Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie du village et de la maison rurale au Moyen Âge

 | 
Jean-Marie Pesez

Deuxième partie. Le village

Chapitre 6. Dracy ou la nécessité de la fouille pour l’histoire de l’occupation des sols

Texte intégral

  • 1 Entre autres publications consacrées à Dracy, on notera : Abramowicz A., Chapelot J., Nadolski A.,(...)
  • 2 On se référera à des ouvrages récents : La Prospection archéologique, paysage et peuplement, Paris (...)

1Bien qu’il n’ait pas fait l’objet d’une publication exhaustive, le site de Dracy commence à être bien connu1. Il correspond, on le sait, à un petit habitat médiéval qui faisait partie de la paroisse de Baubigny dans le Beaunois et qui a disparu dans les premières années du XVe siècle. L’intérêt du site tient peut-être surtout à l’état de conservation des vestiges et au mobilier domestique et agricole qui y a été trouvé : on a pu restituer la maison paysanne dans sa construction et sa distribution, avec le genre de vie et les activités qui caractérisaient ce village au XIVe siècle. Mais l’histoire de cet habitat n’est pas moins intéressante par ce qu’elle apporte au dossier de l’origine des villages et à celui des désertions. L’histoire des villages s’est écrite longtemps et s’écrit encore sans le secours de l’archéologie : les données sont celles des documents écrits assez avares d’informations sur les habitats ruraux, et qui deviennent tout à fait muets pour peu qu’on remonte au-delà de l’époque carolingienne, souvent même en amont du XIIe siècle. La toponymie prend alors le relais, malgré ses incertitudes fréquemment dénoncées. Si l’archéologie intervient pourtant, ce n’est pas sous la forme de la fouille de villages médiévaux, mais par l’enregistrement de découvertes fortuites qui concernent plus souvent des habitats protohistoriques ou gallo-romains. Plus récemment, cependant, des recherches plus systématiques ont associé les données des sources écrites, la lecture des plans cadastraux et les observations sur les concentrations en surface de témoins d’occupations de toutes époques, mais toujours sans intervention de la fouille2.

2Dracy offre l’occasion de confronter les résultats d’une fouille aux conclusions auxquelles s’arrêtait la démarche traditionnelle quand elle ne s’appuyait que sur les documents, la toponymie et les trouvailles fortuites. On peut d’ailleurs penser qu’une recherche systématique fondée sur les ramassages de surface et, éventuellement, la photographie aérienne n’aurait pas apporté d’informations plus nourries ou plus précises : les caractères du site, pierreux et boisé, n’auraient pas favorisé la prospection.

  • 3 Thévenot É., « Lieux détruits du Beaunois », Bulletin de la Société d’Archéologie de Beaune, oct.- (...)

3À vingt ans de distance, l’historien et archéologue bourguignon Émile Thévenot a donné deux notices sur Dracy, en 1948 dans le Bulletin trimestriel de la Société d’Archéologie de Beaune et, en 1968, dans la Revue Archéologique de l’Est3.

4De la première, on retiendra les conclusions :

L’archéologie, la toponymie comparée et les documents d’archives permettent d’entrevoir les caractères de ce lieu autrefois habité. C’était un centre de domaine gallo-romain, la villa et ses ruines furent réoccupées par les Barbares après les invasions et un village médiéval y subsista jusqu’au XVe siècle.

5En 1968, Émile Thévenot n’a pas varié, même s’il est averti des premières données de la fouille, commencée en 1965, et il insiste sur « la parfaite concordance des données archéologiques, historiques et toponymiques pour établir l’existence de la villa gallo-romaine de Dracy, centre de domaine, puis son occupation probable dès le haut Moyen Âge par une population d’origine barbare, enfin déclin d’un habitat médiéval issu de cette longue tradition, qui s’achève à l’aube des temps modernes ».

  • 4 d’Arbois de Jubainville H., Recherches sur les origines de la propriété foncière et des noms de li (...)
  • 5 Roblin M., Le Terroir de Paris aux époques gallo-romaine et franque, Paris, 1951.
  • 6 Dans la Revue Archéologique de l’Est, 1953.

