Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Mots de la nation

 | 
Sylvianne Rémi-Giraud
, 
Pierre Rétat

Autour du pôle européen

Le micro-champ lexical français

Peuple, nation, État, pays, patrie

Sylvianne Rémi-Giraud

Texte intégral

1Je me propose d’analyser les mots peuple, nation, État, pays, patrie à partir des articles du Nouveau Petit Robert (1993). J’essaierai d’une part de justifier leur regroupement dans un micro-champ en mettant en évidence la matrice sémantique qui leur est commune, et d’autre part de faire apparaître les traits différentiels ou spécifiques qui donnent à chacun son individualité et ses valeurs propres.

  • 1 Pour une remise en cause fructueuse de la langue et de l’institution dictionnairique, on se report (...)

2Le choix d’un dictionnaire comme corpus de travail ne peut se faire sans qu’on ait au préalable éclairé le statut linguistique qu’on accorde à ce type d’ouvrage. Faute de pouvoir entrer dans la complexité d’un débat sur le dictionnaire1, je me contenterai de me situer entre les deux positions extrêmes suivantes :

  • le dictionnaire est le dépositaire du lexique de la langue, considérée comme un système abstrait, transcendant les différents usages qui en découlent : il fixe de manière normative les « bonnes définitions » des mots ;
  • le dictionnaire est un discours comme les autres et parmi les autres : il ne reflète que certains usages particuliers et n’a, de ce fait, aucune vocation à dominer les autres discours.
  • 2 En termes plus savants empruntés à M. Tournier (1992b), il est l’expression de la force de « struc (...)

3J’admets pour ma part que le dictionnaire est un discours – un discours sur les mots ; que la langue n’est évidemment pas un donné, mais un construit à partir de discours qui, seuls, ont une existence observable. Mais je ne crois pas pour autant que le dictionnaire soit un discours « comme les autres », dans la mesure où il vise à construire des significations collectives, ou du moins à vocation collective, qui impliquent la reconnaissance (ce qui ne signifie pas forcément « consensus ») d’une communauté parlante2. Cette reconnaissance doit être postulée, si l’on admet que les mots ne peuvent circuler, s’échanger et même se déchirer, qu’à partir d’un commun dénominateur sémantique. La bonne définition, dans cette perspective, ne serait que la meilleure tentative de formulation de cette représentation partagée. Lieu d’« arrêt » du sens, elle servirait plus à stabiliser les significations qu’à les normaliser.

4Il est toutefois certain qu’il sera plus facile de s’entendre sur une bonne définition de fourchette que de patrie. Pour des mots aussi peu transparents que ceux de notre micro-champ, la recherche d’une signification de base doit se frayer un chemin à travers la diversité et la mouvance des représentations sociales et politiques, afin d’atteindre le petit nombre de traits stables qui conditionnent les emplois particuliers et rendent l’échange, quel qu’il soit, possible. Et, dans ce cheminement difficile, sinon impossible, on peut toujours craindre que soit accroché au passage tel ou tel point de vue, que d’aucuns jugeront partisan…

5Mais peut-on abstraire du « sens commun » d’un mot, surtout dans le champ qui nous occupe, tout point de vue et prétendre à une sorte d’idéale neutralité ? L’on sait bien que les mots ne disent pas les choses, mais la représentation qu’on s’en fait. Or je crois que se fixent dans le mot, quelles qu’en soient l’origine, la prégnance ou la finalité, des formes communes ou stables de représentations, qui fondent ce qu’on appelle sa signification et circulent à travers lui dans une société et un temps donnés. Que cette représentation soit commune ne signifie pas pour autant qu’elle soit acceptée ou universellement partagée : mais la discuter, la nier, la remanier ou la diviser, ne seraient que d’autres manières de reconnaître, au départ, son existence.

  • 3 Il faut ajouter que le discours lexicographique est lui-même, multiple, si l’on prend en compte le (...)

6C’est cette représentation commune (on pourrait parler de stéréotype) que les dictionnaires sont censés reproduire, et c’est sur elle et sur eux que je vais essayer de travailler. Non sans malaise ni appréhension, puisqu’il me faut défendre deux hypothèses, en d’autres lieux très mal aimées : que les mots ont un sens que l’on peut considérer comme « commun », et que le dictionnaire peut en être le dépositaire3.

7Pour chaque mot retenu en vue de la constitution du microchamp, le dictionnaire offre plusieurs définitions ; autrement dit, tous les mots se présentent comme polysémiques. Le premier travail consistera donc à sélectionner, dans chaque article, la ou les définitions susceptibles d’entrer dans une structure commune. Cet indispensable « toilettage polysémique » ne présente aucune difficulté lorsqu’il y a polysémie forte, c’est-à-dire lorsque les domaines d’expérience dont relèvent les significations sont hétérogènes – domaine physiologique et/ou psychologique d’un côté, domaine politique de l’autre –, comme dans :

état : Manière d’être (physique, intellectuelle, morale) d’un être vivant.
un état : Groupement humain fixé sur un territoire déterminé soumis à une même autorité et pouvant être considéré comme une personne morale.

8Mais l’opération devient d’autant plus délicate que les domaines se rapprochent ou se chevauchent – domaine politique et géographique d’un côté, domaine géographique de l’autre –, comme dans :

pays : Territoire habité par une collectivité et constituant une réalité géographique dénommée ; nation.
pays : Région géographique, plus ou moins nettement délimitée, considérée surtout dans son aspect physique.

9Enfin, en cas de polysémie fine, c’est-à-dire lorsque les significations appartiennent au même domaine d’expérience – par exemple au domaine politique :

nation : Groupe humain constituant une communauté politique, établie sur un territoire défini ou un ensemble de territoires définis, et personnifiée par une autorité souveraine.
nation : Ensemble des individus qui composent ce groupe.

10la question peut se poser de savoir si l’on doit ou non inclure dans un même micro-champ ces deux significations distinctes. L’on ajoutera que la notion de domaine d’expérience reste elle-même un critère flou et particulièrement intuitif.

11Les mots du micro-champ relèvent dans la plupart de leurs acceptions de cette polysémie fine, que j’examinerai par la suite. Dans un premier temps, je rapprocherai les définitions suivantes :

peuple : Ensemble d’êtres humains vivant en société, habitant un territoire défini et ayant en commun un certain nombre de coutumes, d’institutions.
nation : Groupe humain constituant une communauté politique, établie sur un territoire défini ou un ensemble de territoires définis, et personnifiée par une autorité souveraine.
état : Groupement humain fixé sur un territoire déterminé soumis à une même autorité et pouvant être considéré comme une personne morale.
pays : Territoire habité par une collectivité et constituant une réalité géographique dénommée ; nation.
patrie : Nation, communauté politique à laquelle on appartient ou à laquelle on a le sentiment d’appartenir ; pays habité par cette communauté.

