Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie du village et de la maison rurale au Moyen Âge

 | 
Jean-Marie Pesez

Première partie. Culture matérielle et techniques

Chapitre 5. La construction rustique en pierre au Moyen Âge

Texte intégral

1La construction en milieu rural n’a guère retenu l’attention ni de l’architecte, (et on le conçoit) ni de l’historien des techniques, ni même jusqu’à une date récente de l’archéologue. L’ethnographe lui-même s’est plus intéressé à la morphologie de la maison rurale qu’aux techniques qu’elle met en œuvre. Il est même difficile de trouver dans les traités et les dictionnaires le mot juste, le terme correspondant exactement à la technique qu’on observe sur le terrain : souvent on ne rencontre qu’un terme vernaculaire qui risque de n’être pas compris.

2Pourtant, il faut se souvenir de la place tenue dans le passé par la construction paysanne : elle pèse du même poids que la société rurale. L’historien de la culture matérielle ne peut donc la négliger.

3Archéologue, travaillant sur des sites d’habitats villageois, j’ai éprouvé cette exigence et j’ai rencontré ces difficultés. Mon expérience m’a cependant permis de dégager quelques traits qui me paraissent caractéristiques de la construction rurale en pierre au Moyen Âge.

4Je n’évoquerai, ici, que la véritable construction en pierre, en laissant de côté des types de bâtiments qui font sans doute appel à la pierre, mais avec d’autres matériaux et de façon relativement mineure et limitée ; ce sont cependant des types assez fréquemment rencontrés par l’archéologie médiévale, je pense aux maisons de bois édifiées sur des solins de pierre, ou à la maison-toit où tout le volume est donné par la toiture, et où les murs ne sont pas plus élevés que des clôtures, auxquelles, d’ailleurs, ils s’apparentent. Le bâtiment pris en considération ici est celui qui est entièrement construit en pierre ou, du moins, celui où la pierre tient la plus grande place.

  • 1 Sur Dracy, cf. J.-M. Pesez, « Une maison villageoise au XIVe siècle », Rotterdam Papers, II, Rotte (...)
  • 2 G. Démians d’Archimbaud, Les Fouilles de Rougiers, Paris, 1980. M. Beresford et J. Hurst, Deserted (...)

5Mes sources principales pour aborder cette question me sont fournies par les sites dont mon groupe de recherche a assumé la fouille, en France et en Italie, surtout Dracy. Saint-Jean-le-Froid, Essertines, Charny et Brucato en Sicile1. S’y ajoutent les données de la bibliographie, celles de la publication de Rougiers et celles des publications anglaises, au premier plan2.

6« Le choix du matériau » semble obéir aux principes qu’ont dégagés les ethnographes :

71) le recours à des matériaux achetés est, autant que possible, évité,

82) de ce fait, le choix est dicté par les ressources locales,

93) quand c’est possible, c’est le terrain à bâtir, lui-même, qui procure le matériau.

  • 3 P Grimm, Hohenrode, eine mittelalterliche Siedlung im Südharz, Berlin, 1939.
  • 4 J. Hurst, op. cit.

10On constate de fait que c’est le granit qui est utilisé à Essertines, dans les monts du Forez, le calcaire jurassique à Dracy, situé au pied d’une falaise calcaire, du schiste vert à Hohenrode, dans le Harz3. Et à Brucato, le substrat rocheux, sous les maisons du XIVe siècle, porte des traces d’extraction sous forme de saignées horizontales. Les archéologues anglais admettent de leur côté que c’est souvent l’enclos même de la maison qui a fourni les pierres. Ils notent aussi que lorsque des pierres étrangères à la région sont présentes, elles ont toutes chances d’être des réemplois et de provenir de ruines voisines que les archéologues ont pu parfois observer également. On rappellera ce qu’a souligné J. Hurst4 : en Angleterre la pierre n’est pratiquement pas utilisée dans la construction paysanne avant la fin du XIIe siècle et cela même dans des régions où la pierre abonde. En revanche, à la fin du XIIsiècle et au début du XIIIe siècle elle gagne même des régions argileuses, pauvres en pierre de construction.

