Version classiqueVersion mobile

Les Débuts du syndicalisme féminin chrétien en France

 | 
Joceline Chabot

Troisième partie. Les syndicats féminins chrétiens et la défense des travailleuses : une action inscrite dans la durée (1919-1936)

Chapitre II. La crise des années trente : les syndicats féminins et la question du travail des femmes

Texte intégral

I – Les catholiques sociaux et le travail féminin ; une brève rétrospective

  • 1 Semaines sociales de France, Cours de doctrine et de pratique sociale, IXe session, Limoges 1912, L (...)
  • 2 Ibid., p. 92.
  • 3 Ibid.

1En 1912, lors de la neuvième session des Semaines sociales de France qui se déroule à Limoges, Joseph Zamanski présente ses réflexions sur « Le travail de la femme et de la famille1 ». Issu de l’Association catholique de la jeunesse française (ACJF), Zamanski est l’un des représentants du patronat catholique social et un ami des syndicats chrétiens. Ses idées, présentées dans un style clair et concis, résument la position de la majorité des catholiques sur la question du travail des femmes. Selon Zamanski, l’homme est le pourvoyeur naturel du foyer ; « À la femme, l’enfantement et ses conséquences : les soins domestiques, le travail intérieur […]2 ». Autour de ce thème, les catholiques sociaux, dont Zamanski est l’un des porte-parole, développent un discours qui respecte les enseignements de l’Église en la matière, tout en tenant compte de la réalité contemporaine. En effet, pour déplorable qu’il soit à leurs yeux, le travail féminin semble répondre à une nécessité des sociétés industrielles. Si dans l’ordre de la Providence, la femme est appelée à devenir une épouse et une mère et donc à accomplir les devoirs qui lui incombent, dans la réalité actuelle, la femme est parfois amenée à occuper une place qui « peut être anormale, et cependant légitime et nécessaire3 ».

  • 4 E. Baudoin, La Mère au travail et le retour au foyer, Paris, Éditions Bloud et Gay, 1931. A. Butill (...)
  • 5 M. Martin, « Ménagère : une profession ? Les dilemmes de l’entre-deux-guerres », Le Mouvement socia (...)

2Nous ne saurions trop insister sur cet aspect : le discours catholique social, qui demeure remarquablement constant durant la période qui nous intéresse, s’articule autour de deux postulats. Premièrement, la place naturelle des femmes, telle que voulue par Dieu, est au foyer. Deuxièmement, si dans la société actuelle de nombreuses femmes mariées travaillent, c’est qu’elles y sont contraintes par le développement particulier des économies industrielles et l’évolution générale de la société4. Qu’il nous suffise de résumer les grandes lignes des explications avancées par les catholiques sociaux pour justifier cette deuxième affirmation. Tout d’abord, ils admettent que le travail des femmes ne date pas du XIXe siècle. De tout temps, les femmes se sont livrées à des travaux qui ne relevaient pas des soins domestiques, mais dans le cadre des sociétés modernes, la nouveauté réside dans le travail salarié des femmes. Celui-ci peut s’accomplir à l’usine et au foyer mais c’est l’évolution économique des sociétés industrielles qui en est responsable. Ensuite, les catholiques sociaux estiment que la famille ne suffit plus à elle-même car l’industrie monopolise une grande partie des tâches autrefois dévolues à la femme alors même que les revenus du mari sont insuffisants pour faire vivre sa famille. De plus, la doctrine et les pratiques libérales basées sur la non-intervention de l’État en matière sociale et économique laissent la travailleuse isolée sans aucune protection, augmentant l’intérêt des employeurs pour une main-d’œuvre à bon marché. Enfin, le mouvement féministe pose le principe du droit au travail des femmes comme corollaire à l’égalité des sexes reléguant ainsi les travaux ménagers et l’éducation des enfants au rang des tâches serviles. Les catholiques sociaux constatent que les mentalités s’en trouvent bouleversées et les femmes négligent les travaux domestiques, qui leur paraissent désormais dévalorisants. D’ailleurs, l’entre-deux-guerres est marqué par la volonté d’une partie des élites françaises de revaloriser les tâches domestiques et de faire des travaux ménagers un véritable métier5.

3Le discours des catholiques sociaux procède de ce double constat : le rôle normal de la femme est celui d’épouse et de mère, et sa place naturelle est au foyer. Le travail des femmes et des mères hors du foyer est un phénomène récent et anormal mais avec lequel il faut composer. Faut-il rappeler que cette référence à l’illégitimité du travail féminin n’est pas le seul fait des catholiques sociaux ?

