Version classiqueVersion mobile

Papauté, monachisme et théories politiques. Volume I

 | 
Pierre Guichard
, 
Marie-Thérèse Lorcin
, 
Jean-Michel Poisson
, 
et al.

Le monachisme

Un passage difficile de l’érémitisme au monachisme en Touraine au début du xiie siècle

Guy Devailly

Texte intégral

  • 1 Fontaine-Blanche, cne d'Autrèche, con de Château-Renault, Indre-et-Loire.
  • 2 Historia monasterii de Fontanis Albis, in A. Salmon, Recueil des chroniques de Touraine, t. I, Pari (...)
  • 3 Dans la Gallia Christiana in provincias distributa, t. XIV, Provincia Turonensis, B. Haureau remarq (...)

1L'abbaye de Fontaine-Blanche1, située en Touraine, au nord de la Loire, aux confins des départements actuels de l'Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher, était un petit établissement monastique qui connut de nombreuses difficultés au cours d'une histoire mouvementée. Elle ne mériterait guère de retenir l'attention des historiens si son septième abbé, Pérégrin, n'avait laissé un récit détaillé et documenté de sa fondation et de ses premiers temps2. Pérégrin n'était pas présent lors de la fondation de l'établissement. Mais étant moine, avant de devenir abbé, il avait connu plusieurs des premiers religieux, et il prend soin de préciser que c'est à partir de leurs souvenirs qu'il a retracé les premiers temps de l'abbaye. Même si son récit comporte quelques erreurs chronologiques (et B. Haureau en a relevé une dans la Gallia Christiana3), le récit semble bien correspondre à ce qui a pu se passer réellement non seulement à Fontaine-Blanche, mais dans un certain nombre de fondations monastiques de la première moitié du XIIe siècle. Il est en effet révélateur à la fois d'un état d'esprit et de difficultés qui ont dû être fréquentes. C'est ce qui en fait l'intérêt.

  • 4 Montlouis-sur-Loire, con de Saint-Pierre-des-Corps, Indre-et-Loire.
  • 5 Et David laicus qui fuit satis utilis in agricultura, op. cit., p. 259.
  • 6 Igitur ex ore eorum, Roberti de Fossello et Willelmi infirmarii nostri didici quae successionis nos (...)

2A l'origine de l'abbaye se trouvait un pieux ermite, Geoffroy, forte personnalité qui comme nombre de ses contemporains avait un ardent désir de pauvreté et de mort au monde. Les institutions ecclésiastiques existant alors, comme les monastères clunisiens, ne lui permettaient pas de les assouvir. Il est donc de ceux, alors nombreux, qui choisirent une vie érémitique plutôt que de se retirer dans une abbaye. Avec un compagnon, un Tourangeau originaire de Montlouis4, il s'établit sur une terre caillouteuse et infertile qui dominait la vallée de la Ramberge, petit ruisseau qui se jette une dizaine de kilomètres plus au sud dans la Cisse qui coule alors parallèlement à la Loire. Des disciples affluèrent près de ces deux ermites. Ils durent alors abandonner les terres ingrates où ils s'étaient d'abord retirés pour se fixer au fond du vallon, là où il y avait des sources et un terrain alluvionnaire permettant des cultures plus faciles et plus fructueuses, pouvant nourrir la petite communauté. Parmi les nouveaux compagnons des ermites se trouvaient selon Pérégrin, un chevalier flamand nommé Lambert, un prêtre Ascelin, mais aussi un laïc David « suffisamment expert en agriculture »5. Ils se groupèrent autour d'une petite chapelle en bois consacrée à Marie-Madeleine. Pérégrin dit tenir ces renseignements d'un moine, Robert de Fosselle, qui avait connu les premiers ermites6.

3Il n'y avait pas alors de véritable règle ni probablement de hiérarchie, le prestige de Geoffroy suffisant à maintenir la cohésion du groupe. On pouvait d'ailleurs le quitter aussi facilement qu'on s'y agrégeait. C'est ce que fit entre autres un certain Guillaume qui quitta Fontaine-Blanche pour gagner la Terre Sainte où il devait terminer sa vie comme patriarche latin de Jérusalem de 1130 à 1145. Pérégrin insiste sur la manière dont, vers la fin de sa vie, il reçut à Jérusalem un moine de Fontaine-Blanche et lui fit don de précieuses reliques.

