Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Mots de la nation

 | 
Sylvianne Rémi-Giraud
, 
Pierre Rétat

Autour du pôle européen

Quelques observations sur le micro-champ lexical de country, people, nation, state et homeland dans la langue anglaise

Jacqueline Rey et Henri Béjoint

Texte intégral

1La place de notre contribution dans ce volume engendre certaines contraintes : il s’agit de parler de la langue anglaise dans une réflexion essentiellement centrée sur la langue française. Le danger de la contrastivité à tout crin est donc grand : partir d’une opposition entre l’anglais et le français, ce serait vouloir juger un système par rapport à un autre et par là même se condamner à ne pas voir l’organisation interne de chacun des systèmes comparés. Or c’est bien le micro-système lexical de l’anglais en lui-même qu’il s’agit d’essayer de décrire.

2L’autre danger est celui de l’interprétation psycho-sociologique des faits linguistiques. Il serait facile de prétendre qu’on retrouve dans le lexique anglais ces particularités de l’âme anglaise que les Français aiment tant à identifier, mais ce serait au prix d’une analyse simpliste et qui ne reposerait que sur un cercle vicieux de la logique. On renoncera donc ici à l’examen comparé de la psychologie des peuples, pour se consacrer à l’observation de la façon dont le lexique anglais organise ses notions dans un système qui lui est propre, et dont les causalités restent en grande partie mystérieuses.

Les quatre mots fondamentaux : country, nation, people et state

3Le micro-champ lexical de l’anglais formé par l’ensemble des mots désignant les communautés humaines plus ou moins organisées est surtout composé de country, nation, people et state, avec toutes les catégorisations grammaticales que ces mots peuvent prendre, et avec tous leurs dérivés et leurs composés. C’est donc sur ces mots que porteront d’abord nos observations.

  • 1 Voir par exemple les tests d’acceptabilité de D.-A. Cruse, 1986.
  • 2 Ce qui établira une complémentarité avec les articles de S. Rémi-Giraud (français) et M. Pérennec (...)

4Le sens des mots n’est accessible que par l’une des trois sources bien connues et souvent évoquées – l’exploration des textes de toutes sortes, l’introspection1 et le dépouillement des ouvrages lexicographiques (ce dernier étant comme en abyme puisque chaque nouvel ouvrage lexicographique exploite à son tour les trois mêmes sources) – et ces sources placent toujours un écran, plus ou moins déformant, entre l’observateur et la chose observée. Le démêlage des sens des mots comme country, nation, people et state est particulièrement difficile parce que ce sont des mots abstraits dont les sens se recouvrent partiellement et sont chargés de connotations puissantes qui colorent leur utilisation. Pour ces mots, c’est probablement l’observation des comportements en discours qui constituerait la meilleure voie d’accès au sens : il faudrait détecter les collocations typiques, les changements de catégories, les contraintes syntaxiques, etc., par l’exploration systématique d’un discours authentique accessible sous forme d’un corpus. Nous nous contenterons plus simplement des ouvrages lexicographiques2.

5On se méfiera des dictionnaires bilingues : ce serait chercher à voir quelles sont les différences entre les deux systèmes lexicaux en se servant d’un outil qui sert avant tout à établir des équivalences potentiellement utiles au traducteur, qui est capable d’en découvrir là où il n’y en a pas, et qui ne montre les différences qu’en les écrasant, en les confondant toutes, quelle que soit leur nature ou leur degré. Les bilingues ne sont certes pas inutiles, mais ils ne peuvent être qu’instruments de confirmation, pas de découverte.

6Les dictionnaires monolingues sont plus sûrs. Certes, on ne peut pas croire un instant que le dictionnaire « contient la langue », puisque le lexicographe n’est qu’un locuteur un peu mieux informé que les autres et qui fait son possible pour extraire le sens des mots et le transmettre à son lecteur. Mais le dictionnaire bien fait est ce qui se rapproche le plus d’une observation « objective » de la langue : c’est un discours qui vise à noter les significations collectives, ou du moins à vocation collective. Nous nous servirons donc de trois dictionnaires monolingues anglais, le Collins English Dictionary, 1987 (désormais CED), l’Oxford English Dictionary, 1989, 2e édition (désormais OED), et le BBC English Dictionary, 1993 (désormais BBC), choisis en raison de leur date récente de parution et de leur complémentarité. Le CED est un dictionnaire qui connaît un grand succès commercial, l’OED est l’outil de référence le plus complet pour la langue anglaise et le BBC privilégie la langue parlée contemporaine.

