Version classiqueVersion mobile

Les Débuts du syndicalisme féminin chrétien en France

 | 
Joceline Chabot

Quatrième partie. Des bouleversements de 1936 à la dissolution des syndicats féminins chrétiens en 1944

Chapitre II. Vers un cours nouveau ?

Le syndicalisme féminin après les grèves de 1936

Texte intégral

I – La naissance de l’Union centrale des syndicats féminins

1En novembre 1936, le journal de la Fédération du boulevard des Capucines, La Travailleuse annonce à ses lectrices une bonne nouvelle : la fusion des deux centrales féminines. Celle de l’Abbaye et celle des Capucines ne forment plus désormais qu’une seule grande fédération regroupant les syndicats féminins. La rumeur, signale l’article, en courait depuis le mois de juillet 1936. La fusion, précise-t-on, s’imposait d’elle-même puisque les deux fédérations s’inspiraient des mêmes principes et collaboraient d’une façon régulière. Voilà un constat pour le moins étonnant lorsqu’on connaît l’histoire des syndicats féminins depuis la Première Guerre mondiale. Si les deux fédérations procèdent des mêmes principes, leur collaboration demeure très ponctuelle. Essentiellement, elle s’inscrit dans une action revendicative menée en commun, par exemple, lors des grèves de la couture et des banques. Mais en dehors de ces moments forts de la vie syndicale, les représentantes des deux fédérations n’entretiennent que des liens ténus. Elles se rencontrent dans les organisations syndicales mixtes sur le plan local, fédéral, régional et confédéral mais elles n’ont jamais créé une structure susceptible de favoriser les échanges entre leurs syndicats. Dans les faits, à l’exception de la mise sur pied de la commission féminine en 1935, il n’est guère possible de parler de collaboration entre les deux fédérations. L’article de La Travailleuse, manifestement favorable à la fusion, cherche à justifier par des arguments apparemment objectifs un choix sans doute surprenant pour de nombreuses syndiquées.

  • 1 La Ruche syndicale, 34e année, déc. 1936.

2Le ton est d’ailleurs sensiblement différent dans la dernière parution de La Ruche syndicale. À la Une du journal, le comité de rédaction fait ses adieux aux lectrices. L’article d’une quinzaine de lignes – écrit en caractère gras – commence par cette phrase : « Notre Ruche syndicale va disparaître après une vie de trente-quatre années bien remplie [...]1 ». La question de l’union des deux organisations féminines est signalée en quelques mots et seulement pour expliquer la disparition de l’organe des syndicats de l’Abbaye. Puisqu’il y a désormais une seule organisation, il est normal, précise-t-on, que la parution des journaux des deux fédérations soit abandonnée au profit d’une seule publication. Mais en dehors de ce bref commentaire, La Ruche ne propose aucune explication à la fusion qui semble d’ailleurs susciter moins d’enthousiasme chez les dirigeantes de l’Union de l’Abbaye que chez celles du boulevard des Capucines.

3Quoi qu’il en soit, l’explication donnée dans le journal La Travailleuse n’est pas satisfaisante. Il faut chercher ailleurs les éléments susceptibles de nous éclairer sur l’union des deux fédérations féminines. L’article publié dans l’organe de la Fédération du boulevard des Capucines signale que depuis le mois de juillet 1936, l’idée circule dans certains milieux de réunir les forces féminines de la CFTC. À la lumière des informations dont on dispose, il semble que la date soit exacte. C’est sans doute au mois de juillet 1936 que la décision de créer une seule fédération féminine est adoptée. Elle paraît motivée par un certain nombre de considérations liées aux événements récents qui ont transformé le paysage syndical français. Bien avant les grèves de mai-juin 36, on peut supposer que la réunification des deux CGT a donné matière à réflexion aux dirigeants de la CFTC ainsi qu’à l’ensemble du mouvement catholique social engagé dans la promotion et la défense du syndicalisme chrétien. Depuis sa création en 1919, la centrale chrétienne possède une structure largement décentralisée qui laisse place à l’autonomie des fédérations et des organisations locales. Dans ce cadre, le mouvement syndical féminin a évolué de façon dispersée puisqu’il ne compte pas moins de cinq organisations autonomes : l’Union nationale des syndicats de l’Abbaye, la Fédération française des unions de syndicats professionnels féminins, les syndicats féminins de l’Isère, les syndicats féminins de la Loire et les syndicats féminins des PTT. Ces derniers sont plus ou moins liés à la Fédération du boulevard des Capucines, mais ces liens demeurent tout à fait officieux. Les deux fédérations parisiennes représentent évidemment les forces vives du syndicalisme féminin puisqu’elles se sont implantées en province tout en regroupant la majorité des syndiquées dans de nombreux secteurs d’activité. L’union réalisée en 1936 concerne essentiellement les deux plus importantes fédérations, celles de Paris. Il s’agit sans doute d’un premier pas vers un regroupement global de tous les syndicats féminins, une sorte de banc d’essai.

  • 2 Syndicalisme, no 18, juill. 1937.

