Version classiqueVersion mobile

Les Débuts du syndicalisme féminin chrétien en France

 | 
Joceline Chabot

Deuxième partie. Quelques éléments pour une meilleure connaissance des militantes syndicalistes chrétiennes (1914-1940)

Chapitre II. Du bon usage de la biographie individuelle

Texte intégral

I – La formation militante ou comment l’on devient une propagandiste idéale

  • 1 J. Chabot, « Les syndicats féminins chrétiens et la formation militante de 1913 à 1936 : "propagan (...)

1En janvier 1931, le journal de la Fédération française des unions de syndicats féminins, La Travailleuse titre à la une : « En marge de la semaine. Quelques jeunes filles à la plage ». Coiffant cet article, une photographie altérée par le temps nous permet de reconnaître un groupe d’une dizaine de jeunes filles habillées selon la mode de l’époque – robes qui tombent aux genoux, chapeaux de soleil à large bord, cheveux attachés – qui sourient au photographe amateur. Ces jeunes filles dont on distingue mal les visages et dont les noms ne figurent pas en bas du cliché sont des semainières, c’est-à-dire de jeunes militantes venues assister à la semaine annuelle de formation organisée par la Fédération du boulevard des Capucines1.

2C’est en 1913 à l’instigation d’Andrée Butillard qu’est née la semaine syndicale. Cette première expérience qui sera suivie de plusieurs autres se déroule alors chez Butillard à Uchizy en Bourgogne. Ces réunions regroupent l’élite des militantes de la Fédération du boulevard des Capucines, mais aussi les jeunes syndiquées qui durant l’année écoulée ont fait preuve d’un intérêt soutenu lors des cercles d’études syndicaux. Les semaines intensives de formation font partie intégrante d’un cycle complet qui permet de guider les syndiquées des cercles d’études aux semaines syndicales en passant par les journées d’études prodiguées par l’École normale sociale (ENS).

3La question de la formation demeure fondamentale pour comprendre l’action des syndicats féminins durant l’entre-deux-guerres. Elle nous permet également de mieux saisir le rôle des militantes dans le cadre de cette action. À défaut du nombre auquel elles ne peuvent prétendre, les dirigeantes des syndicats féminins cherchent à susciter l’émergence d’une élite. À l’instar de l’ensemble des mouvements catholiques sociaux, la théorisation du rôle de l’élite fait partie intégrante du discours des militantes syndicalistes chrétiennes. En effet, la notion d’élite procède de la volonté manifeste des milieux catholiques sociaux d’éduquer et de former les individus dans l’optique de leur adaptation à l’ordre social-chrétien. Cette élite doit également entraîner dans son sillage les masses tout en assumant la direction de la société. Il s’agit d’une vision paternaliste des rapports sociaux dont les catholiques ont grand peine à se défaire. En ce qui concerne les syndicats chrétiens, l’originalité tient au fait que l’élite à former est issue du milieu qui doit être transformé. Autrement dit, l’élite syndicale doit venir du monde des travailleurs et non pas d’une classe qui lui soit étrangère.

4La formation d’une élite est également nécessaire pour pallier les lacunes d’un recrutement qui demeure tout de même marginal. À l’évidence, les travailleuses qui rallient les syndicats féminins représentent un pourcentage assez faible du nombre des syndiquées. En revanche, au sein de la CFTC les femmes comptent pour une force non négligeable puisqu’en 1919 leurs effectifs forment près du tiers de l’ensemble des adhérents. S’il n’est pas certain qu’il soit pertinent de retenir ici la notion d’élite surtout telle que la présentent les catholiques sociaux, il semble toutefois indéniable que la présence d’organisations propres aux femmes a favorisé l’émergence de militantes de grande valeur. En cela nous sommes d’accord avec Michel Launay lorsqu’il écrit :

  • 2 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 305.

On sait que l’une des grandes originalités de la CFTC est l’existence de Syndicats Féminins séparés des Syndicats Masculins [...]. Le fait de devoir s’organiser leur a permis de prendre des responsabilités qu’elles n’eussent point reçues en cas de syndicalisme mixte. Il y a gros à parier que les fortes personnalités qu’on observe au sein du Syndicalisme Chrétien Féminin auraient eu des grandes difficultés à s’épanouir parmi les hommes2.

  • 3 M. Launay, « Aux origines du syndicalisme chrétien en France », op. cit., p. 2.

5Peut-on affirmer que ce soit le seul facteur explicatif de la présence significative des femmes dans la CFTC ? Nous croyons que l’intérêt accordé à la formation par le mouvement syndical chrétien en général et par les syndicats féminins en particulier à contribué à l’affirmation d’une identité forte, perceptible à travers le parcours de plusieurs militants mais également à travers celui de nombreuses militantes. Les syndicats féminins et masculins partagent la même préoccupation, à savoir une formation qui favorise la création d’une véritable élite syndicale formée d’un nouveau type de syndicalistes mais aussi d’un nouveau type de chrétiens « responsable et plus adulte3 ».

  • 4 A. Butillard, « La formation des promotrices à l’idée syndicale », Semaines sociales de France, 9 (...)

6C’est bien en ce sens que l’on doit comprendre le souhait formulé par Andrée Butillard, fondatrice de l’École normale sociale, un des hauts lieux de formation militante féminine chrétienne, lors d’une conférence donnée aux Semaines sociales de France : « La propagandiste s’élèvera peu à peu au triple point de vue économique, intellectuel et moral4 ». C’est pour répondre à ce vœu que les syndicats féminins du boulevard des Capucines, secondés par Andrée Butillard, mettent sur pied les « semaines syndicales » et « sessions intensives » qui s’insèrent dans un vaste programme de formation visant à former les militantes syndicales pour en faire des propagandistes et, si possible, des propagandistes idéales. Ils seront imités en cela par les syndicats de l’Abbaye qui vont organiser des sessions intensives d’études à Pelevoisin, Ballainvilliers et Gentilly.

  • 5 La Travailleuse, no 76, février-mars 1925.

7Cette question de la formation est si importante que les dirigeantes des organisations féminines partagent l’intime conviction que la survie de leurs syndicats passe par la poursuite d’une éducation sociale et syndicale complète. Comme le souligne Marguerite La feuille, secrétaire générale de la Fédération du boulevard des Capucines en 1925 : « Cette formation est une question vitale pour nos organisations qui, sans elle, ne sauraient longtemps exister et encore moins progresser5 ». C’est pourquoi les dirigeantes des syndicats féminins réclament toujours plus de propagandistes, autrement dit davantage de militantes formées à l’action sociale. Le message est clair ; les syndicats féminins ont besoin d’une élite responsable et bien formée. La formation syndicale poursuit donc au moins deux grands objectifs à la fois théorique et pratique. Elle doit permettre aux syndicalistes de réfléchir sur leur pratique syndicale mais aussi de mener à terme une action efficace. Cette formation ne peut évidemment s’acquérir en quelques jours ni même en quelques semaines, elle exige un travail approfondi et procède par étapes, des cercles d’études aux sessions intensives en passant par les cours du 4e dimanche et la semaine syndicale.

  • 6 M. Turmann, L’Éducation populaire, les œuvres complémentaires de l’école, Paris, Éditions Victor L (...)
  • 7 M. Éblé, Manuel des cercles d’études, Paris, Librairies de la Jeunesse catholique, 1928, p. 15.
  • 8 J.-P. Bonhotal, « Groupes et réseaux dans le catholicisme contemporain », Du groupe au réseau, tex (...)

