Version classiqueVersion mobile

Les Mots de la nation

 | 
Sylvianne Rémi-Giraud
, 
Pierre Rétat

Autour du pôle européen

La signification des noms propres de pays en anglais

Alan Cruse

Texte intégral

1Au cours des dix dernières années, l’approche des questions linguistiques connue sous le nom de « linguistique cognitive » a eu une influence croissante sur la linguistique contemporaine. Les vedettes dans ce domaine sont, sans aucun doute, les anciens adhérents à la « sémantique générative », comme Lakoff et Langacker et j’y ajouterais aussi le nom de Fillmore ; je me considère aussi comme partisan de cette tendance. Ce qui rassemble les linguistes cognitifs, malgré des différences d’opinion importantes, est l’habitude de considérer les faits du domaine linguistique comme des reflets de faits du domaine cognitif et comme motivés par la nature, les structures et les processus de la cognition générale. C’est un principe de base de la sémantique cognitive que les significations sont des entités mentales, qu’elles sont constituées pour la plupart par du contenu conceptuel de plusieurs sortes. Cet article se situe plus ou moins dans le cadre de la sémantique cognitive. Mon but principal est de présenter quelques réflexions sur la relation entre les noms propres de pays en anglais (comme Britain, France), qui désignent, on peut le présumer, des concepts individuels, et les noms communs, comme country, nation, state, dont les dénotations sont des concepts catégoriaux.

2Que la signification d’un mot puisse varier selon le contexte où il se trouve, est un fait qui s’impose à tous ceux qui désirent entreprendre une étude sérieuse de la signification des mots. Traditionnellement, (par exemple, en lexicographie) trois degrés de variation sont distingués : l’homonymie (1), la polysémie (2) et la « simple » variation contextuelle (3) :

1

bank (« margin of river »)
bank (« financial institution »).

2 a

John has an excellent position in ICI.

b

What is your position on the legalisation of cannabis ?

3a

Our doctor had a vasectomy to encourage the men in the village to do the same.

b

Our doctor is on maternity leave.

3Une sorte de variation sémantique qui se situe entre la polysémie et la variation contextuelle simple est celle que manifeste, par exemple, le mot book dans 4a et 4b :

4 a

a large book with coloured illustrations ([tome])

b

a densely written but absorbing book ([text])

4Dans 4a, book désigne un objet concret, et dans 4b, une entité abstraite, c’est-à-dire un texte. Pour désigner ce type de variante, on peut utiliser le terme « facette » ; les deux facettes du mot book illustrées dans 4a et 4b peuvent se nommer [tome] et [text], respectivement. Les facettes ont un degré d’autonomie assez élevé. Cette autonomie se manifeste par plusieurs caractéristiques. Premièrement, chaque facette doit recevoir une représentation prototypique indépendante : il existe des textes prototypiques et des « tomes » prototypiques. Deuxièmement, chaque facette peut avoir ses propres relations sémantiques : par exemple, hardback est un hyponyme de [tome], mais pas de [text] ; novel, par contre, est un hyponyme de [text], mais pas de [tome]. Troisièmement, l’expression the book itself peut désigner soit uniquement la facette [text], comme dans 5 :

5

I’m not interested in the typography or binding, I’m interested in the book itself.

5soit uniquement la facette [tome], comme dans 6 :

6

I’m not interested in the contents, I’m interested in the book itself.

6Quatrièmement, chaque facette peut agir de façon indépendante comme le « point d’attache » d’un adjectif, par exemple, ou d’un verbe, ce qui peut produire, dans des circonstances favorables, une ambiguïté :

7

a new book = (i) « a new [tome] » ; (ii) « a new [text] »

7On trouve toutes ces indications d’autonomie également dans les sens polysémiques d’un mot ; ce qui différencie les facettes des sens polysémiques est l’unité du concept global dans les facettes. Cette unité, tout comme l’autonomie des facettes, se manifeste par plusieurs caractéristiques. Premièrement, le concept global constitue une seule « gestalt », et le parleur moyen normalement n’est pas conscient de sa double nature. Deuxièmement, c’est le concept global, et non pas une des deux facettes, qui se situe au « niveau de base », dans le sens de Rosch. Troisièmement, bien qu’un objet en forme de livre qui ne contient pas de texte, tout comme un texte qui existe dans l’esprit d’un auteur, mais qui n’a pas encore reçu une réalisation concrète, puisse être défini comme book, seul un book qui manifeste les deux facettes peut être considéré comme prototypique. Quatrièmement, certains prédicats s’attachent au concept global, plutôt qu’à une des facettes, comme buy dans 8 :

8

I bought a book yesterday.

