Version classiqueVersion mobile

Papauté, monachisme et théories politiques. Volume I

 | 
Pierre Guichard
, 
Marie-Thérèse Lorcin
, 
Jean-Michel Poisson
, 
et al.

La papauté : L'institution et les relations avec l'État

La nation et l'État dans l’œuvre de Guillaume Benoît, canoniste (1455-1516)

Paul Ourliac

Texte intégral

  • 1 L'œuvre eut à Lyon au moins six éditions au XVIe siècle : chez Jean Rémy en 1523, chez S. Gryphe e (...)

1Dans la grande misère que connaissent à la fin du XVe siècle les facultés françaises, Guillaume Benoît fait presque figure de grand esprit1. Né à Toulouse, le 21 décembre 1455, il avait reçu la tonsure, en 1463, de Bernard du Rozier, alors maître en théologie et chancelier de l’Université. Il prit ses premières inscriptions en droit civil en 1472, l'année, précise-t-il, où Charles VIII avait un an. Il obtint son baccalauréat le 1er août 1477, après une repetitio où il critiquait les aveux obtenus par la torture. Il paraît n'avoir guère apprécié ses professeurs ; le seul qu'il cite est l'obscur Jean Bosquet alors qu’il fait de grands éloges de deux bacheliers, Pierre de Saint-André qui sera premier président du Parlement de Toulouse et Jean Topigonis, devenu juge de Quercy. Il vint à Cahors poursuivre ses études et fut reçu docteur régent in utroque le 16 décembre 1682, l'emportant au concours sur Jean Rubei, qui devint official de Cahors.

  • 2 Ils sont nommés dans l'épître liminaire due à Claude Feydeau et datée de 1520. La consultation don (...)

2Il devait demeurer à Cahors jusqu'en 1499. S'il critique les étudiants « qui comptent les tuiles des toits voisins » et envoient leur domestique suivre les cours à leur place, s'il avoue que les diplômes s'achètent ita quod asini sicut equi et muli doctorantur, ses cours eurent assez de succès pour attirer à Cahors Guillaume François de Clermont, Amanieu d'Albret, Louis de Rochechouart et Louis d'Amboise2. Il rédigea pour celui-ci, pressé d'obtenir que son oncle lui cède l'évêché d'Albi, une longue consultation et lui dut sans doute d'obtenir la protection royale. Louis XII, qu'il désigne toujours comme son « bienfaiteur », le nomma conseiller au Parlement de Bordeaux où il prit séance le 22 avril 1499. Quatre ans après, le 1er septembre 1503 (I. 60, 213), il est nommé conseiller au Parlement de Toulouse et le demeure jusqu'à sa mort (le 4 septembre 1516).

3On connaît de lui quelques consultations, de brefs traités sur le mariage, sur le privilège du for, sur l'histoire du duché de Normandie. Il semble qu'il ait siégé un moment à l’Echiquier (I. 42, 205) pour une affaire jugée en février 1508 (I. 2,17).

  • 3 Dans le texte il cite toujours Charles VIII comme « roi régnant » ; au contraire les passages où L (...)

4Comme beaucoup de professeurs de l'époque, il recherchait les charges et les profits. Il fut juge des appels de Quercy et put acquérir les seigneuries de Pechbonnieu, près de Toulouse, et trois domaines en Quercy. L'œuvre de sa vie demeure le commentaire de la décrétale Raynutius ; il dut le commencer après 1480 ; il l'avait terminé avant la mort de Charles VIII, mais il ne cessa jusqu'à sa mort d'y ajouter des compléments qui y ont été introduits, sous forme de glose, par les éditeurs successifs3.

  • 4 Annotationes in Pandectarum libros, Gryphe, 1546, p. 557-560. H. Jacoubet, « Les poésies latines d (...)

5La repetitio était à l'époque le commentaire d'un texte qui permettait à un bachelier de faire preuve de sa virtuosité. La décrétale Raynutius avait été souvent choisie ; elle concerne les substitutions et permet toutes les subtilités, ce qui, rappelle-t-il, remplit si bien la bourse des consultants qu'elle a rapporté à Balde et à son frère plus de 20 000 ducats (II. 3, 7). Benoît commente chaque mot du texte et sa subtilité est telle qu’en quatre cents folios, il ne parvient qu'à commenter les deux premières phrases. A l’époque les deux droits sont confondus et Benoît, comme les canonistes, mêle le droit romain et le droit canonique, en restant toujours fidèle à la méthode bartoliste que Budé critique dans une page célèbre des Annotationes parues en 1508 : « Leur science est tout entière dans ces amas de livres sans lesquels ils ne sauraient que balbutier ; ils multiplient les sectes jusqu'à l'infini et leur triomphe est de citer des auteurs dont le nom obscur fait tout le crédit. Ils prennent le contre-pied des opinions communes, imaginent des chicanes de mot, tournent les lois les plus claires au point que les juges eux-mêmes se perdent dans ce dédale ». En écho, le toulousain Boyssoné, lié à Alciat, consacre une élégie à Benoît : Raynut, explique-t-il, avait froid ; Benoît le vêtit, mais le vêtement est mal cousu, plein de morceaux volés et si chacun était venu redemander sa pièce, il serait resté nu avec sa honte4.

  • 5 P. E. Viard, André Alciat (1492-1550), 1926, p. 139-164 ; L. Delaruelle, Guillaume Budé (1468-1540 (...)
  • 6 La nouvelle de Boccace (Décaméron, X, 10) était déjà connue de Philippe de Mézières qui la traduis (...)

