille Enlart, à s’appuyer sur quelques « monuments » conservés, de date plus ou moins assurée, et d’une authenticité relative du fait des inévitables transformations subies au cours des siècles. Le développement de l’archéologie médiévale a modifié les perspectives, et la recherche historique n’est pas en reste : elle ne dédaigne plus la culture matérielle et trouve dans les documents sériels, les contrats, les comptes, les archives notariales, les inventaires, des informations concrètes et plus nombreuses qu’on ne pensait1. Mais alors que l’écrit semble privilégier la maison urbaine, les sources archéologiques favoriseraient plutôt l’habitation rustique2. C’est de celle-ci qu’il sera question ici.

  • 3 En Lorraine, le même type de document recense non des feux mais des « conduits » ce qui semble dési (...)

2Assez régulièrement, l’archéologue interprète comme habitation le bâtiment ou le groupe de bâtiments où figure un foyer. Il n’est même pas nécessaire de recourir à l’ethnographie pour établir une interprétation de cet ordre, qu’au besoin, d’ailleurs, elle autoriserait. Cela relève plutôt du sens commun : depuis toujours, le feu est associé à la demeure des hommes. Dans le monde romain, où le foyer est l’autel tantôt des Pénates, tantôt des dieux Lares, focus a déjà le double sens de foyer et de maison. Et faut-il rappeler que les recensements médiévaux comptabilisent des feux, faisant ainsi du foyer le signe du groupe humain élémentaire composé des personnes qui utilisent le même foyer, habitent sous le même toit et vivent sur la même exploitation3 ?

3L’archéologie, peut-être trop attentive dans ses rapports et ses synthèses au bâti, à la construction, nous permet aussi, en fait, de nous représenter dans sa matérialité, le foyer domestique de la maison rurale. On se serait attendu peut-être, tant l’image nous est familière, à ce qu'elle nous restitue une structure plus ou moins proche de la vaste cheminée de la maison traditionnelle. C’est tout autre chose qu'elle nous propose : un foyer qui par sa simplicité renvoie plutôt à la préhistoire qu’il n’évoque les temps sub-actuels.

4En règle générale, on a affaire, encore à la fin du Moyen Âge, à un feu allumé à même le sol, ouvert, sans dispositif apparent pour l’évacuation de la fumée, établi au centre de l’habitation et à un foyer unique, une seule source de feu, vouée donc à des fonctions multiples.

5Cet état de choses, en lui-même, soulève un certain nombre de questions qui conduiraient à ne pas se satisfaire de cette description sommaire. S’y ajoute le fait que la règle souffre en réalité beaucoup d’exceptions, de sorte qu’on est amené à rentrer dans le détail, et à faire un sort à chacune des propositions qui précèdent.

  • 4 G. Démians d’Archimbaud, Les Fouilles de Rougiers, Paris, 1980, p. 237.
  • 5 Dracy, village déserté de l’arrière-côte viticole en Bourgogne (Côte-d’Or, commune de Baubigny). Le (...)
  • 6 Essertines-Basse : site d’un castrum abandonné du Forez (Loire, commune d’Essertines-en-Châtelneuf) (...)

6Des foyers en pleine terre, ou n’ayant reçu aucun aménagement, même sommaire, se rencontrent, en effet. Ils ne se signalent que par la rubéfaction du sol, éventuellement par les cendres et les charbons de bois qui en entourent l’emplacement. À Rougiers, surtout dans les premières phases de cet habitat, mais encore par la suite, au XIVe ou XVe siècle, quoique alors dans une moindre proportion, les feux en pleine terre ou établis sur le roc sont largement majoritaires4. À Dracy également, le foyer qui n’a d’autre support que le sol de la maison constitue le cas le plus fréquent : sa trace peut être lenticulaire ou semi-circulaire, ou allongée en rectangle quand il est établi au pied d’une paroi5. Le sol des maisons est fait, il est vrai, d’une terre argileuse jaunâtre (à laquelle le feu donne une couleur rouge intense) qui, elle, a été apportée et travaillée, tassée : en cela, les foyers les plus simples de Dracy se rapprochent de ceux qui, sur d’autres sites, reçoivent une couche d’argile indurée soit par l’usage, soit avant l’usage. Mais à Essertines, dans une maison encore plus tardive (XVIe siècle ?), le foyer est établi dans une légère dépression du roc qui constitue ici le sol intérieur6. La terre et le roc sont, il faut le noter, des matériaux incombustibles, mauvais conducteurs, qui assurent donc une sécurité suffisante.

  • 7 R. Bertrand, M. Lucas, « Un village côtier du XIIe siècle : Pen-er-Malo en Guidel (Morbihan) », Arc (...)
  • 8 P. André, « Un village breton du XIe siècle, Lann-Gouh Melrand « , Archéologie Médiévale, XII, 1982 (...)

7Un aménagement sommaire intervient cependant souvent, même quand la sole n’est en aucune façon construite. Il consiste à limiter l’extension du foyer par un cadre de pierres enfoncées dans le sol, souvent posées de chant, sans doute dans l’intention de retenir le combustible, ou d’empêcher la dispersion des cendres. À Pen-er-Malo, les foyers centraux du bâtiment A, l’un des foyers du bâtiment B, ont ainsi une forme circulaire soulignée par une bordure de plaques de schistes, tandis que dans le bâtiment C quatre longues dalles du même matériau dessinent un foyer quadrangulaire7. De même à Melrand, les foyers, circulaires dans la maison C, rectangulaires de la maison M, sont matérialisés par des pierres dressées sur chant8. Et on trouverait sans peine de nombreux autres exemples, tant dans les villages anglais qu’allemands.

  • 9 Il n’est pas précisé si les soles à Melrand sont construites ou non.
  • 10 Brucato, histoire et archéologie dun habitat médiéval en Sicile (sous la direction de J.-M. Pesez), (...)
  • 11 G. Démians d’Archimbaud, op. cit., p. 237. Un foyer particulièrement exemplaire de ce type a été mi (...)

8À Pen-er-Malo, il est vrai, la sole est construite en terre argileuse et en coquillages9, mais à Brucato, la maison LIV présente un foyer établi à même le sol dans un angle de la construction, simplement cerné par quelques grosses pierres, laissant quand même un accès sans doute destiné à faciliter l’enlèvement des cendres10. Les foyers établis dans des fosses peu profondes, fréquents à Rougiers où les fosses peuvent être entourées de pierres, répondent probablement à la même préoccupation de retenir cendres et combustibles11.

  • 12 R. et M. Colardelle « L’habitat médiéval immergé de Colletière à Charavines (Isère). Premier bilan (...)

9Tout en restant très sommaire et d’aspect parfaitement fruste, le foyer ouvert présente assez souvent une construction qui ne permet pas de le considérer comme « en pleine terre ». Au niveau le plus élémentaire on note une sole simplement faite d’une couche de terre argileuse, parfois assise elle-même sur un autre matériau. Cette pratique est d’ailleurs rendue nécessaire quand l’usage a dégradé l’emplacement primitif du feu ou quand le sol de la maison s’est exhaussé : on « rechape » alors le foyer par une couche de terre argileuse. Renouvelée à plusieurs reprises l’opération crée une stratigraphie localisée où les niveaux rubéfiés alternent avec des couches que le feu n’a pas marquées : à Rougiers, où ces exhaussements sont non seulement fréquents mais atteignent des hauteurs considérables, on peut ainsi distinguer jusqu’à cinq ou six états successifs d’un même emplacement de feu. À Charavines le foyer de la maison I présente, de même, « quatre niveaux cuits superposés » : sur le foyer initial, lui directement établi sur la craie lacustre, on a déposé une chape d’argile assez épaisse pour avoir provoqué l’enfoncement de la structure et nécessité de nouvelles recharges ; limité par un cadre de bois, le foyer ainsi construit était surélevé d’une trentaine de centimètres12.

  • 13 R. Mussot-Goulard, « Enquête sur Maignaut », Wasconia, 1, 1985 et « La motte castrale de Luzan », C (...)

10Un type tout à fait particulier de sole en argile et qui, sauf erreur, n’a été noté que sur les deux sites dont il va être question, est offert par des foyers mis au jour par Renée Mussot-Goulard, à Maignaut et à Luzan dans le Gers13. À Maignaut, village établi dans la basse-cour d’une motte, deux foyers sont édifiés en terre argileuse jaunâtre, manifestement rapportée, et nappant un soubassement de pierres : la sole indurée et rubéfiée est quadrillée par des incisions. Le même quadrillage a été observé sur un foyer dans un bâtiment du château sur motte de Luzan et la sole paraît avoir été cuite avant que le foyer ne soit utilisé (mais peut-on l’affirmer avec certitude ?). On hésite sur le sens à donner à ces incisions de la sole : voulait-on imiter un âtre de briques ou de dalles, ou cherchait-on à éviter la craquelure de la sole (qu’on ne voit d’ailleurs pas sur les foyers ordinaires) ?

  • 14 M.-C. Bailly-Maître et J. Bruno, Un Village minier de haute montagne : Brandes-en-Oisans, Grenoble, (...)
  • 15 Abramowicz A., J. Chapelot, A. Nadolski, J.-M. Pesez, T. Poklewski, « Le village bourguignon de Dra (...)

11La sole présente parfois une construction plus apparente qui fait intervenir des pierres, des dalles, parfois une seule pierre foyère, ou encore des briques, des tuiles, des carreaux de terre cuite. Les exemples sont nombreux, on se bornera à en mentionner quelques-uns. Dans le village minier de Brandes-en-Oisans (XIVe siècle) les foyers, toujours construits, ont une sole de petites dalles de schistes, parfois cernée de pierres14. À Dracy n’a été rencontré qu’un seul foyer établi sur des pierres plates et légèrement déprimé au centre. Mais ce village présente, à plusieurs exemplaires, un type de foyer rarement noté sur d’autres sites : la sole est faite de petites pierres enfoncées dans le sol et disposées de façon concentrique : les pierres ne sont pas fichées verticalement mais légèrement inclinées vers le centre de la structure. Dans la maison I, ce foyer qu’on peut sans doute appeler « en hérisson » a une forme elliptique que souligne une bordure de grosses pierres plantées de chant, et on a trouvé, mêlés aux pierres et fichés comme elles dans le sol, des tessons provenant d’une même marmite brisée. Dans la maison XVIII, le foyer présente deux états successifs : le premier est à peu près identique à la structure de la maison I, à ceci près que le radier de petites pierres se déploie en éventail autour d’une grosse pierre centrale disposée au pied d’un mur. Le second état correspond à une sole de terre argileuse rapportée sur le radier antérieur (qui, fortement rubéfié, a donc été directement exposé au feu) mais dans l’argile ont été fichés des tessons de poterie disposés comme les pierres du hérisson sous-jacent. Un troisième foyer (maison VIII), assez abîmé et occulté par un rechargement du sol antérieur, présentait lui aussi un hérisson de petites pierres, mais moins organisé, moins régulier. Il semble que ces foyers à la surface non pas plane et lisse, mais rugueuse, aient répondu à une préoccupation bien précise : sans doute celle de retenir les fagots et les bûches par ces aspérités ou encore celle de mieux asseoir sur le feu (de braises, peut-on penser) des pots à cuire qui à Dracy présentent régulièrement une forme globulaire et un fond bombé15.

