Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie du village et de la maison rurale au Moyen Âge

 | 
Jean-Marie Pesez

Troisième partie. La maison

Chapitre 4. La maison médiévale (xie-xiiie s.)

Texte intégral

1Sur la maison médiévale comme sur les autres aspects de la culture matérielle, les données nous viennent à la fois des documents écrits, de l’archéologie, et de l’iconographie. Il est, en outre, légitime d’avoir recours à l’ethnographie pour comprendre une civilisation qui dans une certaine mesure a survécu jusqu’à hier. Cependant, avant le XIVe siècle, les informations sont très ponctuelles, très limitées. L’iconographie est pratiquement inutilisable : elle n’offre de la maison que des représentations conventionnelles et répète des stéréotypes très anciens, parfois empruntés à l’Antiquité. Les documents écrits mentionnent l’habitation sans la décrire, ou ne l’évoquent que de façon sommaire (« une bonne maison de bois ») et les quelques contrats de construction qu’on possède pour le XIIIe siècle concernent presque uniquement des édifices ecclésiastiques ou princiers. L’archéologie, elle-même, n’est pas d’un aussi grand secours qu’on pourrait l’espérer. Les villes ont parfois conservé de rares maisons du XIIIe siècle, voire du XIIe, ou réputées dater de ce temps, ainsi à Cluny, Provins, Beauvais, Chartres : ces maisons ont de bonnes chances d’avoir constitué plutôt des exceptions que la règle, et on ne peut être assuré qu’elles ont traversé les siècles sans avoir subi d’importantes modifications. Enfin, les fouilles ont moins souvent mis au jour des habitations des XIe, XIIe, XIIIe siècles que des maisons plus tardives ou, paradoxalement, plus anciennes : les recherches archéologiques sur le village, plus utiles ici que les fouilles urbaines, ont majoritairement rencontré des sites du XIVe siècle et d’autres, du haut Moyen Âge. Malgré tout, c’est de l’archéologie que nous vient le meilleur de nos connaissances, et outre qu’on compte quand même un certain nombre de sites des XIIe-XIIIe siècles, on peut utiliser à la fois les données concernant la fin du Moyen Âge et celles valant pour les siècles antérieurs à l’an mil, ne serait-ce que pour mettre en évidence des contrastes qui supposent des évolutions prenant place dans la période intermédiaire.

2Ce qu’on perçoit, en effet, ce sont d’abord des contrastes qui ne surprendront pas quand ils sont sociaux ou régionaux, quand ils opposent villes et campagnes, mais qui s’établissent aussi entre le haut et le bas Moyen Âge. Le haut Moyen Âge est le temps de la « maison pour rien », celle dont les matériaux, la terre et le bois se procurent sans bourse délier, et dont les techniques de construction, rudimentaires, ne nécessitent pas l’intervention d’un spécialiste. Plus élaborée, même au village, l’habitation des XIVe et XVe siècles est faite pour durer et a acquis une valeur ; même en bois et en terre, elle fait appel à un certain savoir technique et met en jeu un ou deux spécialistes, dont le charpentier ; plus variée dans ses matériaux, elle peut être de pierre, ou couverte de tuiles ; elle préfigure déjà la « maison traditionnelle », saisie par l’ethnographie des temps sub-actuels. Très tôt, sans doute, les matériaux disponibles localement ont orienté des choix qui se sont ensuite mués en traditions : la pierre a été utilisée pour les murs et parfois les couvertures, là où elle était accessible, où elle se débitait aisément en plaques ou en moellons ; ailleurs la terre est demeurée essentielle, mais sous forme de torchis dans une construction à pans de bois qui, tout en offrant une bonne solidité, économise au mieux le bois d’œuvre. Le pan de bois a connu une extraordinaire diffusion dans toute l’Europe, océanique et nordique, aux XIVe et XVe siècles, mais sans doute peut-on placer au XIIIe siècle le début de son expansion. Là où pierre et bois faisaient également défaut, le pisé, plutôt que la brique, demeurée rare hors des villes, s’est imposé, spécialement dans les régions méridionales, mais la construction en pisé est une véritable maçonnerie qui fait des maisons durables. Pour les couvertures, les matériaux végétaux dominent largement mais commencent à être concurrencés, ici par les essentes de bois, là par les dalles de pierre ou les tuiles.

3On connaît mieux aujourd’hui la maison paysanne que l’habitation urbaine, encore aperçue à travers des témoins peu fiables parce qu’exceptionnels. On devine cependant qu’en ville la distribution diffère de celle de l’habitation paysanne : le manque d’espace contraint la maison à se développer en hauteur et oblige pour les réserves mais plus encore pour les déchets à multiplier les fosses profondes, qui restent les vestiges les plus fréquents rencontrés par l’archéologie urbaine.

4Enfin, si on laisse délibérément de côté le château ou la résidence princière, ce qui sépare la maison seigneuriale de la demeure paysanne, c’est moins les matériaux et les modes de construction, souvent identiques, que les dimensions et l’environnement : nécessairement plus vaste et plus complexe, la domus seigneuriale s’isole par des fossés, s’élève parfois sur une plate-forme et se dote de quelques éléments défensifs, relativement modestes, pour devenir domus fortis.

La construction

5Des types de construction très anciens n’ont disparu que lentement et ont même survécu au-delà du Moyen Âge, en devenant pourtant marginaux et affectés à d’autres fonctions que l’habitation, ou au mieux utilisés pour des habitats temporaires. Les cabanes excavées se rencontrent ainsi jusqu’à l’époque carolingienne et au-delà, mais ce n’est guère que dans les pays slaves et danubiens qu’elles se maintiennent comme habitations. Déjà, s’agissant de l’Europe occidentale, les études récentes tendent à diminuer, voire à nier – sans doute à tort dans ce cas – le rôle qu’elles ont pu jouer dans l’habitation et à en faire des annexes, abris pour les réserves alimentaires ou ateliers : on a souligné les exemples, qui deviennent en effet de plus en plus nombreux, où des traces, d’interprétation plus ou moins assurée, de métiers à tisser et des trouvailles de pesons suggèrent qu’on a affaire à des ateliers de tissage. Avec cette fonction (et parfois sous le nom d’« escreignes ») ou comme simples abris de travail, les cabanes excavées ont pu subsister, ici et là, au sein des exploitations paysannes.

  • 1 W. Janssen, Königshagen : ein archaologisch-historischer Beitrag sur Siedlungsgeschichte des südwes (...)
  • 2 J. Chapelot et R. Fossier, Le Village et la maison au Moyen Âge, Paris, 1980, p. 301.
  • 3 L. F. Salzman, Building in England down to 1540, Oxford, 1967, chapitre XIII (« The timber-framed h (...)

6La construction réalisée à partir d’une armature de poteaux fichés dans le sol, supportant le toit et formant l’armature des parois a, d’une certaine façon, connu le même sort : des granges ont continué d’être édifiées de cette façon jusqu’aux temps sub-actuels. Cependant ces modes de construction dont les premières réalisations remontent au néolithique ont sans doute été plus longtemps mis en œuvre pour l’habitation : on l’a noté, par exemple, à Anvers au XIe siècle, et sur des sites villageois, comme celui de Königshagen1, où les bâtiments, d’assez grandes fermes à cour carrée, ont laissé la trace de piliers, de 40 cm de côté et enfoncés dans le sol jusqu’à 4 m, qui supportaient la charpente et les parois : les files de piliers implantées au centre des bâtiments pour soutenir le faîtage renvoient même au système le plus rudimentaire et le plus ancien de ce mode de construction, et l’état mis au jour à Königshagen date pourtant des XIVe-XVe siècles : le village a été incendié entre 1413 et 1420. D’autres systèmes plus élaborés faisant supporter la charpente par une double file de piliers, laissant au centre de l’habitation un espace libre plus important, ou rejetant le poids de la toiture sur les piliers des parois, alors contrefortés à l’extérieur, étaient connus depuis le haut Moyen Âge, voire depuis la protohistoire. En revanche, la « cruck-construction » serait une découverte, ou plutôt une redécouverte, tardive du Moyen Âge, et n’apparaîtrait pas avant le XIIIe siècle2. Il est vrai que c’est au XIIIe siècle qu’elle est notée non seulement sur les sites archéologiques, mais également dans les comptes : en 1233, six postes tortos sont employés dans la construction d’une aumônerie à Kempton, en Angleterre, et en 1235 un tenancier du Staffordshire promet de construire son cottage avec des furcas videlicet crochus3. Le « cruck » (terme intraduisible en français) est constitué de deux poteaux incurvés qui, réunis à leur sommet, forment une arche brisée, support à la fois de la toiture et des parois de la maison.

  • 4 R. et M. Colardelle, « L’habitat médiéval immergé de Colletière à Charavines (Isère). Premier bilan (...)
  • 5 Viking and Medieval Dublin, Catalogue of exhibition, Dublin, 1973 et Viking Settlement to Medieval (...)

7À Königshagen, de nombreux éléments calcinés informent du matériau des parois qui, entre les poteaux montants, étaient réalisées en torchis plaqué sur un clayonnage. Le torchis sur clayonnage se rencontre également dans les constructions immergées de Charavines où des fouilles sublacustres ont étudié un habitat du XIe siècle4 ; plusieurs bâtiments (actuellement trois ont été découverts) occupaient un espace limité par une clôture, d’environ 1500 m2. Les bâtiments, plutôt vastes, de 200 m2 et plus, comportaient chacun une étable ou bergerie et une partie réservée à l’habitation. Pourvus d’un étage, ils présentaient un toit, débordant en auvent : avec des pieux verticaux nombreux et des parois de clayonnages enduits d’argile, ils étaient édifiés sur d’épaisses semelles flottantes, faites de grands madriers empilés, sans doute en raison de l’instabilité du sol sur ce rivage lacustre. C’est très souvent le torchis sur clayonnage que l’archéologie découvre pour ces framed-buildings, lorsque les sols humides ont permis la conservation des matériaux organiques : ainsi dans le quartier de Wood Quay, où les fouilles de la Dublin des IXe-XIIe siècles ont retrouvé les vestiges de petites maisons (3,80 x 3,20 m) construites en clayonnage (noisetier et chêne) et en argile, avec des sols de terre revêtus de nattes de jonc5.