7Si l’on examine les définitions des mots country, nation, people et state dans ces dictionnaires, on s’aperçoit qu’ils y sont présentés comme des mots polysémiques, surtout dans l’OED, avec cette fringale particulière pour la polysémie que trahissent tous les grands dictionnaires. Les mots génériques et les autres mots importants utilisés dans ces définitions indiquent quels sont les éléments principaux de leurs sens. Ainsi dans CED :

mot

générique

autres mots importants

country

territory

people, culture, state

people

persons

country, nationality

nation

people

culture, race, state, persons

state

power

community, territory

8dans OED :

mot

générique

autres mots importants

country

territory

land, nation, state, region

people

persons

community, tribe, race, nation

nation

country

people, state, territory

state

government

territory, government

9et dans BBC :

mot

générique

autres mots importants

country

area

government, language, culture

people

persons

country, race

nation

country

people, country

state

country

politics, government

10On constate au premier regard une grande circularité : country est défini par people, par nation et par state ; people est défini par country et par nation ; nation par state, people et country ; state par people et country. Mais, en même temps, les différences entre les définitions sont claires. Dans country – même origine étymologique que le mot français contrée – le trait géographique est le plus important. Il est renforcé par le fait que le mot désigne aussi la « campagne ». On retrouvera cette polysémie dans countryman, qui peut désigner d’une part un « compatriote » et d’autre part un « campagnard » (si l’anglophone utilise le même mot pour les deux notions, c’est peut-être que pour lui le prototype du compatriote est un campagnard, pas un habitant des villes. Mais nous n’insisterons pas sur ce point).

11Country n’est que secondairement, en quelque sorte, un territoire ayant une unité fournie par la présence d’un peuple, ou d’un gouvernement, mais en même temps ce trait n’est pas accessoire : une zone géographique ne peut pas être a country si elle n’a pas cette unité imposée par les hommes sur la géographie. C’est pourquoi le mot est utilisable dans le sens de « population » ou d’« autorité », avec des verbes comme declare, decide, ou suffer par exemple.

12Il est à noter qu’il n’y a pas de verbe cognat de country, et que le mot n’est utilisable en position adjectivale que dans le sens de « campagne » : country house (maison de campagne).

  • 3 Dans ce cas là, il aura pour synonymes : Hoi Polloi, masses, mob, populace, rabble.

13People peut désigner un ensemble de personnes, l’ensemble d’une population en tant que sujet de droits politiques. Il peut aussi désigner le bas peuple, la plèbe (avec une pointe de mépris3) et également dénoter le collectif indéfini exprimé par le pronom personnel on en français. En science politique, c’est le peuple souverain, source du pouvoir, les citoyens en ce qu’ils s’opposent aux gouvernants. Dans ce sens, la combinatoire est très riche : people’s democracy, People’s China (à noter qu’en français People’s est rendu par l’adjectif populaire). Le mot people peut être un verbe, qui ne mobilise (comme le verbe peupler, en français) que le sens de « nombre » ; l’adjectif correspondant est popular. Parmi les dérivés, on trouve le verbe peopleize (populariser) et peoplehood (la condition, le fait, l’état d’être un peuple).

14State est un gouvernement, une entité juridique formée de la réunion des trois éléments fondamentaux, population, territoire, et gouvernement souverain. Il n’y a pas de forme adjectivale ni verbale : le nom sert d’adjectif, par exemple dans state school, state funds. Parmi les dérivés, on peut citer statehood (qualité d’être État), stateless (apatride, adj.), statesman (homme d’État), statesmanship (diplomatie), statewide (dans l’État tout entier).