  • 16 Hurst J. G.et Hurst D. G., « Excavations at the Medieval Village of Wythemail. Northamptonshire », (...)
  • 17 G. Démians d’Archimbaud, op. cit., p. 137.
  • 18 M. Biddle, « The Deserted Medieval Village of Seacourt, Berkshire », Oxoniensa, vol. XXVI-XXVII, 19 (...)
  • 19 D. Dudley et E. M. Minter, « The Excavation of a Medieval Settlement at Treworld, Lesnewth », 1963,(...)

12Des soles de larges pierres plates ou de dalles, se rencontrent ailleurs : à Essertines, dans la maison P 14, où les traces de feu débordent largement de la sole, à Wythemail (Northamptonshire, XIIIe ou XIVe siècle) où l’un des foyers de la pièce est fait de pierres plates calcaires, entourées d’un pare-feu d’argile16. À Rougiers où à la fin du XIIIe siècle et au XIVe siècle les foyers sur larges dalles plates deviennent plus fréquents, un foyer tardif (en A7a) est constitué d’une plate-forme maçonnée délimitée par un alignement de gros blocs : la sole d’abord faite d’un blocage de pierres est ensuite pourvue de deux larges dalles couvrant toute la surface17. Les pierres foyères, c’est-à-dire les soles constituées d’une seule dalle ont été assez souvent notées sur des sites de villages anglais. À Seacourt, une maison de pierre de la première moitié du XIVe siècle présente à la fois un foyer et un four : la sole du foyer est une dalle de grès, cernée à quelque distance par une bordure également de grès mais en petites dalles, le tout formant un quadrilatère au centre de la maison18. En Cornouailles, à Treworld, à Garrow Tor, ce sont aussi de larges dalles plates plus ou moins épaisses qui constituent les soles19. À Garrow Tor, la large dalle de granite s’accompagne d’un pare-feu, une autre dalle dressée, haute de 0,60 m qui protège le foyer des courants d’air venant de la porte. Et l’on a rapproché ce pare-feu du « pentanfaen » gallois qui fait l’objet d’une sorte d’attention particulière :

  • 20 I. C. Peate, The Welsh House, 1944, p. 123, cité par D. Dudley et E. M. Minter, 1962-19633

La maison pouvait être détruite, les propriétaires pouvaient abandonner le site, mais le pentanfaen n’était pas déplacé. Il demeurait comme un signe perpétuel, témoignant que le site où il se dressait était celui d’une demeure occupée20.

  • 21 P.-P. Robert et J. Boucard, « Un habitat médiéval, Le Bois-en-Ré » (Charente-Maritime), Cahiers de (...)

13À Le Bois-en-Ré, l’un des foyers rappelle de près la structure des hérissons de Dracy, à ceci près que le matériau est ici la tuile : autour d’un noyau rectangulaire de cinq tessons, des tuileaux fichés dans une couche de tuffeau sont disposés en rectangles emboîtés dont les côtés s’incurvent progressivement21. Des âtres ouverts en briques ou en tuiles ont été plusieurs fois rencontrés dans les maisons des villages désertés anglais. Dans le village sicilien de Brucato, les simples foyers qui accompagnent d’autres structures à feu sont matérialisés par un petit dallage de carreaux de terre cuite brisés, au niveau du sol des pièces.

14Voilà donc une assez grande diversité dans les structures, les plans, les matériaux ; une diversité qui n’occulte pourtant pas l’indiscutable parenté qui unit ces diverses formes d’un même type de foyer. Que le foyer soit construit ou établi à même le sol, qu’il soit fait de terre ou bâti de pierres, on sent bien que le principe reste le même. Mais on peine à définir ce type de structure à feu. On l’appelle foyer ouvert et on continuera à le désigner ainsi, malgré l’ambiguïté du terme : ce type ne s’oppose pas seulement, en effet, au feu enfermé, captif, du fourneau, du four ou du poêle ; il s’oppose aussi au foyer de la cheminée. À la différence de ce dernier il n’est pas, sinon enfermé, du moins enveloppé par des jambages et une hotte : il est réellement ouvert de toutes parts.

  • 22 Cf. Betera, au Nord-Ouest de Valence et Caulers dans la province de Gerone, A. Bazzana et P. Guicha (...)
  • 23 P Grimm, Hohenrode, eine mittelalterliche Siedlung im Südharz, Halle, 1939·

15C’est évidemment le cas quand il est établi au centre de l’habitation, comme cela arrive le plus souvent. Avant d’évoquer sa position, il faut tout d’abord souligner qu’il est dans l’habitation. C’est un foyer ouvert qui par sa simplicité de conception n’est pas sans évoquer un feu de bivouac, mais c’est un foyer intérieur. Du moins, le plus souvent. Gabrielle Démians d’Archimbaud nous assure qu’à Rougiers la plupart des foyers sont extérieurs aux logis, soit dans des espaces non couverts, soit dans des dépendances ou des annexes. Il faut donc, dans ce cas, identifier l’habitation sur la base d’autres indices. Mais de toute façon il y a aussi à Rougiers des foyers intérieurs à l’habitation. Dans l’état actuel des connaissances, les feux extérieurs de Rougiers apparaissent plutôt comme une exception. Ils ne semblent pas caractériser nécessairement l’aire méditerranéenne. S’il est vrai que les feux extérieurs sont fréquents aujourd’hui dans certaines régions de l’Espagne ou de l’Italie, les témoins archéologiques montrent surtout des foyers intérieurs, sur les sites de villages espagnols, ou à Brucato en Sicile, où les structures à feu dans les habitations sont d’ailleurs particulièrement nombreuses22. À l’inverse, un site d’Europe moyenne, comme Hohenrode, comporte de nombreux foyers ouverts à l’extérieur des habitations, proches des portes en général, mais à Hohenrode les structures à feu sont également très nombreuses, à l’intérieur des habitations comme dans les annexes23. Ce qu’observe donc le plus souvent l’archéologue, c’est un foyer intérieur et qui est situé au centre de l’habitation, ou du moins loin des parois. Car c’est sans doute cela qui importe : l’éloignement par rapport aux parois.

16Les exemples de foyers au centre l’emportent de beaucoup. John Hurst estime que le foyer central est universel, qu’il soit établi à même le sol ou qu’il soit fait de petites pierres, de tuiles ou d’une pierre foyère. Cependant, les cas ne manquent pas non plus où les foyers ouverts sont situés contre une paroi. On rencontre cette position à Brandes, à Brucato, à Essertines, à Rougiers également où les foyers à proximité d’un mur ne sont pas rares et seraient même la règle pour les premières phases de cet habitat. À Dracy, les cas de foyers centraux sont l’exception : le plus souvent le feu marque un emplacement situé au pied d’un mur – un mur principal toutefois, jamais une cloison – et non loin de la porte.

  • 24 Celle aussi de Beere. E. M. Jope et R. I. Threefall, « Excavation of a Medieval Settlement at Beere (...)

17Mais à Brandes, à Brucato, à Essertines, à Rougiers, à Dracy, les maisons paysannes sont de solides bâtiments de pierre, couverts ici de tuiles, là de lauzes. Les feux allumés au pied des parois ne présentent pas de risque et n’offrent d’autre inconvénient que celui de noircir le mur. Peut-être, dès lors, le foyer central doit-il, à l’inverse, être attribué à des habitations d’un tout autre type ; on pense moins ici à des bâtiments de bois ou à des pans de bois, qu’à ces maisons où le toit donne tout le volume, où les parois peuvent être en pierre mais sont très basses, pas même la hauteur d’un homme : c’est ainsi que les archéologues anglais se représentent la maison paysanne médiévale et c’est aussi comme cela qu’il faut sans doute restituer les maisons qui n’ont laissé comme vestiges qu’un muret peu élevé en guise de mur périmètre, celles de Pen-er-Malo et de Melrand par exemple24.

  • 25 Ce sont les vestiges d'une cheminée construite de cette façon qu’on avait pensé avoir trouvée dans (...)

18La paroi de bois ne paraît pas nécessairement incompatible avec le feu pourvu qu’elle ait reçu un revêtement de terre : les cheminées ont souvent un linteau de bois et parfois une hotte en lattis, recouvert de torchis25. Mais dans la maison à mur bas et à toit très développé qu’on pourrait appeler maison-toit, la couverture en chaume – c’est le matériau le plus probable – serait dangereusement proche d’un foyer allumé au pied de la paroi. La place du foyer peut donc aider à définir le type de construction, à restituer la maison en élévation : c’est au moins un indice à prendre en compte ; un indice parmi d’autres, car il faut se rappeler que les maisons de pierre de Dracy et de Rougiers peuvent parfois abriter un foyer central.

  • 26 R. Bucaille et L. Levi-Strauss, L’Architecture rurale française, Bourgogne, Paris, 1980, p. 28.

19Un foyer établi au pied d’un mur, plus encore s’il tient le milieu de la paroi, comme c’est assez souvent le cas à Dracy : la position évoque celle d’une cheminée. Et le foyer de la cheminée est après tout aussi un feu ouvert. Il paraît pourtant difficile d’attribuer une cheminée à toutes les maisons de Dracy qui présentent un foyer ouvert au pied d’un mur. Il n’y a, dans ce village du XIVe siècle, qu’un seul exemple sûr d’une cheminée : du moins, la cheminée de la maison II paraît attestée par le retrait régulier et d’une largeur raisonnable qu’on observe dans la paroi ; le retrait est peu marqué quoique net – traditionnellement, la cheminée bourguignonne est sans profondeur26 – et il va en se rétrécissant vers le haut. Si ce n’est pas une cheminée cela y ressemble beaucoup, même si le conduit et la souche n’ont pas été conservés.

  • 27 Cependant un vaste linteau en pierre taillée trouvé entre les maisons V et VI pourrait avoir appart (...)
  • 28 Cependant à deux reprises, en E6 et en 12, Gabrielle Démians d’Archimbaud évoque la possibilité de (...)

20Mais pour les autres foyers, on n’a rien observé d’identique, et il n’y a aucune trace de structure, rien qui autorise à restituer une hotte, un conduit, voire une simple ouverture dans le toit27. En fait, la cheminée paraît le plus souvent absente de la maison paysanne à la fin du Moyen Âge. À Rougiers, Gabrielle Démians d’Archimbaud ne voit que deux cheminées : elles sont dans le château, dans la cuisine et dans le donjon, non dans le village28.