  • 6 Cf. Deserted Medieval Villages, ed. by M. Beresford and J. Hurst, Londres, 1971.

8Il est cependant d’autres matériaux pour les parois. La construction en mottes de gazon (turf), maintenues en place par un clayonnage, a perduré sur les rivages des mers du Nord : on en connaît des exemples sub-actuels et aussi des témoins archéologiques comme à Hound Tor dans le Devon où le village n’a pas connu d’autre type de construction depuis le IXe siècle jusqu’au XIIIe siècle où des maisons en granit remplacent les bâtiments en turf6. Ces derniers ne duraient guère que de 5 à 20 ans, obligeant à de fréquentes reconstructions qui ont laissé sur le site un semis complexe de trous de pieux.

  • 7 J. Clemens, « Géographie historique de la maison à empilage en Âgenais », Géographie historique du (...)

9Les parois entièrement réalisées en bois ont sans doute été moins fréquentes qu’on pourrait le penser, qu’il s’agisse de poutres empilées, ou des planches verticales ou horizontales du « mur-palissade ». Le système à empilage de poutres qui se croisent aux angles à mi-bois n’est guère attesté que pour l’Europe orientale, où il est resté longtemps très fréquent, et pour les temps contemporains, dans le chalet alpin, par exemple : les exemplaires les plus anciens conservés dans l’Âgenais ne semblent pas antérieurs au XVe siècle7.

  • 8 R. Boutruche, La Crise d’une société : seigneurs et paysans du Bordelais pendant la guerre de Cent (...)

10On ne s’étonnera pas de ne rencontrer que très rarement la construction en planches sur les sites ruraux8 – les archéologues anglais la disent même totalement absente du village anglais – et de la voir réservée à des édifices seigneuriaux, comme Büderich, Husterknupp en Allemagne ou Weoley Castle en Angleterre. Passé le haut Moyen Âge et hors des pays Scandinaves, elle ne paraît pas même attestée pour les édifices urbains ou des églises, ce qui pourtant a pu se rencontrer. Ce type de construction dévore énormément de bois et ne convient qu’à des régions et des temps de grandes étendues forestières et de faible population.

  • 9 A. Oswald, « Excavation of a Thirtenth Century Wooden Building at Weoley Castle », Medieval Archaeo (...)
  • 10 J.-M. Pesez et F. Piponnier, « Villy-le-Moutier. Recherches archéologiques sur un site de maison fo (...)

11Weoley Castle était un petit manoir établi sur un terrassement peu élevé entouré d’un fossé9. Vers le milieu du XIIIe siècle, il comptait quatre bâtiments, deux en pierre, le hall et la chapelle, deux en bois (chêne), dont la cuisine, occupée sur le quart de sa superficie par un énorme foyer. Les parois de la cuisine ont été trouvées conservées sur une hauteur de 1 mètre : elles avaient d’abord été faites de planches horizontales engagées dans les rainures de poteaux verticaux mortaisés dans les sablières basses, courant entre les poteaux corniers ou ceux de l’huisserie de la porte, enfoncés, eux, dans le sol où ils reposaient sur des pierres. Dans une phase ultérieure on adopta des planches verticales, insérées en diagonale, non bouvetées et se recouvrant, mais sans alternance régulière. Les planches sont mieux assemblées et bouvetées à Husterknupp, site pourtant plus ancien de deux siècles. Il est en fait assez difficile de constater une évolution chronologique dans l’état actuel des recherches : il semble pourtant que la sablière basse recevant les poteaux verticaux contribue au progrès qui annonce le véritable pan de bois. Un autre progrès qui prendrait place entre les IXe-Xe siècles et les XIe-XIIIe siècles est constitué par la substitution de planches aux troncs ou demi-troncs. Cependant, à Winchester, des maisons de bois du XIIIe siècle ont pu être encore construites en poutres : il est vrai qu’elles n’ont laissé que les tranchées correspondant aux parois. De même, dans la maison seigneuriale de Villy-le-Moutier (à la fin du XIIIe siècle), les cloisons intérieures sont représentées par des tranchées qui peuvent correspondre, en raison de leur largeur, à des parois de poutres ; ces tranchées s’élargissent encore de place en place en trous plus vastes correspondant aux poteaux qui raidissaient les parois10.

12Les XIIe-XIIIe siècles voient, en tout cas, s’affirmer d’autres progrès qui se développeront à la fin du Moyen Âge : le renouveau de la construction en pierre qui intéresse d’abord le château et la maison urbaine, mais qui se note aussi dans l’habitation paysanne, avec un décalage chronologique de quelques décennies. À défaut de construction entièrement réalisée en pierre, les zones où ce matériau est plus rare voient au moins les édifices de bois et de terre, ou de terre seule, s’élever sur des solins de pierre. Enfin, accompagnant les progrès de la charpenterie, se met en place le système, promis à un grand avenir, du pan de bois.

  • 11 R. Bertrand, M. Lucas, « Un village côtier du XIIe siècle en Bretagne : Pen-er-Malo en Guidel (Morb (...)

13Il n’est pas sûr qu’on puisse appeler maison de pierre l’habitation rurale que les archéologues bretons ont mise en lumière pour les XIe-XIIe siècles, sur plusieurs sites, à Pen-er-Malo, Melrand, Plumelec et qui trouve son correspondant en Angleterre, à Beere, par exemple11. À Pen-er-Malo, sur le rivage sableux du Morbihan, ont été découverts trois ensembles, constitués chacun de deux bâtiments, associés par des murets et des enclos. Les bâtiments sont très caractéristiques par leur plan ovalaire, avec des dimensions de l’ordre de 12 x 5 à 6 m : ils ont laissé les vestiges de murs bas, en granit, ne mesurant pas plus de 1,20 m de haut pour 60 à 70 cm de large. Les maisons étaient divisées par un refend en deux parties dont l’une comportait un ou deux foyers. Le même type de plan se retrouve à Melrand où pourtant domine un autre plan, sub-rectangulaire, mais les vestiges sont aussi ceux de murs granitiques, liés de terre, bas et larges : là aussi, la maison présente une partie réservée à l’habitation, dotée d’un foyer, et une autre, légèrement en contrebas, sans doute destinée à abriter des animaux. Dans les deux cas, les restitutions, fondées sur l’observation d’une couche de destruction très peu épaisse, ne proposent pas de rendre aux murs une hauteur importante, mais au contraire suggèrent des toits très pentus et une couverture de végétaux descendant jusqu’au sol ou reposant sur les murets. Aux XIIe et XIIIe siècles, c’est sans doute ainsi que se présentent aussi les maisons des Costwolds en Angleterre, et à Beere, dans le Devon, une maison accompagnée d’une grange et d’un four à sécher les grains offre les dimensions de la maison de Melrand, 11 x 5 m, des éléments de cloison, séparant l’habitation (ici en deux pièces) de l’étable, en contrebas, et comme pour la maison bretonne, la restitution ne propose que des murs bas, de 5 assises de pierres, liés d’argile et une toiture en chaume faisant l’essentiel de la hauteur de l’édifice.

14Le site de Pen-er Malo a été daté du XIIe siècle par des monnaies de Conan III, celui de Melrand, des Xe-XIe siècles, par le radiocarbone. Plumelec pourrait être plus récent, quoique présentant le même type de céramique que Pen-er-Malo. Mais la maison ovalaire qu’on trouve aussi à Plumelec a subsisté jusqu’à nos jours en Bretagne, comme remise ou porcherie, et elle pouvait être encore une habitation au siècle dernier, quoique réservée à une population quelque peu marginale. Il faut donc être réservé quand on parle d’évolution et il faut être prudent quand on évoque la maison de pierre : dans les cas précédents, il s’agit plutôt de maisons de chaume où il n’est même pas sûr que les murs aient été porteurs de la charpente.

  • 12 Brandes : fouilles de M.-C. Bailly-Maitre et J. Bruno ; Saint-Jean-le-Froid : cf. Archéologie du vi (...)
  • 13 M. Riu, Excavaciones delpoblado medieval de Caulers, Madrid, 1975 ; Brucato, histoire et archéologi (...)

15Il n’en reste pas moins que l’archéologie médiévale a mis en évidence le remplacement dans les campagnes anglaises des maisons de bois et de terre par des bâtiments de pierre, au cours du XIIIe siècle. Et on en trouverait des exemples dans d’autres pays : on peut s’interroger sur le Rougiers du XIIe siècle qui ne semble pas avoir laissé de traces, ou sur Dracy, où il existe une céramique antérieure aux maisons de pierre qui datent, au mieux, de la fin du XIIIe siècle. Le passage du bois à la pierre, qui peut s’expliquer par la recherche d’une plus grande solidité et d’une longévité supérieure pour la construction, a pu aussi être stimulé par la difficulté grandissante à se procurer du bois d’œuvre, avec le recul des forêts et les restrictions mises par les seigneurs à l’abattage des arbres ; la maison de pierre est bien représentée par des sites français qui appartiennent plutôt au bas Moyen Âge mais dont les origines remontent presque toujours au XIIIe siècle : Brandes, village minier de l’Isère, à proximité de Huez, Saint-Jean-le-Froid, village et prieuré de Moissac (au XIIIe siècle) sur le Lévézou, en Auvergne, Dracy, petit village de la côte viticole près de Beaune en Bourgogne et Rougiers, village provençal12. Outre les nombreux sites de villages anglais, on peut encore mentionner des sites abandonnés au XIVe siècle, Caulers, petit village de la province de Gérone, Brucato, habitat sicilien, Pfaffenschlag, village de Moravie13.