12Ces définitions ont en commun une structure sémantique commune (ou « archisémème »), qui comporte les trois traits suivants :

  • un trait humain : il est toujours question d’un groupe humain ;
  • un trait géographique : ce groupe humain se trouve sur un territoire déterminé ;
  • un trait structurel : il existe une autorité commune liée, d’une manière ou d’une autre, à l’unité de ce groupe.

13Je décompose les définitions précédentes, afin de faire apparaître pour chacune les sous-unités correspondant à ces trois traits :

peuple : ensemble d’êtres humains (vivant en société), habitant un territoire défini et ayant en commun un certain nombre (de coutumes), d’institutions.
nation : groupe humain constituant une communauté politique, établie sur un territoire défini ou un ensemble de territoires définis, et personnifiée par une autorité souveraine.
état : groupement humain fixé sur un territoire déterminé soumis à une même autorité et pouvant être considéré comme une personne morale.
pays : territoire habité par une collectivité et constituant une réalité géographique dénommée ; nation.
patrie : nation, communauté politique (à laquelle on appartient ou à laquelle on a le sentiment d’appartenir) ; pays habité par cette communauté.
Le trait humain est représenté en caractères romains, le trait géographique en italiques et le trait structurel en gras. Les traits « autres » sont en caractères romains plus petits, et mis entre parenthèses. Lorsque la définition comporte un synonyme, ce mot est souligné.

14Cette procédure d’extraction des traits sémantiques appelle quelques commentaires. On remarque en effet que les définitions n’ont pas toutes la même forme. Les trois premières comportent une longue périphrase, qui, par son caractère explicite, facilite la saisie des traits sémantiques : comme on peut le voir, ils s’y trouvent tous les trois représentés.

15Pays et patrie présentent un parcours définitionnel plus accidenté. Dans les deux cas, la définition se développe, puis se ravise après une ponctuation forte (deux points), ajoutant une séquence dont le statut par rapport à ce qui précède n’est pas facile à définir. Dans les deux définitions également, il est fait appel à un synonyme nation, qui ajoute à l’opacité et demande à être interprété, à la fois à partir de sa propre définition et de la place qu’il occupe dans celle où il se trouve.

16Pays est d’abord défini par les trait géographique et humain ; puis il est fait appel au synonyme nation. Dans la mesure où, on vient de le voir, la définition de nation comporte les trois traits, humain, géographique et structurel – ce dernier étant particulièrement développé – tandis que pays ne contient que les deux premiers, l’on peut considérer que ce synonyme apporte à la définition de ce mot sa dimension proprement politique.

17La définition de patrie est plus complexe. Elle commence par le synonyme nation, suivi d’une première périphrase contenant le trait structurel (communauté politique). Nation étant lui-même très marqué par le trait structurel, on peut penser qu’il y a là un procédé de reprise, permettant d’insister sur ce trait. Mais après la ponctuation forte, apparaît le trait géographique, suivi du trait humain – impliqué plus qu’explicite –, puisque c’est le mot communauté qui est repris (l’on peut admettre qu’une communauté qui habite un pays est nécessairement faite d’êtres humains…). L’interprétation de ce rajout est délicate : certes, il apporte à la définition les traits géographique et humain manquants (ou en veilleuse, derrière l’opacité de nation) ; mais en même temps, il donne l’impression de faire basculer la définition en faisant dominer un autre aspect des choses, comme si l’on voulait dire : la patrie, c’est une communauté politique, mais ce peut être aussi un pays.

18On voit que la construction plus complexe des définitions de pays et patrie rend la saisie des traits plus difficile : il en résulte un sémantisme flou, qui tend à isoler ces deux mots, patrie peut-être plus encore que pays, à l’intérieur du micro-champ.

19Je vais maintenant prendre en compte les variantes que connaissent ces traits sémantiques d’une définition à l’autre, afin de mieux cerner la spécificité de chacun des mots. Elles interviennent à trois niveaux :

  • l’ordre d’apparition des traits sémantiques ;
  • le degré d’intensité de chacun d’entre eux ;
  • l’articulation qui peut s’établir entre eux.

L’ordre d’apparition des traits sémantiques

20Les mots peuple, nation, État présentent « en gros » l’ordre suivant :

trait humain + trait géographique + trait structurel

21à cela près que la définition de nation a une organisation plus enchevêtrée, puisque le trait structurel s’y trouve en fait disjoint, de part et d’autre du trait géographique.

22Le mot pays commence par le trait géographique, suivi du trait humain : là encore, il y a enchevêtrement, le trait géographique étant repris et englobant le trait humain. Le synonyme nation apporterait alors seulement le trait structurel manquant, comme on l’a vu, sans pour autant modifier l’ordre précédent pour imposer le sien. Ce qui donnerait :

trait géographique + trait humain + trait structurel.

23Le mot patrie enfin affirme d’abord le trait structurel, si l’on accepte d’accorder prioritairement ce trait au synonyme nation ; suivent dans la seconde périphrase les traits géographique et humain :

trait structurel + trait géographique + trait humain.

24Mais cette hiérarchie n’est pas sûre. La périphrase rajoutée après les deux points peut signifier, on l’a vu, un renversement de tendance, qui rendrait alors le trait géographique dominant. L’impression d’instabilité qui caractérisait l’opération de saisie des traits se renouvelle à ce niveau.

Le degré d’intensité des traits sémantiques

25Je prends en compte ici les différentes formulations d’un même trait, afin d’évaluer la plus ou moins grande intensité de ce trait dans la définition de chaque mot.

26Le trait humain connaît les variations suivantes :

peuple : ensemble d’êtres humains ;
nation : groupe humain ;
état : groupement humain ;
pays : collectivité ;
patrie : communauté (reprise de communauté politique de la périphrase précédente).

27D’un mot à l’autre, le trait humain perd de sa force concrète. Il passe du nom pluriel ensemble d’êtres humains dans peuple, à l’adjectif de relation humain, plus abstrait, dans nation et Etat, pour disparaître dans les deux mots suivants. Parallèlement s’affirme la notion de totalité : encore diluée dans ensemble, elle se densifie dans groupe, puis se dynamise avec groupement. Avec collectivité, on passe à l’idée d’un tout organisé et finalisé, tandis que communauté, présent dans patrie (et reprenant communauté politique), nous amène à la frontière du trait humain et structurel.

28Le trait géographique se présente sous les formes suivantes :

peuple : habitant un territoire défini ;
nation : établie sur un territoire défini ou un ensemble de territoires définis ;
état : fixé sur un territoire déterminé ;
pays : territoire habité par […] et constituant une réalité géographique dénommée ;
patrie : pays habité par […].

29Le mot territoire est présent dans presque toutes les définitions : il n’y a que le mot patrie qui le reprend indirectement à travers l’utilisation de pays. On notera que ce mot n’est pas seulement de nature géographique, mais qu’il implique déjà une « politisation » de l’espace considéré. De peuple à État, l’appropriation de l’espace s’affirme : le passage de habitant (peuple) à établie (nation) puis à fixé (État) témoigne d’une stabilisation et d’une pérennisation de plus en plus grande de l’emprise des occupants. On notera que pour nation, l’extension dans l’espace est plus développée (un territoire défini ou un ensemble de territoires définis), et que pour État, le mot déterminé, à la place de défini, qu’utilisent les deux précédentes définitions, prend davantage en compte les limites, le marquage de l’espace.