4Le groupe devenant de plus en plus nombreux et Geoffroy vieillissant, ses compagnons se rendirent compte qu’une organisation devenait nécessaire si la communauté voulait survivre à Geoffroy. Si on suit le récit de Pérégrin, après plusieurs tentatives infructueuses, les religieux se rendirent auprès de Geoffroy malade, lui proposèrent plusieurs solutions et lui demandèrent de choisir :

  • 7 Bonneval, chef-lieu de con, Eure-et-Loir.
  • 8 Marmoutier, cne de Sainte-Radegonde, con de Tours, Indre-et-Loire.
  • 9 Savigny, abbaye fondée en 1112, cne du Teilleul, chef-lieu de con, Manche.
  • 10 Château-Renault, chef lieu de con, Indre-et-Loire.
  • 11 Aegrotavit vero magister Gaufridus, et erat languor ille fortissimus. Accedentes autem fratres ejus (...)

5« Maître Geoffroy était alors malade et sa maladie était grave. Les frères se rendirent près de lui et lui dirent : « Dispose de ta maison car nous craignons que tu meures et que tu ne vives plus longtemps. Si les moines noirs de Bonneval7 qui ne sont pas loin d'ici ou ceux de Marmoutier8 qui sont dans une autre direction te déplaisent ou si tu n'acceptes pas des chanoines réguliers, si cela te convient, adressons-nous à Savigny9 qui est un monastère célèbre dont dépendent déjà plusieurs autres monastères dont les abbés se réunissent en chapitre. Là refleurit la règle et l'ensemble a bonne réputation ». Il leur dit : « Si vous voulez vous adresser à eux, allez-y ». Ils reçurent ces paroles de sa bouche et se rendirent rapidement près de Guillaume abbé de Savigny et d'Hildebert archevêque de Tours. Etait également présent Renaud du Château10 dont la seigneurie s'étendait sur la communauté »11.

6Si la scène a eu lieu, telle que la rapporte Pérégrin, ce qui est loin d'être certain, il est évident que les ermites avaient indiqué leurs préférences à Geoffroy. Il n'en est pas moins intéressant de constater qu'ils avaient envisagé les trois hypothèses alors possibles :

    • 12 Fontgombault, con de Tournon-Saint-Martin, Indre.

    s'agréger à un monastère traditionnel de type clunisien : ici Bonneval ou Marmoutier et rejoindre ainsi la tradition bénédictine classique. C'eût été renoncer en grande partie à l'esprit de pauvreté qui était à l'origine de leur vocation et on comprend qu'ils aient répugné à cette solution. D'autres ermites cependant, au même moment suivaient cette voie comme ceux qu'avait réunis Pierre de l'Etoile dans des grottes de la vallée de la Creuse et qui les abandonnèrent pour fonder Fontgombault12.

    • 13 Fontevrault, cne de Fontevraud-1'Abbaye, con de Saumur, Maine-et-Loire.

    renoncer à la règle de saint Benoît et accepter celle plus souple dite de saint Augustin et fonder non un monastère mais un couvent de chanoines réguliers. Les exemples sont alors nombreux dans tout l'ouest de la France et les pays de la Loire, même si peu d'entre eux atteignirent la célébrité de Fontevrault13, fille de Robert d’Arbrissel.

    • 14 Vital de Mortain est mort en 1119.
    • 15 Molesme, con de Laignes, Côte-d'Or.
    • 16 La Chaise-Dieu, chef-lieu de con, Haute-Loire.
    • 17 Grandmont, cne de Saint-Sylvestre, con d’Ambazac, Haute-Vienne.

    rester fidèle à la règle de saint Benoît mais en l'interprétant selon un ordre différent de celui de Cluny qui insiste davantage sur l'austérité et le dépouillement. C'est ce que Vital de Mortain14 avait fait à Savigny. Bien d'autres alors tentaient des expériences de ce genre à Molesme15, à La Chaise-Dieu16, à Grandmont17 ou ailleurs.