16La construction présente sur tous ces sites, à l’exception d’un seul, semble-t-il, les mêmes caractères. L’absence de fondation est de règle : tout au plus s’est-on préoccupé d’atteindre le sol ferme, en décapant la terre arable, mais des semelles débordantes offrent parfois une assise élargie aux parois. La pierre est toujours d’origine locale : souvent ce sont les abords immédiats, l’emplacement de l’enclos quand ce n’est pas celui de la maison même, qui ont procuré le matériau, toujours des moellons, à peine retouchés au marteau pour offrir une face de parement à peu près régulière. Le liant est toujours fait de terre, une terre parfois choisie pour ses qualités plastiques, mais sans addition de chaux. On a remarqué que le liant de terre offrait au moins l’intérêt d’assurer à la construction une certaine élasticité susceptible d’absorber les tassements. On notera que ce type de construction, dit en Sicile « a petra e tayu », est expressément désigné comme rustique par les contrats palermitains. Les archéologues anglais notent de leur côté que la présence de mortier de chaux est, à l’inverse, le signe qu’on a affaire à une construction seigneuriale ou ecclésiastique (on pourrait sans doute ajouter : ou urbaine).

17Quoique les murs aient régulièrement 70 à 90 cm de large, ils ne comportent pas de véritable blocage : la longueur de queue des moellons fait s’interpénétrer les parements, de petites pierres comblant les interstices. L’appareil ne présente pas de lits réguliers, en raison de la diversité du matériau, mais le mur a toujours été construit par assises successives rattrapant tant bien que mal les hauteurs inégales des moellons. D’autres indices de rusticité, qui posent le problème de l’intervention ou de l’absence d’intervention d’un spécialiste, se lisent dans ces constructions : la rareté des liaisonnements entre les murs, l’absence des chaînages d’angle. Pour le moins, comme on l’a écrit, les constructeurs « ignoraient le fil à plomb et le cordeau ». Toutefois l’art avec lequel on a choisi les moellons et constitué les assises, la solidité de ces édifices qui ont pu quand même résister en partie à des siècles d’abandon, témoignent d’une véritable technique et supposent la présence au village de quelques personnes averties dans le domaine de la construction et dotées de quelques outils plus ou moins spécialisés. Les maisons construites suivant ces principes n’avaient sans doute pas d’étage, ou seulement un solier ou un grenier sur une partie seulement du bâtiment, comme c’est le cas à Dracy.

18Rougiers est fort différent : ce village fortifié, accroché à la pente rocheuse, était très densément construit, ne laissant que peu de place aux zones de circulation : il présentait essentiellement, peut-être uniquement, des maisons-blocs en hauteur.

  • 14 G. Démians d’Archimbaud, Les Fouilles de Rougiers, p. 244.

Habitat de pierre, né du rocher et ancré sur lui au maximum des possibilités, groupé et ramassé sur lui-même... Demeures riches ou modestes, étalées au sol ou étroites, mais toujours relativement hautes et peu éclairées intérieurement... Habitat dense et solide au total et conçu pour durer14,

19Rougiers offre aux XIIIe-XIVe siècles comme le contrepoint des traits plus généralement observés de la maison rurale en pierre, y compris en zone méditerranéenne car à certains égards le village sicilien ou ligure ou catalan est plus proche des sites nordiques que du provençal Rougiers. Ici, en effet, si les fondations sont sommaires, les liaisonnements imparfaits ou absents, le mortier de chaux est abondant et noie un blocage de moellons : il autorise des parois plus minces qui s’élèvent pourtant très haut, des étages qui parfois s’établissent sur des arcs diaphragmes.

  • 15 P. Fournier, « Ruines de villages bâtis à pierre sèche et abandonnés », Bulletin historique scienti (...)

20À l’opposé : la pierre sèche. Les archéologues anglais doutent qu'elle ait pu intervenir dans la construction de maisons et ne la voient que dans des bâtiments annexes ou des clôtures. Cependant des villages construits en pierre sèche qui n’étaient pas des habitats temporaires ont été abandonnés à la fin du Moyen Âge sur les plateaux du Massif Central, en Auvergne15.

  • 16 J. Chapelot et R. Fossier, op. cit., p. 264-265.
  • 17 R. Franchovich, S. Gelichi, R. Parenti, « Per une geografia e una tipologia delle case di terra », (...)
  • 18 M. Gonon, « La construction en Forez au Moyen Âge », 98eCongrès national des Sociétés Savantes, Sai (...)
  • 19 P. Grimm, Hohenrode, eine mittelalterliche Siedlung in Südharz, Berlin, 1939.

21Ce serait bien sûr une erreur que d’imaginer la pierre remplaçant partout les autres matériaux. Cependant, à partir du XIIIe siècle, elle intervient même dans la construction en terre, ou en bois et terre, pour composer des solins qui constituent les soubassements des parois et assurent une meilleure longévité à celles-ci. Les constructions en terre crue, sous la forme de briques, ou adobes, ou sous celle plus fréquente de la bauge ou du pisé banché, étaient nombreuses, hier encore, dans beaucoup de provinces de l’Occident. On sait aussi que le pisé, sous le nom de tabbia ou tapial, était largement employé au Moyen Âge dans les pays méditerranéens qui furent un temps islamisés : il faisait les remparts des sites fortifiés de l’Espagne musulmane et on construisait encore en pisé à Palerme au XIVe siècle. Pour l’Occident médiéval, les témoignages sont plus rares. Un bâtiment de pisé, aux murs conservés sur 1,80 m de haut, a été retrouvé sous la motte de Wallingford Castle, dans l’Oxfordshire, datée du XIIIe siècle16. Une construction en pisé a de même été retrouvée sous le « cassero » de Grosseto, édifié vers le milieu du XIVe siècle17. Dans le Forez, au XIVe siècle, les maisons rurales de la plaine étaient en terre crue18. Un des meilleurs exemples archéologiques est sans doute celui qu’offre le village de Hohenrode dans le Harz, où, à partir du XIIe siècle des bâtiments construits en pisé, sur solin de pierre, remplacent des maisons excavées à armature de pieux : du moins, sur des soubassements de pierre, larges de 0,70 m et hauts de 0,50 m, aux angles arrondis, la couche de destruction était-elle faite d’argile et de cailloutis : elle a été interprétée comme le témoin de parois en terre crue19.

  • 20 Y. Fourquin, Les Campagnes de la Région parisienne à la fin du Moyen Âge, Paris, 1964 (p. 92 et not (...)

22Comme la construction en terre crue, le pan de bois était, hier encore, largement représenté dans les campagnes de l’Occident : sans doute même était-il le mode de construction majoritaire. Et, plus résiduel, il était également présent en milieu urbain, caractérisant les demeures anciennes de nos villes. Le pan de bois se distingue de la construction sur poteaux qui l’a précédé par deux caractères : il s’est libéré du sol par les sablières basses continues, reposant souvent sur des solins de pierre, et il s’est rendu indéformable par l’assemblage des pièces tant horizontales que verticales et le contreventement par des écharpes obliques qui rendent à la fois solidaire et souple l’armature du bâtiment. Pour les cloisons, les solutions sont variées : le torchis sur clayonnage est la plus répandue, mais dès le Moyen Âge, la brique a été utilisée dans les Flandres par exemple ou dans le Midi toulousain ; et, dans la région parisienne, les parois du pan de bois étaient faites de moellons pris dans du plâtre20.

  • 21 Fouilles de J. Barbieux.

23Les témoins archéologiques du pan de bois sont rares ; les témoignages documentaires, par chance, un peu plus fréquents. Les édifices conservés sont rarement antérieurs à la fin du XVe siècle, même en Alsace. Les fouilles urbaines mettent parfois en évidence, cependant, les traces de sablières basses ou les vestiges de solins de pierre et l’empreinte du clayonnage sur des éléments de torchis, comme à Tourcoing où plusieurs bâtiments des XIIIe-XIVe siècles, dont la boucherie de la ville, ont laissé de tels vestiges21. Les mêmes témoins se lisent aussi sur les sites de maisons seigneuriales, en France et en Angleterre. Les documents iconographiques sont aussi tardifs que les plus vieilles maisons à pan de bois conservées. Mais dès le XIVe siècle, dans les comptes, les terriers, les contrats de construction, on peut trouver la trace du pan de bois : les mentions de maisons en bois, ou de transport d’argile pour « torchier » ne manquent pas mais ne suffiraient pas à nous assurer qu’il s’agit de la technique en cause. En revanche, le pan de bois est à peu près assuré quand il est question de « livrer » une maison, ou de la « lever ». La réalisation des pièces se fait, en effet, hors de la place à bâtir ; apportées sur les lieux, les pièces sont ensuite assemblées et les faces de la maison sont enfin dressées à l’aide de cordages. Les mentions de ces diverses opérations ne sont pas antérieures au XIVe siècle. Si on doit admettre que le système se met en place dès le siècle précédent, ce n’est que pour la fin du Moyen Âge que l’on peut accepter l’image de la ville en bois aux maisons étroites, élevant étage sur étage, aux encorbellements gagnés sur la rue, que nous a léguée l’iconographie romantique. Entre-temps d’ailleurs (au XVe siècle ?), le pan de bois a réalisé de nouveaux progrès en substituant le système à bois court, où chaque étage est indépendant, au système à bois long, où la charpente et les combles sont solidaires des poteaux corniers, montant d’un jet de la base au sommet de l’édifice.

  • 22 L. F. Salzman, op. cit., ch. XV « Thatch, Tiles, Slates, Vanes ».

