Version classiqueVersion mobile

L'Église carolingienne et la mort

 | 
Cécile Treffort

Préface

Michel Sot

Texte intégral

1La mort, omniprésente, inéluctable et pourtant inconnue, est par excellence le lieu de l’interrogation religieuse de l’individu. Dans une société, elle vient à la fois briser les liens familiaux ou communautaires de natures diverses et en conforter, voire en recréer d’autres : autour du mort, la communauté se rassemble pour faire mémoire et s’assurer de sa continuité, tentant de compenser la rupture en oubliant ses divisions. Dans nos sociétés occidentales post-chrétiennes, on ne sait guère célébrer d’obsèques autrement que selon le rituel chrétien et les cimetières, où les tombes sont le plus souvent surmontées de croix, restent les derniers espaces sacrés. Une étude sur la mort et les pratiques funéraires nous introduit donc au cœur d’interrogations individuelles et de pratiques sociales dont on serait tenté de dire qu’elles sont constitutives de l'humanité. Mais l’histoire nous invite, sur un sujet aussi grave comme sur tout autre, à mesurer les permanences, observer les variations, et en chercher les raisons.

2C’est ce que nous propose Cécile Treffort avec ce beau livre sur les rites funéraires et les pratiques commémoratives à l’époque carolingienne. Elle y reprend et affine les éléments de sa thèse, brillamment soutenue devant l’université Lumière-Lyon 2 en 1994, sous le titre : Genèse du cimetière chrétien ; étude sur l'accompagnement du mourant, les funérailles, la commémoration des défunts et les lieux d’inhumation à l’époque carolingienne.

3Les deux points de départ de son travail sont significatifs de sa méthode. Le premier est un ensemble de constatations archéologiques, synthétisées naguère par Jean-Charles Picard, qui avait suggéré à Cécile Treffort cette recherche : entre le VIIe et le début du IXe siècle se produit une modification radicale du mode de sépulture, dans les pays d’entre Loire et Rhin au moins. Les dépôts funéraires ostentatoires disparaissent des tombes ainsi que les stèles lapidaires, tandis que l’on assiste à un regroupement des sépultures autour des églises, entraînant l’abandon des nécropoles de plein champ, en particulier des fameux cimetières « par rangées ». Le second point de départ est un texte, extrait d’un document canonique majeur et trop peu étudié : le concile d’Arras de 1025, où l’évêque Gérard de Cambrai défend, contre des hérétiques, l’inhumation du fidèle par le ministère du prêtre dans le cimetière chrétien, situé auprès de l’église. Le processus, dont l’archéologie a montré qu’il était engagé dès le VIIe siècle et particulièrement sensible au VIIIe, est alors achevé.

4C’est dans l’étude de ce processus que Cécile Treffort nous conduit avec sûreté. Elle le fait, on l’a compris, en associant étroitement données de l’archéologie et apports des textes soigneusement interrogés. Elle accorde, comme il est logique sur un tel sujet mais comme cela n’avait guère été fait avant elle, une importance capitale aux documents liturgiques et elle donne en ce domaine une solide information qui va bien au-delà des seuls rituels de la mort. Les documents canoniques lui permettent par ailleurs de dégager ce que je serai tenté d’appeler « la théorie » et les documents hagiographiques d’établir en contrepoint ce que pouvaient être les pratiques effectives.

5Cela nous vaut un itinéraire thématique, de grandes étapes chronologiques n étant définitivement établies qu’en conclusion. Une première partie nous introduit aux traditions bibliques et patristiques concernant la mort et les mourants avant d’étudier successivement « les aides sacramentelles au salut » : le baptême, la pénitence et Fonction, la communion. Ce sont les principaux éléments de la sacramentaire chrétienne qui sont ainsi mis en perspective par rapport à la mort et au salut.

6Avec la seconde partie, « Corps et âme entre famille et Eglise », nous arrivons au cœur de la thèse de l’auteur. Pour elle, autour de la mort et du corps du fidèle s’affrontent deux forces : l’Église qui tente d’encadrer l’ensemble de la société dans le moindre de ses rites, et le monde laïc, avant tout soucieux d’une identité qu’il tente de préserver en conservant traditions et coutumes ancestrales non chrétiennes. On peut émettre des réserves sur la radicalité de la thèse ainsi résumée. Où et quand, dans la société médiévale, le monde laïc et l’Église ont-ils été aussi séparés ? Sans doute pas aux temps carolingiens. Mais il n’importe pas trop ici, puisque nous voilà en présence de très beaux chapitres sur la toilette du corps, l’ensevelissement, les funérailles et les manifestations du deuil, fondés, entre autre, sur l’étude d’un important corpus de miniatures. De là on passe à l’après-funérailles et donc aux diverses manières de faire mémoire des défunts : célébration des messes de funérailles, memento des morts au canon de la messe, commémorations particulières aux communautés monastiques, avec des développements sur les confraternités de prière organisant la solidarité entre laïques et ecclésiastiques, ainsi que sur les ghildes laïques, suspectes à l’autorité ecclésiastique. Dans cette partie, bien sûr, les documents liturgiques sont la source principale mais pas du tout exclusive.

7Nous retrouvons plus largement la documentation archéologique dans la troisième partie consacrée au cimetière, mais toujours en étroite confrontation avec la documentation écrite, ce qui est décidément le grand mérite de ce livre. On part de la tombe chrétienne comme lieu de mémoire, et ce sont justement les textes attachés à faire mémoire, tant les épitaphes que les inscriptions sur les tables d’autel, voire les gesta d’évêques ou d’abbés qui permettent de développer cet aspect. Le cimetière est aussi le signe de l’affirmation de la communauté chrétienne : la plupart des hommes en font partie, mais certains en sont exclus et sont rejetés des obsèques et de la sépulture chrétiennes. Peu à peu se dessine un droit qui fixe qui a accès à tel ou tel cimetière et ainsi finissent par se tracer les limites des paroisses. Les morts et les vivants se sont rapprochés, l’habitat se fixant autour du cimetière dans le mouvement d’encellulement cher à Robert Fossier.

8Le livre de Cécile Treffort se recommande par ses qualités didactiques et il faut souhaiter que les étudiants en fassent leur profit. Il se recommande aussi par la qualité de sa documentation et de sa méthode, conjuguant harmonieusement l’archéologie, l’iconographie et les textes, tous les textes, à travers lesquels on peut appréhender les pratiques funéraires. De ce point de vue il est une incitation pour les chercheurs à aller « plus loin ».

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search