7La solution retenue qui consistait à choisir cette troisième voie en s'agrégeant à la congrégation de Savigny était certainement l'une des plus raisonnables. La majorité des religieux de Fontaine-Blanche l'accepta. L'abbé de Savigny de son côté les reçut favorablement et leur envoya un de ses moines pour diriger la nouvelle abbaye. Les religieux prirent l'habit monastique et reçurent la bénédiction de l'archevêque de Tours. Fontaine-Blanche suivit alors le sort de Savigny qui quelques années plus tard, subissant l'influence de saint Bernard, s'agrégea à Cîteaux dans la filiation de Clairvaux. Plusieurs abbés de Fontaine-Blanche vinrent directement de Clairvaux.

  • 18 Aigue-Vive, cne de Faverolles, con de Montrichard, Loir-et-Cher.
  • 19 Recessit igitur Gaufridus et habitavit in foresta, ultra fluvium qui dicitur Cherius, in loco qui d (...)
  • 20 Ascelinus presbyter cum alio Gaufrido, in loco qui dicitur Landa habitavit et obiit et sepulturam h (...)

8Mais cette solution n'était pas du goût de tous les ermites. Plusieurs d'entre eux estimèrent qu'en agissant ainsi ils auraient renié une partie de leur idéal primitif et ils préférèrent quitter Fontaine-Blanche plutôt que de se plier à la règle bénédictine. Ce fut entre autres le cas du premier ermite Geoffroy, de Geoffroy Bullons et du prêtre Ascelin qui allèrent s'établir au sud du Cher dans un vallon retiré au milieu des bois à Aigue-Vive18. Il semble bien qu’il y ait eu là de nouvelles dissensions : des chanoines réguliers suivant la règle de saint Augustin dominèrent rapidement ce nouvel établissement19. Mais plusieurs des anciens ermites de Fontaine-Blanche n'acceptèrent pas davantage cette règle que celle de Savigny et retournèrent près de l'établissement primitif pour créer un nouvel ermitage en un lieu dit La Lande. Ils ne purent y rester et Geoffroy Bullons finit par regagner Fontaine-Blanche. Ce fut, nous dit Pérégrin : « la fin des ermites »20.

9Le récit que nous donne Pérégrin de la fondation de Fontaine-Blanche et d'Aigue-Vive est révélateur d’un des problèmes qui se posèrent à l'Eglise à la fin du XIe et au début du XIIe siècle. Le monachisme clunisien est alors victime de son succès. Les moines font vœu de pauvreté personnelle mais les abbayes ont attiré les donations et sont devenues riches. Certaines d'entre elles se comportent envers les populations rurales comme de véritables seigneurs. La spiritualité qu’on y développe et qui insiste sur la gloire de Dieu conduit à construire des bâtiments somptueux et à développer une liturgie solennelle. De tels établissements ne peuvent répondre aux aspirations d'âmes éprises de mort au monde, de solitude, de pauvreté évangélique et d’ascétisme rigoureux.

  • 21 Marbod, Epistola VI, P.L., t. CXXI, c. 1480-1486.
  • 22 J.-C. Cassard, « Eon de l’Etoile ermite et hérétique breton » dans Mémoires de la société d'histoir (...)

10Celles-ci se réfugient, hors de toute règle, dans l'érémitisme. Mais celui-ci, s’il n’est pas contrôlé, peut se révéler dangereux. Les extravagances de Robert d’Arbrissel21 à certains moments de sa carrière, ou surtout les divagations d’Eon de l’Etoile22 le prouvent suffisamment. Un érémitisme sauvage peut aboutir à l’hérésie. Il fallait donc canaliser cette tendance. Mais la canaliser était lui faire perdre une partie de son caractère originel. Il y eut alors de nombreuses tentatives dont beaucoup échouèrent plus ou moins rapidement pour concilier la spiritualité qui poussait à l’érémitisme et la nécessité d’une organisation, d’un ordo. Les deux solutions retenues finalement par nos religieux tourangeaux : l’affiliation plus ou moins directe à Cîteaux pour ceux qui étaient restés à Fontaine-Blanche et l’adoption de la règle des chanoines réguliers de saint Augustin pour ceux qui avaient gagné Aigue-Vive, sont finalement celles qui eurent le plus grand succès. Mais comme le dit Pérégrin : « ce fut la fin des ermites ».