8Le cercle d’étude demeure une expérience particulière au milieu catholique. Selon l’historien Max Turmann, les cercles d’études catholiques s’opposent aux conférences laïques6. Les cercles d’études sont nés dans les années 1870 à l’instigation des milieux catholiques sociaux, ils ont représenté la forme privilégiée d’activités de l’Action catholique de la jeunesse française (ACJF) et du Sillon de Marc Sangnier. L’organisation d’un cercle d’études et son fonctionnement sont assez simples. Le cercle regroupe habituellement une vingtaine de personnes. À sa direction, on retrouve un religieux qui porte le titre de conseiller et un président qui doit être un laïc, étudiant, ouvrier ou employé, selon que l’on s’adresse à l’un ou l’autre de ces groupes. Il est fortement recommandé de ne pas mêler ensemble les différents groupes sociaux sous peine de rendre le cercle tout à fait inefficace. Le cercle d’études vise avant tout le développement moral de ses membres : « Il s’agit moins d’instruire que de former7 », selon l’expression de Maurice Éblé, vice-président de l’ACJF. Le cercle doit initier ses membres à des problèmes ardus à la lumière de la doctrine sociale de l’Église. Son programme doit également aborder les questions sociales. Il s’agit d’un aspect tout aussi essentiel que celui touchant la formation morale, les catholiques sociaux étant fort conscients des carences dont ils souffrent en cette matière. Les sujets abordés relèvent aussi d’une formation générale : histoire, littérature, arts populaires se retrouvent parmi les thèmes susceptibles de faire l’objet d’études. En ce sens, le cercle est bien le lieu privilégié de formation d’une élite. Le cercle doit aussi pousser à l’action. Il peut donc être à l’origine d’initiatives pratiques comme la fondation de sociétés de secours mutuels et de caisses d’épargne, c’est le cas pour les cercles d’études du Sillon et de l’ACJF. Selon Jean-Pascal Bonhotal, l’expérience du cercle d’études a contribué à une certaine homogénéisation idéologique d’une frange importante de la jeunesse catholique8.

  • 9 La Ruche syndicale, no°11, avril-juin 1905 ; no°13, oct.-nov. 1905.

9C’est de cette expérience que vont s’inspirer les dirigeantes des syndicats féminins chrétiens lorsqu’elles vont fonder leur propre cercle d’études. Le premier cercle d’études voit le jour en 1905, sous la direction d’un clerc, M. Portai, et s’adresse aux syndiquées de l’Abbaye. À l’instar des cercles qui se sont développés au Sillon et à l’ACJF, il se tient tous les quinze jours, le dimanche après-midi. Il semble que le conseiller du cercle, M. Portai, ait été plus féru de morale chrétienne que de questions sociales. En effet, les séances bimensuelles sont essentiellement consacrées aux questions religieuses. Durant la première année, les thèmes à l’étude sont : « Les raisons personnelles de croire [et] la Grâce par les Sacrements9 ». Cette première expérience tourne court. Les dirigeantes et leur conseiller ont sans doute compris que les syndiquées avaient moins besoin d’une œuvre de persévérance que d’un cours de formation sociale et syndicale. L’année suivante, le tir est corrigé et on assiste à l’ouverture d’un cercle d’études sociales, animé par une syndiquée, Mlle de Montauzan. Les thèmes prennent une tournure plus pratique, deux questions sont à l’ordre du jour : la première concerne les conséquences de la loi sur le repos hebdomadaire. La seconde touche le projet de loi sur l’organisation du travail. La formule semble plaire davantage car les sections les plus dynamiques affiliées à l’Union centrale organisent leur propre cercle d’études sociales.

10En quelques années, les syndicats chrétiens adhérents à l’Union centrale de l’Abbaye vont se doter d’une structure complexe regroupant tout à la fois les cercles d’études, les réunions d’études et les commissions d’études, sans qu’il soit toujours possible de distinguer ce qui est propre à l’une ou l’autre de ces multiples initiatives. Toutefois, le but demeure le même : il s’agit de forger une élite possédant d’une part une solide formation morale et, d’autre part, un bagage de connaissances théoriques et pratiques sur les questions sociales les plus diverses. Cette formation complète doit permettre aux militantes chrétiennes de diriger adéquatement l’organisation syndicale en ayant des vues éclairées sur l’ensemble de la question sociale et ouvrière.

  • 10 C. Poncet, Plans des Cercles d’études, Voiron, Imprimerie A. Crolard et Cie, 1917.

11L’organisation pratique des cercles d’études se développe, les méthodes d’animation se raffinent et les réunions prennent l’allure de véritables cours de formation syndicale et sociale où chaque participante doit s’engager activement dans l’élaboration et la discussion des différents thèmes. Dans un opuscule publié en 1917, Cécile Poncet, la fondatrice des syndicats de l’Isère, présente en détail les plans d’un cercle d’études10. Son ouvrage nous permet de mieux comprendre le développement et les transformations apportées à la méthode en vigueur dans les cercles d’études des syndicats féminins. Chacun des thèmes proposés doit plonger au cœur même des problèmes du milieu. Toutefois, l’étude d’une question, aussi pointue qu’elle soit, doit s’inspirer des principes généraux de la doctrine chrétienne puisés principalement dans l’encyclique du pape Léon XIII Rerum Novarum, qui demeure la charte du catholicisme social. Pour illustrer de façon concrète la création et le fonctionnement d’un cercle d’études, Poncet présente les plans d’un premier cours portant sur le thème du travail. Le cours débute par une citation tirée de Rerum Novarum qui propose une définition générale du travail. Cette définition donne le cadre de référence dans lequel s’inscrira la discussion, elle précise dans quel esprit doit être comprise la question. À peu près à la même époque, Andrée Butillard, alors directrice de l’École normale sociale, s’emploie à former des propagandistes syndicales. Après plusieurs années passées à animer des cercles d’études, elle rend compte des principes et des méthodes auxquels les professeurs de l’ENS souscrivent et qui ne sont pas sans rappeler ceux prônées par Cécile Poncet. Il s’agit d’étudier une question précise liée aux préoccupations des travailleuses à la lumière de l’encyclique Rerum Novarum. Contrairement à Poncet qui préfère proposer à son auditoire un sujet précis, Butillard opte pour le principe du questionnaire car il paraît propre à piquer la curiosité et à stimuler le travail des participantes. Pour les mêmes raisons, les dirigeantes de l’Abbaye utilisent la méthode de l’enquête de façon à intéresser les syndiquées aux questions sociales qui les touchent de près.

12Les cercles d’études constituent le lieu privilégié de formation d’une élite syndicale en offrant aux participantes une méthode de travail rigoureuse associée à une solide formation morale. Les questions morales, syndicale et sociale constituent les trois aspects de base de la formation prodiguée à travers les cercles d’études. Les cercles doivent renforcer la cohésion du mouvement syndical féminin chrétien en favorisant l’émergence d’une élite formée à l’action sociale et syndicale.

  • 11 C. Rater-Garcette, L’École normale sociale... une certaine idée du social, Mémoire de DEA, départe (...)