8Cinquièmement, les facettes d’un seul sens ne sont pas en compétition, comme le sont les sens polysémiques ou homonymiques d’un mot, et peuvent être coordonnées sans anomalie :

9

This book ([text]) is very interesting, but it ([tome]) is awfully heavy to carry around.

9Plusieurs mots désignant des formes de communication écrite ont des facettes parallèles à celles de book :

10

letter, dissertation, pamphlet, brochure, magazine, etc.

10Hors de ce champ sémantique on peut citer les exemples suivants de mots dont les sens manifestent des facettes :

11 (i) bank
[premises] (The bank in the High Street was burned down last night.)
[personnel] (This is a friendly bank.)
[institution] (This bank was founded in 1832.)

11(du même genre sont hospital, school, shop, etc.)

(ii) mother
[birth-giver](Sue brought me up, but Mary is my real mother.)
[nurturer] (Mary gave birth to me, but Sue is my real mother.)

12Une facette peut être « établie », c’est-à-dire qu’elle est représentée de façon permanente dans le lexique mental, ou bien elle peut n’avoir aucune représentation permanente, son apparence étant le résultat d’un processus génératif, déclenché par un contexte particulier. Par exemple, le mot novel ne possède qu’une facette établie. Ainsi, bien que 12 soit normale, et que the novel itself y désigne le texte du roman :

12

I’m not interested in the cover design, typography and so on, I’m interested in the novel itself.

1313 est anormale, et the novel itself n’a pas la possibilité de désigner l’objet concret :

13

? I’m not interested in the contents, I’m interested in the novel itself.

14Ceci prouve que novel ne possède pas de facette établie du type [tome]. Cependant, le mot novel peut néanmoins être utilisé pour désigner un objet concret dans un contexte convenable, comme 14 :

14a

Why is this suitcase so heavy?

b

I packed all those novels you got from the library.

15Ici on peut conclure que la facette concrète a été générée ad hoc sous l’influence du contexte. Pour des raisons semblables, la phrase a thick novel est plus ou moins acceptable, parce que l’épaisseur d’un roman-objet permet des inférences sur la longueur du texte ; par contre, ? a red novel reste anormale, bien qu’elle eût été normale si novel avait eu une facette concrète, parce que le contexte de l’adjectif red ne convient pas à la génération de la facette concrète.

16Une caractéristique importante des facettes d’un mot est qu’elles appartiennent à des types ontologiques très distincts. Ainsi, par exemple, dans le cas de book, la facette [tome] est concrète, tandis que la facette [text] est abstraite ; pour bank, la facette [premises] est concrète, la facette [personnel] est humaine et la facette [INSTI tution] est abstraite ; quant à mother, [birthgiver] est animée/biologique, tandis que [nurturer] est humaine/sociale. Il n’est pas encore possible de dire avec certitude s’il existe un nombre limité de types ontologiques, valables pour tout le vocabulaire d’une langue (ou même pour toutes les langues), parmi lesquels un mot à plusieurs facettes doit choisir, ou si les facettes de chaque mot ont un caractère idiosyncratique, avec comme seul critère un degré de différence adéquat. Quoi qu’il en soit, il est incontestable que les mots à plus de trois facettes sont rares, si tant est qu’il en existe, et les facettes de tous les mots que j’ai examinés jusqu’à maintenant peuvent se ranger assez facilement dans une des catégories suivantes :

15

concret animé humain abstrait

17Ceci nous amène à supposer qu’il existe un nombre limité de types ontologiques.

