Version classiqueVersion mobile

Les Débuts du syndicalisme féminin chrétien en France

 | 
Joceline Chabot

Quatrième partie. Des bouleversements de 1936 à la dissolution des syndicats féminins chrétiens en 1944

Chapitre III. Le futur n’est pas simple : le mouvement syndical féminin remis en question (1937-1939)

Texte intégral

1Il nous faut maintenant examiner l’ensemble des problèmes organisationnels auxquels sont confrontés les syndicats féminins jusqu’à 1939. Il semble que le mouvement enclenché à partir de 1936 en faveur du regroupement des éléments féminins et masculins au sein des mêmes syndicats reçoit l’appui d’un nombre important de militants chrétiens. Par ailleurs, il faut s’interroger à savoir si l’instauration des commissions féminines sur le plan local, régional et confédéral ne constitue pas le prélude à une fusion complète des syndicats féminins et masculins. En effet, si la guerre vient retarder ce processus, en 1944, le Bureau confédéral, usant du règlement élaboré en 1937, reconstitue les commissions féminines et supprime les syndicats féminins.

2N’anticipons pas sur les événements à venir car, lors du congrès annuel de l’Union centrale en juin 1937, les militantes sont fières de célébrer l’avènement de la nouvelle fédération unifiée. C’est Marcelle Berdin, présidente de la Commission féminine, qui présente le rapport sur l’unification des deux fédérations. De prime abord voilà un choix pour le moins étonnant. En effet, cette militante n’a jamais occupé de fonction au sein des fédérations féminines. Mais il nous semble significatif que ce soit la présidente de la Commission féminine et non pas une représentante de la nouvelle Union – on peut penser à Marguerite Lafeuille ou Jeanne Aubert – qui vienne présenter aux déléguées réunies en congrès les nouveaux statuts de la fédération unifiée. Puisqu’elle n’a jamais milité dans l’une ou l’autre des deux fédérations féminines, Berdin semble tout à fait neutre par rapport à la question de la fusion. N’oublions pas que celle-ci n’a pas été sans susciter des tensions chez les militantes engagées depuis longtemps dans l’action syndicale. Mais le choix de Berdin ne tient peut-être pas seulement à sa neutralité. Ne peut-on voir dans l’intervention de Berdin les manifestations des jeux de pouvoir qui sont à l’œuvre au sein du mouvement syndical féminin depuis les événements de 1936 ? En se plaçant pour ainsi dire au-dessus de la mêlée, la présidente de la Commission féminine confédérale ne confère-t-elle pas à son poste une place et un rôle particuliers par rapport aux dirigeantes de la fédération féminine ? La documentation nous manque pour répondre de façon certaine à ces questions. Néanmoins, on peut émettre certaines hypothèses compte tenu de ce que nous savons des problèmes liés à la réorganisation du mouvement féminin au sein de la CFTC.

  • 1 APGT. Procès-verbal de la réunion du Bureau confédéral, 21 mars 1937.

3Depuis les événements de 1936, la Commission féminine confédérale occupe une place particulière dans la CFTC. Nous avons déjà présenté le nouveau mandat qui lui a été attribué par le Bureau confédéral. Rappelons que la Commission féminine coordonne l’ensemble des actions menées par les commissions féminines locales et régionales. Dans cette perspective, la Commission présidée par Marcelle Berdin incarne Tune des deux instances unificatrices des forces féminines au sein de la CFTC, l’autre étant bien sûr l’Union centrale des syndicats féminins. Cependant, avec l’avènement de structures issues du développement des syndicats mixtes (chambres syndicales mixtes, commissions féminines) dont le contrôle échappe à la fédération féminine, c’est désormais la Commission féminine confédérale qui réunit et ordonne sur le plan local et régional l’ensemble des forces nouvelles nées des événements récents. Mais comme le constate le président de la CFTC, Jules Zirnheld, lors d’une réunion du Bureau confédéral, la confusion subsiste tout de même et cela au moins pour deux raisons. Premièrement, à propos de l’organisation du mouvement syndical féminin lui-même et, deuxièmement, en ce qui concerne les rapports des syndicats féminins avec la fédération féminine et avec la Commission féminine confédérale1. Autrement dit, le partage des attributions et des responsabilités ainsi que les rapports entre la Commission féminine et l’Union centrale ne sont pas toujours clairement compris par les syndiquées. Il n’en demeure pas moins que c’est à la Commission féminine confédérale qu’est confiée la tâche de coordonner l’ensemble des forces féminines chrétiennes au sein de la CFTC.

  • 2 Ibid.
  • 3 Ibid.