11Mais cette constatation vaut pour le choix entre la pierre et les autres matériaux, non pour le type de pierre utilisé – et c’est un autre problème qui met en cause le quatrième principe dégagé par les ethnographes :

124) c’est la pierre qu’on choisit (de préférence à tout autre matériau) quand elle est accessible.

  • 5 G. Bresc-Bautier, H. Bresc, « Maramma. I mestieri della costruzione nella Sicilia medievale », I M (...)

13Notre ami H. Bresc a noté que les contrats palermitains des XIVe et XVe siècles évoquent un type de maçonnerie appelé maramma a petra e tayu qui, dans la majorité des cas, ne prévoit d’autre liant que l’argile, la terra russa. Or cette maramma est explicitement désignée comme rustica5.

14Le liant est, en effet, un caractère discriminant particulièrement marqué de la construction rustique. Et il faut commencer par lui, parce qu’il se répercute sur les autres aspects, non seulement la mise en œuvre des matériaux, mais encore leur traitement.

15Le liant, dans la grande majorité des cas, c’est, comme à Palerme, la terre argileuse. On ne sait d’ailleurs trop comment la nommer, ni « mortier de terre », qui est ambigu, ni « mortier d’hirondelle » qui est employé en Normandie mais qui est par trop vernaculaire. La terre argileuse employée comme liant ne caractérise pas seulement, en effet, la maison rurale au Moyen Âge ; elle a continué d’être employée dans la construction traditionnelle jusqu’au XVIIIe siècle, voire jusqu’au XIXe siècle.

  • 6 T. Mannoni, « L’analisi delle techniche murarie medievali in Liguria », Atti del colloqui internaz (...)
  • 7 Jusqu’à 38 x 16 pour la « grange à piles ».

16Mais il est intéressant d’observer que lorsqu’un même site archéologique présente une église et un château à côté des maisons paysannes, les premiers sont édifiés au mortier de chaux et les secondes à la terre. C’est le cas présenté par Brucato, en Sicile, par Wharram Percy en Angleterre, par Saint-Jean-le-Froid, dans le Rouergue, et on l’a observé aussi à Legnato, en Ligurie6. Tout se passe un peu comme si le type de liant signait le type d’édifice et de construction. À cet égard, il est remarquable que les bâtiments de la grange de Charny soient construits sans mortier, alors même qu’ils sont parfois de très grandes dimensions7.

  • 8 F. Bougard, É. Hubert et G. Noyé, « Du village perché au Castrum : le site de Caprignano en Sabine (...)

17Naturellement, il faut admettre des exceptions : on les rencontre plus souvent dans les régions méditerranéennes, à Rougiers notamment, à Caprignano, dans les Pouilles etc8. Pourtant, les exemples siciliens interdisent de généraliser et de voir dans l’emploi du mortier un trait proprement méditerranéen.

  • 9 Brandes, fouilles de M.-C. Bailly-Maître et J. Bruno. P. Fournier, « Ruines de villages bâtis en p (...)

18Une autre exception est constituée par les vrais murs de « pierre sèche », ceux où ne figure aucun liant. Ils n’ont été que rarement observés : John Hurst se demande même si, lorsque le cas se présente, on n’a pas affaire à des murs originellement liés de terre, celle-ci ayant été lavée ou transformée en humus. Ce pouvait être le cas à Brandes, village de mineurs des Alpes françaises, peut-être aussi pour les habitats de hauteur du Massif Central9. Cependant, il faut admettre que la pierre sèche se rencontrait encore hier dans les fameux « orris » (Pyrénées) ou « bories » (Provence), ces bâtiments voûtés sans recours à aucun liant et qui dans certains cas correspondaient à des habitations.

  • 10 R. Bucaille, L. Levy Strauss, L’Architecture rurale française, Bourgogne, Paris, 1980.