6De nouveau, vingt ans se sont écoulés et le raccourci que Thévenot donnait des destins d’un site comme celui de Dracy passera pour caricatural aujourd’hui, du moins aux yeux de beaucoup. Pourtant, il n’est pas sûr que, mise à part l’origine « barbare » de la population du haut Moyen Âge, devenue tout à fait inacceptable, il ne reste pas quelque reliquat de l’ancienne thèse qui faisait de nos villages médiévaux les héritiers en droite ligne de la villa antique. Dans la « démonstration » de Thévenot se reflète encore « la doctrine fondamentale de la toponymie française », exprimée par Arbois de Jubainville et communément admise jusqu’aux lendemains de la dernière guerre, appliquée sans examen par Dauzat et relayée par les archéologues jusqu’à Albert Grenier, jusqu’à L. Armand-Calliat et M. Toussaint pour ne citer que ces érudits4. On en connaît le mécanisme que Thévenot applique à Dracy, issu de Dracciacus, toponyme antique formé sur le nom d’homme, Draccius, réputé être le nom du propriétaire du domaine gallo-romain. Thévenot, en 1968 au moins, ne pouvait ignorer les coups sévères portés à la « doctrine fondamentale », notamment par Michel Roblin5 avec lequel il avait eu une intéressante controverse en 19536, mais sans doute dans le cas de Dracy se trouvait-il conforté par le fait qu’au moins l’anthroponyme Draccius est attesté et n’a pas besoin d’être forgé pour les besoins de la cause. Et on peut admettre que Draccius soit préféré comme radical à un drac pré-latin, évocateur de violence naturelle, même si la rareté des inscriptions faisant mention de l’anthroponyme contraste avec le nombre des Dracy et Dracé bourguignons (six sans compter celui qui nous occupe).

7La vraie difficulté tient au fait que la fouille n’a pas trouvé trace du domaine antique : aucune structure qu’on puisse attribuer à une villa antique et un mobilier gallo-romain réduit à très peu de choses : trois monnaies, certes, mais trouvées en surface, un fragment de mortier à tête de lion, mais pas de céramique sigillée et pas même de tegulae. C’est tout à fait inquiétant pour la théorie classique si, même lorsque le toponyme se prête sans trop de mal à l’interprétation traditionnelle, le domaine antique s’évanouit.

8Il est vrai que notre Dracy n’est jamais mentionné sous la forme Dracciacus et que Dracy même n’apparaît que tardivement, au XVe siècle, à une époque où le village n’existe plus. La mention la plus ancienne, au XIIe siècle, l’appelle Droicher ou Dreiche : la transcription en Dracy ne faisait peut-être que s’aligner sur les autres villages bourguignons portant ce nom.

9Faut-il se demander si la villa antique supposée par Thévenot n’a pu cependant exister, non parce qu’elle aurait échappé aux archéologues, mais parce qu'elle n’occupait pas le site reconnu par la fouille ? Thévenot fait état de trouvailles fortuites au lieu-dit Dracy mais les vestiges de constructions, les poteries, les armes, les ossements qu’on y avait trouvés dès avant la fouille renvoient soit au village du XIVe siècle, soit au cimetière du haut Moyen Âge effectivement mis au jour par la fouille. Il mentionne aussi, mais en précisant qu’il ne l’a pas vue, une statuette en niche « de type à coup sûr gallo-romain » qui aurait été livrée par « les ruines de Dracy ». Si le lieu de la trouvaille est exact, et il est permis d’en douter en songeant aux stèles trouvées ici ou là dans la commune de Baubigny, mais non pas sur le site même, la statuette n’était pas nécessairement en place et rien ne prévaut contre l’absence de toute structure antique à Dracy. Le site, au surplus, au sommet d’une pente assez forte qui domine le val de Baubigny n’est pas de ceux que privilégient les établissements gallo-romains. Et s’il faut chercher la villa antique à une certaine distance – assez loin sans doute : une longue fréquentation de Dracy et de ses abords n’a jamais rien révélé – alors, pour le moins, le toponyme aurait voyagé : dans ce cas que devient la filiation entre le domaine antique et le village médiéval ?

