Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Mots de la nation

 | 
Sylvianne Rémi-Giraud
, 
Pierre Rétat

Autour du pôle européen

Le lexème Nation en allemand essai de construction de son signifié

Marcel Pérennec

Texte intégral

1Depuis quelques années, la notion de nation est revenue au centre de l’actualité pour le germaniste et pour tout chercheur s’intéressant à l’Allemagne. Outre les motivations que suscite l’actualité européenne (le traité de Maastricht prévoit-il la construction d’un nouvel État national supprimant l’identité propre de ses constituants ou celle d’une configuration dans laquelle les nations contractantes conserveraient leur caractère national ?) ou internationale (montée des conflits nationalistes dans le monde, guerre civile inter-ethnique dans l’ex-Yougouslavie, éclatement de l’ex-URSS), le germaniste se voit interpellé par deux faits plus spécifiques.

2Des populations d’origine allemande émigrées depuis plusieurs siècles (Allemands de la Volga, Allemands de Transylvanie) se voient accorder, en l’absence des critères habituels d’appartenance communautaire tels que la langue, les mœurs, le mode de vie, etc., la nationalité allemande en vertu du droit du sang, ce qui conduit à s’interroger sur le concept de nationalité et sur les fondements de la notion même de nation.

3Bien qu’elle n’ait pas donné lieu à création d’un nouvel État national, l’unification des deux États allemands a reposé, de fait, surtout pour les pays voisins, le problème de l’État national, i.e. a fait revenir au premier plan de l’actualité politique, appréhendé à travers la notion d’État national (Nationalstaat), le concept même de nation.

4Trois ordres de faits historiques rendent cette renaissance particulièrement intéressante.

  • 1 « Wer in Deutschland über die Nation redet, wird häufig als Ewig-Gestriger verdächtigt. » Cité d’a (...)

5De 1945 à 1989, la notion a été frappée, pour des raisons historiques qu’il est superflu de rappeler, d’un véritable tabou : le Ministre-Président de Bavière, Edmund Stoiber, ne déplorait-il pas le 11 novembre 1993 dans un discours au Parlement Fédéral : « Quiconque en Allemagne parle de nation est soupçonné de passéisme incurable.1 » ?

6Pendant la même période, de chaque côté de la frontière interallemande, on s’est efforcé de développer, pour justifier l’existence de deux États nationaux et légitimer leur différence, une nouvelle conception, rompant radicalement avec le passé, de la nation définie en dehors de toute relation avec la germanité. En RFA a été élaboré le concept de « nation des citoyens » (Staatsbürgernation) fondé sur l’idéal de la construction européenne – et de la nouvelle citoyenneté qui en découle — et le respect consensuel de la loi fondamentale (das Grundgesetz), qui est, en gros, l’équivalent en RFA de la constitution en France. En RDA s’est développée, dans une perspective marxiste internationaliste, la notion de « nation de classe » appelée à remplacer, à l’issue de l’évolution historique, celle de « nation allemande ». La réunification politique invite donc à un réexamen sémantique du terme.

7Ce réexamen ne peut pas se limiter à celui du terme Nation : l’un des paradoxes apparents de la réunification, dont on aurait pu penser que les protagonistes se réclameraient de l’appartenance à la même nation, est que ce mot a été très peu présent dans les discours politiques et les slogans des manifestations populaires de l’ex-RDA réclamant la fusion des deux États. Les deux grands slogans ont été « Nous sommes un seul peuple » (Wir sind ein Volk) et « Allemagne, patrie unique » (Deutschland einig Vaterland). On ne peut pas dissocier l’étude de ce mot de celle des mots peuple et patrie, auxquels nous ajoutons État (Staat) : l’histoire et ses discours confortent la réunion de ces termes en ce micro-champ sémantique qu’imposait déjà la circularité bien connue des définitions de dictionnaire.