15Il n’est pas inintéressant de noter que pour les anglophones state est parfois quasiment péjoratif : the state, c’est « eux » (them), par opposition à « nous » (us) – version anglaise de nos technocrates. En ce sens, on pourrait dire que state est le pendant de people : c’est le non-peuple vu par le peuple. Nous reviendrons sur l’emploi de state en anglais américain.

16Dans ces trois mots, country, people et state, on trouve les trois « ingrédients » de base : l’aire géographique, la population et le gouvernement. Les trois mots servent à prendre la même notion par un bout ou par l’autre, ou, en d’autres termes, à donner à tel ou tel trait une saillance particulière, selon les contraintes du discours ou le désir du locuteur. On ne s’interdira tout de même pas de remarquer ici à quel point le fonctionnement de ces trois mots est semblable à celui de leurs équivalents français pays, peuple et Etat.

17Reste, de nos quatre mots fondamentaux, le cas de nation. Le mot renvoie comme people au trait humain (nation est un « agrégat de personnes, correspondant éventuellement à une race ou un peuple »), secondairement au trait structurel comme state (« ayant en commun un certain nombre de coutumes et organisé en Etat politique séparé ») et même au trait géographique comme country (« occupant un territoire défini »). Ces trois traits sont combinés dans l’adjectif composé nation-wide (qui se passe sur le territoire de toute la nation), beaucoup utilisé par les médias.

18On trouve les deux mots state et nation combinés dans nation-state (la Grande-Bretagne est ainsi qualifiée de four-nation state ; voir ci-dessous). Le dictionnaire de politique de David Robertson, 1985, souligne l’usage politique de ce terme nation-state, qui décrit le contexte dans lequel les personnes s’identifient à une communauté : avant que les États n’existent, il faut que se soit créé un sentiment d’identité nationale.

19Une nation se construit, ce n’est pas un donné comme un pays ou un peuple ; ce concept d’une nation « en train de se faire » est bien exprimé par nation-building, et ceux ou celles qui participent à cette construction sont des nation-builders. Le mot nationhood (fait d’être nation) est un aboutissement dans cette construction ; le concept implique la volonté politique d’être une nation – et le mot n’a pas d’équivalent français. La nation est enfin quelque chose qui vit, et qui a donc une naissance (voir The Birth of a Nation de Griffith) et sans doute une mort.

  • 4 On trouve ainsi les expressions « Britain is a four-nation state », « the United Kingdom is a mult (...)

20Dans le contexte britannique, le mot nation et ses dérivés posent des problèmes de sens et d’usage tout à fait intéressants4 : le Royaume-Uni n’est pas une nation, mais l’ensemble des quatre nations anglaise, écossaise, galloise et irlandaise. Ces nations ont une existence précaire : reconnues dans des contextes qui ne prêtent pas à conséquence (le tournoi de rugby par exemple), elles peuvent difficilement être mentionnées sans passion dans d’autres circonstances. Il n’est pas bien vu, par exemple, de répondre Welsh à la rubrique nationality d’un questionnaire administratif. Cause ou conséquence, ces appartenances nationales se manifestent volontiers de façon plus ou moins belliqueuse, ou au moins revendicatrice : certains facteurs écossais rechignent à distribuer le courrier si la dernière ligne de l’enveloppe indique Grande-Bretagne ou Royaume-Uni plutôt qu’Écosse.

21Il faut noter aussi qu’aux États-Unis le mot nation a pris un sens particulier : celui de « peuple indien, tribu ou ensemble de tribus », étendu dans certains contextes à celui de « territoire occupé par ces tribus » (voir ci-dessous l’utilisation de homeland en Afrique du Sud). Par contre, dans la dénomination du pays, ce n’est pas lui qui a été retenu. Le territoire ayant été divisé en États (states), le mot nation restait disponible et semblait parfaitement adapté, par ses connotations, pour désigner l’ensemble, l’entité américaine dans ce qu’elle a de plus représentatif d’une idéologie, de plus mythique. Mais le pays a choisi de se présenter aux yeux du monde comme une union d’États (United States) plutôt que sous un nom globalisant correspondant à cette mythologie, résultat d’une volonté politique sans doute.

