Version classiqueVersion mobile

Papauté, monachisme et théories politiques. Volume I

 | 
Pierre Guichard
, 
Marie-Thérèse Lorcin
, 
Jean-Michel Poisson
, 
et al.

La papauté : L'institution et les relations avec l'État

Papauté d’Avignon et État Moderne

Bernard Guillemain

Texte intégral

  • 1 B. Guenee, L'Occident aux XIVe et XVe siècle. Les Etats, Paris, 1971, p. 63-66 « Nouvelle Clio ».

1Il peut sembler paradoxal de comparer la papauté du XIVe siècle à la constitution de l'« Etat moderne », telle qu'on peut l'observer à partir de la fin du XIIIe siècle. Autorité à vocation universelle, n'entre-t-elle pas, comme l'Empire, dans une période d'impuissance et de déclin, alors que les royaumes et les principautés se veulent maîtres chez eux1 ? N'est-elle pas confinée dans un rôle spirituel qui ne manque pas d'ailleurs d'être contesté si elle heurte de front les ambitions d'un Philippe le Bel, d’un Henri VII ou d'un Louis de Bavière ou qu'elle se discrédite en se divisant au temps du Grand Schisme d'Occident ?

  • 2 R. Fedou, L'Etat au Moyen Age, Paris, 1971, p. 197, voit en Charlemagne le fondateur de l'Etat médi (...)

2Il convient tout de suite de laisser de côté la théocratie ; elle n'a pas de moyens d'expression autres que des revendications idéologiques et des sanctions canoniques. Mais c’est en tant que tête du corps ecclésial, c’est-à-dire de cet ensemble d'institutions et de personnes qui sont vouées au service de Dieu, qu’elle mérite d'être confrontée à la description de ce que l’on considère comme l'« Etat moderne »2. Si celui-ci est défini par la souveraineté, par une armature administrative, par la fiscalité, alors le rapprochement mérite l'examen.

  • 3 Gregorii VII Registrum, t. II, fasc I, p. 202-208, Epistolae Selectae, éd. E. Caspar, MGH, Berlin, (...)
  • 4 Patrologie Latine, t. 214, col. 275, lettre 316 (27 avril 1198).
  • 5 Les registres de Clément IV (1265-1268), par E. Jordan, le fase., Paris, 1893, no 212 (Bibl. des Ec (...)
  • 6 G. Mollat, La collation des bénéfices ecclésiastiques sous les papes d'Avignon (1305-1378), Paris, (...)

3Grégoire VII affirme clairement avant la fin du XIe siècle, dans ses Dictatus papae, la maîtrise de l'évêque de Rome sur l'Eglise, pour laquelle il revendique la liberté à l’égard des pouvoirs laïcs : « seul, il peut déposer ou absoudre les évêques (III). Seul, il peut, selon l'opportunité, établir de nouvelles lois, réunir de nouveaux peuples, transformer une collégiale en abbaye et vice versa, diviser un évêché riche et unir des évêchés pauvres (VII). Il est le seul dont le nom soit prononcé dans toutes les églises (X). Il lui est permis de transférer les évêques d'un siège à un autre selon la nécessité (XIII). Aucun texte canonique n'existe en dehors de son autorité (XVII). Les « causes majeures » de n'importe quelle église doivent être portées devant lui (XXI) »3. C'était un programme, le but à atteindre. Les successeurs de Grégoire VII ne s'en départirent pas. Innocent III répéta que « la Sainte Eglise romaine, instituée et fondée par Notre Seigneur Jésus-Christ par l'entremise du Bienheureux Pierre, fut mise en possession de l'autorité sur toutes les Eglises »4. Quatre conciles œucuméniques furent convoqués au Latran dont le pape promulgua les canons. Tirant les conséquences ultimes de sa « plenitudo potestatis », Clément IV posait, dans la bulle Licet ecclesiarum de 1265 : « Au su de tout le monde, la disposition plénière des églises, dignités et autres bénéfices ecclésiastiques appartient au pontife romain, en sorte qu'il peut non seulement les conférer de droit lorsqu'ils sont vacants, mais qu’il a le pouvoir d’attribuer un droit sur eux pour le jour où ils seront vacants »5. Les réserves particulières et les réserves générales de bénéfices constituèrent l'application du principe, sans cesse étendue jusqu’à ce que Grégoire XI se réservât, sa vie durant, toutes les églises patriarcales, archiépiscopales, épiscopales et tous les monastères d'hommes, quels que fussent leurs revenus et les causes de leur vacance6. L'autorité a un fondement idéologique.