30Les mots pays et patrie reprennent le verbe habiter, mais au passif, puisque le point de vue est renversé (du groupe humain qui habite un territoire au territoire habité par ce groupe) : notons que les verbes établir et fixer n’autoriseraient pas ce retournement. Enfin pays se distingue par un renforcement du trait proprement géographique, explicitement affirmé dans constituant une réalité géographique dénommée.

31Le trait structurel, quant à lui, se manifeste dans :

peuple : ayant en commun un certain nombre […] d’institutions ;
nation : constituant une communauté politique […] et personnifiée par une autorité souveraine ;
état : soumis à une même autorité et pouvant être considéré comme une personne morale ;
pays : nation ;
patrie : nation, communauté politique.

32Ce trait peut lui-même se décomposer en deux notions concomitantes, et solidaires en ce qu’elles connaissent les mêmes variations d’intensité, celle de pouvoir et celle d’unité.

33Dans peuple, le pouvoir est représenté par les institutions, qui sont des structures d’organisation de la vie sociale établies par la loi et fixées par le droit. Ces institutions, partagées (en commun) par le groupe, lui donnent son unité. Avec nation et État, ces deux notions se renforcent. D’abord parce qu’on passe des rouages (on notera le pluriel d’institutions) au levier de commande du pouvoir, avec le terme d’autorité (souveraine), qui en donne une expression plus abstraite et plus fondamentale. Mais aussi parce que la notion se « dynamise », allant du passif (les institutions sont littéralement des « choses instituées ») vers l’agentif (l’autorité étant inséparable de l’exercice qu’on en fait). Parallèlement, la notion d’unité s’affirme. Apparaissant dans peuple sous la forme d’une simple modalité (en commun), elle prend, avec nation et État, le statut d’une véritable entité, qui s’incarne dans une communauté politique ou une personne morale – ce dernier terme, qui permet d’effacer toute trace de pluralité, étant le plus fort.

34Dans pays, le trait structurel est contenu indirectement dans le synonyme nation, ce qui rend l’interprétation plus difficile. Certes, le mot nation porte à un certain niveau d’élaboration, comme on vient de le voir, les notions de pouvoir et d’unité. Mais leur présence dans ce synonyme reste latente ; et comme par ailleurs elles ne sont pas reprises dans la définition, leur portée s’en trouve affaiblie. Le cas de patrie, qui use également du synonyme nation, est un peu différent : car ce mot, qui ouvre la définition, est immédiatement repris par l’un de ses propres traits définitoires, la communauté politique. La notion d’unité se trouve de ce fait confortée. On notera que cela se fait peut-être au détriment de celle de pouvoir, non reprise, sinon indirectement dans l’adjectif politique.

L’articulation des traits sémantiques

35Il reste à voir les rapports qui peuvent s’établir entre les différents traits sémantiques à l’intérieur de chaque définition. Si l’on admet que le trait structurel se décompose lui-même en deux notions (pouvoir et unité), l’on se trouve devant quatre unités sémantiques à combiner entre elles.

  • 4 Sur l’utilisation de la notion d’actant en lexicologie on se reportera à J. Picoche (1986), et à S (...)

36J’appellerai « actants » les unités qui, relevant de tel ou tel trait, peuvent se représenter comme des entités existantes et/ou agissantes4. Ces actants correspondent essentiellement aux traits humain et structurel (ce dernier dans ses deux composantes de pouvoir et d’unité). Ils seront symbolisés respectivement par Al, A2 et A3. Je donnerai comme exemples les actants suivants :

  • Al (humain) : groupe humain ;
  • A2 (pouvoir) : autorité ;
  • A3 (unité) : communauté politique.

37J’appellerai « circonstant locatif », correspondant au trait géographique, le territoire sur lequel se trouve le groupe ou la communauté.

38Dans la définition de peuple, A1 est représenté par l’ensemble d’êtres humains et A2 par les institutions. De A1 à A2 s’établit une relation d’avoir, puisqu’il est dit dans cette définition que cet « ensemble d’êtres humains [a] en commun un certain nombre […] d’institutions ». Le trait d’unité, quant à lui, simple modalité (en commun) comme on l’a vu, n’accède pas au statut d’actant, privant ainsi la définition de la présence d’un véritable A3. Par ailleurs, A1 se trouve mis en relation avec le circonstant locatif, puisqu’il habit[e] un territoire défini.

39Dans la définition de nation, les trois actants sont présents : A1 est représenté par le groupe humain, A2 par l’autorité souveraine, et A3 par la communauté politique. Entre ces actants s’établit une relation d’identité : c’est donc l’être ici qui domine. On passe d’abord de A1 à A3 : le groupe humain constitu[e] une communauté politique dans laquelle il trouve son unité. Puis A3 s’incarne dans A2, cette communauté étant représentée (personnifiée) par le pouvoir d’une autorité souveraine. Quant au circonstant locatif, il se trouve ici mis en relation avec A3, non avec A1, puisque c’est la communauté politique qui se trouve établie sur un territoire défini.

40Dans la définition d’État, A1 (groupement humain), A2 (autorité) et A3 (personne morale) sont également présents. Mais la relation entre ces trois actants est plus complexe. Il y a d’abord entre A1 (humain) et A2 (pouvoir) une relation de dépendance, le groupement humain étant soumis à une même autorité. C’est l’agir qui se trouve ici privilégié. Cette relation de dépendance entre A1 et A2 semble être la condition préalable (valeur implicitement causale du et) de la relation d’identité (être) qui s’instaure entre A1 et A3, la personne morale garante de l’unité. Enfin c’est à nouveau A1, qui, fixé sur un territoire déterminé, se trouve mis ici en relation avec le circonstant géographique.

41Les définitions de pays et patrie ne permettent pas une semblable explicitation des relations actancielles.

42Dans le cas de pays, le circonstant géographique, qui apparaît en premier, est mis en relation avec A1 (la collectivité). Le synonyme nation, qui vient ensuite, introduit implicitement la présence des actants A2 et A3, et le mode d’organisation actancielle qui se trouve représenté dans ce mot.

43La définition de patrie conduit aux mêmes implications, puisqu’elle recourt également à nation, en ouverture de la première périphrase. Mais c’est A3 (communauté politique) qui se trouve ensuite explicité, pris en lui-même et sans mise en relation avec les deux autres actants. Quant au circonstant géographique (pays), il se trouve mis en relation avec A3.

Les traits sémantiques spécifiques

44J’appellerai traits sémantiques spécifiques des traits « autres » que les trois traits fondamentaux (humain, géographique, structurel).

45Ces traits, qui sont à la fois sporadiques et spécifiques, échappent à toute systématisation à l’intérieur du micro-champ. Deux mots seulement se caractérisent par des traits spécifiques, peuple et patrie.

