Version classiqueVersion mobile

Papauté, monachisme et théories politiques. Volume II

 | 
Pierre Guichard
, 
Marie-Thérèse Lorcin
, 
Jean-Michel Poisson
, 
et al.

Quatrième partie. Les églises des pays bourguignons

Documents pour servir à l'histoire du sel de Lons-le-Saunier au Moyen Âge : les archives de l'abbaye du Miroir (vers 1170-vers 1300)

Benoît Chauvin

Texte intégral

1Juin 1944 : l'heure n'est pas à la recherche historique. Sous une fausse identité, un jeune étudiant soutient à l'Université de Lyon un diplôme d'études supérieures qu'il a préparé dans la clandestinité et rédigé dans le maquis... Le sujet traité est « L'abbaye... du Miroir aux XIIe et XIIIe siècles ». A l'époque, l'historiographie cistercienne commence tout juste à sortir d'une longue léthargie...

2Juin 1990 : l'heure de la retraite officielle est venue pour Marcel Pacaut, professeur à la même Université, après une carrière semée de travaux d'histoire monastique. En un demi-siècle, la recherche cistercienne a progressé à pas de géant...

  • 1 Lettre de Marcel Pacaut du 9 septembre 1988.

3Près de cinquante années écoulées : un homme et un double trait d'union. L'étudiant est devenu professeur, l'Université de Lyon est désormais Lumière-Lyon II. Double témoignage aussi : un diplôme « bien simpliste..., [révélateur] des traditions historiques en vigueur dans les années 1940... »1 et le présent volume de Mélanges, preuve de la vitalité et de la rigueur contemporaines des études médiévales. Mais surtout manifestation de reconnaissance rendue par ses amis, collègues et anciens élèves vis-à-vis de Marcel Pacaut pour tout ce qu'il a apporté à chacun d’eux et pour le rôle qu'il a joué dans cette évolution.

4Comment dès lors ne pas joindre son épi à la gerbe ainsi liée en hommage au professeur ? Et pourquoi ne pas revenir au point de départ, à cette abbaye du Miroir dont l'histoire sut attirer l'étudiant ?

5Dans le bouillonnement monastique du XIIe siècle, l'existence même de ce monastère serait sans doute restée au rang de réalité locale si, associé à celui du prieuré proche de Gigny, son nom n'avait pas fini par être connu de tous côtés à cause de la querelle aiguë qui opposa les deux maisons. À l'origine, une question de dîmes autour de la grange de Gizia, comme il y en eut tant entre cisterciens et bénédictins dans les années qui suivirent l'exemption accordée par Innocent II en 1132 aux moines blancs pour les remercier de leur soutien lors du schisme d'Anaclet : lettres de saint Bernard et de Pierre le Vénérable, intervention pontificale, rien que de banal en somme.

  • 2 G. Constable, « Cluniac tithes and the controversy between Gigny and Le Miroir », dans Revue bénédi (...)

6Mais en 1150, excédés par les progrès cisterciens, les religieux de Gigny détruisirent entièrement Le Miroir à la suite d'un véritable coup de main. Le scandale fut énorme : lettres répétées des abbés de Clairvaux et de Cluny, injonctions pontificales, sanctions ecclésiastiques les plus graves, essais de compromis, fixation d'une somme à titre de dommages... Puis rebondissements spectaculaires après les décès de saint Bernard et d'Eugène III durant l'été 1153 : nouveaux interdits, reprises des expertises, remboursement des dommages versés, enfin mise au point délicate d’une solution acceptable par les parties ; ce second épisode dura cinq années, fit intervenir les plus hautes autorités de la chrétienté, vit se multiplier intimidations agressives, luttes d’influence, manœuvres dilatoires... En fait, par le biais sensible des dîmes2, c’est tout le conflit entre Cluny et Cîteaux qui s’est trouvé focalisé, le problème du passage d'un monachisme à un autre qui a été posé à travers cette affaire.

7On comprend dans ces conditions que Marcel Pacaut ait consacré l’essentiel de son diplôme à ce différend (p. 49-105) et aux relations entre clunisiens et cisterciens (p. 106-136), se contentant d'un état sommaire du temporel et de son évolution économique (p. 137-170). Aujourd'hui, la recherche est davantage tournée vers cet autre genre de sujets. A la faveur d'une thèse en cours sur le sel et les salines de Lons-le-Saunier au Moyen-Âge, on se bornera ici à apporter à l'étude du patrimoine du Miroir quelques matériaux à peu près tous inaccessibles il y a un demi-siècle.

  • 3 Arch. dép. Saône-et-Loire, H 81 à H 114.
  • 4 Arch. dép. Saône-et-Loire, H 114.