4De même que les rois gouvernent avec un conseil, les papes sont assistés par le collège des cardinaux. Les uns et les autres y appellent qui ils veulent, mais ils ne parviennent ni à s'affranchir complètement de la pression de leurs familles, ni à écarter des interventions extérieures, ni à éviter la formation de clans qui représentent des tendances et des intérêts différents. C'est dans ces assemblées restreintes que les enjeux politiques sont débattus. Les choix sont d'autant plus graves dans l'Eglise romaine que ce sont les cardinaux qui élisent le souverain. Sans la mise en minorité des Italiens et la prépondérance accordée aux sujets du roi de France, qu'ils fussent de langue d’oc ou de langue d'oïl, en sorte que des papes français se succédèrent, le long séjour à Avignon et l'importance prioritaire accordée aux affaires du royaume de France et aussi à l'exploitation de son Eglise ne se comprennent pas.

  • 7 Parmi les réunions scientifiques consacrées à la genèse de l'Etat moderne, une table ronde a été or (...)
  • 8 L. Caillet, La Papauté d'Avignon et l'Eglise de France. La politique bénéficiale du pape Jean XXII (...)
  • 9 Ces suppliques ont été entrées en ordinateur de sorte qu'elles peuvent être soumises à des interrog (...)
  • 10 B. guillemain, La cour pontificale d'Avignon. 1309-1376. Etude d'une société, Paris, 1962, p. 446 ( (...)

5La multiplication des occasions d'intervenir dans le fonctionnement de l'Eglise a suscité le perfectionnement de l'administration. C'est bien l'une des composantes nécessaires de l'Etat moderne7. Les bureaucrates se détachent peu à peu de la domesticité. Les principaux « officiales » restent des « familiares papae » mais leur spécialisation les sépare du personnel de l'Hôtel. Un nombre croissant d’actes est enregistré de façon à former des archives. La chancellerie de Jean XXII conserve la trace de quelque 60 000 lettres dites communes qui reflètent la gestion gouvernementale courante, tandis que les lettres de curie correspondent plutôt à une action réglementaire et que les lettres secrètes traitent les questions politiques, sans qu'une exacte démarcation puisse être établie. Entre 1316 et 1334, Jean XXII intervient dans l'attribution de 1332 bénéfices majeurs et 30 223 bénéfices mineurs8. Encore ne copie-t-on point les promesses (grâces expectatives) « in forma pauperum » ou « communi », comme jetées en pâture aux quémandeurs qui doivent s'évertuer à arracher à un collateur la provision d’un bénéfice vacant. A partir de Clément VI (1342-1352), les suppliques qui ont été acceptées par le pape sont enregistrées elles aussi. Pour les quatre premières années d’Urbain V, leur nombre dépasse 20 0009. La Chambre apostolique s'occupe des finances ; le camérier et le trésorier apparaissent comme les principaux collaborateurs des papes ; ils résident dans le palais avec leurs clercs, alors que les équipes de scribes travaillent dans la livrée du cardinal vice-chancelier ou dans leurs propres logements. Recettes et dépenses (Introitus et Exitus) obligations et versements des débiteurs de la Chambre (Obligationes et solutiones), comptes des collecteurs installés à travers les pays chrétiens (Collectorie), correspondance du camérier font l'objet de documents distincts, rangés par séries. Un réseau de circonscriptions — les collectories — perçoit les fonds que les contribuables versent : selon un système qui est commun à toutes les administrations financières, de nombreuses dépenses sont effectuées sur place et seuls les revenants-bons sont versés par les percepteurs locaux à la caisse centrale. Les causes qui remontent jusqu'au pape en première instance et en appel, de plus en plus nombreuses, sont orientées vers des tribunaux différents : le consistoire, tout comme le conseil d'un prince, garde la faculté de connaître lui-même de certains procès, mais il est devenu nécessaire d'apprécier la recevabilité des recours grâce à l'audience des lettres contredites et de distribuer les affaires entre les tribunaux cardinalices, saisis cas par cas, et surtout, pour tout ce qui regarde les bénéfices dans l'attribution desquels le pape est intervenu, l'audience des causes du Palais apostolique qui est communément appelée après 1330 le tribunal de la Rote. Des juristes, gradués des Universités, peuplent ces instances. Au total, gens de plume, de comptes et de justice représentent la moitié du personnel curial, soit de 250 à 300 personnes, en forte majorité de condition cléricale10.