13Les cercles d’études représentent la première étape dans le parcours de la formation militante. Les cours du 4e dimanche – comme les syndiquées les nomment familièrement – créés par l’ENS et offerts aux militantes syndicales de la Fédération forment la pierre d’assise pratique et théorique sur laquelle repose la formation des propagandistes du boulevard des Capucines. C’est en 1911, à la demande de jeunes filles catholiques qui désirent s’initier à la doctrine sociale chrétienne, qu’Andrée Butillard et Aimée Novo fondent l’ENS11. Le but visé lors de la création de cette nouvelle institution est de former une élite capable d’intervenir dans tous les milieux sociaux par une action qui tende à établir l’ordre social-chrétien. Pour les fondatrices, il ne suffit pas de prodiguer une instruction pratique à caractère social, il faut également que l’ENS développe chez les syndiquées un nouveau type de militantes entièrement dévouées à la cause qu’elles ont choisi de défendre. Autrement dit, l’École doit former des propagandistes compétentes et capables d’agir concrètement dans leur milieu de vie.

14C’est à l’Institut catholique à Paris que sont offerts les premiers cours de l’ENS. Les syndicalistes sont encore peu nombreuses à les fréquenter – en 1911 on compte 19 élèves et en 1914, elles sont au nombre de 52 – mais à compter de 1919 les professeurs et les élèves, dont le nombre total est de 88, s’installent dans de nouveaux locaux que leur procure Émile Dognin, un catholique social ami des deux fondatrices, rue du Docteur Blanche, dans le quartier d’Auteuil. L’organisation pratique des cours est méticuleusement établie selon les directives instituées par les deux fondatrices. Pour les militantes syndicales – celles que l’on nomme les propagandistes – les cours ont lieu le 4e dimanche de chaque mois. Ils débutent à 9 heures du matin par l’étude de l’encyclique Rerum Novarum. À 11 heures, les élèves examinent plus particulièrement l’évolution des institutions sociales et des lois sociales. À 12 h 30, le déjeuner est pris en commun dans une des salles de l’École. Puis à 14 h 30, des travaux pratiques viennent éprouver les connaissances acquises durant la matinée. L’ensemble de cette formation théorique et pratique s’étale sur deux années. À la fin de chaque cycle, soit à la fin d’une année d’étude, les candidates au titre de propagandiste ont un examen sur une question qui leur a été préalablement soumise. Leurs réponses sont évaluées par un jury formé des professeurs de l’ENS. Ceux-ci sont recrutés parmi les personnalités les plus actives du catholicisme social : J. Zamansky du Secrétariat Social, J. Lerolle de l’ACJF, le père Desbucquois de l’Action populaire, H. Lorain des Semaines sociales. Si elles réussissent l’exercice, elles se voient décerner leur diplôme de propagandiste.

  • 12 École Normale sociale, Commentaire pratique de l’Encyclique Rerum Novarum sur la condition des ouv (...)
  • 13 Union nationale des syndicats professionnels féminins de l’Abbaye, Memento de pratique sociale et (...)

15Nous ne possédons que peu d’informations sur le contenu et la forme que prennent les cours de l’ENS mais, en 1925, l’ENS publie un ouvrage qui, en une cinquantaine de pages, résume l’enseignement prodigué dans le cadre des cercles d’études et des cours mensuels. Fondé sur l’encyclique Rerum Novarum, il s’agit d’un guide pratique qui sert plus largement à la formation des militantes syndicales. L’ouvrage adopte la forme de questions-réponses. Les auteurs – bien que le recueil ne porte aucune signature, le style du texte laisse croire qu’il s’agit de Butillard et Novo – considèrent cette méthode comme excellente du point de vue pédagogique, compte tenu de l’assistance formée d’ouvrières et d’employées. Cette formule, selon les auteurs, pique la curiosité et permet des digressions tout en suscitant l’attention de l’auditoire12. À peu de chose près, c’est la formule adoptée par les syndicats de l’Abbaye dans leur Memento de pratique sociale et syndicale13. Le fascicule se présente sous l’aspect d’un petit catéchisme avec questions et réponses à apprendre par cœur. À la lumière de Rerum Novarum, le Memento aborde les problèmes liés au travail, aux négociations collectives et à l’organisation pratique d’un syndicat. Par ailleurs, les syndicats de l’Abbaye suivent le modèle institué par l’ENS et offrent à leurs militantes des cours de formation qui ont également lieu le 4e dimanche de chaque mois au local syndical de la rue de l’Abbaye.

16Au fil des années, les cours du 4e dimanche ont attiré de nombreuses militantes, car ils constituent un passage obligé pour celles qui désirent se distinguer au sein du mouvement syndical chrétien. À titre d’exemple, toutes les militantes d’envergure ont réussi leurs examens et reçu leur diplôme de propagandistes. Par la suite, certaines d’entre elles comme Marie-Louise Danguy, une propagandiste des plus actives des syndicats féminins, Gilberte Pivert, secrétaire de l’Union professionnelle féminine du vêtement et Madeleine Tribolati, une jeune militante qui deviendra plus tard vice-présidente de la CFTC, ont pris la relève et assuré la formation des nouvelles militantes. Il en va de même aux syndicats de l’Abbaye puisque Eugénie Beeckmans, présidente de l’Union centrale, Jeanne Aubert, secrétaire adjointe de la Fédération des employés catholiques et secrétaire du Syndicat des dames employées, ou encore Marie-Camille Pelevilain, secrétaire de l’Union centrale et trésorière de la CFTC, ont investi beaucoup d’énergie dans l’organisation des cours de formation pour les militantes.

17Les cours du 4e dimanche constituent la base de la formation militante mais pour devenir une propagandiste chevronnée, les syndiquées doivent recevoir une formation plus poussée. Celle-ci est assurée soit par les Écoles normales ouvrières (ENO) soit par les sessions d’études intensives et les semaines syndicales. La première initiative appartient à la CFTC et à ses unions régionales, les deux autres relèvent des syndicats féminins. Il ne semble pas exagéré de dire que jusqu’à 1936, ce sont les syndicats féminins qui prennent en charge la formation de leurs militantes soit directement comme c’est le cas pour les syndicats de l’Abbaye, soit indirectement par le biais de l’ENS en ce qui concerne la Fédération du boulevard des Capucines.

18Les semaines syndicales naissent sous l’impulsion d’Andrée Butillard. Jusqu’en 1913, la formation des militantes de la rue Vercingétorix était assurée par les cercles d’études. Mais cette année-là, Butillard désire étendre les contacts entre les militantes parisiennes et celles qui œuvrent en province et, par la même occasion, cherche à approfondir certains sujets abordés lors des cercles d’études. Durant quelques années, c’est à Uchizy, où Butillard possède une belle propriété, que se déroulent les semaines syndicales. Durant les premières années, les semainières ne sont guère plus d’une trentaine à fréquenter Uchizy, mais après la guerre leur nombre ne cesse de croître. Elles se retrouvent plus de soixante et même parfois près de quatre-vingt-dix participantes à suivre les cours de formation. Les organisatrices n’ont alors d’autre choix que de chercher des locaux plus spacieux et c’est ainsi qu’à compter de 1920, la semaine va se dérouler à différents endroits. Désormais, les participantes sont reçues soit dans les locaux des syndicats de province lorsque leurs installations le permettent, soit dans les pensionnats de jeunes filles inoccupés durant les vacances estivales.

  • 14 La Travailleuse, no 139, sept.-oct. 1931.
  • 15 Ibid.