8Ce qui subsiste du chartrier de l'abbaye3 ne conserve en effet qu'un seul original relatif aux droits importants qu'elle posséda sur les salines lédoniennes : en 1224, elle engagea au monastère de Cîteaux toute la muire — lisez l'eau salée — qu’elle détenait jusqu’à complet remboursement d'une dette de 246 livres estevenans (acte no 6 = A6 des preuves ci-après). En dépouillant d'autre part le précieux inventaire des titres du Miroir, dressé par J.-B. Lemort en 1746-17474 et qui cite parfois longuement bon nombre de documents perdus depuis, on découvre deux mentions intéressantes à dérober au milieu de textes de portée générale : une bulle du pape Alexandre III de 1177 confirmant aux religieux la possession « de la maison qu'ils ont à Lons-le-Saunier... la partie de leur muire par eux acquise du compte Girarte et les hommes qui y font le sel » (A2 et Al déduit) ; et l'analyse d'un bail consenti en 1402 de tous leurs biens situés dans cette ville mentionne expressément l'existence « de douze montées de muyre qu'ils ont au puid de Lons » (A17). L'essentiel des sources est à trouver ailleurs.

  • 5 G. Duhem, Archives départementales du Jura, Répertoire numérique de la série H, II, Cisterciens, Lo (...)
  • 6 J. Richard, Archives départementales de la Côte-d'Or, Répertoire numérique de la série H, sous-séri (...)

9Au début du XVIIe siècle, l'abbaye du Miroir fut réduite au rang de simple prieuré relevant de Cîteaux et ses titres versés au chartrier de la maison chef d'ordre. Or il fallut attendre 1947 pour que les documents relatifs au Jura remis aux Archives de ce département fassent l'objet d'un répertoire numérique utilisable par les chercheurs5 ; et 1950 pour que le fonds de Cîteaux soit doté du même instrument de travail6 : tout juste quelques années après la rédaction de son diplôme par Marcel Pacaut. Leur dépouillement permit de retrouver en toute commodité sept originaux (A4, A7, A10, A13, A14, A15, A16) et un acte déduit (A9), non cités par Lemort.

10Le reste de la documentation réunie provient de trois sources occasionnelles. Les Preuves de l'histoire de l'illustre maison de Coligny de Du Bouchet publiées à Paris en 1662 fournirent ainsi une mention (A5), un texte complet (A11) et un acte déduit (A3) ; on rappellera que Humbert de Coligny fut le fondateur de l'abbaye en 1131. L'incontournable Dictionnaire... des communes... du Jura de Rousset, paru au milieu du XIXe siècle et souvent bien informé, offrit une mention supplémentaire d'un acte encore inconnu (A12). Publiés avant-guerre mais peu faciles d'accès, les Statuta... livrèrent enfin une décision du chapitre général de l'ordre concernant directement Le Miroir et les salines lédoniennes (A8).

11Le nombre actuel des sources exhumées se monte ainsi à dix textes complets parmi lesquels huit originaux, trois analyses ou mentions, trois actes déduits et, hors classement, la décision du chapitre général, soit un total de dix-sept.

  • 7 Versons par exemple au dossier cette mention suspecte : « 1231, Ida, duchesse de... et sœur de feu (...)
  • 8 En revanche, le « cartulaire de l’abbaye du Miroir » (Stein, Bibliographie..., no 2004), qui ne sem (...)

12Il est très probable que le chartrier originel du Miroir devait contenir davantage de documents relatifs au sel lédonien7. Avec ces dix-sept rubriques, l'abbaye se situe certes devant les nombreuses maisons cisterciennes pour lesquelles on n’en compte que deux ou trois, une demi-douzaine comme Fontenay ou une douzaine comme Acey, Auberive ou Clairvaux, mais derrière Cîteaux, une vingtaine, Bellevaux, une quarantaine, et surtout Balerne avec près de cinquante. Or, pour d'évidentes raisons de proximité géographique, il ne fait guère de doute que Le Miroir fut l'une des abbayes cisterciennes parmi les mieux possessionnées en sel lédonien, comme paraissent l'impliquer également les actes importants de 1232 (A7) puis 1237 (A8) et la détention d'un nombre élevé de montées de muire à la fin du XIIIe siècle (A16, A17)8.

  • 9 B. Chauvin, « Notes et documents pour servir à l'histoire du sel à Lons-le-Saunier au Moyen-Age : l (...)
  • 10 Arch. dép. Saône-et-Loire, H 81.

