Version classiqueVersion mobile

Papauté, monachisme et théories politiques. Volume I

 | 
Pierre Guichard
, 
Marie-Thérèse Lorcin
, 
Jean-Michel Poisson
, 
et al.

Le monachisme

Les traites pour la formation des novices xie-xiiie siècle

Pierre Riché

Texte intégral

  • 1 P. Aries, L'enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime, Paris 1960 éd. 1973, p. 463. Contre ce (...)

1L’idée que la civilisation médiévale s'intéressait peu à l'enfant et à l'éducation, lancée il y a trente ans, est maintenant heureusement abandonnée1. Mais les historiens de la pédagogie ont encore beaucoup à faire pour recenser les nombreux traités qui s'adressent aux maîtres en vue de l’éducation des jeunes. Puisque ces « mélanges » sont offerts à un collègue qui s'est intéressé à l'histoire monastique, je voudrais en quelques pages présenter des écrits destinés à la formation des novices dans les établissements religieux de l'Occident jusqu'au XIIIe siècle.

  • 2 A. Huerga, article « Noviciat » dans Dictionnaire de Spiritualité XI, 483-495, 1982. Article « Novi (...)
  • 3 P. Riche, Ecoles et enseignement dans le Haut Moyen Age, Paris, éd. 1989, p. 204 et s. J. Leclercq, (...)

2Que des abbés et prieurs s’interrogent sur la façon d'instruire et d'éduquer les jeunes gens qui leur sont confiés est tout naturel2. Sans doute l'âge de l'entrée en religion diffère-t-il au long du Moyen Age et l'éducation des très jeunes enfants offerts au monastère, les oblats, n'est pas celle que l’on prévoit pour les jeunes gens venus à un âge plus avancé. Saint Benoît consacre le chapitre 58 de la règle à l'admission des novices installés dans une maison spéciale du monastère. Ils sont confiés à un moine âgé appelé plus tard le « magister noviciorum ». Tous les législateurs monastiques et les auteurs des Coutumiers donnent des conseils de modération et de sagesse à ces moines chargés des jeunes3. Mais avant le XIe siècle nous ne possédons pas de traités écrits spécialement pour eux.

  • 4 J. Leclercq, « Des études dans les monastères du Xe au XIIe siècle » dans Los Monjes y los Estudios (...)

3Le premier est à notre connaissance le De institutione puerorum conservé dans un manuscrit de Stuttgart et qui selon Jean Leclercq provient de l'abbaye bénédictine de Zwiefalten dans le Bade-Wurtemberg4. La première partie est faite d'extraits de « L'institution oratoire » de Quintilien et la seconde est un florilège de sentences patristiques sur la virginité, le silence, les paroles inutiles, les vraies joies, le zèle pour la lecture, l'acédie, les huit vices principaux, etc. Enfin en conclusion un petit manuale libellum s'inspirant d'Alcuin donne quelques conseils pour parvenir à la perfection morale.

  • 5 PL 184, col. 559-584. Cf. A. Ancelli, « L'opusculo di Giovanni di Fruttuaria sulla formazione del n (...)

4Du XIe siècle également date un traité attribué à saint Bernard mais qui est en fait de Jean de Fruttuaria, disciple de Guillaume de Volpiano. Il porte dans certains manuscrits le titre de De doctrina puerorum ou De verecundia adolescentium et il est écrit « pour le salut des jeunes ». L'auteur met en garde les jeunes gens contre l'impureté et le bavardage et souhaite qu'ils s'exercent à toutes les vertus. Comme l'a supposé son dernier éditeur il est destiné à des novices5.

  • 6 D. Knowles, Decreta Lanfranci. Lanfranc's monastic constitutions and the anonymous Instructio novic (...)

5A la fin du XIe siècle, Lanfranc ancien prieur du Bec et archevêque de Cantorbery en 1070, rédige pour la communauté de Christ Church des Decreta dans lesquels il parle du temps de probation des novices, de leur habit, de leur profession, de leur participation aux offices, de l’attitude qu'ils doivent avoir en fonction des lieux et des moments de la journée. C'est en fait une sorte de coutumier écrit à partir de la règle bénédictine. A cela s'ajoute une Instructione noviciorum dans laquelle il développe la façon de tondre et de raser les jeunes moines, leur attribution des places et des sièges à l'église, au dortoir, la manière correcte de mettre son habit, de se lever la nuit, à vigiles, etc6.