19Sur l’organisation matérielle des semaines syndicales, nous disposons de plusieurs récits rédigé par les participantes et publiés ultérieurement dans les journaux syndicaux. Ces témoignages doivent toutefois être utilisés avec prudence car l’effet recherché est clair : ils constituent autant d’invites aux nouvelles recrues de manière à ce qu’elles joignent à leur tour les rangs de militantes « patentées ». Autrement dit, ils représentent une forme subtile – et sans doute assez efficace – de publicité pour la semaine syndicale. Les articles sont conçus selon un schéma bien établi. Tout d’abord, les auteurs rappellent leurs réticences à s’engager pour un si long séjour. Toutefois, dès leur arrivée, elles sont conquises par l’aspect formateur de l’enseignement reçu et par l’atmosphère simple et familiale qui se dégage des réunions. Elles concluent leur article en notant qu’elles abandonnent rapidement toute réserve. Citons à titre d’exemple le témoignage d’une jeune militante déléguée des organisations de Toulouse qui relate ses premiers contacts avec l’organisation de la semaine syndicale de Lyon en 1931. Son récit, organisé autour du canevas que nous avons décrit, nous fait partager ses hésitations et ses craintes devant une aventure qui lui paraît bien austère sinon un peu ennuyeuse. Mais, comme ses prédécesseurs, elle abandonne rapidement toute réserve et proclame bien haut : « Maintenant je suis enthousiasmée !14 ». Quant à ces deux militantes de Châteauroux qui assistent elles aussi à la semaine de Lyon, elles semblent également convaincues lorsqu’elles s’exclament : « La semaine syndicale ! [...] Ah ! Si vous aviez vu cet accueil ![...] dès les premiers instants, nous avons senti que le syndicat est une grande famille !15 ».

20Au-delà de leur caractère quasi publicitaire, les nombreux témoignages parus dans le journal de la Fédération nous renseignent utilement sur plusieurs aspects de la vie des semainières. Suivons-les dans leurs activités quotidiennes. Tôt le matin, la journée débute par une messe. Exercice quotidien auquel les participantes ne dérogent pas, car si nos connaissances sur la pratique religieuse des adhérentes des syndicats chrétiens demeurent médiocres, il en va tout autrement des responsables syndicales qui n’hésitent pas à affirmer leur foi profonde. C’est ainsi qu’à partir d’un certain nombre d’indices contenus dans leur biographie, nous connaissons les sentiments religieux qui animent des militantes comme Maria Bardot, Marie-Louise Danguy, Marie-Camille Pelevilain, Anna Schift pour ne nommer que celles-là. Les journaux féminins nous renseignement également sur les cérémonies religieuses auxquelles assistent régulièrement les dirigeantes des syndicats : les fêtes de Noël, de Pâques, ainsi que les messes célébrées en l’honneur des syndicats chrétiens sont scrupuleusement suivies par les militantes. Par ailleurs, plusieurs d’entre elles sont membres de la Confrérie Notre-Dame-du-Travail qui organise, entre autres, des retraites fermées. Fondée durant la Première Guerre mondiale, la Confrérie regroupe les dirigeantes des syndicats du boulevard des Capucines et permet de resserrer les liens déjà tissés au sein des organisations féminines. Les membres se réunissent mensuellement et abordent des questions morales plutôt que professionnelles ou syndicales. Son rôle ne se borne pas à l’organisation de réunions, ses membres sont tenus d’assister à la messe du samedi, ils rendent visite aux malades et la Confrérie possède sa chorale.

21Après l’office du matin, les militantes prennent en commun le petit déjeuner. Par la suite, la matinée est vouée à l’étude des problèmes théoriques à la lumière des encycliques Rerum Novarum et, après sa parution en 1931, Quadragesimo Anno. Chaque année, l’étude des encycliques constitue un élément central de la semaine syndicale. Pour les organisatrices, une réflexion axée sur l’expérience pratique de la vie militante ne saurait assurer une formation adéquate en vue de la constitution d’une élite. C’est à la lumière de la doctrine sociale chrétienne que la sélection des meilleures propagandistes doit se faire car, faut-il le rappeler, c’est l’élite qui devra entraîner dans son sillage les masses ignorantes de l’enseignement de l’Église. L’après-midi est consacré aux sessions de groupe axées sur les aspects pratiques de la vie militante. Comme en font foi les témoignages, il n’est pas rare que les participantes s’exercent à parler en public, à défendre l’action syndicale ou à juger d’une cause soumise au conseil des prud’hommes. Après le dîner, les propagandistes chevronnées organisent des conférences consacrées aux problèmes de recrutement, d’organisation ou de propagande. C’est alors l’occasion pour les militantes d’évaluer leur tâche, de définir leur rôle et de préciser leur action. Une méthode de travail active, des thématiques actuelles, une réflexion morale, voilà comment les militantes s’initient à la vie sociale ainsi qu’aux questions relatives à leur profession.

  • 16 La Travailleuse, no 179, sept.-oct. 1935.

22Quant aux sujets traités, nous en possédons la liste à peu près complète. Les thèmes les plus fréquemment abordés touchent la question du travail des femmes, le syndicalisme chrétien, le socialisme, les réalités économiques et sociales à la lumière de la doctrine sociale de l’Église. Retenons parmi cette liste le thème du travail des femmes qui revient à quatre reprises entre 1919 et 1935. Nous possédons quelques informations supplémentaires sur l’année 1935 alors que le journal La Travailleuse présente le résumé de la semaine qui se déroule à Bourges et qui rassemble plus de soixante participantes provenant de toutes les régions de France16. L’examen détaillé de l’organisation et du contenu des cours permet de mieux saisir la façon dont les professeurs traitent d’un thème dans la perspective qui est la leur, soit la formation d’une élite syndicale. Les cours sont divisés en deux grands ensembles. Le premier regroupe les cours théoriques qui tendent à développer tous les aspects du thème qui a été retenu. Le second à caractère plus pratique vise à arrimer la thématique retenue à l’action syndicale à partir d’exemples concrets. Les cours théoriques se divisent en trois parties. La première, à caractère historique, vise à replacer le travail des femmes dans la durée. Dans un deuxième temps, c’est l’aspect sociologique et statistique du travail féminin qui est exploré. Finalement, les cours théoriques se terminent par une présentation critique des différentes doctrines politiques et sociales sur la question du travail des femmes : le libéralisme, le socialisme, le communisme et le catholicisme social. Du côté pratique, les professeurs présentent l’action concrète du syndicalisme chrétien en faveur de la travailleuse mais aussi de la famille ouvrière. Cette note « familialiste » ne saurait nous surprendre si l’on songe que la semaine est organisée à l’initiative d’Andrée Butillard, dont le cheval de bataille est le retour de la mère au foyer. En effet, en 1925, Butillard fonde l’Union féminine civique et sociale dont l’un des périodiques porte le titre de La Mère au foyer.

23Eu égard à la densité de la matière prodiguée dans les cours, on est en droit de s’interroger sur la lourdeur du programme offert à des jeunes filles somme toute assez peu familières avec les méthodes d’études intensives dispensées par l’ENS. Mais à lire les témoignages des semainières, les cours animés par des professeurs aussi compétents que dynamiques ne leur paraissent pas plus indigestes que la somme de travail exigée ne leur semble astreignante. Bien au contraire, elles manifestent un zèle et un enthousiasme bien réels pour la formation acquise durant la semaine. Peut-être faut-il attribuer cet engouement à d’autres facteurs que les seules connaissances acquises ? En effet, il est certain que la semaine offre aux jeunes militantes l’occasion d’une réflexion plus poussée sur le sens de leur engagement. Il est intéressant de citer à titre d’exemple, le témoignage d’une habituée de la semaine syndicale :

  • 17 Ibid., no 73, sept.-oct. 1924.