6C'est bien l'impression que l'on a en abordant l'œuvre de Benoît. Tous les auteurs de questions, de répétitions, de traités, de conseils sont appelés en témoignage : Bartole, autre Pythagore (I. 208, 271), dont il possède l'édition (I. 47, 62), Guillaume de Cun, doctor noster tolosanus (I. 105, 27), Butrio, totius Italiae excellentior (I. 208, 269), Jean d'André, totius juris fundamentum, Salicet, familiaris veridicus (I. 189, 65), Oldrade, Zabarella, Bohic, Bellemère, Jean de Lignano, Jean dimoia, Pontanus, Panormitain, Paul de Castro, d'autres moins célèbres, Paul de Liazariis, Socinus, Accoltis, Barbatia, Jacques de Arena, Mathieu de Mathesilanis. Il utilise souvent le répertoire de Jean de Milis ; il cite à l’occasion ses contemporains, Jason de Mayno et Dèce (dont il connaît une consultation de 1487). La bibliothèque de Benoît n’était pas bien différente de celle d’Alciat, de Budé ou de Lizet5 ; mais sa curiosité s'étend à bien d'autres domaines. Les références à l'antiquité sont constantes ; il cite de longs passages de l'Enéide, d'Ovide et de Stace en y cherchant surtout des exemples propres à illustrer des principes moraux. Il en use de même avec les textes de l'ancien et du nouveau Testament ; il affirme en toute occasion le respect qu'il leur porte, même si ses commentaires sont parfois cocasses : quand il découvre, par exemple, que lors de l'Annonciation l'archange Gabriel a été le notaire, mediator et quasi notarius, qui a reçu le consentement de la Vierge (I. 131,15) ; ou encore, qu'après sa condamnation à mort, le Christ n'était pas incapable de tester puisqu'il nous a laissé son Testament (II. 97, 227). Il connaît Pétrarque et cite l'histoire de Griselidis (I. 143,102), exemple de la soumission que les femmes doivent à leur mari6. Il connaît aussi Pic de la Mirandole, alors dans tout l'éclat de sa gloire (II. 8, 30). Il en vient même à citer Galien (II. 113, 24) et disserte longuement sur les prodiges et les monstres, comme sur les emprunts de saint Jean et de saint Augustin à Platon (II. 100, 261).

7Une lecture plus attentive permet cependant de découvrir qu'après avoir sacrifié au désir d'éblouir ses étudiants et à la mode de l'Ecole, il revient toujours aux pratiques du Palais. Comme les avocats de l'époque, il allie une rhétorique conventionnelle aux réalités les plus actuelles. Il connaît fort bien les ordonnances royales et la jurisprudence des Parlements ; il allègue à bon escient Guillaume du Breuil, les actes de l’Assemblée de Vincennes de 1329, Guy Pape, Jean Faure, Jean Barbier et fréquemment Masuer. Alors que les bartolistes discouraient sur un texte en purs juristes et en dialecticiens et prétendaient tout ramener à l’unité, Benoît reconnaît la diversité des mœurs et des coutumes. Bien loin de faire de Justinien le législateur unique, il répète qu'il existe quatre époques du droit romain (I. 48, 76) : celle des Douze Tables, celle de l'Edit, celle du Digeste, la quatrième étant le jus novissimum que l'on applique en France avec la permission du roi.

  • 7 P. Ourliac et H. Gilles, p. 75 et p. 146 ; P. Ourliac, Droit romain et pratique méridionale, 1937, (...)

8De même, le droit de l'Eglise a varié : les prêtres arméniens se marient (III. 13, 160), le concile de Bâle a imposé de nouvelles règles (II. 64, 31 ; 136, 46). Une loi n'est d’ailleurs obligatoire que si elle est acceptée et l'Eglise perd son droit si elle n'en fait pas usage (I. 60, 225). Tandis que les romanistes concevaient le droit comme une science que seuls les docteurs pouvaient connaître et qu'ils cherchaient à dégager une commune opinion7 que la jurisprudence imposait de suivre, Benoît, comme d'ailleurs tous les canonistes, reconnaît la force de la coutume : la règle de droit a une « patrie », elle ne peut s'appliquer, selon la formule de Gratien, que par le consensus utentium. Il existe une église gallicane qui a ses libertés et ses privilèges ; il existe de même des villes ou des provinces qui ont leurs statuts et leurs usages, comme Toulouse ou Cahors ; il existe enfin un royaume de France et un duché d'Aquitaine qui ont leur coutume générale (I. 55,156) dont l'autorité est due à la fois à la tradition, à la patientia regis et à la volonté du peuple et l'emporte sur celle de simples statuts (I. 60, 225).

  • 8 Ch. Loyseau, Traité des seigneuries, éd. 1666 p. 11 : cf. Basdevant-Gaudemet, AUX origines de l'Eta (...)
  • 9 B. Guenee, « Etat et nation en France au Moyen Age », dans Revue historique, t. 237, 1967, p. 17-3 (...)

9Alors que Budé, de treize ans plus jeune que lui, se tourne vers l'antiquité et la philologie, Benoît, peut-être par ses habitudes de canoniste, revient toujours à l'histoire. Budé, comme tous les juristes du XVIe siècle, disserte sur la légitimité du pouvoir et sur la souveraineté royale ; dans le De Asse, paru en 1515, il critique Louis XII qui n’a pas su affirmer son autorité ; dans l'Institution au prince, écrite sans doute en 1518, il reconnaît en François Ier le monarque absolu : tout l'Etat est en lui et son pouvoir est l'œuvre de Dieu. Comme le dira plus tard Loyseau, la souveraineté est inséparable de l'Etat ; elle est la forme qui donne l’être à l'Etat8. Pour Benoît, à l'inverse, l'Etat avant d'être une construction de juristes est une nation ; la France est unie à son roi par son histoire, comme sont unis la tête et les membres ; cette union est faite d'une communauté d'origine et de croyance et elle réalise un corps mystique « où chacun est membre de l'autre »9.

  • 10 C. Beaune, Naissance de la nation France, 1985, livre auquel nous faisons de nombreux emprunts et (...)

10Le prince de Budé annonce l'époque moderne. Benoît est d'une autre génération, plus sensible aux légendes qu’à la critique ou à la raison ; il n'ignore pas l'Etat et les ressorts de l'autorité royale, mais, pour lui, l'Etat ne peut exister sans la nation qui lui confère l'existence et l'essence. Recherchant la naissance de la « nation France », Mme Colette Beaune a souvent rencontré Benoît ; surmontant l'ennui de ses commentaires, elle a été la première à en reconnaître l'intérêt10.

***

  • 11 Compendium de Francorum origine et gestis. L. Thuasne a édité les lettre de Gaguin précédées d'une (...)
  • 12 L'évêque de Saintes dut demander en 1473 la protection du pape contre le chapitre et les officiers (...)
  • 13 P. Imbart De La Tour, Les origines de la réforme, t. II, éd. 1946, p. 374 et spécialement la lettr (...)

