Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie du village et de la maison rurale au Moyen Âge

 | 
Jean-Marie Pesez

Deuxième partie. Le village

Chapitre 5. Le plan du village médiéval et ses contraintes

Texte intégral

1Confronté à des vestiges matériels, l’archéologue ne se risque pas sans quelque timidité dans le domaine des rapports sociaux, surtout ceux que régissent le droit ou les coutumes : or c’est ce type de rapports qui est concerné par la notion de liberté.

2Toutefois l’archéologue rencontre parfois des faits qui ont des implications juridiques. Le médiéviste qui met au jour sur un site villageois des fours domestiques et des meules à bras peut au moins se poser des questions sur les banalités du four et du moulin, sur leur réalité ou leur efficacité : c’est cependant un autre type de fait que j’évoquerai : à défaut de liberté il nous parle de leur contraire, des contraintes. Il s’agit du plan du village.

  • 1 Cf. Lexikon des Mittelalters, vol. III, S.V. « Dorf » col. 1266 et suiv.

3Le plan des villages a depuis longtemps retenu l’attention des géographes et des historiens. Bien entendu, les données ne leur sont pas venues de l’archéologie, mais de la topographie actuelle, de la photographie aérienne et aussi des plans terriers et des cadastres. On a pu distinguer près d’une cinquantaine de types de plans, mais ces typologies sont stériles si on ne peut les corréler à d’autres faits, à des contraintes exercées par le milieu ou par les hommes, par l’organisation sociale1.

4Les contraintes mésologiques sont très claires dans le cas des villages de type castrum ; le relief désigne les emplacements constructibles et dessine les espaces de circulation dans une aire relativement étroite, corsetée par le rempart. Malgré tout, le résultat de ces pressions exercées sur l’habitat est assez divers : étiré lorsqu’il est établi sur une crête, le village peut être circulaire s’il couvre un mamelon.

5Les contraintes exercées par l’organisation sociale sont également très claires dans le cas des plans réguliers, adoptés par certains villages neufs. On conçoit très bien que le fondateur se double d’un planificateur, que la création ne soit pas laissée au hasard mais s’opère selon des règles. Cela vaut pour toutes les époques et le Moyen Âge n’y échappe pas ; même si on a pu estimer que parmi les villeneuves, les implantations irrégulières égalaient en nombre les plans réguliers, ceux-ci restent fréquents, et dans certains cas, celui des plans en échiquier par exemple, expriment la même exigence de rigueur mathématique que manifestent à la même époque les grandes constructions castrales.

6Doit-on penser cependant que les habitats de plaine ou de pied de colline, que les villages ouverts, que les villages anciens, n’obéissent à aucune règle ? À regarder les faits de près, il n’y paraît guère puisque, dans bon nombre de cas, on observe des régularités ; dans le cadre d’une région ou d’un petit pays – l’échelle varie – on voit dans chaque localité le même paysage villageois et des plans sinon identiques en tout cas très voisins. À tout le moins, en pays d’habitat groupé, on constate que le village n’offre pas des marges floues mais des limites nettes : le tissu construit ne passe pas d’un ordre serré au cœur du village à un ordre lâche aux extrémités : la séparation est franche entre l’espace bâti et le terroir. Des constantes de cet ordre ne peuvent pas s’expliquer sans l’intervention de règles, des règles non écrites sans doute, oubliées aujourd’hui certainement, mais qui ont été contraignantes et qui ont limité la liberté du constructeur.

  • 2 Dracy, ancien village des XIIIe et XIVe siècles, dans la commune de Baubigny, en Côte-d’Or, cf. «  (...)

7L’archéologie est peut-être en mesure de mettre ces règles en évidence, de les éclairer et les dater. C’est du moins ce que je vais essayer de faire, avec prudence, à partir de l’exemple de Dracy2.

8Le plan actuel du site correspond à l’état présent de la recherche. Il peut ne refléter qu’imparfaitement le village médiéval. Cependant des sondages et l’observation de la topographie nous assurent que nous avons atteint les limites nord et est de l’habitat. À l’ouest, la falaise qui domine le site impose sa barrière. De sorte que le plan ne pourrait guère s’enrichir que le long de la falaise, où la topographie suggère quelques autres emplacements de maisons au sud, et où il y a place éventuellement pour d’autres maisons entre le bâtiment IX et le bâtiment X. Le plan du village ne s’en trouverait pas modifié.

