Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Mots de la nation

 | 
Sylvianne Rémi-Giraud
, 
Pierre Rétat

L'histoire des mots

Peuple, nation, État en grec ancien

Michel Casevitz et Louis Basset

Texte intégral

Les noms grecs du peuple : l’héritage français

1Comme on sait, même quand on veut parler grec et de grec, on ne peut se passer du latin, qui dans la culture européenne l’a relayé, et, dans le domaine qui nous intéresse, c’est le latin qui a fourni à notre langue les noms usuels désignant le peuple, la nation, l’État. Populus n’a pas d’étymologie, c’est peut-être un mot d’emprunt (pour ces problèmes, voir les articles du Dictionnaire Étymologique de la Langue Latine d’Ernout et Meillet) ; natio (avec a et o longs), -ionis, fém., est un dérivé de nascor, nasceris, nasci, natus sum « naître » : le mot désigne d’abord la naissance, en fait le résultat de l’enfantement, la portée d’un animal, d’où « l’ensemble des individus nés en même temps ou dans le même lieu » (voir Festus 165, 3 : natio, genus hominum qui non aliunde venerunt, sed ibi[dem] nati sunt). Le mot, formé sur *gnatio, est proche, dans l’origine et le fonctionnement dans la langue, du féminin plus récent gens, gentis, fait sur geno,-is, doublet du plus usuel gigno-is,-ere, genui, genitum, « engendrer » ; à l’origine, gens désigne le groupe de tous ceux qui se reconnaissent un ancêtre mâle – et libre – commun et qui forment un clan (avec nom gentilice) ; puis le sens, quand le « clan » précis a disparu, devint « famille » (restreint), « race » (large), et a tendu à désigner la nation, le peuple, le groupe (à l’époque impériale, gentes désigne les peuples étrangers face au populus Romanus, cependant que chez les chrétiens, le pluriel désigne les païens face aux juifs et aux chrétiens). Le neutre genus, generis, tiré de la même racine *gen-, et qui a des correspondants dans de nombreuses langues indo-européennes, désigne l’ensemble des êtres (masc. ou fém.) de même origine et à caractéristiques communes, d’où genre, espèce, classe (vocabulaire concret et abstrait).

2Quant à l’ancêtre de l’État, le latin status,-us, m., il désigne d’abord, à partir de la racine qui a fourni le verbe sto, stas, stare, steti, statum, « être debout, être immobile, se dresser », l’attitude, la façon de se tenir, d’où « l’état de la Cité, de la République (au sens classique = civitas, respublica) ».

3Il faut ajouter à ces trois termes deux autres mots latins : multitudo, -inis, fém., c’est le peuple en tant que nombre, foule ; le féminin plebs, plebis, désigne à l’origine l’ensemble des citoyens qui ne sont pas nobles (populus, lui, désigne les citoyens dans leur ensemble, voir Justinien, Instit. I, 2, 4), donc tous ceux qui ne sont pas patriciens et sénateurs. Le sens péjoratif est tardif, et s’est développé dans la langue chrétienne, pour désigner ceux qui ne sont pas les clercs.

4Comme on voit, notre vocabulaire concernant le peuple, la nation, l’État paraît dériver tout entier du latin. Mais le grec n’est pas aussi absent qu’il semble ; d’abord le latin a souvent employé un des termes précédemment indiqués pour traduire des mots grecs, quand il n’a pas purement et simplement calqué ou emprunté les termes grecs, comme on verra, et d’un autre côté, les mots grecs du peuple ont survécu, souvent via le latin, dans notre langue.

5Ainsi le peuple, en tant que multitude, c’était en grec le neutre plêthos, qui a souvent servi à exprimer la foule, le peuple constitué en nombre (voir le français pléthore). En ce sens, l’adjectif substantivé hoi polloi a souvent désigné le peuple, c’est l’ensemble des gens, aussi bien que, dans un régime démocratique (où l’ensemble des hommes libres ont les droits civiques), le peuple de l’Assemblée, l’ekklêsia, que le latin d’Église a emprunté tel quel (ecclesia, avec le deuxième e long), pour désigner l’assemblée des fidèles, l’église (au sens abstrait mais aussi concret, en concurrence avec basilica, lui aussi emprunté au grec…). Le latin d’Église a traduit par nationes ou par gentes (qui a continué les sens de genos, pluriel genê), pour désigner les nations païennes, le grec pluriel neutre ta ethnê, qui désigne à l’origine le groupe d’êtres animés, animaux ou hommes, les peuples, races, aujourd’hui (un peu par euphémisme) les « ethnies ».