11On s'est étonné de la part qui est donnée dans ces commentaires à l’histoire nationale. Benoît cite sans cesse Gaguin qu'il semble bien connaître. Il se réfère au Compendium qui a été imprimé en 149511 mais dont il possédait un manuscrit, sans doute des notes des cours qu'il avait pu suivre vers 1482 à la Faculté de Décret. Il emprunte à Gaguin qui en avait fait en 1485 le sujet d'un poème de nombreuses allusions à l'immaculée Conception (II. 6, 20). Alors qu'il se répand en confidences sur sa vie, il est étrangement silencieux sur ses séjours parisiens. Il a pu se lier avec Louis de Rochechouart, évêque de Saintes, qui réunissait chez lui de « doctes personnes » et dont le neveu fut son dernier élève à Cahors12. Il eut accès à la célèbre bibliothèque de Gaguin où il put trouver les nombreux livres d'histoire qu'il cite, les Annales, Nicolas de Lyre, l'Art de faulconnerie de Tardif, des traités d'héraldique et notamment le De Triumpho liliorum du dominicain Jean-Louis Vivald (I. 17, 85). Les cercles parisiens n'étaient guère accueillants aux inconnus. Erasme, en 1494, fut rebuté par l'Université ; on peut croire qu'il en fut de même de Benoît. Il ne connaissait pas le grec et son latin demeure scolastique ; il se tint toujours à l'écart des humanistes, mais il garde de son séjour parisien le sentiment d'une patrie française. Gaguin et ses familiers découvraient vers 1480 « qu'au-dessous du souverain, il n'y avait la nation, non seulement la France où ils vivent, mais celle que leurs pères ont faite, le foyer commun, la terre des ancêtres, la patrie »13.

12Benoît possède cette curiosité de l'histoire avec plus d'esprit critique que ses contemporains. Il collationne sur les registres du Parlement le texte des ordonnances royales qu’il cite et notamment de la Pragmatique Sanction (I. 45, 39-42) ; il disserte sur le rôle du garde des archives, connaît bien l'histoire récente de l'Eglise et sait que l'Assemblée de Bourges a modifié quelques canons du concile de Bâle (I. 61, 234) et que Louis XI a conclu un concordat avec Sixte IV (II. 65, 44). Il rappelle la jeunesse de Pie II (II. 133, 31), les révélations de sainte Brigitte (I. 64) ou l'hérésie des fraticelles (II. 136, 45). Il émaillé ses commentaires d’anecdotes tirées de l'histoire récente. A propos des coutumes de Toulouse, il rappelle l'expédition de Catalogne de Philippe III, sa mort près de Narbonne et le transfert de ses os à Saint-Denis (I. 95, 20). La répression de l'hérésie le conduit à rappeler la condamnation des Turlupins et d'un professeur de médecine à Toulouse en 1511 (II. 90,133). A propos de legs, il raconte, avant Bodin, l'histoire de Clémence Isaure et de la fondation des jeux floraux (II, 62, 12). Comme exemple de la malédiction qui s'attache à certains noms, il parle d’Olivier le Daim et de la faute des rois qui choisissent de mauvais conseillers (I. 5, 54). L'utilité du mariage lui donne l'occasion de rappeler l'origine méridionale d'Anne de Bretagne qui fait d'elle la « tutrice des toulousains » (II. 132, 24). Il ne paraît pas connaître le De Gestis Tholosanorum de Nicolas Bertrand, édité en 1515, mais, comme lui, il note les événements dont il a été le témoin. Les indications qu'il donne sur les origines romaines de Cahors sont pleines de bon sens (III. 16, 225).

13La meilleure place est toujours laissée à l'histoire royale. Des premières dynasties, il retient surtout l'incertitude de la loi successorale (I. 188, 206) et le mauvais usage qu’elles ont fait du pouvoir, le laissant aux maires du palais et aux « cubiculaires » (I. 18, 92). Déjà Dagobert est épargné tandis que les crimes de Chilpéric ou de Frédégonde sont longuement condamnés. Les Carolingiens sont souvent des bâtards (I. 58, 193), les fils de Louis le Pieux des impies (II. 113, 35). Seules émergent les figures de Clovis et de Charlemagne.

  • 14 C. Beaune, ouv. cit., p. 55-74, « Saint Clovis ». Si Benoît utilise beaucoup le traité de J.-L. Vi (...)

14Clovis a été consacré le jour de son baptême par l'Esprit Saint, comme les Evangiles attestent que le Christ l'a été (I. 119, 310). La colombe qui a apporté l'ampoule du sacre est un oiseau pieux qui désigne le meilleur et que Noé avait choisi. La légende déploie toute ses richesses : Clovis avait hérité de la beauté et de l'esprit de Pharamond ; par sa victoire sur les Allemands, il est devenu un nouveau Constantin, comme Clotilde est une nouvelle Hélène. Par saint Vaast et saint Rémy, c'est Dieu lui-même qui le guide ; il triomphe des Goths qui étaient hérétiques et, à Vouillé, tue de sa main Alaric ; il s'empare de Toulouse et de son trésor tandis que son fils occupait la Narbonnaise. A Tours, l'empereur de Constantinople le fait consul des Romains. Miraculeusement, il a reçu du ciel les lis d'azur et l’oriflamme de pourpre qui sont toujours les emblèmes du roi de France14. Clovis, comme tous ses successeurs, est rex francorum ; les Gaulois ont été appelés Francs par Valentinien parce qu'ils étaient, comme les Romains, des hommes libres ; ils ont recueilli l'héritage des Troyens qui étaient venus de Pannonie (II. 35, 39) ; ils sont courageux et violents, mais pieux ; leur peuple, suivant la prophétie d'Isaïe, allait dans la détresse, mais ils virent une grande lumière ; quand ils reçurent le baptême, Clovis a été désigné comme le roi très chrétien et il est velut quidam corporalis deus (II. 35, 39-44) : il règne non seulement sur une patrie mais sur des hommes libres.

  • 15 On ne sait quelle est l'origine de cette légende que Benoît ne rapporte d'ailleurs qu'avec des rés (...)

15Les descendants de Clovis ont, par leur bêtise, compromis son héritage qui a été relevé pour un temps par Charlemagne : il a fait renaître les lis, combattu l'hérésie, converti les Saxons, vaincu les Lombards et les Espagnols, fondé des églises, protégé les écoles (I. 2, 9), réformé les monastères (I. 64, 6), toujours défendu contre le pape les libertés de l'Eglise gallicane (II. 65, 42) et fondé Compostene en lui donnant le corps de saint Jacques pour qu'il marque, suivant la parole du Christ (Matthieu, XX, 20), le bout du monde chrétien (I. 66). Ainsi a été accompli le vers de Virgile : l'empereur est maître du monde pour l'éternité15.