9La falaise a manifestement joué un rôle déterminant : les alignements de maisons sont grossièrement parallèles à la barre rocheuse. On voit cependant que, compte tenu de cette direction générale sud-nord imposée par la falaise, les constructions s’ordonnent selon deux axes fournis par les espaces de circulation : d’une part un sentier plutôt étroit, qui dessert les maisons accotées à la falaise, d’autre part un chemin un peu plus large sur lequel s’ouvrent, à l’ouest comme à l’est, des cours communes à plusieurs maisons. Cette voie est sans doute le « chemin commun » dont parlent les terriers du XVIe siècle. Mais on voit aussi que le sentier et le chemin s’écartent progressivement l’un de l’autre, ouvrant le plan en fourche ou en éventail.

10L’orientation du bâtiment XIX (suivi sans doute d’un autre bâtiment à l’ouest) suggère enfin une voie transversale, du chemin au sentier.

11On pourrait expliquer ce plan par diverses considérations. Le chemin, par exemple, paraît suivre les courbes de niveau ; en fait il a été construit pour rester à peu près plan. Les bâtiments ont, eux, privilégié deux types d’emplacements : le pied de falaise où la paroi rocheuse permet de faire l’économie d’un mur ; et, ailleurs, les affleurements du roc, les larges plaques calcaires qui offraient des fondations toutes faites. Cependant il y avait d’autres emplacements possibles.

12Ce qui intrigue surtout, c’est que le plan de Dracy se retrouve dans les villages voisins. Ceux-ci pourtant, ne présentent pas toujours la même situation au pied de la falaise. Des six villages de la châtellenie de Saint-Romain, quatre offrent le même plan triangulaire ou en éventail : une rue d’abord unique se partage, en allant du Sud au Nord, en deux voies qui s’écartent avec une rue perpendiculaire. C’est ce qu’on observe non seulement à Dracy, village déserté, mais aussi à Baubigny, à Orches, à Melin.

13À Orches seulement, la falaise est présente ; à Baubigny on a affaire à un pied de pente et Melin occupe le fond d’un vallon. En outre, on ne peut parler de véritable bifurcation : ces villages n’occupent pas un carrefour, un trivium. Les documents dans tous les cas n’évoquent qu’un seul chemin commun : des deux voies, une seule met en communication deux villages.

14Je n’insisterai pas davantage sur ce point. Il y a peut-être, dans cette similitude de plan, l’effet d’une contrainte mais je ne sais de quel ordre, géographique ou historique. Je me borne à constater. En outre, l’archéologie n’a fait ici qu’ajouter un élément de plus, un village disparu s’additionnant à trois.

15La fouille de Dracy permet une autre série d’observations que je crois plus intéressantes et qui concernent aussi le plan du village. Elles portent sur l’évolution du bâti.

16L’existence de Dracy a été relativement brève : du XIIIe au début du XVe siècle. Pour quelques maisons, la fin de leur histoire intervient même beaucoup plus tôt et dépasse à peine le milieu du XIVe siècle. Cependant, en l’espace de quelques décennies, il y a place pour une évolution.

17Il en va ainsi pour la maison II appartenant à la rangée des habitations construites contre la falaise. Elle est détruite par incendie, comme plusieurs autres maisons de Dracy, vers 1360 : le village paraît avoir été victime des routiers.

18Au moment de sa destruction, la maison II est distribuée en quatre pièces, mais celles-ci ne communiquent entre elles que deux à deux et il apparaît clairement qu’il s’agit en fait de deux habitations sous un même toit. Chacune dispose d’une entrée propre et dans chacune a été trouvé un foyer, mais on constate aussi que dans son état initial, le bâtiment ne comportait que deux pièces et ne constituait qu’une seule habitation.

19Les refends nord-sud qui partagèrent ensuite la maison sont construits dans un matériau légèrement différent, en moellons plus petits et plus plats. Ils prennent appui sur les autres murs et, enfin, il ne sont pas exactement dans le même axe. On peut aussi observer des différences dans les divers aménagements de la maison, dans les foyers et dans les seuils ce qui laisse penser qu’ils n’ont pas été construits en même temps. La partie ouest est pourvue d’une cheminée de pierre alors qu’on n’a trouvé qu’un simple foyer ouvert dans la partie est. Le seuil extérieur sud-ouest a été soigneusement construit en pierre comme aussi le seuil intérieur est ; les autres seuils sont simplement en terre.