4Le rôle de coordination dévolu à la Commission n’est pas négligeable puisqu’il lui est attribué au moment même où de nombreuses personnes critiquent le manque d’unité et de cohérence des organisations féminines traditionnelles. C’est ce que reconnaît implicitement Marguerite Lafeuille, secrétaire de l’Union centrale, lors de la réunion du B.C. en précisant que « les organisations féminines désirent elles aussi une organisation rationnelle du mouvement féminin »2. Voilà ce qui constitue précisément l’une des forces de la Commission féminine : elle échappe aux tendances particularistes issues de l’évolution propre à chacune des fédérations féminines. De ce point de vue, la Commission peut effectivement prétendre défendre les intérêts supérieurs de l’ensemble du mouvement syndical chrétien. Au-delà des règlements et des statuts dont nous avons par ailleurs montré le manque de clarté, la Commission féminine joue un rôle important en ce qui concerne les questions féminines (par exemple les questions salariales). Mais ce n’est qu’une partie de sa tâche. En réalité, sans se substituer à l’Union centrale des syndicats féminins (elle ne possède pas les mêmes statuts), la Commission féminine occupe un créneau original qui la distingue de cette dernière : elle fait un travail de coordination mais elle veille aussi à l’établissement de rapports harmonieux entre les forces féminines et masculines réunies au sein de la centrale chrétienne. C’est ce que reconnaissent les membres du Bureau confédéral en affirmant que désormais « [...] la Commission Féminine Confédérale [...] sera la responsable du mouvement féminin devant la CFTC »3. À notre avis, c’est ce qui permet à la présidente, Marcelle Berdin, de jouer un rôle de premier plan lors du congrès d’unification en 1937.

  • 4 Syndicalisme, n18, juill. 1937.
  • 5 Ibid.

5Cette mise en contexte permet d’analyser l’intervention de Berdin dans le cadre du congrès de 1937. Comme nous l’avons vu précédemment, Berdin profite des circonstances pour exposer aux déléguées le rôle et le fonctionnement des nouvelles structures créées suite à la fusion. Mais son intervention porte également sur deux autres questions relatives au mode de fonctionnement des organisations féminines. Premièrement, elle insiste auprès des déléguées sur la nécessité d’obtenir leur loyale collaboration afin que les nouvelles structures fonctionnent le mieux possible4. Cet appel formulé par la présidente constitue-t-il une pure formalité en conclusion d’un discours par ailleurs optimiste quant à l’avenir de la fédération féminine ? Ou alors s’agit-il d’un mot d’ordre destiné à mobiliser les militantes de la base placées devant le fait accompli ? La question mérite d’être posée, d’autant que le rapport de Berdin n’est suivi d’aucune intervention de la part des déléguées. Effectivement, le président de la séance, Charlemagne Broutin, militant de la CFTC, demande expressément « qu’en raison de l’heure, aucune discussion ne soit entamée sur cette question et que chacun applique loyalement les mesures proposées »5. Intervention d’autant plus étonnante que les syndiquées de la base n’ont pas été consultées à propos de la réorganisation du mouvement syndical féminin. Le congrès annuel ne constitue-t-il pas le moment idéal pour mesurer la perception des adhérentes quant à l’union des organisations féminines ? En réalité, la décision de fusionner les deux fédérations, de créer les commissions féminines et d’autoriser les chambres syndicales mixtes a été prise par le BC et les adhérentes ont été mises devant le fait accompli. De fait, il n’est pas dit que les syndiquées soient très enthousiastes à l’idée de travailler au sein de nouvelles structures où elles sont représentées au prorata de leurs membres ce qui, dans les faits, les place souvent en minorité par rapport à leurs collègues masculins. Dans ce contexte, il est possible que les déléguées au congrès n’approuvent pas unanimement les décisions de leur direction. Qui sait ? L’intervention de Broutin vise peut-être moins à mettre un terme à une journée déjà longue qu’à couper court à un débat où des voix discordantes auraient pu se faire entendre. Quoi qu’il en soit, il semble que l’on ne fasse pas grand cas de l’avis des déléguées représentant les membres de la base du mouvement syndical féminin.

  • 6 « Les gens de maison s’organisent », Syndicalisme, 2e année, no 19, août 1937.
  • 7 Ibid.

6Deuxième composante de l’intervention de Berdin, la réaffirmation devant les déléguées de la règle acceptée par tous, à savoir que les syndicats séparés demeurent la norme au sein de la CFTC. Pourtant, malgré cette affirmation, le mouvement en faveur de la constitution d’organisations mixtes semble désormais lancé. Effectivement, au moment même où Berdin prononce son discours, les syndicats féminins et masculins des gens de maison réunis en congrès constitutif votent en faveur de leur regroupement au sein d’une seule et même fédération6. Précisons que les syndicats féminins des gens de maison étaient déjà regroupés au sein d’une fédération féminine. Mais leurs collègues masculins ne possédaient pas d’union fédérative. La création de cette nouvelle organisation fait donc disparaître la fédération féminine au profit d’une structure qui, selon le délégué permanent des syndicats masculins, un dénommé Aubé « [doit] donner plus de force et d’activité au mouvement syndical des gens de Maison7 ». Les effectifs des syndicats masculins sont nettement inférieurs à ceux des syndicats féminins, il semble donc que ce soit les premiers qui profitent de l’union fédérative. Il est possible que les syndicats féminins bénéficient eux aussi des avantages d’une fédération regroupant un plus grand nombre d’organisations, notamment lorsqu’il s’agit de négocier en vue de conventions collectives. En revanche, une chose est certaine : ils y perdent une partie de leur autonomie organisationnelle. Les militantes des syndicats féminins semblent d’ailleurs conscientes de cette situation. À preuve, elles n’hésitent pas à aménager à leur profit les services offerts par la fédération mixte.

  • 8 APGT. Dossier « Gens de maison ».
  • 9 Ibid.