  • 1 Voir P. Chantraine, 1968-1980, sv dêmos laos.

6Mais les mots grecs désignant spécifiquement le peuple sont deux masculins, dêmos (en ionien-attique, la forme prédialectale et dans les dialectes autres que l’ionien-attique étant damos, avec a long) et leôs (en attique, mais la forme ancienne laos avec a long, telle que la livre la langue homérique, a été conservée dans la « langue commune », alias koinê, de l’époque hellénistique et romaine)1.

7Tous deux très anciens en grec (attestés l’un et l’autre – malgré les affirmations de Benveniste dans le Vocabulaire des institutions indo-européennes, 2, 88-94 – en grec mycénien, le premier directement, le second dans des composés, ils apparaissent en grec alphabétique dès les textes homériques), ils n’ont cessé de vivre tout au long du grec et de mener une survie discrète dans d’autres langues, dont la nôtre. Pour l’étymologie, indiquons que damos est un des nombreux dérivés de la racine *da- (avec alternance a long/a bref) exprimant la notion de partage, tandis que laos (ancien *lawos) n’a pas d’étymologie claire.

8Damos (dêmos), qui dès l’origine désigne le peuple enraciné, les gens qui vivent sur un territoire, le canton (voir encore en Grèce les dêmoi qui descendent des dêmoi de l’Attique ancienne), l’entité administrative, a fourni d’importants composés. C’est le premier terme du composé démocratie, « régime où le peuple est au pouvoir, est prévalent », qui s’oppose à l’origine aux autres régimes, tels oligarchie, monarchie (le deuxième terme krat- a été employé au lieu du deuxième terme arch- à la fois parce que démarque existait déjà pour désigner le « chef de dème » et parce que le gouvernement du peuple se passe, par définition sinon en réalité, de commandant). Sur le même modèle a été formé aristocratie, « gouvernement des meilleurs », avatar du régime oligarchique. Autre composé qui a survécu, avec un sens devenu seulement péjoratif : démagogie (grec dêmagôgia, « fait d’être dêmagôgos », c’est-à-dire « conducteur du peuple », chef du parti populaire, le parti du dêmos) : les excès des chefs du parti populaire, tel Cléon au moment de la Guerre du Péloponnèse, ont amené la valeur péjorative que ne dénotait pas le mot au début.

9Le nom damos apparaît aussi en deuxième terme de composés vivants : le français a adopté l’endémie dans le vocabulaire médical (c’est à l’origine un dérivé de l’adjectif endêmos, « qui est dans le territoire », d’où « maladie »), mais aussi l’épidémie, « (la maladie) qui séjourne sur le pays », et la pandémie, maladie « qui concerne tout le pays » (sens originel), aujourd’hui maladie qui s’étend à de multiples pays.

10Parmi les dérivés, dêmosios (en fait dérivé de dêmotês, « homme du peuple », ou « membre du dème », mais il a fonctionné comme dérivé de dêmos), qui signifie « qui concerne le peuple, l’État, public, confisqué au profit du trésor public (= nationalisé) » : ce mot a été traduit en latin par popularis, qui a désigné au pluriel les tenants du parti démocratique, mais a pris aussi le sens péjoratif de dêmagôgos.

  • 2 Voir M. Casevitz, 1988.

11Passons maintenant à laos. À l’origine, le mot désigne le peuple en mouvement, en réunion, les soldats, les citoyens. En grec moderne, le mot se retrouve en premier terme du composé leôphoros qui signifie « le boulevard » (grec ancien « grand-route, lieu où se porte le peuple ») et de son dérivé leôphorio, « l’autobus ». Le grec moderne emploie encore le composé laokratia, « gouvernement, pouvoir populaire », par opposition à dêmokratia, « gouvernement démocratique, État ». En français, le mot liturgie descend d’un composé dont le premier terme est lui-même un composé avec en premier terme le mot laos sous sa forme ionienne lêiton « lieu où va le public »2, d’où leit-ourgia « assumer une charge publique à ses frais » (institution grecque : les riches assumaient des charges, tels l’équipement des trières, « triérarchie », ou les frais d’un choeur théâtral, « chorégie »).