  • 6 S. Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé, op. cit., p. 66.

4Comme l’a noté Sylvie Schweitzer, dès lors que la famille et la maternité sont au centre de la société, le discours sur la femme au foyer devient la normalité alors que la femme au travail apparaît comme une aberration6. Se pose alors la question : que peut-on et que doit-on faire pour rétablir une situation plus normale, c’est-à-dire plus conforme à l’ordre providentiel ? Encore une fois, les catholiques sociaux s’entendent pour proposer un programme cohérent auquel ils demeurent fidèles durant toute la période de l’entre-deux-guerres. D’emblée, et dès le début du XXe siècle, la majorité d’entre eux se prononce contre l’interdiction légale du travail des femmes mariées et cela pour au moins deux raisons. D’une part, l’État n’a pas à intervenir dans la vie privée des personnes et ne peut brimer la liberté individuelle. C’est ainsi qu’en 1931, au moment où la crise économique avec son cortège de chômeurs pose de manière plus aiguë la question du droit au travail des femmes et que des propositions, à l’instar de celle des catholiques belges, vont dans le sens d’une interdiction légale, l’auteur Ève Baudoin écrit :

  • 7 E. Baudoin, La Mère au travail, op. cit., p. 81.

[...] j’avoue y trouver une atteinte un peu vive à la liberté privée, liberté de la femme, liberté du ménage, et une tendance, qui s’indique [sic] dans notre législation moderne, à affaiblir le sens des responsabilités7.

  • 8 E. Duthoit, « Le travail féminin dans l’industrie », Semaines sociale de la France, Cours de doctri (...)

5Pour beaucoup de catholiques sociaux, interdire le travail des femmes mariées « serait une prime dangereuse au célibat, au vice et au concubinage »8. Autrement dit, le remède semble pire que le mal car une interdiction légale du travail des femmes risque d’avoir des conséquences encore plus pernicieuses puisque, selon les catholiques sociaux, les épouses et les mères ne choisissent pas de travailler en dehors du foyer mais y sont contraintes par l’insuffisance des revenus de leur conjoint.

  • 9 F. Thébaud, « Le mouvement nataliste dans la France de l’entre-deux-guerres : l’Alliance nationale (...)
  • 10 L. L. Frader, « Femmes, genre et mouvement ouvrier en France au XIXe et XXe siècle : bilan et persp (...)
  • 11 M. Decouvelaere, Le Travail industriel des femmes mariées, Paris, Édition Arthur Rousseau, 1934, p. (...)
  • 12 A.-M. Sohn, « Entre deux guerres », op. cit., p. 95.

6L’objectif visé par les catholiques sociaux demeure toutefois le retour de la mère au foyer, car selon eux, le travail des femmes à l’extérieur est l’une des principales causes de la dénatalité et de l’augmentation de la mortalité infantile. Les catholiques sociaux participent du discours nataliste qui tient une place importante en France compte tenu de la chute précoce de la natalité à compter de la deuxième moitié du XIXe siècle et des conséquences démographiques de la Première Guerre mondiale9. Le carnage de la Première Guerre mondiale a d’ailleurs influencé les positions des militants mais aussi des militantes de la CGT qui, durant l’entre-deux guerres, soutiennent l’importance fondamentale de la maternité pour les ouvrières et la nécessité de sa revalorisation10. Ce discours fait de la mère le personnage central du foyer. Celui par lequel la famille et même la nation seront sauvées : « La mère hors de chez elle, c’est donc du point de vue matériel, comme du point de vue moral, la disparition de la race11 ». Il est bon de rappeler que la propagande nataliste, savamment orchestrée par les pouvoirs en place – religieux, politique et médical – durant les années vingt et trente, n’a eu somme toute qu’un impact limité sur la vie des femmes françaises, sauf peut-être pour les femmes des classes moyenne et supérieure12. Issues, pour la majorité d’entre elles des classes moyennes, les militantes catholiques sociales endossent pleinement le discours nataliste. Mais devant la résistance des femmes à abandonner leur travail salarié à l’extérieur du foyer – n’oublions pas que durant l’entre-deux-guerres les femmes représentent entre 36,6 % et 37,9 % de la population active – elles proposent un certain nombre de réformes concrètes susceptibles de favoriser le retour des mères au foyer. Les catholiques sociaux s’entendent d’abord pour exiger des mesures permettant d’augmenter le revenu familial. Ce qui signifie concrètement l’amélioration du salaire du père ainsi que des allocations familiales et des assurances sociales supérieures pour les foyers où la mère demeure à la maison. Ensuite, ils militent en faveur de politiques sociales visant l’assainissement des logements et la construction de logements sociaux. Enfin, le dernier volet de ces réformes concerne l’éducation. Tous réclament un programme d’éducation ménagère de façon à donner le goût des travaux ménagers aux jeunes filles. Mais pour certains, ce programme éducatif doit aller plus loin et permettre aux femmes d’avoir une vie publique et politique satisfaisante :

  • 13 M. Decouvelaere, Le Travail industriel, op. cit., p. 394.