10Il faut cependant admettre que le site a été occupé au début de notre ère, mais les vestiges ne correspondent nullement à ce que devrait révéler le centre d’un domaine : il s’agit d’un fond de cabane, d’ailleurs incomplètement reconnu, d’un sol avec des traces de foyer ; accompagnant ces structures, des tessons de céramique indigène attribuable à la Tène III. L’occupation, assez ténue et peu étendue, renvoie donc à un habitat sans doute très petit, d’une durée de vie fort brève et de caractère indigène évident.

11Un premier hiatus dans l’occupation sépare ce petit habitat de l’étape suivante représentée par un cimetière. Ici, Thévenot ne se trompait pas en plaçant à Dracy, à partir des découvertes d’ossements et d’armes qu’on lui avait relatées, un cimetière mérovingien. La fouille a de fait mis au jour une partie de ce qu’on n’oserait appeler une « nécropole », en raison de sa faible extension : vingt-trois squelettes dans des tombes très abîmées mais qui se présentaient, pour les exemples les mieux conservés, sous la forme de caissons en pierre sur chant. Deux de ces sépultures ont livré un mobilier caractéristique, attribuable au VIIe siècle, notamment un scramasaxe, une plaque boucle, une plaque dorsale. L’orientation, à l’Est, sauf dans un cas, et l’emplacement sur une pente exposée à l’Est, sont également caractéristiques d’un cimetière du haut Moyen Âge. Mais Thévenot voyait ces sépultures installées dans les ruines de la villa ou à proximité. Inutile d’y insister. Inutile aussi de relever ce que l’attribution de ces tombes à une population « barbare » peut avoir de fantaisiste si l’on entend par là une population étrangère, d’origine germanique. Mieux vaut s’interroger sur l’habitat correspondant au cimetière. Les observations classiques sur la relation entre habitat des morts et habitat des vivants à l’époque mérovingienne inviteraient à situer ce dernier à quelque distance du cimetière. Peut-être faut-il songer à Baubigny, le chef-lieu paroissial, distant d’environ un kilomètre ? Ou peut-être doit-on penser à un habitat encore inconnu et plus proche ? Un petit cimetière comme celui de Dracy évoque un petit habitat qui serait conforme à ce qu’on commence à savoir de l’habitat du haut Moyen Âge et de sa dispersion.

12Sans doute, les vingt-trois inhumations ne représentent-elles pas la totalité du cimetière, mais de celui-ci on connaît les abornements, dans la mesure où on a pu constater que le village postérieur avait respecté l’emplacement des tombes, laissé vierge de constructions, entre le groupe de maisons au sud (maisons XII et XIII) et les maisons V et VI au nord : la place est fort limitée et n’autoriserait à situer que quelques dizaines de sépultures.

13Un nouveau hiatus, de plusieurs siècles, cette fois encore, sépare le cimetière « mérovingien » de l’occupation suivante. Quelques tessons de céramique carolingienne retrouvés en association avec des sols de culture, n’autorisent pas à placer à Dracy un habitat entre le VIIe et les XIIe-XIIIe siècles. La continuité de l’occupation de l’Antiquité au Moyen Âge est donc absolument démentie : le village médiéval n’a pas de passé.

14Concernant le village médiéval, les données deviennent à la fois abondantes et convergentes. Cependant, réduite aux seules informations apportées par les documents, l’histoire de Dracy manquerait de précision et laisserait ouvertes un certain nombre de questions. Les sources écrites, en bref, signalent l’existence – l’existence et non l’apparition – de Dracy en 1285, donnent son abandon comme déjà très avancé à la fin du XIVe siècle, et situent sa désertion totale entre 1400 et 1420. C’est à l’archéologie qu’on doit de connaître un peu mieux les départs de cet habitat, de suivre son développement, de repérer les étapes de son déclin et finalement de mieux cerner le processus et les causes de son abandon.