24Sur les matériaux de la couverture, les données, quelles viennent des documents ou de l’archéologie, restent rares et trop ponctuelles avant le XIVe siècle. Les documents attestent au moins leur très grande variété : après les incendies qui ont ravagé Londres en 1077, 1084, 1161, un règlement de 1212 interdit l’emploi de paille, de roseau, de jonc et préconise celui de galets, de bois (sic), de plomb, ou ordonne de plâtrer le chaume22.

25Il est hors de doute, aussi, que les matériaux végétaux dominent largement, même en ville où il sera nécessaire de répéter de siècle en siècle l’interdiction de couvrir en chaume. L’archéologue, pour sa part, ne trouve en général aucune trace de la couverture, et en induit qu’elle était faite de chaume. Cependant, le chaume (l’« estouble »), paille de blé, d’orge ou plus souvent de seigle, était concurrencé par des matériaux plus modestes encore, le jonc, le roseau (la laîche), voire la bruyère ou la fougère.

  • 23 F. Piponnier et J.-M. Poisson, « La tour d’Essertines », Château-Gaillard, IX-X, 1982, p. 527-542 ; (...)
  • 24 L. Leciejewicz, J.-M. Pesez, M. Rulewicz, S. Tabaczynski, « Sur le Lévezou : l’établissement médiév (...)

26Les bardeaux ou essentes, c’est-à-dire les plaques de bois, étaient au contraire appréciés et chers : c’est l’augmentation constante de leur prix qui expliquerait que les mentions de ce type de couverture, relativement fréquentes au XIIIe siècle, deviennent rares au XIVe siècle. À l’inverse, les tuiles, rarement évoquées au XIIIe siècle, ce qui ne signifie pas nécessairement un emploi exceptionnel, apparaissent plus fréquemment au XIVe siècle, et avec elles, les lauzes. Elles couvraient même des maisons de bois. La répartition entre tuiles-canal et tuiles plates annonce dès le Moyen Âge celle qu’on peut encore constater (même si les secondes ont fait reculer les premières). Le domaine des tuiles-canal est le monde méridional, avec aussi quelques îlots nordiques – l’Alsace comme la Lorraine couvraient en tuiles-canal – et l’archéologue les trouve accumulées en couches de destruction sur des sites comme Brucato, en Sicile, Essertines dans le Forez, et Rougiers en Provence où les tuiles mesurent 0,50 m de long23. Il n’est pas exclu que le système antique combinant les tegulae (tuiles plates) et les imbrices (tuiles gironnées) ait pu se conserver ici ou là, dans les zones méditerranéennes. Les tuiles plates se rencontrent plus au Nord, dans les maisons-refuges du ring de Konigshagen, par exemple ; en Angleterre, des tuiles faîtières hémi-circulaires semblent avoir accompagné parfois les toitures de chaume des maisons paysannes. Les tuiles plates étaient ou pourvues d’un ergot, ou percées pour être chevillées sur les lattes. Les lauzes pouvaient être également percées. Elle ne l’étaient pas, cependant, à Dracy, où elles constituaient, avec des dimensions de 60 x 40 cm, et une extrémité taillée en biseau, la lourde couverture de pierre de toutes les maisons de ce village de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle. Les lauzes couvraient aussi tous les bâtiments du petit village et du prieuré de Saint-Jean-le-Froid, dans le Rouergue, au moins depuis le XIIe siècle : dans ces deux cas, la permanence du type de couverture est évidente du Moyen Âge à nos jours24. (Et c’est aussi le cas des toits-terrasses en béton dont les vestiges ont été notés par les archéologues dans l’Espagne méridionale). Des documents concernant les demeures seigneuriales, on peut cependant retirer l’impression que, si les moyens le permettaient, on préférait la tuile à la lauze et celle-ci au chaume.

La maison paysanne

27L’habitation du paysan médiéval est assez bien connue pour avoir alimenté ou justifié plusieurs synthèses. Les progrès dans la connaissance, qui interdisent désormais de la voir comme une simple cabane, ont été entraînés par la recherche sur les désertions de villages et sont dus pour l'essentiel aux fouilles de villages abandonnés. Celles-ci bénéficient d’une large antériorité en Angleterre et en Allemagne où l’on a mis au jour de nombreuses maisons paysannes : en France et dans les pays méditerranéens les recherches, plus récentes, n’ont encore donné lieu qu’à de très rares publications. L’information est donc quelque peu déséquilibrée et il est hasardeux de généraliser, plus imprudent encore d’esquisser des types régionaux.

28La problématique des désertions s’est estompée au profit d’une étude de la culture matérielle, des techniques, des activités, des « manières d’habiter ». Toutefois, les techniques de construction sont largement privilégiées par les résultats de la recherche, peut-être en partie du fait de l’archéologie, mais surtout en raison de l’état dans lequel se présentent les vestiges, le plus souvent. Une certaine tradition, les difficultés et les lenteurs qui freinent l’étude des mobiliers, l’absence de laboratoires spécialisés, invitent l’archéologue à séparer l’analyse des structures construites de celle du matériel mobilier, à différer celle-ci ou à la concevoir sous un aspect purement typologique. Les désertions paisibles ne laissent en place, en outre, qu’un mobilier rare, où les objets les plus petits et les tessons de céramique constituent l’essentiel. Il est difficile dès lors de restituer l’organisation de l’espace, les fonctions des locaux et des structures.

29L’environnement même de l’habitation est rarement informé, et cela ne concerne pas seulement les espaces de circulation, mais également un élément indissociable de la maison paysanne que les textes évoquent, eux, très souvent, et qu’ils divisent en plusieurs unités voisines : la cour, où à proximité de la maison se trouvent, selon les cas, une cabane pour le matériel, un « toit » pour les porcs ou les brebis, un four, le fumier, le tout constituant le « meix » ou le « messuage », (ou le toft anglais), auquel s’ajoute le jardin, ou le verger, ou pour mieux dire, la parcelle, généralement enclose, que le paysan cultive à la bêche et auquel il réserve le peu d’engrais naturel dont il dispose, le « curtil », l’« ouche », (ou le croft anglais). Ces « aisances et appartenances » peuvent être réduites à peu de choses dans les villages fortifiés – elles sont alors, pour l’essentiel, rejetées à l’extérieur de l’agglomération – elles sont toujours présentes, indispensables, et occupent une large part de l’espace villageois dans les villages ouverts. Mais l’archéologie ne nous en parle guère : à Rougiers, ces dépendances sont étroites, cloisonnées par le relief, parfois oblitérées par de nouvelles constructions, ou au contraire gagnées sur des parcelles détruites. À Dracy, de très petits édifices – « toits » pour les animaux de bassecour ? – occupent parfois des cours très étroites, mais des parcelles limitées par des murets se développent en longueur, dans le prolongement des maisons. En Angleterre, l’enclos où s’élève la maison a été plus régulièrement observé : limité par un muret ou une levée de terre, il tend à s’exhausser en plate-forme à partir du XIIIe siècle et ceci a été attribué à une détérioration du climat qui aurait rendu les cours boueuses et impraticables.

  • 25 J. G. Hurst, « The Medieval Peasant House », The Fourth Viking Congress, 1965, cf aussi Deserted Me (...)

30L’archéologie anglaise a opposé, assez fermement, trois types d’habitations paysannes, différant par le nombre de leurs pièces – et donc aussi leurs dimensions – et la disposition des bâtiments25. Elle les a aussi mis en corrélation avec les niveaux sociaux du monde rural et avec la chronologie. Le cot, à pièce unique, serait ainsi la demeure du manouvrier (le cottager), dépourvu de terre ; la long house, associant sous un même toit et en file, une ou deux pièces d’habitation et une grange ou étable, correspondrait à la catégorie la plus représentée, celle des « villains », disposant d’une exploitation, mais dépendants de la cour manoriale et à ce titre astreints à des corvées ; la farm, éclatée en plusieurs bâtiments, dispersés ou disposés en cour fermée, succéderait à partir du XIIIe siècle à la long house, ou témoignerait d’une plus grande aisance ou d’une plus grande indépendance.

31Hors de l’Angleterre, les exemples paraissent plus variés et difficilement réductibles à ces trois types. La « maison longue » qu’il est sans doute préférable d’appeler, en mettant l’accent sur l’association entre l’habitation et l’abri pour les animaux, « maison mixte » (au surplus longa domus ne paraît attesté que par de très rares documents, un seul peut-être !) a sans doute été fort largement représentée, dans toute l’Europe : elle existait encore, hier, dans les zones d’élevage montagnard. Cependant, la maison-mixte du Moyen Âge anglais présente d’autres traits spécifiques, en particulier le cross passage, couloir entre deux portes se faisant face sur les longs côtés, et qui sépare la partie habitation de la partie exploitation. Celle-ci pose d’ailleurs le problème de sa fonction exacte qui n’est peut-être pas toujours celle d’une étable : elle peut n’avoir abrité que les récoltes.

  • 26 D. Dudley et M. Minter, « The Medieval Village at Garrow Tor, Cornwall », Medieval Archaeology, VI- (...)

32À Garrow Tor, en Cornouailles, il s’agit bien d’une étable cependant26. Les maisons de granit de ce village, habité du XIIIe au XVe siècle, présentent une adaptation de la maison-mixte à un sol montueux et à de fortes pluies : elles sont construites sur des plates-formes, pour partie entaillées dans la pente et surhaussées à leur autre extrémité ; la tête de la maison, du côté excavé, est protégée par un « capuchon » (hood), formé par un massif de terre et de pierres en demi-lune, destiné à faire diverger les eaux ruisselant sur la pente de part et d’autre du bâtiment. Le couloir central et les entrées sont établis à la jonction de la partie creusée et de la plate-forme surélevée. La pièce supérieure comporte un foyer, fait d’une large dalle de granit, un banc de pierre et des dalles dressées contre les murs, supports d’un siège ou d’un lit. La pièce inférieure (non seulement elle est établie plus bas sur la pente, mais à un niveau inférieur à celui de l’autre pièce) présente une mangeoire, faite de six dalles verticales, à un pied du mur : on a calculé que cette étable pouvait abriter quatre bœufs.