La femme demeurerait plus facilement chez elle, si on voulait bien lui accorder une certaine action en dehors de son foyer [...] c’est-à-dire soit une action sociale, soit une certaine participation à la vie publique [...]13.

7Les militants et les militantes syndicalistes chrétiens vont s’inspirer largement de ce discours tout en développant leur propre programme social sur la question du travail des femmes et du retour de la mère au foyer.

8Il faut présenter les positions de la CFTC à propos de la question du retour de la mère au foyer en insistant tout particulièrement sur la contribution spécifique des militantes des fédérations féminines. En effet, à partir d’une expérience originale basée sur l’action syndicale, les militantes des syndicats féminins tout en se conformant aux grandes lignes du discours élaboré par les catholiques sociaux en la matière, semblent avoir disposé d’une marge d’autonomie qui leur a permis non seulement de produire un programme cohérent, mais aussi de faire adopter celui-ci par les instances décisionnelles de la centrale chrétienne.

II – Les syndicats féminins et la question du retour de la mère au foyer

9La crise des années trente avec la montée radicale du nombre de chômeurs pose de manière aiguë la question du travail des femmes mariées et plus particulièrement du travail des mères hors du foyer. Comme nous l’avons vu, cette question n’est pas nouvelle et depuis l’avènement de la société industrielle au XIXe siècle, elle est au centre des réflexions de tous les réformateurs sociaux qui s’intéressent à l’évolution du monde du travail. Mais la crise économique, avec ses conséquences dramatiques pour les travailleurs, relance le débat concernant la place des femmes sur le marché du travail. D’aucuns considèrent que les femmes mariées doivent réintégrer le domicile familial puisqu’il s’agit de leur rôle naturel. Le retour des femmes, mais surtout des mères au foyer, célébré à travers le discours nataliste, offre non seulement les promesses d’une régénération de la race française, mais aussi la perspective d’une solution commode à la crise du chômage. Avec l’aggravation de la crise, l’action pour la mère au foyer emprunte un caractère plus systématique et prend même parfois des allures de croisade. On peut citer l’exemple des militantes de l’Union féminine civique et sociale d’Andrée Butillard, pour lesquelles le retour de la mère au foyer constitue un combat de tous les instants. Aux mesures traditionnelles visant à favoriser le retour de la mère au foyer – éducation ménagère, salaire familial, allocations familiales – certaines personnes, à l’instar des catholiques sociaux belges, réfléchissent à la possibilité d’intervenir légalement pour interdire le travail salarié des femmes mariées. Cette interdiction légale permettrait, selon eux, de régler à la fois la question du travail des femmes mariées et le problème du chômage.

10Dans ce contexte, les militantes des syndicats féminins n’ont d’autre choix que de prendre position. En 1935, une jeune militante de la Fédération du boulevard des Capucines, Madeleine Tribolati, rédige deux longs articles au titre significatif qui paraissent à la une du journal La Travailleuse, « Un problème actuel : le travail féminin ». La réflexion approfondie à laquelle se livre Tribolati va servir de base à l’élaboration d’une position officielle qui sera d’abord celle des syndicats féminins avant d’être adoptée par la CFTC. Tribolati ne laisse rien au hasard et son texte présente une somme considérable d’informations sur le travail des femmes depuis le début du siècle. Formée à la méthode de l’École normale sociale (ENS), Tribolati entend d’abord s’appuyer sur des faits concrets afin d’étayer sa démonstration. Compte tenu de l’importance de ce texte dans le cadre du débat sur la place et le rôle du travail féminin au sein du mouvement syndical chrétien, il est essentiel d’en faire une présentation systématique afin d’en analyser le sens et la portée.