  • 11 Histoire d'Avignon, Aix-en-Provence, 1979, p. 175-254.

6Les bureaux ont besoin de stabilité. La multiplication des affaires à traiter ne peut pas s'accommoder de déplacements continuels. L'on n'imagine plus qu'un pape suspende le cours de sa justice comme Clément V l'avait décrété à Poitiers le 12 août 1308 en attendant qu'il arrive à Avignon au début de l'année suivante, avant d’ouvrir le concile général à Vienne. Solliciteurs, justiciables, prélats en visite sans parler des princes et de leurs envoyés qui ont, eux, la faculté de poursuivre le chef de l'Eglise d'étape en étape doivent trouver sans hésitation les interlocuteurs qui recevront leurs suppliques, instruiront leurs différends, encaisseront leurs taxes. Et ces fonctionnaires ne sont pas susceptibles de déménager sans cesse en emportant leurs coffres d'archives. L'efficacité du travail suscite l'installation en un lieu déterminé. Du jour où Jean XXII décide de fixer la curie à Avignon, en 1316, aussitôt après avoir été élu à Lyon, il donne à la papauté la capitale administrative qui correspond précisément à l'évolution de ses institutions. La protection du comte de Provence, vassal de l'Eglise romaine pour le royaume de Sicile et seigneur de la ville, puis l'acquisition de celle-ci par Clément VI en 1348 garantissent la tranquillité qui ne s'accommoderait pas d'une domination juridique étrangère. Le palais, peu à peu édifié, assure la sécurité du souverain et lui procure le fastueux décor nécessaire. L'afflux des « cortesani », attirés par l'établissement de 500 curialistes, de près d’un millier de serviteurs des cardinaux, des familles qui les accompagnent, d'autant plus nombreux que beaucoup de ces hommes sont des laïcs mariés, transforme Avignon en une ville de constructeurs, d'artisans, de commerçants, de banquiers, de manutentionnaires aussi, qui lui donnent une population d’au moins 30 000 habitants stables et la stature d'un grand centre urbain. La papauté a engendré une capitale11.

  • 12 Y. renouard, Les relations des paves d'Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 1316 (...)
  • 13 C. Samaran et G. Mollat, La fiscalité pontificale au XIVe siècle, Paris, 1905, p. 11-68 (Bibl. des (...)
  • 14 D'après Y. Renouard, op. cit., Tableau A, entre p. 32 et 33.
  • 15 Ibid. p. 356.