46Dans la définition de peuple, on trouve (je souligne les traits spécifiques) :

ensemble d’êtres humains vivant en société ;
ayant en commun un certain nombre de coutumes.

47L’expression vivre en société et le mot coutumes restent en marge du trait structurel. La première représente en effet une étape primitive (non spécifiquement humaine, d’ailleurs) d’organisation du groupe, qui ne favorise pas encore l’émergence de notions telles que le pouvoir et l’unité. Quant au mot coutumes, même s’il contribue à l’unité du groupe (en commun), et peut conduire à la notion de pouvoir, sa signification repose avant tout sur un trait de comportement collectif, accrédité par l’usage et le temps.

48Patrie présente un trait entièrement nouveau :

à laquelle on appartient ou à laquelle on a le sentiment d’appartenir.

49Un nouvel actant (on) apparaît, qui représente en quelque sorte l’unité de base du groupe – l’individu-, chacun de nous. Cet A0 est naturellement considéré dans sa relation d’appartenance au groupe, mais – ce qui est plus intéressant – c’est, à travers la conscience qu’on en a, la dimension subjective de cette relation qui est prise en compte.

Récapitulation

50Je vais procéder maintenant à un essai de synthèse des précédentes analyses, permettant de dégager l’individualité sémantique de chacun des mots étudiés, ainsi que sa place dans le micro-champ.

51L’approche actancielle a permis de mettre en place, à partir des trois traits de sens posés au départ, une nouvelle formulation de la matrice sémantique commune. Dans tous les cas, il y a un A1 qui est le groupe humain et un lieu qui est le territoire. Cet A1 est engagé dans un processus qui le conduit à l’unité (sous la forme éventuelle d’un A3). À un moment ou à un autre de ce processus, s’établit une relation avec A2, qui représente le pouvoir.

52Les mots peuple, nation, État, qui présentent une relative transparence définitionnelle et construisent tous trois leur signification à partir de A1, constituent un sous-groupe homogène.

53Dans peuple, A1 est posé dans sa force concrète et sa pluralité. Le processus qui conduit à l’unité s’en trouve affaibli et ne permet pas d’accéder à A3. Quant au pouvoir (A2), il se caractérise par son aspect non dynamique – que ce soit dans les structures purement formelles (les institutions) qui le représentent ou dans sa relation (d’avoir) à A1. Cette faiblesse du trait structurel se retrouve au niveau des traits spécifiques du mot. Enfin l’emprise de A1 sur le territoire n’est pas très forte : le verbe habiter qui l’exprime appartient au lexique courant de l’occupation d’un lieu par l’individu.

54Avec nation, A1 forme déjà un tout qui gomme les individualités concrètes. L’unité du groupe se trouve ensuite affirmée par le passage direct de A1 à A3. Le pouvoir (A2), qui se dynamise et s’autonomise (autorité souveraine), intervient pour « couronner » le processus engagé, en donnant à A3, qu’il personnifie, c’est-à-dire transforme en entité individuelle, son unité suprême. On notera que la signification de ce mot se présente comme un devenir continu du groupe (A1) à la communauté (A3) puis de la communauté (A3) à l’autorité (A2). L’importance de la notion d’unité apparaît dans la mise en relation de A3, et non de A1, avec le territoire, sur lequel l’emprise s’affirme (établie), que ce soit dans l’espace ou dans le temps.

55Avec État, on s’éloigne plus encore de A1. L’emploi de la forme nominalisée (groupement) fait perdre à cet actant ce qui pouvait lui rester de concret et de « pluriel ». Et l’apparition en seconde position de A2 (non de A3, comme dans nation) – c’est-à-dire du pouvoir – contribue à l’affaiblir, en l’introduisant dans un rapport de force qui le met en position basse (soumis à) : ici le pouvoir se donne bien comme commandement, et non comme « couronnement » de l’être social. C’est donc au prix d’une dichotomie, voire d’un antagonisme, entre A1 et A2 que s’instaure la personne morale, c’est-à-dire que se fonde l’unité du groupe, par passage de A1 à A3.

56En résumé, l’on peut dire que :

57Peuple fait dominer Al, c’est-à-dire l’humain et la pluralité. En privilégiant ainsi ce qu’on peut considérer comme la base humaine de la configuration actancielle, ce mot s’expose à une ambivalence fondamentale. Car à cette notion de « base » s’attachent deux représentations qui peuvent facilement prendre des valeurs opposées : celle de l’en-bas (la partie inférieure), facilement négative, et celle du « basique » (le fondement), plutôt positive. C’est sans doute ce qui explique l’instabilité des connotations de ce mot, dont le référent peut susciter l’adhésion à une valeur fondamentale d’humanité, ou faire l’objet d’une certaine condescendance, plus ou moins inavouée.

  • 5 Un parallèle peut être établi, me semble-t-il, entre cet essai de structuration du signifié du mot(...)

58Nation fait dominer A3, c’est-à-dire l’actant qui donne l’unité au groupe. Cette unité s’inscrit dans un mouvement continu et ascendant, dans lequel A2 (le pouvoir) lui-même se trouve pris comme figure emblématique. Dans la mesure où l’unité, dans la configuration actancielle, apparaît plus comme un but à atteindre que comme un donné (ce qui serait le cas de A1), on peut dire que la signification de ce mot tend à prendre la valeur connotée d’une visée, voire d’un idéal à atteindre5, propice à certains contextes qui cherchent à susciter l’élan ou l’adhésion.

59État fait dominer A2, c’est-à-dire le pouvoir. Ce pouvoir est pris ici en tant que force de domination qui s’exerce sur A1 – mouvement cette fois descendant – et instrument de l’unité qui conduit à A3. Le rôle moteur et dominant que joue A2 dans le fonctionnement actanciel, l’affaiblissement de A1 dans la relation qui en résulte, pourraient expliquer l’impression d’efficacité, de force, voire de déshumanisation, qui pèse sur le signifié de ce mot, et conditionne sa préférence pour des emplois gestionnaires ou officiels, plutôt dépourvus d’affectivité.

60Voyons maintenant pays et patrie.

61Pays, on l’a dit, fait dominer le trait géographique : c’est avant tout le territoire, vu dans son aspect physique et concret, en tant que réalité géographique. Le trait humain vient en second, mais le mot collectivité, qui implique organisation et finalité, est déjà en chemin vers l’unité, et fait perdre au groupe humain sa valeur plurielle et concrète. Le trait structurel, emprunté à nation, confirme l’émergence de cette notion d’unité. Mais rajouté pour ainsi dire à la définition, sans reprise explicite, il ne prend pas dans cette définition une véritable individualité et ne semble pas constituer une priorité sémantique de ce mot.