11Tribolati commence son article sur un ton légèrement persifleur à l’égard de ceux qui croient enfin détenir la panacée au problème du chômage. « La cause de la crise, c’est le travail féminin. Supprimons-le et instantanément [sic] la prospérité renaîtra ». Le style adopté par Tribolati n’est pas coutumier du journal de la Fédération, mais elle poursuit avec la même liberté de ton :

  • 14 La Travailleuse, no 173, févr. 1935.

Et petit à petit, l’idée fait son chemin. [...] on laisse entendre aux chômeurs qu’il leur sera impossible de retrouver du travail tant qu’on n’aura pas délogé les femmes de tous les emplois qu’elles ont l’audace d’occuper14.

  • 15 Marchand, C. Thélot, Deux siècles de travail en France, Paris, INSEE, 1991, p. 75-77.
  • 16 S. Schweitzer, Les Femmes ont toujours travaillé, op. cit., p. 82.
  • 17 La Travailleuse, no 173, févr. 1935.

12Tribolati s’attaque à l’idée selon laquelle, depuis le début du siècle, les femmes seraient de plus en plus nombreuses sur le marché du travail, diminuant d’autant le nombre d’emplois disponibles pour les hommes. Pour infirmer cette thèse, elle recourt aux statistiques sur le travail féminin et établit ainsi que le nombre de femmes actives a chuté entre 1906 et 1926. Les études menées par les historiens ont montré qu’en effet le taux d’activité des femmes est en baisse entre 1911 et 1936. Pour les femmes âgées de 25 à 54 ans, il passe de 47,3 % à 40,8 %. On note également une chute de près de 7 % du taux d’activité chez les femmes de 55 ans et plus15. Cette baisse d’activité des femmes durant les années vingt et trente doit cependant être nuancée. Elle s’explique non pas par un retour au foyer mais par une restructuration industrielle et un rétrécissement de la pyramide des âges des femmes actives. Il faut ajouter à cela une crise agricole qui réduit sensiblement le taux d’activité féminine – mais aussi masculine – dans ce secteur16. Selon Tribolati la confusion concernant le taux de l’activité féminine naît du « fait de voir les femmes occuper certains emplois nouveaux »17. La place accrue des femmes dans les services administratifs, les professions libérales ou encore le commerce suffit à entériner l’idée d’un monde du travail de plus en plus féminisé. À la lumière des statistiques officielles, Tribolati conclut à un portrait plus nuancé de la réalité.

  • 18 La Travailleuse, no 174, mars 1935.
  • 19 S. Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé, op. cit., p. 74.

13Dans son deuxième article, elle pose d’emblée la question de la légitimité du travail des femmes : « La femme a-t-elle le droit d’accomplir un travail rémunéré et – dans l’affirmative – l’exercice de ce droit est-il compatible avec un bon équilibre social18 ? ». À la première partie de la question, Tribolati répond sans hésiter en invoquant le droit fondamental qu’a tout être humain de pouvoir subvenir à ses besoins. La deuxième partie s’avère plus délicate puisqu’elle pose le problème du travail de la femme mariée en dehors de son foyer. Elle reconnaît que la place naturelle de la mère est auprès de ses enfants, mais pour différentes raisons, ces dernières sont parfois amenées à travailler à l’extérieur. Ici, elle fait appel aux arguments développés depuis plusieurs années par les catholiques sociaux à savoir que si les mères travaillent, c’est parce qu’elles y sont contraintes. Encore une fois précisons que si cet argument est au cœur du discours catholique social, il ne loge pas à une seule enseigne et participe du discours dominant depuis le XIXe siècle19 Mais du même souffle, Tribolati mesure les limites de cette argumentation pour expliquer un phénomène qui dépasse le seul aspect de la nécessité économique. Elle estime qu’il y a d’autres paramètres qui sont posés, notamment ceux de la liberté des femmes et du libre exercice de leurs facultés. Elle écrit :

  • 20 La Travailleuse, no 174, mars 1935.

En vertu de quel droit et au nom de quel principe voudrait-on séparer l’humanité en deux camps, dont l’un aurait le privilège de prendre librement son essor, cependant que l’autre – pour éviter toute concurrence – se verrait forcé de limiter le sien ? C’est une sottise [...]20.