22Parmi les dérivés, l’adjectif national comble le trou lexical de la langue anglaise dû à l’absence d’un adjectif ou d’un verbe correspondant au substantif state (étatique). Il est aussi employé là où le français emploierait le mot officiel ou public, comme dans National Health Service (le système de sécurité sociale). National peut être aussi utilisé comme substantif pour désigner une personne formant partie d’une nation, un « ressortissant ». Il est utilisé dans de nombreuses combinaisons : national anthem, assembly, bank, character, convention, council, debt, guard, income, synode, etc.

23National est également très productif sur le plan morphologique : nationally, nationalness c’est-à-dire « the character or quality of being national », nationally c’est-à-dire « national property » (en français : nationalement, le fait d’être national, la propriété d’État) ; nationalism, nationalist, nationalistic, nationalistically (natio nalisme, nationaliste, nationalement) ; nationality, nationalize, nationalization, nationalizer (nationalité, nationaliser/naturaliser, nationalisation, nationalisateur/partisan des nationalisations) ; international, internationalism, multinational, supranational (international, internationalisme, multinational, supranational).

24Nationalist et nationalistic n’ont qu’un seul équivalent français, l’adjectif nationaliste ; nationalist dénoterait une attitude de revendication par rapport à la nation et nationalistic serait lié à une politique d’identité nationale – mais la distinction est peu claire, y compris dans les dictionnaires. Quant au verbe nationalize, il est utilisé dans le sens de « placer sous l’administration de l’État ».

25Nationality renvoie, comme son équivalent français, au lien d’appartenance à une nation (la nationalité), qui en fait se confond avec un pays. Ainsi les pays européens, qui ont récemment fait acte de candidature à l’Union européenne (Suède, Finlande et Autriche), ont été qualifiés, par un député britannique, de nationalities sur les antennes de la BBC.

26Chaque nation décide son code de la nationalité. La nationalité est acquise par jus soli (droit du sol) ou par jus sanguinis (droit du sang). Depuis la loi de 1981 (British Nationality Act), les citoyens du Royaume-Uni, en application de ces deux droits, sont divisés en trois catégories de nationalité britannique :

  • ceux qui ont droit de résidence au Royaume-Uni et ne sont pas soumis au contrôle de l’immigration ;
  • ceux qui n’ont pas le droit de résider au Royaume-Uni, c’est-à-dire les citoyens d’un territoire sous dépendance britannique, les British Dependent Territory Citizens ;
  • enfin, les citoyens britanniques d’Outre-mer, les British Overseas Citizens.

Les autres mots du champ ; lacunes et problèmes

27Nos observations sur les quatre mots fondamentaux du champ n’épuisent pas tout à fait le sujet. Il est clair que la notion de « patrie » pose un problème. Si l’on en croit le Robert-Collins Dictionnaire français-anglais, anglais-français (désormais ROC) et le Harrap’s New Standard French and English Dictionary (HAR), le mot français a de nombreuses traductions possibles, dont aucune ne correspond à un équivalent exact.

ROC

HAR

patrie (fr.)

homeland, home

native land, country, fatherland, motherland

28Or il semble bien que les dictionnaires soient ici en retard sur l’usage. Fatherland et motherland existent, certes, mais sont assez peu utilisés ; homeland est probablement le plus fréquent, mais son utilisation est tout de même assez limitée : ainsi, il ne fait même pas l’objet d’un article séparé dans les parties anglais-français de ROC et de HAR. Son utilisation pour désigner les pseudo-pays créés par l’Afrique du Sud à l’intérieur même de ses frontières pour les populations non blanches est sans doute à ranger parmi les euphémismes.

  • 5 Ces mots ont à leur tour produit les dérivés patriality, patrialization et patriotism, qui désigne (...)

