Version classiqueVersion mobile

Les Débuts du syndicalisme féminin chrétien en France

 | 
Joceline Chabot

Troisième partie. Les syndicats féminins chrétiens et la défense des travailleuses : une action inscrite dans la durée (1919-1936)

Chapitre I. Une stratégie syndicale basée sur la signature de conventions collectives

Texte intégral

I – Au lendemain de la Première guerre mondiale : une action syndicale à définir

  • 1 J.-D. Reynaud, Les Syndicats en France, tome 1, Paris, Éditions du Seuil, 1975, p. 89.

1Au premier congrès de la Fédération française des unions de syndicats professionnels féminins en février 1918, les déléguées présentes fixent clairement les buts de l’organisation ainsi que l’action à entreprendre pour les atteindre. Les objectifs des syndicats féminins visent d’abord à assurer un minimum de bien-être matériel à leurs membres, mais aussi à défendre la dignité des travailleuses en augmentant leur valeur professionnelle. Pour atteindre ces objectifs, l’action syndicale s’articule autour de trois axes. Le premier est la recherche et la signature de contrats collectifs. Pour les militants et les militantes du syndicalisme chrétien, la recherche et la signature de contrats collectifs confirment les principes élevés et le sérieux qui animent leurs organisations. Le contrat collectif permet de réguler la profession et de moraliser les rapports entre les patrons et les travailleurs puisque les deux parties concourent ensemble à l’organisation du travail. En fait, les conventions collectives et les commissions mixtes représentent les éléments communs à la CFTC et à la CGT et, dans la pratique, les rapprochent Tune de l’autre1. Pour le mouvement syndical chrétien, qu’il soit masculin ou féminin, l’idéal serait de parvenir à une extension des contrats collectifs de manière à réglementer non seulement la profession, mais l’ensemble du monde du travail en France. Comme on le verra plus loin, les syndicats féminins vont tout mettre en œuvre pour en arriver à la signature de tels contrats, que ce soit dans les secteurs de la couture, du commerce ou des banques.

2Deuxième axe de l’action syndicale : la grève. D’emblée, les syndicalistes chrétiennes reconnaissent que la grève est un moyen de défense légitime pour les travailleurs. Cependant, elle ne doit être employée qu’à la suite de justes revendications et seulement après que toutes les tentatives d’accord ont échoué. Finalement, les syndicalistes chrétiennes estiment que les grévistes doivent s’abstenir de toute violence et de tout sabotage. Pour les militantes, la grève demeure un moyen extrême auquel elles ne font appel que lorsque toute conciliation a été épuisée et que la justice est lésée. Lorsque le conflit est engagé, elles multiplient les démarches auprès des patrons et des instances publiques pour obtenir dans les plus brefs délais une éventuelle entente. Pour ce faire, les syndicalistes comptent sur la préparation minutieuse de leur « cahier de desiderata » basé sur des enquêtes dans le milieu de travail et sur la mise au point du « budget minimum d’une travailleuse vivant seule », selon l’expression couramment utilisée dans la littérature syndicale. Si, dans l’immédiat, la grève devient le seul moyen pour assurer la victoire de leurs revendications, elle doit, à terme, mener à la signature de conventions collectives. Pour les syndicalistes chrétiennes, c’est par des arguments solides, étayés par l’étude minutieuse des conditions de travail, que les déléguées doivent défendre leurs revendications.

  • 2 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 50.

3Troisième et dernier élément de l’action syndicale, la promotion d’une législation protectrice pour les travailleurs qui doit être assurée par les pouvoirs publics. Il n’est pas nécessaire d’insister sur cet aspect bien connu du syndicalisme chrétien, pour qui l’État doit veiller à encadrer et codifier ce qui relève du domaine social mais sans le régir2. Pour s’assurer du développement de la législation ouvrière et de son application, les militantes misent sur une présence active dans les institutions représentatives du monde du travail : conseil de prud’hommes, Conseil national du travail, Conseil supérieur du travail, etc. Cette action fait partie intégrante de leur stratégie d’ensemble qui vise à organiser la profession pour mettre fin à l’anarchie qui, selon la doctrine sociale chrétienne, règne dans le monde du travail depuis l’avènement de l’ère libérale.

II – À la recherche d’un contrat collectif : la grève de la couture (1923)

  • 3 La Travailleuse, supplément sur la grève de la couture, mai 1923, 7 pages.

4Pour les dirigeantes des syndicats féminins, la grève de la couture de 1923 devient l’exemple d’une grève réussie. La signature d’un contrat collectif largement inspiré des revendications qu’elles ont élaborées avec les ouvrières, concrétise le modèle de l’organisation de la profession. À la suite de cette entente, les militantes du syndicat du boulevard des Capucines n’hésitent pas proclamer le métier de la couture « la profession-type du point de vue social »3.

  • 4 F. Blum, Féminisme et syndicalisme. Les femmes dans la fédération de l’habillement 1914-1935, mémo (...)

5Les ouvrières de la couture ont donné de nombreuses militantes de valeur au syndicalisme chrétien : les Beeckmans, Debray et Bardot, pour ne nommer que celles-là, sont parmi les figures de proue des organisations féminines chrétiennes et leur engagement lors des grèves de la couture y est pour quelque chose. Le secteur de l’habillement et du textile demeure la branche industrielle où se retrouve près du tiers des ouvrières. Si le travail des étoffes semble amorcer son déclin à compter des années 1920, celui du textile demeure stable4. Quant au secteur de la couture, il recrute une main-d’œuvre majoritairement féminine sauf pour les tailleurs, qui sont généralement des hommes.

  • 5 La Travailleuse, no 160, nov. 1933.
  • 6 M. Guilbert, Les Fonctions des femmes, op. cit., p. 62-63.

6Quel tableau peut-on brosser de la profession au lendemain de la Première Guerre mondiale ? Les conditions de travail y sont difficiles même si en principe les veillées y sont réglementées. En effet, la loi de 1892 abolissait le travail de nuit pour les femmes mais elle autorisait dans certaines industries la prolongation du travail jusqu’à 23 heures pendant une durée totale de 60 jours par an. La couture et la mode étaient parmi les industries visées par cette dérogation alors que c’est justement au sein de ces mêmes industries que l’on pratiquait le plus « la veillée ». Quant aux salaires, ils demeurent faibles et très inégaux selon les régions, les employeurs et les qualifications des travailleuses. Dans les ateliers de couture on note une forte hiérarchie entre les ouvrières. Des apprenties, le « trottin » selon l’expression consacrée, jusqu’aux premières mains, les différences ne sont pas seulement salariales. Les ouvrières les plus qualifiées jouissent d’un grand prestige et d’un ascendant certain sur leurs compagnes de travail. C’est avec un respect mêlé de crainte qu’une jeune apprentie de 13 ans, Yvonne Jaffré, décrit l’arrivée de la « première main » dans l’atelier de couture où elle vient d’être embauchée : « Les ouvrières sont très bavardes... mais, la première apparaît. Le silence est total. » C’est la première qui organise l’horaire de la journée et qui décide de l’heure des goûters. Les apprenties doivent laver la vaisselle et faire le ménage, ce qui fait dire à Yvonne Jaffré que « lorsqu’on est apprentie dans la couture, on fait beaucoup de choses sauf ce que l’on vient d’apprendre »5. Toutefois, il faut noter que les couturières en atelier sont mieux rémunérées que celles à domicile. Il faut aussi signaler un relèvement relatif des salaires à compter des années 1916 et 1917 suite à l’engagement plus important des femmes dans le mouvement revendicatif6. À compter de 1916, les grèves de la couture ont des répercussions positives du point de vue salariale sur tous les autres secteurs industriels où Ton emploie en majorité des femmes. Toutefois, il faut se demander si les avantages obtenus au moment où l’industrie manifeste un besoin urgent de main-d’œuvre se sont maintenus après la fin des hostilités. Quoi qu’il en soit, dans les secteurs de la couture en atelier ou à domicile, il semble que les salaires progressent jusqu’à la crise de 1931. Néanmoins, la rémunération d’une ouvrière de la couture demeure très modeste. La hiérarchie professionnelle qui structure la main-d’œuvre entre les premières mains, les secondes et les petites mains maintient le cloisonnement entre les différentes catégories et diminue d’autant les chances d’avancement dans la profession. Ce phénomène contribue à garder les ouvrières dans les échelons salariaux les plus bas.

  • 7 Femmes et syndicalisme d’hier à aujourd’hui, Paris, VO Éditions, 2000.
  • 8 F. Blum, Féminisme et syndicalisme, op. cit., p. 22.

7Durant l’entre-deux-guerres, le secteur de la couture demeure très peu syndiqué à l’exception des tailleurs, c’est-à-dire la main-d’œuvre masculine, qui se retrouvent à la CGT et à la CGTU. Plusieurs facteurs expliquent la sous-syndicalisation des femmes. Il n’est pas question de reprendre ici les éléments d’une problématique amplement développée par les chercheurs7, mais dans le cas de la couture, il faut tenir compte des structures particulières de cette industrie. Comme le notait Françoise Blum, l’industrie de l’habillement est formée de petits ateliers, c’est-à-dire que la concentration reste très faible puisque la majorité des établissements compte entre un et cinq salariés8. Dans ce contexte, la syndicalisation demeure très difficile. Durant la Première Guerre mondiale, ce sont les syndicats affiliés à la Fédération CGT de l’habillement qui recrutent le plus grand nombre d’adhérents. Selon Blum, en 1919, la Fédération compte près de 25 000 cotisants. Mais par la suite, elle ne cesse de décliner et, en 1921, elle n’en compte plus que 7 000. La scission de 1922 où Ton voit naître deux fédérations, Tune affiliée à la CGT et l’autre à la CGTU, contribue encore davantage à affaiblir le mouvement syndical.

  • 9 Chiffres fournis par H. Boisgontier, Les Syndicats professionnels féminins de l’Abbaye et l’Union (...)
  • 10 Chiffres fournis par A. Michelin, « L’Union centrale des Syndicats féminins de l’Abbaye », L’Actio (...)
  • 11 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 27-28. La Travailleuse, nov. 1919.