33Comment reconnaître les types anglais dans les villages d’Europe centrale dont les mieux connus présentent à la même époque des modes de distribution intérieure fort divers ? À Pfaffenschlag, village morave, la plupart des maisons pourraient être appelées « maisons longues », dans la mesure où elles alignent deux, ou plus souvent trois, pièces à la file. Ici, en fait, on pourrait reconnaître l’ébauche ou la première réalisation d’un plan devenu dominant en Europe centrale et danubienne où un vestibule central dessert de part et d’autre une chambre chauffée par un poêle et une pièce d’habitation.

34À Hohenrode, le noyau de chaque habitation paraît constitué de deux pièces, une chambre pourvue d’un poêle et une pièce à vivre dotée d’un foyer ouvert. Mais d’autres pièces s’ajoutent parfois à ces éléments pour compliquer le plan de la maison qui cesse d’être rectangulaire ; plusieurs maisons ont aussi une cave ; surtout chaque habitation appartient à un ensemble qui comporte plusieurs bâtiments, un fournil (feuerhaus) avec un four et une grande sole surélevée, un grenier élevé sur une pièce excavée. Le village comptait cinq de ces exploitations, dont l’une (correspondant à la maison 3) était constituée, à l’intérieur d’un enclos, de l’habitation, d’une maison plus petite, d’un fournil, d’un grenier, d’un petit local doté d’un foyer, et d’un bâtiment en bois qui était sans doute une étable.

35À Königshagen se rencontrent à la fois des fermes à cour carrée, fermée par les quatre bâtiments de l’exploitation, bâtiments en bois et de torchis, et des maisons plus petites, à pièce unique, mais pourvues d’une cave ; celle-ci semble jouer le même rôle que les bâtiments d’exploitation de la ferme, mais témoigne, bien sûr, d’une activité agricole plus réduite, celle peut-être qui complétait une activité artisanale. La cave peu profonde (1,20 m) a été soigneusement aménagée : le sol est empierré, les parois ont été durcies au feu et un plafond de poutres et de planches la couvrait. De telles caves, très basses, se rencontrent encore dans l’habitation traditionnelle de l’Allemagne centrale.

36C’est encore la continuité du Moyen Âge à hier qu’on constate à Rougiers, où la maison-bloc en hauteur du village médiéval paraît familière à l’habitant de tout village provençal. Le développement en hauteur empêche d’ailleurs d’observer la distribution de la maison où les fonctions d’habitation étaient assumées en bonne part par les pièces d’étage, mais non exclusivement puisque les rez-de-chaussée présentent aussi parfois des foyers. Il est possible d’ailleurs que du fait des partages, des cloisonnements intervenus, la distribution de l’étage n’ait pas toujours reflété fidèlement celle du niveau du sol.

  • 27 J.-M. Pesez, « Une maison villageoise au XIVe siècle », supra ; « Le village et la maison de la Côt (...)

37Dans le village bourguignon de Dracy, il est au contraire assez aisé de restituer l’organisation de l’espace intérieur : à travers une certaine diversité dans les dimensions se dégage un plan et une distribution réguliers et, en tout cas, majoritaires27. Au rez-de-chaussée, la maison comptait deux pièces, une pièce à vivre en façade à travers laquelle on accédait à une autre pièce, parfois légèrement excavée, qui accueillait la vaisselle vinaire et jouait le rôle d’un cellier et d’une réserve. Basse de plafond, cette deuxième pièce était surmontée d’une autre où s’entassaient les grains dans des sacs ou des coffres, un grenier donc ne couvrant que la moitié du bâtiment. On a observé que cette organisation de la maison se retrouvait dans la maison vigneronne traditionnelle mais avec une distribution en hauteur : le grenier s’établissant au-dessus de l’habitation, elle-même construite au-dessus du cellier, légèrement excavé. Mais le nombre des pièces, les volumes, comme aussi les matériaux de construction, la pierre pour le toit comme pour les murs, demeurent inchangés. À défaut de pouvoir proposer une typologie de l’habitation paysanne au Moyen Âge, on insistera sur ces continuités qui font de la maison médiévale comme l’archétype de la maison traditionnelle.

38Cela vaudrait encore pour la Sicile, où la maison de Brucato, dans ses matériaux, son aspect, ses dimensions et plus encore son organisation, se retrouve dans la casa terranea, encore présente dans nombre des gros villages siciliens : sur le devant de la maison, le foyer et le four, et la table : à l’arrière la literie et les réserves, sans oublier l’espace-seuil où se déroule une bonne part des activités domestiques.

39Dans les aménagements intérieurs, cependant, des transformations, des progrès se sont introduits, depuis le Moyen Âge, qui contribuent à dater la maison médiévale et lui donnent un caractère archaïque, par lequel elle se distingue quand même de la maison traditionnelle ; des habitations ont pu conserver tel ou tel des traits de la maison médiévale ; mais rares, et totalement marginalisées, étaient celles qui au XIXe siècle, les conservaient tous et les cumulaient.

40Un de ces traits, le plus courant peut-être, est la relative obscurité de la maison paysanne au Moyen Âge : chaque fois que l’état de conservation des vestiges a permis des observations sur les baies, il est apparu que les fenêtres étaient rares et très étroites. Rougiers présente à côté de véritables fenêtres, aux dimensions d’ailleurs modestes, 40 à 50 cm de large sur 60 à 75 cm de haut, d’étroites ouvertures que G. Démians d’Archimbaud appelle « barbacanes » et qu’on retrouve à Dracy où l’une d’elles, haute de 40 cm, ne mesure que 10 cm de large. En outre, on peut affirmer qu’à Dracy plusieurs habitations ne prenaient jour que par leur porte. Il semble aussi qu’à Brucato la pièce arrière ne recevait la lumière que par l’intermédiaire de la pièce en façade, celle-ci n’étant parfois éclairée que par sa porte. À Dracy, cette parcimonie dans les ouvertures répondait certainement au souci de conserver à l’intérieur la chaleur du foyer : l’absence de verre à vitre, voire même de matériaux translucides, comme le parchemin huilé, paraît un fait acquis, s’agissant de maisons paysannes. À Brucato, à l’inverse, c’était peut-être la fraîcheur qu’on cherchait à préserver dans ces maisons obscures.

41Un autre trait caractéristique de la maison paysanne au Moyen Âge est la rareté des cheminées avant le XVe siècle. L’archéologie anglaise a établi que la règle, c’est le foyer ouvert, et c’est aussi celui-ci qu’on note dans les maisons des villages allemands, tchèques, hongrois, ainsi qu’en Bretagne, en Bourgogne, en Provence ou en Sicile. À Dracy, sur une vingtaine d’habitations, une seule présentait une cheminée. Le foyer de la maison médiévale ne paraît avoir réalisé aucun progrès sur celui de l’habitation protohistorique : il est parfois allumé à même le sol, ou établi dans une légère dépression ; au mieux, il est construit, toujours au niveau du sol, sous forme d’un hérisson de petites pierres ou de tessons de poteries ; les plus élaborés comportent une dalle de pierres ou une sole de briques ou de carreaux. Il occupe le milieu de la pièce, mais peut être établi au pied d’un mur si la maison est en pierre.

  • 28 J.-M. Pesez, « Obscure et enfumée : l’éclairage et le chauffage dans la maison paysanne au Moyen Âg (...)

42Comment s'évacuait la fumée dégagée par ces foyers ouverts ? On répugne en général à admettre que la fumée ait pu se répandre dans l’habitation et on imagine qu'elle s’échappait par un trou ménagé dans la toiture. Cela ne paraît pourtant pas établi et l’ethnographie montre que la solution qui consiste à n’offrir que la porte pour l’évacuation de la fumée n’a rien d’exceptionnel. Ainsi, dans la maison traditionnelle de Sicile, reconstituée à Palazzolo Acreide, la tannura, foyer surélevé, est située près de la porte, mais ne comporte aucun type de conduit, pas plus que le foyer qui lui est associé, et la maison ne présente aucune ouverture dans le toit. Il faut d’ailleurs se rappeler que l’archéologie rencontre parfois des foyers qui ont été allumés dans des grottes et à une certaine distance de l’ouverture : ainsi, l’occupation de la grotte C, à Rougiers, intégrée à l’habitat, s’est accompagnée d’un important foyer, au centre de la grotte et même derrière un « robuste pilier stalagmitique »28.

  • 29 J.-P. Minne, La Céramique de poêle de l’Alsace médiévale, Strasbourg, 1977.

43Les foyers ne sont cependant pas les seules structures à feu qu’offre la maison paysanne. Divers types de fours s’y rencontrent, selon les régions. Les fours à pain semblent rares en France où les banalités étaient sans doute très contraignantes : Dracy ne semble avoir possédé qu’un four, connu d’ailleurs seulement par les documents. Ils sont plus fréquents en Angleterre, en Allemagne, en Europe centrale où se rencontrent d’autres types de four, à sécher les grains, à fumer les viandes et les poissons. À Brucato, deux fours ont été conservés ; en outre chaque maison paraît avoir possédé à côté du foyer une autre structure à feu, constituée d’une sole de carreaux, légèrement surélevée et qui peut avoir servi à cuire des galettes. Enfin, l’Europe centrale, germanique et slave, est le domaine du poêle, attesté par l’iconographie depuis le XIIIe siècle et par l’archéologie depuis le XIIe : de cette structure qui, à l’inverse du four, diffuse la chaleur à l’extérieur, et qui prend tantôt la forme d’une colonne, et tantôt celle d’une coupole, demeurent au moins les carreaux de terre cuite très particuliers dont elle est faite et qui font l’objet de typologies archéologiques. Pour mieux diffuser la chaleur, les premiers étaient creux et avaient l’aspect d’un pot s’ouvrant au centre du carreau29.