14Tribolati prononce là une véritable profession de foi en faveur du droit au travail des femmes. Dans le paragraphe suivant, elle se sent d’ailleurs obligée de tempérer ses propos en rappelant encore une fois que le rôle naturel des femmes est de mettre au monde des enfants et de les élever. Cependant, selon elle, les solutions concrètes à la crise du chômage ne peuvent résider dans l’exclusion des femmes du marché de l’emploi. Tribolati considère que le seul moyen équitable pour atténuer les effets néfastes de la crise consiste en l’application du principe « à rendement égal, salaire égal ». Elle termine son article en soulignant que les organisations féminines proposent également d’autres moyens qui s’appliquent à l’ensemble de la main-d’œuvre comme la prolongation de la scolarité, la suppression des cumuls d’emplois et, surtout, la réduction des heures de travail.

15L’article de Tribolati se situe dans la continuité de la problématique développée par les catholiques sociaux sur la question du travail féminin. Il emprunte à ce discours les grandes lignes de son argumentation et fait sien le postulat selon lequel la place naturelle des mères est au foyer. Mais son texte est d’abord celui d’une femme engagée dans le combat syndical et, en ce sens, il constitue un plaidoyer pro domo puisque l’objectif primordial des organisations syndicales demeure la défense des travailleuses. Face à tous ceux qui voudraient se servir de la crise pour régler la question du travail féminin, l’auteur tient à affirmer haut et fort le droit fondamental des femmes à subvenir par elles-mêmes à leurs besoins. Si le retour des mères au foyer doit être encouragé par des moyens appropriés, c’est la défense des conditions de travail des femmes qui représente le but premier des syndicats féminins chrétiens. D’une part, le texte de Tribolati rend compte d’une pratique syndicale axée sur la défense du droit au travail des femmes et, d’autre part, il fait preuve d’une sensibilité féconde à l’égard de la condition féminine appréhendée dans sa réalité multiforme : les femmes sont mères, épouses et travailleuses. Ce texte constitue par ailleurs un bel exemple de dialectique propre au milieu catholique. Tribolati use avec beaucoup d’à-propos des arguments en vigueur dans les milieux catholiques sociaux sur la question du travail des femmes tout en exerçant avec indépendance son jugement critique et son expérience militante.

  • 21 Ibid., no 178, juill.-août 1935.
  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid.

16Dans les semaines suivant leur parution, les articles de Madeleine Tribolati ne restent pas sans écho : la réflexion s’engage autour de l’équilibre à maintenir entre l’affirmation de la « vocation normale des femmes au foyer21 » et la défense de leur droit au travail. Selon les militantes chrétiennes cette tâche leur revient de plein droit puisqu’elles possèdent « la double lumière de l’expérience et des principes22 ». Dans un court article paru dans La Travailleuse, la Fédération invite toutes les syndiquées à étudier cette question complexe car il revient aux syndiquées « la tâche et l’honneur de défendre avec nos sœurs leur gagne-pain et l’ordre familial [...] »23. À n’en pas douter, les militantes des organisations féminines livrent ici une bataille à l’intérieur même du mouvement syndical chrétien. Sur la question du travail des femmes, elles revendiquent la pleine autonomie relativement aux discours à définir et aux actions à entreprendre. En tant que femmes, travailleuses et chrétiennes, elles prétendent être les mieux placées pour poser une réflexion éclairée en la matière. Cette année-là, leur semaine syndicale devient le cadre d’une réflexion collective sur le thème de « La Femme et le Travail ». Les cours portent sur l’histoire du travail féminin, ses répercussions sur la vie des femmes et de la famille, les différentes doctrines par rapport au travail féminin et, bien sûr, l’action du syndicalisme chrétien en faveur de la travailleuse et de la famille ouvrière.

  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.

17Mais c’est au moment du congrès annuel de la CFTC, en juin 1935, que les militantes des syndicats féminins établissent et défendent leurs positions sur la question du travail des femmes. Pour la première fois, le congrès est précédé d’une réunion féminine qui regroupe les déléguées de tous les syndicats affiliés à la centrale. Cette formule nouvelle ne relève certainement pas d’une coïncidence et les militantes semblent s’en réjouir24. Sous la présidence d’Eugénie Beeckmans, dirigeante de l’Union centrale de l’Abbaye, les participantes établissent d’abord le constat désolant de la situation du travail féminin depuis le début de la crise : salaires diminués, conditions de travail plus dures, chômage partiel, travail à la chaîne épuisant. Puis c’est au tour de Madeleine Tribolati de prendre la parole et de présenter les arguments précédemment développés dans ses articles sur l’évolution du travail féminin et ses rapports avec la crise économique des années trente. À la suite de sa présentation, le congrès tient d’abord à affirmer que la femme a le droit de vivre de son travail et de se former en vue de l’exercice d’une profession. Il estime « qu’il est faux de prétendre que le travail féminin va à l’encontre des intérêts généraux de la société »25 se démarquant ainsi des positions de nombreux catholiques sociaux. Finalement, il se prononce fermement contre toute intervention légale visant à interdire le travail des femmes. Par ailleurs, il demande à la CFTC de mener une action énergique pour faire aboutir les mesures appropriées de façon à réduire la crise du chômage qui frappe tous les travailleurs.