12Un dérivé apparaît particulièrement important pour l’histoire de la langue. L’adjectif laïkos apparaît dans les papyrus, désignant en Égypte (où laos désigne le peuple par opposition aux prêtres) « ce qui est du ressort du peuple, ce qui appartient au peuple », par opposition à l’adjectif klêrikos, dérivé de klêros, signifiant à l’origine « sort tiré, tirage au sort », d’où « lot accordé par le sort, puis propriété, héritage », et enfin, dans la langue tardive religieuse, « charge, fonction religieuse », clergé. Kléricos, « qui appartient au clergé », est passé en latin (clericus) pour arriver en français (d’où clerc), de même que laîcos est passé dans le latin ecclésiastique puis en français (où il a donné phonétiquement lai, frère de statut inférieur) ; l’adjectif laïque est de formation savante. On sait qu’il signifie aujourd’hui, à l’intérieur de l’Église, le fidèle, membre du peuple croyant, qui n’exerce pas de fonction religieuse, mais, hors de l’Église, dans le langage « civil », laïque fonctionne par opposition à confessionnel, religieux. Quant à clerc, il désignerait plutôt aujourd’hui, l’intellectuel (pensons à Julien Benda !) Mais je m’aventure hors de mon domaine…

13Comme on a vu, une partie importante du vocabulaire français dans les domaines politique, institutionnel et aussi religieux, dérive des deux termes grecs fondamentaux dêmos et laos. Terminons en indiquant que les termes savants, faits de préférence à partir du grec, apparaissent périodiquement dans le vocabulaire politique, avec souvent des intentions polémiques : ainsi, il y a huit ans, un article du Monde (daté du 23 décembre 1986) avait pour titre : « Ochlocratie » et commençait ainsi : « L’ochlocratie est le gouvernement de la foule ou des masses rassemblées. » L’auteur, Yvan Blot, connaît le mot du grec ancien ochlos, « foule, masse » (encombrante, gênante : le verbe dérivé existe en grec moderne au sens de « gêner »), et l’ochlocratie dans sa langue est la forme la plus avilie de la démocratie. C’est malgré tout ce dernier mot qui sera mon dernier mot.

La Cité-État

14Alors que le titre général de cet ouvrage suggère que le concept de nation est aujourd’hui le concept central et fédérateur dans le « micro-champ sémantique » proposé à notre observation, il est significatif que M. Casevitz, parlant des langues classiques, se soit intéressé de façon prioritaire aux noms du peuple. Dans le monde gréco-romain en effet, notre nation moderne n’existe pas. Ses ancêtres étymologiques n’y font qu’une apparition humble et marginale. Ce sont des peuplades barbares ou païennes (nationes, ethnê), c’est-à-dire extérieures au monde gréco-romain, puis judéo-chrétien. C’est pourquoi les mots clefs du monde gréco-romain, puis judéo-chrétien, sont les appellations du peuple intérieur, avec les oppositions latines de populus et plebs, et les oppositions plus complexes du grec avec dêmos, laos et plêthos.

15Les autres mots du micro-champ permettent peut-être de voir en quoi ce monde gréco-romain différait de notre monde moderne, au point d’ignorer le concept moderne de nation. M. Casevitz indique que l’ancêtre étymologique de notre état n’a pas encore le statut politique qu’il a de nos jours. Mais Cicéron l’associe, dans l’expression civitatis status, au mot civitas qui est le correspondant latin du grec polis. Ces noms de la cité-état me semblent être ceux qui, par leur opposition à notre nation, révèlent l’hétérogénéité des deux mondes.

16La polis ou civitas n’est pas seulement le lieu et le système politique à l’intérieur duquel peut exister et s’exprimer un dêmos ou un populus (qu’il s’agisse du peuple entier ou d’une partie seulement du peuple). C’est aussi, me semble-t-il, un mode de relation au sol dans lequel la ville est première et l’emporte sur le territoire. Ceci malgré quelques contre-exemples : si César parle d’une civitas Helvetia, c’est peut-être pour donner de l’importance à l’ennemi vaincu. C’est que les mots civitas et polis désignent normalement des réalités romaines et grecques, c’est-à-dire essentiellement méditerranéennes et urbaines.

17L’élément principal de la polis est en effet l’astu, c’est-à-dire l’agglomération où sont rassemblés les principaux lieux institutionnels et cultuels qui font l’identité du dêmos. Le territoire qui l’entoure, la chôra, lui est subordonné. On peut en dire autant pour la civitas Romana et son forum au centre du pomœrium, l’enceinte de la ville, dont l’ager Romanus n’est qu’une excroissance, qui peut s’étendre avec la politique impérialiste. Dans une nation moderne, le centralisme étatique peut être organisé, éventuellement de façon excessive. Dans la cité-état, il est à la fois inné et improvisé : « On ne voit donc pas apparaître une administration centrale étendant ses ramifications bureaucratiques sur l’ensemble des possessions romaines, mais de multiples solutions, nées des circonstances » (J. Rougé, 1969, p. 41), et « les Romains, incapables de sortir des cadres traditionnels de la cité, ne conçoivent leurs possessions que comme des terres d’exploitation, pour ne pas dire des terres bonnes à piller » (J. Rougé, 1969, p. 17).