4Comme nous l’avons signalé, les textes rédigés par les militantes suite à la fusion n’exposent pas explicitement les motifs de cette décision. Mais lors du premier congrès de la nouvelle « Union » en juin 1937, la présidente de la Commission féminine, Marcelle Berdin, n’hésite pas à souligner les avantages ainsi obtenus. A posteriori, son discours nous permet de comprendre certaines des raisons qui ont motivé la fusion. Elle rappelle ainsi combien la propagande dans les milieux féminins est désormais facilitée par le fait de n’avoir pas à tenir compte des particularités de l’une et l’autre fédération. Face au patronat et aux organisations cégétistes, l’action professionnelle s’en trouve par le fait même renforcée2. Simplification des structures et efficacité accrue, les résultats évoqués par Berdin laissent entrevoir les causes qui sont à l’origine de cette initiative. L’union des fédérations féminines s’inscrit toutefois dans une dynamique plus large dont les balises se mettent en place durant l’année 1935. C’est ainsi que la réunification des forces de gauche au sein de la CGT donne matière à réflexion. Les chrétiens sont conscients de l’attraction qu’exerce sur les travailleurs l’image d’une classe ouvrière unifiée au sein d’une seule et unique centrale. À l’aune de la réunification cégétiste, les dirigeants de la CFTC mesurent la relative décentralisation de leur organisation. Y découvrent-ils une source potentielle de faiblesse ? Ce n’est pas un hasard si, en 1935, la dispersion des forces féminines entre plusieurs organisations semble exiger davantage de coordination. Quoi qu’il en soit, c’est à cette occasion que le Bureau confédéral crée une commission féminine présidée par Marcelle Berdin, une militante indépendante des fédérations parisiennes de l’Abbaye et des Capucines.

  • 3 AAP Série 3KI-l(d), dossier « Syndicats chrétiens ».
  • 4 AAP Série 3KI-l(d), dossier « Syndicats féminins de la rue de l’Abbaye ».
  • 5 AAP Série 3KI-l(d) fiche 4-F, dossier « Syndicats féminins ».
  • 6 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 354.
  • 7 Ibid., p. 346.
  • 8 AAP Série3KI-l(d), dossier « Syndicats féminins ».
  • 9 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 305.

