Version classiqueVersion mobile

Les Débuts du syndicalisme féminin chrétien en France

 | 
Joceline Chabot

Conclusion

Texte intégral

1Les syndicats féminins chrétiens qui naissent et se développent à la fin du XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle représentent, sans conteste, un mouvement original dans l’histoire du syndicalisme français. Co-fondateurs de la Confédération française des travailleurs chrétiens, ils participent en effet de manière considérable à son essor durant près de vingt ans. Pourtant, au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, ils disparaissent brusquement, rayés des structures de la Confédération, en même temps que deux de leurs principales dirigeantes sont exclues, à vie, de l’organisation syndicale pour collaboration. De cette dissolution, personne ne dit mot, tout le monde y consent. Aucune discussion ne fait suite à la décision prise par le Bureau confédéral provisoire et il est enjoint aux syndiquées de se regrouper au sein des syndicats et fédérations qui seront désormais mixtes.

2Pourtant, en 1938, le nombre de syndiquées adhérentes à la CFTC se situe autour de 85 500 et la majorité d’entre elles sont regroupées au sein des organisations féminines. Les effectifs globaux de la Confédération s’élèvent alors à 380 000 adhérents et les femmes représentent près de 23 % des membres de la centrale. Même si ce pourcentage semble en régression par rapport à 1919, à la veille de la Deuxième Guerre, les syndiquées demeurent une force réelle au sein de la centrale chrétienne. Celle-ci est d’ailleurs perceptible lorsqu’on étudie l’histoire du militantisme féminin chrétien durant l’entre-deux-guerres. Les Maria Bardot, Eugénie Beeckmans, Marcelle Berdin, Marie-Louise Danguy, Jeanne Graff, Marguerite Lafeuille et Madeleine Tribolati, pour ne nommer que celles-là, nous paraissent à ce titre tout à fait représentative du dynamisme qui anime les organisations féminines durant cette période. Le portrait que nous avons tracé de ces militantes rend compte non seulement de leur présence active dans les plus hautes instances décisionnelles de la CFTC mais témoigne également des qualités d’organisatrices et de propagandistes qu’elles ont développé au fil d’un parcours qui est aussi celui du long apprentissage d’une culture, celle de la vie militante.

3Ces militantes incarnent d’ailleurs une certaine image du féminisme chrétien marqué par une spiritualité combattante. « Syndiquées apôtres » et « propagandistes idéales », elles affirment ainsi la légitimité de leur rôle et de leur place au sein du mouvement syndical chrétien. La réflexion qu’elles exercent sur leur pratique syndicale les amène à interroger le sens de leur engagement. Nous avons montré que ce questionnement, à la fois complexe et évolutif, interroge tout autant l’action syndicale que l’organisation du monde du travail ou le rôle et la place des femmes dans la société contemporaine, mettant ainsi en relief les rapports que tous ces paramètres entretiennent entre eux. Ainsi, à travers la formation militante, mais aussi à partir de l’organisation et de l’action collective, le syndicalisme féminin chrétien tend à façonner une identité collective basée sur l’expérience commune de la vie militante magnifiée à travers le modèle de la parfaite propagandiste. Ce modèle commun, qui favorise la fusion des membres du groupe et contribue, par le fait même, à la construction de cette identité collective, donne également naissance à un sentiment de fraternité et de solidarité entre les militantes. C’est pourquoi ces dernières associent volontiers le syndicat à la famille. Il y a, de toute évidence, un processus d’identification affective au groupe, puisque le syndicat non seulement incarne une communauté regroupée autour d’un objectif commun mais représente également une famille, c’est-à-dire une cellule animée par les relations affectives tissées entre ses membres. Par ailleurs, il faut rappeler qu’en définissant leur militantisme comme une vocation au service d’un idéal qui les dépasse, les militantes confèrent à celui-ci un caractère respectable en accord avec leurs valeurs et leur foi. Dans une société basée sur des rapports sociaux de sexe inégalitaires, les syndicats féminins, en tant qu’organisations autonomes, offrent aux femmes qui s’engagent dans l’action militante un cadre qui leur permet d’échapper aux contraintes sociales imposées à leur sexe.

4Le mouvement syndical féminin chrétien procède d’un mode d’organisation qui a favorisé le développement d’une culture particulière mais, faut-il le rappeler, aucune culture n’est immuable. Nous avons vu comment celle-ci s’est transformée à travers un processus dynamique qui a composé et recomposé l’identité collective du syndicalisme féminin chrétien. En 1944, la dissolution des organisations féminines sonne le glas non seulement des structures autonomes, dont se sont dotées au fil des décennies les militantes chrétiennes, mais également celui du syndicalisme féminin chrétien comme groupe identitaire. En fait, on assiste alors à la désintégration d’une culture qui possédait suffisamment de cohérence pour pousser les militantes chrétiennes à maintenir l’unité et l’autonomie du groupe. Cette culture s’inspirait certes de la tradition issue de Rerum Novarum mais insistait également sur l’expérience collective. C’est ainsi qu’un processus identitaire s’est élaboré à travers l’articulation d’un discours et de pratiques qui ont produit, de façon relativement autonome, le sens d’une action collective. Mais pour les militantes qui rejoignent les rangs de la CFTC après 1944, tout est à reconstruire.

5À compter du moment où le mouvement syndical féminin chrétien est effacé de l’histoire officielle de la CFTC, n’est-ce pas un héritage complexe qui disparaît en son entier, privant les nouvelles générations de militantes d’un passé, mais surtout d’une histoire originale, d’une référence qui a eu indéniablement son sens et sa raison d’être dans un contexte autre que le nôtre, et dont il est d’autant plus pertinent de questionner l’influence, aujourd’hui encore, que ces traces ont été enfouies ?

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search