19Le liant de terre paraît au total majoritaire. Son emploi ne doit pas nécessairement être tenu pour une faiblesse technique. On a fait observer qu’il assure à la construction une relative élasticité lui permettant d’accepter des déformations et des déversements alors que le mortier trop dur, fixant le mur « en une raideur définitive ne lui laisse d’alternative qu’entre l’immobilité et la chute »10.

20Le liant commande le type de mise en œuvre de la pierre. Le mortier autorise et favorise la construction en blocage, observée à Rougiers, par exemple : les moellons sont jetés sans grand ordre dans un mortier abondant, et il n’est pas nécessaire de beaucoup les retoucher, sauf peut-être sur la face de parement. Il n’en va pas de même pour les murs liés de terre.

21Pour ceux-ci il convient d’obtenir la plus grande régularité compatible avec la dimension irrégulière des moellons : il faut en effet caler les moellons en leur donnant la meilleure assiette possible, en les disposant à plat. Et l’absence de coffrage et de mortier oblige à élever le mur assise après assise. On a donc affaire à des murs assisés, où les joints sont réduits au minimum.

22D’autre part on aurait tort de se représenter les murs rustiques comme constitués, à la manière des constructions en pierres de taille, de deux parements et d’une fourrure interne. La technique la plus représentée imbrique en fait les deux parements en utilisant la longueur de queue des moellons : elle intercale les moellons courts et les moellons ayant de la queue. À Dracy, des parpaings, c’est-à-dire de très grosses pierres faisant toute la largeur du mur, assurent parfois de place en place la cohésion des parements. Malgré tout, des vides subsistent à l’intérieur des murs : ils sont comblés par de la pierraille mêlée à la terre argileuse.

23Cette technique rend compte sans doute de la largeur des murs, qui est étonnamment constante pour les constructions sans mortier, et régulièrement plus importante que pour les murs maçonnés au mortier. Qu’il s’agisse de la Sicile, de l’Angleterre, de la France, de la Tchécoslovaquie, la largeur des murs s’établit entre 60 et 90 cm. Avec ces dimensions, le type de construction n’interdit pas d’atteindre des élévations importantes : les contrats palermitains, déjà évoqués, prévoient pour des murs liés de terre des hauteurs de l’ordre de 6 à 12 m.

24Le type de construction est aussi très étroitement lié au traitement que subit le matériau. Bien entendu, la construction rustique ignore au Moyen Âge la pierre de taille. Le matériau, c’est le moellon. Celui-ci, cependant, n’est pas laissé brut (bourru). La question est de savoir quel traitement il reçoit et à l’aide de quel outil. On décrit parfois le moellon comme « grossièrement équarri ». J’ai peur qu’il ne s’agisse d’une impropriété de terme, car il n’y a pas de véritable équarrissement : cependant, il arrive qu’on observe des pierres parallélépipédiques en certains secteurs de la construction : aux angles, aux têtes de murs, pour les piédroits. Mais en règle générale, seules les faces de parement et les faces de lit sont sûrement travaillées et seules les premières sont grossièrement dressées. Le moellon est aussi démaigri en queue, et c’est tout.

25Il n’est pas aisé de désigner les outils utilisés pour obtenir ce résultat. Le seul indice dont on dispose est fourni par les traces laissées sur la pierre ; et dans le cas des moellons, ces traces parlent peu : aussi les auteurs diffèrent-ils dans leur appréciation. Il faut sans doute penser aux outils les plus simples et les plus universels : la broche par exemple {tige de fer à extrémité pointue, plutôt que le pic inutilisable au-dessous de 20 kg ou que la chasse biseautée ou le ciseau tranchant], et le marteau [plutôt que le taillant, sophistiqué]. Ils paraissent acceptables dans les mains du maçon du village et du paysan.

26On peut encore souligner d’autres caractères discriminants de la construction rustique.

27Je ne ferai qu’évoquer la verticalité relative et la rectitude approximative des murs : manifestement, le maçon villageois ignorait l’usage du cordeau et du fil à plomb. Peut-être se servait-il, comme cela est attesté pour des époques plus tardives, de perches plantées verticalement ?