Celle qui vient pour la première fois à une semaine repart avec une vue plus nette de ce qu’est le monde du travail et du rôle qu’elle doit y jouer. Désormais son horizon ne se borne plus à son atelier, à son bureau, elle voit plus loin. Elle comprend que chacun de ses efforts, si petit qu’il soit, s’il s’allie à d’autres efforts semblables, représente une force qui contribue au rétablissement de l’ordre providentiel dans le monde du travail17.

24Les semainières semblent avoir compris l’un des objectifs fondamentaux de la semaine syndicale : éduquer – et même peut-être dans certains cas – rééduquer les militantes de façon qu’elles puissent assumer leur rôle d’élite dirigeante. Mais la semaine permet également d’établir des contacts, de nouer des liens, bref de rencontrer des camarades avec qui l’on partage une expérience commune immédiate. En ce sens, nous croyons que la semaine constitue un lieu propice à l’identification collective qui prend ici racine dans l’expérience d’une identification affective à travers la camaraderie. C’est ce que les militantes appellent l’esprit de famille. Il faut en conclure que loin de renvoyer à un banal cliché, cette expression résulte d’un processus commun d’accès à l’identité basé sur le modèle de la propagandiste idéale diffusé à travers la formation syndicale. Cet accès à une identité commune favorise la fusion des membres du groupe et donne naissance à un sentiment de fraternité et de solidarité entre les militantes. C’est ce qu’expriment, en termes plus suaves, les deux semainières de Châteauroux :

  • 18 Ibid., no 139, sept.-oct. 1931.

C’est que, voyez-vous, la Semaine syndicale, c’est le rayon de soleil qui est venue [sic] égayer nos jours de labeur. C’est si bon de sentir tous ces cœurs battre à l’unisson, toutes ces âmes intimement unies, de sentir enfin qu’un même enthousiasme nous anime toutes18.

25Pour les militantes syndicalistes chrétiennes, la semaine de formation favorise une réflexion sur la pratique syndicale mais aussi, plus largement, sur le sens de l’engagement. Cette réflexion devient l’occasion de mises en rapport à la fois complexes et évolutives entre l’organisation syndicale, le monde du travail, le rôle et la place des femmes dans la société contemporaine, etc. Dès lors, il est possible d’affirmer que la semaine fonde un cycle d’apprentissage qui peut influencer les conduites, les valeurs et même la perception sociale et identitaire des militantes. La formation syndicale constitue le fondement d’un apprentissage théorique de la morale sociale chrétienne mais aussi pratique de l’action syndicale. Elle présente également l’occasion d’un façonnement de l’identité collective basée sur l’expérience commune de la vie militante magnifiée à travers le modèle de la parfaite propagandiste.

26Il ne faut pas perdre de vue le fait que la formation militante a permis de développer de réelles « valeurs sociales » comme on se plaît à le dire dans les milieux des syndicats féminins. Une expérience partagée, une identification affective et une identité collective favorisent l’émergence d’une élite syndicale dont on retrouve le modèle dans les parcours des dirigeantes des syndicats chrétiens. Que l’on pense à Marguerite Lafeuille, dont la carrière au sein des syndicats féminins chrétiens et de la CFTC demeure à la fois exemplaire et exceptionnelle. Cette employée de banque, célibataire, demeure la figure de proue du syndicalisme féminin chrétien durant l’entre-deux-guerres. Elle représente une des meilleures organisatrices de la Fédération du boulevard des Capucines et les rouages du mouvement syndical n’ont aucun secret pour elle. Elle milite à la Fédération féminine à titre de secrétaire générale, mais aussi à la Fédération des employés catholiques dont elle est la vice-présidente jusqu’en 1944, et à la CFTC toujours au poste de vice-présidente. Mais son activité dépasse le cadre national puisqu’elle est également membre du conseil de la Confédération internationale des syndicats chrétiens (CISC) et membre du bureau de la Fédération internationale des syndicats chrétiens d’employés. En 1932, elle est nommée auprès du Bureau international du travail où elle s’occupe des problèmes relatifs au travail féminin. Finalement, mentionnons qu’en 1936 elle sera la seule femme de la centrale chrétienne déléguée au Conseil national économique dans la section de la banque et des assurances.

27Dotée d’une personnalité plus flamboyante, Marie-Louise Danguy est l’une des propagandistes les plus actives de la Fédération du boulevard des Capucines. Tout au long de sa vie militante, elle a œuvré à la diffusion du syndicalisme chrétien en prononçant des centaines de conférences et en animant de nombreuses réunions à travers la France. À compter de 1921, elle devient un cadre important de la CFTC chargée des relations entre les syndicats féminins et masculins.

28Si les parcours de Lafeuille et Danguy paraissent exceptionnels, ils ne sont cependant pas uniques, car de nombreuses militantes chrétiennes investissent ainsi plusieurs champs d’activité. Que l’on pense à Eugénie Beeckmans dont l’engagement dans le mouvement syndical pendant plus de trente-huit années ne l’empêche pas de consacrer beaucoup de temps à l’organisation de l’enseignement technique dans le cadre de la loi Astier. En 1929, elle reçoit la médaille d’argent pour le travail accompli dans ce domaine. Pendant dix-sept ans, elle siège également au Conseil supérieur du travail. On peut aussi citer le nom de Jeanne Graff, militante de la première heure des syndicats de l’Abbaye et gérante du journal La Ruche syndicale de 1904 jusqu’à 1936. Propagandiste active, elle favorise la création de nombreux syndicats en province. Sa grande capacité de travail lui permet également de s’investir dans plusieurs autres organisations telles la Ligue patriotique des Françaises, l’Union féminine civique et sociale, les Semaines sociales, les Secrétariats sociaux dont elle suit avec beaucoup d’intérêt les débats. Par ailleurs, elle assiste régulièrement aux congrès de l’ACJF. En 1932, elle est la représentante de la CFTC au 5e congrès de la CISC à Anvers où elle présente un rapport important sur l’évolution du travail féminin depuis les débuts de la crise économique. Tout en soulignant les conséquences désastreuses du point de vue social du travail des femmes mariées, elle se prononce alors contre l’interdiction légale du travail des femmes.

  • 19 M. Perroy, Une ouvrière apôtre, op. cit., p. 43.

29Quant à Maria Bardot, elle présente toutes les caractéristiques de la propagandiste idéale. Jeune ouvrière de la couture, elle milite très tôt au Syndicat de l’Impasse Gomboust. Sa rencontre avec Andrée Butillard paraît déterminante car celle-ci reconnaît en Bardot une « âme d’élite ». Aussi elle entreprend de lui donner une formation complète et d’en faire une parfaite propagandiste. La jeune couturière s’astreint à la rude discipline et aux méthodes rigoureuses développées par Butillard. Durant le long apprentissage auquel elle se soumet avec quelques difficultés, notamment lors des exercices oraux où son langage jugé excessif choque les professeurs de l’ENS, elle acquiert les qualités et les compétences nécessaires à une militante syndicale chrétienne : souplesse, empathie, abnégation, détermination en vue d’une action militante basée sur une parfaite connaissance pratique et théorique des questions du travail. La propagandiste idéale est née, mais selon sa biographe, Marguerite Perroy, elle conserve toujours deux défauts : son penchant exagéré en faveur des ouvriers et le langage un peu vif dont elle use pour manifester un « esprit de classe »19. Formule délicate pour exprimer la désapprobation de certains milieux catholiques sociaux à l’égard d’opinions peu favorables à l’entente entre les classes. Quoi qu’il en soit, cette formation favorise son ascension rapide à des postes de direction au sein des syndicats féminins, de la centrale chrétienne et de la Fédération internationale du vêtement. En 1920, elle est élue conseillère prud’homme en battant la représentante de la CGT Jeanne Bouvier. Elle demeure en poste jusqu’à sa mort en 1927 des suites de la tuberculose. À compter des années 1927-1928, Maria Bardot devient une véritable légende en incarnant le modèle de la militante dévouée, audacieuse, capable des actions les plus nobles. Figure emblématique, Maria Bardot est célébrée comme l’incarnation de la parfaite propagandiste par les syndicats chrétiens.