13Ceci dit, quels sont les enseignements majeurs à tirer de la documentation réunie pour la première fois et publiée ci-après ? Ils sont dans l'ensemble voisins de ce qui a déjà été mis en lumière pour d'autres abbayes cisterciennes, Baleme par exemple9. Dès 1165, Le Miroir reçut des biens à Lons-le-Saunier10 ; c'est probablement vers ces années-là, 1170/1175 peut-être (Al), et en tout cas avant 1177 que le monastère posséda muire, hommes pour la cuire et maison pour stocker le sel (A2). La fin du XIIe et le début du XIIIe siècle voient Le Miroir se constituer un patrimoine salicole par le jeu de donations comtale (A5 et note 7 ?) ou privée (A3), un temps remis en cause par des problèmes d'endettement (A6). Sa place de premier plan parmi les maisons cisterciennes dans l'exploitation du sel lédonien est perceptible par les actes de 1232 (A7) et 1237 (A8) dans lesquels son abbé représente l'ordre ou traite en son nom, conjointement avec ceux de Cîteaux et de Balerne. Quoique moins nette qu'à Baleme, l’extension de ce temporel dès le milieu et durant la seconde moitié du XIIIe siècle se manifeste ici à travers donations (A9, A12 ?, A13, A15), achat (A10) et compromis sur contestations (All, A14). Pas étonnant dès lors de voir l'abbaye imposée sur douze montées franches pour la réparation du puits en 1294 (A16). Enfin le dernier document (A17), dont le millésime 1402 vérifié sur l'original est bien exact, prouve que dès avant la disparition des salines lédoniennes vers 1317/1320, les religieux du Miroir donnaient à bail à des particuliers tous leurs biens lédoniens, y compris leurs muires qu'ils n'exploitaient plus eux-mêmes ; c'est parce qu’on reproduisait invariablement les mêmes clauses des baux que les droits sur les salines de Lons sont encore mentionnés au début du XVe siècle alors qu'en réalité, ils avaient été perdus depuis au moins quatre-vingts ans.

14Tel qu'il est, ce dossier éclaire d’un jour nouveau un des aspects jusque-là méconnu du temporel médiéval de l'abbaye du Miroir. Souhaitons qu'il ouvre la porte à de nouvelles découvertes sur le sujet. Et que l'étudiant de 1944 y trouve satisfaction au sein de ces Mélanges publiés en hommage au professeur.

***

1

15[Vers 1170/1175]1 Girard, comte de Mâcon, donne à l'abbaye du Miroir une certaine quantité de muire au puits de Lons et des hommes pour l'exploiter.

A. Original perdu ?

1. Nécessairement antérieure à l'acte suivant où elle est rapportée, cette donation paraît devoir remonter aux années 1170/1175, époque à laquelle le comte Girard multiplia ses largesses aux abbayes cisterciennes sur le puits de Lons-le-Saunier : J.-Y. MARIOTTE, Le comté de Bourgogne sous les Hohenstaufen (1156-1208), Paris, 1963, p. 71.

2

161177 mai 20, [Venise, Rialto]1 « Bulle d'Alexandre III pape accordée à Messieurs du Miroir qui met sous la specialle protection du Saint-Siège tous les biens et acquisitions..., nottament... la maison qu'ils ont à Lons-le-Saulnier avec ses dépendances, la partie de leur muire par eux acquise du comte Girarte et les hommes qui y font le sel..., du 20 may 1177 ».

A. Original perdu ?

Mentions : 1) Arch. dép. Saône-et-Loire, H 114, cahier AA, p. 5. 2) W. WIEDERHOLD, Papsturkunden in Frankreich, t. II, Burgund mit Bresse und Bugey, Gottingen, 1906, p. 15.

1. Lieu où se trouve Alexandre III ce jour-là, Ph. JAFFE, Regesta Pontificum Romanorum..., t. II, Leipzig 1888, p. 307, no s 12845 et 12846.

3

17[Vers 1180 ?]1 Du consentement de Marchise son épouse, Gui de Binans donne aux religieux du Miroir une montée de muire au puits de Lons.

A. Original perdu ?

Mentions : 1) Voir acte no 11. 2) D. Monnier, Annuaire du Jura, 1841, p. 136, sub 1245. 3) A. ROUSSET, Dictionnaire..., t. V, p. 361.

1. Époque vers laquelle est connu le donateur.

4

181200 mars 24, Lons-le-Saunier — Avec l'accord de tous leurs héritiers, Vital, Ulrich et Lambert, fils de Pascal, abandonnent à l'abbaye du Miroir les dix seilles de muire que les religieux ont rachetées pour douze livres de Lons à Eudes le Chauderier et tous leurs droits dans le quart d'une berne que les moines possèdent à Lons. Pour cela, les religieux leur ont remis cent sous et les ont associés à leurs prières.

A. Original, Arch. dép. Jura, 17 H 23.

Texte de A, inédit.

  • a Restitutions sur déchirures.