5L’explosion sociale de 1936 et les discussions paritaires qui se développent suite aux grèves montrent la nécessité d’accélérer le mouvement d’unification qui se dessine depuis 1935. Dès lors, il paraît urgent d’agir comme en témoignent les réflexions du curé de la paroisse Saint-Pierre-Saint-Paul à Ivry-sur-Seine, dans une lettre confidentielle conservée à l’archevêché de Paris. Datée du 4 juillet 1936, sa lettre porte exclusivement sur la question des organisations syndicales féminines. Visiblement très au fait des questions syndicales, il s’interroge sur la pertinence de maintenir deux fédérations féminines au moment même « où les éléments extrémistes ont réalisé dans la CGT l’unité syndicale »3. La dualité des organisations féminines lui paraît désormais gênante. À la même date, une lettre manuscrite également adressée à l’archevêché de Paris par le curé de la paroisse de Levallois dresse le même constat. Selon lui, les travailleuses se plaignent de la division des syndicats féminins qui affaiblit les organisations chrétiennes face aux cégétistes4. Ces commentaires nous rappellent combien la division des fédérations féminines est désormais perçue comme un problème, au moins aux yeux des autorités religieuses. Sans connaître la teneur exacte des discussions engagées dans le mouvement syndical chrétien autour de cette question, on peut facilement imaginer que les débats ont été nombreux et vifs. Les documents déposés à l’archevêché de Paris sont à cet égard précieux puisqu’ils rendent compte – au moins dans leurs grandes lignes – des questions et des problèmes soulevés dans les milieux catholiques proches du syndicalisme par le manque d’unité des forces féminines. C’est ainsi qu’un autre document, anonyme celui-là, comptant deux pages dactylographiés pose en termes précis la question de la division des syndicats féminins tout en soulignant la faiblesse qu’elle entraîne pour les organisations chrétiennes. Le constat est le même que dans les deux lettres déjà citées : « [L’union] devient nécessaire en face de la puissante organisation socialiste5 ». Un consensus émerge autour d’une réalité désormais incontournable, celle d’une CGT unifiée qui présente tous les caractères d’une puissance à tendance monopoliste. Il y a donc unité de vues sur la nécessité de réagir en procédant à une plus grande coordination des forces syndicalistes chrétiennes, et cette coordination commence par l’union des fédérations féminines. Par ailleurs, si les événements de 1936 ont renforcé les tendances centralisatrices au sein de la confédération, comme l’a montré Michel Launay, on peut supposer qu’ils ont également perturbé la souveraineté des fédérations féminines. En effet, selon Launay, de l’engagement des délégués chrétiens dans les discussions de conventions collectives a découlé un renforcement de la tutelle confédérale sur les organisations de base6. Est-ce le Bureau confédéral qui a favorisé l’union des deux fédérations féminines ? Ce mouvement est-il venu des militantes elles-mêmes ? La question se pose car, selon Launay, la fusion a été voulue par Marie-Louise Danguy qui en serait la principale instigatrice7. Que cette militante en vue de la Fédération du boulevard des Capucines soit une partisane de la fusion semble très probable, mais elle ne peut avoir imposé seule ses vues à l’ensemble des deux fédérations féminines. Est-ce les autorités religieuses qui ont fait pression auprès des sœurs de la Charité pour que ces dernières abandonnent leur autorité morale sur les syndicats de l’Abbaye ? Ou alors est-ce le contexte social des années 35-36 qui a poussé les militantes à faire de nécessité vertu ? Il est difficile de trancher en l’absence de documents officiels émanant de la CFTC ou des organisations féminines. Toutefois, il semble que s’il y a eu quelques résistances, c’est plutôt du côté des syndicats de l’Abbaye qu’il faille les chercher. Que la décision ait été imposée par le Bureau ou souhaitée par certaines militantes, à l’évidence les dirigeantes de l’Union des syndicats de l’Abbaye ne partagent pas le même enthousiasme que leurs collègues de la Fédération du boulevard des Capucines. Historiquement, les syndicats de l’Abbaye ont manifesté un fort esprit d’indépendance. Cette volonté d’indépendance est d’ailleurs critiquée par le curé d’Ivry-sur-Seine dans sa lettre à l’archevêché. Selon lui, la présence de deux fédérations féminines tient essentiellement à des considérations d’amour-propre dont sont responsables principalement les sœurs de la Charité. À ce propos, il écrit sur un ton sarcastique : « Si Ton tient à marquer par un geste symbolique la part de mérite qui revient à sœur Milcent dans le mouvement syndical féminin, il suffirait de lui élever une statue [...]8 ». De la même façon, le curé de Levallois estime que si dans sa paroisse ce sont les syndicats de l’Abbaye qui dominent c’est parce qu’autrefois les sœurs de la Charité y dirigeaient un patronage. Michel Launay porte quant à lui un jugement sévère sur l’Union des syndicats de l’Abbaye, estimant qu’il s’agit des syndicats « les moins ouverts des Syndicats Féminins, leur traditionalisme pose même un problème à la Confédération tout entière9 ». La critique de Launay n’est malheureusement pas étayée par des exemples concrets. Pour notre part, nous croyons avoir démontré que le caractère traditionaliste des syndicats de l’Abbaye relève de leur développement historique. Fortement organisés autour de services spécifiques développés en fonction des besoins des syndiquées, soutenus par la communauté des sœurs de la Charité, les syndicats de l’Abbaye représentent la partie la plus autonomiste des syndicats féminins. Volontiers jaloux de leurs particularismes, les syndicats de l’Abbaye ont évolué en fonction de deux lignes de force soit, premièrement, un recrutement basé sur la présence d’institutions contrôlées par les sœurs (patronages, œuvres de jeunes filles, etc.). Deuxièmement, des cours professionnels (les cours Astier) fort bien organisés, contribuant principalement à structurer les organisations de l’Abbaye autour de la formation des travailleuses et, secondairement, à compléter leur recrutement. Fières des progrès de leur Fédération, jalouses de leurs compétences en matière de formation professionnelle, protégées, sinon encadrées par la Communauté des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul, les militantes de l’Abbaye ne manifestent pas un enthousiasme débordant à l’idée d’abandonner leur souveraineté au profit d’une organisation peut-être plus efficace mais certainement moins homogène. La nouvelle Union centrale des syndicats féminins oblige les militantes à une réorganisation complète des services pour mettre fin à des dédoublements dorénavant inutiles. Par le fait même, elle nécessite de la part des deux fédérations des compromis parfois douloureux. L’abandon des deux journaux syndicaux La Ruche et La Travailleuse en est un bon exemple. Dans un cas comme dans l’autre, l’équipe de rédaction doit composer avec un espace réduit puisque dorénavant elle ne dispose que des pages féminines insérées dans le nouvel organe de la CFTC, Syndicalisme.

  • 10 AAP Série 3KI-l(d) fiche 4 - F, dossier « Syndicats féminins ».

6Situé 3, rue Volney dans le 2e arrondissement de Paris – à quelques pas du boulevard des Capucines – le nouveau siège social témoigne de la volonté de la CFTC de non seulement fusionner les structures, mais aussi de réorganiser l’ensemble des services offerts par les syndicats féminins. À l’automne 1936, l’annonce de ces transformations semble toutefois prématurée puisque les deux fédérations continuent à offrir certains services séparément. Mais d’ores et déjà les plans de la réorganisation sont établis. Nous en trouvons les traces dans un document déposé aux archives de l’archevêché de Paris. Dans un premier temps, celui-ci fait état des problèmes structurels découlant du développement séparé des deux fédérations féminines en insistant sur l’impossibilité, compte tenu de leur caractère autonomiste, « de l’absorption de Tune par l’autre, absorption qui, loin d’être pour le meilleur rendement, amènerait des réactions et des divisions »10. La solution imaginée pour éviter les rivalités et les mésententes repose sur la constitution de conseils recrutés également entre les militantes des deux fédérations. Les conseils traiteraient des questions d’ordre général telles que le journal, les congrès, la fondation de nouvelles sections, etc. Les conseils structureraient la nouvelle fédération de la base au sommet. Chaque conseil répartirait ses membres en deux commissions. La première porterait le nom de commission professionnelle économique et s’occuperait des questions d’apprentissage, d’enseignement professionnel, de restaurants, de maisons de famille, et regrouperait les militantes des organisations de l’Abbaye. La seconde, nommée commission professionnelle sociale, coordonnerait les actions relatives aux contrats de travail, aux cercles d’études, aux réunions professionnelles, etc. Ses membres viendraient principalement de la Fédération du boulevard des Capucines. Cette solution offre l’avantage de respecter ce qui fait la force de chacune des organisations, mais elle présente aussi l’inconvénient de conserver intacts les champs d’action contrôlés par les anciennes fédérations. Dans ce contexte, il est fort possible que survive ce qu’on cherche justement à combattre : l’esprit de corps et l’autonomie de deux groupements.