  • 7 A. D. Côte-d’Or, B 11525. Sur Martin Chauvin, voir Richard J., Les Ducs de Bourgogne et la formati (...)

15La première mention de Dracy figure dans le recensement dressé en 1285 sous le titre de « dîme de la monnaie » par le clerc ducal nommé Martin Chauvin7. Le document compte Dracy parmi les villages de l’ouest et du sud-ouest du Beaunois et évalue ainsi sa population et sa contribution.

Ce est li vile de Droicher.
en laquelle dame Aalays [de Saint-Romain] ai deux feux qui vaillent 50 s.
Li hoirs Guillaume de Souterrain 2 [feux] qui vaillent 10 s.
Dannons de Gersainvaul 3 qui vaillent 15 s.
Somme de tous les feux de Drelche 14 qui vaillent 70 s.

16Le village – ou plutôt le hameau puisqu’il s’agit d’un habitat plutôt petit et dépourvu d’église – existe donc en 1285, date à laquelle il compterait une quinzaine de foyers. Mais est-ce alors un village déjà ancien ? Il ne semble pas.

17Sur les terrasses de culture qui s’étagent sous les maisons de la rue haute, les enclos attenant aux habitations ont procuré, en abondance, des tessons d’une céramique grise, plus ancienne que celle trouvée en place dans les maisons où rien n’a été rencontré qui soit antérieur au XIIIe siècle. Cette céramique grise, aux parois épaisses, paraît dater du XIIe siècle, mais la fragmentation des tessons est très poussée et ce mobilier est très localisé, absent hors des enclos : il faut en conclure qu’il a été rapporté avec la terre qui a servi à la construction des terrasses. Son origine n’est sans doute pas très éloignée mais il est étranger au site même.

18Il paraît plus sûr, en fin de compte, de situer les débuts de Dracy au XIIIe siècle. Mais sans doute est-il déjà en place depuis quelque temps quand il est enregistré par le recensement de Martin Chauvin : il semble que, fondé par les sires de Saint-Romain, il ait déjà fait l’objet de partages successoraux, à la date de 1285. Malgré tout, c’est un établissement de fondation tardive à rattacher aux derniers défrichements, dans un contexte de faim de terre : il est significatif que le site, après son abandon à la fin du Moyen Âge, ait été remis en culture, sinon bâti à nouveau, au milieu du XIXe siècle, dans un contexte semblable, celui d’une forte pression démographique qui fait exploiter les moindres parcelles de terre cultivable. Il est important d’insister sur le caractère tardif de cette fondation, aventurée sur un terroir fort limité, déjà conquis pour l’essentiel par les villages de Baubigny, Évelle (ou les Villottes) et Orches qui n’ont laissé au nouvel établissement que les hauts de pente, hérissés d’affleurements rocheux : ce sont ces conditions répulsives qui rendent compte de l’abandon précoce du nouveau village.

19Cependant, on n’en est pas là à la fin du XIIIe siècle. La pression démographique qui a provoqué l’apparition du village continue même après 1285. En tout cas, Dracy se développe encore dans la première moitié du XIVe siècle, comme en témoigne la densification de l’habitat. L’étude des constructions du village, en effet, a mis en évidence des faits dont la signification est convergente ; des maisons agrandies ou partagées, de nouvelles constructions édifiées dans les espaces libres entre les maisons plus anciennes. Ainsi, à l’extrémité nord de la rue haute, la maison II qui ne comptait que deux grandes pièces est partagée par deux refends en deux habitations indépendantes, pourvues chacune d’un foyer ; en même temps, la construction de la maison III a entraîné l’obturation de la porte nord de la maison précédente. Un peu plus au sud, la cour qui existait entre les maisons X et I a vu s’édifier une nouvelle maison, la maison XI, dont la construction, en utilisant les murs des maisons voisines, a obligé à reconstruire celles-ci ; en même temps la maison I se voyait dotée de deux nouvelles pièces constituant, en fait, une habitation séparée. De la même façon encore, la maison VIII, qui par son orientation et ses dimensions évoque les nouvelles constructions XI et III, paraît avoir été bâtie dans la cour séparant les maisons VII et VIII. On assiste donc à un entassement sur place, à une densification du bâti qui ne déborde pas des limites antérieures de l’habitat : sans doute s’agissait-il de respecter la distribution du sol établie lors de la fondation. Les nouvelles constructions ne pouvaient prendre place qu’à l’intérieur des parcelles attribuées aux maisons, les meix. Et on peut penser que des liens familiaux existaient entre les foyers qui se partageaient ainsi les meix quand ce n’était pas la maison elle-même, comme dans le cas de la maison IL L’expansion démographique, traduite par cette densification du bâti, a donc été naturelle et endogène.