62Il n’en est pas de même de patrie, bien que ce mot fasse appel au même synonyme. Mais nation apparaît en premier dans la définition, et se trouve aussitôt repris et renforcé par l’expression qui suit. Si le trait structurel domine, c’est, à travers lui, la notion d’unité qui triomphe. Déjà présente dans nation, elle est en effet reprise de manière explicite et redondante dans l’expression communauté politique. Plus encore, cet actant est posé ici en dehors de toute relation avec les deux autres : n’étant le résultat d’aucun processus ni d’aucune transformation, il apparaît comme une sorte d’absolu. Cette consécration de A3 s’accompagne d’une disparition quasi totale de A1, qui, on l’a vu, n’a pas de présence effective, et se trouve seulement impliqué dans la seconde partie de la définition. Enfin apparaît en rajout de la définition le trait géographique, repris de pays : c’est naturellement A3 qui s’y trouve lié.

63L’on peut dire que la définition de patrie est en miroir de celle de pays. Ces deux définitions, qui l’une et l’autre occultent le trait humain présent seulement « en creux » dans chacune d’entre elles, jouent en effet complémentairement sur les deux traits structurel et géographique. Le pays, c’est un territoire – qui est aussi une nation ; la patrie, c’est une nation – qui est aussi un territoire.

64Mais il n’y a pas que cela. La définition du mot patrie contient également un trait spécifique. Par ce trait, A3 se trouve mis en relation directe avec l’être humain, A0. Cette relation est une relation d’inclusion (l’individu appartient à la communauté), qui s’inscrit dans l’intériorité de l’homme, dans un vécu se situant à mi-chemin de la conscience et de l’affectivité (avoir le sentiment de).

65En résumé, l’on peut dire que :

66Pays fait dominer le circonstant : c’est d’abord une localisation géographique. S’il implique la présence d’un groupe humain ayant une unité, ce n’est que secondairement, en tant que contenant de cette collectivité. Peu marqué par le trait humain, plus ou moins indifférent au mécanisme actanciel, il offre avant tout un cadre, ouvert et relativement neutre, pouvant s’adapter à de nombreux contextes sans imposer de point de vue particulier. Caractérisé avant tout par sa disponibilité, il peut être considéré comme le joker lexical du micro-champ.

  • 6 On voit très bien émerger certains des traits dominants – tels que « unité », « pouvoir » ou « sub (...)

67Patrie, comme nation, fait dominer A3, donc l’unité. Mais posée en elle-même, hors de toute référence à un processus humain, cette unité tend à devenir une abstraction. Si la nation se présentait déjà comme un idéal à atteindre, la patrie, qui en est comme la quintessence, devient une valeur en soi – sorte d’absolu relié à la conscience de chacun. À l’opposé de pays, qui assurera l’ordinaire des discours, patrie n’entrera que dans des contextes exceptionnels et mobilisateurs, où l’on entendra faire atteindre à la conscience humaine les hauteurs d’une cause élevée6.

Application

68Dans cette partie, je voudrais montrer brièvement comment les traits dominants que je viens de dégager pour chacune des définitions retenues se retrouvent à l’œuvre dans le double fonctionnement des mots :

  • fonctionnement interne : il s’agit de la polysémie de ces mots ;
  • fonctionnement externe : il s’agit de leurs collocations, c’est-à-dire des compatibilités ou des incompatibilités que ces mots entretiennent avec d’autres mots en contexte étroit.

La polysémie

69Je m’appuie sur la présentation que fait le Nouveau Petit Robert de la polysémie des mots du micro-champ, mais sous une forme simplifiée, en supprimant un certain nombre de sens secondaires ou vieillis. Dans chaque article, je rappelle en caractères gras les définitions qui ont fait l’objet des précédentes analyses.

peuple : I. Ensemble d’êtres humains vivant en société, habitant un territoire défini et ayant en commun un certain nombre de coutumes, d’institutions.
ii 1. le peuple, un peuple : corps de la nation, ensemble des personnes soumises aux mêmes lois. Ensemble des personnes, des citoyens qui constituent une communauté. 2. le peuple : le plus grand nombre (opposé aux classes supérieures, dirigeantes [sur le plan social] ou aux éléments les plus cultivés de la société),
iii. Foule, multitude de personnes assemblées.

  • 7 Termes empruntés à M. Tournier (1992b).
  • 8 Ce signifié se trouve pris dans un double mouvement d’attraction sémantique qui le rend particuliè (...)

70C’est bien le trait de pluralité humaine qui traverse la polysémie de peuple, et conduit le signifié premier, par synecdoques successives du peuple incluant au peuple inclus7, jusqu’à la notion pure et simple de « nombre » de la dernière définition. Ce mouvement se fait, comme on pouvait l’attendre, en direction du « bas » : on passe du corps de la nation8 à différents aspects des couches « populaires » de la société, opposées au petit nombre des élites.

nation : (1. vx). 2. Groupe humain, généralement assez vaste, qui se caractérise par la conscience de son unité (historique, sociale, culturelle) et la volonté de vivre en commun. 3. Groupe humain constituant une communauté politique, établie sur un territoire défini ou un ensemble de territoires définis, et personnifiée par une autorité souveraine. 4. Ensemble des individus qui composent ce groupe. dr. Personne juridique constituée par l’ensemble des individus composant l’État, mais distincte de ceux-ci et titulaire du droit subjectif de souveraineté. — cour. La nation, la collectivité.

  • 9 Là encore, la différence de sens est ténue. Cette distinction subtile entre incluant et inclus pou (...)

71La notion d’unité est formulée de manière insistante dans la première définition citée. On notera qu’ici cette notion (qualifiée d’historique, sociale et culturelle) n’accède pas à l’identité politique, mais qu’elle se trouve liée à des considérations intérieures – conscience et volonté – cette dernière manifestant au plan psychique le mouvement, la tension vers l’unité à atteindre. En 4 se trouvent regroupées diverses synecdoques, qui assurent comme précédemment le passage de la nation incluante à la nation incluse9 : la notion d’unité se trouve particulièrement affirmée dans le sens spécialisé (avec l’expression personne juridique).

état : iii. 1. vieilli. 2. Autorité souveraine s’exerçant sur l’ensemble d’un peuple et d’un territoire déterminés. 3. Ensemble des services généraux d’une nation, par opposition aux pouvoirs et aux services locaux. 4. un état : groupement humain fixé sur un territoire déterminé soumis à une même autorité et pouvant être considéré comme une personne morale.

72Ce mot présentant une polysémie forte, je ne prends en compte que la partie de l’article (III) qui entre dans le domaine d’expérience concerné, c’est-à-dire le domaine politique. C’est ici la notion de pouvoir en exercice qui régit la polysémie du mot. D’abord posé en tant que tel dans la première définition citée, puis repris d’un point de vue plus gestionnaire et fonctionnel en 3, il conduit à notre définition par passage métonymique au groupe humain sur lequel il s’exerce. On remarquera que, de ce point de vue, la définition 4 représente le renversement exact de la définition 2 : du pouvoir qui s’exerce sur un groupe, on passe en effet au groupe sur lequel s’exerce le pouvoir…

pays : 1. Territoire habité par une collectivité et constituant une réalité géographique dénommée ; nation. Province, circonscription quelconque, absolt. Le pays : le pays, la partie de pays dont il est question. 2. Les gens, les habitants du pays (nation ou région). 3. le pays de qqn, son pays : patrie à laquelle on appartient par la naissance. – Lieu où l’on est né. le pays de qqch. : terre d’élection, milieu particulièrement favorable à, riche en. 4. Région géographique, plus ou moins nettement limitée, considérée surtout dans son aspect physique. 5. Petite ville ; village.