7C’est ce que l’on constate à la lecture d’une note rédigée par le secrétaire général de la CFTC, Gaston Tessier, sur les problèmes de fonctionnement au sein de la nouvelle Fédération des gens de maison8. Résumons brièvement la situation. En 1938, soit un an après son engagement à la Fédération des gens de maison à titre de permanent appointé des syndicats masculins, Aubé se plaint de ne pas recevoir les ressources financières suffisantes pour le bon fonctionnement des services offerts aux syndicats masculins. Le manque de ressources aurait entraîné, selon lui, une baisse significative des effectifs syndicaux. Mais, selon la présidente de l’Union centrale des syndicats féminins, Jeanne Aubert qui a été saisi de l’affaire, la croissance spectaculaire du nombre de syndiquées dans la catégorie des gens de maison a nécessité l’engagement de permanentes et de collaboratrices qui s’occupent exclusivement des travailleuses. Et c’est ainsi, note-t-elle, que « les ressources financières se trouvent presque entièrement absorbées par le fonctionnement de ce service »9. Voilà un cas où la volonté d’assurer une collaboration loyale entre les syndicats féminins et masculins est mise à rude épreuve.

8Malgré les problèmes particuliers qu’il pose, le cas de la Fédération des gens de maison n’est peut-être pas isolé. À n’en pas douter, les tensions suscitées par la naissance des syndicats mixtes sont sans doute nombreuses même si elles se manifestent de diverses manières. Après une quarantaine d’années, pendant lesquelles les uns et les autres ont fonctionné séparément, il n’est guère surprenant que la mixité présente certains écueils. Pour intéressantes qu’elles soient, ces remarques ne nous permettent pas de comprendre la portée générale de ce phénomène. Aussi, pour saisir de manière plus globale les problèmes soulevés par le développement des syndicats mixtes, nous devons essayer de répondre au moins à deux questions. Tout d’abord, peut-on à partir des informations dont on dispose et au-delà des cas de figure comme celui de la Fédération des gens de maison, mesurer l’ampleur réelle du mouvement d’unification des éléments masculins et féminins au sein de la CFTC ? Ensuite, la naissance des syndicats mixtes remet-elle en cause l’intégrité des syndicats féminins autonomes et, si oui, comment ?

  • 10 M. Ratto, A. Gautier, « Les syndicats libres féminins », op. cit., p. 137-138.
  • 11 APGT. Procès-verbal de la réunion du Bureau confédéral du 19 nov. 1938.
  • 12 La Voix des travailleurs, no 208, 10 févr. 1937.
  • 13 La Vie syndicale, lère année, avr. 1937.
  • 14 APGT. Circulaire no 19, sept. 1936.

9Nous savons que dans certains secteurs d’activité et dans certaines régions les syndicats mixtes sont devenus pratiquement la règle. C’est ainsi que le 8 novembre 1936, les syndicats féminins de l’Isère, dont l’autonomie n’avait pas été remise en question jusque-là, fusionnent avec les syndicats masculins. Il semble que cette fusion ait été bien acceptée par les syndiquées et voulue par les dirigeantes de la Fédération de l’Isère qui, à l’instar d’Eugénie Cottin, présidente de la Fédération depuis 1932, n’ont pas la même vision du devenir syndical que les fondatrices Cécile Poncet et Solange Merceron-Vicat10. Toutefois, c’est du Bureau confédéral que des réserves sont émises car les parties n’ont pas été tout à fait d’accord sur les conditions de la fusion11. Quoi qu’il en soit, celle-ci s’est finalement réalisée à la satisfaction des syndiquées. On peut aussi citer le cas de l’Union régionale de l’Ouest qui, en 1937, procède purement et simplement à la dissolution des syndicats féminins de la métallurgie, puis à leur incorporation aux syndicats masculins12. Il en va de même dans le secteur de l’hôtellerie où les syndicats féminins disparaissent en tant qu’organisation autonome. Dans le secteur des produits chimiques, les syndicats féminins n’ont jamais eu d’existence autonome mais, depuis les grèves de 1936, de nombreuses travailleuses se sont regroupées. C’est alors que, pour suivre les directives de la CFTC, les dirigeants de ces syndicats ont procédé à la création de sections féminines. À lire les articles qui paraissent sur ce sujet dans l’organe des syndicats des produits chimiques, il n’est pas exagéré de penser que les dirigeants manquent nettement d’enthousiasme et que la création de sections féminines répond avant tout aux directives émises par le Bureau confédéral13. Le secteur de la pharmacie et de la droguerie présente quelques différences par rapport aux précédents. Dans celui-ci une seule fédération unit tous les syndicats, qu’ils soient féminins ou masculins. Mais depuis 1936, les organisations mixtes se multiplient. La Fédération tolère donc en son sein trois types d’organisations. Le problème concerne plus spécifiquement le versement des cotisations. En effet, les syndicats féminins versent à la Fédération une cotisation de 4,25 F par membre alors que les syndicats masculins et mixtes déboursent la somme de 6 F par membre. Cette cotisation plus faible pour les syndicats féminins n’a rien d’exceptionnelle. Depuis la fondation de la CFTC, les membres des syndicats féminins sont autorisés à verser des cotisations moindres que celles de leurs collègues masculins. Cette mesure est justifiée par les salaires généralement plus bas perçus par les travailleuses. Dans le cas qui nous préoccupe, le problème est patent et tient au fait que depuis 1936 un certain nombre de travailleuses sont syndiquées dans des organisations mixtes où les cotisations n’ont pas été établies de façon à tenir compte du sexe des travailleurs. La solution serait de revenir à la situation antérieure et d’abolir les syndicats mixtes. Mais la Fédération s’y refuse et préfère imposer des tarifs différenciés selon l’appartenance syndicale14.