  • 29 Encyclopedia Universalis, supplément 1980, « L’habitat protohistorique en Europe », p. 710.
  • 30 Le contrecoeur de la cheminée de Doué est légèrement concave, souvenir peut-être de la cheminée sem (...)
  • 31 Entretiens avec Simone Roux, « Les chemins de la connaissance », émission de France Culture, févrie (...)

21Au XIVe ou même au ΧΙΙe siècle, la cheminée ne constitue pas une nouveauté. Comme pour toutes les techniques anciennes et de conception relativement simple, il est difficile de situer dans le temps et dans l’espace l’invention du procédé. Les Romains n’utilisaient pas la cheminée pour se chauffer – l’hypocauste était bien plus efficace – mais leurs fours avaient des conduits, comme aussi le système de l’hypocauste qu’on ne restitue pas complètement si on néglige les tubulures verticales prises dans les parois des salles chauffées. On a récemment évoqué la possibilité que des maisons protohistoriques (vers – 2000) en pierres sèches aient été pourvues de cheminées29. Au Moyen Âge, la cheminée apparaît (ou réapparaît ?) au moins au IXe siècle, sous la forme des caminata du plan de Saint-Gall, au Xe siècle avec le témoin archéologique offert par le grand bâtiment castrai de Doué-la-Fontaine30. On la trouve ensuite régulièrement dans les châteaux de pierre et dans les monastères. Elle est présente aussi dans la maison urbaine : les actes parisiens du XVe siècle mentionnent assez fréquemment des cheminées ; et qu’une maison soit dite de peu de valeur parce que vieille et sans cheminée atteste quelle était l’exigence des bourgeois de Paris en cette matière31.

22Pour trouver la cheminée dans la maison paysanne, il faut laisser les sources archéologiques, qui ne sauraient suffire à nous informer : les structures de la cheminée se développent en hauteur, hotte, conduit, souche et l’archéologie ne nous livre bien souvent que des vestiges trop arasés. Les autres documents ont, il est vrai, leurs propres défauts : la cheminée paraît plus fréquente dans les documents iconographiques que dans les sources écrites ; mais les terriers, les inventaires, les contrats peuvent très bien s’abstenir tout simplement de mentionner le foyer ; les documents figurés, eux, représentent plus volontiers le cadre de vie des milieux aisés que l’intérieur paysan et il faut toujours dans l’image redouter le stéréotype.

  • 32 À Montelon-lès-Autun, A. D. Côte-d'Or, E 359, fo 174.
  • 33 L’unique cheminée attestée à Dracy ne figure cependant pas dans une construction récente, mais appa (...)
  • 34 R. Bucaille et J.-M. Pesez, « L’habitat paysan en Bourgogne viticole du XIVe au XIXe siècle. Approc (...)
  • 35 L. Chiappa Mauri, « Per la storia del paesaggio agrario : tipi di dimore rurali nella bassa Lodigia (...)

23Dans les documents bourguignons des XIVe et XVe siècles, la cheminée n’est pas plus fréquente que sur le site de Dracy, et son occurrence peut être significative. Ainsi, le terrier de Vergoncey enregistre vers 1440, « une maison neuve à chemynée »32. Le fait que la maison soit ainsi caractérisée comme neuve et possédant une cheminée souligne le caractère exceptionnel de ce dispositif et suggère même qu’il s’agit d’une innovation, au moins pour une maison paysanne33. En Bourgogne, la cheminée finira par s’introduire dans pratiquement toutes les maisons paysannes, mais comme pour beaucoup d’autres progrès intervenus dans la construction, les sols en dalle, le mortier de chaux, les crépis, etc., on ne sait à quelle date situer cette généralisation dans la construction rustique d’une technique apparue longtemps auparavant dans d’autres milieux sociaux : pas avant le XVIe siècle en tout cas34 (mais on connaît finalement moins bien la demeure paysanne des Temps modernes que la maison médiévale). Il est possible que la cheminée soit apparue plus tôt dans d’autres régions. Des inventaires du XVe siècle mentionnent ainsi régulièrement une, voire plusieurs cheminées dans les maisons de villages de Lombardie35.

24S’il y a un thème iconographique susceptible d’offrir des représentations d’intérieur où le foyer ait sa place, c’est bien le calendrier : au mois de janvier ou plus souvent pour février, le calendrier est illustré par un personnage en train de se chauffer dans une pièce bien close. Et comme c’est la vie rurale qui fournit l’essentiel des motifs – de vrais leitmotive car le genre ne laisse guère de liberté à l’artiste – on peut supposer que les intérieurs représentés appartiennent à des maisons paysannes. Cela demeure pourtant incertain, les autres éléments, architectures, meubles et vaisselle de table, vêtements du personnage en train de se chauffer évoquant plutôt des milieux aisés. Il n’en est que plus significatif de ne pas trouver régulièrement la cheminée dans ces illustrations des mois d’hiver.

  • 36 Communication de P. Mane. Voir aussi P. Mane, Calendriers et techniques agricoles (FranceItalie, XI (...)

25Si dans les enluminures des livres d’heures des XIVe et XVe siècles, la cheminée apparaît très souvent, elle est beaucoup plus rare dans les calendriers sculptés, peints, sur vitraux ou en mosaïques des ΧΙIe et XIIIe siècles. Perrine Mane qui a étudié ceux-ci, constate que dans 52 % des calendriers italiens et 62 % des cycles français, le feu brûle à même le sol, les flammes s’échappant de bûches amoncelées plus ou moins régulièrement. Une seule cheminée architecturée figure dans les cycles italiens (à Aoste) alors qu’en France, 33 % des calendriers montrent au moins des structures bâties, en guise de foyers, sans qu’on puisse toujours parler de cheminée. Cependant, à Larchant (mois de février) si l'âtre lui-même ne paraît pas construit, une hotte est figurée, adossée au mur au-dessus du foyer. À Saint-Denis (portail occidental, mois de février) une hotte conique, appuyée au mur, repose sur deux colonnettes accolées, tandis qu’à Strasbourg (mois de février) des jambages et des corbeaux portent une hotte quadrangulaire36. Ces exemples sont finalement fort peu nombreux ; si on estime que les calendriers ne montrent pas nécessairement des intérieurs paysans, on en retiendra au moins que la cheminée est restée fort rare jusqu’au XIVe, peut-être jusqu’au XVe siècle. À cette date, même les dessins qui accompagnent les terriers, ou les premiers plans terriers illustrés en forme de tibériade, placent régulièrement des souches de cheminée sur les toits villageois. C’est aussi le cas des dessins de l'Armorial de Revel : l’un d’eux montre toutes les maisons d’Essertines pourvues d’une souche dont la forme et l’emplacement évoquent d’ailleurs la cheminée « sarrasine » (qui est attestée, de fait, en Forez). L’ennui c’est que les maisons toutes parfaitement identiques répondent manifestement à un stéréotype : la fouille d’Essertines, même pour des maisons d’un siècle postérieures à l’Armorial, n’a montré ni cheminée ni même des foyers centraux.

  • 37 Il faut peut-être compter avec un type de cheminée assez rare où le conduit est latéral. Ce type at (...)

26La vraie cheminée, celle qui est adossée à la paroi, apparaîtra au total comme exceptionnelle dans la maison paysanne, même à la fin du Moyen Âge37. Improbable quand le foyer est établi au pied d’un mur, elle est exclue quand il est situé au centre de l’habitation. Dès lors on doit se demander comment s’effectuaient le tirage et l’évacuation de la fumée ?

  • 38 G. Démians d’Archimbaud, op. cit., p. 237.

Aucun système particulier d’évacuation des fumées ne semble alors (dans les premiers temps) avoir été prévu, écrit G. Démians d’Archimbaud à propos des foyers de Rougiers38.

  • 39 M. Levalet, « Quelques observations sur les cuisines en France et en Angleterre au Moyen Âge », Arc (...)

27Il faut alors supposer que la fumée n’avait d’autre issue que la porte de la demeure ou les interstices de la couverture. On a, en général quelque peine à admettre une solution de ce type, qui implique une habitation régulièrement enfumée. Et si on l’admet, on tend à en limiter l’occurrence, à considérer qu’il s’agit plutôt d’un cas exceptionnel, et que « le plus souvent un trou était aménagé dans le toit à la verticale du foyer »39.

  • 40 Secteur 10, bâtiment 4 (du XVIe siècle) Wharram, a Study ofSettlement on the Yorkshire Wolds (ed. J (...)
  • 41 Maison 1, période 2, phases 2 et 4 (XIIIe siècle) ; cf. supra. Mais ne peut-il s’agir du matériau d (...)
  • 42 J. Guilaine, La France d’avant la France. Du néolithique à l’âge du fer, Paris, 1980, p. 272. Il s’ (...)

28De simples évents ménagés dans la toiture ou, système plus élaboré et proche de la cheminée, une trémie suspendue au-dessus du foyer sont en l’absence de cheminée les solutions retenues ou suggérées le plus souvent par les archéologues du village. Des témoins d’interprétation plus ou moins assurée sont invoqués parfois à l’appui de ces hypothèses qui, il faut le dire, ont pour elles le bon sens, au moins en apparence. À Wharram Percy40, cinq trous de piquets entourant un foyer ouvert fait de blocs de craie et d’une dalle de grès ont été vus comme les témoins soit d’une structure pour suspendre les marmites soit d’une hotte. Sur ce même site du Yorkshire, désormais très célèbre, pour les tuiles peu nombreuses, retrouvées dans les maisons et qui ne paraissent pas avoir pu constituer le matériau de la couverture, on suggère une utilisation soit sur les égouts des toits soit autour des évents de fumée : ceux-ci, ouverts dans une toiture de chaume représentaient en effet un risque et devaient être protégés. À Treworld41 des fragments d’argile cuite reposant sur des foyers ou à proximité sont attribués à des trémies tapissées intérieurement de terre argileuse ou de torchis. À Tresmorn on suppose que les lauzes perforées retrouvées en petit nombre étaient disposées autour des trous pratiqués dans la toiture de turf, de chaume ou de jonc pour l’évacuation de la fumée. Et d’une façon générale dans les villages anglais, les trous de piquet (plutôt que de poteau ?) notés autour des foyers sont vus comme les traces laissées par les supports d’une hotte centrale. Une interprétation de ce type a même été suggérée pour le foyer entouré de quatre trous de poteau dans une habitation de la fin du premier Âge du Fer42. C’est avec un peu plus de sécurité, semble-t-il, que Renée et Michel Colardelle restituent une trémie au-dessus de ce foyer de Charavines (bâtiment I) dont il a déjà été question :

  • 43 Cf. supra.