7Dans les faits, il faut attendre l’année suivante pour assister à la mise en place d’une réelle fusion des deux fédérations féminines lors du premier congrès de l’Union centrale des syndicats féminins qui se déroule les 24 et 25 juin 1937 dans le local de la rue Volney à Paris. C’est l’occasion pour les syndiquées d’adopter les nouveaux statuts et de former le bureau fédéral. Celui-ci comprend désormais dix membres. On y retrouve Eugénie Beeckmans à titre de présidente d’honneur. Jeanne Aubert, secrétaire des syndicats des employées de l’Abbaye et Germaine Guillaume, présidente du syndicat des secrétaires sténo-dactylos de la Fédération du boulevard des Capucines, se partagent respectivement les postes de présidente et vice-présidente. Quant à Marguerite Lafeuille et Marie-Louise Danguy, elles conservent les mêmes responsabilités qu’à la Fédération du boulevard des Capucines, c’est-à-dire secrétaire générale et secrétaire-adjointe. Jeanne Graff devient secrétaire à la documentation, ce qui confirme le rôle important qu’elle jouait comme gérante du journal La Ruche syndicale. Les postes de trésorière et trésorière-adjointe sont confiés à Suzanne Trolliet, du syndicat des employées de banques et assurances et Adèle Deprez, présidente du syndicat des dames employées de l’Abbaye. Finalement, on retrouve deux membres qui n’occupent pas de poste précis, Marguerite Martin, militante active de la Fédération du boulevard des Capucines et A. Rau, secrétaire du syndicat des institutrices privées. Les membres du Bureau sont recrutés en nombre égal au sein des syndicats de l’Abbaye et des Capucines.

8Si la fusion des deux fédérations constitue une étape importante dans l’histoire des syndicats féminins, l’un des changements les plus cruciaux réside néanmoins dans la définition de nouveaux rapports entre les syndicats féminins et masculins au sein de la centrale chrétienne. En effet, l’année 1936 marque non seulement la fin de l’autonomie des deux grandes fédérations féminines, mais elle constitue également un moment privilégié pour préciser la place et le rôle des syndicats féminins au sein de la CFTC.

II – La place et le rôle des syndicats féminins dans la CFTC

  • 11 APGT Circulaire du 23 nov. 1936.

9L’été et l’automne 1936 sont marqués par la naissance de nouveaux syndicats chrétiens partout à travers la France. Parmi ceux-ci on compte de nombreuses organisations qui se forment dans les entreprises et regroupent aussi bien les hommes que les femmes. Le fait est constaté par la Commission féminine de la CFTC qui en avise le Comité national. Dans une circulaire adressée aux unions régionales et aux fédérations de métiers, le Comité note que la tendance à la constitution de syndicats mixtes semble se généraliser. Le Comité estime que c’est au Bureau confédéral de prendre des dispositions par rapport à cette situation et qu’en attendant l’adoption des nouveaux règlements, les unions et les fédérations doivent respecter le statu quo11. Le projet de nouveaux statuts précise justement l’organisation des rapports entre les syndicats féminins et masculins. L’article 5 bis établit clairement la règle générale à laquelle doivent se conformer tous les syndicats :

  • 12 Ibid.

Dans les professions occupant des hommes et des femmes les uns et les autres sont organisés dans des syndicats distincts. Les exceptions à cette règle qui s’imposeraient pourront être autorisées par le Bureau Confédéral après avis des groupements confédérés et des Commissions féminines intéressées12.

  • 13 La Voix des travailleurs, no 208, 10 févr. 1937. Entrevue avec Simone Troisgros réalisée à Paris en (...)
  • 14 La Vie syndicale, organe mensuel du Syndicat des produits chimiques, 1ère année, no 1, avril 1937.

