Version classiqueVersion mobile

Les Mots de la nation

 | 
Sylvianne Rémi-Giraud
, 
Pierre Rétat

Autour du pôle européen

Des mots pour dire la politisation.

État, nation, patrie, pays, peuple dans des corpus politiciens français contemporains

Paul Bacot

Texte intégral

Micro-champ et politisation

  • 1 Il s’agit là de mots qui ne sont pas étrangers à un politologue, même si l’approche lexicologique, (...)
  • 2 Sur la politisation entendue comme élargissement de la conflictualité, nous nous autorisons un ren (...)

1Les mots du micro-champ ici étudié sont ceux définis par l’initiatrice de ce travail collectif1. Ils nous intéressent plus particulièrement en tant qu’ils peuvent être les outils lexicaux du discours politisant, c’est-à-dire d’un discours construisant une représentation politique du monde, caractérisée par l’élargissement de la conflictualité, ce qu’on appellera aussi globalisation éristique2.

  • 3 Notons tout de suite que, lorsqu’il étudie les circulaires du début de la Troisième République, An (...)

2Au-delà de l’évaluation de la fréquence des mots dans notre corpus, nous nous interrogerons donc plus spécialement sur l’usage politisant différencié des cinq formes retenues. Celles-ci désignent alors des entités collectives présentées soit comme partis à l’intérieur d’une cité, soit comme cités divisées en partis3.

  • 4 L’identité du véritable locuteur nous est inaccessible. Mais il possède une seule propriété connue (...)

3Les hypothèses de départ de cet essai de politologie lexicale sont donc que État, nation, patrie, pays, peuple sont des mots avec lesquels on peut dire la politisation, et que cet usage qui en est fait n’est pas sans rapport avec les propriétés des locuteurs4.

Les corpus

  • 5 Ceci n’exclut pas que ces discours soient plus ou moins porteurs de modes ordinaires de politisati (...)
  • 6 Notre corpus est donc de constitution très différente de celui d’A. Prost (1974), qui se présente (...)
  • 7 Pour la contextualisation de ces scrutins, on pourra se reporter à Ph. Habert, P. Perrineau, C. Ys (...)

4Les corpus sollicités sont au nombre de deux. Ils ont en commun d’être politiciens, c’est-à-dire d’être constitués de discours émanant d’agents sociaux engagés directement ou indirectement dans la compétition pour les postes réputés politiques5. Il s agit principalement des professions de foi, ou circulaires électorales, de l’ensemble6 des candidats au premier tour des élections législatives de mars 1993 dans l’ensemble des quatorze circonscriptions du département du Rhône, et secondairement, de celles des onze listes de candidats aux élections régionales dans ce même département un an plus tôt. Ces deux corpus appellent un minimum de présentation7.

5S’agissant du plus nombreux et du plus récent, celui de 1993, précisons que 135 candidats se sont présentés, mais que seulement 134 circulaires ont été diffusées, soit en moyenne 9.6 par circonscription, 7 et 14 étant les valeurs minimale et maximale.

6La répartition politicienne, établie en fonction des étiquettes partisanes, peut s’apprécier de différentes façons selon les critères de classement retenus. En se référant pour l’instant au plus courant d’entre eux, on pourra distinguer 53 candidats de gauche, 42 de droite, 18 écologistes et 21 divers (dont les Nouveaux écologistes).

7Nous ne retiendrons pas de critères plus individuels de classement tels que le sexe, l’âge ou la profession du candidat, car 1 existence de circulaires standard l’interdit : en effet, les candidats du Front national (FN), de Lutte ouvrière (LO), des Nouveaux écologistes (NE) et du Parti des travailleurs (PT) ainsi que ceux de quelques petits groupes présents dans deux ou trois circonscriptions, ont adressé aux électeurs des professions de foi parfaitement uniformes, tandis que les circulaires de l’Entente écologique (EE) ont un recto commun, que celles du Parti communiste français (PCF) sont manifestement redevables à une matrice unique et que celles de l’Union pour la démocratie française (UDF) et du Rassemblement pour la République (RPR) ont aussi bénéficié d’inspirations communes.

  • 8 La non-prise en compte du nombre total de mots de chaque circulaire fait que les résultats statist (...)

8Ce même phénomène nous conduira à raisonner moins en termes d’occurrences (les apparitions de chacune des formes lexicales sélectionnées) qu’en termes d’énoncés (les phrases différentes dans lesquelles elles surviennent). Au-delà donc d’une approche plutôt quantitative s’intéressant au nombre des occurrences des mots du micro-champ, nous tenterons une approche plutôt qualitative fondée sur le repérage des énoncés rencontrés8.

  • 9 « The label “comparative method” […] refers to the methodological issues that arise in the systema (...)

9Il est clair qu’il n’existe aucune raison de considérer les circulaires des candidats rhodaniens comme représentatives de celles de tous les candidats français au scrutin de mars 1993, ni a fortiori de celles des candidats à d’autres scrutins ou à d’autres dates. Mais inversement, on ne voit pas a priori de raison majeure permettant de penser que le Rhône présente un caractère d’absolue exception. Il va de soi que cette monographie ne demande qu’à entrer dans le cadre d’une analyse comparative, que ce soit dans le temps, dans l’espace ou sur la base des caractéristiques des scrutins9.

  • 10 Pour la terminologie électorale, nous nous permettons de renvoyer à P. Bacot (1994).

10De ce point de vue, les élections régionales de l’année précédente, organisées au scrutin proportionnel dans les circonscriptions départementales et non pas au scrutin majoritaire uninominal à deux tours dans des circonscriptions plus restreintes, nous fourniront dès à présent quelques éléments de mise en perspective, que nous citerons en complément10.

Premiers repères

11Nous traiterons de chaque mot du micro-champ successivement. Précisons cependant tout de suite que, pour l’ensemble des cinq formes, nous avons rencontré, en 1993, 256 occurrences, soit seulement une moyenne de 1.9 par circulaire ou, dit autrement, par candidat. Mais les écarts sont considérables, tant entre les mots (aucune occurrence pour patrie, 131 pour pays) qu’entre les candidats (dix occurrences pour un candidat dissident du RPR en terre beaujolaise, aucune pour treize candidats d’étiquettes et de localisations variées).

12La moyenne par candidat s’échelonne selon les circonscriptions de 1.2 (5e et 14e) à 2.7 (2e). Si les écarts globaux entre la gauche (2.1 mots du micro-champ en moyenne par candidat), la droite et les divers (2.0) sont insignifiants, les écologistes sont par contre nettement en retrait (1.2). En fait, il faut affiner les catégories. Le palmarès des partis ou groupes de partis est alors le suivant : PCF (3.57), FN et UDF (2.), RPR (1.7), EE (1.2), Parti socialiste (PS) (1.1). On peut penser que les socialistes, sans doute comme tous les sortants, politisent moins, et que les écologistes politisent autrement, avec d’autres mots : phénomène conjoncturel pour les uns, structurel pour les autres.

13En 1992, nous avions rencontré au total 18 occurrences de ces cinq mots, soit 1.6 en moyenne par circulaire. On constatera donc d’emblée que les deux moyennes sont proches. Ceci tend à montrer qu’aucun des deux corpus n’est aberrant, ce que confirme le fait que l’ordre des mots par fréquence croissante est le même : patrie, nation, peuple, État, pays – avec cependant deux ex œquo dans le second et des écarts différents.

14C’est dans cet ordre que chacun des cinq mots sera évoqué. Il se trouve que celui-ci répond aussi à une logique plus profonde, qui apparaîtra très vite.

Patrie et nation : rareté de la politisation chaude

15Patrie et nation sont dans notre micro-champ les deux mots dont la connotation est la plus subjective, la plus sentimentale. Ce sont aussi les moins fréquents dans les circulaires électorales.

  • 11 Pour être très présent dans les circulaires électorales du début de la Troisième République, patri (...)