Deux pièces de bois identiques, pourvues d’entailles et de rainures, trouvées symétriquement de part et d'autre du foyer (...) devaient servir de consoles à un linteau, l’ensemble supportant une hotte constituée de planches enduites d’argile, dont les éléments se sont effondrés sur place43.

29Et les auteurs suggèrent une structure voisine de celle de la cheminée sarrasine. Celle-ci, qui doit son nom probablement à la souche fort développée qui l’accompagne et dont l’aspect turriforme évoque un minaret, n’était pas limitée à la Bresse méridionale où on la trouve encore, mais se rencontrait avec une grande fréquence dans toute la France du Centre-Est, en Bourbonnais, en Forez, dans le Lyonnais, voire dans le Sud-Ouest ; et peut-être faut-il penser que le foyer « chauffant au large » établi au centre de l’habitation et la trémie suspendue, qui sont – bien plus que la souche – les éléments caractéristiques de ce système, étaient avant le XIXe siècle bien plus répandus encore. Assez voisin de ce type, en tout cas, le « ciel ouvert » de la maison lorraine,

  • 44 Cl. Gérard, L’Architecture rurale française. Lorraine. Paris, 1981, p. 80. Le même auteur écrit enc (...)

... le primitif foyer libre à trou central ouvert sur le ciel (qui) servait autant à l’éclairage qu’au chauffage et à la conservation des pièces de charcuterie suspendues dans le conduit44.

  • 45 P. H. Stahl, « L’habitation enterrée dans la région orientale du Danube », L’Homme, 1972, 4, p. 37- (...)

30De tels dispositifs peuvent très bien ne pas laisser de vestiges, notamment quand la hotte repose, comme c’est parfois le cas de la « cheminée sarrasine » ou du « ciel ouvert » sur des poutres appartenant au plancher de l’étage ou du comble. Doit-on pour autant refuser la possibilité qu’il n’y ait pas eu de dispositif quelconque pour le tirage et l’évacuation de la fumée ? L’ethnographie montre que, si mauvaise qu’elle paraisse, si éloignée de nos habitudes qu'elle soit, cette solution, la fumée évacuée par la porte et les baies, n’a rien d’exceptionnel. Les Skanzen d’Europe Centrale, celui de Szentandre en Hongrie par exemple, montrent des maisons paysannes traditionnelles pourvues d’un foyer et même d’un four et qui n’ont ni cheminée ni ouverture dans le toit. Il était même admis dans certaines sociétés rurales des régions danubiennes que la fumée avait des effets bénéfiques sur la santé45.

  • 46 J.-M. Poisson, « La maison paysanne dans les bourgs siciliens (XIVe-XIXe siècles), permanence d’un (...)

31Exemples lointains ? Ils attestent au moins que le fait n’a rien d’inconcevable. Et il est des exemples plus proches. Dans la maison traditionnelle de Sicile, celle qui est par exemple présentée au public à Palazzolo Acreide, le foyer c’est la « tannura », un feu allumé sur un plan de travail surélevé, associé à un four établi dans l’angle de l’habitation : il n’y a ni conduit de cheminée ni ouverture dans le toit46. Nous nous sommes autorisés de cet exemple pour ne restituer aux maisons du XIVe siècle, à Brucato, aucun dispositif quelconque pour l’évacuation de la fumée.

32En 1844, la « Statistique ou description générale du département de la Vendée » décrit ainsi la hutte des marais de la Sèvre Niortaise :

  • 47 J. A. Cavoleau, Statistique ou description générale du département de la Vendée, Fontenay-le-Comte, (...)

Ce qu’il y avait de spécial (...) c’était le milieu de la chambre, occupé par le foyer ; deux bois fourchus plantés en terre avec un autre bois en travers duquel était suspendue une crémaillère ; du reste point de moyens d’évasion pour la fumée47.

  • 48 Cf. J.-P. Soulet, La Vie quotidienne dans les Pyrénées sous l’Ancien Régime du XVIe au XVIIIe siècl (...)

33Et en 1819, un Ariégeois évoquant des habitations, il est vrai très primitives, en pierre sèche, précise : « la fumée sort par la porte, toujours ouverte »48.

34On mentionnera encore un fait qui plaide fortement en faveur d’une absence de conduit, d’évent ou d’ouverture : des grottes ont été occupées au Moyen Âge et des feux y ont été allumés dont la fumée ne pouvait guère avoir d’autre issue que l’entrée. Ainsi, à Rougiers dans la grotte C, l’occupation, au XIVe siècle, s’accompagne d’un foyer qui n’a même pas été établi près de l’accès, mais au centre, et, qui plus est, « à l’arrière du robuste pilier stalagmitique ».

  • 49 Sauf dans la « maison longue » caractérisée par ses deux portes se faisant vis-à-vis qui assurent e (...)
  • 50 À Dracy, trois maisons étaient assez bien conservées pour qu’on puisse y observer des fenêtres. De (...)
  • 51 À Brucato. Cf. Brucato..., op. cit., p. 776.

35Des maisons dépourvues de tout système de tirage et où l’on faisait pourtant du feu, étaient nécessairement enfumées, même si on suppose que les toitures n’offraient pas un écran parfaitement étanche. Il faut encore ajouter que les baies étaient rares et peu importantes : une porte unique49 et des fenêtres exiguës50. Cette atmosphère confinée et enfumée s’accorde peut-être assez bien avec d’autres traits notés à propos de la société paysanne au Moyen Âge, la figure noire que fait le rustique dans les textes littéraires à l’usage de l’aristocratie, dans Aucassin et Nicolette par exemple ; et les attitudes d’accroupissements, les positions de travail proches du sol qu’on restitue aux habitants de ces maisons où la fumée devait stagner dans les parties hautes des pièces avant de s’échapper par la porte, attitudes et positions que suggèrent aussi cette cuisine sur le foyer au niveau du sol et les bancs de travail à peine surélevés51.

  • 52 S’y ajoute un trou de poutre vertical (dans la niche ?) « peut-être pour faciliter l’évacuation de (...)
  • 53 A. Bazzana et P. Guichard, op. cit.

36La métonymie qui assimile le foyer à la maison et à la famille suppose, semble-t-il, l’unicité du foyer domestique, du moins à l’origine. Qu’en est-il au Moyen Âge dans l’« hôtel » paysan ? À Dracy, comme dans la plupart des sites français, l’archéologue ne trouve qu’un feu dans la maison paysanne, que celle-ci compte une, deux pièces ou davantage. Cela n’exclut pas, toutefois, ce qu’on pourrait considérer comme une démultiplication du foyer : deux emplacements du foyer ou un foyer principal accompagné d’un emplacement secondaire, voisin du premier. On peut supposer qu’on retirait du feu des braises pour une cuisson particulière. Cela même est rare, et on peut s’étonner de l’absence à peu près totale de mention de « potager », petit fourneau en maçonnerie sur lequel, dans la civilisation traditionnelle, on faisait l’essentiel de la cuisine. Des niches dans le mur proche de la cheminée, parfois à deux niveaux, séparées par une petite dalle percée d’une ouverture, jouaient le même rôle. Et on doit peut-être prêter attention aux niches de la maison de pierre, dont la fonction reste assez controversée : il peut s’agir simplement de placards ménagés dans la maçonnerie, mais à Dracy on a observé que leur emplacement était fréquemment – non pas toujours – proche du foyer. À Rougiers, au-dessus d’un foyer, on a noté une niche murale, à 0, 90 m du sol, dont la base était couverte de tegulae et enduite de mortier52. À Torre Bufilla, André Bazzana et Pierre Guichard ont sans doute rencontré un véritable potager : dans deux maisons, à un foyer était associée une banquette entourant un manchon de terre cuite : sans doute un réceptacle permettant de réchauffer sur des braises ou de tenir au chaud un plat préalablement cuisiné53.

37Tout cela reste exceptionnel et les feux « auxiliaires » sont finalement rarement observés. Marie-Thérèse Lorcin, étudiant le foyer domestique à travers les fabliaux, note de son côté :

  • 54 M.-T. Lorcin, « Le feu apprivoisé : l’homme, la femme et le feu dans les fabliaux », Revue historiq (...)

Le feu unique qui tout à la fois cuit les aliments, éclaire, chauffe et rassure les êtres vivants est, dans les fabliaux, comme ailleurs, la règle54.

38Sauf, bien entendu, à l’auberge et au château. Et le feu reste unique, même quand la demeure compte plusieurs pièces habitables : la chambre est sans feu.

  • 55 Le luminaire est plutôt moins abondant à Rougiers, mais il est plus varié et compte des chandeliers (...)

39La rigueur exigerait sans doute de l’archéologue qu’il parle de « structure à feu », avant de décider qu’il s’agit d’un foyer, d’un four ou d’un poêle, mais quand il ne se rencontre qu’une seule structure de ce type, on peut sans risque d’erreur lui donner le nom de foyer. Celui-ci assume alors plusieurs fonctions, cuisson des aliments, chauffage, accessoirement éclairage. Bien que le feu ouvert ne procure qu’une lumière bien modeste, on peut penser qu’il contribuait à éclairer des maisons pourvues de rares et étroites ouvertures et où l’on ne rencontre qu’un luminaire fort pauvre : à Brucato malgré l’abondance du mobilier laissé en place par la destruction brutale des bâtiments, on n’a trouvé qu’une petite lampe à huile, en terre cuite, par habitation, deux au maximum55.

40Dans l’habitation traditionnelle, on oppose souvent chambre chaude et chambre froide. Cependant la chaleur dégagée par le foyer devait être relative. Aujourd’hui encore, il est possible d’éprouver, par expérience, la chaleur qu’on obtient de la cheminée : cuisante aux abords immédiats, elle tombe rapidement dès qu’on s’en écarte et on ressent tout autant l’appel d’air qu’elle provoque dans la pièce. N’est-ce pas pour cette raison qu’on a préféré longtemps la solution du foyer central « chauffant au large » et qu’on a supporté une atmosphère plus ou moins enfumée ? On pourrait voir dans les inconvénients de la cheminée les raisons d’un conservatisme paysan qui l’a longtemps refusée ?

41Pour se tenir au chaud, il y avait d’autres moyens, les vêtements notamment et aussi divers instruments qu’a connus la civilisation traditionnelle et dont on a retrouvé l’usage dans les temps difficiles : la bassinoire, le « moine », la pierre ou la brique de lit, la chaufferette. Le Moyen Âge les a utilisés également, mais sans doute davantage dans les milieux aisés que dans la maison rustique où on ne les a pas retrouvés (ou pas reconnus ?).

  • 56 On n’a pas trouvé davantage de corne translucide : la présence de toiles huilées supposerait des di (...)