Objectif et méthodes

8Dans cette contribution, je me propose de donner une description sémantique du terme Nation appréhendé, entre autres, dans ses relations avec les autres mots du champ sémantique précité, et non de proposer prioritairement une structuration de ce champ. Les autres termes seront analysés uniquement sous l’angle de leurs différences avec le mot Nation. L’analyse visera à dégager les traits de sens, la base commune aux différentes significations contextuelles, à élaborer donc ce que j’appellerai le signifié construit de Nation pour bien indiquer qu’il ne s’agit ni de poser ce signifié comme l’aboutissement diachronique d’une signification originelle contenant en germe toute l’évolution ultérieure (eine Urbedeutung) ni de privilégier une signification particulière pour en dériver les autres par une série de glissements conceptuels (eine Grundbedeutung). En d’autres termes, ce signifié construit n’est ni le sens originel cher aux tenants des théories localistes ni le sens fondamental qu’en termes plus modernes on pourrait qualifier de prototypique dans l’acception que l’on donne de cet adjectif pour représenter le meilleur exemplaire des sémèmes actualisant un lexème : il n’est pas la base de départ d’un processus de dérivation, qu’il soit diachronique ou conceptuel, mais l’aboutissement d’un processus d’extraction et d’abstraction. Ce signifié construit, qui réunit les traits de sens communs aux différentes manifestations sémémiques du lexème, se situe au plan invariant du système de la langue. Il peut très bien n’avoir pas de réalité phénoménale, i.e. n’être jamais entièrement réalisé, avec la totalité de ses traits de sens, dans une occurrence particulière du discours. Il est forcément très abstrait et doit être considéré comme un principe d’explication de la polysémie du lexème, comme l’ensemble de ses potentialités d’actualisation (eine Gesamtbedeutung).

9L’analyse se fonde sur un triple corpus :

  • les définitions que donnent de ces mots trois dictionnaires contemporains (le Wahrig et le Duden pour la RFA, le dictionnaire de Klappenbach et Steinitz pour la RDA) auxquels j’ai ajouté, uniquement pour le mot Nation, les définitions présentées par les dictionnaires de Grimm et de Sanders ;
  • les définitions, et, plus largement, les occurrences du mot Nation dans deux textes d’Otto Dann (1993)2 et de M. Rainer Lepsius (1993)3, retenus, il est vrai, de façon assez arbitraire ;
  • les occurrences de ces termes dans les collocations, particulièrement dans les collocations stéréotypiques (Ch. Schwarze, 1985) et dans les expressions lexicalisées. Ces occurrences ne se limitent pas à la catégorie syntaxique du substantif : partant de la thèse qu’un lexème est une unité de langue purement sémantique que seul un mode spécifique d’actualisation dans le discours promeut au statut de constituant syntaxique, je conduis l’analyse à travers les parties du discours classiques et inclus dans le corpus les adjectifs, les verbes. Il va de soi que cette méthode implique qu’il ne soit pas fait de différence hiérarchique entre sens propre et sens figuré.

10Une attention particulière a été apportée aux substantifs composés, que le terme à analyser soit le déterminant ou le déterminé du nouveau lexème. Cette analyse est fondamentalement axée sur la combinatoire du lexème, tant au plan de la syntaxe de la proposition (de quels types de verbes ces termes sont-ils le plus fréquemment le sujet, le complément d’objet ?) qu’à celui de la création lexicale.

11Dans ce dernier domaine, caractérisé par sa combinatoire figée, il me semble particulièrement intéressant et pertinent d’analyser les lexicalisations reposant sur des relations de type métonymique ou métaphorique (voir G. Lakoff et M. Johnson, 1985) entre les constituants, car l’analyse de la contiguïté ou du transfert qui fondent ce type de création lexicale permet d’accéder au plan de la représentation mentale (à ce que Frege appelait die Vorstellung), à ce qu’en utilisant un vocabulaire plus moderne on peut appeler le substrat anthropologique, le soubassement cognitif du lexique (qui englobe outre le savoir encyclopédique « objectif » tout ce qui relève de la composante évaluative, axiologique ou non, comme par exemple ce que Grice appelle les « implications conventionnelles » dont l’étude fait partie du champ de la lexicologie). L’intégration de ces éléments me semble fondamentale pour l’examen du domaine choisi, dans lequel les mots servent à traduire des représentations collectives dont la force mobilisatrice trouve sa source dans cette composante évaluative, dans lequel ils servent de support à des mythes permettant à des groupements humains d’accéder à une identité collective et aux individus d’accéder par ce biais au sentiment de l’identité personnelle.

Analyse des termes

Staat (État)

12Duden

1a. Ensemble des institutions dont le fonctionnement doit assurer une cohabitation ordonnée et durable aux personnes vivant sur un même territoire délimité par des frontières.
b. Pays (dont le territoire constitue le domaine d’un État).
2. (Zool.) Insektenstaat = colonie d’insectes.

13Klappenbach et Steinitz

1. À l’intérieur de frontières, appareil de pouvoir politique aux mains de la classe sociale dominante en vue d’imposer, de maintenir et d’assurer, tant aux plans intérieur qu’international, les rapports économiques et sociaux ; dans les sociétés fondées sur l’exploitation, sert à opprimer la majorité de la population ; dans la société socialiste dirigée par la classe ouvrière, est au service des intérêts du peuple et de sa protection.
2. Domaine où s’exerce la souveraineté territoriale d’un pays.
3. Communauté importante, strictement organisée, de certains animaux, par ex. les abeilles, les fourmis.