  • 7 P. Riche, « La vie scolaire et la pédagogie au Bec au temps de Lanfranc et de saint Anselme» dans L (...)
  • 8 Anselme, Epist. 37 éd. Schmitt, t. III, p. 144-148, trad. Μ. P. Dickson, Saint Anselme, Textes choi (...)

6L'élève que Lanfranc eut à l'abbaye du Bec, le célèbre saint Anselme, a été, je l'ai dit ailleurs7, un remarquable pédagogue. La lettre qu'il écrivit à son disciple Lanzo peut être considérée comme un « miroir de novice ». C'est bien ainsi qu'Anselme la considère puisque trente ans après il dit à Garnier de Cantorbery « Tu trouveras dans cette lettre de quelle manière tu dois te comporter au début de ta conversion et répondre aux tentations qui assaillent le novice »8.

  • 9 Liber ordinis sancii Victori Parisiensis, éd. L. Jocque et L. Milis, Corpus Christianorum, Cont. Me (...)

7Les réformes des monastères entreprises à la fin du XIe siècle et au XIIe, les créations des établissements cisterciens, chartreux, ceux de Saint-Victor, de Grandmont, des Prémontrés, donnent naissance à de nombreux traités normatifs et particulièrement à des ouvrages destinés aux novices. Le coutumier de Saint-Victor édité récemment contient trois chapitres sur les jeunes moines qui arrivent : l'un sur l'accueil et l'instruction des novices (De susceptione et institutione novitiorum) un plus court sur les progrès des jeunes (De conversatione novitiorum) et le troisième sur la profession9.

  • 10 PL 176, col. 925-952. Le manuscrit français 24863 de la Bibliothèque Nationale qui date du XVe sièc (...)
  • 11 J.-C. Schmitt, La raison des gestes dans l'Occident médiéval, Paris 1990, p. 148-152 et 173-206.
  • 12 F.-J. Furnival The Babies' Book, Early english Texts Society, t. 32, 1968. Plus anciennement S.-T. (...)

8Nous trouvons là déjà quelques éléments de ce que l'on lit dans le De institutione novitiorum liber en partie dû à Hugues de Saint-Victor et en partie à Gérard Ithier de Grandmont (+ 1198)10. Ce traité est célèbre non seulement en raison de son succès, on dénombre 172 manuscrits, mais parce qu'il donne une grande importance aux gestes. Plusieurs chapitres sont consacrés à la façon de parler, de se tenir à table et de manger11. L'auteur s'inspire des manuels de contenances de tables qui circulaient dans les milieux ecclésiastiques et laïques12.

  • 13 J. Leclercq, « Deux opuscules sur la formation des jeunes moines » dans Revue d'Ascétique et de Mys (...)

9Hugues est cité au milieu d'autres auteurs par Gossuin abbé d'Anchin dans l'ancien diocèse d'Arras de 1130 à 1165. Gossuin ou celui qui écrit sous son nom, donne un De novitiis instruendis fait d'extraits patristiques ou d'auteurs des XIe et XIIe siècles mais aussi quelques développements plus originaux sur le renoncement à la volonté propre : l’obéissance, le silence, la lecture, etc.13

  • 14 Id. p. 393-398, Le manuscrit vient du Couvent des Fransciscains irlandais de San Isidoro à Rome.

10Un ouvrage d'origine romaine, le Liber monacheli, utilise l'allégorie du jardin spirituel. Les vertus sont enseignées à propos d'une fleur, le lys représentant la chasteté, l'hysope, l'innocence spirituelle, la violette, l'humilité, la rose, la patience. Le livre de la création mais aussi le livre de la conscience doivent être consultés. Le maître met en garde le jeune moine contre la fausse science des villes. Comme le remarque Jean Leclercq, l'influence de saint Bernard est alors évidente14.