73Le trait géographique est assez largement représenté. Les définitions 4 et 5 désignent des lieux pris en tant que tel : il en est de même d’un certain nombre de définitions secondaires. La définition 2 opère la passage métonymique attendu du contenant à son contenu humain. Quant à la définition 3, elle joue sur l’ambivalence du mot patrie, qui fait dominer ici le trait de localisation (impliqué par la naissance, et confirmé par la signification secondaire).

patrie : 1. Nation, communauté politique à laquelle on appartient ou à laquelle on a le sentiment d’appartenir ; pays habité par cette communauté. 2. La patrie de la poésie, de l’art : le pays où fleurissent l’art, la poésie.

74C’est le mot le plus pauvre en polysémie. Le second sens, qui ne donne même pas lieu à une définition, désigne le lieu privilégié de choses abstraites, retenant le trait géographique et la valeur d’excellence qui s’attachent à ce mot.

Les collocations

  • 10 Sur l’importance des collocations en lexicographie, on se reportera à F.-J. Hausmann (1990).

75Je me limiterai au corpus de collocations présentes dans Le Nouveau Petit Robert10 : on reconnaîtra dans un certain nombre d’entre elles des associations usuelles de notre langue. Pour chaque mot du micro-champ, je classerai ces collocations selon le domaine d’expérience dont elles relèvent : identité, domaine géographique (géogr.), civilisation, vie économique (écon.), politique (pol.), juridique (jur.), domaine militaire (mil.), interaction (inter.). Je ne prends pas en compte les sigles et les noms propres.

76Pour le mot peuple, je relève les collocations suivantes :

identité. Le peuple français, américain, espagnol. Le peuple breton, basque, palestinien.
géogr. Peuple nomade, sédentaire.
civilisation. Les coutumes, les mœurs d’un peuple. La langue, la littérature, l’art d’un peuple. Peuple primitif, civilisé.
écon. Peuple commerçant, guerrier, marin, pasteur.
inter. Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Un peuple libre, opprimé, soumis.

77Ce mot donne lieu à des associations qui le rapprochent de l’être humain : son identité, son degré de civilisation, ses traits comportementaux ou culturels. Le rapport au territoire est instable. La vie économique reste à un niveau peu développée, s’exprimant par des qualifications pouvant aussi bien s’appliquer à l’individu. Dans le domaine politique et juridique, on trouve des situations « interactives » qui privilégient le rapport à une autorité, qu’on subit ou non, ou dont on tend à se dégager. Le trait humain domine, au détriment des traits géographique et structurel : le peuple représente bien la base humaine prise dans des rapports de force par rapport à l’autorité.

78La pauvreté des collocations du mot nation est difficile à interpréter :

écon./pol. Les grandes nations.
inter. Qui concerne plusieurs nations => international.

  • 11 Je note qu’A. Gomez, chef d’entreprise, déplore, dans Le Monde du 20 avril 1991, le fait qu’une «  (...)

79Peut-être ce mot, par l’unité qui le caractérise, se suffit-il à lui-même ! Il semble en tout cas qu’il tende à devenir synonyme de « grande puissance », et, employé au pluriel, à s’inscrire dans la communauté internationale – comme si la dynamique ascensionnelle présente dans son signifié le rendait particulièrement apte à traduire les aspirations d’un monde moderne (ou de ses classes dominantes) à la recherche d’une pleine expansion économique et politique11.

80Quant au mot État, il entre dans les collocations suivantes :

géogr./pol. Grands, petits États. Territoire, étendue, frontières d’un État. État tampon Divisions territoriales d’un État.
polit. État unitaire. État fédéral, fédératif. Fédération, association d’États ; États associés. L’U.R.S.S. était un État multinational. État sous mandat. État membre d’une communauté internationale.
jurid. États à capacité internationale normale. État protégé.
inter. Relations entre États. Conflits entre États.

81Le trait géographique est très présent, dans sa fonction de « découpage », de délimitation de l’espace – mais d’un espace déjà politisé. Dans les expressions grands et petits États, ce trait géographique semble avoir d’ailleurs partie liée avec la puissance économique et politique. C’est bien le trait structurel qui domine dans ces contextes, et plus particulièrement toutes les formes politiques ou juridiques d’organisation du pouvoir… Le trait humain est absent. S’il est vrai que la plupart des collocations de ce mot seraient insolites avec nation, elles deviendraient franchement incompatibles avec peuple : inversement, la plupart des collocations de peuple seraient impossibles ici. Les signifiés de ces deux mots sont antagoniques : rien d’étonnant si l’on considère que, de la base au sommet, ils se placent aux deux extrêmes de la représentation sociale.

82Le mot pays est assez riche en collocations :

géogr. Les divers pays du monde, de l’Europe. De quel pays êtes-vous ? Les habitants d’un pays. Frontières d’un pays. Grands et petits pays.
écon. Pays riches et pays pauvres. Pays industriels, agricoles, producteurs de pétrole. Nouveaux pays industrialisés. Pays développés. Pays sous-développé, en voie de développement, en développement ; pays les moins avancés.
inter. Ceci concerne plusieurs pays.

83Le trait géographique est très présent : l’idée de puissance économique et politique peut s’y installer, comme précédemment (dans grands et petits pays). Mais c’est surtout la vie économique qui se trouve ici largement évoquée, dans ses diverses formes de production, ses différents stades de développement et d’accès à la richesse. Le pays est avant tout conçu ici comme le contenant des forces productives. Le trait humain est absent : certains termes de la vie économique ici présents ne pourraient d’ailleurs s’associer au mot peuple. Toutefois ce mot est celui qui reste le plus ouvert aux collocations des autres mots.

84Enfin patrie a, comme on pouvait s’y attendre, des collocations spécifiques :

géogr. Fuir, quitter sa patrie. Faire revenir dans sa patrie.
inter./mil. Il considère la France comme sa patrie. Aimer sa patrie ; amour de la patrie. La mère patrie. Avoir la même patrie. Mourir pour la patrie. Bien mériter de la patrie. La patrie reconnaissante. Qui n’a pas de patrie.
devises. Honneur et patrie. Travail, Famille, Patrie.

85La patrie est d’abord considérée comme un lieu, mais par rapport à quelqu’un, qui la perd ou la retrouve. Et ce qui est tout à fait remarquable dans ces contextes, c’est précisément cette constante actancielle qui met toujours la patrie en relation avec l’individu, et tend à les présenter comme deux personnes unies par des liens d’appartenance, d’attachement et de sentiment réciproques. Cette relation est quasiment exclusive dans la combinatoire de ce mot. En tout cas, fait remarquable qui oppose ce mot à pays, il serait impossible de replacer patrie dans aucun des contextes des mots précédents.