42Pour conserver la chaleur, il y avait en tout cas des moyens éprouvés : une bonne orientation de la maison, des murs épais, et l’emploi de matériaux procurant une assez bonne isolation thermique, le chaume, le torchis, le pisé surtout. Enfin, il faut souligner que la rareté et l’exiguïté des baies ne tenaient pas tant aux problèmes que celles-ci pouvaient poser au constructeur qu’au souci de ne pas laisser entrer l’air froid (ou dans les pays méditerranéens d’assurer, à l’inverse, la fraîcheur de l’habitation ?). Le verre à vitre, sans doute coûteux, ne figure, à en juger par l’iconographie, que dans la maison noble ou urbaine : encore n’y est-il pas si fréquent. Il ne semble pas qu’on en ait jamais trouvé dans les vestiges des maisons rustiques56. Dès lors, il n’y avait d’autre solution que le volet de bois ou la tenture ; la présence de volets n’est elle-même que rarement attestée (par de petits gonds trouvés au pied des murs, sur certains sites anglais). Aussi bien, fermer la fenêtre de volets revenait à se priver de lumière : mieux valait donc des fenêtres ouvertes, mais aussi petites que possible.

  • 57 Ρ.-Η. Stahl, op. cit.

43On ne rappellera que pour mémoire les souterrains – quelle que soit la fonction qu’on leur assigne, ils ne sauraient avoir constitué un habitat normal – l’habitation troglodytique, assez efficace mais on la connaît surtout (hors de l’Italie du Sud) pour des époques plus récentes ; et enfin l’habitation excavée, devenue sans doute très rare après le XIe siècle, sauf toutefois en Europe orientale et danubienne où elle s’est parfois conservée jusqu’à notre siècle57.

44Dans la maison seigneuriale, souvent aussi dans la maison urbaine, la cuisine est une pièce à part, parfois un édifice isolé de l’habitation. Des documents suggèrent parfois de semblables situations pour la maison paysanne, sans que pour autant il faille en conclure que celle-ci disposait de plusieurs sources de feu. Le même terrier de Vergoncey, déjà cité, évoque à plusieurs reprises dans les villages de la région d’Autun, un bâtiment appelé « chaufour », au milieu d’autres bâtiments composant une ferme :

  • 58 A. D. Côte-d’Or, E 359, fo 60.

Un chas de maison, par manière de grandie, un toit a couchier brebis, un celier a mestre vin, ung autre petit toit dessus et un chaufour, tous en un pourpris de maison...58

45et encore :

  • 59 Ibid., fo 72 v°.

une maison contenant quatre chaz de maison, une aire à estourre, ung chauffeur, un celier et ung toit59.

  • 60 Ibid., fo 132 v° et 144 v°.
  • 61 Le chaufour existe aussi en Forez sous le nom de chauffure. Dans la région de Saint-Étienne, le caf (...)

46Il est exclu qu’il s’agisse d’un four à chaux dont la présence régulière dans une ferme de l’Autunois est hautement improbable. C’est en fait un « chauffoir » et il faut sans doute rapprocher ce bâtiment d’une autre mention du même terrier qui, à deux reprises, évoque « la maison ou ce chauffe Pierre Prévost »60 ce qui n’est pas sans rappeler le poêle où Descartes se tenait enfermé61. Les documents des autres régions de la Bourgogne ignorent ce terme (qu’on rencontre cependant en Forez) : il est vrai que la maison paysanne y est, en général, d’un seul tenant alors que dans l’Autunois les bâtiments sont dispersés à l’intérieur du « pourpris » : on fait alors un sort au bâtiment où se trouve un foyer, tout à la fois cuisine et lieu où l’on se chauffe.

  • 62 E. Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, 1975, p. 69.

47À Montaillou, la cuisine, seule pièce chauffée, fait ainsi l’objet d’une mention spéciale : elle est par excellence la maison. « La cuisine – écrit Emmanuel Le Roy Ladurie – c’est bien (...) la maison dans la maison, la domus dans l’ostal », et il cite un passage où il est question de la maison appelée cuisine « in domo vocata la foganha »62.

48Pour mieux apprécier la place du foyer dans la maison paysanne, il convient d’examiner le nombre, la place et les fonctions des structures à feu dans d’autres milieux. Bien entendu, on ne s’attend pas à trouver la même situation dans la maison paysanne et dans la demeure seigneuriale ou le monastère. À vrai dire, pendant longtemps, les feux restent peu nombreux, même dans le château ou dans l’abbaye où il n’y a guère que deux bâtiments pourvus de cheminées : la cuisine et le chauffoir. Au château d’Ardres, s’il y a une cuisine dont le bâtiment est accolé au logis seigneurial, on ne trouve dans celui-ci qu’un seul lieu où l’on fasse du feu :

  • 63 Lambert d’Ardres, MGH, SS, t. XXIV, 609-640, ch. 127.

Vel vespere, vel in infirmitate, vel ad sanguinis minutiones faciendas, vel ad pedissequas vel ad pueros ablactatos calefaciendos63.

49De la même façon, dans les donjons romans, la cheminée ne figure souvent que sur une seule des parois de l’espace inscrit par les murs, énorme espace probablement divisé, comme dans la tour de bois d’Ardres, par des cloisons légères.

  • 64 M. Levalet, op. cit.
  • 65 J.-M. Pesez et F. Piponnier, « Villy-le-Moutier, recherches archéologiques sur le site d’une maison (...)
  • 66 Cl. Lorren, « Le Château de Rubercy (Calvados), étude de la demeure principale (c. 1150-1204) », Ar (...)
  • 67 M. Levalet, op. cit.

50Au moins, à côté du foyer ou de la cheminée de la pièce à vivre y a-t-il les feux de la cuisine, celle-ci très tôt séparée, comme on l’a noté, des autres bâtiment du château64. La multiplicité des feux paraît ainsi un indice social. On l’a rencontré même dans la plus modeste des demeures seigneuriales, la plus proche de la maison paysanne, par ses dimensions, par ses matériaux et son mode de construction, la maison du sire de village. Dans la maison forte de Villy-le-Moutier, pas très éloignée de Dracy et à peine plus ancienne que ce village, deux pièces au moins comportaient des structures à feu ; l’une avait une cheminée murale avec un âtre de briques, l’autre un âtre central, également construit de briques et dans l’une et l’autre pièces figuraient aussi des foyers adventices allumés à même le sol65. De même, la demeure seigneuriale de Rubercy, à la fin du XIIe siècle, comptait plusieurs feux, un foyer circulaire dans la grande salle, établi à même le sol, contre une des parois et un foyer ouvert dans la cuisine, avec, dans les deux cas, des foyers secondaires66. Et c’est encore la même multiplicité des feux qu’on observe dans le manoir anglais, foyers de la cuisine et plusieurs feux dans la salle, destinés, pense-t-on, à réchauffer les plats avant de les porter à la table67.

  • 68 P. Grimm, op. cit.
  • 69 « Un four destiné au chauffage » écrit curieusement Jean Chapelot (J. Chapelot et R. Fossier, op. c (...)

51Mais la multiplicité des feux n’est peut-être pas, à elle seule, un critère social : on l’observe aussi dans la demeure paysanne à la fois au Nord et au Sud, dans l’Europe centrale et dans l’Europe méditerranéenne. Voici par exemple, Hohenrode, village du Harz, au cœur de l’Allemagne, aux XIIIe et XIVe siècles : une quinzaine de bâtiments y composent quatre ou cinq exploitations68. Le bâtiment principal, le logis, construit en pisé sur solin de pierre, comporte en général deux pièces : une, grande avec un foyer ouvert, l’autre plus petite avec un poêle69. S’ajoutent à ces feux, intérieurs au logis, des foyers de pierre extérieurs aux bâtiments et ceux qu’on rencontre dans un bâtiment qui paraît spécialisé, affecté au feu, et que l’archéologue de Hohenrode, Paul Grimm, a appelés Feuerhaus.

52Les foyers intérieurs ressemblent à ceux que nous avons déjà rencontrés en France et en Angleterre : ils comportent un âtre d’argile cerné de pierres sur chant. Les foyers extérieurs, également bordés de pierres sur chant ont un âtre de galets : ils se trouvent généralement à proximité de la porte de l’habitation. La Feuerhaus, dont Hohenrode offre trois exemplaires, pose quelques problèmes d’interprétation : on y trouve parfois un foyer ou un four, mais toujours une aire circulaire, vaste, jusqu’à 3,40 m de diamètre, surélevée de près d’un demi-mètre : faite de galets enfoncés dans de l’argile, cette aire est rubéfiée par le feu. Bien que Paul Grimm ne propose pas d’interprétation, on peut supposer qu’on faisait cuire des aliments sur cette sole préalablement chauffée, comme celle du four de boulanger ; et l’ensemble de la Feuerhaus peut être compris comme un fournil, séparé de l’habitation.

  • 70 P. Grimm, « Zum Ofen in der frühmittelalterlichen Archäologie. Archäologisches zu nierderdeutsch Do (...)

53On soulignera surtout la présence du poêle. À dire vrai, il n’y a que deux structures interprétées ainsi : encore s’agit-il de deux entassements de pierres sur plan carré dans lesquels Paul Grimm voit des fondations de poêles70. L’interprétation peut être discutée ; elle paraît orientée par l’attribution de la fonction de chambre à la plus petite des deux pièces de l’habitation, sur la base d’observations ethnographiques : de fait, la maison traditionnelle d’Europe centrale présente souvent une chambre voisine de la cuisine, avec un poêle dont la bouche s’ouvre dans la cuisine.

  • 71 Des poteries de poêle ont été trouvées dans le bâtiment A du château de Rougemont, (territoire de B (...)
  • 72 Dans les maisons du « ring-work », W. Janssen, Königshagen. Ein archäologisch-historischer Beitrag (...)
  • 73 V. Nekuda, Pfaffenschlag, Zanika stredo vecka ves u Slavonic, Brno, 1975.
  • 74 J.-P. Minne, La Céramique de poêle de l’Alsace médiévale, Strasbourg, 1977.

54Quoi qu’il en soit, le poêle est sans doute fréquent dans la maison d’Europe centrale. Il pourrait même servir à caractériser toute une aire culturelle ; son domaine inclut l’Est de la France71. À Königshagen, autre site de village médiéval du Harz où l’on rencontre surtout des foyers ouverts, limités, ici encore, par un cadre de pierres sur chant, on a aussi trouvé des carreaux de poêle72. À Pfaffenschlag, village de Moravie de la fin du XIIIe siècle, les maisons comportent dans la pièce à vivre un foyer et un poêle : celui-ci présente une sole de galets recou verte d’argile avec une voûte en coupole73. C’est l’un des deux types reconnus, l’autre étant le poêle turriforme développé en hauteur. Les trouvailles les plus anciennes de poteries de poêles remontent au XIIe siècle dans la région rhénane – le poêle semble cependant présent dans la Vorburg du palais de Tilleda (au XIe siècle) et son apparition pourrait être plus précoce encore dans les pays slaves – et les premières représentations, de la fin du XIIIe siècle, nous viennent des fresques de Constance et de Zurich74. Il est peu probable toutefois qu’il soit présent dans les maisons paysannes avant la fin du Moyen Âge.