16Le mot patrie n’apparaît pas une seule fois dans les professions de foi des candidats aux quatorze sièges de députés rhodaniens en 1993. La même absence absolue avait été relevée en 1992, de même que celle des dérivés patriote, patriotisme et patriotique. Comme toujours en science sociale, les résultats des observations empiriques semblent évidents dès lors qu’ils sont énoncés. Mais qui aurait deviné ces données avant qu’elles ne fussent établies ? Le dernier rang était sans doute prévisible, le score nul l’était assurément beaucoup moins11.

17Pour être également rare, nation est par contre bien présent dans notre corpus. C’est donc sur ce mot que nous allons nous arrêter maintenant, successivement dans des optiques quantitative et qualitative, comme ce sera le cas pour chacun des autres mots du microchamp.

Faible fréquence et marginalité de nation

18Cette seconde forme lexicale de notre micro-champ n’apparaît que 17 fois dans le corpus des professions de foi de 1993. Elle ne représente donc que 6.6 % de l’ensemble. Il ne se trouve que 12 candidats pour utiliser ce mot. Compte tenu des reproductions de mêmes textes à l’identique, seuls 12 énoncés différents ont été repérés. En moyenne, nation n’apparaît que 0.1 fois par candidat, le maximum étant de 3 pour un candidat RPR. La valeur minimale est aussi la valeur modale : 0. Comme pour patrie, on suggérera au lecteur de se demander s’il aurait pu prévoir de tels résultats.

  • 12 Cette fréquence du mot nation elle-même moindre que celle des mots de son champ morphologique est (...)

19En 1992, la fréquence du même mot est carrément nulle mais, comme en 1993, celle du dérivé national est loin d’être négligeable12. Bien que les dérivés ne soient pas pris en compte ici, il nous semble du plus grand intérêt de souligner immédiatement une polysémie qui ne rend pas cet adjectif étranger au micro-champ : lorsque l’on parle d’« éducation nationale », national réfère au groupe humain rassemblé et organisé au niveau « national », celui de l’État-nation en tant que cité ; mais quand un candidat se réclame du « Front national », national renvoie à une partie seulement de ce groupe, le parti des « nationaux », le camp des vrais défenseurs de la Nation, opposé au parti, au camp des étrangers et des traîtres. Cette possibilité de passage, ici par l’entremise d’un dérivé, d’un groupe large au sous-groupe censé l’incarner le mieux, apparaîtra dans les lignes qui suivent comme la caractéristique forte des mots de notre micro-champ, du point de vue du politologue. C’est sans doute notamment parce que le nom nation et l’adjectif national se répartissent, si l’on peut dire, les rôles, que le premier est si peu présent dans nos deux corpus. On verra que peuple et État joueront chacun les deux rôles, et seront d’emploi plus courant.

20Si la logique de la répartition géographique de l’usage de nation est difficile à apprécier (nation apparaît en 1993 dans 8 circonscriptions sur 14), celle de sa répartition politicienne est plus nette. Le nombre moyen d’occurrences par circulaire est de 0.4 chez les candidats d’étiquettes diverses et de 0.1 chez ceux se réclamant de la droite, de la gauche et de l’écologie. En d’autres termes, nation est largement inutilisé par les candidats investis par les « grands » partis. On observe une sorte de marginalisation, sinon de l’idée de « nation », du moins du mot nation.

  • 13 Les formulations qui sont ici les nôtres sont pratiques et courantes, mais fort discutables : ce n (...)

21Mais là encore, il convient d’affiner les statistiques, en prenant en compte les étiquettes partisanes précises de ceux qui en sont pourvus. On constate alors que le FN n’utilise pas ce mot, pas plus que celui de patrie (dans un texte certes unique, mais dense), ni l’UDF, ni le PCF, ni l’extrême gauche, ni les Verts13. La majorité présidentielle, présente dans toutes les circonscriptions avec des textes différents, ne l’utilise qu’une unique fois. Il en est de même de Génération écologie (GE). Seuls les candidats RPR et divers gauche dépassent sensiblement la moyenne.

Nation et clivage nationaliste

22Il ne suffit pas d’établir combien de fois un mot est employé. Encore faut-il se demander quel usage il en est fait, et par qui.

  • 14 Une structure actancielle est une structure de sens profonde organisant des actants, notamment des (...)

23On notera d’abord que les structures actancielles sous-jacentes à ces emplois sont différentes14. Nation est agent ou siège dans 6 énoncés : après avoir mis à part le cas particulier « les Nations Unies interviennent », on remarquera qu’une nation « se résigne » ou « ne se résigne pas », qu’elle « reconnaît », qu’elle « s’entend ». Nation est agent surtout pour le RPR. Nation est patient dans 4 énoncés : une nation est « aidée », « vaincue », « démembrée », « dominée ». Ce sont plutôt les candidats d’étiquettes diverses qui s’expriment ainsi.

  • 15 Si nous voulions harmoniser notre vocabulaire avec celui, logiquement proche, de M. Callon (1986) (...)

24Parler de nation suggère une entité collective pensée comme un actant susceptible d’être politisé, c’est-à-dire enrôlé dans une représentation politique du monde marquée par l’élargissement de la conflictualité15. Selon les cas, prédomine dans le schéma politisant l’idée de parti (défini par ce qui distingue les uns des autres) ou de cité (ce qui unit et sert de cadre à l’expression des différences, des oppositions).

25La nation-cité est surtout mobilisée par la gauche et les écologistes, et peut alors requérir l’usage de la majuscule : « Reconnaissance de la Nation », « le premier budget de la Nation ». La nation-parti se retrouve plutôt dans le discours de la droite :

la France n’est pas une nation qui se résigne
remettre la France à son vrai rang dans le concert des nations,

26ou du Parti de la loi naturelle (« invincibilité de la nation », « intégrité de la nation »). Il s’agit alors d’une nation, face aux autres nations, dans un monde pensé comme un ensemble (un « concert ») de nations, entre lesquelles le clivage est ici implicite et très vague, à caractère géographique – géopolitique.

27Ce clivage mettant en scène la concurrence d’entités collectives de même nature (ici, des nations) et qu’on appellera clivage nationaliste se retrouve plus rarement à gauche, dans une variante tiers-mondiste : « aider les jeunes nations à s’assumer elles-mêmes ».

28La France est enrôlée dans le même camp que les jeunes nations, face au camp des (vieilles) nations qui veulent dominer ces dernières.

29Mais au pluriel, nation peut dénoter un ensemble… international perçu lui-même comme entité opposée à d’autres entités nationales ou internationales (« l’Europe des Nations » : les nations d’Europe rassemblées face aux autres), ou à du non national de part et d’autre d’un clivage moral :

l’intervention énergique des Nations Unies lorsque les Droits de l’homme sont bafoués

30(les Nations unies face aux adversaires des Droits de l’homme)

les mafias qui soumettent l’économie mondiale au règne du narco-dollar et exercent d’ores et déjà leur empire sur les nations

31(les nations face à la mafia). Dans ce dernier cas, on quitte le clivage nationaliste (en quelque sorte symétrique : opposition d’entités collectives de même nature, susceptibles de s’affronter de ce fait même) pour un clivage asymétrique et moraliste dans lequel les nations ne s’opposent pas entre elles mais sont confrontées à des entités extra-nationales, sur la base de choix comportementaux.

Peuple : effet de zoom

32Si nation et patrie se signalent par le caractère abstrait et affectif de leurs référents, peuple, État et pays renvoient à des représentations d’une réalité plus concrète, marquée par des individus dénombrables, des dirigeants identifiables et des territoires délimitables. Alors que les deux premiers mots ne peuvent dénoter à la fois le tout et sa partie, la cité et son parti (sinon par le truchement des adjectifs dérivés : les « patriotes » dans la Patrie, les « nationaux » dans la Nation), les deux suivants possèdent directement cette propriété : ils disent d’autant mieux la politisation qu’ils sont porteurs d’un effet de zoom renvoyant tout uniment à l’ensemble et à son sous-ensemble nucléaire ou prototypique.

Peuple à gauche

33La fréquence de peuple est relativement faible (29 occurrences, soit 11.3 % de l’ensemble des occurrences des mots du microchamp). On a repéré seulement 13 énoncés différents. Le mot n’apparaît que dans 15 professions de foi, soit une moyenne de 0.2 par circulaire. Une seule occurrence avait été observée en 1992, et seulement deux du dérivé populaire.