14Wahrig

Communauté importante d’hommes vivant sur un même territoire circonscrit par des frontières fixes et soumis à un même et seul même pouvoir souverain ; (pop.) pays ; communauté importante, à organisation finalisée, de certains animaux (abeilles, fourmis).

15Collocations et lexies

Staatsangehörigkeit (nationalité au sens juridique), Staatsanwalt (procureur), Staatsbegräbnis (funérailles nationales), Staatsbürger (citoyen), Staatsfarben (couleurs nationales) ; Vater Staat (le « père-État »).

16L’analyse de tous ces éléments permet d’extraire trois traits de sens fondamentaux :

  • un trait « territorial » : l’État est toujours défini par une extension géographique délimitée par des frontières, ce qui met en jeu le couple antonymique inclusion/exclusion ; par métonymie, le terme désigne ce territoire ;
  • un trait « politique » : l’État est défini par un pouvoir institutionnalisé exercé sur une communauté qu’il organise ;
  • un trait « symbolique » : vivre dans un même lieu fermé et être soumis au même pouvoir et aux mêmes principes d’organisation politique est un facteur d’homogénéité, créateur d’identité collective, porteur de symboles (voir Staatsbegrabnis, Staatsfarben…).

17Nous n’avons pas rencontré, ce qui (voir ci-dessous) fait toute la différence avec Nation, d’utilisation métonymique pour désigner l’ensemble des hommes regroupés dans un même État (la métonymie sert uniquement à désigner la puissance publique) ni de trait de sens pouvant renvoyer à la composante évaluative de la représentation mentale.

Vaterland (patrie)

18Duden

Pays dont on est originaire, au peuple, à la nation duquel on appartient, on se sent appartenir ; pays en tant que pays natal (Heimat) d’un peuple.

19Klappenbach et Steinitz

Milieu politique, culturel et social où vit un peuple ; ce milieu est donné par une délimitation territoriale (innerhalb territorialer Abgrenzung gegeben) et porte la marque du caractère de classe de l’État [c’est nous qui soulignons].

20Wahrig

Pays où l’on est né ou dans lequel on a grandi, pays natal (Heimat).

21Collocations et lexies

Vaterlandsliebe (amour de la patrie), fürs Vaterland kämpfen, fallen… (combattre, mourir pour la patrie).

22On peut extraire de ces données les traits sémantiques suivants :

  • un trait « territorial » (voir Staat) ;
  • un trait « origine » : la patrie est un donné (Klappenbach et Steinitz : gegeben) transmis par les pères (Duden, Wahrig). À la différence de ce que l’on observe pour le mot Nation, on ne trouve pas de lexies comme *Vaterlandsentstehung/* Vaterlandssbildung (naissance/constitution d’une patrie), ni d’emploi de Vaterland en fonction de sujet du verbe werden (devenir) ou d’attribut du sujet de ce même verbe.
  • un trait « collectif » apparaissant à travers les termes « peuple » ou « pays » des définitions.

23Seul Duden met en avant une relation d’appartenance ressentie qui peut se traduire par un lien affectif (Vaterlandsliebe), mais cette relation n’est pas le résultat d’un choix individuel à la différence de Heimat (formé sur une racine désignant la maison, voir home en anglais) : on trouve les collocations eine zweite/neue/geistige Heimat (une seconde/nouvelle patrie ; une patrie spirituelle), mais pas *ein zweites Vaterland. Cette absence de relation individuelle librement choisie fait apparaître l’amour de la patrie davantage comme un devoir civique que comme le résultat d’une adhésion personnelle. En outre, Heimat ne présente pas les traits relevant d’une organisation étatique et d’une souveraineté territoriale.

Volk (peuple)

24Duden (traduction partielle)

Communauté étendue d’hommes liés par la même langue, la même culture, la même histoire : le peuple allemand.
(sans pluriel) La masse des membre d’une société, de la population d’un pays, d’un État : le peuple des travailleurs.

Couche sociale inférieure de la société : un homme du peuple.

25Klappenbach et Steinitz

1. Population d’un pays, ensemble des citoyens d’un État, nation.
2. Communauté ethnique issue d’un regroupement de tribus avec un mode de production précapitaliste.
3. Ensemble des classes et des couches sociales qui regroupent la partie laborieuse de la société.

26Wahrig

1. Communauté étendue d’hommes liés par une communauté de langue et de culture.
2. Groupe d’hommes ; gens, foule, les couches sociales inférieures.