8La présence des syndicats féminins chrétiens dans le milieu de la couture n’est pas négligeable mais elle est plus difficile à mesurer en l’absence de chiffres précis. Essayons toutefois d’évaluer approximativement les effectifs des syndicats d’ouvrières chrétiennes à Paris. Nous savons qu’avant la Première Guerre mondiale, le Syndicat des ouvrières de l’habillement de l’Abbaye compte, pour la région parisienne, 1 200 adhérentes alors qu’en 1916, leur nombre s’élèverait à 2 8379. En mai 1919, lors de l’assemblée générale, la présidente du syndicat, Eugénie Beeckmans, rapporte le chiffre de 3 927 adhérentes. En 1920, la Fédération des ouvrières de l’habillement, qui regroupe, sur le plan national, l’ensemble des syndicats des ouvrières de l’habillement, réunit 7 500 cotisantes. Ce chiffre ne comprend pas les ouvrières du textile qui sont regroupées dans une fédération séparée dont les effectifs sont d’ailleurs restreints puisque celle-ci ne rassemble que 750 ouvrières10. À l’instar de celle de l’Abbaye, la Fédération du boulevard des Capucines inclut une union professionnelle du vêtement présidée par une militante de la couture, Maria Bardot. Nous ne possédons pas d’informations détaillées sur les effectifs de l’union du vêtement mais nous savons qu’en 1919 les effectifs globaux pour l’ensemble des unions de la Fédération se situent autour de 11 000 membres. Cependant nous connaissons plus précisément les effectifs du Syndicat des dames employées qui regroupe à lui seul autour de 7 500 adhérentes. Ce qui nous permet de déduire que ceux de l’Union professionnelle du vêtement se situent aux alentours de 3 000 adhérentes11. À la lumière de ces informations, il est possible d’affirmer que la présence des syndicats féminins chrétiens dans le milieu de la couture n’est pas négligeable. En 1920, leurs effectifs s’élèvent à plusieurs milliers d’adhérentes. Cette implantation dans le milieu de la couture va d’ailleurs leur permettre de jouer un rôle important lors de la grève générale de 1923. De plus, les deux confédérations féminines ont développé une élite militante possédant une solide formation théorique et pratique. Par ailleurs, c’est durant les années de guerre, plus précisément en 1917-1918, que les militantes se forment à l’action et développent leur stratégie. Nous allons donc présenter brièvement leur participation aux mouvements revendicatifs durant cette période.

9Au printemps de 1917, suite à une augmentation importante du coût de la vie, une grève frappe les ateliers de couture parisiens. Il semble alors que la grève ait éclaté de manière spontanée, c’est-à-dire en dehors du mouvement syndical, qui n’en est pas l’instigateur. Le syndicat CGT de l’habillement s’empresse d’organiser les grévistes et de formuler des revendications. De leur côté, les dirigeantes des syndicats chrétiens d’ouvrières ne demeurent pas inactives. Dans une lettre rédigée à l’intention de M. Aimé-Montaillé, président de la Chambre syndicale de la couture – organisme qui regroupe le patronat – et transmise à M. Malvy, ministre de l’Intérieur, elles dénoncent les conditions de travail qui prévalent dans les ateliers de couture. Elles insistent tout particulièrement sur les salaires extrêmement bas qui sévissent dans certains établissements. En accord avec leurs compagnes de travail, elles formulent une double revendication prévoyant l’indemnité de vie chère et l’application de la semaine anglaise. Cette première grève qui a mobilisé des milliers de « midinettes » donne satisfaction aux ouvrières, qui voient leur salaire augmenter et obtiennent congé le samedi après-midi.

10Au début de 1918, une nouvelle hausse du coût de la vie motive les déléguées de la Fédération du boulevard des Capucines et de l’Union centrale de l’Abbaye à soumettre au patronat et au ministère du Travail une note dans laquelle elles précisent leurs revendications concernant les couturières. Tout d’abord, l’indemnité de vie chère doit être revue à la hausse compte tenu du coût de la vie qui ne cesse d’augmenter. Si des dérogations à la veillée ou à la semaine anglaise sont accordées aux employeurs, les ouvrières doivent être compensées par un paiement élevé de façon à ce qu’elles ne deviennent pas coutume. Finalement, l’établissement d’un salaire minimum ne doit pas tenir compte de l’indemnité de cherté de vie. Pour les déléguées syndicales, l’établissement d’un salaire minimum doit correspondre d’une part à la qualification des ouvrières et, d’autre part, au type d’établissement qui les emploie. En effet, une maison qui embauche de sept à huit ouvrières ne peut offrir le même salaire minimum qu’une entreprise qui en compte cent ou plus. Elles retiennent donc quatre catégories d’employeurs et établissent des salaires minima en fonction d’une part de ces catégories et, d’autre part, des qualifications des ouvrières. Les salaires dans les grandes maisons de couture s’échelonneraient de 1,50 F pour les apprenties à 7 F pour les premières mains alors que dans une petite entreprise comptant moins de 10 ouvrières, les salaires varieraient de 0,50 à 3,50 F.

  • 12 La Travailleuse, supplément, avril 1923.

11Le 15 janvier 1918, suite à une série de rencontres de négociation, les délégués à la commission mixte regroupant d’un côté le comité intersyndical des patrons couturiers, le Syndicat patronal de la couture et la Chambre syndicale des tailleurs couturiers et de l’autre le Syndicat de l’habillement CGT, le Syndicat de l’Abbaye et celui des Capucines, signent une entente selon laquelle les grandes maisons de la couture parisiennes acceptent de respecter un salaire minimum qui s’échelonne de 1 F pour les apprenties sans expérience jusqu’à 7 F pour les premières mains et 8 F pour les tailleurs. Sans crier victoire, les déléguées syndicales sont satisfaites d’avoir obtenu l’établissement d’un barème qui correspond à leurs revendications. Mais les militantes chrétiennes sont surtout fières d’avoir été associées aux accords intervenus à la suite des négociations. En effet, leur rôle et leur présence au sein de la profession sont désormais reconnus par les patrons et par le syndicat cégétiste. Par ailleurs, l’établissement d’une commission mixte où se retrouvent les délégués patronaux et syndicaux a permis, selon les termes utilisés par Mathilde Debray, déléguée du syndicat du boulevard des Capucines et signataire de l’accord, de « rapprocher les facteurs de la production pour une meilleure organisation professionnelle dans l’ordre et la paix12 ». Selon les militantes chrétiennes, la création d’une structure de négociation vient confirmer la justesse de leur thèse en matière d’organisation de travail. Il est possible de rapprocher les éléments du capital et du travail pour une plus grande justice sociale. Dorénavant, les dirigeants des syndicats chrétiens vont tout mettre en œuvre pour que la commission mixte de la couture devienne une institution permanente ou les deux parties discutent des conditions de travail et de salaire dans la profession et préparent les accords corporatifs de manière à éviter les conflits et les grèves.

12Malgré les vœux des déléguées des syndicats chrétiens, l’entente signée en 1918 n’engage pas la majorité des maisons de couture et, par le fait même, sera peu respectée. C’est ce qui explique qu’à l’automne 1918, le délégué de la Fédération de l’habillement CGT, Maurice Millerat juge le déclenchement d’un nouveau conflit inévitable. Devant le non-respect de la convention, la grève est déclarée le 23 septembre 1918. À cette date, les syndicats chrétiens ne suivent pas le mouvement, le jugeant précipité. En effet, contrairement aux délégués cégétistes, les dirigeantes des organisations féminines se rangent à l’avis du ministre du Travail, qui croit en la possibilité d’en venir à une entente avec le patronat. Il soumet aux délégués syndicaux une convention transactionnelle qu’il s’engage à faire accepter par les patrons. En accord avec leur logique de négociation, les déléguées chrétiennes acceptent la proposition du ministre. Les délégués cégétistes s’y rallieront eux aussi un peu plus tard. C’est finalement le 12 octobre mais après quelques semaines de grève, qu’un accord aboutit à la convention proposée par le ministre. Si les ouvrières se voient accorder une indemnité de vie chère, la question de la journée de huit heures et celle du délai-congé restent en suspens.

  • 13 La Travailleuse, no 23, juill. 1918.

13Finalement, il faut attendre au printemps de 1919 et après le déclenchement d’une autre grève avant que les patrons n’acceptent de discuter de la question du temps de travail. À la suite de la réunion de la commission mixte devant M. Picquenard, directeur du Travail, les délégués concluent un accord de principe sur la semaine de 48 heures. Cette entente est signée quelques jours plus tard, le 17 mai, par les patrons et par Millerat pour la CGT, Mathilde Debray pour la Fédération du boulevard des Capucines et Mme Lecomte pour l’Abbaye. La convention prévoit cinq jours de travail de 9 heures et une journée de 3 heures le samedi. Notons que le même type d’accord survient à Marseille entre la partie patronale, les représentants de la CGT et des syndicats féminins affiliés à l’Union centrale et à la Fédération du boulevard des Capucines. Les dirigeantes des syndicats féminins obtiennent ainsi satisfaction en ce qui a trait à la semaine anglaise. Durant les années vingt, l’instauration de la semaine anglaise constitue une de leurs principales revendications car, non seulement elle protège la famille, mais elle participe au relèvement de la nation « épuisée par un siècle de travail écrasant »13.

14Plus fondamentalement, elles voient dans ce nouvel accord les bases d’une collaboration tripartite : travailleurs, employeurs, État. Cette collaboration pourrait s’établir sur la base de rencontres périodiques entre le capital et le travail au sein d’une commission mixte pour y discuter d’égal à égal des conditions du contrat de travail. Quant à l’État, les militantes chrétiennes sont conscientes que la législation de 1919 sur les conventions collectives ne lui permet pas encore d’appliquer sur le plan national des accords sectoriels mais qu’une modification de la loi pourrait lui permettre de jouer pleinement son rôle, c’est-à-dire de réglementer le monde du travail. Cependant il faut bien admettre que ce projet demeure une vue de l’esprit car les faits ne résistent pas à une analyse objective de la situation. En effet, une lecture critique des événements entourant la signature de la convention de 1919 dans le secteur de la couture ne permet pas de conclure à une organisation réelle et efficace de la profession et cela pour au moins trois raisons. La première est que les accords de 1918-1919 demeurent partiels puisqu’ils n’englobent que quelques maisons parisiennes et que leur application est soumise à la bonne volonté des membres adhérents aux organisations signataires. Nous sommes très loin d’une réglementation nationale ou d’un code de la profession. La seconde tient au fait que la commission mixte regroupant les délégués patronaux et syndicaux n’est pas permanente et ne se réunit bien souvent que lorsque le conflit a déjà éclaté. Par exemple, lors de la grève déclenchée en septembre 1918, les patrons ont refusé de rencontrer les représentants des syndicats en commission mixte, et ce, malgré la demande du ministre du Travail. Enfin, les déléguées des syndicats chrétiens se méfient des représentants de la Fédération CGT de l’habillement soupçonnés d’utiliser la commission à des fins tactiques dans le cadre de leur stratégie révolutionnaire. Selon elles, la volonté avouée des syndiqués cégétistes de réaliser la révolution prolétarienne exclut, à toute fin pratique, une réelle collaboration entre les agents de la profession. C’est dire combien le fonctionnement de la commission demeure aléatoire.