34La distribution géographique n’est de nouveau pas directement interprétable (le mot apparaît dans toutes les circonscriptions sauf deux, la moyenne par circonscription étant de 2.1). La distribution politicienne est à l’inverse particulièrement claire : les 29 occurrences et donc les 13 énoncés se trouvent chez des candidats réputés de gauche. Plus précisément, les candidats de gauche dont les circulaires usent de peuple sont surtout ceux du PCF (1.4 occurrences en moyenne dans les circulaires communistes), puis les divers gauche (0.5), dont ceux du Mouvement des citoyens (MC), des trotskistes du PT et de la LCR (« Changer la gauche », candidats présentés par la Ligue communiste révolutionnaire), et de la majorité présidentielle (0.1), dont ceux du PS ne fournissent qu’une occurrence.

35En 1992, c’est le FN qui apportait l’unique occurrence. Il conviendrait donc de se garder de toute généralisation hâtive, sauf à voir dans l’usage du mot peuple un indice de… populisme, mais encore faudrait-il s’entendre alors sur le contenu de ce concept bien flou, qui pourra s’éclairer bientôt à travers la notion de clivage vertical.

Peuple de gauche

36Il ne semble pas y avoir de détermination politicienne à l’emploi de peuple comme agent (7 énoncés, 6 structures actancielles : le peuple « veut », « recherche », « conquiert », « parvient », « dispose », « construit ») ou comme patient (4 énoncés, 4 structures actancielles : on « sollicite » le peuple, on le « représente », on le « rassemble », on lui « est utile »). Pour toute la gauche, le peuple est un héros positif avec lequel est nouée une relation de confiance.

37Par contre, la différenciation politicienne apparaît lorsqu’il s’agit du nombre de la forme lexicale. Les 8 énoncés au singulier sont la totalité des énoncés communistes, trotskistes et socialiste, tandis que les 5 énoncés au pluriel proviennent d’autres secteurs de la gauche. Dans le premier cas de figure, il s’agit du peuple français, ou d’une partie de lui : le syntagme archétypique est ici le notre peuple récurrent dans les circulaires communistes (12 occurrences). Dans le second cas, il s’agit de différents peuples de différents pays.

38Ces premières remarques nous permettent de mieux apprécier la place de peuple dans les discours porteurs de représentations politisantes. Ce mot semble surtout désigner, contrairement à nation, un parti : celui du peuple, celui d’un peuple ou celui des peuples.

39Le peuple-cité est rare (2 énoncés) et renvoie à l’idéal démocratique : quand la cité est dite « peuple », c’est pour souligner qu’elle s’auto-administre :

En tant que représentant du peuple, le député retransmet le propos de ses concitoyens à l’Assemblée nationale

40(le peuple comme cité, représentée par les députés)

La démocratie, c’est le respect de la volonté du peuple

41(le peuple comme cité, auto-gouvernée en démocratie). En réalité, on voit bien que la seule intervention de la procédure de représentation induit une séparation, dans le peuple-cité, d’un peuple représenté et d’une minorité le représentant.

42Quand peuple désigne plus ouvertement un parti, ce peut être dans la cité monde (« droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ») ; on retrouve alors le mode de politisation que nous avons appelé nationaliste : ici, les peuples dominés face à ceux qui les dominent. Ce clivage nationaliste est de type vertical, plus précisément démocratique : le locuteur s’enrôle, et enrôle son entreprise politicienne, dans le parti des peuples dominés, en voulant y enrôler la France, et d’abord ses électeurs. Les peuples en lutte les uns contre les autres sont perçus comme caractérisés par une inégale distribution de ressources (verticalité du clivage), les ressources en cause étant ici les ressources de pouvoir (clivage démocratique). Avec nation, on avait surtout vu des clivages nationalistes horizontaux, posés sans mise en relation avec une inégalité de situations.

43Quand peuple désigne un parti dans la cité Europe (« construction européenne […] avec et non pas sans les peuples »), le clivage est encore vertical-démocratique, mais n’est plus nationaliste : les peuples face à ceux (qui ne sont pas des peuples) qui font l’Europe sans eux – ce qui rappelle le clivage nations-mafia.

44Quand peuple désigne un parti dans la cité France (7 énoncés), le clivage est toujours vertical, plus souvent social que démocratique (rendant compte d’une inégalité de ressources économiques plutôt que politiques, au sens de ressources de pouvoir). Ces énoncés méritent d’être cités, en ce qu’ils nous fournissent de beaux exemples d’élargissement de la conflictualité – que nous appelons politisation :

Après avoir choisi, à travers le « Non à Maastricht » de dire oui à l’Europe des peuples, au progrès social et à la démocratie, je vous propose d’assurer la relève de la gauche, une relève républicaine s’appuyant sur le Mouvement des Citoyens.

45(Les peuples européens s’opposent aux pro-Maastricht qui les maltraitent et les ignorent : le locuteur s’enrôle dans le parti des peuples, qui est aussi celui du progrès social, de la République, de la démocratie, du non à Maastricht. En fait, le clivage matriciel utilisé ici est présenté comme valant en Europe mais aussi, et surtout, en France.)

Politique qui trouve son origine dans le viol du mandat que Mitterrand et la majorité PS-PCF avaient sollicité du peuple en 1981 pour, disaient-ils, « rompre avec le capitalisme ».

46(Les anticapitalistes – le peuple – s’opposent aux procapitalistes. Dénonciation est faite d’une trahison dans le premier camp : les fidèles s’opposent aux traîtres, dans la cité anticapitaliste. Le clivage horizontal-moraliste vient croiser le clivage vertical-social.)

La force de ces propositions réside dans le rassemblement de notre peuple pour les faire avancer.

47(Ceux, dont le peuple, qui sont favorables à ces propositions s’opposent à ceux qui y sont défavorables).

Le PCF s’est profondément renouvelé afin de pouvoir être utile à notre peuple tel qu’il est aujourd’hui.

48(Notre peuple s’oppose à ceux qui le maltraitent.)

Or les dirigeants socialistes et écologistes se préparent à une cohabitation douce avec la droite dont le programme ultra-libéral menace toutes les conquêtes sociales de notre peuple.

49(Le parti du peuple s’oppose à celui composé des socialistes, des écologistes, de la droite, des ultra-libéraux, des antisociaux, le locuteur et son entreprise se revendiquant évidemment du parti du peuple.)

  • 16 Ces quatre dernières citations de circulaires communistes donnent raison à F. Bon (1991, p. 253) : (...)

Avec sa pratique politique nouvelle de dialogue avec les gens ; en transformant sa vie démocratique interne ; en recherchant avec notre peuple une société nouvelle.16

50(Le parti du peuple, demandeur d’une nouvelle société, s’oppose aux tenants de la société actuelle.)

Le réalisme, c’est instaurer la démocratie, ouvrir la voie à la constitution d’un gouvernement ayant la volonté et la force d’abroger les institutions antidémocratiques de la Ve République, un gouvernement qui soit l’émanation de la volonté du peuple, et dont la légitimité sera fondée sur une Assemblée constituante souveraine.

51(Le parti des démocrates, des réalistes, de ceux qui respectent la volonté du peuple contre ceux qui passent outre à sa volonté, les antidémocrates.)

  • 17 Les formulations entre guillemets ne sont pas ici des énoncés extraits de notre corpus, mais des g (...)

52Ainsi, peuple désigne-t-il le tout ou la partie. Et ce sont ceux qui usent de ce terme pour identifier leur parti (au sens de « leur camp ») qui l’utilisent aussi pour identifier la cité. Peut-être est-ce parce que l’on voit toujours la cité à l’image de son parti, et son parti toujours comme le bon parti, le vrai parti de la cité. Le même mot désigne la cité et son bon parti. Plutôt qu’à une polysémie, nous avons affaire ici à cette cinétique dans la polysémie dont parle J. Picoche (1993). Le clivage matriciel est alors toujours vertical – « ils sont mieux pourvus que nous » –, essentiellement social – « ils nous exploitent » – pour le PCF (y dit-on peuple pour ne plus dire travailleurs, masses laborieuses, classe ouvrière ?), social et démocratique – « ils décident à notre place » – pour d’autres candidats de gauche17.