  • 15 Liber de modo bene vivendi ad sororem, PL 184, col. 1199-1306. Speculum monachorum, PL 184, col. 11 (...)
  • 16 PL 183,1034.
  • 17 Ville sermon, PL 183,563. Cf. M.-M Davy, Saint Bernard Oeuvres t. II, p. 352, Paris 1945.

11Nous en arrivons ainsi aux traités d'origine cistercienne que l'on commence à répertorier. Saint Bernard, dont on a beaucoup parlé depuis un an, n'a pas écrit d'ouvrages pour les jeunes moines bien qu'on lui en ait attribué beaucoup15. Mais dans le sermon 63 « sur le Cantique des Cantiques » il parle avec bonheur des jeunes moines qui viennent d'arriver : « D'eux nous pouvons dire que notre vigne a fleuri : elle est encore en fleurs... le temps des fruits n'est pas encore arrivé. La fleur c'est la vie nouvelle, c'est la forme récente d'une vie plus réglée. Les novices ont pris un visage discipliné et un bon maintien... On voit disparaître chez eux le souci du corps et des vêtements, les conversations sont plus rares, les visages sont plus gais, leur aspect plus modeste et leur allure plus grave »16. Dans un autre sermon il compare les novices aux enfants qui craignent d'offenser leur maître c'est à dire le Seigneur, pédagogue et père nourricier qui enseigne, joue avec les enfants et les console17.

  • 18 PL 195, cf. A. Hallier, Un éducateur monastique, Aelred de Rielvaux, Paris 1959. C’est saint Bernar (...)
  • 19 J. Bouvet, « Correspondance d'Adam abbé de Perseigne » dans Archives historiques du Maine, 1955, p. (...)

12Bernard a été un maître spirituel qui a formé plusieurs générations de moines. Ses disciples l'imitent et mettent en forme leurs conseils. Aelred de Rievaulx († 1167) imagine dans le Speculum caritatis un dialogue entre le père Maître et un novice arrivé depuis peu et déçu par le peu de ferveur éprouvée dans le cloître18. Adam de Perseigne (t 1221) nous laisse deux lettres consacrées à la formation des jeunes. Ancien chanoine régulier de Prémontré il met son cheminement spirituel au service des nouveaux venus et il recommande le dialogue fréquent avec le Père Maître pour combattre l'acédie : « Il en résulte une familiarité de bon aloi qui donne au Père maître plus d'assurance pour reprendre, au novice repris plus de patience pour se laisser former, à l’un et à l'autre une meilleure connaissance de l'écriture, un des objets de leur entretien, et au novice plus de souplesse pour la pratique de l'observance »19.

  • 20 E. Mikkers, « Un Speculum novitii inédit d'Etienne de Salley » dans Collactenea Ord. Cist. Reform.,(...)

13Etienne de Salley, mort un siècle après saint Bernard au monastère de Fountains, donne des conseils pratiques depuis le lever jusqu'au soir. Citons une dernière phrase « Si tu peux dormir c'est bien, sinon crois en l'expérience : quand tu auras récité sept fois : Quicumque vult salvus esse ou les sept psaumes de la pénitence tu t’endormiras ». Etienne s'inspire de traités attribués à saint Bernard, donne des conseils de lectures, indique les prières selon les moments du jour et il renvoie à Aelred de Rievaulx sur « la vie de recluse »20.

  • 21 Guillaume de Saint Thierry, Lettre aux Frères du Mont-Dieu (Lettre d'or) éd. J. Dechanet, « Sources (...)

14Un ami de saint Bernard, Guillaume de Saint-Thierry, adressa au prieur de la Chartreuse du Mont-Dieu une longue lettre, pour que l'on puisse enseigner aux novices les étapes successives de la vie spirituelle. Guillaume qui avait abandonné son premier monastère rémois pour Signy est très exigeant. Il veut soutenir les novices dans leur solitude et les « stimuler dans leur saint propos ». Cette lettre appelée « la lettre d'or » eut une très grande diffusion, peut-être en raison de sa rigueur21.

  • 22 A. L. Gabriel, The Educational Ideas of Vincent of Beauvais. Texts and Studies IV, Université Notre (...)
  • 23 Ed. J. A. Corbett, dans Texts and Studies III... University of Notre-Dame, 1955.