Conclusion

86Je reviens à la problématique posée au départ. Les mots ont-ils un sens ? Le dictionnaire en est-il le dépositaire et le garant ?

  • 12 Cette notion peut être rapprochée, bien qu’elle ne se situe pas à l’évidence dans ce cadre théoriq (...)
  • 13 Par des voies et des méthodes différentes – enquête diachronique et psycho-sociolinguistique pour (...)

87Si l’on prend soin de bien distinguer le signifié d’un mot de la multiplicité de ses applications référentielles, on peut dire que les mots ne viennent pas « les mains vides » à la rencontre du monde. Ils possèdent un programme sémantique minimal12, grâce auquel ils se différencient les uns des autres à l’intérieur d’un champ lexical, et qui leur permet d’assurer une « saisie » spécifique des référents qui leur sont corrélés. Ces traits de sens sont relativement stables : ils se manifestent dans des données linguistiquement observables, telles que le fonctionnement polysémique ou les aptitudes combinatoires des mots. Un examen plus systématique que celui que j’ai eu la possibilité de faire des compatibilités et incompatibilités contextuelles de chacun des mots du micro-champ permettrait sans doute d’aboutir dans ce domaine à des conclusions bien établies. Ces traits – tels que humain, pluralité, unité, pouvoir, affectivité, ascendant, descendant – se caractérisent également par leur haut degré de généralité et d’abstraction. Pris en eux-mêmes, ils sont en quelque sorte a-historiques, relevant davantage de schémas mentaux et de processus cognitifs que de choix idéologiques et d’engagements partisans : ils appartiennent à ce fonds précieux de « primitifs sémantiques »13 qui représente la quête du Graal de tout linguiste un peu chevaleresque…

88Certes les dictionnaires ne se situent pas à ce niveau. Mais ils constituent un lieu d’observation privilégié de cette structure profonde, comme en témoigne l’expérience qui vient d’être menée. Les définitions qu’ils proposent, avec les « stéréotypes » qu’elles contiennent sont en quelque sorte à mi-chemin entre les deux plans référentiel et conceptuel. Encore imprégnées par les discours dont elles sont issues et dont elles reproduisent en partie l’épaisseur référentielle (y compris dans certaines de ses représentations dominantes), mais visant à s’en dégager par un effort de généralisation et d’abstraction, elles proposent des sortes d’« épures sémantiques » qui facilitent l’accès à ces significations primitives dont il vient d’être question. Ce n’est pas sans tâtonnement, sans hésitation, sans arbitraire, sans contradiction même ; et à ce titre, le matériau lexicographique est bien un discours comme les autres.

  • 14 Qui trouve sa complétude dans l’autorité royale, par exemple.
  • 15 P. Bacot nous dit ici-même que « pour toute la gauche, le peuple est un héros positif avec lequel (...)
  • 16 P. Bacot n’en trouve aucune trace dans ses documents électoraux. Mais je le relève dans la « liste (...)
  • 17 Je ne trouve pas d’illustration à donner pour le mot État : est-ce un hasard, ou bien la sécheress (...)

89Ces traits sémantiques sont à l’œuvre dans les discours ; mais la subtilité (au sens quasi physique du terme) qui les caractérise leur donne une plasticité extrême, sinon infinie, du moins imprévisible. L’on a assez dit les valeurs contradictoires qui peuvent s’attacher au mot peuple : selon les énoncés, la base humaine qu’il privilégie pourra être considérée comme une forme inachevée de communauté humaine14 ou comme le creuset des forces de libération et de construction collective’15. Le mot nation au 18e siècle, comme le montre ici même P. Rétat, a pu entrer dans deux types de discours, selon que les traits d’unité et d’« ascension » se trouvaient mis au service d’un attachement actif et inspiré pour le roi, ou, au contraire, servaient la volonté d’autonomisation de forces d’opposition. L’affectivité prégnante dans le mot patrie, sa charge absolue, ont convenu excellemment aux contextes mobilisateurs des temps de guerre ; ces deux mêmes traits sonnent trop haut et trop fort lorsque ce champ d’application disparaît16. Prenons enfin le mot pays, ce bon garçon du micro-champ au sémantisme géographique apparemment apolitique : on le retrouve chez J.-J. Goblot, servant benoîtement les revendications de la bourgeoisie censitaire à la fin de la Restauration, et – plus étonnant – dans le corpus lepénien de P. Bacot, paradoxalement enrôlé dans les extrêmes (je parle, bien sûr, du mot)17

  • 18 La pluralité concrète de peuple ne se trouve-t-elle pas déjà opposée à l’unité indivise de nation (...)

90Je l’ai dit, je crois que les mots ont un sens. Ce sens plie, mais ne rompt point, et l’on peut suivre dans l’histoire même du mot des traces de cette résistance18. Mais le fait qu’un mot ait du sens ne pourra jamais l’empêcher de partir dans tous les sens. Si grande est la force de l’énonciation, de la persuasion, de l’imagination humaine…

Bibliographie

Bibliographie

Le Nouveau Petit Robert, 1993 – Nouvelle édition remaniée et amplifiée, Paris, Dictionnaires Le Robert.

Béraud A., Euzen-Dague G., Rémi-Giraud S., 1988 – Le Taste-mots dans les arbres : étude systématique du lexique à l’usage des lycées, grandes écoles et universités, Lyon, CRDP.

Eskénazi A., 1979 – « “Peuple” et “Nation” dans L’Esprit des loix. Quelques remarques d’un lexicologue », dans Études sur le 18e siècle, Université de Clermont 2, Publications de la Faculté des lettres, p. 41-57.

Fehrenbach E., 1986 – « Nation », Handbuch politisch-sozialer Grundbegriffe in Frankreich 1680-1820, Heft 7, p. 75-107.

Glatigny M., Guilhaumou J., 1981 – Peuple et Pouvoir. Essais de lexicologie, Lille, PUL.

Hausmann F.-J., 1990 – « La définition est-elle utile ? Regard sur les dictionnaires allemands, anglais et français », dans La Définition, Paris, Larousse, p. 225-235.

Lafont R., 1978 – Le travail et la langue, Paris, Flammarion.

Peloille B., 1983 – « Le vocabulaire des notions “nation”, “État”, “patrie”. Quelques résultats d’enquête », Revue française de science politique, vol. 33, no 1, p. 65-108.

Picoche J., 1986 – Structures sémantiques du lexique français, Paris, Nathan.

Schnapper D., 1994 – La communauté des citoyens. Sur l’idée moderne de nation, Paris, Gallimard.

Todorov T., 1989 – Nous et les autres, la réflexion française sur la diversité humaine, Paris, Seuil.