  • 18 M. Glatigny nous parle du peuple comme « mythe de l’anti-pouvoir tyrannique » (dans M. Glatigny, J (...)

53En 1992, l’unique énoncé (FN) était le suivant : Donner la parole au peuple. C’est bien encore de clivage vertical-démocratique qu’il s’agissait, au sens que nous avons donné à ce type de clivage matriciel : dans le peuple [peuple 1] français, il y a le peuple [peuple 2] à qui le non-peuple [peuple 2] veut ôter la parole, alors qu’il est entendu que le peuple [peuple 1] français n’est lui-même que si, en son sein, le peuple [peuple 2] a la parole18. Si la verticalité du clivage matriciel semble être une composante nécessaire du discours réputé de gauche, celui-ci n’en a assurément pas l’exclusivité. Peut-être alors populisme servira-t-il à tenter de délégitimer le locuteur que nous nous permettrons d’appeler verticaliste, ainsi stigmatisé comme hors-gauche ou hors-bonne gauche.

État : la cible et l’instrument

54Le mot État occupe en quelque sorte le tiers de notre micro-champ, avec 81 occurrences (soit 31.7 %) et 38 énoncés différents dont un à double occurrence. On rencontre cette forme dans 63 professions de foi, soit près d’une circulaire sur deux (47. %). La fréquence moyenne par profession de foi est de 0.6. Pour reproduire le petit jeu précédemment évoqué, nous dirons encore que ces chiffres sont sans doute inférieurs à ce qu’on aurait imaginé.

55Lors des élections régionales de 1992, État avait le même rang, ex aequo avec pays (8 occurrences chacun sur un total de 18, soit 44.4 % de l’ensemble des occurrences des mots du micro-champ). Ce meilleur score semble pouvoir s’expliquer par le fait qu’il s’agissait alors d’élections régionales : trois énoncés opposant l’État aux collectivités locales paraissent confirmer cette hypothèse.

56Cette dernière remarque attire de suite notre attention sur une difficulté majeure : tous les usages de État relèvent-ils de notre micro-champ ? S’agit-il toujours d’entités collectives, de groupement humains organisés comme tels ? La réponse est apparemment simple : le mot État ne nous concerne ici que pour autant qu’il est plus ou moins synonyme de nation ou de peuple, contrairement aux cas où il nous conduit à la réalité d’une institution abstraite, d’une personne morale. À bien y réfléchir pourtant, la distinction n’est pas aussi simple. La sociologie politique, notamment depuis Max Weber (1971 [1921]), nous enseigne que derrière l’institution abstraite se cache un groupement humain parfaitement identifiable. Ce dernier nous apparaîtra très vite comme le parfait symétrique du peuple-catégorie sociale [peuple 2], l’un et l’autre étant perçus comme composantes du peuple-ensemble [peuple 1], La vraie question sera donc de savoir si le rapport partie-tout [peuple 2/peuple 1 et État 2/État 1] est de même nature dans les deux cas. La réponse ne peut assurément pas être préalable à l’analyse concrète de notre corpus.

État, mot des hors-État

57Notons d’abord que la distribution géographique de l’emploi du mot État est caractérisée par le fait qu’il est présent dans toutes les circonscriptions, avec une moyenne par circonscription de 5,8. Là encore, ce niveau d’agrégation des données ne semble par permettre une claire interprétation des écarts de fréquence.

  • 19 Des cinq mots de notre micro-champ, État était le seul à être classé « à gauche » de manière const (...)

58La distribution politicienne est non seulement plus claire, mais peut-être surprenante. Ce ne sont pas les candidats réputés de gauche qui sont les utilisateurs les plus fréquents du mot État (0.7 occurrences en moyenne)19 mais, comme pour nation, les candidats considérés comme divers (1.7). Pour autant, les candidats de droite font de ce mot une utilisation sensiblement plus faible (0.4). Surtout, on constate que les écologistes ne l’utilisent jamais.

59Si l’on distingue plus avant entre étiquettes partisanes, on observe une fréquence nulle pour le FN. Le RPR emploie fort peu le mot (0.2), le PS et le Mouvement des radicaux de gauche (MRG) sensiblement davantage (0.5), le PCF encore un peu plus (0.6), mais moins que les divers gauche (0.9) et même que l’UDF et les divers droite (0.8 chacun). Nous sommes de nouveau en présence d’une sorte de marginalisation politique, État comme nation étant surtout employés par les candidats isolés ou relevant des partis dits petits. Une constatation de même nature vaut pour les circulaires de 1992.

État, deus ex machina

60Précisons tout de suite que nous avons conservé dans le corpus les deux occurrences dépourvues d’initiale capitale : il s’agit de fautes d’orthographe manifestes.

61Du point de vue des structures actancielles sous-jacentes, les statuts d’agent et de patient sont distribués de façon relativement équilibrée. État est cependant plus souvent patient (21 énoncés) qu’agent (16 énoncés). La première configuration (on « renforce » l’État, on le « restaure », le « reconstruit », le « renfloue », le « crédite », le « mobilise », le « domestique », lui « attribue des compétences »… ou le contraire) n’a pas de spécificité politicienne très marquée, bien qu’étant plutôt le fait des candidats de droite. La seconde configuration (l’État « prévoit », « corrige », « coordonne », « impulse », « aide », « attribue », « soutient », « garantit », « sauve », « fait effort », « s’engage », « peut », « signe », « commande ») se trouve très majoritairement chez les candidats de gauche et chez des candidats dissidents de droite ou d’étiquettes diverses. En somme, l’opposition (en passe alors de devenir majorité) voit l’État comme un enjeu passif, dévoyé par la gauche et devant être sauvé par la droite, tandis que la gauche, gouvernementale ou oppositionnelle, voit l’État comme un instrument actif au service d’une politique volontariste.

62Cela se traduit dans la place occupée par l’État dans les représentations politisantes.

63L’État est rarement pris comme cité. Il est alors invoqué par le candidat comme une sorte de caution unanimiste, transpartisane :

Mon suppléant […], est diplômé d’État de 3e cycle.
Docteur d’État ès sciences économiques, après des études à l’école publique et au lycée Ampère, il enseigne l’économie à l’Université Lyon II.
Avocat, docteur d’État en sciences économiques, Président des Réformateurs du Rhône.

64L’État apparaît en réalité essentiellement comme parti, ou comme élément constitutif et emblématique d un parti. Dans ce cas, il est quelquefois présenté comme un adversaire a priori, dans une opposition binaire montrant l’institution étatique et ceux qui la peuplent (politiciens, fonctionnaires…) en situation antagonique par rapport aux simples citoyens. Une occurrence unique sera signalée en 1993, dans la seule circulaire RPR usant du mot État :

  • 20 Homme et État sont soulignés dans le texte, ce qui visualise très clairement le clivage individus (...)

Nous devons mobiliser tous ceux, très nombreux, qui croient en l’homme plutôt qu’en l’État, qui choisissent la solidarité plutôt que l’assistance.20

65En 1992, deux énoncés relevaient du même type :

[le renouveau du bon sens] c’est enfin moins d’État dans 1’économie, une Commission composée des principaux « intéressés », corps de 1’État et industriels.

  • 21 « Ce sont des gens qui sont au-dessus », trouvait-on comme définition de l’État dans les entretien (...)

66État renvoie ici clairement à un sous-groupe de l’entité collective nationale, doté de ses intérêts propres21.

67Mais dans la plupart des cas, l’État apparaît comme pouvant être d’un parti ou d’un autre, comme susceptible d’être enrôlé par un camp ou un autre. En tant qu’institution abstraite comme en tant que groupe social concret, il est instrumentalisable et instrumentalisé.