7Le volume des revenus encaissés par la Chambre qui varie de 180 000 florins (sous Clément VI) à 500 000 (sous Grégoire XI), sans faire entrer en ligne de compte les recettes dépensées à travers la chrétienté par les collecteurs, élève la Papauté, — même si son bilan est inférieur à celui du roi de France ou du roi d'Angleterre —, au rang d'un Etat de finance12. Les sources de la fiscalité sont complexes : les unes sont anciennes comme les revenus des domaines de l'Eglise romaine, les cens des royaumes vassaux et des établissements protégés, le denier de Saint-Pierre ; d’autres répondent à la nécessité de financements extraordinaires (décimes, subsides caritatifs) ; d'autres, perçus occasionnellement au XIIIe siècle, deviennent des recettes ordinaires (droit de dépouille, procurations, vacants) ; d'autres correspondent aux taxes levées sur les bénéficiaires d'actes pontificaux (droits de chancellerie) ; les plus lucratifs résultent de l'exploitation de la politique bénéficiale : services communs que versent les prélats dans la désignation desquels le pape est intervenu, annates, exigées pour la première fois en 1306 dans les Eglises d'Angleterre et d'Ecosse de la part des titulaires de bénéfices mineurs réservés, puis réclamées sur une échelle de plus en plus grande13. Une partie des recettes est partagée entre le trésor apostolique et la caisse des cardinaux. La perception de nombreux impôts est effectuée sur place par les collecteurs, qui ne créditent Avignon que des revenants-bons. Une certaine confusion dans la classification des entrées dans le trésor achève de rendre impossible le chiffrage exact de chaque catégorie de revenus. Vue du palais, après tous les prélèvements subis, la fiscalité doit aux services communs des entrées allant de 30 000 à 50 000 florins, aux versements des collecteurs, enregistrés à part depuis Clément VI, 68 000 ou 58 000 florins alors que la bulle ne rapporte que de 2 500 à 10 000 florins ; seul le produit des cens et des droits de visite, — autre aspect d'une fiscalité ancienne —, se tient entre 22 000 et 54 000 florins. Les services acquittés par les évêques et les abbés représentent ainsi 13,6 % des recettes sous Jean XXII, 18,3 % sous Benoît XII, 26,5 % sous Clément VI, 17,7 % sous Innocent VI et les envois des collecteurs 36 % sous Clément VI, 22,4 % sous Innocent VI14. Si l'on considère le montant des recettes encaissées par le trésor apostolique, l'on s'aperçoit qu'après avoir atteint le chiffre important de 228 000 florins en moyenne annuelle sous Jean XXII, il se stabilise autour de 166 000 — 188 500 florins sous les deux règnes suivants (1334-1352), qu'il s'élève rapidement à plus de 250 000 florins sous Innocent VI et Urbain V avant de connaître son sommet au temps de Grégoire XI (1370-1378) : 481 000 florins de la Chambre au moins. Les ponctions fiscales, même accrues, ne suffisent pas, en réalité, à répondre aux besoins. L'emprunt est devenu indispensable : le monnayage des objets précieux conservés au palais n'est que d'un médiocre secours ; la Papauté se tourne vers tous ceux qui, de bon gré ou non, peuvent lui avancer de l'argent : les cardinaux, les officiers de la cour, les prélats en visite, les princes, les banquiers avec lesquels elle est en relations. Jusqu'à la fin du règne d'innocent VI (1362), bien que les réserves soient épuisées, le recours aux hommes d'affaires est encore timide. Il ne devient notable qu'avec Grégoire XI qui leur emprunte 133 000 florins15. Une trésorerie aux abois, c'est le spectacle que les rois et les princes donnent également. La recherche constante de ressources accrues, l'épuisement des réserves, l'appel aux prêteurs qui caractérisent l'Etat de finance naissant s’expliquent par la nécessité de financer les guerres.

  • 16 P. Contamine, La guerre au Moyen Age, Paris, 1980, p. 237-238 « Nouvelle Clio ».
  • 17 Les différentes phases de la politique de reconquête menée à partir de Jean XXII sont retracées par (...)
  • 18 Y. Renouard, op. cit., p. 169-185.
  • 19 Ibid., p. 260-257.

8Au XIVe siècle, les conflits armés se multiplient16, mais surtout ils revêtent une dimension nouvelle. Ce sont des royaumes mieux contrôlés par les souverains, des principautés subordonnées à un chef ou à des institutions centrales puissantes qui se battent. La Papauté est entraînée dans l'engrenage puisqu'exilée à Avignon, elle sait bien que sa vocation est d'être à Rome mais que, pour cela, elle doit reconquérir ses Etats d'Italie centrale qui, tout comme la cité de Saint Pierre, lui ont échappé17. Y. Renouard a dressé le tableau des envois de fonds effectués aux représentants de la Papauté en Italie. 2 480 000 florins ont été adressés d'Avignon entre 1321 et 1334 au légat, le cardinal Bertrand du Pouget, et au recteur de la Marche d'Ancône, soit grâce aux transferts opérés par des banquiers florentins, soit par des clercs chargés de transporter des sommes qui peuvent atteindre 100 000 florins. D'autre part, la plupart des recettes collectées en Italie ont été mises directement à la disposition du légat ou du recteur résidant à Macerata18. C'est sans doute une bonne moitié des recettes apostoliques que Jean XXII a consacrée au paiement des mercenaires engagés pour combattre les Visconti de Milan, leurs alliés gibelins et les seigneurs de Romagne. L'effort fut vain ; la Lombardie ne fut pas maîtrisée et la constitution d'un royaume dans le nord de l'Italie, qu'aurait pu gouverner Jean de Luxembourg, échoua. Clément VI reprit les opérations en 1350-51 avec Astorge de Dufort en Romagne : il lui fit remettre 184 500 florins par de petites compagnies financières de Toscane et 15 000 florins provenant de Florence et de Venise19. Ces sommes ne représentèrent tout de même que 9,8 % des dépenses de la Chambre, mais, sous Innocent VI, les débours pour la guerre se haussèrent à 40 %.

  • 20 Ibid., p. 257-275.
  • 21 Ibid., p. 330-344.