Notes

1 Fontaine-Blanche, cne d'Autrèche, con de Château-Renault, Indre-et-Loire.

2 Historia monasterii de Fontanis Albis, in A. Salmon, Recueil des chroniques de Touraine, t. I, Paris-Tours, 1854, p. 257-291.

3 Dans la Gallia Christiana in provincias distributa, t. XIV, Provincia Turonensis, B. Haureau remarque que Pérégrin fait dédicacer l'église de Fontaine-Blanche par l’archevêque de Tours Hildebert de Lavardin en novembre 1134, alors qu’Hildebert est mort en 1132. Son successeur était alors Hugues de La Ferté.

4 Montlouis-sur-Loire, con de Saint-Pierre-des-Corps, Indre-et-Loire.

5 Et David laicus qui fuit satis utilis in agricultura, op. cit., p. 259.

6 Igitur ex ore eorum, Roberti de Fossello et Willelmi infirmarii nostri didici quae successionis nostrae memoriae fideliter commendare suscepi., op. cit., p. 259.

7 Bonneval, chef-lieu de con, Eure-et-Loir.

8 Marmoutier, cne de Sainte-Radegonde, con de Tours, Indre-et-Loire.

9 Savigny, abbaye fondée en 1112, cne du Teilleul, chef-lieu de con, Manche.

10 Château-Renault, chef lieu de con, Indre-et-Loire.

11 Aegrotavit vero magister Gaufridus, et erat languor ille fortissimus. Accedentes autem fratres ejus ad eum dixerunt : « Dispone domui tuae, quia timemus ne forte moriaris et amplius non vivas. Si tibi displicent monachi nigri de Bonavalle, qui juxta nos habitant, an hi qui sunt Majoris Monasteri !ex altera parte ? Si canonicos regulares non acceptas, si tibi placet, mittamus usque Savigneium, quod est celebre monasterium, de quo jam plurima processere monasteria ; ex quibus abbates conveniunt ad capitulum, et refloret ibi ordo et eorum ubique redolet dulcis opinio ». Quibus ille ait : « Si vultis mittere, mittite ». Et rapuerunt verbum de ore ejus, mittentesque festinanter, adduxerunt domnum Gaufridum abbatem Savigniensem et domnum Hildebertum archiepiscopum Turonensem. Affuit etiam domnus Raginaldus de Castello, ad cujus dominium locus iste pertinebat., ibid., p. 264-265.

12 Fontgombault, con de Tournon-Saint-Martin, Indre.

13 Fontevrault, cne de Fontevraud-1'Abbaye, con de Saumur, Maine-et-Loire.

14 Vital de Mortain est mort en 1119.

15 Molesme, con de Laignes, Côte-d'Or.

16 La Chaise-Dieu, chef-lieu de con, Haute-Loire.

17 Grandmont, cne de Saint-Sylvestre, con d’Ambazac, Haute-Vienne.

18 Aigue-Vive, cne de Faverolles, con de Montrichard, Loir-et-Cher.

19 Recessit igitur Gaufridus et habitavit in foresta, ultra fluvium qui dicitur Cherius, in loco qui dicitur Aqua Viva, ubi nunc est canonicorum regularium abbatta, ibid., p. 265.

20 Ascelinus presbyter cum alio Gaufrido, in loco qui dicitur Landa habitavit et obiit et sepulturam habuit. Domnus vero Gaufridus, cognomine Bullonus, circa suumfinem ad nostrum monasterium se cum suis omnibus transtulit et in claustro monachorum, Deo volente, sepulturam promeruit. Et hic finis eremitarum, ibid., p. 265.

21 Marbod, Epistola VI, P.L., t. CXXI, c. 1480-1486.

22 J.-C. Cassard, « Eon de l’Etoile ermite et hérétique breton » dans Mémoires de la société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, t. LVII, 1980, p. 171-198.

Auteur

Université de Rennes II

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search