20La fouille a procuré peu d’éléments pour dater cet accroissement de la population du village, mais il est antérieur à l’incendie qui a détruit nombre de maisons vers 1360, et deux monnaies ont quand même permis de situer après 1311-1313 la construction du bâtiment III. À l’issue de cette phase d’accroissement et à la veille des malheurs qui allaient enclencher le processus de désertion, Dracy comptait au moins les vingt bâtiments que la fouille a mis au jour en tout ou partie et qui composaient, du fait des partitions intérieures, un nombre plus élevé d’habitations, de vingt-six à trente. Il faut aussi admettre que, la fouille n’ayant pas été exhaustive, des maisons restent à découvrir. Elles seront cependant peu nombreuses, selon toute vraisemblance : ce n’est qu’au sud-ouest que les limites de l’habitat n’ont pas été mises en évidence. On parvient malgré tout à un chiffre bien supérieur à celui qu’enregistrait la « dîme de la monnaie » de 1285, presque le double. Et, en fin de compte, Dracy n’apparaît pas dans la première moitié du XIVe siècle comme un village si minuscule : il soutient la comparaison avec les autres habitats de la même paroisse, Évelle, Orches et Baubigny qui comptaient respectivement 31, 49 et 24 feux en 1285 : il est vrai que ces autres villages ont dû connaître une expansion comparable à celle de Dracy entre 1285 et la Peste Noire.

21L’expansion connaît un coup d’arrêt au milieu du XIVe siècle. Vers 1360, Dracy subit un incendie qui détruit de nombreuses maisons, mais le village à cette date paraît déjà en régression. Ainsi la maison II qui avait été partagée en deux habitations n’était plus alors habitée que par une seule famille : le mobilier trouvé dans la couche d’incendie est complémentaire d’une partie à l’autre du bâtiment. La maison XII était, elle, partiellement abandonnée, une de ses pièces sans toit, une autre transformée en grange. Et il est possible que des maisons épargnées par l’incendie, certaines d’entre elles au moins, aient été alors inhabitées.

22Il n’est pas bien difficile de désigner la cause de cette régression : en juillet 1348 la Peste Noire atteint la Bourgogne, et Dracy n’est pas si loin de Givry où la pandémie enlève environ le tiers de la population. Mais bien évidemment, les autres villages de la paroisse n’ont pas été épargnés par la peste ; ils n’ont pourtant pas été rayés de la carte comme Dracy.

  • 8 Cf. Poisson J.-M., « Un groupe de monnaies de Jean le Bon et Charles de Blois trouvé sur le site m (...)

23Un accident est venu, peu d’années après la peste et alors que celle-ci faisait de nouveau son apparition en Bourgogne, porter un autre coup à Dracy. Une dizaine de maisons ont été violemment détruites, la plupart par un incendie qu’un lot de monnaies trouvées dans la maison II a permis de dater des environs de 1360 : neuf deniers ou doubles tournois de Jean le Bon et de Charles de Blois, des années 1354-1355 et 13588. Les maisons brûlées se situant dans tous les quartiers du village et n’étant pas toujours jointives, on ne doit pas penser à un accident mais plutôt à une destruction volontaire. Sans qu’on puisse rien affirmer, on est tenté d’attribuer cet acte criminel aux routiers, présents dans cette région de la Bourgogne en 1360.