20Enfin, il faut encore noter que le bâtiment était à l’origine pourvu d’une porte nord qui fut ensuite condamnée. Or il est aisé de comprendre pourquoi cet accès fut abandonné : la construction d’un bâtiment voisin le rendait sans objet. Le mur sud de la maison III a été en effet édifié si près du mur nord de la maison II qu’il n’y avait plus entre eux qu’un intervalle trop étroit pour laisser passage à un homme.

21Ainsi entre la fin du XIIIe siècle, date proposée pour la construction de la maison par des trouvailles faites sous le sol, et 1360 date probable de sa destruction attestée par les monnaies trouvées dans la couche d’incendie, la maison II a été partagée en deux habitations et une autre habitation a été construite à proximité immédiate.

22Deux oboles bourgeoises de Philippe le Bel, des années 1311-1313, offrent un terminus post quem pour la construction de la maison III et sans doute aussi pour cet accroissement de la population du village que traduit aussi la partition de la maison II.

23Le fait qu’on ait construit la maison III si près de la maison précédente jusqu’à la gêner va dans le même sens que la partition : elle établit que l’accroissement de la population a provoqué non pas une extension du village mais une densification de l’occupation et une densification du bâti dans le même espace.

24L’exemple des maisons II et III, en outre, n’est pas isolé. Il offre les meilleurs éléments de datation, mais on observe pour d’autres bâtiments, ou d’autres secteurs, des faits qui vont dans le même sens. Avec les maison I et X on n’assiste pas à une partition du bâtiment initial mais à une extension, à un doublement de sa surface. Composés d’abord de deux pièces construites contre la falaise, ces deux bâtiments se sont accrus de deux autres pièces à l’est des premières. Mais cette extension des maisons initiales s’est faite à la faveur d’une reconstruction qui a permis de loger entre elles une troisième maison dont l’emplacement a été gagné sur la cour séparant les bâtiments X et I. Les liaisons qu’on peut observer entre les murs sont éloquentes : la maison nouvelle (XI) a faites siennes en les prolongeant vers l’est la paroi sud de la maison I primitive et la paroi nord de la maison X. Plus au sud, toujours le long de la falaise, la maison VIII, toute en longueur, et n’offrant qu’un seul local, semble aussi édifiée sur une cour entre les bâtiments VII et IX. Dans le groupe des maisons XIV à XVIII, moins bien connu, des partitions et des extensions sont possibles également. Dans le groupe des maisons V et VI, la maison VI offre le plan du bâtiment II avant sa division en deux habitations, et la partition de la maison V est établie par une porte intérieure condamnée, remplacée ensuite par une porte donnant directement sur l’extérieur.

25Un document de 1285 donne 15 feux à Dracy. Or la fouille a mis au jour en tout ou partie 22 habitations auxquelles il faut peut-être ajouter un petit nombre de bâtiments non repérés. Après 1285, la population a donc continué de croître. Ce mouvement s’est sans doute arrêté lors de la première vague de la pandémie, en 1348. En tout cas, on a pu constater qu’au moment des incendies et des destructions dont le village fut victime vers 1360, certains bâtiments avaient déjà été abandonnés, ou des maisons étaient devenues des granges. La maison II elle-même n’était sans doute plus habitée que par une famille : c’est du moins ce que suggère la répartition du mobilier qui de la partie ouest à la partie est du bâtiment apparaît comme complémentaire.

26L’accroissement de la population, la poursuite de l’expansion démographique dans la première moitié du XIVe siècle, constituent des faits en eux-mêmes dignes d’intérêt. Non moins intéressante est la façon dont s’est traduite dans le bâti cette crue de la population : des bâtiments partagés pour abriter deux habitations là où il n’y en avait qu’une, des pièces ajoutées à un édifice préexistant, des maisons de petites dimensions construites dans les cours, voilà ce qu’on observe.

27Bien sûr, on est amené à penser que des liens de parenté unissaient les habitants des anciennes maisons et ceux des nouveaux locaux et, plus sûrement encore, ceux qui s’abritaient sous un même toit, dans une maison divisée. On connaît quelques-unes des familles de Dracy, par leurs héritiers qui au XVe siècle habitent Baubigny et Évelle : les Michot et les Moreaul, alias de Drachey, c’est-à-dire de Dracy, les Laurent et les Dauphin ; il y en a peu et elles semblent avoir compté de nombreuses branches, les Dauphin surtout. Soit, mais rien en apparence ne contraignait les branches nouvelles à s’établir, au XIVe siècle, chez leurs proches parents, sous leur toit, contre leur mur, ou dans leur cour. Rien sauf la structure du village qui est aussi une structure sociale et qui apparaît donc comme fortement contraignante. Le village médiéval n’est pas tant fait de maisons qu’il n’est constitué de parcelles, des parcelles qui selon leur catégorie ont une vocation précise que traduit leur nom et qu’enregistrent les documents.