  • 15 APGT. Circulaire aux unions régionales et aux fédérations de métier, 23 nov. 1936.

10La création d’organisations mixtes ne touche pas seulement ces secteurs. Les secteurs traditionnels de recrutement des syndicats féminins comme celui du textile ou des employées connaissent eux aussi les mêmes changements. Une lecture attentive des journaux syndicaux ainsi que des procès-verbaux des réunions du Bureau confédéral permet de prendre la mesure du mouvement de mixité sans toutefois disposer de chiffres précis. Mais depuis 1936, les dirigeants de la CFTC constatent que « la tendance à la constitution de syndicats groupant à la fois les éléments masculins et féminins semblent se généraliser »15.

  • 16 Syndicalisme, no 38, mars 1938.
  • 17 Ibid.

11Nous retiendrons un exemple : celui de l’Union départementale des Ardennes. En 1938, à la demande expresse des syndicats féminins, l’Union a entrepris le recensement des syndicats mixtes. D’emblée, précisons que depuis 1927, la région compte deux syndicats féminins, l’un des employées, l’autre du vêtement. Mais depuis les événements de 1936, la métallurgie, le textile, l’alimentation, les gens de maison, les services hospitaliers et les employés possèdent des syndicats mixtes. Le phénomène ne serait pas marginal et selon E. Guillaume, militante de l’Union, l’enquête « a permis de [se] rendre compte de l’importance des effectifs dans chacun de ses syndicats »16. La création des syndicats mixtes a entraîné la mise sur pied de nouvelles structures que sont les commissions féminines locales et la commission féminine départementale. Le problème est que jusqu’au début de 1938, personne n’avait pensé à former des militantes et ce n’est qu’après le passage de Marie-Louise Danguy dans la région que l’Union a créé les commissions féminines. Guillaume constate que, malgré une vague de syndicalisation sans précédent, les syndicats mixtes n’ont pas été en mesure de susciter de vocations militantes chez les nouvelles adhérentes. Le syndicat du textile constitue l’exception à la règle mais c’est parce que, dans ce secteur, des militantes étaient déjà actives avant la fondation des syndicats mixtes17. Par ailleurs, le nombre limité de militantes issues des syndicats mixtes oblige les rares militantes à œuvrer à tous les niveaux et à toutes les instances. Guillaume admet que la tâche est lourde mais nécessaire pour que les nouvelles syndiquées demeurent dans les organisations chrétiennes.

12Que conclure de ce rapport ? Une chose paraît claire : depuis les événements de 1936, la région des Ardennes compte un nombre important de femmes regroupées dans les syndicats mixtes. Selon Guillaume, les militantes admettent que les résultats de l’enquête les ont surprises. Par ailleurs, malgré la directive très claire de la CFTC énonçant que les syndicats séparés doivent demeurer la règle au sein de la centrale chrétienne, la mixité ne cesse de gagner du terrain. Finalement, l’organisation du mouvement féminin exige de la part des militantes un travail considérable dont elles semblent assumer seules la responsabilité.

  • 18 APGT. Procès-verbal de la réunion du Bureau confédéral du 4 juin 1938.
  • 19 APGT. Procès-verbal de la réunion du Bureau confédéral du 15 oct. 1938.

13Un dernier exemple intéressant pour mieux comprendre les changements qui surviennent à compter de 1936 est celui de l’Union Varoise. Dans ce cas, un différend survient opposant les syndicats féminins et masculins sur la constitution d’un syndicat mixte à l’arsenal de Toulon. Il semble que les réticences viennent des syndicats féminins. L’affaire est sérieuse puisqu’elle est portée à l’attention du BC18. Les membres du Bureau ne s’entendent d’ailleurs pas sur la conduite à adopter. D’un côté nous retrouvons deux membres, Marcel Poimboeuf, secrétaire général de la Fédération des employés, et Jean Pérès, secrétaire de la Fédération de la métallurgie, qui préfèrent laisser aux intéressées, c’est-à-dire à la direction de l’Union, le soin de régler seule ses problèmes. Toutefois, si le différend persiste, Pérès et Poimboeuf précisent que ce sera alors au BC d’intervenir. D’un autre côté, le président de la centrale, Jules Zimheld considère qu’il est préférable de ne pas laisser tramer les choses outre mesure et exprime une opinion favorable à un règlement immédiat, c’est-à-dire la constitution d’un syndicat mixte. La proposition de Zimheld est soumise au vote et la majorité des membres se rallie au président à l’exception des dirigeants des syndicats féminins, Beeckmans, Berdin, Cosset, Graff, Lafeuille et Danguy, qui s’abstiennent. Devant un résultat aussi controversé, le Bureau accepte de renvoyer l’affaire devant l’Union régionale du Var et d’attendre quelques semaines avant d’imposer la fusion. Au mois d’octobre, la situation semble s’apaiser mais, comme le note Pérès lors d’une réunion du Bureau, les problèmes entre l’Union et les syndicats féminins ont entraîné le départ de certaines militantes19. À n’en pas douter, dans la région du Var, la naissance des syndicats mixtes influe sur le développement du mouvement syndical féminin puisque les tensions ont engendré des défections dans les rangs des militantes. S’agit-il d’une situation exceptionnelle ? Il est évidemment impossible de généraliser à partir d’un exemple d’autant que nous ne possédons pas le tableau complet de la situation sur le terrain. Mais les événements qui secouent l’Union nous semblent symptomatiques des nouveaux problèmes que doivent affronter les militantes. La création de nouvelles organisations mixtes regroupant les éléments masculins et féminins ainsi que la fusion des syndicats féminins au sein de syndicats mixtes ne constituent-elles pas une menace sérieuse à l’autonomie du mouvement syndical féminin ? En effet, comment justifier au sein d’une même centrale la présence de trois types d’organisation : masculine féminine et mixte ?