28Il faut en revanche insister sur l’absence de fondations et la rareté des liaisonnements. Entendons-nous sur l’absence de fondations : il s’agit des fondations enterrées dans une tranchée. En Angleterre, elles n’ont été observées que fort rarement : dans presque tous les cas, le mur repose directement sur le sol. Seulement il arrive fréquemment que le sol, ce soit le roc. C’est ce qu’on a observé à Dracy, à Brucato et également à Rougiers. À Dracy, l’utilisation du roc est particulièrement ingénieuse : les maisons ont été édifiées entre et sur des affleurements rocheux, au point qu’on peut parler d’un véritable « enrochement » du village. Il faut admettre que là où on construit en pierre, le roc n’est jamais très loin, et qu’il offre la meilleure assise possible. Il existe en outre des correctifs à l’absence de fondations enterrées : les murs montés à fruit avec une base élargie, et la construction en semelle débordante des assises inférieures.

29Les données des documents ne sont pas toujours en accord avec celles de l’archéologie : les contrats palermitains évoquent de bonnes fondations enterrées. Ils prévoient aussi, même pour la maison construite a petra e tayu, des chaînages en pierre de taille aux angles. On n’a rien observé de tel à Brucato, qui, il est vrai, n’est pas Palerme : les liaisonnements entre les murs y sont même exceptionnels. Ils le sont également à Rougiers, surtout dans les premières périodes. Ils sont un peu plus fréquents à Dracy, sauf toutefois pour les refends, régulièrement appuyés contre les autres murs.

30En revanche, à Dracy, comme pratiquement sur tous les sites connus par l’archéologie, les ouvertures sont régulièrement implantées entre deux têtes de mur, ce qui relève du même esprit que les juxtapositions sans pénétration entre les murs.

31Telles sont donc, dans l’état actuel des recherches, les caractères, rapidement évoqués, de la construction rustique au Moyen Âge. Bien entendu, il est difficile de généraliser, et même dans ce survol, j’ai dû admettre un bon nombre d’exceptions. En fait, tous ces caractères se trouvent rarement réunis au complet dans un même bâtiment.

32Si cela se rencontrait, on aurait sûrement l’impression d’une déplorable faiblesse technique. Mais même pris isolément, chacun de ces caractères ne plaide pas en faveur d’une bonne technicité. Cela pose d’autant plus de questions que des solutions meilleures existaient, que des bâtiments contemporains de ces maisons paysannes étaient édifiés selon des techniques proches de la perfection. Il ne s’agit pas ici d’un retard, d’un stade de l’évolution technique. Tout simplement, dans ce domaine comme dans d’autres, la société paysanne n’avait pas intégré toutes les techniques de son temps.

33À quoi attribuer ce décalage ? Le manque de ressources financières n’explique pas tout. Plus exactement, s’il faut incriminer la pauvreté en dernière analyse, on n’y parvient que par la médiation d’autres niveaux d’explication. Le souci de limiter les dépenses tient compte sans doute du choix d’un matériau local, parfois de pierres ramassées dans les champs. Il justifie sans doute aussi l’absence de chaux dans les murs. Mais cela ne saurait expliquer l’absence de fondations enterrées, les liaisonnements défectueux, l’ignorance du cordeau et du fil à plomb. C’est ici sans doute qu’il faut se demander qui construisait les maisons paysannes ? C’est-à-dire, la construction faisait-elle intervenir des professionnels ou était-elle réalisée par leurs futurs habitants et utilisateurs ? Dans l’état actuel des connaissances, il est bien difficile d’en décider. Même l’ethnographie n’apporte pas de réponse logique à la question, s’agissant de la maison traditionnelle.

  • 11 C. Bromberger, J. Lacroix, H. Raulin, L’Architecture rurale française. Provence, Paris, 1980 ; S. (...)