  • 26 Le Syndicalisme chrétien, no 129, juin-juillet 1935.
  • 27 Ibid.
  • 28 Jeunesse et Travail, 6e année, no 66, juill. 1935.

18Les militantes réunies en marge du congrès de la CFTC prennent une position claire sur la question du travail des femmes. Elles affirment que le droit au travail n’est pas réservé aux hommes mais qu’il appartient également aux femmes ; que ces dernières doivent obtenir l’égalité en matière d’accessibilité et de conditions de travail ; que par la promotion de réformes concrètes, la centrale chrétienne doit poursuivre son action contre la crise et le chômage. Rappelons que, dans un premier temps, les propositions adoptées par les déléguées de la réunion féminine n’engagent que celles-ci. Mais lors de la dernière journée du congrès de la CFTC, Madeleine Tribolati est chargée de les présenter à l’ensemble des délégués. Après avoir pris connaissance et du rapport Tribolati et des vœux formulés lors de la réunion féminine, le congrès accepte – selon la formule utilisée – de prendre en considération les propositions de la réunion féminine. Autrement dit, le congrès, qui représente l’instance décisionnelle au sein de la centrale chrétienne, consent à les examiner mais ne les entérine pas entièrement. Cependant, après discussion, les délégués acceptent de se prononcer contre l’interdiction légale du travail féminin26. Mais, au terme du congrès, la reconnaissance pleine et entière du droit au travail des femmes par l’ensemble des délégués syndicaux présents est loin d’être acquise. En effet, face aux propositions amenées par les militantes chrétiennes, la résistance de l’assemblée se manifeste par une certaine tiédeur et il n’est pas sûr que la majorité des délégués endosse pareilles déclarations ou s’engage à en faire concrètement la promotion. Deux exemples suffiront à étayer cette affirmation. Au moment de la discussion qui suit la présentation du rapport de Tribolati, le délégué Louis Blain insiste pour « que Ton fasse ressortir davantage la nécessité d’un salaire suffisant pour l’homme de façon à permettre le retour de la mère au foyer »27. D’ailleurs, les commentaires et les critiques ne viennent pas seulement des hommes, Adèle Deprez, militante aux syndicats de l’Abbaye et membre du bureau confédéral, estime que « moralement et socialement [une femme qui peut se passer de travailler n’a pas] le droit de prendre la place d’une autre qui en a besoin pour vivre »28.

  • 29 L’Employé, 34e année, no 317, mars 1924.
  • 30 APGT Chemise « Fédération internationale des syndicats chrétiens d’employés ».

19Sur la question du rôle et de la place des femmes dans la société, la CFTC est traversée par des tendances idéologiques lourdes : le discours familialiste incarne sans doute la plus prégnante d’entre elles. Rappelons à titre d’exemple, ce texte de Marcel Paimboeuf, qui préside la commission d’étude sur la famille et la profession mise sur pied par la fédération des employés, selon lequel, « la place des jeunes filles est au foyer [...] car les filles ont pour première condition d’être des ménagères. Les soins du ménage, si importants, sont leur profession naturelle »29. Ces tendances représentent une force d’inertie qui entrave toute initiative susceptible d’apporter des changements significatifs sur cette question. Pour la majorité des militants de la CFTC, la place des femmes est au foyer et le travail à l’extérieur ne relève pas d’un choix, encore moins d’un droit, mais d’une contrainte. À n’en pas douter, le discours « familialiste » compte parmi les plus rassembleurs. On peut également se demander si le projet visant à interdire par des moyens légaux le travail des femmes mariées ne recrute pas bon nombre de ses partisans parmi les militants chrétiens. Toutefois, il faut noter que la majorité demeure hostile à des mesures légales en ce qui concerne cette question. C’est d’ailleurs ce que souligne Gaston Tessier lors du compte rendu du congrès de 1935 à la Fédération internationale des employés chrétiens : « Même dans les milieux chrétiens, on ne demande pas et s’oppose même parfois à des mesures qui auraient pour but de restreindre d’une manière générale le travail de la femme mariée30 ». Mais ce refus d’une législation en la matière ne change pas fondamentalement la perception des militants chrétiens pour qui les femmes mariées et tout particulièrement les mères ne devraient pas travailler à l’extérieur du foyer.