  • 3 Cf. Ch. Higounet, Paysages et villages neufs du Moyen Âge, Bordeaux 1975, notamment « Une bastide d (...)

28Les actes de fondation des villeneuves, ceux concernant les bastides du Sud-Ouest distinguent ainsi parmi les terres attribuées aux nouveaux habitants, les arpents, les localia ad opus domorum et les casaleriae3. Les deux dernières catégories sont dans le nouvel habitat, ou mieux constituent l’habitat. Le colon attiré par la fondation ne peut donc édifier sa demeure que sur la parcelle affectée à cette destination, et nulle part ailleurs.

29C’est une contrainte du même ordre que rend manifeste l’évolution du bâti à Dracy, et une contrainte qui perdure bien au-delà de la fondation. À Dracy, les localia ad opus domorum s’appellent « meix ». Au XVe siècle, alors que le village est déjà déserté, les habitants des villages voisins reconnaissent parfois tenir à Dracy, des curtils, des ouches, et des meix et maisons : lorsque le terrier enregistre une déclaration de maison, celle-ci est toujours associée à un meix. Les partitions, les additions de pièces, les constructions dans les cours ont très certainement pour raison d’être la nécessité de rester dans le cadre du meix, de ne pas sortir de ses limites.

  • 4 P. de Saint-Jacob, « Le village, les conditions juridiques de l’habitat », Annales de Bourgogne, 1 (...)

30Dracy est un village neuf, une création tardive, du XIIIe siècle sans doute. Mais les villages voisins, les villages bourguignons en général, même très anciens, sont de même que Dracy, constitués de meix, de curtils et douches, celles-ci étant les lopins en culture associés au meix dans les limites du village ; on sait tout cela depuis les études de Pierre de Saint-Jacob4.

31Et sans doute le caractère contraignant du meix a-t-il la même force dans ces villages. On constate en tout cas que, pendant longtemps, jusqu’à hier pratiquement, les habitations pourtant reconstruites à plusieurs reprises depuis le Moyen Âge sont restées groupées dans le village. Seule une étude attentive des plans terriers et des plans cadastraux révélerait si ce sont toujours les mêmes emplacements qui ont accueilli les maisons reconstruites. En tout cas, il y a cette quasi-immobilité des limites villageoises pour attester que l’ancienne contrainte est demeurée vivace ; elle avait sans doute perdu son fondement juridique, mais elle restait présente dans les esprits : elle était devenue tradition.

32J’ajouterai pour terminer que, s’agissant d’anciens villages, établis bien avant le temps des villeneuves, on est amené à supposer une restructuration de l’habitat, qui est intervenue vers la fin du haut Moyen Âge. En effet, sauf exception, (il y en a toujours), les fouilles d’habitats du haut Moyen Âge montrent régulièrement une absence d’organisation, des orientations variées, un tissu très lâche où rien ne paraît structurer le bâti. C’est donc plus tard que s’introduit l’organisation de l’habitat : elle accompagne sans doute la structuration des terroirs, et donne aux villages leur physionomie définitive, celle en tout cas qu’ils ont gardé jusqu’au début de notre siècle. Cette organisation, j’y vois comme la vraie naissance des villages.

Notes

1 Cf. Lexikon des Mittelalters, vol. III, S.V. « Dorf » col. 1266 et suiv.

2 Dracy, ancien village des XIIIe et XIVe siècles, dans la commune de Baubigny, en Côte-d’Or, cf. « Le village bourguignon de Dracy », Archéologie du village déserté, 1970, p. 54-93 ; J.-M. Pesez et F. Piponnier, « Une maison villageoise au XIVe siècle », Rotterdam Papers II, 1975, p. 139-170.

3 Cf. Ch. Higounet, Paysages et villages neufs du Moyen Âge, Bordeaux 1975, notamment « Une bastide de colonisation des templiers dans les Pré-Pyrénées : Plagne », et « Nouvelle approche sur les bastides du sud-ouest aquitain ».

4 P. de Saint-Jacob, « Le village, les conditions juridiques de l’habitat », Annales de Bourgogne, 1941, p. 169-202.

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540