27Collocations et lexies

Il existe une quantité de mots composés dans lesquels se manifeste une conception organique du peuple, conçu comme être animé ; Volksseele / Volkswille / Völkermord / Volksmund (âme du peuple, volonté du peuple, génocide = meurtre du peuple, parler populaire = bouche du peuple, association d’une métonymie et d’une métaphore). Il n’y a pas de mot composé du type *Volksentstehung/naissance d’un peuple, *Volksbildung/constitution d’un peuple.

28On peut extraire de cet ensemble les traits suivants (nous laissons de côté le trait « couche inférieure de la société », qui est certes aussi important en allemand qu’en français, mais qui, en dehors d’emplois spécifiques limités à l’ex-RDA tels que Volksarmee, volkseigener Betrieb, Volkskammer, Staatsvolk, Sowjetvolk [armée du peuple, entreprise appartenant au peuple, chambre des représentants du peuple, peuple national = peuple de l’État, peuple soviétique] où le terme présente un trait politique fortement marqué, ne joue pas dans les relations entre le mot peuple et les autres constituants du micro-champ sémantique) :

  • un trait « communauté ethnique, linguistique, culturelle, historique » sans relation constitutive avec un territoire ni avec une forme d’organisation politique ;
  • cette communauté est (voir ci-dessus, l’absence de certaines collocations) une donnée originelle : un individu n’appartient pas à un peuple par un acte d’adhésion volontaire ;
  • ce donné fonde une identité collective qui n’est pas, à la différence avec la nation, atteinte par une action constructrice volontaire, par un consensus ;
  • un trait « être animé » : les collocations Volksseele, Völkermord, montrent bien la représentation d’un être collectif organique auquel l’individu est lié par une relation imposée et irrationnelle.

Nation (nation)

29L’évolution historique du contenu sémantique du terme présente une coupure nette entre un sens ancien, dont est exclu le trait « organisation politique » et le sens moderne, consigné par les dictionnaires de notre corpus, marqué par ce trait. Cette coupure a été fortement accentuée par la contamination avec le mot français nation à la suite de la Révolution française (H. Paul, Deutsches Wörterbuch, bearbeitet von W. Betz, Tübingen, 1966). Originellement, le terme Nation repose sur les notions de commmunauté culturelle et ethnique, sans relation avec les notions d’État et de pouvoir organisé. En voici quelques exemples :

  • 4 Cet exemple met particulièrement bien en lumière une différence importante entre le mot allemand e (...)

L’Amérique est peuplée d’une multitude de petites nations (= tribus indiennes) (Herder, cité par Grimm).
Au Brandebourg, porchers et vachères appellent nation les animaux confiés à leurs soins (Seiler, cité par Grimm).
Das Heilige Römische Reich deutscher Nation : le Saint-Empire Romain Germanique4.
An den christlichen Adel deutscher Nation : À la noblesse chrétienne de nation allemande (Luther, 1520).

30Ce trait de sens est bien sûr toujours présent, mais en association avec le trait « organisation politique » comme le montre le corpus « moderne ».

31Duden

1. Communauté importante d’hommes rassemblés en une implantation géographique d’un seul tenant, liés par une communauté d’origine, d’histoire, de langue, de culture qui constituent un État politiquement organisé.
2. État (Staatswesen).
3. Hommes qui appartiennent à une nation, peuple.

32Klappenbach et Steinitz

Structure et forme d’évolution de la société, qui apparaît principalement sous les traits d’une comunauté économique, territoriale, linguistique et culturelle et dont l’essence est déterminée par les rapports de classe.
Exemple : en RDA, la nation allemande se développe en tant que nation socialiste.

33Wahrig

Communauté politique instituée consciemment par un acte volontaire sur la base d’une communauté d’origine, de langue, de mœurs, de culture et d’histoire politique et vivant à l’intérieur de mêmes frontières d’État.

34Sanders

Peuple en tant qu’État individualisé (mot à mot : en tant qu’individu étatique) dans la spécificité qui unit tous ses membres en une grande communauté et par là même les différencie des autres communautés du même type.

35Grimm (extraits réduits à des citations)

Lessing : nous autres allemands ne sommes pas encore une nation ! Schiller : si nous pouvions avoir un théâtre national, nous deviendrions aussi une nation.

36Mots composés

  • 5 Nous nous appuyons ici sur l’article de R. Lepsius : ses analyses, qui combinent les points de vue (...)