16Les Capétiens sont les héritiers de Charlemagne. Benoît connaît bien leur histoire ; il sait qu'Hugues Capet a été désigné par les pairs de France qui, de même que les apôtres ont assuré la continuité de l'Eglise, maintiennent le royaume de Charlemagne (I. 84,185). Il connaît fort bien les faits et revient sans cesse sur l'histoire de saint Louis ou de Louis XI. Ses références sont toujours brèves et elles ont toutes le même but : il veut montrer la continuité de la dynastie ; ne peuvent régner que les descendants d'Hugues Capet jusqu'au millième degré, même s'il faut aller chercher le nouveau roi dans les branches d'Orléans ou de Bourbon (I. 50, 92).

17Parce qu'elle a maintenu la continuité de la dynastie, Jeanne d'Arc est associée à la sainteté du royaume ; elle a lutté contre les Anglais et tout dans sa mission prouve qu'elle était envoyée par Dieu. Elle a reconnu le roi et lui a rendu l'espoir ; elle avait l'esprit et la pudeur d'une femme, mais Dieu lui avait donné dans les combats une vaillance que ne peuvent avoir les femmes ; elle a reçu du roi, près de Tours (Tierbois n'est pas nommé), l'épée consacrée à sainte Catherine (I. 9,14) ; elle fut vendue aux Anglais et condamnée en signe de mépris pour la nation française (II. 90, 140), mais réhabilitée après un procès dont Benoît a pu voir les minutes dans la bibliothèque de Louis XII. Son innocence a été reconnue par l'Eglise et Dieu a chassé les Anglais du royaume, prouvant ainsi qu'ils n'y avaient aucun droit (II. 134,32).

  • 16 Benoît revient sans cesse en l'amplifiant sur la légende des lis : ils ont toutes les vertus, le p (...)

18Benoît lie d'ailleurs subtilement l’histoire de Jeanne d'Arc aux légendes qui exaltent la monarchie. Elle participe aux mystères des lis16. Sa dévotion bien connue à saint Michel est encore un signe de Dieu (I. 97, 34) ; il est le protecteur du royaume et le guide de ses armées ; après être venu au mont Gargano, il est apparu à saint Aubert en 709 à La Tombe et y est honoré ; il est, selon Daniel, le premier des archanges comme le roi de France et le premier des princes de la terre (I. 218, 47). Jeanne d'Arc croyait que le roi n'acquérait sa toute puissance que par le sacre ; pour Benoît la vertu héréditaire suffit ; reges jure sanguinis succedunt. Le royaume est symbolisé par la couronne qui, parce qu'elle est une sphère, ne peut être divisée (1.193,163).

  • 17 Le témoignage de Benoît (I. 72, 64) qui affirme avoir vu à Saint-Denis la couronne du sacre refait (...)
  • 18 B. Guenee (art. cité) écrit justement que « Jeanne d’Arc n'a pas eu à façonner une nation… mais à (...)
  • 19 Le traité de Terrevermeille, écrit en 1419, et appelé par Benoît Vinea ecclesiae n'a été édité qu' (...)
  • 20 C. Beaune, ouvr. cité, p. 264 ; « Histoire et politique : la recherche du texte de la loi salique (...)

19En opposant le jus sanguinis à la mystique de Reims qui était celle du peuple, Guillaume Benoît révèle bien ce qui fait son originalité : il demeure un homme du Moyen Age et croit au merveilleux, aux légendes, aux symboles qu'il charge de sens et d'idées : la forme de la couronne traduit l'indivisibilité de la souveraineté17 ; la légende royale établit la légitimité des Capétiens. Il reste aux juristes — et Benoît demeure profondément juriste et praticien — à construire l'Etat et à donner au roi les moyens d'exercer les pouvoirs qui lui sont reconnus18. Une repetitio n'est pas un traité mais une suite de gloses brèves ; toutes répondent au même but : établir la loi d'hérédité, affirmer les droits du roi dans le royaume et ses pouvoirs sur l'Eglise gallicane. Traitant du droit successoral, Benoît revient sans cesse sur la succession à la couronne. Il cite à quatre reprises le traité de Jean de Terrevermeille, Summus theologues ac jurista insignis, dont il développe les arguments. La « nature » interdit au roi de faire un testament car seule la coutume peut désigner l'héritier du royaume (I. 72, 64), sans que le roi puisse rien y retrancher ou y ajouter. Il en est du royaume comme d'un bénéfice ecclésiastique ou d'une dignité dont on ne peut disposer (I. 195,144-155 ; I. 82,160 ; II. 115, 50)19. La coutume, ajoute Benoît, a été reconnue par Martin V qui n'a pas voulu confirmer le traité de Troyes et par Dieu lui-même qui a voulu la victoire de Jeanne d'Arc. La règle de masculinité s'ajoute à la règle d'indisponibilité ; elle est différente et son antiquité la rend vénérable puisqu'elle remonte à la loi salique rédigée par les quatre chefs sicambres nommés dans le grand prologue et publiée en 409 ou 410 par Pharamond, descendant de Priam et premier roi des Francs. Benoît sait qu'il en existe plusieurs variantes : la loi s'applique aux alleux, c'est-à-dire aux terres appartenant à la couronne ; elle est appelée salique parce que les Gaulois qui l'adoptèrent usaient du sel comme condiment (I. 16, 73-79). Comme sources, Benoît cite Jacques de Bergame, Gaguin et le commentaire de Raymond Marlian sur César rédigé en 1475 ; il cite aussi un Fasciculus temporis qui n'est autre que les Grandes chroniques qu'il traduit même littéralement20. Il déploie son érudition mais dans une phrase laisse percer sa pensée : il insiste sur la vertu du sang capétien, il répète que primogenitus signifie non le fils aîné mais l'agnat le plus proche parce qu’écrivant vers 1495 il craint qu'à la mort de Charles VIII le royaume n'aille pas à Louis d'Orléans qui est son « protecteur » : Non posset Carolus VIII, rex noster modernus, testamentum facere de regno (I. 195,148).

***

  • 21 Benoît ne s’attarde ni sur les rapports du roi et de l'empereur (I. 68,17), ni sur la théorie des (...)

20Benoît, comme son contemporain Claude de Seyssel, est tout dévoué à Louis XII, mais il n'est pas comme lui un théoricien politique ; il ne cherche ni à définir un type de gouvernement idéal, ni même à donner une vue d'ensemble de l’administration. La monarchie est nécessaire car, comme le dit aussi Seyssel, le corps social ne peut avoir deux têtes (I. 69, 27). Les institutions d'autre part ne peuvent être que parfaite puisqu'elles sont voulues par Dieu (I. 97, 34). Le roi a la plénitude du pouvoir comme le pape qui par la décrétale Per venerabilem le reconnaît égal à lui (II. 11, 9 ; II. 36,43)21.