15Au XIIIe siècle avec la fondation des ordres mendiants la vie monastique prend un nouveau visage. Les fondateurs, François d'Assise et Dominique de Guzman, ont été des maîtres spirituels agissant plus par l'exemple et la parole que par l'écrit. Leurs disciples devant les nécessités d'une organisation plus poussée pensent à la formation des novices. Les dominicains d'ailleurs s'intéressent de près aux problèmes pédagogiques comme en témoigne l'œuvre de Vincent de Beauvais sur laquelle on a beaucoup écrit22. Guillaume de Tournai qui enseigna entre 1272 et 1274 à Paris, écrivit un De instructione puerorum pour ses frères et groupa en 29 chapitres des extraits empruntés à l'Ecriture, à saint Augustin, saint Bernard, Hugues de Saint-Victor. Les deux derniers chapitres sont des canevas de sermons aux jeunes gens qui valent aussi bien pour les dominicains que pour les enfants des écoles23.

  • 24 M. Aron, Un animateur de la jeunesse au XIIIe siècle, Paris, 1930, p. 346.
  • 25 Ed. Denifle, chap. V dans Archiv für Literatur und Kirchengeschichte des Mittelalters, 1885, p. 213
  • 26 Traduction dans Saint Dominique. La vie apostolique. Textes présentés par Μ. H. Vicaire, Paris 1965 (...)

16Jourdain de Saxe, le deuxième maître général de l'ordre (t 1237), a été comme on l'a appelé « un animateur de la jeunesse au XIIIe siècle ». Ses biographes racontent comment il avait repris un maître qui interdisait aux novices de rire « Riez bien haut très chers, disait-il à ces derniers, ne vous contraignez pas à cause de ce frère ; je vous en donne toute licence ; vous avez bien raison de vous réjouir et de rire : ne vous êtes-vous pas évadés de la prison du diable et n'avez-vous pas brisé les fortes chaînes qui vous chargeaient depuis tant d'année ? Riez donc, riez, mes très chers... »24. C'est Jourdain qui a été en grande partie à l'origine des « Constitutions primitives » de l'ordre. Le chapitre XIII est consacré aux novices et à la charge du maître25. « Il leur apprend comment se conduire en toute sorte de lieu et en toute affaire, comment tenir sa place où on les aura mis, comment faire l'inclination à qui leur donne ou leur enlève quelque chose, à qui leur parle bien ou mal, à boire à deux mains et assis, avec quel soin ménager les livres et les vêtements et les autres biens du couvent ; quelle application ils doivent avoir à l'étude en sorte que de jour et de nuit ils soient toujours occupés à lire ou de méditer quelque chose s'efforçant de retenir par cœur tout ce qui leur est possible... »26.

  • 27 Humbert de Romans, Opera de vita regulari, t. II, p. 525-542, Rome 1889. Μ. H. Vicaire, article « J (...)

17Humbert de Romans, autre maître général de l'ordre († 1277) a réservé un chapitre de son De vita regolari à l'office du maître des novices. A la fin de son traité, l'éditeur nous donne un libellus de instructione novitiorum que le Père Vicaire restitue avec raison à Jean de Monlhéry et qui rend compte de l'organisation du noviciat au couvent Saint-Jacques de Paris27. L'auteur étudie successivement la façon de recevoir les novices, leur conduite à observer au dortoir et au réfectoire puis au chœur, les livres à étudier, les conversations permises, la confession, etc.

  • 28 R. Creytens, « L'instruction des novices dominicains au XIIIe siècle d'après le manuscrit de Toulou (...)

18Du couvent de Toulouse vient sans doute le Libellus de instructione novitiorum28, approuvé par le chapitre général tenu à Montpellier en 1283. L'auteur veut former spirituellement le novice en reprenant des textes scripturaires et patristiques. Il expose quelle est la véritable science qui conduit à la vie religieuse.

  • 29 Saint Bonaventure, édition des œuvres par les franciscains de Quaracchi (1882-1901) tome VIII. Sur (...)
  • 30 Ed. dans Zeitschrift für Kirchengeschichte, 1898, p. 341.