68L’État ou les États se présentent comme alliés possibles, pouvant être placés du bon côté (plutôt celui de la gauche), dans la cité nationale ou internationale :

Dans tous les secteurs d’activité techniques, scientifiques et industrielles, les États doivent prévoir l’existence d’organismes écologiques de contrôle, disposant du droit de veto.
L’État doit mieux corriger les inégalités régionales et locales et garantir le caractère national des diplômes.
Entre socialisme irréaliste et libéralisme sauvage, l’État doit remplir son rôle de coordination et d’impulsion afin de redonner la confiance sans laquelle il n’y aura pas de repreneurs créateurs d’emplois.
Que la Police et la Gendarmerie reçoivent : moyens + aide de l’État.
Supprimer les impôts et taxes qui alourdissent les quittances de loyers ; réduire les taux d’intérêt des banques ; engagement de l’État pour construire des logements sociaux de qualité.
Mobiliser les moyens de l’État.
Comme à l’époque du plan Marshall, il s’agit de mobiliser les moyens de l’État, c’est-à-dire la politique de crédit, la politique monétaire et le système bancaire.
L’engagement de tous les moyens de l’État contre le chômage. L’État et les collectivités locales doivent faire un effort particulier en ce sens.
L’État doit, avec la Commune, soutenir l’effort public dans les quartiers […] à fort taux de chômage.
Soutenir d’importants programmes d’État pour sauver le bâtiment avec des priorités au Logement et au Transport Public.
La redéfinition du rôle des banques auprès des entreprises avec de nouvelles aides financières à taux préférentiels ou bonifiés soutenus par l’État.
L’État doit demeurer le garant de la solidarité territoriale.

69L’État est aussi présenté comme victime, comme instrument mal enrôlé, évidemment plutôt par les candidats d’opposition, notamment de droite mais pas seulement :

Ces cadeaux ont ruiné la Sécurité Sociale, les caisses de chômage et l’État.

70(On souhaite que l’État ne soit plus du côté des patrons.)

Restaurer l’État, impartial et non colonisé par des clans.

71(On souhaite que l’État ne soit plus du côté des clans.)

C’est pourquoi nous disons non à la droite et à la gauche, qui s’accordent pour brader ces moyens de l’État.

72(On souhaite que l’État ne soit plus du côté des politiciens en général.)

En cette année du bicentenaire de la République, un accord sans précédent a été signé entre l’État et les dirigeants de l’Église catholique.

73(On souhaite que l’État ne soit plus du côté des cléricaux.)

Nous allons passer de l’État PS à l’État UPF avec une majorité écrasante.

74(On souhaite que l’État ne soit du côté d’aucun parti.)

S’il fallait en croire les propos arrogants et revanchards de la droite, les discours ironiques, voire opportunistes des écologistes, les déclarations haineuses de l’extrême droite, le Parti socialiste aurait accompli le pire, entamé les acquis sociaux, vidé les caisses de l’État, bradé l’économie, que sais-je encore ?

75(On nie que le PS ne soit pas du côté de l’État.)

76La meilleure façon de montrer qu’on est du côté de l’État est sans doute d’afficher le souci des intérêts de celui-ci :

Économie minimum pour l’État : 400 milliards de francs dans les 5 premières années.
Fiscalité : l’allégement des dépenses de l’État résultant de ces mesures associées à la simplification de l’administration permettront de baisser les impôts et d’éliminer progressivement la TVA.
Cette création d’emplois n’étant pas une perte budgétaire pour l’État mais une répartition financière mieux gérée.

77La différence entre les relations peuple englobant – peuple englobé et État englobant – État englobé apparaît à présent de façon plus claire. La place de l’État englobé dans le camp du locuteur est celle d’un instrument humain que l’on entend utiliser au profit de la cité, et donc maîtriser et protéger, tandis que la place du peuple englobé est celle d’une entité humaine que l’on entend servir, dans tous les sens du mot. Du bon usage du sous-groupe État dépend la bonne marche de l’entité globale État, tandis que de la satisfaction du sous-groupe peuple dépend la bonne marche de l’entité globale peuple. En somme, dans notre corpus, la référence à l’État englobé, contrairement à celle au peuple englobé, ne semble pas suffisante pour identifier un parti. Pas suffisante ou peut-être jugée non souhaitable : d’abord, parce que si le peuple est majoritaire dans le peuple, l’État est minoritaire dans l’État ; ensuite, parce que la référence à l’appareil est moins aisée que celle à l’appareillé. Encore faudrait-il, au-delà de notre corpus et de sa conjoncture d’énonciation, songer par exemple au fait que l’appellation la plus prisée pour un politicien est quelquefois homme du peuple, mais toujours homme d’État. Et là, on retrouve l’effet de zoom : on souligne par cette expression, nous semble-t-il, à la fois l’expérience de l’appareil étatique et, ceci expliquant en partie cela, la capacité à bien représenter l’État dans son entier. Mais le discours le plus typique et le plus traditionnel de la gauche n’est-il pas, en substance : « mettre l’État (englobé) au service du peuple (englobé), dans l’intérêt supérieur de l’État-peuple (englobant) » ?

Pays  : fréquence de la politisation froide

  • 22 La proportion est exactement la même dans les professions de foi de 1885, mais moindre en 1881 et (...)

78C’est de notre micro-champ le mot le plus utilisé, et de loin, puisqu’avec 129 occurrences sur 256, il en occupe un peu plus de la moitié (50.4 %), avec 80 énoncés différents, présents dans 71 professions de foi sur 134 (53. %), soit une fréquence moyenne par profession de foi pratiquement égale à l’unité. Avec une fréquence de 9, pays était également, en 1992, au premier rang des cinq mots, avec la même part du champ (50. %)22.

Pays, le joker des extrémistes rangés

  • 23 Pays est déjà nettement marqué « à droite » en 1881, 1885 et 1889 (A. Prost, 1974).

79Pour en rester aux circulaires des législatives de 1993, la distribution géographique se caractérise par une moyenne par circonscription de 9.2, pays étant présent dans toutes les circonscriptions. La distribution politicienne est très inégale, les candidats de droite l’employant en moyenne 1.4 fois dans leurs professions de foi (quelquefois avec une majuscule, dont ils ont l’usage exclusif) contre seulement 0.8 pour ceux de gauche23, les écologistes 1.2 fois et les candidats d’étiquettes diverses 3 fois.

  • 24 B. Peloille (1983, p. 74) notait déjà le « creux » de la notion de pays.

80Plus précisément, ce sont surtout les candidats de toutes les droites, du PCF (1.6) et de l’écologie qui s’avèrent être les principaux utilisateurs du mot. Mais on peut aussi noter que près de deux sur cinq (51, soit 39. %) des occurrences sont rencontrées dans les circulaires du PCF et du FN. En 1992 déjà, PCF et FN étaient en tête du palmarès (55,6 % à eux deux). Ce constat peut a priori sembler surprenant, pays paraissant bien neutre pour des partis réputés extrémistes, et de fait extrêmement politisants. Mais le mot que nous caractériserons comme étant le plus doux du micro-champ permet le surcroît de politisation24. Sans doute pays est-il, dans une conjoncture politique et idéologique donnée, le succédané euphémisant de patrie ou de nation, comme on a vu que peuple l’était de classe ouvrière ou de masses laborieuses. Notons d’ailleurs que les candidats trotskistes n’ont pas ces pudeurs, qui font un usage très limité de pays (0.5).

Pays, pour dire « nation »

81Pays est patient (29 occurrences) plus souvent qu’agent (17). Un pays, ça se « gouverne » et ça se « dirige » (7) – mais pas pour les sortants du PS ; ça se « modernise », se « transforme », se « relève », se « sort du déclin », s’« affaiblit », s’« écrase », se « dynamise », se fait « donner une dignité », « donner une chance » (12) – pour tout le monde, y compris les sortants ; on « a confiance en » lui, on « se bat pour » lui, on « fait quelque chose pour » lui, on « s’unit pour » lui, on l’« aide », on « fait effort pour » lui, on le « considère » (8) – surtout pour la droite ; on lui « distribue des produits » ; on le « regagne » (localement). L’usage fréquent de la préposition pour indique ici une certaine personnification du pays, comme cela se fait de la patrie.