55Le poêle a pour fonction unique de chauffer une pièce – c’est cette pièce qui a d’abord été désignée sous le nom de poêle – en diffusant la chaleur. Et sa présence dans les habitations d’Europe centrale paraît bien liée aux conditions climatiques :

  • 75 Cité par J.-P. Minne. Cf. note précédente.

Pour le froit qui fait en Alemaignes l’iver, ils ont fourneaux qui chauffent par telle manière qu’ils sont chaudement en leur chambre (Gilles le Bouvier, 1455)75.

56Le poêle retient l’une des fonctions du foyer : le chauffage. Pour la cuisson ou plus généralement la préparation des aliments, apparaissent d’autres structures à feu.

  • 76 J. Gy Szabo, « Un village d’époque arpadienne et son cimetière dans les confins de Sarud », Egri Mu (...)
  • 77 Mais ne s’agit-il pas d'un couvre-feu ? La fonction de ce dernier est plutôt de conserver les brais (...)
  • 78 Cf. supra.

57Outre le poêle et le foyer, la maison paysanne d’Europe centrale compte aussi un four, voire plusieurs : c’est ce qu’on vient de voir avec le site de Hohenrode. Les villages hongrois, d’époque arpadienne (Xe-XIIIe siècle) montrent régulièrement des fours intérieurs, souvent ménagés dans une paroi, ou un angle des maisons qui sont en général des maisons excavées. C’est ce qu’on constate, par exemple, à Sarud, à Doboz, à Kardoskut, à Szarvas, à Razom76. À Doboz, on a aussi retrouvé les éléments d’une cloche de terre cuite qui pouvait transformer le foyer en une sorte de mini-four77. Le four intérieur n’a pas de conduit : la fumée s’échappe donc dans l’habitation ; il est vrai que le four est généralement proche de l’entrée (en face, à Kardoskut). Aux fours intérieurs s’ajoutent fréquemment des fours extérieurs, eux aussi établis dans une excavation. Selon les archéologues hongrois, les fours extérieurs avaient des fonctions spécifiques : les uns servaient à sécher les grains et les fruits, les autres permettaient de fumer les viandes ou les poissons ; ceux-ci avaient une sole inclinée montant vers la bouche du four où l’on suspendait les mets à fumer. La présence du four dans la maison paysanne peut donc correspondre à des conditions climatiques comme à des habitudes alimentaires. Peut-être est-ce pour les mêmes raisons que la maison paysanne anglaise montre parfois un four, surtout sur les sites méridionaux, à Beere, par exemple, dans le Devon ou à Hangleton, dans le Sussex78.

58À Beere, le four extérieur à la maison a été identifié comme un drying kiln, un four à sécher les grains. Il comporte un couloir où le feu était allumé, qui seul, présente les traces du feu, et une chambre ovale qu’on suppose avoir été couverte de branches feuillues et où était entassé le grain. Les fours d’Hangleton, en revanche, laissent perplexes les archéologues anglais. Dans ce village déserté au moment de la Peste Noire, le bâtiment 3 comporte un four au plan piriforme, avec une voûte en silex, extérieurement, et peut-être aussi intérieurement, recouverte de mortier de chaux, avec une sole en carreaux. Construite à la fin du XIIIe siècle, réparée, reconstruite au début du XIVe siècle, cette structure paraît bien correspondre à un four à pain, même si le bâtiment qui l’abrite est davantage qu’un fournil et a été habité.

59Pour les bâtiments 10 et 12, les fours sont extérieurs et abrités par un appentis : ils sont semi-circulaires ou en arc-de-cercle ; le bâtiment 12 en compte deux, construits dos à dos et sans doute desservis par une même cheminée. Un foyer central existe également à l’intérieur de chacun de ces bâtiments. Dans les bâtiments 8 et 11, le four est intérieur, voisin du foyer dans le premier cas, dans la pièce voisine de celle qui comporte le foyer dans le second cas. On ne sait quelle fonction attribuer à ces diverses structures à feu : il ne peut s’agir de poêles puisqu’elles sont parfois extérieures à l’habitation ; il est difficile d’y voir des drying kilns puisqu’il n’y a pas de couloir distinct de la chambre ; au surplus on n’y a pas trouvé de grains. Ils sont enfin trop nombreux pour être des fours à pain. Le four à pain devrait être ici seigneurial, et donc unique. La question reste ouverte.

60Les feux multiples ne se rencontrent pas seulement dans la maison du Nord et du Centre de l’Europe médiévale. Des sites de l’Europe méditerranéenne présentent également plusieurs structures à feu associées à la demeure rurale.

  • 79 M. Riu, op. cit.

61À Caulers, village espagnol daté du XIVe siècle, le foyer qui est, ici, circulaire et occupe une position centrale, mais relié à la paroi voisine par une banquette, est associé dans un cas à un four ; et dans une autre maison, la même pièce présente deux fours occupant deux angles de la construction : l’un et l’autre ont des soles surélevées en dalles d’ardoise et l’une de ces structures, au moins, comportait une voûte79.

62Dans le bourg sicilien de Brucato, on a noté dans chacune des maisons (du XIVe siècle) qui ont été complètement mises au jour deux, voire trois structures destinées à recevoir le feu. À un foyer ouvert, au niveau du sol, s’ajoute un four ou une autre structure plus inhabituelle (dans un cas elle coexiste avec un four). Il s’agit d’une sole légèrement surélevée, ovalaire ou en arc de cercle, faite d’une terre argileuse dans laquelle sont enchâssés des carreaux de terre cuite : une bordure de pierres ou de tuiles canal empilées encadre cette surface. Les fours présentent la même sole, mais dans un plan en fer à cheval avec des amorces de voûte et une ouverture qu’on ne voit pas sur les structures précédentes. Celles-ci constituent sans doute des surfaces destinées, une fois chauffées, à cuire des galettes. La fouille a retrouvé aussi une forme céramique non tournée, à pâte grossière, très large et plate, traditionnellement consacrée en Italie à la cuisson des galettes, et appelée teste.

  • 80 Sur Calathamet : cf. « Chronique des activités de l’École Française de Rome », Mélanges de l’École (...)

63En Sicile en outre, il faut peut-être compter avec la possibilité d’un feu transportable dans un récipient, à la manière d’un brasero, le focolare. Ce dispositif a peu de chances de laisser des traces, sauf à retrouver le récipient, ce qui a été le cas sur le site du village de Calathamet (XIIe siècle) où ont été mis au jour des fragments de focolari en terre cuite80.

64Une étude un peu complète du foyer paysan devrait inclure celle des combustibles et celle de l’équipement du foyer : elle ne sera qu’esquissée, faute de données suffisantes ou faute d’avoir pu les rassembler (dans le deuxième cas notamment où la documentation existe dans les inventaires et l’iconographie).

  • 81 G. Démians d’Archimbaud, op. cit., p. 405-407.
  • 82 Selon Barthélemy l’Anglais on aurait utilisé en Flandre de la tourbe de terre « par manque de bois  (...)
  • 83 D’après Simone Roux.

65L’analyse des charbons de bois provenant des foyers a été rarement réalisée ; elle serait impossible quand les maisons ont été détruites par incendie, comme à Brucato et dans une moindre mesure à Dracy. Pour Rougiers, cette analyse ne distingue pas, malheureusement, les bois provenant des foyers ; telle qu’elle est, elle révèle un éventail d’espèces extraordinairement large, mais on notera que la réserve de bois retrouvée en amas près de la cheminée dans la cuisine du château est faite de bois de vigne et d’abricotiers81. En Angleterre, la houille – le charbon de terre – figure dans plusieurs maisons paysannes82. Les documents parisiens se bornent à distinguer le bois de chauffage et les fagots du merrien, le bois de combustion, mais ils mentionnent (dans le Livre des métiers, par exemple) le charbon de bois, qui figure aussi parfois avec les fagots dans les inventaires de la maison paysanne83.

  • 84 I. Vérité, Inventaires normands du XVe siècle, conservés à la Bibliothèque Nationale. Contribution (...)

66L’équipement du foyer comporte des instruments très nombreux : landiers, ou chenets, crémaillères, soufflets, broches, mains de fer, trépieds, grils, mais ces ustensiles sont plus souvent mentionnés – par les inventaires – pour la maison urbaine que pour la maison rurale. Cependant Isabelle Vérité, qui a analysé vingt-cinq inventaires normands et picards, a noté dans des maisons paysannes des crémaillères, des soufflets, des grils, des mains de fer et des broches : les quatre premiers de ces ustensiles se rencontrent même dans la demeure d’un serf, vacher de son état84.

  • 85 F. Piponnier, « Équipement et techniques culinaires en Bourgogne au XIVe siècle », Bulletin philolo (...)
  • 86 On n’a pas retenu dans ce propos les ustensiles de cuisine et les récipients d’une façon générale, (...)
  • 87 La fréquence du trépied dans les pays bourguignons est sans doute à rapprocher de la forme globulai (...)

67Dans les inventaires bourguignons, analysés par Françoise Piponnier, pourtant bien plus nombreux, l’équipement du foyer paraît plus pauvre85. Il est vrai que ces inventaires sont plus anciens. La crémaillère ne figure que 36 fois pour 231 inventaires (qui, en outre, ne concernent par uniquement des maisons paysannes) ; les grils (au nombre de 13) et les broches n’apparaissent que dans les milieux aisés86 ; très peu de chenets (ou d’« andains ») ; deux soufflets seulement dont on ne sait en outre s’ils n’étaient pas destinés à un usage professionnel. Le seul ustensile qui soit très fréquent est le trépied, toujours en fer, mais il est souvent en mauvait état, « chétif », « tout ars », voire « sans jambes »87 !

  • 88 Elles ajoutent cependant le couvre-feu qui, en terre cuite, est ignoré des inventaires écrits, comm (...)
  • 89 Op. cit., p. 479.
  • 90 Brucato, op. cit., p. 522-524.
  • 91 On n'en conclura pas, pour autant, que l’on obtenait du feu par frottement du bois même si cela se (...)

68Les fouilles sont très pauvres également en ustensiles se rapportant au foyer88. À Rougiers où le mobilier est pourtant abondant, ne figurent que quelques éléments de trépieds et de crémaillères, avec divers crochets : matériel rare et cher, sans doute, suggère Gabrielle Démians d’Archimbaud89. À Brucato, si on fait abstraction des récipients, l’inventaire archéologique ne compte qu’un fragment de trépied et des fragments d’écumoires et de spatules90. Une absence plutôt surprenante, celle des briquets qu’on trouve, en revanche, dans les sépultures, à une époque plus ancienne d’ailleurs91.