18Tous les concepts dont nous avons discuté jusqu’à maintenant sont des concepts génériques, c’est-à-dire qu’ils servent à délimiter une catégorie. Il y a aussi des concepts individuels, qui sont les représentations des individus. Nous avons tous des concepts individuels – de notre épouse, de nos parents, de notre chien, par exemple. Tout concept individuel, en principe, pourrait être associé à un nom propre, mais il semblerait que celui-ci soit plus fréquent parmi certaines sortes de concepts individuels que parmi d’autres. Prenons l’exemple de livre (dans le sens global) ; on ne donne pas de noms propres aux livres, il n’y a que les textes qui portent des noms propres (comme Germinal, Le Rouge et le Noir, etc.). En ce qui concerne la notion de banque, c’est l’institution qui porte un nom propre : en général, les bâtiments sont rarement baptisés et le personnel jamais. Dans chacun de ces deux cas, c’est la facette indépendante qui porte le nom propre : un [tome] n’existe que pour donner une réalisation concrète à un [texte] ; [bank-premises] et [bank-personnel] n’existent que pour servir [bank-institution]. En d’autres cas, comme, par exemple, dans celui des personnes humaines, c’est le concept global qui porte le nom propre. Dans quelques instants, nous serons amené à nous poser des questions concernant les noms propres comme Britain, et les concepts ou facettes avec lesquels ils sont associés.

19Ceci, donc, peut servir comme arrière-plan théorique pour une étude, d’abord, des mots country, nation et state, afin de découvrir leurs structures sémantiques en termes de facettes, et ensuite, une étude parallèle du nom propre Britain, avec comme but final de clarifier les relations entre les noms propres de pays et les noms communs correspondants. Nous allons commencer par une analyse détaillée de country, qui est sans doute le terme le plus fréquemment utilisé.

20Il paraît évident que le trait sémantique fondamental de country est une unité géographique, un territoire déterminé ; autrement dit, country manifeste une facette concrète, analogue à la facette [premises] de bank :

16a

The whole country was covered in snow,

b

He travelled around the country

c

Some parts of the country escaped the storms,

d

It’s a very large country.

21Il est à signaler que la phrase part of the country ne peut pas désigner une partie d’une population qui ne soit pas associée à un territoire déterminé ; également, la phrase a large country ne peut pas désigner un pays dont le territoire est restreint, mais dont la population est nombreuse. En général, tout ce qu’on peut dire, sans anomalie, d’un territoire, peut être dit, également sans anomalie, de country.

22Prototypiquement, un country est habité, ses habitants sont soumis à quelque organisation politique, et ses frontières sont motivées politiquement, démographiquement ou géographiquement. Seul le dernier de ces trois traits est peut-être logiquement nécessaire. Il y a aussi l’implication qu’un territoire qualifié de country est d’une étendue importante. Ce dernier trait peut être supprimé par des considérations politiques, mais en l’absence de motivation politique, le trait de grandeur se montre le plus déterminant.

23Le mot country peut aussi désigner les habitants d’un pays, comme dans 17 :

17a

John Major decided to go to the country. (i. e. hold a General Election)

b

The whole country is in mourning.

24Il est à remarquer, cependant, que les possibilités de cet usage sont assez restreintes :

18a

? The whole country is in exile.

B

? The country became scattered throughout the world,

c

? The country grew more numerous.

25Je ne trouve pas complètement normales non plus les phrases suivantes, bien qu’elles ne soient pas tout à fait impossibles :

19a

This is a strong country.

b

This country won the men’s Olympic 100 metres.

26Cependant, on ne peut pas être absolument certain qu’il s’agisse ici du peuple, et non pas d’une entité politique, comme l’État.

27Il y a des raisons de croire que la facette humaine de country n’est pas établie, ou du moins n’est pas totalement intégrée dans le même concept que la facette concrète. En premier lieu, il faut tenir compte des restrictions de cooccurence que nous avons déjà signalées. En second lieu, et ceci est plus important, notons les interprétations possibles des phrases the country itself et the real country :

20 a

As a result of the nuclear accident, the country itself was relatively unaffected, although the population was almost wiped out.

b

? As a result of the nuclear accident, the country itself was almost wiped out, although there was relatively little physical damage to the land.

c

If you want to see the real country, you have to leave the main roads.

d

? If you want to see the real country, you have to go into the pubs.

28Ceci rappelle les interprétations de factory dans des contextes analogues :

21a

The factory itself was undamaged, although there were many injuries among the workers.

b

? The factory itself escaped injury, although the buildings were damaged.

c

The whole factory came out on strike.