19L'organisation du noviciat chez les Franciscains ne diffère pas beaucoup de celle que l'on connaît chez les Prêcheurs. Les traités à l'usage des novices attribués à Bonaventure sont en fait l'œuvre de ses collaborateurs ou de ses disciples. Bernard de Besse († 1278) utilisa les écrits d’Hugues de Saint-Victor pour écrire son Speculum disciplinae ad novitiorum29. David d'Augsbourg († 1271) est l'auteur du De officio magistri novitiorum. Cette fois l'inspiration ascétique et mystique l'emporte sur les conseils pratiques30.

20Cette recension de quelques traités à l’usage des novices n’est qu'une ébauche de l'étude qu'il faudrait entreprendre. Ces livres différent les uns des autres puisque les uns se présentent comme des florilèges de textes pédagogiques, les autres comme des œuvres de direction spirituelle, d'autres enfin comme des ouvrages pratiques donnant au novice des règles précises pour se comporter dans la maison où il est entré. Il serait nécessaire de les reprendre, un par un, et d'en tirer les éléments enrichissant l’histoire de la pédagogie monastique. Le travail mérite d'être entrepris.

Notes

1 P. Aries, L'enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime, Paris 1960 éd. 1973, p. 463. Contre cette idée erronée, cf. P. Riche « Sources pédagogiques et traités d'éducation » dans Les entrées dans la vie, initiations et apprentissages, XIIe congrès de la société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, Nancy, 1981, Annales de l'Est, no spécial, 5e série no 1-2, 1982, p. 15-29. Depuis cf. L. Paterson, « L'enfant dans la littérature occitane avant 1230 » dans Cahiers de civilisation médiévale, 1989, p. 234.

2 A. Huerga, article « Noviciat » dans Dictionnaire de Spiritualité XI, 483-495, 1982. Article « Noviziato » dans Dizionario degli Istituti di Perfezione VI, 1980,442-460.

3 P. Riche, Ecoles et enseignement dans le Haut Moyen Age, Paris, éd. 1989, p. 204 et s. J. Leclercq, « Pédagogie et formation spirituelle du VIe au IXe siècle » dans La scuola nell’Occidente latino dell alto Medioevo, Settimana di Spoleto XIX, 1972, p. 255-290.

4 J. Leclercq, « Des études dans les monastères du Xe au XIIe siècle » dans Los Monjes y los Estudios, Abbadoa de Poblet, 1963, p. 13 et « Textes sur la vocation et la formation des moines au Moyen Age » dans Corona Gratiarum, Mélanges E. Dekkers, Brugges, 1975, tome II, p. 169-194.

5 PL 184, col. 559-584. Cf. A. Ancelli, « L'opusculo di Giovanni di Fruttuaria sulla formazione del novici » dans Monasteri in alta Italia, Turin, 1966.

6 D. Knowles, Decreta Lanfranci. Lanfranc's monastic constitutions and the anonymous Instructio noviciorum translated from the latin with introduction and notes, (Nelson) Londres, 1951, p. 104 et 134-149.

7 P. Riche, « La vie scolaire et la pédagogie au Bec au temps de Lanfranc et de saint Anselme» dans Les Mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles, Colloque CNRS, Paris 1984, p. 213-227.

8 Anselme, Epist. 37 éd. Schmitt, t. III, p. 144-148, trad. Μ. P. Dickson, Saint Anselme, Textes choisis (Namur 1960), p. 155-161 et ep. 335, éd. Schmitt, t. V, p. 271.

9 Liber ordinis sancii Victori Parisiensis, éd. L. Jocque et L. Milis, Corpus Christianorum, Cont. Medievalis, LXI, Turnhout, 1984, p. 96-115.

10 PL 176, col. 925-952. Le manuscrit français 24863 de la Bibliothèque Nationale qui date du XVe siècle contient, aux fol. 124-148, le traité attribué à Hugues de Saint-Victor.

11 J.-C. Schmitt, La raison des gestes dans l'Occident médiéval, Paris 1990, p. 148-152 et 173-206.

12 F.-J. Furnival The Babies' Book, Early english Texts Society, t. 32, 1968. Plus anciennement S.-T. Glixelly « Les contenances de tables » dans Romania, 1921, p. 1-40.