  • 30 Les Fouilles de Rougiers, p. 616, note 96.

44À la fréquence des foyers ouverts répond celle des sols en terre sur lesquels ils sont établis. Même en terre, cependant, les sols sont aménagés : un hérisson de petites pierres constitue parfois comme un lit de pose pour les couches d’une terre argileuse choisie avec soin, mais naturellement toujours à proximité. À défaut d’être damée, la terre est battue longuement aux pieds, et le sol est parfois « réparé » par des rechargements, locaux ou généralisés. D’autres types de sols se rencontrent également, de très rares cas de planchers, plus souvent des empierrements de galets ou de plaques de pierre. Les vrais dallages sont rares : Rougiers en présente un, formé de larges blocs de pierres plates et de fragments de tegulae, posées de chant. Le roc, mis à nu, est plus fréquent à Rougiers, régularisé par des empierrements ou de la terre. Il apparaît aussi parfois à Brucato, où il forme de larges plages mal égalisées, constituant même des paliers qui découpent le sol intérieur en plusieurs niveaux. À Dracy, des hérissements rocheux ont été laissés dans certaines maisons, où ils font saillie au-dessus des sols de terre. L’irrégularité des sols est une donnée qu’il faut accepter. En revanche, aussi bien en Angleterre qu’en France, l’archéologie constate que les sols intérieurs sont maintenus propres : probablement balayés régulièrement, ils ont tendance ainsi à s’user et à se déprimer au centre des pièces. C’est plutôt une constatation contrariante pour l’archéologue qui, de ce fait, ne doit pas s’attendre à trouver dans les maisons médiévales une véritable couche d’occupation. Dans ce nettoyage des sols, G. Démians d’Archimbaud ne voit pas tant un souci d’hygiène que la préoccupation d’éviter l’exhaussement du niveau intérieur qui aurait gêné l’accès des portes30.

45Des drains courent parfois sous le sol des bâtiments et pas seulement dans les étables mais aussi dans les habitations : ils apparaissent régulièrement dans le village alpin de Brandes, où les maisons à demi enterrées à une de leurs extrémités étaient menacées par le ruissellement lors de la fonte des neiges.

46Dans les maisons de pierre, des niches sont ménagées dans l’épaisseur des murs : on les note, en tout cas, à Dracy et à Rougiers. En général de petites dimensions (au plus 50 x 50 cm), pourvues ou non de linteaux et de montants latéraux, ces petits placards muraux n’étaient pas fermés dans les maisons médiévales comme ils le seront plus tard. Bien que ces structures aient donc été en usage jusqu’à l’époque subactuelle, leur fonction n’apparaît pas clairement ; les témoignages ethnographiques ne concordent pas. L’une des interprétations les plus souvent avancées en fait des logements pour des lampes à huile, ce qui n’apparaît pas très logique et ne s’accorde pas avec l’absence de toute trace de noir de fumée. À Dracy, on a simplement observé que les niches murales étaient proches des emplacements de foyers.

47Les maisons paysannes abritaient fréquemment des silos. Sous forme de fosses, ils étaient nombreux à Montaigut, village fortifié de l’Albigeois, détruit au XIIIe siècle, et à Condorcet, castrum des Baronnies : dans les villages fortifiés où les espaces libres sont rares, les conditions offertes à la conservation des grains sont celles qu’on retrouve en milieu urbain. À Rougiers, les silos, en assez petit nombre, prennent davantage l’aspect de petits locaux, ménagés dans une maison, aux parois revêtues d’enduit de chaux. Un bâtiment de Brucato, pareillement enduit d’un mortier de chaux couvrant le sol et les murs, a été interprété également comme un silo.

  • 31 Ibid., p. 239-240.

48Toutes les fosses rencontrées dans les maisons paysannes ne peuvent avoir été des silos. Celles de Rougiers, creusées dans le rocher et situées dans des lieux humides, servaient plus probablement à recueillir les eaux, comme le suggèrent les drains qui y aboutissaient31. Silo ou puisard, le destin d’une fosse est d’être comblée après avoir servi de dépotoir occasionnel. Les matériaux qu’elle contient alors font parfois travailler les imaginations : on se bornera à rappeler que des structures de ce genre, rencontrées, il est vrai, au voisinage de sépultures, ont fait l’objet de laborieuses interprétations qui proposent d’y voir des fosses à offrandes dans le contexte d’on ne sait quelle croyance hétérodoxe.

  • 32 Recherches de S. Gady.

49Les souterrains ont provoqué le même type de spéculation. Il est vrai que ces structures restent quelque peu énigmatiques. Les souterrains méritent cependant de retenir l’attention, ne serait-ce qu’en raison de leur nombre très important et de leur diffusion très large : en France, ils sont particulièrement nombreux dans les pays de Loire, le Centre-Ouest et le Sud-Ouest, mais ils sont présents dans toutes les régions où le sol se prête au creusement de ces cavités. Un point semble, en outre, bien établi : si certains d’entre eux, notamment en Bretagne, Écosse, Irlande, Cornouailles, peuvent dater de l’Âge du Fer, et d’autres des temps modernes, la plupart sont médiévaux : les quelques datations sérieuses, qui ont pu y être effectuées sur la base du radio-carbone ou de la céramologie, proposent les XIIe et XIIIe siècles. Des textes provoqués par la lutte contre l’hérésie cathare évoquent au XIIIe siècle les « cluseaux » et les chambres souterraines où les hérétiques étaient susceptibles de se cacher. Il est assez normal que ces structures aient occasionnellement servi de retraites pour des gens traqués par l’Inquisition : pour autant, on n’est pas autorisé à lier leur creusement à des cultes hérétiques, chthoniens ou lucifériens. Il n’est même pas évident que leur fonction première et essentielle ait été de servir de refuges dans les temps de troubles et de guerre. Les souterrains présentent souvent, il est vrai, des tracés complexes, des goulots, parfois des chausses-trapes, mais, pourvus le plus souvent d’un seul accès, ils constitueraient des pièges tout autant que des abris. Très bas, étroits, les souterrains se conçoivent mal comme logis pour les hommes : si on note des conduits d’aération, les puits y sont très rares et les témoins de la présence humaine très fugaces. Aussi paraît-il plus raisonnable d’y voir des annexes d’habitats. Si ce sont des refuges, ou des caches, ils apparaissent destinés plutôt à abriter et dissimuler les réserves alimentaires soit d’individus soit de collectivités. Dans la Marche, on a noté qu’ils étaient toujours proches d’habitats, actuels ou disparus, parfois sous des villages, et en relation régulière avec des silos qui les auraient peut-être remplacés32. À Pfaffenschlag, plusieurs maisons étaient reliées à de tels souterrains dont la fonction de cave est, ici, évidente.

50Bien que les observations archéologiques et les datations fassent défaut, on mentionnera encore l’habitat troglodytique, attesté pour des époques plus récentes dans les vallées de la Seine, de l’Oise, de la Loire, mais dont les origines peuvent être anciennes, l’habitat en grotte ou en abri sous roche, bien représenté à Rougiers, où plusieurs grottes ont été intégrées à l’habitat médiéval, présent également dans les Pyrénées ariégeoises, au moins sous forme d’habitats temporaires et de refuges.

Maisons seigneuriales et maisons urbaines

  • 33 Ch.-L. Salch, Dictionnaire des châteaux de l’Alsace Médiévale, Strasbourg, 1976, p. 360-361.

51La maison seigneuriale se singularise moins par ses matériaux et ses modes de construction, souvent tout à fait identiques à ceux de l’habitation paysanne, que par ses dimensions et surtout son environnement. Elle est aussi très diverse : selon les temps, selon les traditions régionales, et, bien évidemment, selon les moyens dont dispose le sire, elle revêt des aspects variés et se présente plus ou moins vaste, plus ou moins forte : de la simple domus bâtie en terre et en bois au milieu d’un enclos à peine défendu par un fossé, jusqu’à la Wasserburg, construite en pierre ou en briques, flanquée de quatre tours d’angle, établie au milieu de la nappe d’eau formée par ses larges douves. Mais la Wasserburg – baptisée d’un nom forgé par les archéologues – est du XVe siècle33. La maison forte est du XIIIe siècle, même si elle est appelée à un long avenir, et ce sont les documents contemporains qui l’appellent ainsi, domus fortis. D’autres termes affleurent d’ailleurs dans la documentation des XIIIe et XVe siècles, pour désigner des établissements seigneuriaux fort voisins, voire identiques : manoir, bastide, tour ou tour forte.

  • 34 J.-M. Pesez et F. Piponnier, « Les maisons fortes bourguignonnes », Château-Gaillard, V, Caen, 1972 (...)
  • 35 Sur les « moated sites », cf. le bulletin critique d’É. Zadora-Rio, dans Archéologie Médiévale, XII (...)
  • 36 F. Verhaeghe, « Medieval Moated Sites in Coastal Flanders », BAR 121, 1981, p. 127-171.

52La maison forte se définit par son statut et sa fonction, tout autant que par ses structures. Habitation d’un noble, elle est le centre d’une exploitation agricole, et le siège d’une seigneurie à l’autorité plus ou moins étendue, comportant souvent la haute justice (parfois sur un ressort exigu) et certains éléments du ban. Il est bien entendu impossible d’en fixer les traits qui soient à la fois précis et universels. Cependant, à travers les documents et les vestiges qu'elle a laissés, on aperçoit des structures qui sont assez fréquentes pour la caractériser34. Les fossés sont presque toujours présents, des fossés larges, d’au moins dix mètres, et profonds, des douves pour mieux dire. Les archéologues anglais ont forgé le terme de moated site pour désigner une large famille d’établissements entourés de tels fossés35. La maison seigneuriale est sans doute la plus représentée au nombre des moated sites qui comprennent aussi des granges monastiques, des moulins et de simples fermes, mais en Flandre Maritime, les exploitations paysannes entourées de larges fossés sont particulièrement nombreuses, plusieurs dizaines par terroir36.