29Il se peut que country possède aussi une facette abstraite, qui désigne l’État :

22

This country has no diplomatic relations with France.

30Mais j’avoue que je trouve de tels usages moins normaux quand country se trouve dans un contexte où il doit manifester un trait agentif :

23

? This country has broken off diplomatic relations with France.

31Encore une fois, on trouve des restrictions importantes :

24a

? The coal mines are owned by the country,

b

? The country was established in the 18th century,

c

? The country came into being in the 18th century.

32La conclusion qui s’impose est que country est un mot à une seule facette établie qui désigne un territoire de superficie importante, dont les frontières sont motivées, et qui permet, dans des contextes convenables, la génération des facettes supplémentaires non-établies.

33Le cas de nation est semblable à celui de country. Nous avons affaire également à un mot à une seule facette établie, mais cette fois-ci, la facette désigne la population d’un pays conçue comme un individu :

25a

The nation is in mourning.

b

The Queen’s Christmas address to the Nation,

c

The nation’s health.

d

The nation that won the Olympic men’s 100 metres,

e

A whole nation was/? were wiped out/was carried into exile.

f

This art collection belongs to the nation.

g

Many disparate peoples were welded into a single nation/? country.

34Contrairement au cas de country, cependant, les possibilités de génération de facettes supplémentaires sont beaucoup plus restreintes. Apparemment il n’y a pas de facette concrète dans nation :

26a

? The nation was covered in snow,

b

? A long, narrow nation,

c

? He visited several parts of the nation,

d

? The frontiers of the nation.

35Les indications d’une facette abstraite sont faibles. Aucune des phrases dans 27 n’est tout à fait normale :

27a

? The nation was founded last century,

b

? The longest established nation in Europe.

c

? This nation became a republic in 1945.

d

? This nation only joined the United Nations last year, (on parle des « member states » de l’ONU)

e

? The major enterprises are run by the nation.

36Il paraît donc que nation ne possède qu’une facette, et que ce mot est relativement rigide, du point de vue sémantique. Notons aussi que the nation itself ne peut désigner que le peuple :

28 a

As a result of the impact of the giant meteor, the land was devastated, the political institutions crumbled, but the nation itself survived.

b

? As a result of the impact of the giant meteor, the land was devastated, the population decimated, but the nation itself survived relatively intact.

37En principe, le mot state désigne une entité politique abstraite, qui a, pourtant, des pouvoirs agentifs quasi-humains :

29 a

The State of Israel was established in XXXX.

b

The major enterprises are run by the state,

c

The longest established state in the Middle East,

d

The member states of the United Nations,

e

The State of Komenia became a republic in 1980.

f

The Government is an arm of the state/part of the state apparatus. (NB ? nation)

g

Marx predicted the withering away of the state/ ? nation.

38(Notons en passant que X belongs to the state ne veut pas dire la même chose que X belongs to the nation.) Encore une fois nous avons affaire à un mot à une facette, cette fois-ci abstraite, qui montre une certaine rigidité sémantique :

30a

? The state that won the Olympic men’s 100 metres.

b

? The health of the state (ne peut pas désigner la population)

c

? The boundaries of the state, (indique les limites du pouvoir politique, et non pas les frontières géographiques)

d

? This is the second largest state in the UN ?

39Je trouve certains de ces jugements de normalité difficiles à établir ; cependant, j’ai l’impression que l’emploi de state pour désigner un territoire est légèrement moins bizarre que son emploi dans le sens de « peuple ». La phrase the state itself n’a qu’une seule interprétation, celle d’une entité politique abstraite.

40Maintenant que nous avons esquissé les propriétés sémantiques pertinentes des principaux « mots de la nation », il convient de nous tourner vers l’examen du mot Britain, afin de déceler, entre autres, la catégorie à laquelle appartient l’entité qu’il désigne.

41En ce qui concerne le mot Britain, ce qui nous frappe d’abord est le fait qu’il a (au moins) trois facettes, que d’après leurs propriétés sémantiques on peut nommer [country], [nation] et [state] :

31 a

Britain was covered in snow,

b

We travelled round Britain,

c

Britain is not very large,

d

The whole of Britain is in mourning,

e

Britain’s health.

f

Britain won the Olympic men’s 100 metres,

g

Britain is a nation of shopkeepers,

h

The State of Britain was established in 1766.

i

Britain is one of the member states of the UN.

j

Britain became a republic in the year 2001.