15Malgré les lacunes et les problèmes qui restent à régler, les événements des années 1919-1920 confirment la volonté des syndicalistes chrétiennes d’obtenir une amélioration des conditions de travail des ouvrières de la couture en concluant à travers la France des conventions collectives et en instituant des commissions mixtes. À Bordeaux, Marseille, Amiens, les représentants patronaux et syndicaux en viennent à des ententes fixant les conditions de travail dans la couture. Les déléguées des syndicats féminins chrétiens sont toujours présentes lors de la signature de ces accords et se félicitent des succès obtenus même si elles ont dû bien souvent recourir à la grève. Les militantes reconnaissent l’importance de ces victoires pour la profession ainsi que pour la crédibilité qu’elles leur assurent auprès des ouvrières et des cégétistes :

  • 14 La Travailleuse, no 36, juin 1920.

Les ouvrières du Syndicat du Vêtement se félicitent d’avoir expérimenté la force du groupement corporatif, d’avoir senti, en donnant la main à leurs sœurs de travail en ces heures difficiles un appui très ferme [...], d’avoir fait pendant six jours consécutifs, et non sans mérite, un exercice de solidarité et de discipline syndicales, car pas une n’a fait défection ; d’avoir montré enfin aux socialistes, qui s’entêtent à traiter les syndicats de « jaunes », que les principes chrétiens qui les inspirent leur font rechercher une plus grande justice et les engagent à l’action et que plus de morale ne les empêche pas de poursuivre l’exercice de leur droit, sans aucune compromission jusqu’à pleine satisfaction14.

16Le ton des rapports et des discours ne laisse planer aucun doute sur l’optimisme qui règne dans les rangs des syndicalistes chrétiennes. Toutefois, gardons-nous de les croire plus naïves qu’elles ne le sont. Même si elles n’en soufflent mot dans leur rapport, les représentantes des syndicats féminins chrétiens sont certainement conscientes des problèmes qui restent à régler dans le fonctionnement des commissions mixtes et dans l’application des conventions collectives. Mais au début des années 1920, elles sont décidées à se tailler une place auprès des travailleuses et face aux organisations cégétistes. Pour ce faire, elles misent sur une double démarche. D’une part, en étant solidaires de leurs compagnes lorsqu’elles formulent de justes revendications et, d’autre part, en se posant comme les meilleures représentantes lors des négociations avec le patronat. C’est pourquoi elles mettent autant de soin à préparer leur cahier de revendications, car leur crédibilité repose en grande partie sur leur capacité à mener à terme de bonnes négociations. Par la signature d’un contrat de travail satisfaisant, elles espèrent, peu à peu, diminuer l’influence des syndicats cégétistes et unifiés auprès des ouvrières. Les événements entourant la grève de la couture de 1923 s’inscrivent donc dans la continuité et le développement de cette stratégie basée sur l’entente et la collaboration avec le patronat, de manière à mettre fin à l’anarchie qui règne dans le monde du travail.

  • 15 La Travailleuse, supplément, avril 1923.
  • 16 E. Shorter, C. Tilly, Strikes in France, 1830-1968, London, New York, Cambridge U. Press, 1974, p. (...)
  • 17 AN, série F/7 13882, Habillement grève générale 1923. Rapport du 14 avril 1923 au ministère de l’I (...)
  • 18 AN, série F/22 185.

17Au début de l’année 1923, les représentantes des syndicats féminins sont absorbées par l’étude du budget-type « d’une ouvrière de la couture ayant une vie sérieuse, honnête et cherchant à prévoir l’avenir »15. Ce sont là les trois critères qui définissent l’ouvrière modèle. Ce budget doit servir à fixer un juste salaire pour une ouvrière de la couture en tenant compte de ce qui est nécessaire à la vie et de la valeur du travail fourni. Les syndicalistes chrétiennes réclament un salaire minimum ainsi qu’une rémunération qui tienne compte des compétences et des qualités des travailleuses. Mais avant que les militantes n’aient pu compléter ce travail, l’agitation se manifeste chez les tailleurs des grandes maisons de couture parisiennes. Il faut noter que depuis le XIXe siècle, ce sont les tailleurs, qui traditionnellement, sont les éléments les plus actifs lors des mouvements de grève16. Il semble que ce soit le Syndicat général unitaire des travailleurs de l’habillement du département de la Seine qui soit l’instigateur du mouvement gréviste17. Au mois de mars 1923, le Syndicat unitaire présente à la Chambre syndicale patronale présidée par M. Clément et regroupant une cinquantaine d’entrepreneurs, un cahier de revendications. Le patronat de la couture décide de ne pas répondre aux demandes formulées par le syndicat. Après quelques jours, la grève gagne plusieurs établissements de couture. Le 17 mars, c’est au tour des représentants du syndicat cégétiste d’envoyer à la Chambre syndicale patronale une lettre dans laquelle ils formulent les grandes lignes de leurs revendications, en insistant sur la nécessité d’une augmentation salariale qui porterait la rémunération des premières mains à 130 F par semaine. Selon les déléguées des syndicats féminins, cette demande est excessive puisqu’avant le déclenchement du conflit le salaire d’une première main variait de 96 à 102 F. Ces chiffres concordent avec ceux des documents déposés au ministère du Travail avant la grève qui font état d’un salaire variant de 94 à 110 F pour une première main18. Les dirigeantes chrétiennes jugent insuffisante la rémunération actuelle mais elles n’ont pas encore fixé leur demande en matière salariale. Dix jours plus tard, soit le 27 mars, le syndicat unifié fait connaître ses revendications pour les couturières et fixe le salaire d’une première main à 150 F.

  • 19 AN, série F/7 13882. Rapport du 7 avril au ministère de l’Intérieur.
  • 20 AN, série F/22 185.

18Le 5 avril, le conflit gagne en importance et s’étend à une douzaine d’établissements mais les patrons refusent d’entreprendre des pourparlers avec les représentants syndicaux. Ils préfèrent nommer une commission chargée d’examiner les revendications formulées par les syndicats. Le lendemain, les patrons s’opposent à toute augmentation de salaire. Devant l’intransigeance du patronat, le conflit prend de l’ampleur et, le 7 avril, le nombre de grévistes se situe autour de 2 80019. Le 13 avril, la grève est déclarée générale. Précisons toutefois que sur les 15 000 ouvriers et ouvrières des maisons parisiennes, le nombre de grévistes ne dépassera pas les 4 20020. Les syndicats CGT et CGTU forment un front unique et s’entendent pour formuler une demande commune d’augmentation fixant le salaire de base à 140 F. Le 14 avril, 43 maisons sont touchées par le mouvement et désormais les non syndiquées sont majoritaires parmi les grévistes. Pour ne pas être débordés par le mouvement, les syndicats CGT et CGTU décident de former avec les non syndiquées un comité intersyndical des grévistes de la couture.

  • 21 L’Humanité, le 15 avril 1923.

19Depuis le début du mois d’avril, les syndicats féminins ont décidé d’intervenir dans le conflit. Les déléguées de la Fédération du boulevard des Capucines et de la rue de l’Abbaye se sont réunies une première fois le 5 avril pour évaluer la situation et surtout se prononcer sur la justesse de ce conflit déclenché, affirment-elles, par les syndicats révolutionnaires. Les syndicats féminins, tout en reconnaissant la nécessité d’augmenter le traitement des couturières, considèrent les demandes formulées par le comité intersyndical comme étant nettement exagérées et décident d’entreprendre séparément des négociations avec les patrons. Les syndicalistes chrétiennes n’envisagent pas de former avec les autres organisations un front unique. De toute manière, il n’est pas certain que les représentants du syndicat unifié aient souhaité associer à leur mouvement les syndicats chrétiens21. Quoi qu’il en soit, il est certain qu’à long terme, cette division des forces syndicales affaiblit le mouvement revendicatif. Aussi, le 6 avril, la présidente du Syndicat des ouvrières de l’habillement de l’Abbaye, Eugénie Beeckmans, et la secrétaire du syndicat affilié à la Fédération du boulevard des Capucines, Maria Bardot, font parvenir au président de la Chambre syndicale patronale, M. Clément, une lettre dans laquelle elles formulent leurs demandes. Le ton très respectueux de la lettre invite à la conciliation ; quant au contenu, fidèles à leur méthode, les deux dirigeantes constatent, qu’à la lumière du budget-type établi par leurs organisations, les salaires actuels des couturières sont en deçà du minimum vital. Elles réclament donc un salaire minimum de 115 F par semaine pour les premières mains. Il s’agit d’un minimum car elles estiment qu’il doit exister une différence sensible entre la rémunération d’une ouvrière compétente et celle d’une ouvrière médiocre.

  • 22 AN, série F/7 13882, dossier de presse.

20Inutile de préciser combien les demandes des syndicats féminins chrétiens paraissent modérées par rapport à celles des organisations confédérées et unifiées. Malgré cela, les représentants patronaux n’accusent pas réception de la lettre des syndicats chrétiens. Considèrent-ils ces organisations comme marginales ou encore appliquent-ils aux syndicats chrétiens le même traitement qu’aux deux autres organisations ? Quoi qu’il en soit, le 11 avril, devant le silence patronal, Beeckmans et Bardot envoient une nouvelle lettre dans laquelle elles insistent pour obtenir une entrevue. Pour témoigner du sérieux de leurs démarches, elles rappellent au président de la Chambre le caractère raisonnable de leurs demandes. Cette deuxième lettre reste également sans réponse. C’est pourquoi le lendemain, soit le 12 avril, les représentantes des syndicats chrétiens se rendent auprès du ministre du Travail, Albert Peyronnet, pour lui demander d’intervenir dans le conflit. Cette démarche obtient plus de succès car, le soir même, le président de la Chambre patronale fait parvenir aux deux syndicats chrétiens un accusé de réception. Le lendemain, c’est toutefois par la voix des journaux que la Chambre syndicale patronale décide de réagir aux demandes des ouvrières. Dans cette lettre, la Chambre patronale accuse les syndicats de fausser les calculs des salaires et de présenter des revendications non justifiées. De plus, elle estime se trouver en présence d’un mouvement purement politique qui va à l’encontre du désir des travailleuses et menace les grévistes d’un lock-out si le conflit perdure. Menace qui devient plus sérieuse lorsque les patrons annoncent la fermeture de leurs établissements si le travail ne reprend pas d’ici le 23 avril22.