10La consigne est claire : les syndicats mixtes ne sauraient être la règle. D’ailleurs pour être autorisés, ils devront créer une section féminine représentée au conseil syndical au prorata de ses membres et possédant ses propres ressources pour l’administration et le fonctionnement des services féminins. L’article 5 ter des nouveaux statuts propose l’établissement d’une commission féminine dans chaque union régionale ainsi que dans chaque fédération. La Commission féminine confédérale créée en 1935 se tiendra en rapport avec ces commissions de façon à coordonner leurs activités. Syndicats mixtes et commissions féminines, Union centrale et Commission féminine confédérale, voilà les nouvelles structures élaborées en 1935 et 1936. La nouveauté réside bien sûr dans la constitution de syndicats mixtes et de commissions féminines, celles-ci se retrouvant à tous les échelons de la vie syndicale. Mais quelle est l’ampleur du phénomène des syndicats mixtes ? Il nous est impossible de fournir une réponse précise car nous ne possédons pas de chiffres à ce sujet. Les seuls éléments de mesure dont on dispose sont partiels et limités dans le temps et l’espace. Cependant, certains cas paraissent significatifs. Par exemple, dans le secteur de la métallurgie, où de nombreuses syndiquées chrétiennes ont participé au mouvement gréviste – alors qu’elles ont été très souvent exclues des négociations paritaires – la constitution de nouveaux syndicats mixtes d’employés et la fusion des anciens syndicats masculins et féminins semblent avoir été assez généralisées13. Dans le secteur des produits chimiques, la naissance du syndicalisme chrétien se fait sur la base de la mixité, il n’a jamais été question de syndicats séparés. Toutefois, pour respecter les consignes de la CFTC, les dirigeants créent des sections féminines qui jouent le rôle des commissions féminines14. Il s’agit bien sûr de deux cas qu’il ne faut pas généraliser. Néanmoins, le seul fait de mettre en œuvre une large consultation sur la question des syndicats mixtes révèle l’importance du phénomène.

  • 15 La Travailleuse, no 188, sept.-oct. 1936.
  • 16 L’Employé, 46e année, no 456, 10 oct. 1936.

11Selon les militantes chrétiennes, il s’agit d’un réel problème puisque les syndicats mixtes échappent à toute fin pratique à la nouvelle fédération féminine. Ceux-ci sont affiliés aux unions régionales et aux fédérations de métier (mixtes dans les deux cas), d’où la nécessité d’une récupération des éléments féminins par le biais des commissions féminines. Mais les commissions féminines coiffées par la Commission féminine confédérale demeurent tout de même en dehors des structures de l’Union centrale des syndicats féminins. D’ailleurs, la réaction des militantes ne se fait pas attendre. Déjà dans le numéro de La Travailleuse paru suite aux événements de juin 1936, Madeleine Tribolati insistait sur la nécessité pour les femmes d’être défendues par des femmes. Elle écrivait alors : « Dans la majorité – on pourrait dire dans la totalité des cas – les femmes ont été représentées et défendues par les dirigeantes de nos syndicats féminins15 ». L’affirmation de la pertinence du syndicalisme féminin au moment même où le syndicalisme chrétien s’interroge sur la place des organisations féminines en son sein ne relève pas de la coïncidence. Tout se passe comme si les bouleversements de Tannée 1936 condamnaient les militantes à réaffirmer haut et fort la qualité de leur présence et la nécessité de leur action, à preuve la multiplication des interventions en faveur du syndicalisme féminin. C’est ainsi que le 3 octobre 1936, l’Union régionale parisienne organise un grand meeting pour défendre la liberté syndicale face aux tentatives cégétistes d’imposer dans certains secteurs le monopole syndical. Devant cinq mille personnes – hommes et femmes – réunies salle Wagram à Paris, Marie-Louise Danguy prend la parole. Oratrice efficace, Danguy commence par saluer toutes les travailleuses présentes dans la salle. Elle poursuit en expliquant les raisons pour lesquelles les femmes ont adhéré en si grand nombre à la CFTC depuis les événements de 1936. Selon elle, le facteur décisif est la constitution depuis des années d’une élite féminine qui a favorisé la défense des intérêts des travailleuses16. Si les travailleuses ont obtenu des améliorations dans le cadre des conventions collectives c’est grâce à la compétence et au dévouement des dirigeantes des syndicats féminins. À l’instar de Madeleine Tribolati, Danguy insiste sur le fait qu’il est nécessaire de conserver des organisations féminines car sans la présence active des représentantes des syndicats féminins les revendications spécifiques des travailleuses n’auraient pas reçu le même écho. Pour la première fois, les militantes chrétiennes systématisent leurs pratiques à travers un discours féministe. Car ne nous y trompons pas, il s’agit bien là d’un discours féministe militant qui défend la place ainsi que les droits et les intérêts particuliers des femmes à l’intérieur du mouvement syndical. Rappelant les qualités premières des militantes chrétiennes formées à l’action syndicale – dévouement et compétence – Danguy assume les traits originaux du syndicalisme féminin en même temps qu’elle en dégage les lignes de force : une présence active dans de nombreuses organisations du monde du travail comme par exemple au Conseil Économique dont Marguerite Lafeuille fait partie.