24L’incendie a certainement accéléré le déclin du village. Pourtant la désertion n’a pas suivi immédiatement : des maisons détruites ont été relevées. Toute la partie nord de la maison XII bis a été ainsi reconstruite et, pour restaurer le sol, on a utilisé la terre d’une maison voisine incendiée, sans doute la maison XIV où on a noté de grandes excavations qui en avaient arraché le sol avant d’être remplies de matériaux brûlés. La maison XVIII a de même été décaissée, le sol refait, les murs parfois doublés par une nouvelle construction. Mais la plupart des maisons furent laissées à l’abandon.

  • 9 A. D. Côte-d’Or, B. 11528, fo 20 vo ; B. 11530, fo 29.
  • 10 A. D. Côte-d’Or, B. 515.
  • 11 A. D. Côte-d’Or, B. 516.

25Les « cherches de feux » de la fin du XIVe siècle n’enregistrent plus que quelques foyers à Dracy, 4 en 1393, 2 seulement en 14009. Et le recensement de 1423 enregistre la désertion totale. Les derniers habitants de Dracy ont abandonné le village meurtri pour aller s’établir soit à Baubigny, soit à Évelle. Le terrier de la châtellenie de Saint-Romain de 1418-142310 enregistre encore, avec un « plâtre » et deux ouches, quatre maisons à Dracy, mais elles appartiennent à des habitants d’Évelle et de Baubigny, notamment les Michot, alias de Drachey, ou les Moreaul également appelés de Drachey. Enfin, le terrier de 1460 est très clair : « Le villaige du dit Draichey est du tout inhabitable et en desert »11.

26Après 1420, Dracy ne se relèvera plus. Ses ruines resteront sans doute longtemps apparentes : au XVIIIe siècle, Courtépée mentionne cet ancien village. C’est la remise en culture du site au XIXe siècle qui en fera disparaître les traces.

27Ainsi, la désertion définitive et totale n’intervient qu’un demi-siècle après la peste. Celle-ci sans doute n’est pas étrangère à l’abandon, mais si elle agit de façon décisive c’est en raison d’autres éléments, l’accident que constitue l’incendie et, plus encore sans doute, la fragilité de l’habitat, le dernier venu dans le finage et le moins bien doté en bonnes terres. Il est tout à fait significatif que les derniers habitants de Dracy soient allés s’établir à Évelle et à Baubigny, les villages voisins occupant les meilleures terres du val. La peste avait aussi fait des coupes claires dans ces vieux villages, y laissant des héritages vacants pour les dernières familles de Dracy avec des maisons mieux situées, plus accessibles et des labours, des vignes, des prés plus rentables.

28On retiendra que si les sources écrites, recensements et terriers, montraient le village déjà très dépeuplé à la fin du XIVe siècle, et totalement désert quelque vingt ans plus tard, elles étaient totalement muettes sur le siècle qui sépare la « dîme de la monnaie » de 1285 de la cherche de feux de 1393 ; elles laissaient ignorer l’accroissement de la population dans la première moitié du XIVe siècle. Le rôle joué par la peste dans le processus de la désertion ne pouvait qu’être deviné : il est clairement établi par l’archéologie qui, en montrant les vides creusés par l’épidémie, souligne la brutalité de la dépression. Les documents ne reprenaient contact avec le village que bien longtemps après les événements décisifs, la Peste Noire d’abord, la destruction de 1360 ensuite, et celle-ci, qui a sans doute largement contribué à la mort de l’habitat, n’a été révélée que par la fouille.