18Nous autres au contraire, « avons construit nos villes à la campagne ». Ce ne sont au départ, donc étymologiquement, que des concentrations de maisons de campagne, les villœ latines. La ville est une superstructure qui s’ajoute à un territoire. Pour rencontrer le pays réel, le pays profond, il faut, paraît-il, quitter la grand-route. Ce mot pays est tiré du latin pagus, aux résonances toutes campagnardes (le village en tant qu’implantation, du verbe pango « planter »). J.-J. Goblot montre ici même que ce mot a pu servir, dans la France du 19e siècle, comme autre dénomination de la nation-état, avec une connotation conservatrice.

19L’opposition de la nation-état et de la cité-état s’observe aussi dans les termes qui peuvent prendre une valeur affective, subjective. Notre mot patrie vient du latin, et le grec avait un terme correspondant. Mais le mot grec patriôtês, d’où vient notre patriote, n’avait aucune coloration affective. Il désignait les habitants du pays. D’autre part, les colonies grecques gardaient des liens au moins cultuels avec leur cité fondatrice, qu’elles appelaient leur mêtropolis, leur cité-mère, alors que dans les langues germaniques modernes il est question de father land ou Vaterland (voir ici même les contributions de M. Pérennec et G. Rémi). Les Grecs étaient enfants de la cité, nous sommes enfants d’un territoire.

20Plus remarquable encore est ce qu’on peut opposer en Grèce à notre emploi subjectif et affectif du mot pays, quand nous opposons les « gens du pays » aux étrangers (on dit même « les pays » par métonymie). Un ensemble de travaux d’une équipe de recherche a en effet montré que c’est le mot grec astu qui se charge de ce sens affectif, dans son opposition au mot polis. Au delà des oppositions de type référentiel (l’astu est une partie de la polis) ou sémantiques (on a parfois considéré qu’un astu est une grande polis), ces auteurs ont mis en lumière une opposition subjective : la polis est la ville objective, la ville vue de l’extérieur, l’astu est ma ville (voir en particulier M. Casevitz, 1983). C’est pourquoi, quand on est, à Athènes, entre « gens du pays », on est en fait entre astoi, « gens de la ville » (Aristophane, Acharniens, 508).

21Cette civilisation de la cité-état n’a certes pas complètement disparu avec le monde gréco-romain. L’empire byzantin l’a prolongée. Il a eu beau se réduire au fil des siècles comme une peau de chagrin, Constantinople est restée jusqu’à la fin une cité-empire. Même aujourd’hui on peut en voir une trace dans le fait que la commune d’Istamboul n’englobe pas seulement une agglomération, pas seulement une « communauté urbaine », mais aussi un territoire agricole. On peut être Istambouliote sans habiter dans Istamboul, de même qu’on pouvait être Romain sans habiter dans Rome. En Occident, ce sont les cités de la Renaissance italienne, et surtout Venise, qui ont continué la tradition de la cité-état. Peut-être même reste-t-elle sous-jacente aux tensions qui se font jour parfois dans nos nations-états, comme par exemple entre Jacobins et Girondins.

Bibliographie

Bibliographie

Benveniste É., 1969 — Le Vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, Éditions de Minuit.

Casevitz M., 1983 – « Mon astu, sa polis : les exemples d’Hérodote », Ktema no 8, p. 75-83.

Casevitz M., 1988 – « Sur le prétendu suffixe-itos/iton », dans Mélanges de philologie et de linguistique grecques offerts à Jean Taillardat, Paris, Peeters-Selaf, p. 49-53.

Casevitz M., 1992 – « Sur le concept de “peuple” », dans Létoublon F. (éd.), La Langue et les textes en grec ancien, Amsterdam, Gieben, p. 193-199.

Chantraine P, 1968-1980 – Dictionnaire étymologique de la langue grecque, histoire des mots, Paris, Klincksieck.

Ernout A, Meillet A., 1967 (4e édition) – Dictionnaire étymologique de la langue latine, histoire des mots, Paris, Klincksieck.

Rougé J., 1969 – Les Institutions romaines, Paris, Armand-Colin.

Notes

1 Voir P. Chantraine, 1968-1980, sv dêmos laos.

2 Voir M. Casevitz, 1988.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site