  • 22 Les deux anges gardiens du roi sont connus de E. Kantorowicz, Les deux corps du roi, éd. fr. 1989, (...)

21Le roi a deux natures, l'une humaine, l'autre divine, et, à ses côtés, deux anges gardiens, l'un pour sa personne, l'autre, qui ne peut être que saint Michel, pour conduire le royaume dans les voies de Dieu (I. 218, 44-46)22. Si les pouvoirs du roi viennent de Dieu, ils s'accomplissent sur la terre et Benoît les examine en juriste pointilleux. Le roi a le pouvoir de faire la loi : de authoritate juris pendei authoritas (I. 141, 30) ; il doit intervenir quand cela est nécessaire pour le bien commun (I. 141, 33)) et spécialement pour éclairer une question douteuse (I. 200,197). Il existe pourtant des coutumes du royaume ou des pays qui sont raisonnables et doivent être gardées (I. 55,155) car elles sont confirmées par la patientia principle, comme l'est aussi le droit romain (I. 61, 235). Ici, les développements paraissent fort embarrassés et il semble bien que Benoît ne parvienne pas à concevoir l'existence d'un pouvoir législatif ; il ne reconnaît au roi que le droit de rendre des « sentences », d’accorder des privilèges (I. 200, 197) ou de réformer les abus. Ce sont des privilèges qu'accorde le roi aux aubains en leur conférant la naturalité (I. 133, 493), aux bâtards en les légitimant (I. 58, 291), à des corps en reconnaissant leur existence (I. 117, 291). Le roi peut disposer des biens de ses sujets, mais seulement pour l'utilité commune (I. 141,33) ; il se comporterait en tyran s'il molestait les paysans (I. 121, 340) et les accablait de charges (I. 140, 25) ou s'il prétendait, sans raison, revenir sur les privilèges qu'il a accordés ou les contrats qu’il a conclus avec les provinces (I. 133, 499) ; consuetum dicitur quoddam innatum et legales dicunt quod vim pacti habet et pacto comparatur (I. 82,171).

  • 23 La Repetitio comporte de très nombreuses références aux traités du Président Lauret (1. 78,132) et (...)

22Quant au pouvoir judiciaire du roi, il y est à peine fait allusion. Il a, comme les Francs, le « zèle de la justice » (II. 82, 99) ; il est tenu par le droit des gens de maintenir l'ordre et la paix (I. 141, 29) car, selon l'épître de saint Jacques, c'est de la paix que naît la justice (II. 97, 228). Le roi a délégué son droit de juger à ses Parlements qui font corps avec lui et jouissent de la même dignité que lui (I. 75, 94)23.

  • 24 J.-L. Gazzaniga, « Jurisprudence du Parlement de Toulouse au XVe siècle », dans Annales de l'Un, d (...)

23Les affaires de l'Eglise ont à l’époque une grande importance et les Parlements doivent appliquer, comme ils appliquent les lois du roi, la Pragmatique qui d'ailleurs tient son autorité du concile de Bâle (II. 66, 47). Ils doivent assurer une bonne administration des biens d'Eglise et des fabriques, veiller aux exactions de la Cour romaine qui menacent de ruiner le royaume. Ils ont juridiction sur les clercs dans tous les cas où ceux-ci ne peuvent user de leur privilège (II. 64, 31-40). Benoît rappelle sans insister qu'en 1492 le Parlement avait enquêté à Toulouse sur les mœurs des chanoines de Saint-Etienne et des moines de la Daurade24. L'un des premiers, il expose clairement la procédure de l'appel comme d'abus (II. 66, 47). A l'époque la jurisprudence évoluait très vite ; la question essentielle est celle de la nomination aux bénéfices et Benoît marque bien ses hésitations dans la consultation qu'il dorme vers 1500 à Louis d'Amboise ; il n'ose pas dire que le roi peut lui conférer l'évêché d'Albi et lui conseille de demander aux chanoines de renoncer à leur droit d'élection et de s'adresser au pape pour obtenir une resignatio infavorem.

24Le désordre des commentaires de Benoît, leur forme rebutante a fait tort à leur qualités. Benoît n'était pas un grand esprit ; il est victime de son époque et fait figure de bartoliste attardé. Gaguin aurait pu penser à lui en écrivant en 1479 : « Rencontre-t-il (une nouveauté), il contracte ses narines et souffle vite dessus comme sur un esprit impur » (Epistolae, t. I, p. 285). Loin de Paris, sans doute écarté de l’Université de Toulouse, il vient à Cahors et se replie sur le passé. Au culte de la latinité et à l'italianisme des milieux parisiens, il préfère les vieilles méthodes et veut prouver leur valeur en exagérant leurs défauts ; il choisit la forme ancienne de la repetitio, hérisse ses commentaires de distinctions sans jamais aboutir à une conclusion nette ; il a pourtant l'esprit curieux et précis ; il est attentif à l'évolution sociale ou politique ; il connaît bien la condition des paysans ou la crise que subit la noblesse. L'ensemble peut donner l'impression d'un édifice désordonné, dont aucun architecte ne pourrait reconnaître le plan, mais les matériaux dont il est fait sont tous excellents. C'est même dans le choix de ces matériaux que l'on peut trouver la pensée qui guidait Benoît. Contre les lettrés qui, à Paris, ont soif de nouveauté et d'unité, il reste fidèle à la réalité d'une « patrie française », à la fois religieuse et juridique, prouvée par ses légendes, ses dogmes, ses libertés, ses héros et ses saints.

25Quant à la qualité des matériaux ainsi réunis, elle apparaît dans le nombre et la diversité des emprunts qu'a subis Benoît. Après lui viendront les théoriciens politiques qui, le plus souvent sans le citer, utiliseront son livre pour justifier leurs thèses.

  • 25 Ferrault n'était pas toulousain mais angevin et procureur fiscal au Mans. Dans une additici, Benoî (...)

26Jean Ferrault et Charles de Grassaille énuméreront comme lui les droits qu'ils reconnaissent au roi. Ferrault se borne à les recenser sans rien ajouter de son cru. Grassaille développe tout ce que Benoît avait dit de l’onction royale, des lis, de l'oriflamme ; tout au plus fait-il plus nettement du roi le vicaire de Dieu et reprend-il à Lucas de Penna l'image du mariage mystique du roi et de la couronne. Grégoire de Toulouse qui écrit vers 1580, légiste au service du roi, cite souvent Benoît ; il lui emprunte sa méthode et reprend surtout ses thèses gallicanes25.