37Trois mots composés, dans lesquels Nation est en position de déterminé, me semblent très riches d’enseignement et éclairer la polysémie du terme5. Ce sont :

38Staatsbürgernation (nation des citoyens), dans lequel le principe fondateur de la nation est la démocratie et l’ensemble des droits politiques du citoyen : l’identité collective – car c’est toujours de cela qu’il s’agit d’une façon ou d’une autre lorsqu’on utilise le mot Nation en discours – est fondée sur l’acceptation d’un même ordre politique, des mêmes principes d’organisation d’une société et l’État national est l’espace où s’exerce cette constitution ou loi fondamentale. Cette conception a été largement développée en RFA. Klassennation, pour lequel le pouvoir politique et celui d’organiser la société sont réservés à certaines classes sociales qui le délèguent à « leur » parti ; les composantes « peuple », « langue », « culture » s’effacent derrière les traits « classe » – au sens marxiste du terme – et « internationalisme » : la définition de Klappenbach et Steinitz, dans laquelle le socialisme est le ferment de l’évolution de la nation allemande, montre qu’à l’issue de ce processus l’adjectif allemand ne pourra plus qualifier le terme Nation. Cette conception caractérise la RDA.

39Kulturnation : ce terme a été utilisé par des intellectuels ouest-allemands (en particulier par H. M. Enzensberger) pour ne pas laisser à l’extrême-droite politique le monopole du terme, pour traduire la revendication d’une citoyenneté européenne définie comme l’appartenance à une Europe de l’esprit.

40À ces trois mots composés il convient d’ajouter une quatrième donnée, bien qu’elle ne figure plus dans les dictionaires contemporains et n’ait pas donné lieu à figement sous forme de mot composé : il s’agit de deux expressions courantes sous l’hitlérisme : völkische Nation (nation du peuple) et l’adjectif nominalisé Die Volksdeutschen (les Allemands du peuple, i. e. les ressortissants extérieurs au territoire, par exemple les Allemands des Sudètes). Ces termes traduisent le concept qui a été à la base du nationalisme nazi et qui est fondé sur l’origine ethnique, raciale commune, à laquelle s’ajoutent les « valeurs d’enracinement » créant une communauté fondatrice d’identité et réputée légitimer, par tous les moyens, tout regroupement dans une même organisation étatique. Cette notion, amputée de ses germes de dérive raciste, constitue encore le soubassement du « droit du sang » qui régit le code de la nationalité allemande.

41Les mots composés dans lesquels Nation, sous la forme de l’adjectif national, est en position de déterminant, se regroupent en trois séries principales :

  • une série caractérisée par le trait « institutionnel/étatique » : Nationaleinkommen, -sprache, -park, -preis, -theater : produit national brut, langue, parc, prix, théâtre national(e) ;
  • une série marquée par le trait « appartenance à la comunauté » : Nationalgefühl, -bewuβtsein, -stolz : sentiment, conscience, fierté national(e) ;
  • une série où se manifeste le trait « valeur symbolique » : Nationalheld, -tanz, -tracht, -mannschaft : héros, danse, costume, équipe national(e).

42Contrairement à ce qui a été constaté pour Volk (peuple), il n’y a pas de composé reposant sur un transfert métaphorique d’images corporelles : *Nationalwille, *Nationalseele. On rencontre certes dans les textes les syntagmes nominaux der Wille der Nation/die Seele der Nation (la volonté de la nation/l’âme de la nation) mais il s’agit là de constructions discursives en contexte dans lesquelles Nation fait l’objet d’un usage métonymique.

Le signifié construit de nation

43On peut extraire de cet ensemble de données cinq traits sémantiques stables, définitoires du signifié construit de Nation.

44Le mot Nation est un abstrait, il ne désigne pas – sauf (voir ci-dessus) quelques cas d’emploi métonymique – un objet du monde dont on peut détailler les parties constitutives, son contenu sémantique ne se définit pas par une analyse référentielle classique donnant le statut de sème aux propriétés distinctives de cet objet : les définitions des dictionnaires mettent en avant les termes communauté, structure, il n’y a pas de composé reposant sur la métaphore organique du corps humain. Cette abstraction explique sans doute pourquoi le terme ne se rencontre pratiquement jamais associé à l’adjectif personnel : *meine Nation, – de même que *mein Staat – alors que mein Volk et mein Vaterland sont courants. Nation ne se prête pas à une définition en terme de substance qui ne pourrait que reproduire la circularité, constatée dans les définitions, des termes peuple, État, patrie. Cette propriété le rapproche du mot État dans le micro-champ sémantique, qui est plus abstrait que peuple et patrie. Il s’ensuit que le signifié construit de Nation que nous proposons est fait de traits « qualitatifs » et non de traits « descriptifs » fixant un contenu objectai ; bref, il n’y a pas de traits intensionnels déductibles de l’extension du terme.