  • 37 M. de Boüard, « Les petites enceintes circulaires d’origine médiévale en Normandie », Château Gaill (...)

53Les fossés de la maison forte, qui sont parfois doubles, cernent une aire qui présente le plus souvent un plan quadrangulaire. Cependant, on peut considérer que les petites enceintes circulaires préfigurent, aux XIe et XIIe siècles, la maison forte des siècles suivants : même si elles comportent un rempart de terre, leurs défenses restent modestes, et leurs bâtiments peu imposants, avec des constructions qui font appel, le plus souvent, simplement à la terre et au bois37. Ces petites enceintes qu’on a surtout repérées et étudiées en Angleterre et en Normandie, mais qui sont présentes partout, tiennent à la fois du « château à motte » et de la maison forte, mais comme cette dernière, semblent correspondre à la petite aristocratie rurale.

54L’aire inscrite par les fossés de la maison forte est d’ailleurs régulièrement qualifiée de « motte » par les documents, surtout les plus tardifs. Pourtant cette « motte » n’est qu’une plate-forme peu élevée – il est fréquent qu’elle ne mesure qu’entre un et deux mètres de haut – et il n’est pas rare, même, que les bâtiments soient tout simplement construits au niveau du sol. On ne sait si les termes de domus plana, de « maison-par-terre » et de « maison basse » s’appliquent à ce dernier cas ou s’ils désignent des établissements dépourvus de tout élément fortifié (à l’exception des fossés). Aussi bien, les maisons fortes n’offrent-elles, le plus souvent, que des défenses dérisoires : des palissades plutôt qu’une courtine, et s’il y a un mur d’enceinte il est rarement crénelé. Aux XIIIe et XIVe siècles, le prince est assez puissant pour faire respecter les limites qu’il impose au droit de fortifier, et il atténue l’effet des concessions qu’il accorde, en obtenant que la maison forte soit tenue de lui, en fief, et lui soit « jurable et rendable ».

55Sur la « motte », la maison forte disperse ses bâtiments ou les dispose en cour fermée : le plus soigné de ces édifices est un hall de dimensions relativement importantes. Une grande cuisine est généralement distincte du bâtiment d’habitation : la multiplicité des feux, âtres de la cuisine, four extérieur, foyers des pièces d’habitation, est une des caractéristiques de la maison seigneuriale. Les autres bâtiments abritent les chevaux, le bétail, les récoltes. Le colombier, une tour isolée (le colombier à pied), est souvent extérieur aux douves, comme souvent aussi la grange, que peut, cependant, défendre un autre réseau de fossés.

  • 38 N. Coulet, « La naissance de la bastide provençale », Géographie historique du village et de la mai (...)

56Dans certaines provinces, comme la Bourgogne et les provinces de l’Est, une tour domine les édifices de la maison forte. Parfois placée à l’entrée, en tour-porche, elle est souvent le seul bâtiment construit en pierre, et demeure aujourd’hui le seul témoin du manoir médiéval. Ailleurs, la demeure seigneuriale se résume précisément dans la tour qui abrite alors toute l’habitation : c’est la Wohnturm des pays du Rhin et de la Meuse, la « tour-palais » (terme un peu mal venu) du Massif Central et de ses marges occidentales ; la tour est aussi l’élément essentiel de la maison forte du Dauphiné ou de la bastide provençale du XIIIe siècle38. La tour, comme les fossés, exprime assez bien le caractère de la maison seigneuriale, qui emprunte au vrai château un peu son aspect, pour affirmer la dignité, le rang du détenteur : dans la maison seigneuriale, les éléments défensifs ont surtout valeur de symbole.

  • 39 Cf. E. Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Par (...)

57Les fouilles en milieu urbain ont connu ces dernières années un développement très rapide, à la faveur d’une prise de conscience qui a incité à tirer parti des grands travaux provoquant de larges excavations dans le sol des villes (métro, parkings). Cependant les fouilles urbaines, très précieuses pour l’étude des origines et du développement des villes, très fructueuses en mobiliers de toute nature, ne rencontrent guère que des lambeaux de sols domestiques, des soubassements mutilés et incomplets d’édifices, et mettent surtout au jour les structures en creux accompagnant les maisons. Aussi sur la maison elle-même faut-il attendre davantage des documents et des monuments, c’est-à-dire d’une part, des réglementations urbaines, des inventaires après décès, des actes concernant la construction, la vente, les achats de rentes, d’autre part des édifices conservés, dont on peut seulement craindre qu’ayant fait l’objet de nombreuses modifications, ils ne soient assez difficiles à restituer dans leur état premier39.

  • 40 S. Roux, La Maison dans l’histoire, Paris, 1976, p. 152-161.

58La ville médiévale, si elle rejetait parfois à la périphérie les activités puantes (les tanneurs, les teinturiers), ignorait la ségrégation sociale dans ses quartiers et ses rues. Des édifices très différents voisinaient : églises, monastères, boutiques, ateliers, hôtels nobles ou bourgeois, fermes parfois, et ce qu’on appellerait « immeubles de rapport ». L’espace, très inégalement réparti, manquait pour les habitations communes, et le rythme de construction insuffisant dans les grandes villes provoquait des loyers chers et un entassement dans les maisons qui se traduisait par des partitions à chaque niveau de maisons souvent développées en hauteur. Les puissants, cependant, disposaient d’assez de place dans leurs hôtels constitués de plusieurs corps de logis, avec des dépendances, des cours et des jardins. Les maisons ordinaires, à l’inverse, possédaient rarement une cour, dans le Paris médiéval40.

  • 41 E. Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française, tome 2, p. 236.

59Les boutiques se singularisaient par leur ouverture sur la rue, une « devanture » très large, avec un mur bas, s’élevant à hauteur d’appui, surmonté d’une tablette : celle-ci à la fois servait d’étalage le jour et constituait, la nuit, le battant inférieur du volet41.

60Aux XIIIe et XIVe siècles, avant le triomphe du pan de bois, la construction en pierre prit un grand développement en ville : pour le moins, les rez-de-chaussée étaient bâtis en pierre. La pierre de taille et le mortier y jouaient un plus grand rôle que dans la construction rurale : on réalisait, en pierre de taille, sinon l’édifice tout entier, au moins des bandeaux, des chaînages harpés, les linteaux des baies, en plate-bande ou en arcs surbaissés le plus souvent, et des corbeaux de pierre autorisaient l’encorbellement des étages. Il faut répéter que les exemples conservés de l’architecture civile en milieu urbain ont de bonnes chances de constituer des exceptions, comme c’est sans doute le cas de la maison « des Musiciens » à Reims, qui daterait du XIIIe siècle – avant d’évoquer leur décoration. Celle-ci adoptait les mêmes formes que l’architecture religieuse, tout en restant simple ; elle animait les façades par des arcs brisés, des fenêtres géminées que supportait une colonnette moulurée. À l’intérieur, dans les maisons les plus riches, les parois recevaient des peintures qui, souvent, se bornaient à imiter le grand appareil en pierres de taille ; des tapisseries habillaient plus souvent les murs, et les plafonds de bois pouvaient être peints.

  • 42 M. Zanettaci-Stephanopoli, « La Lumière naturelle dans l’habitation médiévale », Le Soleil, la Lune (...)

61La maison urbaine n’était guère plus éclairée que l’habitation rurale. Elle possédait des fenêtres, mais étroites et, présentant sur la rue son plus petit côté, celui du pignon, la maison ne recevait qu’un jour pauvre pénétrant difficilement les pièces en enfilade. D’autant que les fenêtres, qu’elles fussent vitrées ou fermées de « toiles vernies » (étoffes légères, parchemin huilé, ou toiles enduites de résine ou de térébenthine) étaient plutôt translucides que transparentes. Le verre, d’ailleurs épais et lourd, fait en petits losanges sertis dans une résille de plomb, était très cher : jusqu’à la fin du Moyen Âge, il est l’indice d’un haut niveau social. Dans les fenêtres à meneaux, apparues au XIIIe siècle, seuls souvent les panneaux du haut étaient vitrés, ceux du bas restant vides, éventuellement pourvus d’un grillage et d’un volet de bois42.

62Les portes extérieures étaient, elles, basses et étroites, mesurant moins de deux mètres de haut, sur 0, 80 à 1 m de large.

63Les maisons urbaines, si on en juge par les témoins conservés, étaient pourvues de cheminées, quelquefois accolées par groupe de deux ou trois, quand les pièces étaient vastes. Sur le toit, la cheminée se signalait par une souche en forme de colonne, coiffée d’une lanterne à jour, en terre cuite ou en pierre.

64Il est probablement hasardeux de proposer une distribution régulière des maisons urbaines : seules les plus vastes pouvaient spécialiser leurs pièces. D’une façon générale, on ne peut distinguer que la salle, qui est une pièce à vivre, et la chambre, où l’on couche (encore qu’elle puisse se confondre avec la salle) et le « solier », pièce ou ensemble de pièces situées sous les combles. Cependant, on observe que dans les maisons un peu vastes, ou celles comportant une boutique, le rez-de-chaussée est occupé par l’« ouvroir », et la cuisine – qui peut être rejetée dans un bâtiment annexe –, la salle et les chambres occupant les étages. Au rez-de-chaussée aussi, figure parfois le cellier où l’on entrepose les provisions, mais, en fait, les inventaires après décès montrent que les réserves alimentaires de la maison, tout comme le linge et les vêtements, se distribuent dans toutes les pièces où des coffres les accueillent. On connaît aussi de nombreux exemples de caves enterrées, vastes et bien bâties.