21Devant la possibilité d’un lock-out, les dirigeantes des syndicats féminins réagissent et décident de répondre aux arguments patronaux en recourant aux media. Le 15 avril, elles font paraître un long texte dans L’Écho de Paris, dans lequel elles déplorent le refus du patronat de reprendre les pourparlers avec les syndicats. Elles contestent les chiffres avancés par la Chambre patronale et proposent une lecture différente des motivations des ouvrières qui, selon elles, désirent unanimement une augmentation de salaire. Elles ne laissent rien au hasard et la qualité de leurs dossiers relève d’une préparation minutieuse. Celle-ci repose à la fois sur les enquêtes préalables ainsi que sur l’établissement d’un budget-type. Chiffres à l’appui, elles sont ainsi en mesure de justifier leurs demandes. Du même souffle, les dirigeantes chrétiennes n’hésitent pas à critiquer l’impréparation des représentantes cégétistes et unitaires qui, selon elles, sont bien incapables de justifier de manière sérieuse leurs demandes. Face au patronat, elles se présentent donc comme des interlocutrices valables qui sauront respecter leurs engagements. Face aux ouvrières, elles promettent de les représenter au mieux de leurs intérêts et de défendre leurs justes revendications en vue d’une amélioration progressive de leurs conditions de travail. Cette logique de négociation constitue à la fois leur force et leur faiblesse. Leur force parce qu’elle leur permet de se poser comme les seules représentantes capables de négocier un accord acceptable avec le patronat en utilisant la même logique argumentaire basée sur l’interprétation des données économiques. Leur faiblesse, car si le patronat refuse de les associer au processus de négociation, elles ne peuvent espérer conserver une grande crédibilité vis-à-vis leurs compagnes de travail.

  • 23 AN, série F/7 13882. Rapport du 19 avril au ministère de l’Intérieur.

22Suite à la menace de lock-out proférée par le patronat, le mouvement gréviste s’essouffle. Face à cette démobilisation des troupes, le comité intersyndical des grévistes demande l’intervention du ministre du Travail. Après une réunion où sont conviés les représentants du comité et les dirigeantes des syndicats féminins, le ministre contacte le patronat. Le 19 avril, les patrons s’engagent à discuter avec les syndicats mais seulement après la reprise du travail par les ouvrières. De leur côté, les représentants des organisations syndicales sont prêts à faire des concessions pour reprendre les pourparlers23. Mais le 22 avril, les grévistes réunis à la Bourse du travail votent la poursuite du mouvement. Dès lors, les déléguées des syndicats chrétiens sont les seules à accepter d’entrer en pourparlers avec les représentants patronaux aux conditions fixées par ces derniers. Ces conditions imposent, entre autres, la fixation du salaire minimum à 108 F. Ce qui représente une concession majeure de la part des syndicats chrétiens puisque précédemment leurs déléguées demandaient de porter le salaire à 115 F. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que cette demande était justifiée par l’établissement d’un budget-type. Considérant avoir fait plusieurs concessions, les syndiquées, par la voix d’Eugénie Beeckmans, exigent que les salaires varient selon les indices officiels du coût de la vie et qu’ils soient étudiés par une commission paritaire regroupant les représentants du patronat et des travailleurs.

  • 24 AN, série F/7 13882. Rapport du 26 avril au ministère de l’Intérieur.

23Toutes ces démarches n’empêchent toutefois pas le patronat de décréter le lock-out le 23 avril à midi. Le lendemain, les patrons acceptent de recevoir les représentants de toutes les organisations ouvrières. Les négociations s’engagent mais, d’ores et déjà, les jeux sont faits puisque les représentants patronaux refusent d’envisager toute augmentation du salaire minimum au-delà de 108 F. De leur côté, les représentants du comité intersyndical des grévistes se trouvent dans une position difficile alors que leur nombre ne cesse de diminuer. Dans le rapport de forces qui s’engage, ce sont les patrons qui possèdent le plus d’atouts. Après deux jours de discussion, le comité intersyndical maintient sa demande d’une augmentation à 130 F, alors que les syndicats féminins se rallient à la proposition patronale d’un salaire de base de 108 F pour les premières mains. En contrepartie, les patrons acceptent de réviser le salaire minimum après trois mois d’embauche. Dans les heures qui suivent, le président de la Chambre syndicale patronale, M. Clément, s’empresse de rendre public les termes de l’accord de principe intervenu avec les syndicats féminins alors que l’entente ne porte que sur un point, celui des salaires. Cette annonce embarrasse grandement les militantes des organisations féminines qui comptaient sur les autres points de l’accord (vacances payées, limitation du chômage, etc.) pour justifier l’acceptation d’un salaire minimum à 108 F. De son côté, le président de la Chambre syndicale ne cache pas que la publicité ainsi faite autour de l’entente signée par les syndicats chrétiens va contribuer à mettre fin à la grève24. Effectivement, la convention ratifiée par les deux parties le 26 avril accélère la rentrée dans les maisons de la couture. D’ailleurs, les dirigeants des syndicats CGT et CGTU ne s’y trompent pas : dans ces circonstances le mouvement revendicatif ne peut espérer obtenir beaucoup plus que ce qui a été accepté par les organisations féminines. C’est pourquoi, après quelques jours de réflexion, les délégués des organisations cégétistes essaient de reprendre les pourparlers avec le patronat. Ils laissent entendre aux patrons qu’ils souscriraient à l’entente intervenue avec les syndicats chrétiens si quelques modifications lui étaient apportées. Mais la Chambre patronale refuse de modifier la convention.

  • 25 Le Peuple, 4 mai 1923.
  • 26 L’Humanité, 4 mai 1923. AN, série F/22 185. Rapport adressé au directeur du travail.

24Inutile de dire combien l’entente est diversement appréciée selon les parties. Suzanne Lion, secrétaire du syndicat confédéré de l’habillement, condamne l’accord signé par les syndicats féminins en soulignant que le salaire de 21 F par semaine consenti aux apprenties est tout à fait inacceptable25. De son côté, le quotidien L’Humanité insiste sur la victoire partielle des grévistes, victoire qui n’a rien à voir avec la convention acceptée par les syndicats féminins, puisqu’elle tient au fait que les plus déterminés des grévistes auraient réussi à obtenir des grandes maisons des augmentations portant le salaire des premières mains à 140 F. Si certaines maisons semblent avoir accordé des augmentations portant le salaire des premières mains jusqu’à 130 F, dans l’ensemble, les couturières obtiennent les conditions stipulées dans la convention signée par la Chambre syndicale et les syndicats féminins26. Les dirigeants des deux syndicats cégétistes s’entendent donc pour dénoncer les syndicats féminins qui, selon eux, ont fait le jeu du patronat et ne jouissent d’aucune influence auprès des ouvrières. Proposition contradictoire qui donne à penser qu’au terme de cette grève, les syndicats féminins ont peut-être acquis une plus grande influence dans les milieux de la couture que ne veulent l’admettre leurs adversaires. Nous y reviendrons plus loin.

  • 27 Le Petit Bleu, 8 mai 1923.

25Du côté patronal, le son de cloche est très différent. Il n’est pas question de concéder aux syndicats une quelconque influence et, encore moins, un pouvoir de négociation. Depuis le début de la grève le patronat s’en tient au même discours, à savoir qu’il s’agit d’un mouvement à caractère politique déclenché par des éléments révolutionnaires. Selon le porte-parole de la Chambre patronale, M. Clément, la grève de la couture n’a été qu’un mouvement politique déclenché par des éléments perturbateurs et contre la volonté des ouvrières généralement satisfaites de leurs conditions de travail. Par ailleurs, Clément affirme que les patrons n’auraient accordé que ce qui était déjà la règle dans leurs établissements27. L’arrogance de cette déclaration publique traduit la présomption du grand patron certain de son bon droit et de son pouvoir qui ne souffre aucune opposition. Cependant, il faut reconnaître que sur le fond, le président de la Chambre patronale n’a pas complètement tort puisque la grève de 1923 ne représente pas une victoire pour les ouvrières. En effet, au départ, alors que l’optimisme règne dans les rangs des grévistes, les demandes d’augmentation salariales se situent autour de 140 F alors que les patrons proposent de 108 à 115 F. Il est donc facile de conclure que le travail a repris aux conditions patronales.

  • 28 APGT Dossier « Fédérations et syndicats ».
  • 29 E. Schorter, C. Tilly, Strikes in France, op. cit., p. 49.

26Au terme du conflit, les syndicats féminins n’en célèbrent pas moins leur succès. Pour des militantes comme Eugénie Beeckmans et Maria Bardot, toutes les deux signataires de la convention de 1923, l’obtention de ce contrat de travail représente une victoire morale. L’entente intervenue ainsi que la création d’une commission paritaire permanente témoignent, selon elles, de la justesse de leurs vues et de leurs méthodes. D’ailleurs, elles ne cachent pas leurs ambitions. Tout d’abord, elles veulent favoriser de nouvelles adhésions au sein des syndicats chrétiens féminins de manière à mieux organiser la profession. Soulignons que la signature de l’accord par les syndicats féminins semble avoir contribué à l’augmentation du nombre de leurs adhérentes28. Finalement, elles souhaitent éviter les litiges et les conflits en proposant au patronat une collaboration sincère et efficace de façon à mettre fin à l’anarchie qui règne dans la profession. Il est certain qu’après 1923 le nombre de grèves diminue de façon notable dans le secteur de la couture. La convention qui permet de négocier périodiquement des augmentations de salaire y est sans doute pour quelque chose. Mais il faut également souligner qu’en France, au cours des années 1920 et jusqu’à 1936, le nombre total de grèves tend à baisser par rapport aux années 1915-192029. Mais pour les dirigeantes des organisations féminines la victoire n’est pas seulement morale, puisque la convention améliore sensiblement les conditions de travail des ouvrières. Il est plus difficile de suivre les syndiquées dans cette voie. Certes, les salaires sont en augmentation depuis la grève mais l’accord s’est fait sur les bases établies par les représentantes de la Chambre syndicale patronale. Pour ce qui est des avantages sociaux concédés par les patrons – vacances payées, limitation du chômage et formation professionnelle – ils demeurent minimes par rapport aux demandes initiales des organisations syndicales. Par exemple, pour ce qui a trait aux vacances payées, les patrons offraient initialement deux semaines après trois ans, la convention prévoit finalement deux semaines après deux ans. Les déléguées des syndicats féminins signataires de la convention n’ont rien obtenu de plus que ce que les patrons étaient disposés à offrir si ce n’est leur engagement à discuter périodiquement non seulement des questions intéressant la profession mais aussi des modifications à apporter à la convention collective compte tenu de l’augmentation de l’indice du coût de la vie. Pour les représentantes des syndicats chrétiens c’est bien là l’essentiel des acquis de la convention : l’organisation de la profession par l’institution de la commission mixte et la possibilité d’obtenir de manière pacifique des réformes pour les ouvrières de la couture.

  • 30 La Ruche syndicale, mai 1928.

27Tout au long des années 1920, la commission mixte de la couture va se réunir périodiquement tel que prévu par la convention. Un regard rapide sur l’évolution des négociations pour le renouvellement du contrat de travail nous permet de distinguer trois grandes périodes : la première, de 1923 à 1927, pendant laquelle les salaires augmentent graduellement suivant en cela l’indice à la hausse du coût de la vie. Une deuxième période qui s’étend de 1927 à 1928 marque les premières difficultés dans l’application de la convention collective. En effet, à la suite de la chute de l’indice du coût de la vie, les syndicats féminins doivent accepter des baisses de salaires. Dans un premier temps, les déléguées à la commission s’emploient à défendre la convention en expliquant aux ouvrières son fonctionnement et les avantages qu’elle leur a apportés depuis son entrée en vigueur en 1923. Dans un article paru en 1928, Eugénie Beeckmans, présidente du Syndicat de l’habillement de l’Abbaye, n’hésite pas à rappeler aux ouvrières les améliorations obtenues depuis l’instauration de la commission mixte. Elle insiste tout particulièrement sur le caractère à la fois régulateur et moralisateur de cette institution dans le cadre d’une société moderne qui fait une large place à la conciliation30.