29L’anglais, qui disposait pour la notion de « père » de deux racines, la saxonne (father, etc.) et la latine (patriot, etc.), n’a utilisé ni l’une ni l’autre pour lexicaliser la notion de « patrie ». On a bien les termes patrial et non-patrial mais ce sont des termes juridiques sans charge affective, qui lexicalisent les droits de séjour en Grande-Bretagne pour les immigrants de l’ex-Commonwealth en vertu de l’Immigration Act de 1971 et de la loi relativement récente sur la nationalité, le British Nationality Act, de 1981. Alors qu’en vertu de la loi sur la nationalité britannique de 1948, tous les membres des pays du Commonwealth pouvaient entrer librement en Grande Bretagne, la Loi sur l’immigration de 1971, tenant compte de l’indépendance de ces pays, a créé un nouveau droit de séjour pour une certaine catégorie d’immigrants du Commonwealth, les patrials. Un patrial est celui dont au moins un des parents ou grands-parents est britannique, ou a été naturalisé ou a vécu cinq ans en Grande-Bretagne. Il y a donc des patrials et des non-patrials5 en vertu de ces nouvelles dispositions législatives sur l’immigration.

30Par contre, l’anglais utilise volontiers le mot country là où le français parle de patrie. On trouve souvent le mot précédé d’un possessif révélateur d’une affiliation choisie, délibérée, que l’on ne trouverait ni devant nation ni devant state. La notion s’exprime aussi par land (que les dictionnaires bilingues donnent comme équivalent de pays plutôt que de patrie), mot à la fois archaïque et familier qui fait remonter l’appartenance à la nuit des temps et à la légitimité des premiers arrivés : land of my fathers, que les amateurs de rugby gallois connaissent bien, ou encore It’s my land, prononcé avec un trémolo dans la voix par un Gallois ou un Écossais.

31Enfin, un autre groupe de mots mérite d’être mentionné ici. Ce sont ceux qui servent à exprimer la qualité d’« étranger », la non-appartenance au groupe, idée pour laquelle la langue anglaise dispose d’un répertoire très riche : alien, foreigner, stranger et nonpat rial. Alien, foreigner et stranger sont les plus courants, et les trois sont normalement traduits en français par étranger. Alien, c’est l’étranger étrange, celui qui vient de loin, que l’on ne connaît pas et que l’on ne reconnaît pas comme semblable ; le foreigner relève d’un autre État, il vient d’un autre pays, on le reconnaît comme différent et néanmoins semblable ; le stranger, c’est l’étranger qui n’est pas connu du groupe alors qu’il peut très bien appartenir à la même nation.

32Comme en français, le micro-champ lexical anglais est caractérisé par une certaine imprécision dans les notions, par de vastes recouvrements sémantiques et par des usages qui ne se justifient que par l’usage. La principale caractéristique de l’anglais – mais ce n’est pas réservé à ce type de mots – est sa grande souplesse de création lexicale par l’utilisation des affixes, puisés dans les ressources saxonnes et gréco-latines, la composition et la grande capacité qu’ont les mots anglais de changer de fonction sans changer de forme.

Bibliographie

Bibliographie

BBC English Dictionary, 1993 – London, BBC.

Collins English Dictionary, 1987 – London, Collins.

Harrap’s New Standard French and English Dictionary, 1981 – London, Harrap.

Oxford English Dictionary, 1989 (2e édition) – Oxford, Oxford University Press.

Robert-Collins Dictionnaire français-anglais, anglais-français, 1978 – Paris, Le Robert.

Cruse D.-A., 1986 — Lexical Semantics, Cambridge, Cambridge University Press.

Robertson D., 1985 — A Dictionary of Modern Politics, London, Europa.

Notes

1 Voir par exemple les tests d’acceptabilité de D.-A. Cruse, 1986.

2 Ce qui établira une complémentarité avec les articles de S. Rémi-Giraud (français) et M. Pérennec (allemand) présents dans cet ouvrage.

3 Dans ce cas là, il aura pour synonymes : Hoi Polloi, masses, mob, populace, rabble.

4 On trouve ainsi les expressions « Britain is a four-nation state », « the United Kingdom is a multinational state » (John Major, 22 février 1992), « most British citizens live with a dual national identity », etc.

5 Ces mots ont à leur tour produit les dérivés patriality, patrialization et patriotism, qui désignent l’éligibilité au statut de « patrial ». l’obtention de ce statut ou le fait d’être « patrial ».

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site