69À défaut des instruments, l’archéologie retrouve parfois leurs supports ou plutôt la trace de ceux-ci : sur les sites anglais, on a parfois noté le trou laissé par un poteau près du foyer, poteau auquel on suspendait les pots à cuire, pense-t-on, et sans doute à l’aide de crémaillères.

70Une archéologie du feu s’impose sans doute moins pour les périodes historiques que pour la préhistoire : il ne s’agit plus de savoir quand et comment l’homme a maîtrisé le feu. Mais une histoire et une archéologie du foyer ne sont pas moins intéressantes pour la construction d’une histoire de la culture matérielle du Moyen Âge. Elles sont, en outre, susceptibles de dépasser le simple niveau descriptif, et paraissent révélatrices de la diffusion des techniques, des niveaux sociaux, de diverses contraintes et manières de vivre.

71Le foyer ouvert établi au niveau du sol, à même la terre ou à peine construit de quelques pierres, ne marque guère de progrès sur la préhistoire : c’est là un de ces pans de préhistoire en plein Moyen Âge qu’a évoqués le doyen de Boüard. Il est remarquable que la cheminée ait si lentement et si tardivement pénétré dans le monde rural : c’est un exemple parmi d’autres de la difficulté qu’éprouve la société paysanne à intégrer des techniques connues et éprouvées depuis longtemps. Les étapes de cette intégration restent d’ailleurs à préciser.

72Des foyers bas, des habitations probablement enfumées révèlent des attitudes de travail au ras du sol, des habitudes de vie très éloignées des nôtres. Le foyer unique ne paraît la règle finalement que dans une aire assez limitée, la France, la France du Nord, peut-être ? Les fonctions multiples qu’il assume sont ailleurs (ou à des niveaux plus aisés de la société paysanne ? – cela n’a pas été perçu jusqu’ici), partagées par d’autres structures, le four et cette sole ouverte rencontrée en Sicile, pour la cuisson des aliments, le poêle pour le chauffage. Le foyer unique peut correspondre à d’autres habitudes alimentaires, à l’absence aussi de contraintes climatiques, comme celles qui ont fait adopter le poêle ou le four à sécher les grains. Et il paraît lié à ces contraintes socio-juridiques qui interdisent au paysan sous certains régimes féodaux de cuire son pain dans son propre four : la Sicile sans doute, comme la Hongrie arpadienne, ignorait la banalité du four. Celle-ci, là où elle existait, connaissait d’ailleurs des accommodements, ce qui ferait l’intérêt de la découverte de fours individuels dans les pays de seigneurie forte.

73D’une façon générale, les observations qui précèdent recevront sans doute des retouches, au fur et à mesure des progrès de recherches qui ne doivent pas être seulement archéologiques. Les documents existent, sources écrites et iconographiques, qui permettraient de mieux cerner les pratiques du feu non seulement au Moyen Âge mais aux Temps modernes : entre les données de l’histoire et de l’archéologie médiévales et celles de l’ethnographie, un vide relatif touche les siècles « modernes ». Il ne devrait pas être trop difficile de le combler pour suivre les étapes de la diffusion des progrès, voire pour cerner les zones ou les milieux demeurés rétifs à l’évolution.

Notes

1 On songe ici aux recherches de Simone Roux sur Paris, de Jean-Marie Martin sur la Pouille, de Hugues Neveux sur Cambrai, de Françoise Piponnier sur les inventaires bourguignons, ceux de Dijon notamment.

2 Voir J. Chapelot et R. Fossier, Le Village et la maison au Moyen Âge, Paris, 1980.

3 En Lorraine, le même type de document recense non des feux mais des « conduits » ce qui semble désigner des cheminées. Je n’ai pu vérifier à partir de quelle date apparaît ce terme.

4 G. Démians d’Archimbaud, Les Fouilles de Rougiers, Paris, 1980, p. 237.

5 Dracy, village déserté de l’arrière-côte viticole en Bourgogne (Côte-d’Or, commune de Baubigny). Les vestiges datent de la première moitié du XIVe siècle, pour l’essentiel.

6 Essertines-Basse : site d’un castrum abandonné du Forez (Loire, commune d’Essertines-en-Châtelneuf). Fouilles dirigées par Françoise Piponnier. Sur ce site, voir : F. Piponnier et J.-M. Poisson : « La tour d’Essertines », Château-Gaillard, IX-X, 1982, p. 527-542 ; et F. Piponnier, « Essertines, village déserté de la fin du Moyen Âge », Histoire et archéologie : les dossiers, no 78, novembre 1983, p. 83-85.

7 R. Bertrand, M. Lucas, « Un village côtier du XIIe siècle : Pen-er-Malo en Guidel (Morbihan) », Archéologie Médiévale, V, 1975, p. 73-101.

8 P. André, « Un village breton du XIe siècle, Lann-Gouh Melrand « , Archéologie Médiévale, XII, 1982, p. 155-165.

9 Il n’est pas précisé si les soles à Melrand sont construites ou non.

10 Brucato, histoire et archéologie dun habitat médiéval en Sicile (sous la direction de J.-M. Pesez), 2 vol., Rome, 1984, p. 197-198 et 734. Brucato est un habitat de la première moitié du XIVe siècle.

11 G. Démians d’Archimbaud, op. cit., p. 237. Un foyer particulièrement exemplaire de ce type a été mis au jour en F 4. Cf. p. 154.

12 R. et M. Colardelle « L’habitat médiéval immergé de Colletière à Charavines (Isère). Premier bilan des fouilles », Archéologie Médiévale, X, 1980, p. 167-269.

13 R. Mussot-Goulard, « Enquête sur Maignaut », Wasconia, 1, 1985 et « La motte castrale de Luzan », Château-Gaillard, XII, 1985, p. 199-209.

14 M.-C. Bailly-Maître et J. Bruno, Un Village minier de haute montagne : Brandes-en-Oisans, Grenoble, 1979.

15 Abramowicz A., J. Chapelot, A. Nadolski, J.-M. Pesez, T. Poklewski, « Le village bourguignon de Dracy », Archéologie du village déserté, Paris, 1970, p. 95-171.

16 Hurst J. G.et Hurst D. G., « Excavations at the Medieval Village of Wythemail. Northamptonshire », Medieval Archaeology, XIII, 1969, p. 167-203-

17 G. Démians d’Archimbaud, op. cit., p. 137.

18 M. Biddle, « The Deserted Medieval Village of Seacourt, Berkshire », Oxoniensa, vol. XXVI-XXVII, 1961-1962, p. 70-201.

19 D. Dudley et E. M. Minter, « The Excavation of a Medieval Settlement at Treworld, Lesnewth », 1963, Cornish Archaeology, 5, 1966, p. 34-58 ; D. Dudley et E. M. Minter, « The Medieval Village at Garrow Tor, Cornwall », Medieval Archaeology, VII-VIII, 1962-1963, p. 272-294.

20 I. C. Peate, The Welsh House, 1944, p. 123, cité par D. Dudley et E. M. Minter, 1962-19633

21 P.-P. Robert et J. Boucard, « Un habitat médiéval, Le Bois-en-Ré » (Charente-Maritime), Cahiers de la Mémoire, no 3, 1981, p. 5-23. À Hangleton l’un des foyers du bâtiment 1 est constitué d’un creux dans le sol de craie, avec une douzaine de tuiles : l'autre est également une dépression où l'âtre est fait de terre, de craie, de silex, de tuiles et de fragments de carreau. E. W. Holden, « Excavations at the Deserted Medieval Village of Hangleton, part. 1 », Sussex Archeological Collections, 1963, p. 54-181, et J. G. Hurst et D. G. Hurst, part. 2, Ibid., 1964, p. 94-142.

22 Cf. Betera, au Nord-Ouest de Valence et Caulers dans la province de Gerone, A. Bazzana et P. Guichard, « Recherches sur les habitats musulmans du Levant espagnol », Atti del colloquio intemazionale di archeologia medievale, Palerme, 1976, vol. l, p. 59-100 ; M. Riu, Excavaciones del poblado medieval de Caulers, Madrid, 1975.

23 P Grimm, Hohenrode, eine mittelalterliche Siedlung im Südharz, Halle, 1939·

24 Celle aussi de Beere. E. M. Jope et R. I. Threefall, « Excavation of a Medieval Settlement at Beere, North Tawton, Devon », Medieval Archaeology, II, 1958, p. 112-140.

25 Ce sont les vestiges d'une cheminée construite de cette façon qu’on avait pensé avoir trouvée dans la maison V de Dracy. L’expérience des autres bâtiments brûlés nous a ensuite conduits à voir dans les vestiges de bois et d’argile brûlés les témoins du plancher de l’étage.

26 R. Bucaille et L. Levi-Strauss, L’Architecture rurale française, Bourgogne, Paris, 1980, p. 28.

27 Cependant un vaste linteau en pierre taillée trouvé entre les maisons V et VI pourrait avoir appartenu à une cheminée.

28 Cependant à deux reprises, en E6 et en 12, Gabrielle Démians d’Archimbaud évoque la possibilité de « sols de cheminée » dans des maisons villageoises ; op. cit., p. 151 et 186.

29 Encyclopedia Universalis, supplément 1980, « L’habitat protohistorique en Europe », p. 710.

30 Le contrecoeur de la cheminée de Doué est légèrement concave, souvenir peut-être de la cheminée semi-circulaire établie dans un angle, qui paraît être la formule la plus ancienne. M. de Boüard, « De l'aula au donjon, les fouilles de la motte de La Chapelle à Doué-la-Fontaine (Xe-XIe siècles) », Archéologie médiévale, III-IV, 1973-1974, p. 5-110. La cheminée « ronde » s’est conservée dans l’ancien domaine byzantin jusqu’à nos jours.

31 Entretiens avec Simone Roux, « Les chemins de la connaissance », émission de France Culture, février 1980. Simone Roux estime que cette large diffusion de la cheminée peut être propre à Paris, grande ville qui adopte rapidement les techniques nouvelles. Aux XIe et XIIe siècles, les mentions de « caminata » dans les documents concernant la Pouille sont rares, même à Bari : 4 exemples entre 1107 et 1180 (exposé de J.-M. Martin au Centre d’histoire et d’archéologie médiévales de Lyon, année 1984-1985).

32 À Montelon-lès-Autun, A. D. Côte-d'Or, E 359, fo 174.

33 L’unique cheminée attestée à Dracy ne figure cependant pas dans une construction récente, mais appartient au contraire à une maison ancienne du début du XIVe siècle au plus tard.

34 R. Bucaille et J.-M. Pesez, « L’habitat paysan en Bourgogne viticole du XIVe au XIXe siècle. Approche anthropologique », Anheologia Medievale, VII, 1980, p. 73-82.