19Notum sit omnibus quod Vitalis et Huld[ric]aus et Lanbertus fratres, filii Paschalis, laude et assensu omnium/2 heredum suorum, dederunt Deo et beate [Marie et]a fratribus de Miratorio in elemosinam perpetuo pos-/3 sidendam decem solors de moria quas ipsi fratres de Miratorio redemerunt de manu Ho-/4donis lo Chauderier de XII libris ledonensis. Addiderunt etiam huic supradicti fratres videlicet Vitalis,/5 Huldricus, Lanbertus quicquid habebant in quarta parte sedis et fundi badierne quam possident/6 ipsi fratres de Miratorio apud Ledonem. Notandum autem quod pro recognitione harum donationum tres/7 supradicti fratres scilicet Vitalis, Huldricus, Lanbertus habuerunt de fratribus Miratorii C solidos. Sepedicti vero/8 fratres de Miratorio concesserunt tribus supranominatis fratribus Vitali, Huldrico, Lanberto participationem/9 omnium spiritualium bonorum que fiunt apud ipsos. Testes harum donationum sunt Morannus tunc temporis/10 abbas Miratorii, Petrus cantor, Johannes cellerarius, Eydenz, Guido conversi ejusdem domus, Bonnus Paganus,/11 Bonnus Petrus faber, Raynaldus Balbus, Hugo Giroudus, Humbertus Caballus, Humbertus Rispoux, Durannus/12 Enchaucears, Milo Yterus, Bertrannus Yterus, Bemardus Faber, Gaucherius li Perveranges. Et ut hac omnia/13 rata permaneant et inconcussa, Petrus de Arinto tunc temporis decanus Ledonis et Stephanus similiter/14 tunc temporis decanus Montarne presentem cartam sigillorum suorum munimine roboraverunt. Actum/15 anno Verbi incarnati M° C° nonagesimo IX° apud Ledonem mense martio IX° kalendas aprilis.

5

201206 — « Titre de l'an M.CC.VI. par lequel Guillaume, comte de Vienne, de Mascon et d'Auxonne, donne aux religieux du Miroir une montée de mure en la saunerie de Salins1 en présence d'Amé, seigneur de Coligny et d'Hvmbert de Coligny son frère ».

A. Original perdu ?

Mentions : 1) DU BOUCHET, Coligny..., p. 45 et 55. 2) PACAUT, p. 146.

1. Il ne peut s'agir bien entendu que de Lons, seul puits sur lequel Guillaume de Vienne possédait des droits.

6

211224 septembre — L'abbaye du Miroir engage à celle de Cîteaux sa muire de Lons qui sera exploitée par le convers auquel le cellérier la confiera jusqu’à ce que les revenus à en tirer aient complètement remboursé une dette de 246 livres estevenans.

A. Original, Arch. dép. Saône-et-Loire, H 81, acte no 13.

B. Copie, fin XVe siècle, Arch. dép. Côte-d'Or, 11 H 78 (= cartulaire 193), fol. 205r°.

Mentions : 1) Arch. dép. Saône-et-Loire, H 114, cahier Y, p. 4. 2) Ibid., coll. Canat de Chizy, ms. A 1398, no 213.

Texte de A, inédit.

  • b Restitutions sur déchirures.

22Ego frater B. dictus abbas et conventus Miratorii notum facimus uni-/2versis presentem cartulam inspecturis quod nos tradidimus domino abbati Cister-/3ciensi muriam nostram Ledonii ut ipsam habeat et teneat conversus Cisterciensis cui dictam muriam cellerarius Cisterciensis tenendam assignaverit, donec ex proven-/5tibus qui de ipsa muria provenerint vel aliunde domui Cisterciensis ducente[qua-]b/6draginta sex libri stephanienses ex integro persolvantur. Actum anno Domini[M°]a/7 CC° ΧΧΙΙΙI° mense septembri.

7

231232 octobre — A la suite de guerres, Henri, comte de Vienne, reconnaît avoir causé des dommages aux muires que les moines de l'ordre cistercien possédaient à Lons. A la demande des abbés Glaucher] de Cîteaux, J[ean] du Miroir et E[udes] de Balerne, il promet de ne plus y porter atteinte et même de les protéger.

A. Original, Arch. dép. Jura, 17 H 22.

Edition : a) CHAUVIN, p. 86-87, no 22, d'après A.

Traduction : MONNIER, Annuaire..., p. 133.

8

241237 [mi-septembre], Cîteaux, chapitre général — Le chapitre général de l'ordre cistercien ordonne à toutes les abbayes ayant des revenus à Lons d'avoir obligatoirement recours conjointement aux abbés de Balerne et du Miroir pour la gestion de leurs affaires en cette ville, aux frais proportionnels de ce que chaque abbaye possède sur place. Ils pourront rédiger toutes chartes nécessaires avec l'autorité du chapitre général. L'abbé de Cîteaux n'aura pas à se soumettre à ces dispositions.

Edition : a) J.-M. CANIVEZ, Statuta capitulorum generalium ordinis cisterciensis..., t. II, Louvain, 1934, p. 176, année 1237, no 46.

Texte de a).

25Omnibus abbatibus habentibus redditus in Ledone injungitur ut omnes simul duos constituant procuratores, abbatem scilicet de Balerna et de Miratorio, ita quod nullus eorum sine altero possit componere, et quod illi duo expenderint in expeditionem dictorum negotiorum de communi, secundum quod unusquisque habet ibi plus vel minus, persolvatur. Litterae autem si necessariae fuerint expedientibus hoc negotium, fiant eis auctoritate capituli generalis. Dominus autem Cistercii huic necessitati se non submittat.