  • 20 APGT. Maurice Guérin, Rapport confidentiel à Gaston Tessier, 25 nov. 1937.
  • 21 APGT. Rapport sur les effectifs féminins recensés au cours de l’année 1938.

14Voilà une question dont les dirigeants et les dirigeantes de la CFTC ne peuvent faire l’économie. En 1938, les militants osent la formuler, même si ce n’est pas de manière ouverte. C’est le cas de Maurice Guérin militant du Limousin qui, à cette date, entretient sur ce sujet une discussion avec Gaston Tessier20. Résumons les faits. Dans le Limousin, c’est principalement du côté des employés que les syndicats mixtes ont surgi mais on en retrouve également dans le secteur textile. La compétition semble rude pour les organisations féminines puisque, d’après le rapport de Guérin, les effectifs féminins regroupés dans les syndicats mixtes dépassent en nombre ceux des syndicats exclusivement féminins. Toutefois, il faut préciser que le total des effectifs féminins adhérant à la CFTC en 1938 dans cette région est d’environ 363 syndiquées21. De ce nombre très modeste, 180 seraient regroupées dans les organisations féminines. Guérin surestime l’ampleur du mouvement de syndicalisation des femmes au sein des organisations mixtes mais il n’en demeure pas moins significatif que les syndicats mixtes recrutent autant de travailleuses que les syndicats féminins.

15Selon Guérin la situation est préoccupante puisque, selon son enquête, l’Union n’a pas favorisé la création de syndicats mixtes. Au contraire, elle a tout fait pour ralentir le mouvement. Comment interpréter le succès des syndicats mixtes ? Guérin identifie un certain nombre de problèmes qui, selon lui, permettent d’expliquer le déclin relatif du mouvement syndical féminin et donc, indirectement, l’essor du syndicalisme mixte. Dans un premier temps, Guérin considère que le fonctionnement des syndicats féminins de Limoges est déficient. Dans la réalité, précise-t-il, ces organisations sont dirigées de manière peu démocratique par une seule militante dont il n’indique pas le nom mais dont nous avons pu établir qu’il s’agissait de Mlle Puel. Les propos de Guérin sont on ne peut plus clairs : Mlle Puel exerce sur le mouvement syndical féminin une autorité qui ne tolère aucune discussion. En tant que secrétaire permanente des syndicats féminins, elle assume la direction effective du mouvement et les membres élues des bureaux syndicaux ne sont que ses subalternes, ses « patronnées » pour reprendre l’expression de Guérin.

  • 22 Ibid.

16La situation peut certes se révéler gênante pour les organisations féminines mais elle ne nous étonne guère dans la mesure où le cas de Limoges n’est certainement pas unique dans l’histoire des syndicats féminins. On peut penser à Marie-Louise Rochebillard et aux organisations de Lyon ou encore à Cécile Poncet et aux syndicats de l’Isère. Combien parmi les militantes, surtout en province où le recrutement est difficile, ont ainsi maintenu à bout de bras des organisations parfois anémiques ? Car il ne faut pas s’y tromper, si les syndicats féminins de Limoges comptent quelques centaines de membres en 1938, à combien s’élevaient leurs effectifs en pleine crise, lors des années trente ? Il n’est guère surprenant que ces « embrayeurs du syndicalisme » selon l’expression de Michel Launay, se soient identifiés complètement aux organisations qu’elles ont plus ou moins construites et dirigées sans partage pendant des décennies. Sans doute est-ce le cas de Mlle Puel à Limoges. La situation n’est probablement pas récente mais elle revêt un caractère plus problématique après les bouleversements consécutifs aux événements de 1936. C’est d’ailleurs ce que nous apprend le rapport de Guérin. Tout d’abord, il rappelle la baisse des effectifs des syndicats féminins depuis 1937. Il précise que ces départs sont majoritairement le fait des éléments syndiqués des anciennes organisations affiliées à l’Abbaye. En effet, à Limoges, il semble que ce soit la fusion obligée des deux organisations féminines, celle de l’Abbaye et celle des Capucines, qui soit responsable de la baisse des effectifs. Comme le note Guérin : « Cela en dit long sur l’esprit de ladite fusion22 ». Voilà un exemple probant des problèmes organisationnels que nous avons déjà évoqués. À n’en pas douter, la disparition de l’Union de l’Abbaye en tant que structure autonome a froissé plusieurs personnalités. Dans le cas qui nous préoccupe, le départ des sœurs de la Charité – notamment celui de sœur Jeanne, principale instigatrice des syndicats féminins de l’Abbaye dans la région – suite à la fusion, semble avoir marqué la fin de l’activité militante pour de nombreuses syndiquées.