13 J. Leclercq, « Deux opuscules sur la formation des jeunes moines » dans Revue d'Ascétique et de Mystique, 1957, p. 388-393.

14 Id. p. 393-398, Le manuscrit vient du Couvent des Fransciscains irlandais de San Isidoro à Rome.

15 Liber de modo bene vivendi ad sororem, PL 184, col. 1199-1306. Speculum monachorum, PL 184, col. 1175-1178, Formula honestae vitae id. 1167-1172 C. Sur tous ces apocryphes cf. l’article Bernard dans Dictionnaire de Spiritualité. t. I, 1500.

16 PL 183,1034.

17 Ville sermon, PL 183,563. Cf. M.-M Davy, Saint Bernard Oeuvres t. II, p. 352, Paris 1945.

18 PL 195, cf. A. Hallier, Un éducateur monastique, Aelred de Rielvaux, Paris 1959. C’est saint Bernard qui a demandé à son disciple d’écrire ce texte ; cf. PL 195, col. 501-504. Sur les Cisterciens éducateurs monastiques, cf. A. Fracheboud, Les premiers spirituels cisterciens, Paris 1985, p. 56-64.

19 J. Bouvet, « Correspondance d'Adam abbé de Perseigne » dans Archives historiques du Maine, 1955, p. 162 et Sources chrétiennes no 66, 1960. Cf. L. M. Merton, « La formation monastique selon Adam de Perseigne » dans Collectanea Ord. Cist. Reform., 1957, p. 1-17.

20 E. Mikkers, « Un Speculum novitii inédit d'Etienne de Salley » dans Collactenea Ord. Cist. Reform., 1946, p. 17-68.

21 Guillaume de Saint Thierry, Lettre aux Frères du Mont-Dieu (Lettre d'or) éd. J. Dechanet, « Sources chrétiennes », no 223, Paris, 1985.

22 A. L. Gabriel, The Educational Ideas of Vincent of Beauvais. Texts and Studies IV, Université Notre-Dame, Indiana, 1956. J-M. Mc Carthy, Humanistic Emphase in the Educational Thought of Vincent of Beauvais, Leyde, 1976.

23 Ed. J. A. Corbett, dans Texts and Studies III... University of Notre-Dame, 1955.

24 M. Aron, Un animateur de la jeunesse au XIIIe siècle, Paris, 1930, p. 346.

25 Ed. Denifle, chap. V dans Archiv für Literatur und Kirchengeschichte des Mittelalters, 1885, p. 213.

26 Traduction dans Saint Dominique. La vie apostolique. Textes présentés par Μ. H. Vicaire, Paris 1965, p. 169-172.

27 Humbert de Romans, Opera de vita regulari, t. II, p. 525-542, Rome 1889. Μ. H. Vicaire, article « Jean de Monlhéry » dans Dictionnaire de Spiritualité, t. VIII, c. 632.

28 R. Creytens, « L'instruction des novices dominicains au XIIIe siècle d'après le manuscrit de Toulouse 418 », dans Archivum fratrum Praedicatorum, 1950, p. 114-193. Cf. Douais, Essai sur l'organisation des études dans l'ordre des frères prêcheurs au XIIIe et XIVe siècle, Paris 1884, p. 17-23. Au début du XIVe siècle Maître Éckart écrit des « Conseils aux novices » que le P. Festugiere a traduits dans La Vie Spirituelle, 1982, p. 96-103, 216-228, 390-404, 761-774 et 1983 p. 245-256. Un traité du XVe siècle est publié par R. Creytens, « Instruction des novices dominicains à la fin du XVe siècle » dans Archivum fratrum Praedicatorum, 1952, p. 207.

29 Saint Bonaventure, édition des œuvres par les franciscains de Quaracchi (1882-1901) tome VIII. Sur Bernard de Besse cf. article dans Dictionnaire de Spiritualité I, col. 1505.

30 Ed. dans Zeitschrift für Kirchengeschichte, 1898, p. 341.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search