  • 31 L’Employé, 46e année, no 453, 10 juin 1936.

20Malgré les réticences et les oppositions de bon nombre de militants chrétiens, les représentantes des syndicats féminins vont défendre fermement leur position en ce qui a trait à la question du travail des femmes. C’est ainsi que lors du 6e congrès de la Fédération internationale des syndicats chrétiens d’employés, Marguerite Lafeuille s’élève contre la proposition du délégué des Pays-Bas qui préconise des mesures sévères pour interdire ou sinon limiter le travail salarié des femmes mariés en vue de réduire le chômage et de restaurer la famille. Lafeuille estime qu’il faut appliquer le principe « À travail égal, salaire égal » tout en établissant un minimum de salaire mais il faut s’opposer à toute interdiction légale du travail féminin31.

21Au terme de cette analyse, il est possible d’affirmer que durant les années 1920-1930, la pratique syndicale a fondé le discours des syndicalistes chrétiennes sur la question du travail des femmes. L’action syndicale a façonné un type de militantes dont le rôle et la place dans les structures sociales ne relèvent pas des modèles conventionnels. En aucun cas, le discours « familialiste » ne suffit à rendre compte de leur expérience sur le marché de travail, de leur engagement dans l’action militante ou de leur itinéraire personnel. Leur insertion dans le mouvement syndical les condamne, si on peut dire, à vivre une expérience à partir d’un modèle qui n’est ni celui de mère, ni celui d’épouse, et à penser cette différence à travers une réflexion critique sur le travail des femmes. Cependant, la position qu’elles adoptent en 1935 ne constitue pas une rupture radicale par rapport à la problématique générale élaborée par les catholiques sociaux sur ce sujet. En aucun temps, les syndicalistes chrétiennes ne remettent en question le « rôle naturel » des femmes au foyer. Dès lors, on peut comprendre leur double combat contre l’interdiction légale du travail des femmes mariées et en faveur du retour de la mère au foyer.

  • 32 APGT dossier « Projet de règlement intérieur de la CFTC à soumettre au BC ».

22Pour les militantes des organisations féminines affiliées à la CFTC, l’année 1935 demeure une période d’intense mobilisation en faveur du droit au travail des femmes. Suite au congrès de 1935, une commission du travail féminin est d’ailleurs créée par le Bureau confédéral. Cette commission spéciale regroupe les déléguées des organisations féminines ainsi qu’un membre du Bureau confédéral. Elle est chargée d’étudier plus spécifiquement le travail féminin et ses répercussions sur le travail masculin. La commission doit documenter et informer le Bureau confédéral sur cette question. Mais dans l’esprit des membres du Bureau confédéral, la poursuite des intérêts du travail des femmes doit se faire dans le respect et la sauvegarde de la famille ouvrière32. L’initiative du Bureau confédéral peut être appréciée diversement. D’une part, elle témoigne du vif intérêt que porte la centrale chrétienne aux questions relatives au travail des femmes. Cependant, celui-ci doit nécessairement être pensé dans ses rapports avec le travail masculin et la famille. D’autre part, on peut aussi conclure à une tentative du BC pour canaliser et orienter les éléments d’un débat qui ne fait pas l’unanimité au sein de la centrale.

23C’est également en dehors des instances de la CFTC que les militantes chrétiennes développent leur discours et leur action. C’est ainsi qu’en décembre 1935, une importante réunion féminine est organisée au Musée social sur le thème « Pour la défense du travail féminin ». On y retrouve les militantes qui, de près ou de loin, ont joué un rôle significatif dans le développement des organisations féminines. Elles reprennent dans les mêmes termes leur lutte contre l’interdiction légale du travail des femmes et l’avilissement général des salaires féminins. Elles s’insurgent tout particulièrement contre les décrets-lois du 16 juillet 1935 qui ont touché le personnel féminin de l’administration et des services publiques en entraînant une nouvelle dépréciation des salaires féminins. Elles continuent à protester contre la campagne menée dans l’opinion publique qui fait du travail des femmes la cause du chômage actuel. Finalement, elles renouvellent leur confiance dans les organisations féminines pour défendre et améliorer les conditions de travail des femmes.