17Dans son rapport Guérin est très critique quant au caractère farouchement indépendantiste qui anime les organisations féminines de Limoges. Ces syndicats, constate-t-il, n’ont aucun esprit confédéral. Par ailleurs, les dirigeantes boycottent les réunions mixtes ainsi que les activités festives organisées pour regrouper les hommes et les femmes. Pourquoi les militantes des syndicats féminins demeurent-elles à l’écart des activités organisées par l’Union ? Guérin ne suggère aucune explication pour rendre compte de ce qu’il considère comme une attitude déplorable de la part des dirigeantes féminines. En second lieu, l’auteur compare la situation du Limousin avec celle d’autres régions qu’il a visitées depuis 1936 et constate une réelle fusion entre les éléments féminins et masculins de la CFTC. À l’en croire, les femmes s’engageraient activement dans la vie militante confédérale. Évidemment, il s’agit d’une opinion personnelle mais il est bon de noter que Guérin demeure un militant de premier plan et, pour cette raison, on peut affirmer qu’il possède une connaissance réelle de la vie confédérale. De fait, sa longue pratique militante lui a sans doute permis d’apprécier assez justement les rapports entre les éléments féminins et masculins même si cette appréciation n’est pas dénuée de tout calcul.

  • 23 APGT. Lettre circulaire « Mouvement féminin », le 2 avr. 1938.
  • 24 APGT. Procès-verbal de la réunion du Bureau confédéral du 20 nov. 1938.

18Il semble nécessaire de faire ici le point sur les problèmes soulevés par le rapport de Guérin en insistant sur deux éléments. Premièrement, il est une évidence sur laquelle il nous faut revenir une dernière fois. Les syndicats féminins organisés au sein des deux fédérations, celle de l’Abbaye et celle des Capucines, ont évolué en parallèle des organisations masculines. En effet, même après leur adhésion au sein de la centrale chrétienne en 1919, une tradition d’indépendance a continué d’animer les fédérations féminines. Nous avons montré par de multiples exemples combien ce mode de fonctionnement a permis l’émergence de personnalités remarquables dont le parcours militant traduit les qualités de leaders et d’organisatrices. Cette volonté manifeste de demeurer entre elles a développé chez les militantes une culture particulière, fortement autonomiste, basée, entre autres, sur la conviction profonde que seuls les syndicats féminins sont à même d’assurer la défense complète des travailleuses. Dans cette perspective, pour de nombreuses militantes les événements de 1936 n’ont fait que confirmer l’absolue nécessité de maintenir et de renforcer les syndicats féminins, même si cela doit entraîner des modifications importantes du point de vue organisationnel. C’est ce qui explique que les militantes des deux fédérations féminines aient fini par s’entendre pour fusionner au profit d’une structure plus centralisée sinon plus efficace : l’Union centrale des syndicats féminins. Néanmoins, elles n’ont jamais considéré cette réorganisation comme le prélude à leur intégration complète aux organisations masculines. A fortiori, il n’a jamais été question d’une dissolution des syndicats féminins. C’est pourquoi les dirigeantes de l’Union centrale ont négocié un règlement dans lequel la direction de la CFTC réaffirme que dans les professions non spécifiquement féminines, les hommes et les femmes doivent être organisées de préférence dans des syndicats séparés23. À l’évidence l’expression « de préférence » utilisée dans le texte a été interprétée de manière assez large par les directions des unions et de fédérations. C’est d’ailleurs ce que déplore Jules Zirnheld lors d’une réunion du Bureau en indiquant que le règlement concernant le mouvement féminin n’est pas respecté et en insistant pour qu’il soit observé24. En dépit de cette prise de position du président de la centrale, le mouvement pour la constitution de syndicats mixtes se poursuit. N’oublions pas qu’au sein de la CFTC les instances locales et régionales jouissent d’une grande autonomie malgré les tentatives de centralisation engagées par les dirigeants confédéraux.

  • 25 L’Employée, 46e année, no 456, 10 oct. 1936.