27On a retenu ces influences pour faire de Benoît l'un des inpirateurs de l'absolutisme professé par une prétendue « école de Toulouse » ; mais plus encore que les défenseurs de l’absolutisme ce sont les libéraux qui lui empruntent leurs meilleurs arguments historiques. Hotman, Théodore de Bèze l'ont certainement connu ; il est possible que ce soit par Jean de Coras qui fut à Toulouse, vers 1533, l'élève et l'ami de Boyssoné. Il écrivit à La Rochelle, en janvier 1569, après avoir précipitamment quitté Toulouse, une Question politique où l'on retrouve les idées familières à Benoît. En mettant bout à bout ses gloses, il illustre les mérites d'une monarchie tempérée. Comme lui et comme aussi les monarchomaques, Benoît n'admet le pouvoir du roi que limité par la loi (I. 141, 30). Il cite Isidore de Séville pour prouver que le roi très chrétien, plus encore que les autres rois, perd ce nom s’il vient à pécher : reges a recte agendo vocati sunt (I. 21, 114) ; il devient un tyran s'il moleste ses sujets, s'il est simple d'esprit ou efféminé et le royaume doit lui être enlevé (I. 142, 40-56). Comme le dit le psalmiste : Nolite confidere in principibus nec in filiis hominum (II. 140, 74). Même l'état de nature est invoqué : à l'origine la multitude n’a choisi un roi que pour maintenir l'ordre et l'équité (I. 141, 30-36).

  • 26 Jean de Coras, Question politique : s'il est licite aux sujets de capituler avec le prince ? éd. R (...)

28A la question que pose Coras « s’il est licite aux subjets de capituler avec leur prince », il donne la même réponse que Benoît : le roi est lié par les contrats qu'il a conclus ; avec les pays de Languedoc il s'est engagé trois fois, à garder les formes des procédures accoutumées, à nommer toujours un gouverneur de son sang, enfin à ne pas demander des tailles ou des aides sans consulter les Etats ; ce sont les privilèges de la province qui a toujours été fidèle parce qu'ils étaient respectés (I. 133, 498). Comme Coras, Benoît fait l'éloge des pairs qui soutiennent la couronne (I. 84, 185) et rappelle que les réformes du royaume ont été imposées par les Etats de Tours (I. 86, 206). En revanche, Coras se garde de toute allusion au serment du sacre, mais déjà Benoît avait marqué ses réticences en ne reconnaissant à ce serment d'autre effet que d'imposer au roi de maintenir les libertés gallicanes et l'intégrité du domaine (I. 84,180 ; II. 66, 49)26.

  • 27 J.-L. Thireau, Charles Du Moulin (1500-1566) ; Etude sur les sources, la méthode, les idées politi (...)

29On sait enfin l'importance que Du Moulin donnait aux origines franques de la monarchie et aux libertés gallicanes ; il reprend, surtout dans ses premiers écrits, des passages de Benoît ; comme lui, il considère, en se référant à l'admonitio de Louis le Pieux, que le Parlement est une pars corporis principis ; il peut interpréter la loi et tenir en échec les lettres de grâce du roi ; les conseillers sont à la fois des sénateurs romains et des « libres francs » des plaids carolingiens. La monarchie est limitée par des coutumes qui sont à l'œuvre de la nation et qui fixent à jamais la dévolution de la couronne27.

30Les lourds commentaires de Benoît doivent ainsi de survivre au XVIe siècle à l'instinct populaire et national qui les inspire. L'autorité du roi se justifie par l'histoire et non par une vue abstraite de la souveraineté qu'allaient imposer quelques années plus tard les humanistes qui, tels Budé ou Alciat, font resurgir l'idée romaine d’Etat, de sa toute-puissance et de sa raison supérieure. Pour Benoît, la royauté était une institution nécessaire mais elle n’absorbait pas les libertés traditionnelles des provinces, des villes, des ordres ou des compagnies judiciaires dont elle devait seulement discipliner et coordonner l’action.

Notes

1 L'œuvre eut à Lyon au moins six éditions au XVIe siècle : chez Jean Rémy en 1523, chez S. Gryphe et S. Vincent en 1526, chez D. Hardy en 1529, chez Jean Fullon en 1562, enfin chez B. Vincent en 1575 et 1582. Nous utilisons cette dernière : Guliel. Benedidi i. c. darissimi repetitio in cap. Raynutius, extra de testamento, 4 vol. 1582,1.I, 236 fol. ; t. II, 146 fol. ; t. III, 54 fol. ; t. IV, Index et continuatio (d'Et. Ranchin, élève de Cujas et professeur à Montpellier vers 1580). Chaque mot ou groupe de mots de la décrétale appelle un commentaire, souvent de plusieurs centaines de paragraphes numérotés. Nous adoptons le mode de citation le plus simple en indiquant le tome, le folio et le numéro du paragraphe. Benoît raconte sa vie avec complaisance et toujours en donnant des dates précises : sa naissance, I. 218, 36 ; I. 215,10 ; sa tonsure, III. 5, 45 ; ses études, I. 81,152 ; II. 91,153 ; sa venue à Cahors, 1.127, 420 ; II. 91, 155 ; ses étudiants, I. 218, 39 ; I. 96, 24 ; II. 3, 8 ; son séjour à Bordeaux, III. 45. Il eut deux fils, Talabard qui lui succède dans sa chaire et Raymond, chanoine de Cahors. Cf. P. Ourliac et H. Gilles, Histoire du droit et des institutions de l'Eglise en Occident, t. XIII, La période post-classique ; les sources, 1971, p. 106 ; E. Dufour, Etudes historiques sur le Quercy, 1864 ; F. Vindry, Les parlementaires français au XVIe siècle, t. II, 1912, p. 178 ; Ch. Samaran, « Les étudiants de l’Université de Cahors à la fin du XVe siècle », dans Annales du Midi, 1910, p. 349 ; G. Boyer, « La faculté de droit de l'Université de Toulouse », dans Mélanges d'histoire du droit occidental, 1962, p. 68-94.

2 Ils sont nommés dans l'épître liminaire due à Claude Feydeau et datée de 1520. La consultation donnée à Louis d'Amboise est reprise t. III, fol. 27.