34Si pour la Provence on estime que « rares sont les maisons rurales qui ne sont pas l’œuvre d’un spécialiste », pour le Poitou, la Lorraine, le Lyonnais on assure que même l’extraction des moellons était le fait des paysans eux-mêmes11.

35On voit plutôt un partage des tâches où le professionnel joue le maître d’œuvre et les paysans lui servent de manœuvres.

36Les documents ne sont pas davantage décisifs : le maçon de village est moins présent que le charpentier, mais ce n’est pas vrai partout. L’archéologue, quant à lui, observant d’une part le niveau technique traduit par les constructions, mais d’autre part aussi l’habileté qu’exige la mise en œuvre des moellons en l’absence de mortier de chaux, observant aussi l’uniformité des constructions dans un même village, l’archéologue est tenté de proposer une solution médiane : les bâtiments villageois paraissent construits par les habitants mais guidés par un semi-professionnel, n’ayant ni la formation, ni l’outillage du véritable maçon.

37Au total, il existe bien, au Moyen Âge, une construction rustique distincte de la construction religieuse, castrale et urbaine. Elle se caractérise par un niveau technique inférieur – encore qu’elle soit adaptée aux besoins du monde – mais elle est surtout adaptée à ses moyens.

Notes

1 Sur Dracy, cf. J.-M. Pesez, « Une maison villageoise au XIVe siècle », Rotterdam Papers, II, Rotterdam, 1975, p. 139-150. Sur Saint-Jean-le-Froid, cf. L. Leciejewicz, J.-M. Pesez, M. Rulevicz, S. Tabaczynski, « Sur le Levézou : l’établissement médiéval de Saint-Jean-le-Froid », Archéologie du village déserté, Paris, 1970, p 55-93. Sur Essertines : cf. F. Piponnier, « Essertines-en-Châtelneuf, village déserté de la fin du Moyen Âge », Histoire et Archéologie, 1983, 78. Sur Charny, cf. P. Beck, Une Ferme seigneuriale au XIVe s., la Grange du Mont, Paris, DAF no 20, 1989. Sur Brucato : cf. J.-M. Pesez (sous la dir. de), Brucato, histoire et archéologie d’un habitat médiéval en Sicile, Rome, 1984.

2 G. Démians d’Archimbaud, Les Fouilles de Rougiers, Paris, 1980. M. Beresford et J. Hurst, Deserted Medieval Villlages, Londres, 1971.

3 P Grimm, Hohenrode, eine mittelalterliche Siedlung im Südharz, Berlin, 1939.

4 J. Hurst, op. cit.

5 G. Bresc-Bautier, H. Bresc, « Maramma. I mestieri della costruzione nella Sicilia medievale », I Mestieri, Atti del II Congresso internazionale di Studi Anthropologia Siciliani, 26-29 mars 1980, p 145 sq.

6 T. Mannoni, « L’analisi delle techniche murarie medievali in Liguria », Atti del colloqui internazionale di Archeologia Medievale, Palerme, 1976, p. 291-300.

7 Jusqu’à 38 x 16 pour la « grange à piles ».

8 F. Bougard, É. Hubert et G. Noyé, « Du village perché au Castrum : le site de Caprignano en Sabine », Structures de l’habitat et occupation du sol dans les pays méditerrranéens. Les méthodes et l’apport de l’archéologie extensive (Castrum 2), Rome, 1988, p. 433-465.

9 Brandes, fouilles de M.-C. Bailly-Maître et J. Bruno. P. Fournier, « Ruines de villages bâtis en pierre sèche et abandonnés », Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 1979, p. 26-53.

10 R. Bucaille, L. Levy Strauss, L’Architecture rurale française, Bourgogne, Paris, 1980.

11 C. Bromberger, J. Lacroix, H. Raulin, L’Architecture rurale française. Provence, Paris, 1980 ; S. Jean, Poitou, Pays charentais, Paris, 1981 ; C. Gérard, Lorraine, Paris 1981 ; C. Royer, Lyonnais, Paris, 1979.

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540