  • 25 Dans ces deux séries d’exemples, le même verbe pronominal figure, tantôt dans un sens passif, tant (...)

82Pays est agent presque uniquement dans les circulaires de la gauche et de l’écologie. Pour leurs auteurs, un pays ça « s’interroge », « se détourne », « se transforme », « s’efforce », « est à la recherche », « vote », « délègue », « intervient », « exporte », « retrouve », « fait », « regorge », « existe », « a besoin », « évolue », « ouvre les portes », « traverse une crise »25.

83On voit que si pays peut référer précisément à un ensemble d’individus humains organisés (quand le pays « vote »), la plupart du temps l’entité dénotée est beaucoup plus composite, le territoire (pays est souvent précédé de dans) servant manifestement de support physique et de figure emblématique à un ensemble de personnes, d’animaux, d’objets matériels et symboliques. Cet agrégat complexe est, dans la moitié des cas, la France, le plus souvent désignée par le syntagme notre pays (33 occurrences du mot), aussi cher aux locuteurs communistes que notre peuple, ou par ce pays, ou encore le pays (du pays), formulation ayant la préférence de la droite. Quand pays ne désigne pas la France, le mot peut référer le petit pays, la région, voire tout simplement la circonscription électorale – sens surtout présent à droite-, ou un pays autre que la France mais de même niveau géopolitique (« leur pays », « des pays »).

84Les figures politisantes permises par pays semblent de même nature que celles autorisées par nation : quand le pays est un parti, nous retrouvons le mode de politisation que nous avons appelé nationaliste, caractérisé par la mise en scène de l’affrontement d’entités collectives de même nature potentiellement antagoniques de ce fait même. Vont donc pouvoir s’opposer des pays-nations entre eux dans la cité monde :

les entreprises se sont modernisées, elles ont reconquis des parts de marché mondial et la France est actuellement la 4ème puissance industrielle du monde, le 4ème pays exportateur, notre monnaie est rétablie.
Que la France use de son droit de veto à Bruxelles pour s’opposer à toute domination extérieure sur notre agriculture et les activités nationales indispensables à l’existence du pays.

85ou encore des pays-régions entre eux dans la cité France (chez un seul candidat) :

Consolider l’identité économique et culturelle du Pays Beaujolais.
Nous devons retrouver la confiance en notre produit, notre pays et dans les hommes qui se sont dévoués pour la cause du beaujolais.
Il sera la voix du Pays Beaujolais à Paris.

86ou enfin des groupes de pays entre eux dans la cité monde, en fait le Nord développé et le Sud pauvre, que l’on s’enrôle dans le camp Sud, comme notamment les communistes ou les écologistes :

La coupure toujours plus grave entre pays développés et pays pauvres.
Oui il faut une députée Résistance verte au parlement pour rappeler que si nous voulons la paix une politique de solidarité avec les pays les plus défavorisés est indispensable.
Les inégalités entre pays développés et Tiers-Monde ne cessent de se creuser.
Les pays pauvres sont écrasés par la misère et la « dette »
Nous devons, dans l’intérêt de tous, contribuer à l’évolution autonome et équilibrée des pays pauvres.
Pour arrêter le désastre écologique dans le Tiers-Monde, il faut cesser de considérer ces pays comme des lieux de production et d’approvisionnement à bon marché.

87ou dans le camp Nord, comme la droite extrême :

Retour progressif des immigrés du Tiers-Monde dans leurs pays d’origine. Il va falloir de toute urgence positionner l’Europe dans le cadre de la concurrence mondiale mais surtout face aux pays asiatiques et certains pays en voie de développement.
Si nous ne voulons pas voir des pans entiers de notre économie nationale disparaître il faut mettre en place une règle du jeu industrielle des pays européens pour protéger notre industrie.
Ils bradent leurs ressources naturelles, livrent aux entreprises une main-d’œuvre asservie provoquant ainsi faillites et fermetures d’entreprises dans les pays du « Nord », ou voient fuir leurs populations attirées par le mirage trompeur d’une vie meilleure « chez nous ».

88Quand le pays est une cité, celle-ci comporte un parti du pays, un parti qui incarne, qui défend le pays mieux que les autres, ceux du parti anti-pays. Mais contrairement à ce que nous avions vu pour peuple et dans une certaine mesure pour État, pays ne peut désigner à la fois une cité et son parti : l’effet de zoom ne fonctionne pas. Le recours à un dérivé, comme avec patriote ou national, ne le permet pas davantage.

89Le camp adverse est dénoncé comme ayant mené le pays à sa perte (on parle alors toujours de « notre pays ») :

Or, il y a des responsables à cet état de fait : ce sont les politiciens de gauche comme de droite qui depuis plus de vingt ans se sont révélés incapables de gouverner correctement notre pays.
C’est enfin une crise morale et une crise d’identité, avec un sentiment d’inégalité et d’injustice qui font perdre confiance dans nos valeurs, et dans notre pays.
Les résultats de leur gestion sont mauvais : jamais dans notre pays il n’y a eu autant de chômeurs, d’inquiétude pour les retraites, de « nouveaux » pauvres dans les rues ; sans parler des déficits qui se sont creusés et que nous allons découvrir et devoir combler, ou de l’insécurité dans nos villes.
La politique du pouvoir actuel laisse notre Pays affaibli face aux échéances et aux grands desseins européens.
À l’intérieur de notre pays, l’équilibre social est remis en cause.

90ou comme étant susceptible de l’y mener (« le pays ») :

Aujourd’hui la France est en danger, menacée par le retour à la direction du pays d’une droite autoritaire et brutale, accompagnée du Front National.

91Au contraire, on décrit son propre camp comme celui qui sert bien le pays – qui l’a bien servi (« notre pays ») :

Néanmoins, que ce soit en matière de droits sociaux, de protection sociale, d’éducation nationale, de libertés individuelles, d’assainissement durable de l’économie, de prise de conscience des contraintes écologistes, d’accélération de la construction européenne, la Majorité a modernisé notre pays tout en rassemblant les Français autour du principe de solidarité.
Durant ces années, les Françaises et les Français ont changé, car notre pays s’est profondément transformé : les entreprises se sont modernisées, elles ont reconquis des parts de marché mondial et la France est actuellement la 4ème puissance industrielle du monde, le 4ème pays exportateur, notre monnaie est rétablie.

92ou qui le servira bien (« notre pays » ou « le pays »), si les urnes lui sont favorables :

C’est pourquoi, je souhaite qu’une large et forte majorité d’entre vous se rassemble autour d’elle afin qu’elle donne avec sa générosité et sa compétence, une nouvelle dignité à notre pays.

Il dépend de chacune et de chacun d’entre nous que le succès de l’opposition soit suffisamment large et probant pour réussir ce changement qui s’impose dans l’intérêt de notre pays !
Nous avons besoin d’une majorité forte pour engager le redressement du pays.
Il m’est dicté par l’obligation d’aider le pays à retrouver sa raison d’être profonde et sa véritable grandeur.
Mais rien n’est perdu si des hommes nouveaux, honnêtes, et déterminés prennent la direction du pays.
Voici les axes qu’il faut privilégier pour donner l’exemple et insuffler à notre pays le dynamisme qui lui manque tant.
Le 21 mars, le résultat du vote sera capital pour la France, qui se trouve actuellement dans une situation catastrophique et qui a besoin d’une majorité large et soudée pour soutenir un Gouvernement nouveau, prêt à engager sans délai le redressement du pays.
Par contre vous pouvez être certains qu’il ne sera pas détourné et servira à bâtir une issue neuve pour le pays.
Cette politique nouvelle pour sortir le pays du déclin ne peut s’imposer qu’avec un mouvement populaire puissant.
Les années qui viennent s’annoncent extrêmement difficiles et il faudra de la volonté, du courage et du temps pour relever notre pays.
Vous pouvez donner la chance à notre pays d’ouvrir les portes de l’Assemblée à un Député Écologiste en réservant votre bulletin de vote pour le candidat des Verts au premier tour.
Candidat d’union pour le Pays Beaujolais.