12Nous avons montré précédemment combien la formation militante acquise par les dirigeantes des organisations féminines a favorisé l’implication de ces dernières à tous les niveaux de la vie syndicale et professionnelle. Il faut également rappeler que le syndicalisme féminin chrétien est basé sur un mode d’organisation exclusivement féminin. Ce qui permet aux militantes de contourner la discrimination sexuelle qui limite les postes offerts aux femmes dans le mouvement syndical mixte. Les syndicats féminins offrent aux militantes un cadre d’action qui les libère d’une partie des contraintes imposées à leur sexe. Le caractère émancipateur du syndicalisme féminin est nettement perceptible lorsque l’on suit le parcours des militantes les plus en vue du mouvement syndical chrétien. C’est ce long parcours vers l’autonomie que célèbre Marie-Louise Danguy lors de la réunion de la salle Wagram. Compte tenu de ce que nous savons d’une part de la culture militante au sein des organisations féminines et, d’autre part, de l’espace distinct aménagé et occupé par les organisations féminines au sein de la CFTC, n’est-il pas normal d’assister à l’affirmation d’un discours féministe revendiquant le caractère nécessaire et original du syndicalisme féminin ? À cette question il serait tentant de répondre d’emblée par l’affirmative, dans la mesure où les pratiques syndicales et féminines des organisations chrétiennes relèvent et de leur identité et de leur histoire. Dans cette perspective, l’émergence d’un discours féministe ne fait que traduire la prise de conscience de cette réalité. Mais alors pourquoi celui-ci ne s’est-il pas manifesté plus tôt ? Nous croyons qu’il faut replacer l’avènement de ce discours dans le contexte particulier de l’automne 1936, c’est-à-dire au moment où les syndicats féminins traversent une crise organisationnelle.

  • 17 Le Syndicalisme, 2e année, no 12, janv. 1937.

13Jusqu’à 1936, les militantes ont toujours œuvré au sein de structures féminines autonomes. Dans ce cadre protégé, elles n’ont pas cru nécessaire de recourir à un discours structuré et militant défendant leurs pratiques. À la suite des événements de mai-juin 1936, les organisations féminines telles qu’elles se sont développées historiquement depuis le début du XXe siècle sont fortement critiquées. Tout d’abord, la présence de deux fédérations paraît désormais aberrante sinon menaçante pour la croissance du syndicalisme chrétien. Ensuite, la constitution de syndicats mixtes, dont le contrôle échappe à la fédération unifiée, semble tolérée par les dirigeants de la CFTC, puisque la présence de ces organisations est maintenue jusqu’à ce que le Bureau confédéral ait statué sur la question. Désormais, les syndicats féminins n’évoluent plus en vase clos et leur intégration dans le mouvement syndical non seulement bouscule leur caractère fortement autonomiste, mais atténue également et de manière considérable leur spécificité. Aussi les dirigeantes des syndicats féminins vont-elles réagir en optant pour une double stratégie qui traduit leur force mais aussi leur faiblesse. Premièrement, devant les critiques répétées faisant état des problèmes engendrés par la présence de deux fédérations féminines nationales, elles adoptent une ligne souple puisqu’elles consentent à fusionner au sein d’une seule fédération. Nous avons cependant montré que les structures de la nouvelle union, en répartissant les tâches et les rôles selon les anciennes lignes de force, permettent à toute fin pratique de conserver intacts les champs partagés de compétence et d’intervention de chacune. On peut donc en conclure que si la fusion provoque des remous au sein des fédérations – quelques susceptibilités étant froissées – elle offre l’avantage de regrouper, autour d’un noyau de militantes aguerries, les forces vives du syndicalisme féminin. C’est d’ailleurs ce que traduit l’article de la nouvelle présidente de l’Union, Jeanne Aubert, lorsqu’elle écrit : « Il est des moments où il faut savoir s’unir pour être fort. C’est ce que nous entreprenons17 ».

14Deuxièmement, les militantes font une concession majeure en acceptant la création de syndicats mixtes. Car ceux-ci marquent désormais les limites du syndicalisme féminin autonome. En effet, d’une part, les syndicats mixtes récupèrent au profit des fédérations de métier et des unions régionales une partie des nouveaux éléments syndiqués depuis juin 1936. D’autre part, les travailleuses qui œuvrent dans les secteurs les plus dynamiques de l’économie française, ceux où l’on retrouve des entreprises de pointe comme la métallurgie ou les produits chimiques, échappent désormais à la fédération féminine. Les syndicats féminins se voient donc confinés aux secteurs qui leur sont familiers tels la couture, le textile, les banques et assurances. Voilà qui laisse entrevoir l’une des grandes faiblesses des syndicats féminins chrétiens, à savoir leur difficulté à sortir des lieux de leur implantation traditionnelle et par le fait même, celle de renouveler leur base militante. L’établissement des commissions féminines locales relevant de la Commission féminine confédérale paraît une piètre consolation en regard du déficit que les syndicats féminins enregistrent sur le plan organisationnel. Devant la menace appréhendée d’une mise à l’écart des organisations féminines indépendantes, les militantes clament haut et fort la légitimité historique du militantisme syndical féminin et la pertinence de maintenir une fédération féminine indépendante au sein de la centrale chrétienne. Le discours de Marie-Louise Danguy traduit les préoccupations des militantes qui doivent désormais composer avec une nouvelle réalité : la constitution de syndicats mixtes regroupant les hommes et les femmes sur les lieux de travail au sein des entreprises.