9

26[Vers 1240/1245 ?]1 Chrétien Naparis donne à l'abbaye du Miroir cinq seilles de muire au puits de Lons.

A. Original ?

Mention : voir acte no 14.

1. Époque vers laquelle est connu le donateur, notamment par deux chartes de vente de muire à l'abbaye de Balerne : CHAUVIN, Notes..., actes nos 34 et 35.

10

271245 mai 30, Montmorot— Guillaume, comte de Vienne, vend à l’abbaye du Miroir six montées franches de muire qu'il possédait sur le puits de Lons pour 240 livres viennois. Jean de Pont, qui les tenait, en répondra pour la présente année aux religieux, après quoi ils en auront pleine jouissance.

A. Original perdu ?

B. Vidimus, 1245, Arch. dép. Jura, 17 H 23.

Texte de B, inédit.

28Nos Johannes prior Gigniaci et nos Petrus prior Coloniaci et nos Johannes archipresbyter ejusdem loci notum facimus universis presens scriptum visuris vel audituris quod nos... [a.] /15... [b.] Preterea vidimus, tenuimus et verbo ad verbum seriatim perlegimus aliam cartam in qua appensum est sigillum dicti Willelmi/16 comitis Viennensis una cum sigillo domini archiepiscopi Bisuntinensis cujus carte tenor talis est : Nos Willelmus comes Viennensis notum facimus universis Christi fidelibus presens schriptum visuris vel audi-/17turis quod nos misimus et tradidimus in manus abbatis et conventus Miratorii sex montatas murie nostre franchie quas habemus in puteo Ledonis pro ducentis et quadraginta libris/18 viennensis monete quas jam recepimus a predictis abbate et conventu Miratorii. Has vero sex montatas tenet Johannes de Ponte qui de precepto nostro dictis abbati et conventui Miratorii/19 in presenti anno fideliter respondebit ad responsum badernarum nostrarum. Elapso autem anno instanti prefati, abbas et conventus Miratorii predictas sex montatas murie nostre/20 franchie in manu sua tenebunt, redimendo dono de predicta peccunia plenariam receperint solutionem. Et si forte contingat, quod absit, quod nos vel successores nostri dampnum/21 aliquod vel controversiam in dictis sex montatis murie nostre franchie per nos vel per nostros ipsis intulerimus, volumus et concedimus quod dominus archiepiscopus Bisuntinensis ammonitione premissa/22 totam cartam nostram supponat interdicto quo adusque de illatis injuriis sepedictis abbati et conventui Miratorii plenarie fuerunt satisfactum. Ad peticionem vero nostram necnon et abbatis et conventus/23 Miratorii dominus archiepiscopus Bisuntinensis una cum sigillo nostro sigillum suum apposuit in testimonium veritatis. Actum apud Montem Moreti die martis proxima ante Pentecosten. Anno domini/24 M° CC° quadragesimo quinto. Et ut hoc verum et certum ab omnibus habeatur, presenti transcripto prescriptarum cartarum ad peticionem abbatis et conventus Miratorii sigilla nostra duximus/25 apponenda in testimonium veritatis. Datum die dominica sequenti post octabas apostolorum Petri et Pauli, anno ab incarnatione Domini M° CC° quadragesimo quinto.

11

291247 décembre, Vaucenans — Gui, seigneur de Binans, après avoir conteste la donation de son père Gui d'une montée de muire sur le puits de Lons à l'abbaye du Miroir [no 3], la confirme, avec l'accord d'Agnès son épouse et de ses fils, en présence de Jean, comte de Bourgogne, et d'Amédée, seigneur de Coligny, et reçoit des moines la somme de dix-huit livres viennois.

A. Original perdu ?

Edition : a) DU BOUCHET, Coligny..., p. 64-65.

Mention : ROUSSET, Dictionnaire..., t. V, p. 361.

Texte de a).

  • c Passages non transcrits par a).
  • d Passages non transcrits par a).
  • e Passages non transcrits par a).
  • f Proposition de restitution.