30Ces quelques exemples nous permettent de conclure que la qualité de la formation acquise durant les longues journées studieuses de la semaine syndicale et des cours de formation a favorisé la présence active des militantes chrétiennes au sein d’organismes comme le conseil des prud’hommes (Maria Bardot, Gilberte Pivert, Léontine Roche), le Conseil supérieur du travail (Eugénie Beeckmans, Mathilde Debray, Gilberte Pivert), les offices départementaux des Pupilles de la Nation (Eugénie Beeckmans, Augustine Mathias, Alice Vincent), les commissions régionales d’études relatives au coût de la vie (Marguerite Lafeuille, Anna Vandervliet, Léonie Vion), les conseils départementaux du travail (Maria Bardot, Marguerite Lafeuille, Marie-Camille Pelevilain), les comités départementaux de l’enseignement technique (Jeanne Aubert, Adèle Deprez, Jeanne Graff, Marguerite Martin, Marie-Louise Salin, Marie Thiry), le conseil supérieur de l’enseignement technique (Marguerite Lafeuille, Alice Vincent).

31La formation militante acquise par les syndiquées a favorisé leur investissement à tous les niveaux de la vie professionnelle. Elle a également permis de doter les militantes d’une culture commune basée sur l’enseignement de la doctrine sociale chrétienne. Au sein du mouvement syndical, l’itinéraire remarquable des Maria Bardot, Eugénie Beeckmans, Marie-Louise Danguy, Marguerite Lafeuille, pour ne nommer que celles-là en témoigne de façon éclatante. Leur présence active dans les plus hautes instances décisionnelles de la CFTC atteste les qualités non seulement d’organisatrice, mais aussi d’oratrice et de formatrice qu’elles ont développées au fil d’un parcours qui demeure également celui du long apprentissage d’une culture. Celle de la vie militante.

II – Les motivations à l’engagement ou comment l’esprit syndical vient aux militantes

  • 20 M. Perroy, Une ouvrière apôtre, op. cit., chapitre II.

32En 1909, Maria Bardot, alors jeune couturière, fréquente le patronage Sainte-Agnès où, selon sa biographe, elle assiste à une conférence sur les syndicats chrétiens. Comme de nombreux catholiques, Maria Bardot ignore tout du mouvement syndical chrétien. Mais à compter de cette date et jusqu’à la fin des années vingt son itinéraire est tout tracé et se confond avec celui des organisations féminines. A posteriori Maria Bardot expliquera les motifs de son adhésion au syndicat en invoquant, d’une part, sa responsabilité en tant qu’ouvrière catholique de s’intéresser à ce type de syndicalisme et, d’autre part, son désir de lutter contre les principes socialistes « qui perdent les âmes, le désir de travailler au règne de Dieu dans les âmes de ma famille ouvrière »20. Cette confession recueillie des années plus tard ressemble trop à une leçon bien apprise pour que nous lui accordions un crédit exagéré. En effet, il serait surprenant de la part d’une jeune fille, peu au fait du mouvement syndical, de parvenir le temps d’une causerie – aussi remarquable soit-elle – à une conscience claire de son devoir et de ses intérêts bien compris. Néanmoins, son témoignage n’est pas dépourvu de renseignements utiles. Nous apprenons ainsi que c’est par le biais d’un patronage catholique que la jeune femme connaît l’existence des organisations féminines chrétiennes.

  • 21 G. Poujol, L’Éducation populaire : histoires et pouvoirs, Paris, Éditions Ouvrières, 1981, p. 94.

33Retenons cet élément, car Maria Bardot n’est pas la seule à passer par la filière des patronages et à y faire la découverte du syndicalisme chrétien. C’est le cas, entre autres, de Madeleine Tribolati, responsable des jeunes à la Fédération du boulevard des Capucines durant l’entre-deux-guerres, qui fréquente l’école laïque et dont le milieu familial s’avère indifférent à la religion. Comme elle nous le confiait lors d’une entrevue, c’est au patronage catholique qu’elle reçoit l’essentiel de son éducation religieuse et c’est là que, pour la première fois, elle entend parler des syndicats chrétiens. On peut aussi citer l’exemple d’Anna Schiff, militante de la première heure dans la région de Nancy, et dont le parcours est similaire, puisque c’est l’aumônier du patronage de la paroisse de Notre-Dame-du-Rosaire - dans le XIVe arrondissement de Paris – qui l’oriente vers la Fédération du boulevard des Capucines. Contrairement à Tribolati, Schiff provient d’une famille très catholique et reçoit une éducation religieuse. Quant à Marie-Louise Danguy, elle s’occupait activement d’un patronage de jeunes filles jusqu’à sa rencontre avec Butillard en 1919. Combien parmi les militantes syndicalistes chrétiennes ont ainsi fréquenté les « patros », comme on les appelle familièrement ? Il est impossible de répondre précisément à cette question, mais il n’est pas exagéré de penser qu’elles sont sans doute fort nombreuses. Est-il besoin de rappeler que les syndicats féminins tout comme les syndicats masculins considèrent ce milieu propice au recrutement et ne lésinent pas sur la propagande afin d’y faire connaître leurs organisations. Par ailleurs, en France au tournant du siècle, le nombre de patronages catholiques destinés aux jeunes filles dépasse les 1 800 et plusieurs centaines de milliers d’enfants les fréquentent assidûment21. Dans ce contexte, il n’est guère surprenant de retrouver les patronages comme l’une des principales voies à l’origine de l’engagement dans le milieu syndical chrétien.

34Avant les patronages, bien sûr, il nous faudrait examiner plus attentivement l’origine sociale des militantes. Encore toutes jeunes enfants, c’est au sein de la famille qu’elles expérimentent les premiers outils de socialisation alors qu’elles y reçoivent les bases de leur éducation. La question est alors de savoir si l’influence parentale ou plus largement familiale contribue à forger des vocations syndicales ? Autrement dit, les militantes syndicalistes chrétiennes proviennent-elles majoritairement de familles catholiques ? Nous ne possédons, malheureusement que peu d’informations sur l’origine sociale des syndicalistes chrétiennes et leur milieu familial demeure trop souvent méconnu pour que nous puissions en tirer des conclusions pertinentes. En effet, pour une Maria Bardot, une Anna Schiff ou une Marie-Louise Dansuy, élevées au sein d’une famille catholique pratiquante, nous retrouvons une Simone Troisgros, militante de la métallurgie, ou une Madeleine Tribolati dont les parents, sans être hostiles à l’Église, demeurent cependant indifférents à la religion.