3 Dans le texte il cite toujours Charles VIII comme « roi régnant » ; au contraire les passages où Louis XII est cité sont toujours mentionnés comme des additions (par exemple, 1.13, 46). De telles additions concernent une ordonnance de juin 1499 (I. 88, 39). Le président Lauret, mort en 1495, est cité comme vivant, I. 78, 132 ; I. 229, 33 ; mais il était mort quand a été écrit le tome II (II. 64, 35). Le président Morhlon, mort avant 1497 vit encore (I. 232, 33). Un arrêt de mars 1486 a été rendu « il y a moins de dix ans » (I. 106, 341). La dernière addition due à Benoît mentionne un arrêt de 1514 (II. 84,54).

4 Annotationes in Pandectarum libros, Gryphe, 1546, p. 557-560. H. Jacoubet, « Les poésies latines de Jehan de Boyssoné », dans Ann. de l’Un, de Grenoble, 1929, n. 61. Boyssoné avait sans doute quelques griefs contre Benoît ; son oncle avait voulu en 1507 se faire nommer au Parlement mais avait été écarté pour avoit commis des faux : cf. Arch. dép. H.G. B. 10, fol. 413 ; B 13, fol. 467 et 719 ; B 14, fol. 15 et 32 ; fol. 50 et 55. Boyssoné devait faire école : Taisand (La vie des plus illustres jurisconsultes, éd. 1721, p. 67) reproche à Benoît son « ostentation d'une science vague et peu digérée ». Denys Simon (Nouvelle bibliothèque du droit, 1695,1, p. 44), tout en disant de son commentaire qu'on aurait tout aussi bien pu faire venir tout le droit sur les mots du Pater, reconnaît qu’on « a depuis lui bien peu d'auteurs de sa force ».

5 P. E. Viard, André Alciat (1492-1550), 1926, p. 139-164 ; L. Delaruelle, Guillaume Budé (1468-1540), 1907, p. 58-91. cf. F. Autrand, « Les librairies des gens du Parlement au temps de Charles VI », dans Annales E.S.C., 1973, p. 1219-1244.

6 La nouvelle de Boccace (Décaméron, X, 10) était déjà connue de Philippe de Mézières qui la traduisit en français : E. Golenistche-Koutouzoff, L'histoire de Griselidis en France aux XIVe et XVe siècles, 1933.

7 P. Ourliac et H. Gilles, p. 75 et p. 146 ; P. Ourliac, Droit romain et pratique méridionale, 1937, p. 45-52.

8 Ch. Loyseau, Traité des seigneuries, éd. 1666 p. 11 : cf. Basdevant-Gaudemet, AUX origines de l'Etat moderne : Charles Loyseau (1564-1627), 1977, p. 120 (qui, comme Benoît, trouve le signe de la souveraineté dans « le cercle de la couronne »). Cl. Bontemps, « L'institution du prince de Guillaume Budé », dans Le prince dans la France des XVIe et XVIIe siècles, 1965, p. 1-143.

9 B. Guenee, « Etat et nation en France au Moyen Age », dans Revue historique, t. 237, 1967, p. 17-30 ; et « L'histoire de l'Etat en France à la fin du Moyen Age vue par les historiens Français depuis cent ans », dans Rev. hist., t. 232,1964, p. 351.

10 C. Beaune, Naissance de la nation France, 1985, livre auquel nous faisons de nombreux emprunts et qui nous a fait découvrir Guillaume Benoît.

11 Compendium de Francorum origine et gestis. L. Thuasne a édité les lettre de Gaguin précédées d'une substantielle biographie, 3 vol. 1885, réimpr. 1977 ; cf. spéc. t. I, p. 117. Gaguin meurt en 1501 à l'âge de 58 ans ; sur lui, M. Schmidt-Chazan « Histoire du sentiment national chez R. G. », dans B. Guenee, Le métier d'historien au moyen âge, Paris, 1977, p. 233-310 ; A. Renaudet, Préréforme et humanisme à Paris pendant la première guerre d'Italie, 2e éd. 1935. Sur la conception de l'histoire science auxiliaire du droit, B. Guenee, Histoire de la culture historique dans l'Occident médiéval, Paris, 1980, p. 314.

12 L'évêque de Saintes dut demander en 1473 la protection du pape contre le chapitre et les officiers royaux : Arch. nat. X la 4814, fol. 248.

13 P. Imbart De La Tour, Les origines de la réforme, t. II, éd. 1946, p. 374 et spécialement la lettre de Gaguin à Ferrabouc. Benoît rapporte qu'à Cahors tout le monde parle français que l’on ne comprenait pas quelques années plus tôt.

14 C. Beaune, ouv. cit., p. 55-74, « Saint Clovis ». Si Benoît utilise beaucoup le traité de J.-L. Vivald, il fait aussi état des traditions locales ; pour la légende de l'« or de Toulouse », I. 17. 73-91. Les vicissitudes du bras de saint Denis sont rapportées, d'après Gaguin, au petit-fils de Dagobert, I. 85,63.

15 On ne sait quelle est l'origine de cette légende que Benoît ne rapporte d'ailleurs qu'avec des réserves en l'empruntant à un Fasciculum temporis (I. fol. 6 v°. Gaguin était allé en Castille (Epistolae, 1.I, p. 185) dont l'hostilité à la France l'avait frappé. Cette hostilité paraît très nette a la fin du XVe siècle : A. Rucquoi, « L’image de la France en Castille au XVe siècle», dans Journal des savants, 1990, p. 155-174. cf. également J. Monfrin, « Charlemagne au XVe siècle », dans Ann. Bull. soc. Hist, de France, 1960-65.

16 Benoît revient sans cesse en l'amplifiant sur la légende des lis : ils ont toutes les vertus, le parfum, la droiture, la sagesse, la simplicité ; ils sont au nombre de trois pour magnifier la majesté du roi qui, à l'image de la Trinité, possède la mémoire, l'intelligence et la volonté (I. 17, 85-89). Benoît emprunte beaucoup à Vivald, mais il semble avoir une autre source ; comme dans le Songe du Verger, les lis seraient venus du ciel sous la forme de crapauds (M. Bloch, Les rois thaumaturges, Paris, 1924, p. 253). La description de l’écu royal est l'occasion d'exalter les couleurs royales, le rouge de l'oriflamme qui est la couleur du feu, le bleu qui est la couleur céleste et établit la seigneurie du roi sur tous les princes de la terre (I. 22, 115) ; quant à l’or, il prouve la force et la souplesse du roi (I. 19, 105). La comparaison avec le saphir revient souvent. Le miracle des écrouelles rapporté à Clovis n’est rappelé en revanche qu'avec réticence : creditur reges virtutes curandi accepisse (I. 17, 86). La même réserve se retrouve chez Jean Ferrault.