30Ego Guido, dominus de Binant, notum facio universis Christi fidelibus quod, cum ego pluries movissem quaerimoniam contra abbates Miratorii qui fuerunt pro tempore et conventum ejusdem loci super quadam montata muriae in puteo Ledonis, quae montata muriae quondam collata fuit Deo et beatae Mariae de Miratorio, abbati et monachis ibidem Deo servientibus a praedecessoribus meis, domino scilicet Guidone de Binant et domina Marchisia uxore ejusdem pro remedio animarum suarum et antecessorum suorum in puram et perpetuam eleemosinam, sicut in cards eorundem super hoc confectis manifeste declaratur. Tandem post multam abbatum et monachorum Miratorii vexationem, ego ad correvertens, in praesentia illustrium virorum dominorum Johannis comitis Burgundiae et domini Salinensis et Amedei domini Coloniaci, cum domino Vincentio abbate Miratorii et conventu ejusdem loci in hunc modum amicabiliter duxi componendum : videlicet quod ego, perpendens, videns et sciens et per plures testes idoneos fide dignos, omni exceptione majores, et per instrumenta sigillis autenticis munita et consignata, et a praefato Vincentio abbate Miratorii, Guidone priore et Aremberto cellario ejusdem loci in medium producta, coram illustribus viris dominis Johanne comite Burgundiae et domino Salinensi et Amedeo domino Coloniaci et pluribus aliis qui praesentes aderant, donationem dictae montatae muriae a praefatis praedecessoribus nostris in puram et perpetuam eleemosynam domui Miratorii factam extitisse, omnem actionem et calumniam super dicta montata muriae contra domum motam, Deo et beatae Mariae de Miratorio necnon et abbati Vincentio prenominato et Guidoni priori et Aremberto cellario ejusdem loci resignavi, et ipsis et toti conventui Miratorii in perpetuum quittavi, concedens ipsis et successoribus eorum abbatibus et monachis Miratorii qui fuerint in perpetuum saepe dictam montatam muriae pro me et pro Agnete uxore mea et pro Willelmo et Rainaudo et aliis filiis meis in puram et perpetuam eleemosynam [...]c, quiete et pacifice et sine aliqua mei vel meorum de caetero reclamatione, habendam et possidendam. Hanc quittationem et concessionem praefatae montatae muriae laudaverunt et ratam [...]d habuerunt Agnes uxor mea, Willelmus et Rainaudus et alii filii, praestito proprio juramento corporali, una mecum tactis sacrosanctis evangeliis, se contra praemissa per se vel per alium aliquid modo aliquo de caetero non venire. Praeterea tam ego quam omnes filii mei, videlicet Willelmus et Rainaudus et alii filii mei abrenunciavimus in hoc faciendo omni exceptioni doli in factum, exceptioni minoris aetatis, exceptioni praesente utroque romani juris auxilio tam canonici quam civilis, quod nobis adveniendum contra praemissa competere posset vel modo aliquo[...]e. Supradicti vero dominus Vincentius abbas Miratorii et monachi ejusdem loci licet propter praedicta aliquid mihi dare non tenerentur, pro bono tamen pacis de consilio illustris viri Amedei domini Coloniaci et ad preces Stephani dicti Fabri et Humberti fratris ejus et plurium aliorum qui praesentes fuerunt apud Vantianteis quando facta fuit praefata quitatio, decem et octo librarum viennensium [mihi remiserunt]f, de quibus ego coram ipsis me teneo in integrum in numerata pecunia pro pagato. Hujus autem rei testes sunt nobilis vir Willelmus de Sancto Amore miles, Stephanus Ferrouz miles, Stephanus dictus cognomine Faber et Humbertus frater ejus et plures alii. Insuper ad majorem firmitatem sigillum praedicti domini comitis Burgundiae et domini Salinensis et Amedei domini Coloniaci praesenti cartae apponi supplicavi in robur et testimonium veritatis. Actum est hoc anno Domini M° CC°XLVII°, mense decembri

12

311264 mai 12 — « Le 12 mai 1264, [Hugues de Vienne]... donne à l'abbaye du Miroir six montées de muire, franches de toutes exactions ».

A. Original ?

Mention : ROUSSET, Dictionnaire... t. III, p. 514.

13

321269 juillet — Huguette, fille de feu Jean dit Julien de Lons et veuve de Jean de Reite damoiseau, donne à l'abbaye du Miroir cinq seilles de muire qu'elle possédait par héritage au puits de Lons.

A. Original, Arch. dép. Jura, 17 H 23.

Texte de A, inédit.

33Nos frater Petrus humilis prior Ledonis notum facimus universis presentibus et futuris quod/2 Hugueta, quondam filia Johannis de Ledone dicti Julini quondam uxor Johannis de Reite domiceli,/3 sciens, prudens et spontanea in ultima voluntate dedit, tradidit et concessit pro/4 remedio anime sue et antecessorum suorum in puram et perpetuam elemosinam Deo et beate/5 Marie Miratorii et fratribus ibidem Deo servientibus quinque salorios murie in/6 puteo Ledonis qui sibi jure hereditario competebant. Hanc autem donationem laudavit,/7 confirmavit et approbavit prefatus Johannes vir ejus, prohibens sub attestatione/8 divini judicii ne aliquis heredum seu successorum suorum aut alius quilibet dictos Miratorienses/9 pro dictis quinque saloriis inquietaret in aliquo tempore aut eciam molestaret. In/10 cujus rei testimonium sigillum nostrum presentibus litteris duximus apponendum. Datum/11 anno Domini M° CC° sexagesimo nono mense julio.

14

341280 janvier 26 — Pierre et Gui, fils de Jean Girot, bourgeois de Montaigu, abandonnent à l'abbaye du Miroir la totalité des droits qu’ils lui contestaient sur cinq seilles de muire au puits de Lons que feu leur grand-père Chrétien dit Naparis possédait par héritage et avait données autrefois aux religieux [no 9].