45Ce que dénomme le mot « Nation » est une entité construite ou à construire : le terme apparaît souvent en fonction de sujet grammatical de verbes tels que entstehen (naître), werden (devenir ; voir la citation de Schiller, l’emploi de noch dans la citation de Lessing chez Grimm), en fonction d’objet de verbes efficients tels que griinden (fonder), bilden (construire). Ce n’est pas un donné – ce qui l’oppose à Volk – mais la visée ou le résultat d’un processus qui s’inscrit dans un déroulement historique déclenché à l’initiative d’une communauté. Lepsius parle d’« un agencement qui relève de la pensée » (R. Lepsius, 1990, p. 193 « Die Nation ist zunächst eine gedachte Ordnung… ») et du « produit d’une identité affirmée au plan culturel et d’une égalité imposée au plan politique » (R. Lepsius, 1990, p. 198 « Das Produkt einer kulturell behaupteten Identitat und einer politisch durchgesetzten Gleichheit. »)

46Le mot Nation exprime toujours une identité collective que l’on cherche à créer ou que l’on a créée sur la base d’une volonté commune (O. Dann, 1993, p. 12 parle de Willensgemeinschaft, de « communauté de volonté »). Ce consensus a une fonction d’homogénéisation par rapport à la pluralité et la diversité des critères d’appartenance à une même nation que mentionnent les dictionnaires : origine géographique ou raciale, histoire, langue, culture…

47Le mot Nation comporte une forte composante symbolique attachée aux « lieux de mémoire » de la collectivité se réclamant de l’appartenance à une même collectivité nationale ; il se prête particulièrement à l’expression/célébration de mythes fondateurs, à l’investissement par des valeurs de l’imaginaire social.

48Il est toujours lié à l’existence, voulue ou déjà réalisée, d’un Etat. Ce trait sémantique « organisation politique », présent dans tous les sémèmes « modernes » du terme, met en jeu, par la notion d’appartenance, le concept de frontière inhérent au mot État et, par là, la relation inclusion/exclusion, et permet d’accéder, au plan juridique, à l’identité personnelle appréhendée à travers l’appartenance à une identité collective.

49Je terminerai cette rapide analyse par deux ordres de conclusion, linguistique et extralinguistique.

50Au plan linguistique, l’analyse a montré que l’on ne peut pas décrire le lexème Nation sans faire appel aux termes de Staat, Vaterland, Volk ; la réciproque n’est pas vraie. Le lexème Nation est donc au centre du micro-champ sémantique circonscrit au début de ce travail ; il ne s’agit pas, comme dans les champs génériques abordés par la méthode structurale des oppositions binaires visant à dégager des sèmes, de l’hypéronyme du champ, mais, dans le mesure où les autres termes de la configuration entrent dans sa définition comme points de départ possibles de la construction homogénéisante, on peut dire que Nation représente le principe de cohésion du micro-champ.

51En outre, l’extrême polysémie de ce terme montre qu’une polysémie n’est pas forcément structurée selon un principe hiérarchique : les traits que j’ai tenté de dégager ne sont pas hiérarchisés ; ce sont des propriétés invariantes qui n’ont pas valeur de distinctivité ni de valeur classificatoire, mais une valeur caractérisante. Le principe de structuration de cette polysémie est plus proche de la notion d’air de famille chez Wittgenstein.

52Cette ébauche de description permet de mieux comprendre l’utilisation du terme dans l’histoire et dans le discours politique. Je me limiterai à deux éléments :

53La nation est un concept qui permet à une pluralité plus ou moins hétérogène de se construire une homogénéité et de se représenter comme une unité ; on s’en sert beaucoup pour inclure ou pour exclure, dans tous les cas pour accéder à une identité. Son abstraction le destine particulièrement à être investi par les valeurs mythiques de l’imaginaire collectif politique et social.

54Son abstraction – qui, dans une certaine optique peut être interprétée comme vide conceptuel – et son extrême polysémie font qu’il se prête à des actualisations sémémiques très divergentes : selon que l’on privilégie tel ou tel élément (la race, la culture etc.) on peut manipuler le concept dans des directions radicalement opposées : si l’on privilégie les domaines culturel et intellectuel, on peut promouvoir une conception très ouverte et humaniste de la nation, celle qui sous-tend par exemple l’expression gœthéenne de « citoyen du monde » (Weltbürger) ; si, à l’inverse, on s’appuie sur les éléments ehniques et l’origine raciale commune, on peut s’en servir de façon extensive ou restrictive, dans le but de légitimer des prétentions hégémoniques ou de revendiquer l’exclusion de l’autre.