19Deuxièmement, l’analyse de Guérin nous rappelle également une autre réalité. Depuis 1919, les militantes des syndicats féminins participent activement à la vie de la Confédération et à celle des fédérations. Leur place et leur rôle au sein des instances dirigeantes des fédérations mixtes ainsi qu’au Conseil national et au B.C. ne sont pas négligeables. Elles partagent de concert avec leurs collègues masculins des postes de responsabilité pour lesquels elles ont développé une compétence réelle. Cette constatation est aussi valable pour les militantes plus obscures qui œuvrent à tous les échelons de la vie syndicale. On peut citer l’exemple de la Fédération des fonctionnaires qui se développe de façon spectaculaire après 1936 et dont les militantes issues du Syndicat féminin des PTT jouent un rôle des plus importants. En effet, en 1936, la Fédération est encore relativement jeune et les militants expérimentés demeurent peu nombreux. Dans ce contexte, ce sont les syndicats féminins, dont les dirigeantes possèdent de réelles qualités d’organisatrices, qui assurent en grande partie le fonctionnement et le financement de la Fédération des fonctionnaires. Par ailleurs, les grèves de mai-juin 1936 ont rapproché les syndiqués de la base – hommes et femmes – dans un même mouvement revendicatif. Quant aux négociations collectives, dans certains secteurs (on peut penser à celui des banques ou de la métallurgie), elles ont regroupé aux tables de négociations les représentants des syndicats masculins et féminins unis autour de revendications communes. Cette collaboration s’est avérée souvent fructueuse. D’ailleurs, en 1936, Maurice Guérin et Mlle Puel ont participé ensemble à des négociations à titre de délégués des syndicats chrétiens du Limousin. En ce sens, les organisations féminines sont parties prenantes du mouvement syndical chrétien et elles lui confèrent un caractère original qui le distingue de l’ensemble du syndicalisme français. Comme le souligne Marie-Louise Danguy, « les femmes sont venues à la CFTC pour que, tout d’abord, leurs intérêts y soient défendus »25. À n’en pas douter, s’il est un fait dont les militantes sont profondément convaincues c’est que la présence de syndicats exclusivement féminins a joué un rôle positif dans l’organisation et la défense des syndiquées.

20Ces considérations posent de façon claire le problème de la création des syndicats mixtes et celui de leur impact sur le devenir des organisations féminines. Comment expliquer qu’à compter de 1936 le mouvement syndical féminin soit concurrencé par les syndicats mixtes et que ceux-ci soient tolérés par les dirigeants, hommes et femmes, de la CFTC ? Quel avenir réserve-t-on à la fédération féminine puisque dorénavant la Commission féminine confédérale est la seule responsable du mouvement syndical féminin auprès des instances dirigeantes ? Autrement dit, quel rôle attribue-t-on à l’Union centrale des syndicats féminins ? Questions importantes auxquelles nous allons tenter d’apporter quelques éléments de réponse.

  • 26 Syndicalisme, no 35, déc. 1938.

21Nous avons vu que la constitution de syndicats mixtes touche essentiellement les secteurs où les hommes et les femmes exercent soit la même profession, soit des professions différentes mais dans le cadre de la même entreprise. Nous croyons détenir ici la clef qui explique la création des syndicats mixtes et la tolérance des dirigeants de la centrale chrétienne à leur égard. De fait, après 1936, l’exercice de l’action syndicale chrétienne se trouve sensiblement modifié. Premièrement, la syndicalisation sur la base de l’entreprise est de plus en plus fréquente. Tant et si bien qu’en 1938 l’Union centrale des syndicats féminins doit revoir l’organisation de ses sections. Jusque-là, elles étaient organisées sur une base locale et demeuraient des centres d’informations et de propagande. Désormais, les sections d’entreprises sont une réalité alors que leur intégration effective aux organisations féminines demeure virtuelle. À contrario, les militantes tentent de régulariser les rapports entre les anciennes structures organisées localement et les nouvelles structures dont la base est sectorielle. Marguerite Martin, qui est responsable de ce dossier lors du congrès de l’Union en 1938, en vient à la conclusion qu’il faut s’en remettre aux militantes de la base, qui doivent agir « avec doigté », c’est-à-dire aux mieux des intérêts de l’organisation26. Deuxièmement, les nouveaux adhérents viennent à la CFTC au moment où les conventions collectives sont en discussion. En 1936, les négociations se font plus souvent qu’autrement sur une base sectorielle au sein de l’entreprise. Les délégués des syndicats chrétiens, hommes et femmes, y participent de concert. Pourquoi alors regrouper séparément les éléments masculins et féminins ? La question se pose d’autant que, là où il n’existe aucune tradition de non mixité, l’organisation séparée semble une aberration. Pire, elle peut donner l’impression de diviser inutilement les forces chrétiennes face aux cégétistes unifiés. Au surplus, il faut noter qu’en 1936 les nouveaux syndiqués qui rejoignent les rangs de la CFTC sont souvent des « catholiques tièdes », selon l’expression de Michel Launay, bon nombre d’entre eux sont même tout à fait neutres du point de vue religieux. Dès lors, on peut mieux comprendre que l’exercice de la non-mixité leur soit tout à fait étranger.

22Le deuxième problème que nous avons soulevé pose la question du devenir du mouvement syndical féminin au sein de la CFTC. Il faut d’abord rappeler qu’en avril 1938, la CFTC réaffirme l’intégrité du mouvement syndical féminin chrétien. La question paraît réglée puisque les organisations féminines se voient accorder un statut particulier au sein de la centrale.

23Avant la guerre, la fusion complète des éléments féminins et masculins n’aura pas lieu. Ceci dit, nous avons montré que depuis 1936 tous les éléments sont en place pour une remise en cause de l’autonomie des syndicats féminins chrétiens. En principe, la présence de nouvelles structures comme les commissions féminines et les chambres syndicales mixtes confère un caractère plus représentatif aux organisations féminines en les intégrant à tous les niveaux de la vie confédérale. Dans les faits, nous avons vu que leur création favorise la fusion sur le plan local et régional entre les éléments féminins et masculins sans aucune garantie quant au maintien des syndicats féminins. À partir du moment, où, d’une part les commissions féminines assurent la représentation des travailleuses dans les conseils syndicaux et coordonnent l’action des éléments féminins et masculins et que, d’autre part, la Commission féminine confédérale représente l’ensemble du mouvement syndical féminin auprès des instances dirigeantes de la CFTC, pourquoi alors ne pas regrouper les travailleuses dans les syndicats mixtes et leur confier la défense des intérêts de tous les travailleurs, hommes et femmes ? Pour certains militants la question ne se pose même plus.