93Certains énoncés désignent le pays (« notre pays ») comme enjeu de la compétition sans immédiatement indiquer le bon camp :

Votre choix est fondamental pour l’avenir de notre pays et de notre ville.
Cette élection décidera pour cinq ans de la politique qui va être conduite dans notre pays.
Exprimons ensemble notre volonté pour notre pays.

94et d’autres comme objet de dévotion, ce qui est loin d’être contradictoire ni exclusif, le locuteur se plaçant alors du côté des vrais défenseurs du pays :

Mon engagement d’aujourd’hui traduit la même volonté : continuer, avec d’autres armes mais avec la même passion, à me battre pour ce pays que j’aime et qui m’a tant donné.
Au lieu de te demander ce que le pays peut faire pour toi, demande-toi ce que tu peux faire pour lui.
Je l’ai toujours conduite en pensant à l’intérêt de notre Pays.

95Pays semble bien alors occuper la place rendue vacante par l’évanouissement de patrie et la marginalisation de nation.

Des mots pour dire l’élargissement éristique par traduction

  • 26 « La nation, c’est la classe ouvrière… » avait-on répondu à B. Peloille (1983, p. 74), considérant (...)

96De fait, ces trois mots (patrie, nation, pays), contrairement aux deux autres (peuple, État), désignent une cité sans pouvoir désigner un parti en son sein, sinon par quelque détour (nous avons déjà signalé les patriotes et les nationaux, nous pourrions ajouter « les vrais défenseurs du pays »)26. La différence semble donc concerner davantage le signifiant que le signifié. Pour le politologue, le microchamp ici étudié, délimité de façon nécessairement arbitraire, trouve donc une pertinence indiscutable pour l’analyse des processus de politisation, dès lors que la structure actancielle du mot politisation peut s’établir ainsi :

Un (ou des) actant-agent-humain (le politisant) (AO) fait subir (politise) un élargissement à un conflit, construit autour d’un clivage (CV1) et qui oppose un (ou des) actant-objet-humain (le premier politisé) (A1) à un (ou des) actant-objet-humain (A2) (le second politisé), dans une entité collective appelée cité (Cl) – c’est-à-dire le fait entrer dans une représentation telle qu’une entité collective appelée parti (P1) plus large que Al apparaît opposée à une autre entité collective appelée parti (P2) toutes deux définies par un clivage (CV2) plus pauvre en sens que CV1, à l’intérieur d’une entité collective appelée cité (C2), P2 étant ≥ A2 et C2 étant ≥ C1.

  • 27 Nous pensons que la science politique aurait beaucoup à gagner à mobiliser davantage les ressource (...)
  • 28 Nous n’ignorons pas que, dans la langue courante, l’usage de politisation semble réservé aux cas o (...)

97Ainsi entendue, l’opération de politisation, opération d’abord discursive, peut combiner plusieurs déplacements (changement de clivage, changement de cité, permettant une reconfiguration des partis). En cela, elle ressortit à la procédure ordinaire de traduction27 : dire la politisation, politiser en disant, c’est tenter d’amener l’allocutaire à dépasser l’immédiateté de sa conflictualité pour partager une représentation du monde élargissant cette dernière28. Voilà l’électeur invité à s’intéresser, voire à participer à une mise en scène dans laquelle des nations, des peuples, des pays ou des États s’affrontent entre eux ou s’opposent à d’autres entités. Notre micro-champ permet bien de désigner des actants privilégiés de la structure actancielle de l’élargissement éristique par traduction, plus couramment appelée politisation.

98Et pour finir, ce pur moment de plaisir – pour un amateur de discours politisant :

Seul candidat investi par le RPR et l’UDF dans cette circonscription où ma famille est implantée depuis toujours, je me présente pour éviter que Lyon ne soit tenue à l’écart de la nouvelle équipe de France UDF-RPR qui va diriger notre pays et aura la lourde charge de le redresser.

99Décryptons :

1001. Soit une compétition (électorale) dans une circonscription, avec le locuteur parmi les candidats.

1012. Soit un premier clivage dans la cité « notre pays », opposant le bon parti, le bon parti pour le pays, celui qui va « redresser le pays », au mauvais parti, celui qui l’a mis à bas.

1023. Soit deux entreprises politiciennes alliées, le RPR et l’UDF, qui revendiquent le monopole de la représentation légitime du bon parti pour le pays, du même côté d’un clivage interne audit parti, opposant évidemment les bons défenseurs de celui-ci à ses mauvais bergers.

1034. Soit un candidat, le locuteur, qui revendique l’exclusivité de la représentation locale de ces entreprises politiciennes alliées dans la circonscription, face à un autre candidat tentant de revendiquer pour son compte ce bon label.

1045. Soit un électeur moyen, l’allocutaire, préoccupé par certains problèmes pour lesquels plusieurs solutions sont possibles.

105Ce dernier est invité à considérer que les bonnes solutions sont globalement liées au « redressement du pays », donc à l’accession au pouvoir du bon parti pour le pays, et au sein dudit parti de ses meilleures entreprises de représentation, et donc à la victoire de son concessionnaire local exclusif.

1062 bis. Soit un second clivage dans la cité « notre pays », opposant les grandes villes concurrentes, et notamment Lyon à Paris.

1073bis. Soit une famille « implantée depuis toujours à Lyon » qui, de ce fait, ne peut être, à l’intérieur du parti lyonnais, que du côté des bons, des vrais Lyonnais.

1084bis. Soit un candidat, le locuteur, qui se targue d’appartenir à cette famille.

1095bis. Soit un électeur moyen, l’allocutaire, préoccupé par certains problèmes pour lesquels plusieurs solutions sont possibles.

110Ce dernier est invité à considérer que les bonnes solutions sont globalement liées à la défense de Lyon face à Paris, donc à l’accession au pouvoir du bon parti pour Lyon, et au sein dudit parti de sa meilleure entreprise (familiale) de représentation, et donc à la victoire de son représentant.

111Triple politisation donc, que celle qui consiste à enrôler l’électeur par rapport à un premier clivage globalisant, de forme politicienne, puis par rapport à un second (localiste, de type nationaliste, en somme), et finalement par rapport à un troisième sur lequel les deux autres se voient alignés : le clivage qui oppose les bons et les mauvais Français et le clivage opposant les bons et les mauvais Lyonnais ne font qu’un, celui qui oppose les bons Lyonnais qui sont tels en ce qu’ils sont aussi du côté des bons Français et de leurs porte-parole légitime, aux mauvais Lyonnais qui sont tels en ce qu’ils sont aussi du côté, sinon des mauvais Français, du moins des mauvais représentants des bons Français.

112La politisation est emboîtement – de partis dans la cité, de sous-partis dans la sous-cité ; elle est aussi concaténation, créant ici, en une seule phrase, cette chaîne de traduction, invitant l’allocutaire-électeur à une série de déplacements dans la conflictualité :

« notre pays » – son « redressement » – « le RPR et l’UDF » –
– « je »
« notre pays » – « Lyon » – « ma famille » –

Bibliographie

Bibliographie

Bacot R, 1991a – « Une représentation politique du sida. Quelques modes discursifs au PCF », Mots, 26, p. 85-103.

Bacot P., 1991b – « “L’Affaire Claude Bernard”. De quelques hommages publics à une illustration scientifique et de leur politisation », dans Michel J. (éd.), La Nécessité de Claude Bernard, Paris, Méridiens-Klincksieck, p. 199-228.

Bacot P., 1993a – « Le travail politique. Circonscription et partition d’une cité », dans Bacot R, Dujardin Ph. (éds.), Sociologie du découpage et de ses usages politiques, Lyon, CERIEP.

Bacot P., 1993b – « Conflictualité sociale et geste électoral. Les formes de politisation dans les lieux de vote », Revue française de science politique, 43, 1, p. 107-135.

Bacot R, 1994 – Dictionnaire du vote. Élections et Délibérations, Lyon, PUL.

Bon F., 1991 – Les Discours de la politique, Textes réunis et présentés par Schemeil Y., Paris, Économica.

Callon M., 1986 – « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’année sociologique, 36, p. 169-208.