35Au demeurant, l’engagement militant n’est-il pas la résultante de motivations complexes forgées au fil des événements et des rencontres ? Un fait nous paraît essentiel : à un moment ou à un autre, il y a dans l’itinéraire des militantes chrétiennes une rencontre. Nous comprenons le terme de rencontre dans sa double acception : d’une part des circonstances parfois fortuites qui placent une personne dans une situation propice à l’engagement. D’autre part, la volonté exprimée et manifeste d’aller au-devant d’une personne ou d’un idéal. Dans cette seconde perspective, le mot rencontre signifie l’action de s’engager pour une cause, de livrer le combat dans le but d’assurer le triomphe de ses idées. Pour plusieurs militantes, il semble qu’il y ait dans leur itinéraire la présence de ces deux phénomènes : à savoir le fait du hasard et le principe de finalité. Une approche empirique à partir des quelques récits que nous possédons nous permet de mieux saisir les modalités de l’adhésion.

  • 22 Marguerite Martin, « Lettre manuscrite non datée », Archives personnelles de Madeleine Tribolati.

36C’est à la fois un événement et une rencontre qui cristallisent les modalités de l’engagement de Marie-Louise Danguy dans le mouvement syndical. Dans un premier temps, elle sent en elle l’appel de Dieu, la vocation, et pense se faire religieuse. À la suite des événements entourant la grève des banques en 1919 et de sa rencontre avec Andrée Butillard, elle opte pour l’engagement syndical. Quant à Maria Bardot, sa biographe raconte les événements entourant son choix de vie en insistant sur le doute qui assaille la jeune fille au moment où elle décide d’abandonner la possibilité de se faire religieuse cloîtrée au profit d’un métier plus pratique et dans un milieu moins confiné. Sur les conseil d’une sœur du Cénacle – dont le rôle dans la naissance des syndicats de l’Impasse Gomboust demeure confus dans la mesure où il semble qu’elles aient favorisé le regroupement des ouvrières22 – et après la rencontre d’un prêtre, partisan des syndicats féminins chrétiens, Maria Bardot opte finalement pour l’action professionnelle et syndicale. On pourrait également signaler les noms d’Eugénie Pradel, Marie-Camille Pelevilain, Eugénie Beeckmans dont l’adhésion aux syndicats de l’Abbaye est motivée par leur rencontre avec sœur Milcent. Quant à Simone Troisgros, c’est la personnalité rayonnante de Marguerite Martin, une propagandiste active de la Fédération du boulevard des Capucines, qui la convainc de rejoindre les organisations chrétiennes. Qu’il s’agisse d’un prêtre, d’une sœur ou d’une laïque engagée dans l’action sociale catholique, ces contacts jouent un rôle important sinon déterminant dans l’engagement militant. Il constitue sans doute la forme primaire d’un réseau d’influence organisé autour d’individus gravitant dans l’orbite des mouvements catholiques sociaux. L’influence précoce exercée par sœur Milcent auprès des jeunes travailleuses lors de la création des premiers syndicats de l’Abbaye témoigne de la réalité de ce type de réseaux.

37Les événements sociaux ne sont pas moins essentiels lorsqu’il s’agit d’expliquer les modalités et, peut-être, les motifs de l’engagement. En effet, il semble que certaines militantes soient venues au syndicalisme à la suite d’une grève ou d’une action particulièrement significative. On peut citer l’exemple de Marie-Louise Danguy dont on a déjà souligné l’engagement au moment de la grève des banques en 1919. Il en va de même pour Mathilde Debray dont l’adhésion aux organisations de la rue Vercingétorix est motivée par l’action en faveur d’un minimum de salaire pour les ouvrières à domicile. Parfois, c’est la conjoncture difficile qui favorise l’adhésion. Dans les cas d’Henriette Roodt ou de Gilberte Pivert, c’est le chômage sévissant au début de la Première Guerre mondiale, qui les mène au syndicat de la rue Vercingétorix. Quant à Cécile Poncet, c’est précisément son désaccord avec la grève déclenchée par la CGT à Voiron en 1906, qui l’incite à créer les organisations féminines de l’Isère.

38Dans la présentation des facteurs prédisposant à l’engagement, on ne saurait trop insister sur la part tenue par la conjonction favorable des événements et des rencontres, que ces dernières soient le fruit du hasard ou qu’elles puissent être volontairement aménagées. Ces faits constituent bien souvent l’élément déclencheur qui détermine le choix d’un parcours militant. Mais expliquent-ils pour autant les motivations conscientes ou non qui prédisposent au militantisme en façonnant les personnalités ? Si nous cherchons à comprendre les motifs de l’engagement à travers le prisme des expériences personnelles, qu’elles soient d’ordre professionnel, social, culturel ou psychologique, il nous faut alors interroger les témoignages des militantes.

39Malheureusement, il n’existe que peu de documents à mettre en œuvre dans l’élaboration d’un tableau des motivations à l’engagement. Les matériaux dont on dispose sont constitués d’abord par la biographie de Maria Bardot, ensuite par les récits et les témoignages parus dans les journaux syndicaux de l’entre-deux-guerres. Essentiellement, il s’agit des organes des deux fédérations féminines : La Ruche syndicale, pour l’Union des syndicats de l’Abbaye et La Travailleuse pour la Fédération du boulevard des Capucines. Il faut ajouter à ces deux sources un certain nombre de journaux régionaux ou locaux comme La Femme fonctionnaire, la revue mensuelle des syndicats professionnels féminins des PTT ; L’Hermine, l’organe du groupe des jeunes du Syndicat des Dames employées du commerce et de l’industrie de Nantes ; La Ruche angevine, le journal de l’Union des syndicats professionnels de Maine-et-Loire ; La Voix professionnelle, le bulletin mensuel des syndicats libres féminins du tissage de l’Isère. Nous avons également réalisé des entrevues avec trois militantes : Anna Schiff, Madeleine Tribolati et Simone Troisgros. Dans tous les cas, les récits, qui empruntent souvent l’aspect du témoignage, doivent être utilisés avec prudence car ils servent souvent à justifier l’engagement syndical en fonction des choix théorisés a posteriori. À n’en pas douter, les succès seront toujours plus nombreux que les échecs surtout lorsqu’il s’agit de faire la promotion de l’action syndicale dans les journaux des organisations. Au-delà de leur forme convenue, nous croyons qu’une approche critique nous permettra de dégager les procédés argumentaires par lesquels les militantes expliquent et justifient leur engagement.

  • 23 M. Perroy, Une ouvrière apôtre, op. cit., p. 20.

40En 1898, Maria Bardot effectue une retraite fermée chez les sœurs du Cénacle à Versailles. Âgée de quatorze ans, la jeune apprentie couturière y fait la découverte de sa vocation : servir Dieu. « Une telle idée, [nous dit sa biographe], transmuée en Idéal [...] suffit pour exalter très haut une vie : jusqu’au dévouement total, au sacrifice permanent. Ainsi en advint-il pour Maria Bardot23 ». Selon Marguerite Perroy, la jeune ouvrière a reçu l’appel qui fait les vocations. Cet appel lui est apparu sous la forme d’un trait de lumière qu’elle s’est résolue à suivre. Sa vocation, Maria Bardot ne l’exercera pas au couvent mais au sein de sa famille ouvrière. Ainsi c’est pour servir Dieu qu’elle adhère et milite dans les syndicats féminins chrétiens. Si l’on se fie à sa biographe, ses motivations seraient d’abord et avant tout d’ordre spirituel.

  • 24 La Travailleuse, no 55, juill.-août 1922.