24Durant les années trente, la question du travail des femmes et du retour de la mère au foyer constitue un thème central pour les syndicats féminins. Les militantes développent à cette occasion un discours autonome qui se démarque sensiblement du discours « familialiste » très présent parmi les militants de la CFTC. Leur engagement en faveur du droit fondamental pour toutes les femmes de subvenir à leurs besoins les place d’emblée sur le terrain du féminisme. Mais un féminisme chrétien puisqu’elles reconnaissent aux femmes mariées une mission première qui est celle d’élever leurs enfants. Cette reconnaissance doit se traduire par la possibilité pour les femmes qui le désirent de rester au foyer, mais ne peut justifier en aucune façon le fait de les y contraindre par des mesures légales.

25À la veille du bouleversement de l’année 1936, les organisations féminines font du droit au travail des femmes et de la lutte contre l’avilissement des salaires une double priorité. Cependant, dans l’immédiat, les militantes mesurent la faiblesse de leurs moyens dans la situation catastrophique engendrée par la crise. À cet égard, les grèves de juin 1936 marquent un tournant. Après des années de mobilisation en vue d’atténuer les effets dévastateurs du chômage, les militantes peuvent enfin espérer obtenir des réformes importantes pour les travailleuses. Elles trouvent ainsi une motivation nouvelle à leur engagement. Mais la vaste mobilisation populaire qui, cet été-là, secoue la France, n’est pas sans conséquence pour l’avenir de leurs organisations. Confrontées à une nouvelle réalité, les dirigeantes reconnaissent alors la nécessité de moderniser les structures sur lesquelles elles ont édifié leur mouvement. La dernière partie de cette étude nous permettra de saisir l’évolution des syndicats féminins au moment même où un cours nouveau imprime à leur évolution des changements majeurs.

Notes

1 Semaines sociales de France, Cours de doctrine et de pratique sociale, IXe session, Limoges 1912, Lyon, Chronique sociale de France, 1912, 561 p.

2 Ibid., p. 92.

3 Ibid.

4 E. Baudoin, La Mère au travail et le retour au foyer, Paris, Éditions Bloud et Gay, 1931. A. Butillard et al., Le Travail de la mère hors de son foyer et ses répercussions sur la natalité, Paris, Éditions Mariage et Famille, 1933. A. Vallin, La femme salariée et la maternité, Paris, Éditions Arthur Rousseau, 1911.

5 M. Martin, « Ménagère : une profession ? Les dilemmes de l’entre-deux-guerres », Le Mouvement social, no 140, 1987, p. 89-106.

6 S. Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé, op. cit., p. 66.

7 E. Baudoin, La Mère au travail, op. cit., p. 81.

8 E. Duthoit, « Le travail féminin dans l’industrie », Semaines sociale de la France, Cours de doctrine et pratiques sociale, IIIe session, Dijon, 1906, Lyon, Imprimerie M. Paquet, 1906, p. 136.

9 F. Thébaud, « Le mouvement nataliste dans la France de l’entre-deux-guerres : l’Alliance nationale pour l’accroissement de la population française », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome XXXII, avr.-juin 1985, p. 276-301.

10 L. L. Frader, « Femmes, genre et mouvement ouvrier en France au XIXe et XXe siècle : bilan et perspectives de recherche », Clio, no 3, 1996, p. 237.

11 M. Decouvelaere, Le Travail industriel des femmes mariées, Paris, Édition Arthur Rousseau, 1934, p. 195.

12 A.-M. Sohn, « Entre deux guerres », op. cit., p. 95.

13 M. Decouvelaere, Le Travail industriel, op. cit., p. 394.

14 La Travailleuse, no 173, févr. 1935.

15 Marchand, C. Thélot, Deux siècles de travail en France, Paris, INSEE, 1991, p. 75-77.

16 S. Schweitzer, Les Femmes ont toujours travaillé, op. cit., p. 82.

17 La Travailleuse, no 173, févr. 1935.

18 La Travailleuse, no 174, mars 1935.

19 S. Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé, op. cit., p. 74.

20 La Travailleuse, no 174, mars 1935.

21 Ibid., no 178, juill.-août 1935.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Le Syndicalisme chrétien, no 129, juin-juillet 1935.

27 Ibid.

28 Jeunesse et Travail, 6e année, no 66, juill. 1935.

29 L’Employé, 34e année, no 317, mars 1924.

30 APGT Chemise « Fédération internationale des syndicats chrétiens d’employés ».

31 L’Employé, 46e année, no 453, 10 juin 1936.

32 APGT dossier « Projet de règlement intérieur de la CFTC à soumettre au BC ».

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search