9La stratégie était toute différente : au lieu de pacifier la Haute Italie pour reprendre ensuite sans risque le contrôle des provinces pontificales, c'est du Patrimoine de Saint-Pierre que débute la reconquête des Etats de l'Eglise : le légat, le cardinal castillan Albornoz, nommé le 30 juin 1353, entre en campagne à la fin de l'année et soumet successivement le Patrimoine, le duché de Spolète, la marche d’Ancône. Il utilise les compagnies d’aventure. Il remporte d'éclatants succès. Mais ses besoins sont considérables : par l'intermédiaire de petits banquiers, car les grandes sociétés ont disparu, grâce à des particuliers qui se rendent en Italie, en se servant de personnages ou de cités comme Venise qui ont des dettes envers elle et enfin en affectant directement au légat des recettes de collectories, la Chambre procure près de 800 000 florins20. Atténuées sous Urbain V, les dépenses guerrières subissent une croissance vertigineuse sous Grégoire XI qui leur consacre près d'un million de florins (41,60 % de ses dépenses). Il lui faut recommencer les opérations contre les Visconti et faire face à la révolte de Florence qui, sous ses huit saints entraîne une partie des Etats de l'Eglise21. Depuis plus de vingt ans, la Papauté est endettée. C'est le sort des Etats dont les desseins, qui ont pris une ampleur auparavant inconnue, ne sont pas soutenus par des ressources suffisantes, qui, pourtant, dans le système pontifical, ont atteint une diversité et une régularité remarquables.

10Dotée des instruments que l’on reconnaît nécessaires à la construction d'un Etat de type moderne, la Papauté ne paraît pas néanmoins en offrir la consistance.

  • 22 Les principaux travaux consacrés aux Etats de l'Eglise inspirent les copieux développements de G. M (...)
  • 23 Y. Renouard, op. cit., p. 24-25.

11Son autorité territoriale s'étend sur une série de provinces, en Italie centrale d'une part, et sur la rive orientale du Rhône d’autre part. C'est précisément sur ces territoires qui lui donnent une assiette géographique que se manifeste le plus la faiblesse de son gouvernement22. Les recteurs qu'elle envoie, mal choisis parmi des compatriotes du pontife, peu scrupuleux dans l'exercice de leurs charges, se heurtent aux feudataires, aux établissements exempts, aux communes qui trouvent tous les moyens possibles de négliger leurs obligations. Les recettes recueillies par les trésoriers sont loin d'être négligeables, mais les paiements effectués sur place ne permettent de transférer à la Chambre que des revenants-bons qui sont dérisoires quand il faut prélever les soldes des mercenaires. Le petit Comtat-Venaissin, qui jouit de la paix, verse autant, à l'époque de Jean XXII, que l'ensemble des terres italiennes de l'Eglise23. Surtout, l'agitation y est endémique. Les rivalités des grandes familles nobles, des villes entretiennent l'insécurité. L'attribution de vicariats pontificaux n'est souvent que la reconnaissance de pouvoirs établis. Les Vico s'emploient à réunir des seigneuries urbaines dans le Patrimoine de Saint-Pierre. Bologne est un enjeu constamment disputé entre les légats et les Visconti. A Rome, la sénatorerie pontificale ne représente guère qu'un mot : la puissance est livrée aux lignages aristocratiques, inexpugnables dans leurs châteaux de la Ville et de la campagne. La descente de l'empereur Louis de Bavière bafoue Jean XXII en 1328. L'aventure de Colo di Rienzo à la fin du printemps et durant l'été de 1347, exaltée par les souvenirs glorieux de l’antiquité et par les rêves d'un nouvel âge, manifesta de façon éclatante l’incapacité du pape à épouser la vocation de sa capitale spirituelle. Albornoz comprit bien que l'incohérence administrative des provinces privait le pape de toute sécurité temporelle ; les constitutions qu’il promulgua en 1357 au Parlement de Fano pour la marche d'Ancône esquissaient des institutions mieux rattachées à l'Eglise romaine, insistaient sur l’unité de la législation, mais ne touchaient pas aux statuts des villes. Le retour manqué d'Urbain V, la révolte de Pérouse (1370-1371), le ralliement des principales cités des Etats de l'Eglise à la cause de Florence (1376) attestent la fragilité et la vétusté des structures territoriales.