Corpus

staat

55Duden

la. Gesamtheit der Institutionen, deren Zusammenwirken das dauerhafte
und geordnete Zusammenleben der in einem bestimmten abgegrenzten Staatsgebiet lebenden Menschen gewährleisten soll.
1b. Land (dessen Territorium das Staatsgebiet eines Staats bildet).
2. (Zool.) Insektenstaat.

56Klappenbach et Steinitz

1. Innerhalb einer Territorialabgrenzung existierendes politisches Machtinstrument der herrschenden Klasse einer Gesellschaftsformation zur Durchsetzung, Aufrechterhaltung und Sicherung der wirtschaftlichen und sozialen Verhaltnisse nach innen und aussen, das in den auf Ausbeutung beruhenden Gesellschaftsordnungen zur Unterdrückung der Mehrheit der Bevölkerung, in der soz. Gesellschaftsordnung unter Führung der Arbeiterklasse den Interessen des Volkes und seinem Schutz dient.
2. Hoheitsgebiet von einem Land.
3. Streng organisierte grössere Gemeinschaft bestimmer Tiere, bes. Bienen, Ameisen.

57Wahrig

Gröβere Gemeinschaft von Menschen innerhalb festgelegter Grenzen unter einer hoheitlichen Gewalt ; (umg) Land ; zweckvoll organisierte, gröβere Gemeinschaft mancher Tiere (Bienen, Ameisen).

vaterland

58Duden

Land, aus dem man stammt, zu dessen Volk, Nation man gehört, dem man sich zugehörig fühlt ; Land als Heimat eines Volkes.

59Klappenbach et Steinitz

Das innerhalb territorialer Abgrenzung gegebene, durch den Klassencharakter des Staates gepragte politische, kulturelle und soziale Milieu des Lebens eines Volkes.

60Wahrig

Land, in dem man geboren oder aufgewachsen ist, Heimat (land).

volk

61Duden

1. Durch gemeinsame Sprache, Kultur und Geschichte verbundene groβe Gemeinschaft von Menschen : das deutsche Volk.
2. (ohne Plural) Die Masse der Angehörigen einer Gesellschaft, der Bevölkerung eines Landes, eines Staates : das arbeitende Volk.
3. (ohne Plural) die (mittlere) untere Schicht der Bevölkerung : ein Mann aus dem Volk.
4. (ohne Plural)
a. Menschengruppe : viel Volk drängte sich auf dem Platz.
b. Gruppe, Sorte von Menschen : dieses liederliche Volk hat natürlich nicht aufgeräumt.
5. Gröβere, in Form einer Gemeinschaft lebende Gruppe bestimmter Insekten (Bienenvolk ; ein Volk Bienen).

62Klappenbach et Steinitz

1. Bevölkerung eines Landes, Gesamtheit der Bürger eines Staates, Nation.
2. Aus einer Vereinigung von Stämmen hervorgegangene ethnische Gemeinschaft mit vorkapitalistischer Produktionsweise, Völkerschaft.
3. (ohne Plural) Gesamtheit der den werktätigen Teil der Gesellschaft umfassenden Klassen und sozialen Schichten.
4. (Plural ungebrauchlich) Fasst eine gröβere Anzahl von Personen zu einer Menschengruppe zusammen ; Menschen, Leute.
5. (gröβere) Gruppe bestimmter Tiere, Schwarm.
6. (P1. ungebräuchlich) veraltet : bewaffnete Schar, Truppe.
Beispiele : zu 1 u. 2 : Insel-, Küsten-, Seevolk ; zu 1 u. 3 : Bruder, Kultur, Nachbar-, Sowjet-, Staatsvolk ; zu 1 u. 4 : Bauernvolk ; zu 2 in Verbindung mit Personen : Hirtenvolk, Jägervolk ; zu 4 : Artistenvolk ; zu 5 : Bienen, Hühnervolk ; zu 6 : Fuβvolk.

63Wahrig

1. Durch gemeinsame Sprache und Kultur verbundene, gröβere Gemeinschaft von Menschen ; zusammengehörige Gruppe gleichartiger Tiere (Bienen).
2. Menschengruppe ; Menge, Leute ; die unteren Bevölkerungsschichten.

nation

64Duden

1. Groβe, meist geschlossen siedelnde Gemeinschaft von Menschen mit gleicher Abstammung, Geschichte, Sprache, Kultur, die ein politisches Staatswesen bilden.
2. Staat (swesen).
3. Menschen, die zu einer Nation gehören ; Volk.