28Dans un deuxième temps, suite à une nouvelle baisse prévue des salaires, le mécontentement des ouvrières ne tarde pas à se manifester et celles-ci contestent l’établissement de l’indice du coût de la vie. Les représentants du patronat et des syndicats chrétiens négocient donc des aménagements à la convention qui aboutissent à un nouvel accord dans le secteur de la couture signé au mois de mai 1928. Cette convention accorde aux ouvrières des salaires minima pour les différentes catégories sur la base de nouveaux barèmes à partir d’un budget-type d’une ouvrière vivant seule. De plus, les déléguées syndicales réussissent à faire abolir les deux tarifs pour les premières mains, celui à l’embauche et celui révisé après deux mois. Désormais, un seul tarif est retenu : celui de l’ouvrière qualifiée. Dans l’ensemble, il s’agit bien d’une victoire selon les syndicats chrétiens. D’ailleurs, le climat s’apaise puisqu’en 1929 et en 1930 on assiste à une nouvelle hausse de l’indice et à un réajustement salarial.

  • 31 G. Lefranc, Juin 36, Paris, Éditions Julliard, coll. Archives, 1966, p. 48-49.
  • 32 La Ruche syndicale, déc. 1933. La Travailleuse, no 173, févr. 1935. La Travailleuse, no 177, juin (...)
  • 33 L’Humanité, 21, 22 et 23 mai 1935.
  • 34 Le Populaire, 23 mai 1935.

29La dernière période se situe en pleine crise économique, soit de 1931 jusqu’à 1936. La convention est alors malmenée. Les dirigeants des maisons de couture introduisent le salaire aux pièces qui leur permet de contourner les barèmes fixés par la convention. Ces pratiques conjoncturelles traduisent l’hostilité générale du patronat français face aux conventions collectives durant la période de l’entre deux-guerres31. Les abus sont de plus en plus nombreux et les déléguées des syndicats chrétiens vont condamner les pratiques patronales, notamment celle qui consiste à laisser les ouvrières très qualifiées dans les catégories les moins rémunérées. En mai 1935, suite à une autre baisse de salaire et à l’introduction de la rémunération du travail aux pièces, les déléguées des syndicats chrétiens sont obligées de reconnaître que l’efficacité de la convention est grandement compromise32. Les ouvrières mécontentes déclenchent un mouvement de grève qui est appuyé et encadré par le syndicat unitaire de l’habillement, qui n’a cessé de condamner les conventions33. Mais ni les syndicats CGT, ni les syndicats chrétiens n’approuvent cette grève et ces derniers continuent à collaborer avec les délégués patronaux à la commission mixte. Les relations s’enveniment entre les grévistes et les syndicats chrétiens. En effet, alors que le comité de grève ne peut obtenir une rencontre avec le comité patronal, celui-ci accepte de recevoir les syndicats féminins qui, notons-le, ne sont pas mandatés par le comité de grève. Les représentantes des syndicats chrétiens en arrivent à un nouvel accord avec la partie patronale mais celui-ci est vivement dénoncé par le comité de grève : « Les grévistes dénient le droit à n’importe quelle organisation de signer un contrat par-dessus leur tête. Elles seules sont qualifiées pour accepter ou refuser les propositions patronales34 ».

30Après la signature de l’accord, le travail reprend peu à peu. Le climat demeure toutefois tendu entre les signataires de l’accord et les dirigeantes des syndicats chrétiens n’hésitent pas à dénoncer les mesures adoptées par les patrons comme des applications unilatérales de la convention. Malgré tout, la signature de contrats de travail demeure, selon les militantes chrétiennes, la meilleure stratégie pour améliorer les conditions de vie et de travail des ouvrières même, et surtout, dans le contexte difficile des années de crise. La signature de la convention de travail et la constitution de commissions mixtes sont les instruments de base d’une organisation rationnelle de la profession car ils permettent, selon les syndicalistes chrétiennes, non seulement le rapprochement des classes, mais également et par le fait même une collaboration plus étroite entre celles-ci.

31La grève générale de la couture de 1923 constitue pour les syndicalistes chrétiennes une étape importante dans la recherche de signature de conventions collectives. Loin d’être perçue comme un échec (même si objectivement les grévistes n’ont pas obtenu satisfaction), l’issue du conflit permet aux syndiquées de revendiquer l’efficacité de leurs méthodes d’action basées sur la collaboration de classes en vue de l’obtention de réformes justes et modérées. Il n’est donc pas surprenant qu’au moment du déclenchement de la grève des banques en 1925, elles cherchent à appliquer les mêmes méthodes pour obtenir des résultats similaires. L’exemple de la couture vaut d’ailleurs pour l’ensemble du mouvement syndical chrétien puisque c’est à l’aune des résultats obtenus par les syndicats féminins en 1923 que les dirigeants de la CFTC mesurent le chemin qui reste à accomplir dans le secteur bancaire en 1925. Les documents conservés dans les archives du secrétaire générale de la centrale chrétienne, Gaston Tessier, attestent de l’intérêt porté à la convention de la couture de 1923. Celle-ci est citée comme un modèle à suivre lorsque les syndicats d’employés masculins et féminins entreprennent un mouvement de protestation en vue d’améliorer leurs conditions de travail en 1925. Mais la grève des banques représente un cas de figure tout à fait différent. Tout d’abord, il s’agit d’une profession où les hommes sont beaucoup plus nombreux que les femmes. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que la grève de 1925 est menée, entre autres, par la Fédération française des syndicats d’employés catholiques qui regroupe et coordonne les syndicats masculins et féminins. Si les femmes participent au mouvement, ce sont leurs collègues masculins qui mènent l’action. Enfin, la grève des banques constitue un échec pour les grévistes et les organisations syndicales puisqu’au terme du conflit aucun accord n’est intervenu avec le patronat. Pire, de nombreux travailleurs perdent leur emploi.

32Dans ce contexte, il semble pertinent de s’interroger d’une part sur le rôle et la place dévolus aux organisations féminines chrétiennes dans le cadre du mouvement revendicatif et, d’autre part, sur les rapports qu’elles entretiennent avec les syndicats masculins chrétiens. Il faudra insister sur le regard que les militantes ont porté sur leur propre action dans un cadre tout à fait différent de celui des métiers de l’habillement. D’emblée un problème retient l’attention : de quelle marge d’autonomie les militantes chrétiennes ont-elles disposé dans le cadre du mouvement revendicatif de 1925 ? C’est à partir de ces questions que nous allons aborder la deuxième grève générale à laquelle ont participé les syndicalistes chrétiennes durant les années 1920.

III – Le devoir de s’unir : la grève des banques (1925)

  • 35 La Travailleuse, supplément, sept.-oct. 1925.

33Au lendemain de la grève des banques, en octobre 1925, la Fédération française des unions de syndicats professionnels féminins publie un numéro spécial du journal La Travailleuse qui, à l’instar de celui rédigé au terme de la grève de la couture, retrace les événements marquants des dernières semaines. Toutefois, contrairement au document traitant du conflit de la couture, celui-ci ne présente aucune conclusion définitive quant aux résultats de la grève pour l’ensemble de la profession. Tout au plus, l’auteur, Marguerite Lafeuille, secrétaire de la Fédération des syndicats d’employés catholiques et vice-présidente de la CFTC, souligne-t-elle que seule la fidélité à l’organisation syndicale sera en mesure de consolider les acquis et surtout de préparer l’avenir35. Elle poursuit sa réflexion en insistant sur le fait que seul un effort soutenu en faveur d’une action méthodique pourra garantir les intérêts de la profession.

  • 36 AAP, série 3KI-1. Œuvres professionnelles et syndicales. Dossier sur la grève des banques de 1919.

34La grève de 1925 n’est pas le premier conflit dans le secteur bancaire. La première grande grève date de 1919 même si, en 1915, 1917 et 1918, des mouvements de moindre ampleur avaient secoué les banques. Mais au lendemain de la Première Guerre mondiale, 15 000 employés se mettent en grève et réclament des augmentations de salaire, l’amélioration du régime de retraite et le respect du droit syndical. À cette occasion, la Fédération française des syndicats d’employés catholiques, qui regroupe des syndicats masculins et féminins, participe au mouvement gréviste et soutient les revendications mises en avant par les employés. La Fédération, appuyée par les syndicats de la rue de l’Abbaye, demande une augmentation progressive afin d’atteindre 8 400 F par an après 25 ans de service. La CGT propose une augmentation allant jusqu’à 6 400 F. Quant au syndicat féminin du boulevard des Capucines, sa porte-parole, Mathilde Debray, annonce qu’il se rallie à la position de la Fédération des syndicats catholiques, non sans avoir critiqué les demandes salariales qui lui paraissent beaucoup trop élevées surtout en ce qui concerne les femmes et donc impossibles à obtenir36.

  • 37 S. Schweitzer, Les Femmes ont toujours travaillé, op. cit., p. 127.

35Comme on peut le constater, sur le principe « à rendement égal, salaire égal », les militantes se heurtent à la dure réalité des conditions de travail des femmes qui sont bien en deçà de celles de leurs collègues masculins. On se serait toutefois attendu, de la part d’une organisation féminine qui a fait sien ce principe, à un peu plus d’ardeur dans sa défense. Mais il faut croire que les syndicats féminins jugent leur position plus réaliste. Rappelons qu’à l’époque, il est très rare que les travailleuses demandent l’égalité salariale entre les femmes et les hommes37. En revanche, l’ensemble des syndicats chrétiens sont d’accord pour demander l’institution d’une commission mixte permanente pour résoudre à l’amiable les points en litige. La position des directions bancaires est claire : il n’est pas question de traiter avec les grévistes. Plus encore, pour briser la solidarité entre les employés, les directeurs de banque n’hésitent pas à offrir une prime de 50 % aux employés qui ne suivront pas le mouvement. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’attitude méprisante de la partie patronale à l’égard des grévistes et des organisations syndicales ne facilite pas le dialogue. Devant ce qu’elle considère comme un acte de pure provocation, la Fédération CGT ne tarde pas à réagir et affiche un texte on ne peut plus clair dénonçant les méthodes des directions bancaires. Malgré les manœuvres patronales, les défections sont rares dans les rangs des grévistes même si, du côté des organisations féminines, on ne dispose d’aucune caisse de soutien pour les grévistes. C’est d’ailleurs ce qui motive sœur Milcent à demander l’appui de l’archevêque de Paris en faveur des syndicats chrétiens. Selon la fondatrice des syndicats de l’Abbaye, les syndiquées chrétiennes sont acculées soit à cesser la grève sans rien avoir obtenu, soit à passer à la CGT qui dispose d’un fond de grève ou, pire, à mourir de faim si la grève se prolonge. De toute façon, écrit-elle, « c’est la faillite du mouvement social catholique ». Elle sollicite donc l’intervention de l’archevêque auprès de la direction des banques :

  • 38 AAP, série 3KI-1. Œuvres professionnelles et syndicales. Dossier sur la grève des banques de 1919.