12En réalité la centralisation de l'Eglise est appliquée à l'ensemble des institutions entre lesquelles le clergé se répartit. Elle embrasse un ordre de la société qui vit au milieu des populations. Elle surmonte les frontières des royaumes, des principautés, des seigneuries ; elle n'a de limite que celle atteinte par l'expansion du christianisme latin. La population qu'elle régente a un droit propre, le droit canon, que Clément V et Jean XXII ont continué d'enrichir. Les juridictions ecclésiastiques l'appliquent. Les revenus sont fournis presque exclusivement par les gens d'Eglise qui détiennent des bénéfices ; seuls, les cens des royaumes vassaux, le denier de Saint-Pierre, des dons et legs associent les laïcs à la fortune de la Papauté. C'est le service de la Chrétienté, une communauté fondée sur l'unité de foi, qui pourrait justifier un commandement supérieur à toutes les divisions politiques. Mais la croisade, qui n'est jamais oubliée, dégénère en médiocres entreprises. Le rassemblement des forces de l'Europe chrétienne s'avère impraticable. Paradoxalement, les sommes levées sur les bénéfices de toutes origines au nom de la « plénitude de puissance » du pape servent à financer la reconquête et la police des Etats territoriaux d'un prince italien.

  • 24 G. Barraclough, La Papauté au Moyen Age, Paris, 1970, p. 160-164.
  • 25 B. Guenee, L'Occident au XIVe siècle et XVe siècles. Les Etats, op. cit., p. 237-242.

13Le système du gouvernement pontifical est battu en brèche24. Les royaumes d'Angleterre et de Triname cessent d'acquitter leur cens vassalique. Les rois, les princes, qui construisent peu à peu leurs propres Etats, souverains, administratifs, financiers, en commençant par l'Europe du Nord-Ouest depuis les années 1280 tolèrent malaisément que les Eglises de leurs territoires échappent à leur contrôle25 : l'Angleterre donne l'exemple, qui empêche l'introduction des bénéficiers pourvus par le pape et réduit les prélèvements fiscaux réclamés par lui. La France n'est docile qu'en apparence : ses juristes proclament les droits du roi et étendent la compétence de ses tribunaux ; le pape, qui a besoin d'elle, concède à son roi des décimes et autres taxes ecclésiastiques. Là où existe une opposition idéologique ou politique, que ce soit dans les pays allemands qui reconnaissent Louis de Bavière ou dans les cités gibelines, le régime avignonnais ne fonctionne pas.

14La constitution des Etats entraîne la reconnaissance d'Eglises « nationales », qui sont incompatibles avec l'œcuménisme d'une unique Eglise pontificale. Si, dans les nouvelles méthodes de gouvernement un dialogue s’engage entre gouvernés et gouvernants, cette confrontation n’existe pas dans l’Eglise romaine ; les conciles généraux auraient pu jouer ce rôle : après celui de Vienne (1311-1312), il n'y en eut pas de tout le XIVe siècle. Ce sont au contraire des représentants du clergé, premier ordre de la société, qui sont convoqués par les rois pour figurer dans les assemblées où l'on approuve les décisions du souverain, mais où l'on discute de l'impôt, où on légifère et où on propose même des réformes.

  • 26 C'est en marge des ouvrages classiques de M. Pacaut que j'ai voulu placer cette contribution. « L’a (...)

15La Papauté a effectivement utilisé un appareil « moderne » de gouvernement entre la fin du XIIIe siècle et l'ouverture du Grand Schisme, mais elle ne pouvait que traverser les projets des Etats « nationaux », et soulever la contestation sur le bien-fondé de ses prétentions. La longue crise qui la secoua, et avec elle l'Eglise entière, de 1378 jusqu'au milieu du XVe siècle, ruina la construction, à bien des égards remarquable, que les papes d'Avignon avaient cherché à dresser26.

Notes

1 B. Guenee, L'Occident aux XIVe et XVe siècle. Les Etats, Paris, 1971, p. 63-66 « Nouvelle Clio ».

2 R. Fedou, L'Etat au Moyen Age, Paris, 1971, p. 197, voit en Charlemagne le fondateur de l'Etat médiéval, intégrant la vassalité, fondant la cité terrestre dans la cité de Dieu. Ce n'est effectivement pas l'« Etat moderne » (Suggestif article de J.-P. Genet, L'Etat est né au XIVe siècle, dans Le Monde du 6 avril 1980).