35 L. Chiappa Mauri, « Per la storia del paesaggio agrario : tipi di dimore rurali nella bassa Lodigiana nella prima metà del XV secolo », Archeologia Medievale, VII, 1980, p. 95-125 ; voir aussi G. Pinto, « Per una storia delle dimore mezzadrili nelle Toscana medievale », Ibid., p. 153-171.

36 Communication de P. Mane. Voir aussi P. Mane, Calendriers et techniques agricoles (FranceItalie, XIIe-XIIIe siècles), Paris, 1983.

37 Il faut peut-être compter avec un type de cheminée assez rare où le conduit est latéral. Ce type attesté par l'ethnographie semble représenté sur le site du village déserté de Caprignano (Italie, Casperia, prov. de Rieti). Cf. P. Raysaut et M. Perreard, L’Architecture rurale française. Comté de Nice, Paris, 1982, p. 91 ; et sur Caprignano, Mélanges de l’École Française de Rome. Moyen Âge. Temps Modernes, t. 96, 1984, p. 958-972.

38 G. Démians d’Archimbaud, op. cit., p. 237.

39 M. Levalet, « Quelques observations sur les cuisines en France et en Angleterre au Moyen Âge », Archéologie médiévale, VIII, 1978, p. 225-244.

40 Secteur 10, bâtiment 4 (du XVIe siècle) Wharram, a Study ofSettlement on the Yorkshire Wolds (ed. J. G. Hurst), vol. 1, Londres, 1979, p. 72.

41 Maison 1, période 2, phases 2 et 4 (XIIIe siècle) ; cf. supra. Mais ne peut-il s’agir du matériau des murs ?

42 J. Guilaine, La France d’avant la France. Du néolithique à l’âge du fer, Paris, 1980, p. 272. Il s’agit du site de La Lignière à Calvisson (Gard).

43 Cf. supra.

44 Cl. Gérard, L’Architecture rurale française. Lorraine. Paris, 1981, p. 80. Le même auteur écrit encore « Lumière, air, pluie, hirondelles pénètrent par cet orifice béant, tandis que la fumée de l’âtre fume les viandes (...) ; elle s’échappe aussi dans la pièce. La mère de famille fait cuire les aliments à l'âtre pendant que les enfants apprennent leur leçon au chaud mais sous un parapluie ». À peu près identique : le « tué » de Franche-Comté.

45 P. H. Stahl, « L’habitation enterrée dans la région orientale du Danube », L’Homme, 1972, 4, p. 37-61.

46 J.-M. Poisson, « La maison paysanne dans les bourgs siciliens (XIVe-XIXe siècles), permanence d’un type », Archeologia Medievale, VII, 1980, p. 83-94.

47 J. A. Cavoleau, Statistique ou description générale du département de la Vendée, Fontenay-le-Comte, 1844, p. 95, cité par S. Jean, L’Architecture rurale française, Poitou, Pays charentais, Paris, 1981, p. 41.

48 Cf. J.-P. Soulet, La Vie quotidienne dans les Pyrénées sous l’Ancien Régime du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1974, cité par Cl. Rivals, L’Architecture rurale française. Midi toulousain et pyrénéen, Paris, 1979, p. 102.

49 Sauf dans la « maison longue » caractérisée par ses deux portes se faisant vis-à-vis qui assurent en somme un tirage horizontal.

50 À Dracy, trois maisons étaient assez bien conservées pour qu’on puisse y observer des fenêtres. De celles-ci, la plus vaste mesure environ 0,40 x 0,70 m ; la plus étroite, du type barbacane, n'offre qu’une ouverture de 10 x 40 cm. Il faut encore ajouter que certaines habitations comme la partie ouest de la maison II, appuyée à la falaise et cernée sur ses autres faces par d’autres constructions, ne pouvaient avoir de fenêtres. Il en va à peu près sûrement de même pour quelques habitations de Brucato (maison III et IV, par exemple), et la maison traditionnelle du « bracciante » sicilien ne présente pas toujours une fenêtre.

51 À Brucato. Cf. Brucato..., op. cit., p. 776.

52 S’y ajoute un trou de poutre vertical (dans la niche ?) « peut-être pour faciliter l’évacuation de la fumée ». G. Démians d’Archimbaud, op. cit., p. 207.

53 A. Bazzana et P. Guichard, op. cit.

54 M.-T. Lorcin, « Le feu apprivoisé : l’homme, la femme et le feu dans les fabliaux », Revue historique, CCLXVIII, 1, p. 3-15. Dans cet article, aussi divertissant qu’utile, M.-T. Lorcin montre qu’allumer, entretenir, utiliser le feu est l’affaire de la femme.

55 Le luminaire est plutôt moins abondant à Rougiers, mais il est plus varié et compte des chandeliers et des lanternes. G. Démians d’Archimbaud, op. cit., p. 342 et 477-479.

56 On n’a pas trouvé davantage de corne translucide : la présence de toiles huilées supposerait des dispositifs pour recevoir un cadre qu’on n’a pas non plus notés. Pour J. Hurst il n’y a aucune preuve de fenêtres vitrées dans les maisons paysannes avant le temps des Tudor. Deserted Medieval Villages, Londres, 1971, ρ. 97.

57 Ρ.-Η. Stahl, op. cit.

58 A. D. Côte-d’Or, E 359, fo 60.

59 Ibid., fo 72 v°.

60 Ibid., fo 132 v° et 144 v°.

61 Le chaufour existe aussi en Forez sous le nom de chauffure. Dans la région de Saint-Étienne, le cafuron désigne une pièce très enfumée ou très sombre. (Communiqué par Marguerite Gonon dont on consultera La Vie familiale en Forez au XIVe siècle et son vocabulaire d’après les testaments, Mâcon, 1961).

62 E. Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, 1975, p. 69.

63 Lambert d’Ardres, MGH, SS, t. XXIV, 609-640, ch. 127.

64 M. Levalet, op. cit.

65 J.-M. Pesez et F. Piponnier, « Villy-le-Moutier, recherches archéologiques sur le site d’une maison forte », Château-Gaillard, VI, Caen, 1973, p. 147-163.

66 Cl. Lorren, « Le Château de Rubercy (Calvados), étude de la demeure principale (c. 1150-1204) », Archéologie Médiévale, VII, 1977, p. 109-166.

67 M. Levalet, op. cit.

68 P. Grimm, op. cit.

69 « Un four destiné au chauffage » écrit curieusement Jean Chapelot (J. Chapelot et R. Fossier, op. cit., p. 226). Si le poêle à coupole évoque en effet un four au point que l’un a bien pu être pris pour l'autre –, sa vocation est radicalement différente : il irradie la chaleur que le four maintient, lui, à l'intérieur.

70 P. Grimm, « Zum Ofen in der frühmittelalterlichen Archäologie. Archäologisches zu nierderdeutsch Dons, bayerisch Türnitz », Ausgrabungen und Funde, Band 16, 1971, p. 279-282.

71 Des poteries de poêle ont été trouvées dans le bâtiment A du château de Rougemont, (territoire de Belfort) pour une phase antérieure à la fin du XIVe siècle. Sept années de travaux au Vieux-Château de Rougemont, Rougemont-le-Château, 1983.

72 Dans les maisons du « ring-work », W. Janssen, Königshagen. Ein archäologisch-historischer Beitrag zur Siedlungsgechichte des südwestlichen Harzvorlandes, Hildesheim, 1965.

73 V. Nekuda, Pfaffenschlag, Zanika stredo vecka ves u Slavonic, Brno, 1975.

74 J.-P. Minne, La Céramique de poêle de l’Alsace médiévale, Strasbourg, 1977.

75 Cité par J.-P. Minne. Cf. note précédente.

76 J. Gy Szabo, « Un village d’époque arpadienne et son cimetière dans les confins de Sarud », Egri Muzeum evkönye, 1973-1974, p. 21-66 et 1975, p. 19-62 :J. Kovalovski, « Rapport préliminaire des fouilles du village d’époque arpadienne à Doboz », Archeologiai Ertersito, 1975, p. 204-222 ; I. Méri, Arpad-Kori, népi epitkezésunk feltari emlekei Oroshaza hataraban, Budapest, 1964.

77 Mais ne s’agit-il pas d'un couvre-feu ? La fonction de ce dernier est plutôt de conserver les braises (Cf. G. Démians d’Archimbaud, op. cit., p. 307-308). Le couvre-feu fait partie bien évidemment de l’équipement du foyer dont il sera question plus loin.

78 Cf. supra.

79 M. Riu, op. cit.

80 Sur Calathamet : cf. « Chronique des activités de l’École Française de Rome », Mélanges de l’École Française de Rome. Moyen Age. Temps modernes, tome 96, 1984, 2, p. 948-958.

81 G. Démians d’Archimbaud, op. cit., p. 405-407.

82 Selon Barthélemy l’Anglais on aurait utilisé en Flandre de la tourbe de terre « par manque de bois », de la bouse de vache en Frise, et des mottes de terre (tourbe encore ? Charbon de terre ?) en Hollande. B. L’Anglais, Livre des propriétés des choses (XIIIe siècle). Copie du XVe siècle : B.N.F., Ms. fr. 22532, fo 206, 206 v°, 213 v° (communiqué par Danièle Alexandre-Bidon).

83 D’après Simone Roux.

84 I. Vérité, Inventaires normands du XVe siècle, conservés à la Bibliothèque Nationale. Contribution à l'étude de la culture matérielle (maîtrise Paris X, sous la direction de Philippe Contamine, 1983, dactylographié).

85 F. Piponnier, « Équipement et techniques culinaires en Bourgogne au XIVe siècle », Bulletin philologique et historique, année 1971, Paris 1977, p. 57-80.

86 On n’a pas retenu dans ce propos les ustensiles de cuisine et les récipients d’une façon générale, qui nous entraîneraient trop loin. Évoquer pourtant les grils et les broches, et non les chaudrons et les lèchefrites, paraîtra discutable, mais il a semblé que les premiers devaient rester en permanence dans Faire du foyer.

87 La fréquence du trépied dans les pays bourguignons est sans doute à rapprocher de la forme globulaire des pots à cuire à Dracy.

88 Elles ajoutent cependant le couvre-feu qui, en terre cuite, est ignoré des inventaires écrits, comme le sont souvent les céramiques d’une façon générale. Cf. note 77.

89 Op. cit., p. 479.

90 Brucato, op. cit., p. 522-524.

91 On n'en conclura pas, pour autant, que l’on obtenait du feu par frottement du bois même si cela se pratiquait encore – de façon plutôt rituelle – au XIXe siècle, en Suède et en Russie. Cf. A. Leroi-Gourhan, L’Homme et la matière. 2e éd., Paris, 1971, p. 66.

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site