  • 43 Meyre, L. Bourgeau, D.-J. Coxall, N. Meyer, Archéologie urbaine à Saint-Denis, Saint-Denis, 1979·

65L’archéologie urbaine, pour sa part, a mis en évidence le grand nombre des fosses qui s’ouvraient dans le sol urbain, sous les maisons, ou à proximité, dans les cours ou dans la rue. Il est assez malaisé de leur attribuer, à chaque fois, une fonction précise : les puits et les citernes sont assez aisément reconnaissables, comme aussi les latrines, très fréquentes, vastes et bien aménagées. Mais d’autres fosses peuvent avoir été des puisards, des silos, des fosses à argile ou à tan, de potiers et de tanneurs, voire des fosses d’extraction d’argile, de gypse, de marne. Dans tous les cas, leur fonction ultime fut de servir de décharge domestique où l’on jetait des objets hors d’usage, notamment des poteries brisées, des reliefs de repas, des cendres, des produits de latrine : elles étaient alors rapidement comblées, en quelques mois, tandis que d’autres fosses étaient creusées, recoupant parfois les précédentes43. Cela dit assez les limites de l’hygiène dans la ville médiévale. Dans cet ordre d’idées, on notera les nombreuses recettes que donne le Mesnagier de Paris, pour se débarrasser des puces et se préserver des mouches.

  • 44 Éd. originale : The Luttrell Village, William Collins, 1982 ; éd. française, Albin Michel Jeunesse, (...)

66Évoquer la maison médiévale dans ses aspects matériels n’est plus aujourd’hui dresser le bilan de nos ignorances. Une recherche historique davantage tournée vers les documents sériels – on pense ici aux recherches de Simone Roux sur Paris – et, surtout, une archéologie délibérément orientée vers les manifestations du quotidien, vers les faits de masse, ont permis un remarquable essor des connaissances dans le domaine de la culture matérielle. En témoigne la diffusion des acquis au niveau le plus populaire, dans la bande dessinée, par exemple, ou dans la littérature à l’usage des enfants : l’ouvrage de Sheila Sancha, Luttrell, un village au Moyen Âge est, à cet égard, symptomatique44.

Notes

1 W. Janssen, Königshagen : ein archaologisch-historischer Beitrag sur Siedlungsgeschichte des südwestlichen Harzvorlandes, Hildesheim, 1965.

2 J. Chapelot et R. Fossier, Le Village et la maison au Moyen Âge, Paris, 1980, p. 301.

3 L. F. Salzman, Building in England down to 1540, Oxford, 1967, chapitre XIII (« The timber-framed house »).

4 R. et M. Colardelle, « L’habitat médiéval immergé de Colletière à Charavines (Isère). Premier bilan des fouilles », Archéologie médiévale, X, 1980, p. 167-269.

5 Viking and Medieval Dublin, Catalogue of exhibition, Dublin, 1973 et Viking Settlement to Medieval Dublin, Daily Life 840-1540, Dublin, 1978.

6 Cf. Deserted Medieval Villages, ed. by M. Beresford and J. Hurst, Londres, 1971.

7 J. Clemens, « Géographie historique de la maison à empilage en Âgenais », Géographie historique du village et de la maison rurale, C.N.R.S., 1980, p. 161-167.

8 R. Boutruche, La Crise d’une société : seigneurs et paysans du Bordelais pendant la guerre de Cent Ans, Paris, 1963, généralise un peu vite en présentant « l’hostau » paysan comme « tout bâti de bois, recouvert de tuiles ». Il ne cite à l’appui qu’un seul document, un contrat de 1390 (p. 27, note 1).

9 A. Oswald, « Excavation of a Thirtenth Century Wooden Building at Weoley Castle », Medieval Archaeology, VI-VII, 1962-1963.

10 J.-M. Pesez et F. Piponnier, « Villy-le-Moutier. Recherches archéologiques sur un site de maison forte », Chateau-Gaillard, VI, Caen, 1973, p. 147-163.

11 R. Bertrand, M. Lucas, « Un village côtier du XIIe siècle en Bretagne : Pen-er-Malo en Guidel (Morbihan) », Archéologie médiévale, V, 1975, p. 73-101 ; P. André, « Un village breton du XIe siècle, Lann-Gouh Melrand », Archéologie médiévale, XII, 1982, no 155-165 ; E. M. Jope and R. I. Threfall, « Excavation of a Medieval Settlement at Beere, North Tawton, Devon », Medieval Archaeology, II, 1958, p. 112-140.

12 Brandes : fouilles de M.-C. Bailly-Maitre et J. Bruno ; Saint-Jean-le-Froid : cf. Archéologie du village déserté, Paris, 1970 ; Dracy : R. Bucaille et J.-M. Pesez, « L’habitat paysan en Bourgogne viticole du XIVe au XIXe siècle », Archéologie médiévale, VII, p. 73-83 ; Rougiers : G. Démians d’Archimbaud, Les Fouilles de Rougiers, Paris, 1980.

13 M. Riu, Excavaciones delpoblado medieval de Caulers, Madrid, 1975 ; Brucato, histoire et archéologie d’un habitat médiéval en Sicile (sous la direction de J.-M. Pesez) ; V. Nekuda, Pfaffenschlag, Zanika stredo vecka ves u Slanovic, Brno, 1975.

14 G. Démians d’Archimbaud, Les Fouilles de Rougiers, p. 244.

15 P. Fournier, « Ruines de villages bâtis à pierre sèche et abandonnés », Bulletin historique scientifique de l’Auvergne, 1979, p. 265-311.

16 J. Chapelot et R. Fossier, op. cit., p. 264-265.

17 R. Franchovich, S. Gelichi, R. Parenti, « Per une geografia e una tipologia delle case di terra », Archeologia Medievale, VII, 1980, p. 207-217.

18 M. Gonon, « La construction en Forez au Moyen Âge », 98e Congrès national des Sociétés Savantes, Saint-Étienne, 1973, Archéologie, p. 349-360.

19 P. Grimm, Hohenrode, eine mittelalterliche Siedlung in Südharz, Berlin, 1939.

20 Y. Fourquin, Les Campagnes de la Région parisienne à la fin du Moyen Âge, Paris, 1964 (p. 92 et note 117).

21 Fouilles de J. Barbieux.

22 L. F. Salzman, op. cit., ch. XV « Thatch, Tiles, Slates, Vanes ».

23 F. Piponnier et J.-M. Poisson, « La tour d’Essertines », Château-Gaillard, IX-X, 1982, p. 527-542 ; F. Piponnier, « Essertines-en-Chatelneuf, village déserté de la fin du Moyen Âge », Histoire et archéologie, no 78, novembre 1983.

24 L. Leciejewicz, J.-M. Pesez, M. Rulewicz, S. Tabaczynski, « Sur le Lévezou : l’établissement médiéval de SaintJean-le-Froid », Archéologie du village déserté, Paris, 1970, p. 55-93.

25 J. G. Hurst, « The Medieval Peasant House », The Fourth Viking Congress, 1965, cf aussi Deserted Medieval Villages.

26 D. Dudley et M. Minter, « The Medieval Village at Garrow Tor, Cornwall », Medieval Archaeology, VI-VII, 1962-1963, p. 272-294.

27 J.-M. Pesez, « Une maison villageoise au XIVe siècle », supra ; « Le village et la maison de la Côte viticole en Bourgogne, passé lointain et passé récent », supra.

28 J.-M. Pesez, « Obscure et enfumée : l’éclairage et le chauffage dans la maison paysanne au Moyen Âge », Fasciculi Archeologiae Historicae, II, Lòdz, 1988, p. 79-83.

29 J.-P. Minne, La Céramique de poêle de l’Alsace médiévale, Strasbourg, 1977.

30 Les Fouilles de Rougiers, p. 616, note 96.

31 Ibid., p. 239-240.

32 Recherches de S. Gady.

33 Ch.-L. Salch, Dictionnaire des châteaux de l’Alsace Médiévale, Strasbourg, 1976, p. 360-361.

34 J.-M. Pesez et F. Piponnier, « Les maisons fortes bourguignonnes », Château-Gaillard, V, Caen, 1972, p. 143-164.

35 Sur les « moated sites », cf. le bulletin critique d’É. Zadora-Rio, dans Archéologie Médiévale, XIII, 1983, p. 373-376, ainsi que The Council for British Archaeology Research Report no 17 ; Medieval Moated Sites (1978) et Medieval Moated Sites in North-West Europe, BAR International Series, 121, 1981.

36 F. Verhaeghe, « Medieval Moated Sites in Coastal Flanders », BAR 121, 1981, p. 127-171.

37 M. de Boüard, « Les petites enceintes circulaires d’origine médiévale en Normandie », Château Gaillard, I, p. 60 ; M. Fixot, Les Fortifications de terre et les origines féodales dans le Cinglais, 1968.

38 N. Coulet, « La naissance de la bastide provençale », Géographie historique du village et de la maison rurale, Paris, 1979, p. 145-159.

39 Cf. E. Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Paris, 1854-1868 ; Verdier et Cattois, Architecture civile et domestique au Moyen Âge et à la Renaissance, Paris, 1855-1857, tome 2 ; C. Enlart, Manuel d’archéologie française, 2e édition, Paris, 1929, 2e partie, tome I.

40 S. Roux, La Maison dans l’histoire, Paris, 1976, p. 152-161.

41 E. Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française, tome 2, p. 236.

42 M. Zanettaci-Stephanopoli, « La Lumière naturelle dans l’habitation médiévale », Le Soleil, la Lune et les Étoiles au Moyen Âge, Sénéfiance, no 13, Marseille, 1983.

43 Meyre, L. Bourgeau, D.-J. Coxall, N. Meyer, Archéologie urbaine à Saint-Denis, Saint-Denis, 1979·

44 Éd. originale : The Luttrell Village, William Collins, 1982 ; éd. française, Albin Michel Jeunesse, Paris, 1983. Largement inspiré par les miniatures du Psautier de Luttrell, l’album intègre aussi les données de l’archéologie. Le village présenté est situé en 1328.

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540