Il est parmi les banquiers des catholiques avérés. Peut-être à la voix de leur Pasteur se convaincraient-ils que les Associations professionnelles ont toujours été, au cours de l’histoire bénies par l’Église et que de refuser de les reconnaître et d’entendre leurs membres comme associés d’une même profession n’est pas d’accord avec les principes promulgués par le Pape Léon XIII38.

36On ne connaît pas la réponse de l’archevêque de Paris à la demande de sœur Milcent mais cette lettre témoigne des relations de confiance établies entre les syndicats féminins chrétiens et les milieux catholiques. Quoi qu’il en soit, en 1919, c’est la solidarité des grévistes ainsi que l’intervention du ministre du Travail qui permettent le déblocage de la situation. Le 17 mai, un accord est signé entre les représentants patronaux et syndicaux (CFTC et CGT) accordant la semaine de 48 heures, un congé annuel de 2 semaines après un an de présence, un salaire minimum, la création d’une caisse de retraite, la reconnaissance du droit syndical et une augmentation salariale variant de 10 à 20 % en moyenne.

  • 39 La Ruche syndicale, no 2, 1919.
  • 40 Ibid., janv. 1923.

37Mais les concessions accordées par les directeurs de banque, au moment où la France est touchée par un mouvement revendicatif de grande ampleur, sont remises en question dans les mois qui suivent. C’est d’abord le droit syndical qui est un peu partout battu en brèche alors que les commissions mixtes formées au lendemain du conflit ne résistent pas aux manœuvres du patronat qui refuse de reconnaître parmi les délégués ceux qui proviennent des syndicats. Un exemple parmi d’autres nous permet d’apprécier le climat tendu qui règne alors au sein des institutions bancaires. Durant la grève de 1919, le directeur de la Société générale, M. Chevassus, n’avait en aucun cas voulu discuter avec la délégation des employés. À cette occasion, Mlle Bonnay, déléguée du Syndicat de l’Abbaye, avait tracé de ce dernier un portrait peu sympathique : « M. Chevassus reçoit les délégués avec des airs de grands seigneurs sans ôter la cigarette de sa bouche et leur dit : qu’il n’a rien à leur dire39 ». En février 1920, les délégués des employés de la Société générale démissionnent en bloc devant le manque de volonté du patronat à vouloir discuter de leurs desiderata. Les délégués constatent qu’aucun progrès tangible n’a été réalisé depuis la création de la commission. Trois ans plus tard, celle-ci n’a toujours pas été reconstituée40. Il faudra toute la modération et toute la patience des délégués chrétiens pour rétablir le dialogue avec la partie patronale.

38Tout au long de Tannée 1924, la Fédération des syndicats d’employés catholiques multiplie les démarches auprès du patronat en soumettant de nouveaux cahiers de revendications. Les points en litige demeurent les congés payés, la caisse de retraite, la question des salaires, etc. Pour la première fois, la Fédération demande un congé de maternité de six semaines, une revendication formulée par les représentantes des syndicats féminins. Du côté patronal, on exprime toujours une fin de non-recevoir. Cette attitude ne décourage pas les représentants des syndicats chrétiens, qui tentent désespérément d’être entendus par les directions financières. Mais les patrons refusent d’engager la discussion avec les délégations syndicales. Dans son bilan de la grève des banques, Marguerite Lafeuille rappelle la bonne volonté manifestée par la Fédération en vue de collaborer avec les directions de façon à établir un meilleur climat entre employeurs et employés. Du même souffle, elle dénonce la morgue des grands patrons :

  • 41 La Travailleuse, supplément, sept.-oct. 1925.

Persévérant dans une attitude qui date un peu trop, les directions des établissements de crédit se sont jusqu’à présent obstinément refusées à entrer en relation avec les représentants qualifiés des syndicats [...]41.

  • 42 APGT, dossier « Fédérations et syndicats », texte dactylographié, conversation du 25 juin 1925.

39Durant les semaines précédant la grève de 1925, les syndicats féminins entreprennent des démarches parallèles dans l’espoir d’entrer en contact avec des personnes influentes dans le milieu financier. Nous possédons un document qui témoigne de l’importance qu’accordent les syndicats chrétiens à l’établissement d’un lien de confiance avec les patrons afin de discuter dans le meilleur intérêt de la profession. Ce document confidentiel destiné à Gaston Tessier, secrétaire général de la CFTC, demeure anonyme mais il rapporte le détail d’une conversation qui a eu lieu entre une représentante des organisations féminines et Mme B. Celle-ci est présentée comme étant l’épouse d’un membre influent associé à la direction d’une grande société financière. Il pourrait s’agir de la baronne Brincard, dont le mari siège sur le conseil d’administration du Crédit lyonnais, ou de Madame Boyreau, dont l’époux occupe un poste de direction dans une banque parisienne. Quant à la représentante des syndicats féminins, elle se présente comme une amie de Mme B. ; il s’agit probablement de l’une des femmes du monde qui soutiennent les organisations féminines. Lors de cette rencontre qui se déroule le 25 juin 1925, donc avant le début de la grève, la représentante des syndicats souhaite obtenir des dirigeants des banques une entrevue au cours de laquelle serait abordée la question des commissions mixtes. Elle insiste sur la modération des revendications formulées par les syndicats chrétiens et sur la bonne volonté manifestée par leurs représentants à négocier de bonne foi avec le patronat dans le cadre des commissions mixtes42. Mme B. rétorque que, selon les directions bancaires, les syndicats chrétiens n’ont pas d’avenir puisque pour obtenir l’appui des travailleurs ils doivent faire de la surenchère et demander au moins autant que les organisations socialistes. La représentante des syndicats chrétiens réfute cette argumentation en soulignant combien une convention collective sur le modèle de la couture parisienne serait susceptible d’améliorer le climat de travail très dégradé qui règne dans le milieu bancaire. Même si, à la fin de l’entrevue, Mme B. demande à son interlocutrice une copie de la convention de la couture, cette démarche demeure sans résultat concret.

40Malgré la bonne volonté manifestée par la Fédération des syndicats d’employés catholiques et toutes les démarches entreprises pour entrer en contact avec les représentants des directions bancaires, ces derniers refusent obstinément le dialogue avec les délégués syndiqués. C’est ainsi qu’en 1925, le refus opiniâtre du patronat d’entendre les doléances de ses employés combiné à une nouvelle hausse du coût de la vie suscite le plus vif mécontentement chez les travailleurs des banques qui déclenchent la grève. Sans entrer dans les détails du déroulement du conflit, il est important de présenter brièvement les événements de façon à dégager les principaux enjeux. Dans ce cadre, nous insisterons sur le rôle et la place des organisations féminines dans le mouvement gréviste.

  • 43 AN. Série F/713721. Rapport du préfet du Rhône, 21 juillet 1925.
  • 44 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 235-236.
  • 45 R Delon, Les Employés, Paris, Éditions sociales, 1969, p. 96.
  • 46 AN. Série F/713878. Rapport no 2312 23 juill. 1925. Contrôle général des services de police admini (...)
  • 47 AN Série F/713878. Rapport du 31 juill. Contrôle général des services de police.

41Le 21 juillet, c’est à Marseille que la grève est déclenchée. Celle-ci touche rapidement les sept principaux établissements de la ville. Dans chacune des institutions le mouvement est suivi par une majorité des employés43. La seule banque à ne pas être affectée par le mouvement est la Société générale où, en accord avec le comité de grève de Marseille, le travail continue car, depuis le mois de mars précédent, les employés ont obtenu des améliorations de leurs conditions de travail. Ce n’est sans doute pas un hasard si à la Société générale les syndicats chrétiens sont parmi les plus influents44. La décision du comité de grève lui sera d’ailleurs amèrement reprochée par les militants unitaires (CGTU) car, selon eux, sans l’appui des employés de la Société générale la grève est vouée à l’échec45. Les critiques des unitaires pour qui, seule une grève générale aurait pu triompher de la résistance du patronat bancaire, ne doivent pas masquer l’engagement manifeste de la fédération chrétienne et de la CFTC. Les syndiqués chrétiens sont très actifs et Nicolas Cacavale, alors dirigeant du Syndicat chrétien d’employés, devient rapidement le leader le plus influent auprès des grévistes de Marseille46. Forts de la justesse de leurs revendications, de l’appui de l’opinion publique et de la sollicitude du clergé catholique en commençant par l’évêque de Marseille, Mgr Champavier, qui fait parvenir une lettre de soutien à Cacavale47, les syndiqués chrétiens s’engagent avec beaucoup d’ardeur dans le mouvement de grève. D’ailleurs, Marseille va demeurer un des foyers les plus actifs du mouvement.

42À Paris, la situation est aussi tendue qu’à Marseille et dès la fin juillet, les employés de la Banque nationale de crédit et ceux du Crédit lyonnais votent la grève dans des proportions très importantes. Puis, peu à peu, d’autres établissements rejoignent le mouvement et c’est ainsi que le 30 juillet, la Fédération des syndicats d’employés catholiques annonce qu’elle participe au mouvement compte tenu d’une part de la situation inéquitable des employés de banque et, d’autre part, du refus du patronat de négocier de bonne foi avec les représentants des syndicats. Par ailleurs, la Fédération définit la position qui sera la sienne tout au long de la grève, soit de conserver au conflit son caractère corporatif pour en arriver à une entente négociée et à l’organisation de la profession. Au début du mois d’août le mouvement se généralise un peu partout en province et à Paris où il connaît un réel succès puisqu’il mobilise près du tiers des employés.

43Un des événements importants de la grève des banques de 1925 est la constitution d’un comité de grève ou comité central de grève (CC) réunis dont le rôle est de coordonner les actions des grévistes. Dès les premiers jours donc, l’entente est réalisée entre la CGT, la CFTC, la CGTU et les représentants des non syndiqués. Sur le plan de la coordination nationale, c’est à compter du 8 août qu’est mis sur pied le comité national de grève (CN) regroupant deux représentants des fédérations affiliées aux centrales syndicales, deux représentants de la Fédération nationale des syndicats indépendants fondée en 1912 à Bordeaux dont le secrétaire est Jean Portalier et, finalement, un représentant du comité central de grève et un représentant des comités de grève de province. C’est le comité national qui soumet aux ministres du Travail, M. Durafour, et des Finances, M. Caillaux, le cahier de revendications et c’est lui qui, au nom des grévistes, entreprend toutes les démarches auprès des pouvoirs publics. Rappelons que les grévistes revendiquent une augmentation de salaire de 100 F pour les hommes et les femmes. C’est donc dire que les salaires féminins vont demeurer inférieurs aux salaires masculins.