  • 27 APGT. Maurice Guérin, Rapport confidentiel à Gaston Tessier, 25 nov. 1937.

24Dans son rapport à Gaston Tessier, Maurice Guérin se fait le porte-parole des discussions qui animent les réunions de l’équipe dirigeante de l’Union régionale du Limousin. Selon eux, pour que le développement des forces chrétiennes puisse se poursuivre d’une manière harmonieuse, il est préférable de recourir « au moyen unique de syndicats mixtes »27. Les syndicats féminins ne répondent plus au besoin des nouvelles syndiquées et le problème n’est pas seulement régional mais, selon Guérin, il touche l’ensemble du mouvement syndical féminin. Dans cette perspective, la seule solution selon lui est la fusion des éléments féminins et masculins et l’instauration d’un secrétariat féminin sous la dépendance entière des instances dirigeantes de la CFTC. En 1938, les propositions de Guérin demeurent à l’état de projet. Il précise d’ailleurs que ce dossier doit demeurer strictement confidentiel et à l’usage exclusif de Tessier et de Zirnheld. Ces précautions témoignent de la difficulté d’aborder officiellement une question aussi délicate. Mais selon Guérin, les dirigeants de la CFTC ne pourront faire l’économie d’une réflexion sur la question du mouvement syndical féminin à l’intérieur de la CFTC.

  • 28 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 352.

25Au terme de notre démonstration nous pouvons maintenant répondre à la question que nous avions formulée, à savoir : quel avenir pour les syndicats féminins chrétiens ? Force est de constater que l’afflux de nouveaux adhérents remet en cause toute la structure organisationnelle de la centrale chrétienne. À compter de 1937, les dirigeants de la CFTC ont entrepris une vaste réflexion sur les rapports entre la Confédération et les fédérations. Dans les faits, cette démarche conduit plusieurs dirigeants à privilégier une approche beaucoup plus centralisatrice. Nous sommes pleinement d’accord avec Launay lorsqu’il constate qu’à la suite des événements de 1936 la centrale impose davantage son autorité sur l’ensemble du mouvement syndical chrétien « au détriment de l’indépendance des éléments périphériques »28 et la fédération féminine fait partie de ces structures périphériques. L’appréciation générale que l’on peut faire du devenir des syndicats féminins ne doit cependant pas être évaluée au regard des événements à venir dont nous connaissons par ailleurs les résultats. En effet, il n’est pas dit qu’en 1938 ou 1939, les militantes soient pleinement conscientes des difficultés qui pèsent sur l’autonomie de leur mouvement. Non pas qu’elles soient aveugles face au phénomène de la mixité mais il ne faut pas oublier qu’à cette date elles ont obtenu du secrétaire général de la CFTC, Gaston Tessier, un règlement qui reconnaît pleinement l’intégrité du syndicalisme féminin. À la veille de la Deuxième Guerre mondiale tout n’est pas encore joué mais compte tenu du contexte qui prévaut depuis 1936, ne peut-on penser qu’à long terme c’est la survie des syndicats féminins qui est remise en question ?

Notes

1 APGT. Procès-verbal de la réunion du Bureau confédéral, 21 mars 1937.

2 Ibid.

3 Ibid.

4 Syndicalisme, n18, juill. 1937.

5 Ibid.

6 « Les gens de maison s’organisent », Syndicalisme, 2e année, no 19, août 1937.

7 Ibid.

8 APGT. Dossier « Gens de maison ».

9 Ibid.

10 M. Ratto, A. Gautier, « Les syndicats libres féminins », op. cit., p. 137-138.

11 APGT. Procès-verbal de la réunion du Bureau confédéral du 19 nov. 1938.

12 La Voix des travailleurs, no 208, 10 févr. 1937.

13 La Vie syndicale, lère année, avr. 1937.

14 APGT. Circulaire no 19, sept. 1936.

15 APGT. Circulaire aux unions régionales et aux fédérations de métier, 23 nov. 1936.

16 Syndicalisme, no 38, mars 1938.

17 Ibid.

18 APGT. Procès-verbal de la réunion du Bureau confédéral du 4 juin 1938.

19 APGT. Procès-verbal de la réunion du Bureau confédéral du 15 oct. 1938.

20 APGT. Maurice Guérin, Rapport confidentiel à Gaston Tessier, 25 nov. 1937.

21 APGT. Rapport sur les effectifs féminins recensés au cours de l’année 1938.

22 Ibid.

23 APGT. Lettre circulaire « Mouvement féminin », le 2 avr. 1938.

24 APGT. Procès-verbal de la réunion du Bureau confédéral du 20 nov. 1938.

25 L’Employée, 46e année, no 456, 10 oct. 1936.

26 Syndicalisme, no 35, déc. 1938.

27 APGT. Maurice Guérin, Rapport confidentiel à Gaston Tessier, 25 nov. 1937.

28 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 352.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search