65Klappenbach et Steinitz

Struktur und Entwicklungsform der Gesellschaft, die vor allem als Gemeinschaft des wirtschaftlichen Lebens, des Territoriums, der Sprache und Kultur in Erscheinung tritt und deren Wesen durch ihre Klassenbeziehungen bestimmt ist.
Beispiel : die deutsche Nation entwickelt sich in der DDR als sozialistische Nation.

66Wahrig

Nach Abstammung, Sprache, Sitte, kultureller und politischer Entwicklung zusammengehörige, innerhalb der gleichen Staatsgrenzen lebende, bewuβt und gewollt geformte politische Gemeinschaft.

67Sanders

Ein Volk als staatliches Individuum, in seinen alle Glieder desselben zu einer groβen Gesamtheit verbindenden und zugleich von anderen solchen Gesamtheiten scheidenden Eigentümlichkeiten.

68Grimm

Extraits :
Lessing : da wir Deutsche noch keine Nation sind !
Schiller : wenn wir es erlebten, eine Nationalbühne zu haben, so würden wir auch eine Nation ;
Herder : Amerika ist… voll von so viel kleinen Nationen ;
Seiler : brandenburgisch bezeichnen Schweinehirt und Viehmagd ihre Pflegebefohlenen als Nation […].

Bibliographie

Bibliographie

Dann O., 1993 – Nation und Nationalismus in Deutschland 1770-1990, Munich, C.-H. Beck.

Duden, 1983 — Deutsches Universal-Worterbuch, Mannheim, Wien, Zürich.

Grimm J. et W., 1852-1961 – Deutsches Worterbuch, 33 vol., Leipzig (réimpression 1984).

Klappenbach R., Steinitz W., 1961-1977 – Worterbuch der deutschen Gegenwartssprache, 6 vol., Berlin-Est.

Lakoff G., Johnson M., 1985 – Les Métaphores dans la vie quotidienne, Paris, Minuit.

Lepsius M. R., 1993 – « Nation und Nationalismus in Deutschland », dans Jeisman M., Ritter H. (éds.), Grenzfalle. Über neuen und alten Nationalismus, Leipzig, Reclam Verlag.

Paul H., 1966 – Deutsches Worterbuch, Tübingen, Bearbeitet von W. Betz.

Sanders, 1860-1865 – Wörterbuch der deutschen Sprache, Leipzig.

Schwarze CH., Wunderlich D. (éds.), 1985 – Handbuch der Lexikologie, Königstein/ts.

Wahrig G., 1992 – Deutsches Wörterbuch, Bertelsmann Lexihon Verlag.

Notes

1 « Wer in Deutschland über die Nation redet, wird häufig als Ewig-Gestriger verdächtigt. » Cité d’après Der Spiegel, 13/12/93, p. 36.

2 Otto Dann est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Cologne.

3 M. R. Lepsius, 1993 – « Nation und Nationalismus in Deutschland ». Ce texte a été publié la première fois dans M. R. Lepsius, 1990 – Interessen, Ideen und Inslitutionen. La version citée figure dans le recueil Grenzfälle. Über neuen und alten Nationalismus. M. Jeisman et H. Ritter (éd.), Leipzig, Reclam Verlag, 1993. M. Rainer Lepsius est professeur de sociologie à l’Université de Heidelberg.

4 Cet exemple met particulièrement bien en lumière une différence importante entre le mot allemand et son « homonyme » français : Nation marque ici le pouvoir local des princes d'empire de « nation allemande », pouvoir qui doit faire contrepoids à la vocation universelle de l’empire ; il renvoie au principe d’une organisation fédérale du pouvoir alors que le terme français me semble présenter toujours un trait « centralisme » dont l’origine jacobine ne semble guère faire de doute. Il faut bien se garder de projeter sur le terme allemand le trait centralisme du terme français : sauf de 1933 à 1945 et en ex-RDA, l’Allemagne unifiée a toujours été un État fédéral.

5 Nous nous appuyons ici sur l’article de R. Lepsius : ses analyses, qui combinent les points de vue du sociologue et de l’historien, se recoupent avec celle que l’on mène à partir des définitions de dictionnaire. R. Lepsius utilise le terme de Volksnation ; nous n’en avons pas trouvé l’attestation dans les dictionnaires consultés. Dans son texte (p. 204), il utilise également dans les mêmes conditions le terme Staatsnation.

Auteur

Université Lumière Lyon 2. Équipe Rhêma – UPRES 652 – Langue, Lexique et Représentation des connaissances

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site