Collier D., 1993 – « The Comparative Method », dans Finifter A.-W. (éd.), The State of the Discipline II, Washington, American Political Science Association, p. 105-119.

Gerstlé J., 1979 – Le Langage des socialistes, Paris, Stanké.

Glatigny M., Guilhaumou J. (éds.), 1981 – Peuple et Pouvoir. Études de lexicologie politique, Lille, PUL.

Habert Ph., Perrineau P, Ysmal C. (éds.), 1992 – Le Vote éclaté, Paris, Département d’études politiques du Figaro et Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Habert Ph., Perrineau P., Ysmal C. (éds.), 1993 – Le Vote sanction, Paris, Département d’études politiques du Figaro et Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Latour B., 1989 – La Science en action, Paris, La Découverte.

Offerlé M., 1987 – Les Partis politiques, Paris, PUF

Peloille B., 1983 – « Le vocabulaire des notions “nation”, “État”, “patrie”. Quelques résultats d’enquête », Revue française de science politique, vol. 33, no 1, p. 65-108.

Picoche J., 1993 – Didactique du vocabulaire français, Paris, Nathan.

Prost A., 1974 – Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885 et 1889, Paris, PUF.

Weber M., 1971 – Économie et Société, Paris, Plon (1ère édition 1921).

Notes

1 Il s’agit là de mots qui ne sont pas étrangers à un politologue, même si l’approche lexicologique, pourtant ici opérée de façon bien modeste, constitue pour lui une petite aventure. Nous remercions ici Sylvianne Rémi-Giraud et les participants au séminaire dont le travail est à l’origine de cet ouvrage, pour leurs remarques, critiques et suggestions dont nous regrettons d’avoir fait un usage sans doute insuffisant.

2 Sur la politisation entendue comme élargissement de la conflictualité, nous nous autorisons un renvoi à P. Bacot (1991a ; 1991b ; 1993a ; 1993b).

3 Notons tout de suite que, lorsqu’il étudie les circulaires du début de la Troisième République, Antoine Prost considère les mots de notre micro-champ (mots qui le rendent « perplexe ») comme ne désignant que « la communauté nationale » (A. Prost, 1974, p. 42).

4 L’identité du véritable locuteur nous est inaccessible. Mais il possède une seule propriété connue de nous, celle de participer directement (le candidat) ou indirectement (le militant ou le prestataire de service, ou encore la personne citée) à la compétition électorale sous une bannière qui est l’étiquette revendiquée par le candidat.

5 Ceci n’exclut pas que ces discours soient plus ou moins porteurs de modes ordinaires de politisation (dont nous avons proposé d’appeler l’étude ethnopolitologie), qu’ils informent sur 1’usage de ces mots dans la construction ordinaire du politique.

6 Notre corpus est donc de constitution très différente de celui d’A. Prost (1974), qui se présente comme un échantillon représentatif des proclamations électorales des seuls élus, dans l’ensemble du pays.

7 Pour la contextualisation de ces scrutins, on pourra se reporter à Ph. Habert, P. Perrineau, C. Ysmal, (éd.), 1992, 1993.

8 La non-prise en compte du nombre total de mots de chaque circulaire fait que les résultats statistiques, exprimés en fréquences absolues et non pas relatives, ne prennent leur vraie valeur que dans la comparaison entre les fréquences des mots du champ pour un même corpus ou sous-corpus, ou entre les ordres de fréquences des mots du champ dans plusieurs corpus ou sous-corpus. Précisons que la référence aux seules fréquences absolues répond ici à la volonté de ne pas occulter l’inégalité des longueurs des circulaires, elles aussi indicatrices de l’inégale volonté de politiser.

9 « The label “comparative method” […] refers to the methodological issues that arise in the systematic analysis of a small number of cases, or a “small N”. » (D. Collier, 1993, p. 105).

10 Pour la terminologie électorale, nous nous permettons de renvoyer à P. Bacot (1994).

11 Pour être très présent dans les circulaires électorales du début de la Troisième République, patrie n’en occupait pas moins déjà le dernier ou l’avant-dernier rang des mots de notre micro-champ (A. Prost, 1974).

12 Cette fréquence du mot nation elle-même moindre que celle des mots de son champ morphologique est déjà signalée à propos du Programme commun de gouvernement de la gauche par J. Gerstlé (1979).

13 Les formulations qui sont ici les nôtres sont pratiques et courantes, mais fort discutables : ce n’est pas « l’UDF », entité abstraite alors aimablement anthropomorphisée, qui rédige les circulaires électorales, mais bien des candidats, ou des prestataires de service travaillant pour le compte d’un ou de candidats revendiquant avec succès la marque « UDF » (M. Offerlé, 1986, p. 5-6).

14 Une structure actancielle est une structure de sens profonde organisant des actants, notamment des agent(s) – actifs - et objet(s) – passifs, autour d’un verbe ou de sa nominalisation (J. Picoche, 1993).

15 Si nous voulions harmoniser notre vocabulaire avec celui, logiquement proche, de M. Callon (1986) et de B. Latour (1989), nous devrions parler d’« intéressement » (fait pour un actant de déplacer en le traduisant le but d’autrui au profit de son propre but), plutôt que d’« enrôlement » (intéressement réussi).

16 Ces quatre dernières citations de circulaires communistes donnent raison à F. Bon (1991, p. 253) : pour saisir ces énoncés, « il faut à la fois parler français mais aussi parler “communiste” ».

17 Les formulations entre guillemets ne sont pas ici des énoncés extraits de notre corpus, mais des gloses des dénominations de nos formes idéal-typiques de clivages.

18 M. Glatigny nous parle du peuple comme « mythe de l’anti-pouvoir tyrannique » (dans M. Glatigny, J. Guilhaumou, 1981, p. 8 et 46).

19 Des cinq mots de notre micro-champ, État était le seul à être classé « à gauche » de manière constante dans les circulaires de 1881, 1885 et 1889 (A. Prost, 1974).

20 Homme et État sont soulignés dans le texte, ce qui visualise très clairement le clivage individus responsables/collectif irresponsable.

21 « Ce sont des gens qui sont au-dessus », trouvait-on comme définition de l’État dans les entretiens opérés par B. Peloille (1983, p. 90).

22 La proportion est exactement la même dans les professions de foi de 1885, mais moindre en 1881 et 1889 ; pour autant, pays est alors déjà le mot le plus employé du micro-champ (A. Prost, 1974).

23 Pays est déjà nettement marqué « à droite » en 1881, 1885 et 1889 (A. Prost, 1974).

24 B. Peloille (1983, p. 74) notait déjà le « creux » de la notion de pays.

25 Dans ces deux séries d’exemples, le même verbe pronominal figure, tantôt dans un sens passif, tantôt dans un sens lexicalisé.

26 « La nation, c’est la classe ouvrière… » avait-on répondu à B. Peloille (1983, p. 74), considérant qu’à l’intérieur de la nation-cité existe le bon parti de la nation, celui qui la défend vraiment : la classe ouvrière. Mais dans la polysémie de nation, il n’existe pas de sens qui en ferait un synonyme de classe ouvrière, alors qu’on peut considérer peuple et classe ouvrière comme synonymes, dans certains contextes.

27 Nous pensons que la science politique aurait beaucoup à gagner à mobiliser davantage les ressources mises à sa disposition par les travaux de M. Callon et B. Latour. Voir notamment, sur le recours au registre de la traduction, M. Callon (1986).

28 Nous n’ignorons pas que, dans la langue courante, l’usage de politisation semble réservé aux cas où la procédure que nous avons ici modélisée est réputée aboutir à un passage du politisé dans le champ de la compétition politicienne. Ceci ne nous interdit évidemment pas d’user de la structure actancielle ainsi mise au jour pour servir de définition à un concept scientifique de politisation. Ne seraient sa longueur et sa laideur, la formulation développée élargissement éristique par traduction éviterait à coup sûr les inconvénients inhérents au recours aux mots du vocabulaire courant pour dire les concepts scientifiques.

Auteur

Institut d’études politiques, Université Lumière Lyon 2. CERIEP, Centre de politologie de Lyon – CNRS – URA 2047.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search