15Ces changements traduisent-ils l’émergence d’un cours nouveau au sein du syndicalisme chrétien ? Les dirigeantes des syndicats féminins ne sont pas loin de le penser et c’est ainsi qu’elles en viennent à s’interroger sur leurs façons de dire et de faire. Certaines pratiques sont-elles toujours adaptées au temps présent ? Ne relèvent-elles pas de conceptions traditionnelles aujourd’hui dépassées par de nouvelles attitudes ? Les syndicats féminins ne doivent-ils pas intégrer une culture davantage ouverte sur la modernité, c’est-à-dire la mixité ? Voilà les questions qui font l’objet d’une discussion entre Marie-Louise Danguy et l’abbé Le Cordier, un ami des syndicats chrétiens. La lettre adressée par Le Cordier à Danguy a fait l’objet d’une analyse par Michel Launay. Nous ne reprendrons pas ici les éléments qu’il a dégagés et qui concernent l’organisation de la propagande en milieu syndical chrétien. Nous voulons insister sur deux aspects abordés par Le Cordier et qui nous semblent significatifs dans le cadre du sujet qui nous intéresse.

  • 18 APGT Dossier « correspondances intérieures ».
  • 19 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 363-366.

16Tout d’abord, l’abbé confesse que les méthodes traditionnelles employées par les syndicats chrétiens doivent être abandonnées. Elles lui paraissent désuètes et n’intéressent plus « qu’un petit troupeau, toujours le même de nos bons fidèles18 ». Il recommande à Danguy de faire preuve d’audace en organisant des réunions syndicales mixtes dans un cadre non paroissial. Notons que l’abbé s’intéresse avant tout à la question des réunions de propagande. Mais il est tout à fait significatif que la mixité soit désormais perçue comme une méthode nouvelle, susceptible de concourir au succès du syndicalisme féminin. D’après Le Cordier, le syndicalisme féminin doit sortir des ornières dans lesquelles il tend à s’enliser depuis quelques années et les réunions régionales mixtes lui permettront justement de rejoindre un nouvel auditoire. Celui-ci sera composé de femmes et d’hommes jeunes qui forment, depuis les événements de 1936, le nouveau contingent des syndiqués. Selon lui, les réunions mixtes non paroissiales paraîtront assurément plus attrayantes aux nouveaux syndiqués et permettront aux syndicats féminins de sortir de leurs cercles habituels. Pour l’abbé, les syndicats chrétiens doivent donc rapidement abandonner leurs pratiques traditionnelles et élargir leurs horizons en optant, entre autres, pour la mixité. Notons que si l’abbé Le Cordier s’adresse personnellement à Marie-Louise Danguy, ses critiques ne visent pas seulement les syndicats féminins. Comme l’a montré Michel Launay, c’est à l’ensemble du mouvement syndical chrétien que l’abbé reproche de manquer d’audace19.

  • 20 APGT. Circulaires confédérales et autres documents (08/01/34 au 18/05/37). Circulaire du 2-37.

17La question de la mixité représente désormais un enjeu important dans les discussions qui s’engagent sur la place et le rôle de la fédération féminine au sein de la CFTC. Et les syndicats féminins réclament une position claire de la part de la direction de la centrale sur cette question. Comme nous l’avons signalé précédemment, tout au long de l’automne 1936, des consultations sont organisées auprès des unions régionales et des fédérations sur la question de la mixité. Une décision est finalement prise par le Bureau confédéral et entérinée par le Conseil national le 16 janvier 1937. Le texte d’une page est envoyé par la Confédération à toutes les unions départementales et régionales ainsi qu’aux fédérations de métier. D’emblée, la centrale affirme la place importante du mouvement syndical féminin au sein du syndicalisme chrétien en précisant que celui-ci « fait partie intégrante de la CFTC »20. Dans un premier paragraphe, le Bureau confédéral confirme la nécessité de regrouper les hommes et les femmes dans des syndicats séparés. Toute exception à cette règle générale devra recevoir l’approbation du Bureau. Quant aux syndicats mixtes déjà établis, la note précise que les éléments féminins devront être représentés au conseil syndical au prorata de leurs membres. Une commission féminine devra être mise sur pied pour étudier toutes les questions afférentes au travail féminin. Par ailleurs, les services s’adressant spécifiquement aux femmes tels que le placement, la formation syndicale de base et la formation professionnelle seront assurés et financés directement par les budgets du syndicat mixte.

18Le texte apporte une précision importante concernant la question des cotisations des syndicats mixtes. Dorénavant, les syndicats mixtes seront tenus de verser une cotisation annuelle spéciale à la fédération féminine. C’est le congrès annuel qui fixera le montant de celle-ci. Si la fédération féminine perd effectivement des membres au profit des fédérations de métiers auxquelles sont rattachés les syndicats mixtes, elle recevra au moins une compensation financière. On peut supposer qu’il s’agit là d’un compromis résultant de la négociation amorcée entre le Bureau confédéral et la fédération féminine durant l’automne 1936. À cette occasion d’ailleurs, le Bureau confédéral en profite pour fixer par écrit les modalités des rapports entre les syndicats féminins et masculins. Désormais, les syndicats chrétiens devront constituer sur le plan local ou départemental, une chambre syndicale dans laquelle les deux éléments seront représentés au prorata de leurs membres. L’objectif visé est d’obtenir une meilleure coordination entre les syndicats féminins et masculins d’une même profession afin qu’ils soient plus largement représentatifs notamment au moment des négociations avec le patronat.