A. Original, Arch. dép. Jura, 17 H 23.

Texte de A, inédit.

  • g Trou dans le parchemin.
  • h Trou dans le parchemin.

35Nos Guido et Petrus fratres, filii dompni Johannis dicti Girot burgensis de Monte/2 Acuto, notum facimus universis quod nos, scientes, prudentes et spontanei, non vi, non metu, non dolo/3 ducti nec ab aliquo circonventi, cedimus, concedimus et quittamus imperpetuum ecclesie beate Marie/4 de Miratorio et monachis ibidem Deo et sanctis omnibus servientibus omne jus et omnemactio-/5nem, dominium et proprietatem que nobis contingebant vel contingere poterant et debebant in/6 quinque saloriis murie sitis in puteo de Ledone ex parte dompni Christiani dicti Naparis quondam/7 avi nostri, quos quinque salorios murie ad eundem Christianum quondam jure hereditariopertinen-/8tes, et idem Christianus eidem ecclesie et dictis fratribus in elemosinam perpetuam erogavit, de quibus/9 etiam quinque saloriis murie nos dicti Guido et Petrus fratres abbatem et conventum dicti/10 loci inquietabamus, propter quam inquietationem nos dicte ecclesie et dictis fratribus fidelitatem legi/11timam promittentes, promittimus eosdem quinque salorios murie et quittationem de ipsis factam/12 defendere et guarantire contra omnes quantum[...]g ordo juris et faciemus et prestabimus quantum/13 ad predictam pertinet quicquid in causa evictionis debet [fieriet]h prestari ad que omnia videlicet tam adquitta-/14tionem quam ad guarantiam et defensionem nos et nostros successores bona fide quantum possimus/15 obligamus et, quia propria sigilla non habemus, sigillum religiosi viri fratris Petri prioris Ledonis/16 presentis litteris rogavimus et fecimus apponi una cum sigillo domini Odonis vicarii ejusdem loci/17 nos predicti prior et vicarius sigilla nostra ad preces et requisitionem dictorum Petri et Guidonis/18 fratres presentis litteris apposuimus in testimonium omnium predictorum. Actum et datum in crastino conversio-/19nis sancti Pauli anno Domini millesimo ducentesimo septimo nono.

15

361284 mars — Etienne, fils de feu Girard Bel de Lons et châtelain de Montaigu, donne à l'abbaye du Miroir trois seilles de sa muire au puits de Lons pour la célébration de l'anniversaire de sa mère.

A. Original, Arch. dép. Jura, 17 H 23.

Texte de A, inédit.

37Ego Stephanus, filius quomdam Girardi Bel de Ledone, castellanus tunc temporis de Monte Acuto, notum volo/2 fieri universis presentibus et futuris quod ego dedi et concessi in puram et perpetuam elemosinam abbati et conventui/3 Miratorii cisterciensis ordinis, pro remedio anime Adeline quomdam matris mee et pro anniversario suo singulis annis/4 in ecclesia dicti loci faciendo, tres salorios murie mee videlicet in puteo murie Ledonis. Devestio siquidem/5 me et meos de dictis tribus saloriis murie in elemosinam donatis, et dictos abbatem et conventum et eorumsucces-/6sores ob causam dicte donationis per presentes litteras investio et in possessionem corporalem vel quasi induco. Promitto/7 insuper pro me et meis bona fide dictos tres salorios murie donatos dictis abbati et conventui et eorum successo-/8ribus de me et meis in pace tenere perpetua et contra omnes in jure defendre et etiam garantire et contra/9 dictam donationem per me vel per alium decetero non venire nec alicui contravenire volenti consentire. In cujus/10 rei testimonium sigillum meum proprium presentibus litteris apposui. Datum et actum anno Domini M° CC° octogesimo tercio/11 mense marcii.

16

381294 janvier 13 — Renaud, comte de Montbéliard, et Hugues, comte de Vienne, délivrent à l'abbaye du Miroir quittance du paiement de quarante-huit livres estevenans pour douze montées de muire franches que ce monastère possède au puits de Lons à réparer.

A. Original, Arch. dép. Jura, 17 H 22.

Texte de A, inédit.

  • i Einsi cum acostume hont rajouté en interligne, avec mention finale cele supscription einsi cum acos (...)