44Parmi les délégués au comité national de grève, nous ne retrouvons aucune femme. La CFTC est représentée par Gaston Tessier et un dénommé Lecomte (ou Leconte ?). Dans le cas de la centrale chrétienne, cette absence des femmes surprend car elles sont nombreuses au bureau de la Fédération des employés à occuper des postes de direction. Que l’on songe à Mme Deguin et Mlle Collange qui siègent conjointement au poste de vice-présidente de la Fédération depuis 1919 ou encore à Marguerite Lafeuille, militante de premier ordre du boulevard des Capucines, d’abord secrétaire adjointe puis secrétaire de la Fédération des employés et, depuis 1924, vice-présidente de la CFTC. Comment expliquer qu’elles soient tenues à l’écart des positions stratégiques au profit de Lecomte, quant à lui absent des postes de direction de la Fédération ? Aucun document sur la grève des banques ne permet de répondre avec certitude à cette question. Cependant, nous pouvons suggérer quelques hypothèses qui tiennent compte des informations que l’on possède par ailleurs sur la place des femmes au sein des organismes mixtes de la centrale. Une première hypothèse serait d’invoquer une relative méconnaissance des conditions de travail des employés de banques et des enjeux de la grève de 1925 de la part des militantes du bureau de la Fédération. Cette explication ne peut être retenue puisque Marguerite Lafeuille a été employée au Comptoir d’escompte pendant plusieurs années. Par ailleurs, elle a milité activement lors des grèves de 1919 et 1920 alors qu’en 1925 elle est présente au moment de l’élaboration du cahier de revendications. Il faut également rappeler que c’est elle qui rédige le numéro spécial de La Travailleuse sur la grève des banques, lequel témoigne de ses connaissances approfondies en ce qui a trait à la situation qui prévaut dans ce milieu.

45Notre deuxième hypothèse interroge le parcours du délégué Lecomte. En effet, si la présence du secrétaire général de la CFTC, Gaston Tessier, au comité de grève va de soi dans le contexte d’une grève générale engagée conjointement avec d’autres centrales syndicales, celle de Lecomte laisse perplexe. En effet, il se peut que ce délégué possède une expertise particulière dans les négociations avec les institutions bancaires qui en fait la personne toute désignée pour siéger au comité national de grève. Dans cette perspective, l’absence de déléguées des syndicats féminins au comité ne relèverait pas de leurs propres lacunes, de leur inexpérience ou encore d’un manque de confiance de la part des dirigeants de la CFTC, mais tiendrait aux qualités exceptionnelles de Lecomte. En l’absence d’informations sur son parcours, il nous est impossible de confirmer cette seconde hypothèse.

  • 48 S. Zerner, Ouvrières et employées entre la première guerre mondiale et la grande crise : travail d (...)
  • 49 S. Zerner, « De la couture aux presses », op. cit. p. 17.
  • 50 Y. Ostraga, Les Indépendantes, vingt-cinq professions pour les jeunes filles d’aujourd’hui, Paris, (...)

46Pour intéressantes qu’elles soient, ces deux hypothèses n’épuisent pas la question. Au contraire, il nous semble que toute tentative d’explication doit dépasser la conjoncture immédiate ou les questions de personnalité et tenir compte plus largement de la place des femmes dans le milieu des employés ainsi que de leur représentation au sein de la Fédération des syndicats d’employés catholiques. Rappelons brièvement qu’au XIXe siècle, les femmes actives sur le marché du travail sont plus nombreuses parmi les ouvriers que parmi les employés. Toutes les études le confirment, l’entrée des femmes dans le monde des employés se situe au début du XXe siècle alors que les machines sont introduites dans les bureaux48. C’est dire qu’au début du XXe siècle le monde du travail féminin est en pleine mutation. Si la participation des femmes au travail industriel continue à progresser durant les années 1920, le travail des étoffes, qui amorce un déclin relatif, libère une main-d’œuvre importante49. Au début des années vingt de nombreuses jeunes filles se tournent vers les emplois de bureau ou de commerce. Ceux-ci paraissent mieux rémunérées et surtout davantage adaptées à la jeune femme moderne50.

  • 51 S. Zerner, Ouvrières et employées, op. cit., p. 407.
  • 52 Ibid., p. 428.

47Concrètement, la féminisation du tertiaire rend compte d’un triple phénomène : premièrement, les jeunes Françaises profitent d’une scolarité plus longue qui leur permet d’accéder à des emplois un peu mieux rémunérés. Deuxièmement, l’entrée des femmes dans ce secteur témoigne d’une utilisation spécifique de la main-d’œuvre féminine liée à une mécanisation du travail et à son maintien à des tâches subalternes. Troisièmement, la couture a perdu peu à peu de son attrait suite à l’industrialisation de la production et à la dévalorisation du métier. Les « couturières en rupture d’aiguille » sont alors nombreuses à se tourner vers le métier d’employée. À partir des données des recensements, Sylvie Zerner a calculé que dans le tertiaire privé (banque, assurance, commerce et professions libérales) le pourcentage des femmes parmi les employés se situait à 26,11 % en 1906 et atteignait 46,13 % en 193151. Dans le secteur des banques et assurances, les effectifs féminins connaissent une croissance significative puisque le nombre de femmes passe de 5 400 en 1906 à 54 000 en 1921, pour atteindre le chiffre de 90 000 en 193152. Les femmes y occupent les postes de mécanographe, facturière et sténo-dactylo. Leurs conditions de travail demeurent bien en-dessous de celles de leurs collègues masculins. Par ailleurs, elles ne peuvent espérer faire carrière car les postes de cadre ou d’employé supérieur sont réservés aux hommes.

  • 53 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 27.

48Quant à la présence des femmes au sein de la Fédération des syndicats d’employés catholiques, il est bon de rappeler que les chiffres dont nous disposons sont sujets à caution. Au mieux, ils nous permettent d’indiquer des tendances. Selon Michel Launay, en 1919, la Fédération des employés qui regroupe les syndicats masculins et féminins compte plus de femmes que d’hommes : 17 5000 femmes pour 12 500 hommes53. Ces données ponctuelles tracent un tableau pour le moins surprenant de la plus importante fédération affiliée à la CFTC. À partir de celles-ci, il est possible de conclure qu’au moment de la grève des banques en 1925, la présence des femmes au sein de la fédération est au moins aussi importante que celle des hommes, sinon plus importante. Par ailleurs, les femmes sont fortement représentées aux postes de direction du bureau de la Fédération. De 1920 à 1925, on dénombre quatre femmes pour deux hommes et elles occupent les postes de vice-présidentes, secrétaire et secrétaire-adjointe. L’une d’entre elles, Marguerite Lafeuille, manifeste une connaissance approfondie du milieu bancaire, où elle a été active pendant de nombreuses années. En définitive, leur absence au comité de grève demeure peu compréhensible si l’on tient compte d’une part, de la féminisation du tertiaire et, d’autre part, de leur place et de leur rôle au sein de la Fédération catholique.

49Il faut donc en conclure que dans les organisations mixtes, les militantes chrétiennes se trouvent marginalisées lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre des actions devant mener à l’aboutissement des revendications des travailleurs. En effet, même si la grève générale des banques de 1925 conserve son caractère professionnel et réformiste, elle n’en demeure pas moins, de par son ampleur et ses conséquences possibles, un événement important dont le déroulement et l’issue peuvent s’avérer déterminants pour le syndicalisme chrétien. Dans ces conditions, les dirigeants de la CFTC semblent avoir jugé bon de conserver aux mains des seuls militants le processus décisionnel et de ne pas y associer une représentante des syndicats féminins si compétente soit-elle. Voilà qui témoigne peut-être d’un manque de confiance en la capacité des militantes à gérer conjointement avec leurs camarades masculins un conflit majeur où les femmes ne constituent pas la majorité des grévistes. Il s’agit bien sûr d’une hypothèse qu’il nous est impossible de vérifier mais ne faut-il pas la considérer du domaine du possible compte tenu de ce que nous savons de la culture syndicale et de la difficulté des femmes à s’y inscrire ? Largement masculine, cette culture laisse peu de place à l’expression de pratiques autres que les siennes et les organisations féminines n’expriment-elles pas cette différence ? Poser la question c’est peut-être y répondre.

  • 54 AN, série F7/ 13878. Rapport de la préfecture de police, 9 sept. 1925.
  • 55 AN, série F7/ 13879. Dossiers « Employés – Grève des banques ».
  • 56 Le Peuple, 29 juill. 1925.
  • 57 AN, série F/7 13879. Rapport du 5 août 1925.
  • 58 La Travailleuse, no 81, sept-oct. 1925.

50Ceci dit, toute tentative d’explication s’avère incomplète si Ton ne cherche pas à évaluer la participation des femmes au mouvement gréviste. En effet, il faut s’interroger à savoir si l’absence des militantes chrétiennes au comité de grève ne reflète pas les conditions réelles de l’engagement des travailleuses dans l’action concrète sur le terrain de la lutte quotidienne ? Les documents dont on dispose sur l’évolution de la situation sur le terrain ne sont pas très parlants en ce qui concerne le rôle des travailleuses lors de la grève. Toutefois, à l’occasion d’un événement singulier ou encore lors d’une réunion particulièrement significative, les rapports des autorités signalent la présence active des travailleuses des banques. C’est ainsi qu’un rapport de la préfecture de police nous apprend qu’à Paris la majorité des non syndiqués grévistes est constituée de femmes54. Au niveau régional, les femmes jouent un rôle très actif. Les rapports des commissaires au directeur de la Sûreté générale à Paris signalent la présence des femmes à titre d’oratrices ou de déléguées aux réunions qui se tiennent à la Bourse du travail55. Quant aux articles parus dans les journaux, certains rappellent la présence significative des femmes aux réunions grévistes. C’est ainsi que le journal Le Peuple rapporte dans son édition du 29 juillet l’intervention à la tribune de la Bourse du travail d’une femme venue prononcer un discours s’adressant spécifiquement aux travailleuses. Le journaliste conclut ainsi son article : « Nous avons déjà dit que l’élément féminin domine dans cette grève56 ». Cette appréciation semble un peu exagérée mais il est certain que les employées s’engagent nombreuses dans l’action comme en témoignent les photos prises au moment des meetings syndicaux. Du côté des chrétiennes, nous savons que certaines d’entre elles sont très actives en 1925. On pense à Marie-Louise Danguy ou encore à Claire Poujade qui, à titre de secrétaire générale des syndicats féminins de Marseille, assiste à toutes les réunions à la Bourse du travail pour informer les travailleuses de leurs droits et les encourager à poursuivre la lutte. Ceci étant dit, il semble que les femmes aient été moins nombreuses que les hommes à s’engager dans le mouvement et, surtout, elles sont moins syndiquées que leurs collègues masculins57. Les dirigeants des syndicats féminins déplorent ce qu’elles appellent « l’abstentionnisme » des travailleuses et cherchent par tous les moyens possibles à les initier aux questions syndicales. C’est ainsi qu’à Bordeaux, les militantes chrétiennes organisent une permanence féminine d’information en vue d’éclairer les travailleuses sur leurs droits. Malgré cela, les dirigeantes bordelaises estiment que les travailleuses sont peu nombreuses à avoir compris la nécessité de la solidarité58.