19Le Bureau confédéral cherche également à établir une liaison plus étroite entre tous les éléments féminins, qu’ils soient regroupés au sein des syndicats mixtes ou féminins. Pour ce faire, il demande à chaque union locale, départementale ou régionale et à chaque fédération de métier de créer, si ce n’est déjà fait, une commission féminine. Finalement, la note établit que ces commissions féminines devront être en liaison étroite et constante avec la Commission féminine confédérale instituée par le Bureau confédéral. Le rôle de la Commission est d’assurer la coordination des éléments féminins mais il doit aussi informer les organismes dirigeants de la CFTC sur les questions intéressant le travail féminin. Il s’agit donc d’un élargissement de son mandat par rapport à celui qui lui était dévolu lors de sa création en 1935. Rappelons qu’au moment de sa mise sur pied, la Commission était chargée d’un travail d’information auprès des dirigeants de la centrale chrétienne. À compter de 1937, elle doit également superviser et coordonner les commissions féminines locales et régionales de façon à davantage intégrer l’action menée par les éléments féminins et masculins.

  • 21 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 346.

20Selon Michel Launay, les événements de 1936 ont permis aux syndicats féminins d’obtenir un règlement précis qui détermine leur place au sein de la centrale chrétienne. Selon son analyse, jamais les syndicats féminins n’avaient ainsi obtenu un statut particulier21. Effectivement, comme nous venons de le voir, les organisations féminines jouissent d’un statut spécial au sein de la CFTC, dans la mesure où leur caractère distinct est considéré comme faisant partie intégrante de l’identité de la Confédération chrétienne. Mais il semble exagéré de parler dans ce cas d’un règlement précis fixant de manière claire la place du syndicalisme féminin au sein du mouvement syndical chrétien. Le texte élaboré par la Bureau confédéral ne règle pas tous les problèmes, tant s’en faut. Au contraire, il semble que les années suivantes soient marquées par de nombreuses mésententes entre la CFTC et les dirigeantes de l’Union. C’est ainsi que des désaccords surgissent à propos de questions techniques comme la fixation des cotisations, mais aussi au sujet de problèmes plus épineux tels que la constitution de syndicats mixtes, les rapports entre les syndicats masculins et féminins, ou encore les relations entre la fédération féminine et la Commission féminine. À plusieurs reprises, le Bureau confédéral est d’ailleurs saisi de dossiers concernant ces questions et se voit obligé de trancher entre les parties. Tâche délicate puisque des intérêts divergents sont en jeu.

21Instance supérieure de la centrale, le Bureau confédéral n’est pas neutre ; au contraire, il reflète les diverses tendances actives à tous les échelons de l’organisation chrétienne. Parmi celles-ci, nous retrouvons les syndicats féminins qui ne forment pas une seule et même entité. En effet, le mouvement féminin souffre d’un manque de rationalité voire d’unité au niveau organisationnel. En principe, c’est ce problème que la fusion des deux fédérations, ainsi que la rédaction du texte de janvier 1937 devaient régler. Mais, comme nous l’avons montré, dans les faits, la juxtaposition des structures au sein des unions et des fédérations, ainsi que la multiplication des représentations au sein de nouvelles instances de coordination, comme les commissions féminines et les chambres syndicales, renvoient l’image d’un désordre fonctionnel. Notons que ce manque d’unité et de cohérence se retrouve au sein du Bureau confédéral. Pour ne donner qu’un exemple, soulignons que les tâches et les rôles respectifs de Marguerite Lafeuille, déléguée de l’Union centrale des syndicats féminins et Marcelle Berdin, présidente de la Commission féminine confédérale, demeurent imprécis voire contradictoires. Soulignons également qu’au Bureau, la représentation des femmes reste inférieure à celle des hommes et, sans être marginales, leurs voix demeurent toutefois minoritaires lorsqu’il est temps de passer au vote. C’est pourquoi les influences, les appuis et les alliances s’avèrent nécessaires, puisque les militantes ne forment pas un bloc homogène au Bureau confédéral.

Notes

1 La Ruche syndicale, 34e année, déc. 1936.

2 Syndicalisme, no 18, juill. 1937.

3 AAP Série 3KI-l(d), dossier « Syndicats chrétiens ».

4 AAP Série 3KI-l(d), dossier « Syndicats féminins de la rue de l’Abbaye ».

5 AAP Série 3KI-l(d) fiche 4-F, dossier « Syndicats féminins ».

6 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 354.

7 Ibid., p. 346.

8 AAP Série 3KI-l(d), dossier « Syndicats féminins ».

9 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 305.

10 AAP Série 3KI-l(d) fiche 4 - F, dossier « Syndicats féminins ».

11 APGT Circulaire du 23 nov. 1936.

12 Ibid.

13 La Voix des travailleurs, no 208, 10 févr. 1937. Entrevue avec Simone Troisgros réalisée à Paris en 1990.

14 La Vie syndicale, organe mensuel du Syndicat des produits chimiques, 1ère année, no 1, avril 1937.

15 La Travailleuse, no 188, sept.-oct. 1936.

16 L’Employé, 46e année, no 456, 10 oct. 1936.

17 Le Syndicalisme, 2e année, no 12, janv. 1937.

18 APGT Dossier « correspondances intérieures ».

19 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 363-366.

20 APGT. Circulaires confédérales et autres documents (08/01/34 au 18/05/37). Circulaire du 2-37.

21 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 346.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search