3 Gregorii VII Registrum, t. II, fasc I, p. 202-208, Epistolae Selectae, éd. E. Caspar, MGH, Berlin, 1920.

4 Patrologie Latine, t. 214, col. 275, lettre 316 (27 avril 1198).

5 Les registres de Clément IV (1265-1268), par E. Jordan, le fase., Paris, 1893, no 212 (Bibl. des Ecoles françaises d'Athènes et de Rome, 2e série), cité par M. Pacaut, Histoire de la Papauté. De l'origine au concile de Trente, Paris, 1976, p. 243.

6 G. Mollat, La collation des bénéfices ecclésiastiques sous les papes d'Avignon (1305-1378), Paris, 1921.

7 Parmi les réunions scientifiques consacrées à la genèse de l'Etat moderne, une table ronde a été organisée du 22 au 24 janvier 1988 à Avignon sur le thème : « Aux origines de l'Etat moderne : le fonctionnement administratif de la papauté d'Avignon ». (Collection de l'Ecole française de Rome, 138,1990).

8 L. Caillet, La Papauté d'Avignon et l'Eglise de France. La politique bénéficiale du pape Jean XXII en France (1316-1334), Paris, 1975, p. 33.

9 Ces suppliques ont été entrées en ordinateur de sorte qu'elles peuvent être soumises à des interrogations multiples. L’équipe qui a accompli ce travail siège aux archives départementales de Vaucluse, au Palais des papes. A. Μ. Hayez, qui la dirige, a tiré plusieurs articles de ces dépouillements ainsi que de l'édition des Lettres communes. Voir par exemple : « Le diocèse de Narbonne et la politique bénéficiale d’Urbain V (1362-1370) » dans Bulletin philologique et historique, année 1981, p. 29-50 ; ou « Les rotuli présentés au pape Urbain V durant la première année de son pontificat », dans Mélanges de l'Ecole française de Rome. Moyen Age - Temps modernes, t. 96, 1984, p. 327-394. Il est souhaitable que ce fonds documentaire remarquable soit utilisé par de nombreux chercheurs.

10 B. guillemain, La cour pontificale d'Avignon. 1309-1376. Etude d'une société, Paris, 1962, p. 446 (Bibliothèque des Ecoles françaises d'Athènes et de Rome, fasc. 201).

11 Histoire d'Avignon, Aix-en-Provence, 1979, p. 175-254.

12 Y. renouard, Les relations des paves d'Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 1316 à 1378. Paris, 1941, p. 36-37 (Bibl. des Ecoles françaises d'Athènes et de Rome, fasc. 151).

13 C. Samaran et G. Mollat, La fiscalité pontificale au XIVe siècle, Paris, 1905, p. 11-68 (Bibl. des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome, fasc. 96).

14 D'après Y. Renouard, op. cit., Tableau A, entre p. 32 et 33.

15 Ibid. p. 356.

16 P. Contamine, La guerre au Moyen Age, Paris, 1980, p. 237-238 « Nouvelle Clio ».

17 Les différentes phases de la politique de reconquête menée à partir de Jean XXII sont retracées par G. Mollat, Les papes d'Avignon. Paris, 1965, 10e édition, p. 156-282.

18 Y. Renouard, op. cit., p. 169-185.

19 Ibid., p. 260-257.

20 Ibid., p. 257-275.

21 Ibid., p. 330-344.

22 Les principaux travaux consacrés aux Etats de l'Eglise inspirent les copieux développements de G. Mollat, op. cit., p. 220-282.

23 Y. Renouard, op. cit., p. 24-25.

24 G. Barraclough, La Papauté au Moyen Age, Paris, 1970, p. 160-164.

25 B. Guenee, L'Occident au XIVe siècle et XVe siècles. Les Etats, op. cit., p. 237-242.

26 C'est en marge des ouvrages classiques de M. Pacaut que j'ai voulu placer cette contribution. « L’affermissement de l'idée d'Etat » qui fait barrage aux prétentions théocratiques, est exposé dans La théocratie. L’Eglise et le pouvoir au Moyen-Age, Paris, 1957, p. 198-210. La période avignonnaise fait l'objet des pages 276-310 de l'Histoire de la Papauté, des origines au concile de Trente, Paris, 1976, qui reprend les preuves de l'« inefficacité » des interventions pontificales après avoir décrit l'organisation mise en place à Avignon. C'est sur les traits « modernes » de cet appareil gouvernemental que j'essaie de mettre l'accent.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search