39Nos Renauz de Borgogne, cuens de Montbeliart, et Hugues de Vienne, sires de Lonvy et de Pymont, facons savoir a toz/2 cex qui verrunt et orrunt cex presentes lettres que nos havons recehu et hau dou religioux home frère Amideii abbe dou Mi-/3rour et dou covent de cel maisme lue de l'ordre de Citiax quarante huit livres de bons estevenans por la cause et/4 por la fayture dou poys de Lons et por doze montees de muire frainches les quex il hont et doivent havoir ou dit pois/5 de Lons einsi cum il le dient, et de la dite pecune nos nos tenons por bien paiez en bons deniers numbrez. Apres nos les/6 mettons en veraie, paisible et pure possession des dites doze montees de muyre et les lour baillons et delivrons/7 en bone paix por faire lour profit et lour volunte. Après nos volons, outroions et concedons que li diz abbes et li/8 diz covenz dou Mirour puissent ordoner ou faire lour bone volunte de la dite muire per lour ou per/9 autrui totes les foiz que il voudront, et que il lour muire puissent comander, loyer ou accensir a cui que il voudront,/10 et faire lour plaisir et lour profit semz nul contredit ou empachement de nos ou de nos genz einsi cum acostume honti, saul le droit de nos/11 et d'autrui. En tesmoignage de la quel chose, nos havons comande et fait mettre en cex lettres les seax de nos cours/12 faites et donnees le jour de feste saint Ylaire l'an nostre seignour coirant par mil doux cenz nonante/13 et trois ou mois de janver.

17

401402 janvier 6 ?1 « Bail annuel et perpétuel fait par Messieurs du Miroir à Guillaume de Saulieu de touttes les maisons, prez et vignes et des droits de douze montées de muyre qu'ils ont au puid de Lons-le-Saulnier, item de leur moitié de la dîme qu'ils prennent de douze poignées l'une au lieu de Savaigna proche la ville de Montmouret avec leur cens qui se payent par un chacun des habitants audit lieu sans exception de personne, de 5 sols estevenans pour chacune pose de terre qu'ils possèdent audit lieu, item du quarteau de bled sur la généralité de la dîme de Conliège, item des maisons, terres, prés et vignes qui leurs appartiennent ez lieux de Montaigu, Chilly, Maulcornay et Courbouzon moyennant le cens annuel de quarante-cinq florins d'or, et douze livres de cire et aux autres clauses et conditions y portées, entre autres qu'aprez son déceds lesdites choses doivent retourner auxdits sieurs du Miroir comme propriétaires d'icelles, du 6 janvier 1401 ancien style, 1402 nouveau style ».

A. Original, Arch. dép. Saône-et-Loire, H 84, acte no 13.

Mentions : 1) Arch. dép. Saône-et-Loire, H 114, cahier Y, p. 9-10. 2) Ibid., coll. Canat de Chizy, ms. A 1398, no 382.

1. Sur cette date, lire le commentaire à la fin du développement.

Notes

1 Lettre de Marcel Pacaut du 9 septembre 1988.

2 G. Constable, « Cluniac tithes and the controversy between Gigny and Le Miroir », dans Revue bénédictine, 1960, t. LXX, p. 591-624.

3 Arch. dép. Saône-et-Loire, H 81 à H 114.

4 Arch. dép. Saône-et-Loire, H 114.

5 G. Duhem, Archives départementales du Jura, Répertoire numérique de la série H, II, Cisterciens, Lons-le-Saunier, 1947, p. 17-18, sous-série 17 H.

6 J. Richard, Archives départementales de la Côte-d'Or, Répertoire numérique de la série H, sous-série 11 H, Dijon, 1950,46 p.

7 Versons par exemple au dossier cette mention suspecte : « 1231, Ida, duchesse de... et sœur de feu Guillaume, comte de Mâcon et de Vienne, pour son âme donne au Miroir dix livres stéphanoises sur ce qu'elle a dans le puits de Salins », Arch. dép. Saône-et-Loire, coll. Canat de Chizy, ms. A 1398, no supplémentaire après les tables, alors que c'est exclusivement sur le puits de Lons-le-Saunier que la famille de Vienne-Mâcon était possessionnée. Voir A5, note 1 où la même confusion peut être tenue pour certaine.

8 En revanche, le « cartulaire de l’abbaye du Miroir » (Stein, Bibliographie..., no 2004), qui ne semble plus aujourd'hui déposé aux Arch. dép. Saône-et-Loire (lettre de R. Oursel du 26 janvier 1983), n'aurait contenu que des « donations, acquisitions et autres titres... tous faits au nom de l'abbaye de Cîteaux et non de celle du Miroir qui ne figure que sur le titre » (Arch. dép. Saône-et-Loire, coll. Canat de Chizy, ms. A 1398, no 18).

9 B. Chauvin, « Notes et documents pour servir à l'histoire du sel à Lons-le-Saunier au Moyen-Age : les archives de l'abbaye de Baleme (1170-1267) », dans Travaux... de la Société d'émulation du Jura, 1975-1976, p. 33-126.

10 Arch. dép. Saône-et-Loire, H 81.

Notes de fin

a Restitutions sur déchirures.

b Restitutions sur déchirures.

c Passages non transcrits par a).

d Passages non transcrits par a).

e Passages non transcrits par a).

f Proposition de restitution.

g Trou dans le parchemin.

h Trou dans le parchemin.

i Einsi cum acostume hont rajouté en interligne, avec mention finale cele supscription einsi cum acostume hont, loons et aprovons, donne cum desux.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search