42Cette distribution de possibilités d’usage normal ne correspond à celle d’aucun des trois mots que nous avons étudiés. Une conclusion que l’on peut tirer de ces faits est que Britain n’est pas le nom d’un country, n’est pas le nom d’une nation et n’est pas le nom d’un state ? De quoi, alors, est-il le nom ? Les faits s’accordent plus au moins avec l’hypothèse que le mot Britain est associé à un concept global à trois facettes, qui n’a pas de nom commun, mais dont les facettes correspondent à country, nation et state, respectivement. Ceci présente un contraste intéressant avec le cas, par exemple, de book et bank, qui sont tous deux associés à des concepts globaux qui normalement n’attirent pas de noms propres. Les noms propres humains fournissent peut-être des parallèles plus étroits (et plus révélateurs) avec les noms propres des pays, vu qu’ils désignent des concepts globaux à plusieurs facettes, qui, elles, ne reçoivent pas de noms propres.

43L’analyse que je viens de présenter a des aspects problématiques. Je n’en soulignerai ici que deux. Le premier est celui-ci : il y a des emplois de Britain qui ne sont autorisés par aucune des trois facettes proposées. Récemment, j’ai entendu la phrase 32, prononcée par John Major dans une interview diffusée par la BBC :

32

It was Britain who were the first to propose a multinational force.

44Pour moi, ni country ni nation ni state ne peuvent être employés au singulier avec un verbe au pluriel. Il est possible que John Major ait employé Britain pour désigner the British Government, qui peut très bien paraître dans de telles constructions :

33

It was the British Government who were the first…

45Dans le cadre de l’analyse présentée ci-dessus, la question suivante se pose : est-ce que Britain dans 32 représente une quatrième facette ? Je penche pour une réponse négative à cette question. Je pense qu’il s’agit ici plutôt d’un emploi métonymique : un nom propre de pays peut désigner un représentant de ce pays. Par exemple, dans 34, France désigne l’équipe de rugby français, et puisque team peut prendre un verbe au pluriel, la même possibilité existe pour France :

34

France were defeated at the Parc des Princes.

46Il est possible, donc, qu’en disant 32, M. Major faisait référence par métonymie au gouvernement britannique comme représentant de Britain. Mais encore une fois la question se pose : de quel Britain s’agit-il ? De l’entité globale ? Du country ? De la nation ? Du state ? À présent, je ne peux pas donner une réponse définitive à cette question, mais s’il me fallait répondre à tout prix, je dirais de l’entité globale.

47Le deuxième problème est le contraire du premier : il y a des emplois de – par exemple – nation et state auxquels ne correspond aucun emploi de Britain :

35 a

? Marx predicted that Britain would wither away, (voir Marx predicted that the British state would wither away.)

b

? The National Gallery in London belongs to Britain, (voir The National Gallery belongs to the British nation. The Channel Islands belong to Britain.)

48Dans ces deux cas, nous préférons interpréter Britain dans le sens global, bien qu’une phrase anormale en résulte, et bien qu’il existe une facette qui rendrait la phrase normale. Encore une fois, je n’ai aucune solution à offrir. Cet aspect de la sémantique combinatoire reste mal compris et peu recherché.

49Le cas de Britain soulève un nombre de questions intéressantes concernant les relations entre les noms propres, les noms communs, les concepts individuels, les concepts génériques et leurs facettes. Ici je les ai à peine abordées. Seule une recherche plus détaillée pourra y fournir des réponses valables.

Bibliographie

Bibliographie

Lakoff G., 1987 – Women, fire and dangerous things : what categories reveal about the mind, Chicago, University of Chicago Press.

Langacker R.-W., 1987 – Foundations of cognitive grammar. Theoretical prerequisites, vol. 1, Stanford, Stanford University Press.

Rosch E., 1975 – « Cognitive representations of semantic categories », Journal of Experimental Psychology : General, 104, p. 192-233.

Auteur

University of Manchester, UK – Department of Linguistics.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search