Tournier M., 1992a – Des mots sur la grève. Propos d’étymologie sociale vol. 1, Paris, Klincksieck, Publications de l’INaLF, collection Saint-Cloud.

Tournier M., 1992b – « Des dictionnaires “de langue” aux inventaires d’usage », Études de linguistique appliquée 85-86, p. 53-60.

Vallet R., 1991 – « “Gent”, “peuple” et “nation” dans les Illustrations de Gaule et Singularitez de Troye de Jean Lemaire de Belges », Le Français Préclassique, 2, p. 5-23.

Notes

1 Pour une remise en cause fructueuse de la langue et de l’institution dictionnairique, on se reportera aux travaux du Laboratoire de « Lexicométrie et textes politiques », INaLF, ENS de Fontenay/Saint-Cloud, ainsi qu’aux recherches menées par le Groupe de recherche en linguistique praxématique de Montpellier.

2 En termes plus savants empruntés à M. Tournier (1992b), il est l’expression de la force de « structurogenèse » ou « systémogenèse » à l’œuvre dans le langage.

3 Il faut ajouter que le discours lexicographique est lui-même, multiple, si l’on prend en compte les différents dictionnaires en cours, qui ne sont pas aussi « mimétiques » les uns des autres qu’on veut bien le dire : c’est ce que montre en tout cas la confrontation du Grand Robert, du Grand Larousse de la Langue Française et du Trésor de la Langue Française. J’ai fait le choix de mener une étude systématique dans le cadre d’un petit dictionnaire usuel, mais une comparaison des dictionnaires serait évidemment fort instructive.

4 Sur l’utilisation de la notion d’actant en lexicologie on se reportera à J. Picoche (1986), et à S. Rémi-Giraud (1988).

5 Un parallèle peut être établi, me semble-t-il, entre cet essai de structuration du signifié du mot nation et la définition du concept de nation – comme projet politique d’une communauté idéelle de citoyens, qui transcenderait les appartenances et les identités particulières – que propose la sociologue D. Schnapper (1994).

6 On voit très bien émerger certains des traits dominants – tels que « unité », « pouvoir » ou « subjectivité » - des mots nation. État, patrie, à travers les minutieuses analyses de discours menées par B. Peloille (1983).

7 Termes empruntés à M. Tournier (1992b).

8 Ce signifié se trouve pris dans un double mouvement d’attraction sémantique qui le rend particulièrement instable. Désignant la masse du peuple, il tend à se confondre avec le « peuple entier » de la première définition, dans lequel il se trouve inclus. Inversement, tiré vers « le bas », il tend à privilégier les classes « populaires » comme plus représentatives que d’autres du corps social dans son ensemble. Ces tiraillements sémantiques sont fréquemment attestés dans les études consacrées à l’histoire de ce mot. Citons M. Tournier, 1992a (« Le peuple quarante-huitard : un outil de classe », p. 83-125) et M. Glatigny, J. Guilhaumou, (éd.), 1981 (voir en particulier, dans cet ouvrage collectif, les articles de J.-P. Beaujot, B. Conein, J. Guilhaumou, M. Hirsh et J.-J. Thomas). On pourra également se reporter à l’admirable analyse lexicologique que fait Mirabeau de ce mot dans son discours du 16 juin 1789 (Archives parlementaires de 1787 à 1860, t. VIII du 5 mai 1789 au 15 septembre 1789, p. 125-126) !

9 Là encore, la différence de sens est ténue. Cette distinction subtile entre incluant et inclus pourrait être reformulée, comme le fait judicieusement T. Todorov, 1989 (« La nation et le nationalisme », p. 199-218), en une opposition « extérieur/intérieur », selon qu’on voit la nation en elle-même, de l’intérieur, ou qu’on la situe parmi les autres nations dans un espace extérieur à elle (ce sens « extérieur » est plus visiblement présent lorsque les mots nation ou peuple sont au pluriel). On retrouve cette articulation entre une dimension intérieure et une dimension extérieure chez D. Schnapper (1994), pour qui la nation a une double fonction d’intégration (au sens large du terme) et d’affirmation de soi sur la scène internationale. Quand il s’agit de nation incluse, le problème de la représentativité se repose de manière cruciale, surtout dans la période révolutionnaire (on se reportera à E. Fehrenbach, 1986, dont le texte nous a été traduit par G. Rémi, et à Ph. Dujardin, ici même).

10 Sur l’importance des collocations en lexicographie, on se reportera à F.-J. Hausmann (1990).

11 Je note qu’A. Gomez, chef d’entreprise, déplore, dans Le Monde du 20 avril 1991, le fait qu’une « nation européenne » ne vienne pas étayer la compétitivité des entreprises.

12 Cette notion peut être rapprochée, bien qu’elle ne se situe pas à l’évidence dans ce cadre théorique, de celle de « programme de sens » développée par la praxématique, elle-même redevable au signifié de puissance guillaumien – le praxème étant conçu comme un ensemble de potentialités (R. Laffont, 1978, chapitre III).

13 Par des voies et des méthodes différentes – enquête diachronique et psycho-sociolinguistique pour l’un, élaboration d’un signifié construit par « écrasement » de la polysémie pour l’autre-, N. Dupont et M. Pérennec rencontrent des traits sémantiques de même nature : on se reportera aux articles présents dans ce volume. Dans son étude de « peuple » et « nation » dans L’Esprit des loix, A. Eskénazi (1979) pousse plus loin encore le processus d’abstraction, puisqu’il inscrit le signifié de ces deux mots dans un mécanisme de pensée très général, le tenseur binaire de G. Guillaume (peuple étant vu en tension croissante, et nation en tension décroissante).

14 Qui trouve sa complétude dans l’autorité royale, par exemple.

15 P. Bacot nous dit ici-même que « pour toute la gauche, le peuple est un héros positif avec lequel on noue une relation de confiance ».

16 P. Bacot n’en trouve aucune trace dans ses documents électoraux. Mais je le relève dans la « liste de la Majorité pour l’Autre Europe » (Philippe de Villiers) pour les élections européennes du 12 juin 1994 : « une Europe des patries bâtie sur le socle des nations ». De nouveaux combats s’annoncent... Enfin il ne faut pas négliger le relais pris par le nom propre France (et son dérivé français étudié ici même par M. Tournier). Je note dans la liste « Allez la France » (toujours pour les élections du 12 juin 1994) de J.-M. Le Pen ce commentaire métalinguistique de son auteur : « Vous l’avez remarqué, la liste que je conduis est la seule grande liste qui comporte le mot “France”. Ce n’est pas un hasard ». (commentaire qu’il fit également à l’émission Objection de France-Inter le 13 mai 1994).

17 Je ne trouve pas d’illustration à donner pour le mot État : est-ce un hasard, ou bien la sécheresse sémantique du mot limite-t-elle ses capacités de dérive ?

18 La pluralité concrète de peuple ne se trouve-t-elle pas déjà opposée à l’unité indivise de nation dans Lemaire de Belges, au tout début du 16e siècle (voir R. Vallet 1991) ?

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site