29Mais si la recherche archéologique a ainsi enrichi considérablement la connaissance du village médiéval, de son histoire au cours des ΧΙΙe et XIVe siècles, elle est intervenue de façon plus décisive encore dans la mise en lumière des premières étapes de l’occupation du site : elle a ruiné l’hypothèse de la continuité de l’habitat de l’Antiquité au Moyen Âge, montrant à la place du domaine gallo-romain supposé un éphémère établissement antique, ramenant à ses vraies proportions le cimetière du haut Moyen Âge, et soulignant les hiatus de l’occupation du Ier au VIIe siècle, du VIIe au XIIIe siècle ensuite. Ces résultats ne pouvaient être obtenus que par une fouille attentive et étendue sinon exhaustive. À l’heure où l’archéologue, pressé de construire l’histoire du peuplement et de l’occupation des sols sur une vaste échelle, veut faire l’économie de la fouille, trop lourde et trop lente, et se tourne vers les méthodes de la prospection, vers une archéologie extensive sans doute systématique dans ses démarches mais allégée dans ses procédés, il était bon de mettre en évidence les pièges d’une recherche restant à la surface des choses et la nécessité du contrôle que seule la fouille peut assurer.

Notes

1 Entre autres publications consacrées à Dracy, on notera : Abramowicz A., Chapelot J., Nadolski A., Pesez J.-M., « Le village bourguignon de Dracy », Archéologie du village déserté, Paris, 1970, p. 54-93. Hensel W. et Pesez J.-M., « Recherches franco-polonaises sur les villages désertés », Archeologia Polona, XIII, 1972, p. 23-57. Pesez J.-M., « L’habitation paysanne en Bourgogne médiévale », infra. Piponnier E et Geslan A., « Mobilier archéologique et genre de vie paysan », Ethnologie francaise, III, 1-2, 1974, p. 119-130. Pesez J.-M. et Piponnler F., « Une maison villageoise au XIVe siècle », Rotterdam Papers, II, Rotterdam, 1975, p. 139-170. Pesez J.-M., « Le village et la maison de la côte viticole en Bourgogne : passé lointain et passé récent », infra. Bucaille R. et Pesez J.-M., « L’habitat paysan en Bourgogne viticole du XIVe au XIXe siècle, approche anthropologique », Archeologia Medievale, VII, 1980, p. 73-82. Piponnler F., « La céramique dans son contexte quotidien d’après les inventaires bourguignons (XIVe-XVe siècles) », La Céramique (Ve-XIXe siècles). Fabrication, commercialisation, utilisation, Caen, 1987, p. 235-243. Pesez J.-M., « Le plan du village médiéval et ses contraintes », supra. Notices 256 à 338 dans Bourgogne médiévale, La Mémoire du Sol, 1987.

2 On se référera à des ouvrages récents : La Prospection archéologique, paysage et peuplement, Paris 1986, et Structures de l’habitat et occupation du sol dans les pays méditerranéens : les méthodes et l’apport de l’archéologie extensive, Rome, 1988.

3 Thévenot É., « Lieux détruits du Beaunois », Bulletin de la Société d’Archéologie de Beaune, oct.-déc. 1948, et « Études de topographie historique », Revue Archéologique de l’Est, XIX, 1968, 1. 4, p. 299-301.

4 d’Arbois de Jubainville H., Recherches sur les origines de la propriété foncière et des noms de lieux habités en France, 1890 ; Dauzat A., Les Noms de lieux, 1926 ; Grenier A., Manuel d’archéologie gallo-romaine, 1934-1960 ; Arnaud-Calliat L., Le Chalonnais gallo-romain, Chalon-sur-Saône, 1937 ; Toussaint M., L’Origine du peuplement dans la vallée moyenne de la Seille, Paris, 1952.

5 Roblin M., Le Terroir de Paris aux époques gallo-romaine et franque, Paris, 1951.

6 Dans la Revue Archéologique de l’Est, 1953.

7 A. D. Côte-d’Or, B 11525. Sur Martin Chauvin, voir Richard J., Les Ducs de Bourgogne et la formation du duché du XIe au XIVe siècle, Dijon 1954, p. 488.

8 Cf. Poisson J.-M., « Un groupe de monnaies de Jean le Bon et Charles de Blois trouvé sur le site médiéval de Dracy (Côte-d’Or) », Bulletin de la Société française de numismatique, 28e année, no 2, fév. 1973, p. 341-342.

9 A. D. Côte-d’Or, B. 11528, fo 20 vo ; B. 11530, fo 29.

10 A. D. Côte-d’Or, B. 515.

11 A. D. Côte-d’Or, B. 516.

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site