17 Le témoignage de Benoît (I. 72, 64) qui affirme avoir vu à Saint-Denis la couronne du sacre refaite par Philippe le Bel et remise à l'abbé Mathieu par Louis X, à côté de la couronne de la reine, a été souvent allégué : C. Beaune, ouvr. cite, p. 114.

18 B. Guenee (art. cité) écrit justement que « Jeanne d’Arc n'a pas eu à façonner une nation… mais à la mener vers un prince. C'est le même rôle qu'assumeront les juristes vers 1480. On ne peut affirmer au contraire qu'« au commencement était l'Etat » : cf. K. F. Werner, « Les nations et le sentiment national dans l'Europe médiévale », dans Rev. hist., t. 244, 1970, p. 285-304 ; R. Fedou, L'Etat au moyen âge, Paris, 1971 ; M. Pacaut, Les structures politiques de l'Occident médiéval, Paris, 1969.

19 Le traité de Terrevermeille, écrit en 1419, et appelé par Benoît Vinea ecclesiae n'a été édité qu'en 1526. Les citations (le plus souvent au liv. III, conci. 16 à 18) correspondent bien aux divisions reprises par cette edition : cf. Jean Barbey, La fonction royale : essence et légitimité, 1983. Il est certain que Benoît (cité, p. 381) possédait un manuscrit du traité et a beaucoup contribué à sa diffusion.

20 C. Beaune, ouvr. cité, p. 264 ; « Histoire et politique : la recherche du texte de la loi salique de 1350 à 1450 », dans Actes du 104e congrès des Soc. savantes, 1981, p. 25-35. Cf. Les grandes chroniques de France, éd. Viard, t. I, p. 18, spécialement le passage sur « Priam ».

21 Benoît ne s’attarde ni sur les rapports du roi et de l'empereur (I. 68,17), ni sur la théorie des deux glaives (I. 65,20). Il rappelle la donation de Constantin sans connaître les critiques dont elle était l'objet (I. 64, 3). Le royaume est un alleu qui ne peut être vassal du pape auquel le roi ne doit qu'une « filiale obéissance » (I. 44, 31). Beaucoup plus intéressante est Inapplication faite au roi des formules qui, pour les canonistes de la fin du XVe siècle, exprimaient la souveraineté du pape : comme le pape, le roi a une puissance « ronde », peut décider non factum pro facto (I. 133, 498), sans cependant aller contre le droit naturel et modifier l'état du royaume ; il peut être ministre d’équité en concédant des lettres de grâce. Le « statut de l'Eglise » est, croyons-nous, le modèle de la théorie des lois fondamentales du royaume : P. Ouruac, Etudes d’histoire du droit médiéval, 1979, p. 553-565.

22 Les deux anges gardiens du roi sont connus de E. Kantorowicz, Les deux corps du roi, éd. fr. 1989, p. 304 et n. 357, qui l'attribue à Grassaille et la date de 1558. La phrase de Grassaille est littéralement reprise de Benoît et sera copiée par Grégoire de Toulouse.

23 La Repetitio comporte de très nombreuses références aux traités du Président Lauret (1. 78,132) et à Auffreri. Benoît souhaite l'inamovibilité des officiers (I. 12, 39) mais perçoit les premières traces de la vénalité : A. Viala, Le Parlement de Toulouse et l'administration royale laïque (1450-1525), 1953, t. I, p. 298.

24 J.-L. Gazzaniga, « Jurisprudence du Parlement de Toulouse au XVe siècle », dans Annales de l'Un, de Toulouse, t. 19, 1971, p. 298-409 ; G. Boyer, « Note sur la jurisprudence toulousaine en matière de privilegium fori » dans Mélanges Paul Fournier, 1929, p. 25-40.

25 Ferrault n'était pas toulousain mais angevin et procureur fiscal au Mans. Dans une additici, Benoît cite son traité, De juribus et privilegiis Francorum regis (II. 36,45) et, d'après lui, un arrêt de 1399 ; il s'agit donc du même traité que les Insigna pecularia qui se trouvent dans les Opera omnia de Du Moulin, éd. 1625, t. III, col. 1913-1925. Un traite de Ferrault aurait été imprimé en 1521 et une édition de 1545 est utilisée par J. Pouzol, « J. F. on the King's privilege», dans Studies in the Renaissance, 1958, p. 15. Les Regalium Franciae libri duo de Grassaille ont été édités en 1528 à Lyon chez Simon Vincent et, de nouveau, en 1645. Grassaille est, vers 1552, conseiller au présidial de Carcassonne. Sur Grégoire, C. Collot, L’école doctrinale de droit public de Pont-à-Mousson, 1965, et Jougla, Les doctrines politiques de G. de Toulouse, 1899. Grassaille et Ferrault ont été tirés de l'oubli par G. Hanotaux, Etudes historiques sur le XVe et le XVIIe siècle, 1886, p. 1-35, qui a voulu les rattacher à une « école de Toulouse », ce qui a été justement critiqué par A. Viala, ouvr. cité, p. 287-298. On sait l'influence de Grégoire sur Althusius, remarquée par P. Mesnard, L’essor de la philosophie politique, éd. 1951, p. 613. Althusius critique Grégoire là où il s'écarte de Benoît ; celui-ci n'a certes pas conçu une « démocratie corporative » mais par ce qu'il dit du peuple et des corps il en fournit les éléments. L'enthousiasme de Gierke, qui reprend toutes les thèses des canonistes du XVe siècle, pour Althusius est d'ailleurs assez révélateur.

26 Jean de Coras, Question politique : s'il est licite aux sujets de capituler avec le prince ? éd. R.M. Kingdom, 1989. Sur Hotman, D.R. Kelley, François Hotman a Revolutionary's Ordeal, Princeton, 1973 ; R.E. Giesey, « When and why Hotman wrote the Francogallia » dans Bibliothèque d'humanisme et Renaissance, 1967, p. 581-611.

27 J.-L. Thireau, Charles Du Moulin (1500-1566) ; Etude sur les sources, la méthode, les idées politiques et économiques d'un juriste de la Renaissance, Genève, 1980. Dans son Traité sur l'origine, progrès et excellence du royaume (dédié à Jeanne d’Albret), éd. 1612, t. III, col. 541-592, Du Moulin ne cite que Gaguin et Balde. Il cite Benoît dans ses œuvres antérieures : In cons. Paris, no 104 (t. III, col. 2274) ; constila no LVI (t. III, col. 2530).

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search