  • 59 H Raynaud, A. Bunet, Une expérience de Front unique. La grève des Banques, Paris, 1925, p. 36.

51Toutes ces informations nous permettent de mieux saisir les rapports qui se nouent entre syndicats féminins et masculins chrétiens lorsque l’action se déroule dans un milieu de travail majoritairement masculin. La marge d’autonomie dont disposent les syndicats féminins au sein de la Fédération paraît ici sensiblement réduite. Leurs actions demeurent subordonnées à celles de la Fédération et surtout de la Confédération, où du point de vue stratégique, sont adoptées les décisions finales. En ce sens, le rôle de Gaston Tessier au comité de grève est déterminant. Selon les termes utilisés par les dirigeants du syndicat unitaire des employés (CGTU), celui-ci est « l’intelligence du Comité national et du CC parisien ». Les unitaires n’hésitent d’ailleurs pas à attribuer à cet homme « brillant chez le ministre, retors au CN, souple au CC de grève, mais cherchant sans cesse à arrêter habilement le conflit »59 une responsabilité majeure dans l’échec du mouvement. Au-delà des divergences profondes de stratégies entre les membres du comité de grève dont ce témoignage rend compte, le portrait qu’il trace de Gaston Tessier nous renvoie l’image d’un homme particulièrement habile occupant une place centrale dans le jeu des négociations. Nous l’avons déjà souligné, la présence de Tessier au CC et au CN est amplement justifiée compte tenu de l’ampleur du conflit, des enjeux de la grève (non seulement par rapport aux conditions de travail des employés mais également à propos de la reconnaissance du droit syndical dans un secteur très conservateur) et du caractère intersyndical de celle-ci. Par ailleurs, le secrétaire de la CFTC dispose d’une oreille attentive auprès du directeur du travail, M. Piquenard, avec lequel il entretient des relations cordiales. Les qualités de diplomate et de négociateur de Gaston Tessier vont s’avérer fort utiles tout au long du conflit où les démarches auprès des différents ministères ne vont cesser de se multiplier.

  • 60 AN, série F7/ 13878.

52En conclusion, il faut reconnaître qu’à l’occasion de ce conflit majeur – le premier dans lequel les syndiquées chrétiennes sont engagées depuis celui de la couture et le dernier avant 1936 – les syndicats féminins s’alignent complètement sur la stratégie développée par la Fédération mixte et la Confédération et ne prennent aucune décision autonome. Dans ce cadre, il n’est pas question de mettre au point un budget-type d’une travailleuse vivant seule même si certaines revendications concernent plus particulièrement les femmes. Dans le secteur des banques, le nombre des employées demeure inférieur à celui des hommes, elles sont généralement sous-payées, leurs conditions de travail sont souvent médiocres et la syndicalisation n’y progresse que lentement. Dans ce contexte, les syndicats féminins n’ont d’autre choix que de développer une stratégie commune avec leurs collègues masculins pour espérer fonder une solide organisation et faire ainsi progresser la condition des employés hommes et femmes. Mais ici comme ailleurs, elles en paient le prix car leur place et leur rôle s’en trouvent minorés alors que leurs revendications légitimes sont rapidement évacuées au nom du principe de la solidarité de tous les travailleurs. En 1925, la grève des banques demeure une grève d’hommes menée par des hommes où les femmes jouent un rôle de soutien, quand elles ne sont pas carrément utilisées au profit de l’une ou l’autre des parties. Par exemple, selon un rapport du commissaire central de Nantes en date du 13 août, au Comptoir national d’escompte, la direction « envoie des employées qui continuent le travail auprès de celles en grève en leur promettant de gros avantages si elles reprennent le travail »60.

  • 61 La Travailleuse, supplément sept.-oct. 1925.
  • 62 AN, série F7/ 13878 et 13879.

53Pour la première fois depuis leur engagement dans la centrale chrétienne, les syndicats féminins prennent leur mesure et c’est pourquoi, au terme du conflit, Marguerite Lafeuille prêche pour une fidélité active à la vie syndicale. De « ce devoir de s’unir »61, les militantes chrétiennes veulent retenir la leçon, car la grève des banques constitue pour elles comme pour l’ensemble du mouvement syndical un échec. Les employés doivent rentrer aux conditions fixées par le patronat et plusieurs centaines d’entre eux subissent des sanctions qui vont jusqu’à la révocation62. Malgré la volonté manifeste des syndicats chrétiens de trouver une solution négociée au conflit, les directions bancaires opposent à toutes négociations une fin de non-recevoir. Quant à la mise en place d’un processus de négociations permanent conçu par les syndicats chrétiens comme l’instrument indispensable à l’organisation de la profession, il est écarté par les patrons qui entendent, comme par le passé, discuter seulement avec les délégations composées exclusivement du personnel de la banque. Un secteur où il faudra attendre les grandes grèves de 1936 pour assister aux premières négociations collectives.

Notes

1 J.-D. Reynaud, Les Syndicats en France, tome 1, Paris, Éditions du Seuil, 1975, p. 89.

2 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 50.

3 La Travailleuse, supplément sur la grève de la couture, mai 1923, 7 pages.

4 F. Blum, Féminisme et syndicalisme. Les femmes dans la fédération de l’habillement 1914-1935, mémoire de maîtrise, Paris I, 1978, 205 p. M. Guilbert, Les Fonctions des femmes dans l’industrie, Paris, Éditions Mouton, 1966, p. 64-68. C. Omnès, Ouvrières parisiennes, Paris, EHESS, 1997, 374 p.

5 La Travailleuse, no 160, nov. 1933.

6 M. Guilbert, Les Fonctions des femmes, op. cit., p. 62-63.

7 Femmes et syndicalisme d’hier à aujourd’hui, Paris, VO Éditions, 2000.

8 F. Blum, Féminisme et syndicalisme, op. cit., p. 22.

9 Chiffres fournis par H. Boisgontier, Les Syndicats professionnels féminins de l’Abbaye et l’Union centrale des syndicats professionnels féminins, thèse pour le doctorat, Paris, Éditions Jouve, 1927, p. 56-60.

10 Chiffres fournis par A. Michelin, « L’Union centrale des Syndicats féminins de l’Abbaye », L’Action Populaire, no 64, 1921, p. 4.

11 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 27-28. La Travailleuse, nov. 1919.

12 La Travailleuse, supplément, avril 1923.

13 La Travailleuse, no 23, juill. 1918.

14 La Travailleuse, no 36, juin 1920.

15 La Travailleuse, supplément, avril 1923.

16 E. Shorter, C. Tilly, Strikes in France, 1830-1968, London, New York, Cambridge U. Press, 1974, p. 207.

17 AN, série F/7 13882, Habillement grève générale 1923. Rapport du 14 avril 1923 au ministère de l’Intérieur.

18 AN, série F/22 185.

19 AN, série F/7 13882. Rapport du 7 avril au ministère de l’Intérieur.

20 AN, série F/22 185.

21 L’Humanité, le 15 avril 1923.

22 AN, série F/7 13882, dossier de presse.

23 AN, série F/7 13882. Rapport du 19 avril au ministère de l’Intérieur.

24 AN, série F/7 13882. Rapport du 26 avril au ministère de l’Intérieur.

25 Le Peuple, 4 mai 1923.

26 L’Humanité, 4 mai 1923. AN, série F/22 185. Rapport adressé au directeur du travail.

27 Le Petit Bleu, 8 mai 1923.

28 APGT Dossier « Fédérations et syndicats ».

29 E. Schorter, C. Tilly, Strikes in France, op. cit., p. 49.

30 La Ruche syndicale, mai 1928.

31 G. Lefranc, Juin 36, Paris, Éditions Julliard, coll. Archives, 1966, p. 48-49.

32 La Ruche syndicale, déc. 1933. La Travailleuse, no 173, févr. 1935. La Travailleuse, no 177, juin 1935.

33 L’Humanité, 21, 22 et 23 mai 1935.

34 Le Populaire, 23 mai 1935.

35 La Travailleuse, supplément, sept.-oct. 1925.

36 AAP, série 3KI-1. Œuvres professionnelles et syndicales. Dossier sur la grève des banques de 1919.

37 S. Schweitzer, Les Femmes ont toujours travaillé, op. cit., p. 127.

38 AAP, série 3KI-1. Œuvres professionnelles et syndicales. Dossier sur la grève des banques de 1919.

39 La Ruche syndicale, no 2, 1919.

40 Ibid., janv. 1923.

41 La Travailleuse, supplément, sept.-oct. 1925.

42 APGT, dossier « Fédérations et syndicats », texte dactylographié, conversation du 25 juin 1925.

43 AN. Série F/713721. Rapport du préfet du Rhône, 21 juillet 1925.

44 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 235-236.

45 R Delon, Les Employés, Paris, Éditions sociales, 1969, p. 96.

46 AN. Série F/713878. Rapport no 2312 23 juill. 1925. Contrôle général des services de police administrative du commissariat spécial de Marseille.

47 AN Série F/713878. Rapport du 31 juill. Contrôle général des services de police.

48 S. Zerner, Ouvrières et employées entre la première guerre mondiale et la grande crise : travail domestique et force de travail, thèse de HP cycle, 2 vol., Université de Paris X, 1985, 525 p.

49 S. Zerner, « De la couture aux presses », op. cit. p. 17.

50 Y. Ostraga, Les Indépendantes, vingt-cinq professions pour les jeunes filles d’aujourd’hui, Paris, Éditions Plon, 1932.

51 S. Zerner, Ouvrières et employées, op. cit., p. 407.

52 Ibid., p. 428.

53 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 27.

54 AN, série F7/ 13878. Rapport de la préfecture de police, 9 sept. 1925.

55 AN, série F7/ 13879. Dossiers « Employés – Grève des banques ».

56 Le Peuple, 29 juill. 1925.

57 AN, série F/7 13879. Rapport du 5 août 1925.

58 La Travailleuse, no 81, sept-oct. 1925.

59 H Raynaud, A. Bunet, Une expérience de Front unique. La grève des Banques, Paris, 1925, p. 36.

60 AN, série F7/ 13878.

61 La Travailleuse, supplément sept.-oct. 1925.

62 AN, série F7/ 13878 et 13879.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search