41Selon les témoignages publiés dans les journaux syndicaux, nombreuses sont les militantes qui semblent partager semblables motivations spirituelles. Pour Alice Vincent, militante de Saint-Étienne, son action syndicale doit être comprise comme un appel au service de la doctrine chrétienne. Il s’agit d’une vocation, mais qui s’exerce sur le terrain professionnel. Selon une autre militante, la future propagandiste « aura eu un jour la vue nette de tel rôle à jouer dans son atelier, dans sa profession, dans telles conquêtes à enlever à force de zèle ». Cette vision mystérieuse requiert une réponse et lorsque la travailleuse « aura répondu le "Oui" intime à cette mission »24, son existence sera transformée. De façon plus explicite, Mathilde Debray rend compte des motivations spirituelles qui expliquent l’engagement dans la vie militante :

  • 25 Ibid., no 18, janvier 1917.

La syndiquée apôtre [...] a compris le but profond de l’organisation professionnelle, rétablir la justice et la charité dans le monde du travail [...]. C’est une vocation toute spéciale pour laquelle il faut un appel de Dieu [...] semblable à celui de Saint Paul [sic] sur le chemin de Damas. Au milieu d’une vie banale, insouciante des injustices qui l’entourent, des angoisses des âmes, la travailleuse reçoit tout d’un coup une lumière très intense qui lui montre le moyen de rendre féconde cette vie médiocre et égoïste. Et avec toute l’ardeur des nouveaux convertis, elle répond : « Oui, Seigneur, je serai apôtre »25.

  • 26 Ibid., no 42, février 1921.
  • 27 L’Hermine, no 6, déc. 1927.

42Notons combien ce témoignage ressemble aux récits des croyants qui envisagent leur vocation comme étant le fait de l’intervention divine. Selon Debray, le choix de la vie militante relève d’une expérience mystique et n’a que peu à voir avec les conditions sociales objectives des travailleuses. C’est en des termes très semblables que s’exprime Élisa Daniel, mère de famille, ouvrière à domicile et vice-présidente du syndicat des ouvrières à domicile, lorsqu’elle raconte comment elle est venue à l’organisation syndicale. Elle évoque elle aussi l’image d’une lumière décisive qui lui a indiqué le choix de la vie militante. Selon un autre témoignage, l’engagement syndical se compare à une croisade pour laquelle la travailleuse a reçu « un mystérieux appel, [sous la forme] d’un trait de lumière décisif »26 qui a touché son âme. Selon une militante nantaise qui s’exprime dans le journal des jeunes L’Hermine, c’est « la foi dans l’idée27 » qui donne la passion du syndicalisme. Encore une fois, le choix de militer au syndicat semble relever d’une expérience mystique. D’ailleurs, selon l’expression consacrée dans les journaux syndicaux féminins, l’on se fait propagandiste comme l’on se fait religieuse. Autrement dit, si l’on en croit les témoignages des intéressées, parmi les motivations à l’engagement l’une des plus importantes, sinon des plus nobles, est la foi dans l’idée qui survient après que la militante a senti un appel mystérieux ou entrevu une lumière décisive.

43Parmi les nombreuses chansons que les syndiquées ont composées pour animer les réunions et les soirées syndicales, quelques-unes expriment ce sentiment d’avoir vécu l’engagement comme un appel à la vocation. Dans la chanson intitulée « Ma vocation sociale », l’auteur, une militante du boulevard des Capucines demeurée anonyme, entame le premier couplet en rappelant les circonstances entourant les motivations à l’engagement dans le mouvement syndical féminin chrétien :

  • 28 Recueil de chansons, imprimé par la Fédération du boulevard des Capucines, le recueil ne comporte (...)

Il est un jour où dans la vie,
Le cœur s’éprend de noble envie
Les yeux s’ouvrent à la lumière.
Réaliser un idéal,
Faire un peu de bien social,
C’est servir la « Cause » première28.

  • 29 La Travailleuse, no 8, nov. 1913.

44Ces témoignages et ces récits peuvent-ils nous permettre de mieux comprendre la nature et de mesurer le degré des motivations qui déterminent l’engagement ? On en conviendra, il est bien difficile de juger de l’intensité ou de la sincérité des témoignages dont nous disposons. Mais rien, par ailleurs, ne nous permet de les remettre en cause. Comme nous venons de le voir, les militantes ont rapporté leurs motivations à l’engagement dans des termes qui relèvent d’un langage spirituel. Selon elles, c’est la volonté divine qui guide leur choix, elles n’ont fait que s’y conformer. À l’instar de la religieuse, la militante répond à un « appel », elle possède la « vocation » mais une vocation dite sociale. Comme l’écrit une militante du boulevard des Capucines, l’engagement syndical « c’est une mission que chacune de nous a reçue de Dieu, une vocation dont dépend notre grandeur et notre récompense futures29 ». En ce sens, l’itinéraire de la militante chrétienne ressemble davantage à une trajectoire puisqu’il actualise dans les circonstances propres à l’engagement les formes virtuelles d’une vocation intime. À lire les témoignages et les récits, il n’y a pas de parcours aléatoire pour la militante chrétienne car le récit de son engagement est celui d’une vocation. S’il faut s’interroger sur ces parcours qui semblent presque trop beaux, presque sans hasard, illustrant en quelque sorte ce qui ressemble à un appel du destin et qui, ne l’oublions pas, ne se donnent à lire que dans une reconstruction a posteriori, il ne nous appartient cependant pas de juger des motivations profondes qui ont poussé de nombreuses femmes à militer au sein du mouvement syndical chrétien.

  • 30 R. Rémond, « L’histoire religieuse de la France au 20e siècle », Vingtième siècle. Revue d’histoir (...)

45S’il est difficile de juger de la sincérité de la foi religieuse des militantes chrétiennes, il est plus aisé de mesurer les pratiques liées à la foi dans le cadre ou parallèlement à l’activité syndicale. L’intérêt de cette courte exploration réside dans le fait qu’à partir des pratiques et des comportements, il est peut-être possible d’atteindre une connaissance des consciences, là où, selon l’historien René Rémond, réside le lieu par excellence du religieux30. Dans cette perspective, il faut être sensible à l’appropriation et à l’intégration des signes manifestes de la foi dans le cadre de la vie militante. Par exemple, nous savons que le congrès annuel des Fédérations féminines est toujours précédé ou suivi d’une messe. Pour les militantes, cette manifestation de leur foi s’intégre parfaitement à leur vision de l’engagement syndical basée sur l’union fraternelle dans un esprit chrétien. De la même manière, les syndicats de l’Abbaye et, plus tard, ceux des Capucines organisent pour leurs membres un pèlerinage annuel au Sacré-Cœur de Montmartre. Cette pratique n’est pas individuelle mais bel et bien partagée par la collectivité alors que les syndiquées assistent à une messe spéciale en leur honneur. Le but visé est double : il s’agit de manifester collectivement sa foi et de permettre aux membres du syndicat de mieux se connaître en vue de développer un esprit de famille.

46Par ailleurs, les syndiquées n’hésitent pas à s’approprier certaines manifestations de la culture ouvrière et à les transformer de façon à ce qu’elles s’intègrent dans la sphère particulière de leurs pratiques chrétiennes et militantes. C’est ainsi que si on célèbre volontiers le 1er mai chez les syndicalistes chrétiennes, c’est à l’archevêché de Paris que ça se fête. En effet, c’est l’occasion pour les représentantes des syndicats de rencontrer l’archevêque, de recevoir sa bénédiction et d’écouter ses bons conseils. Les fêtes syndicales organisées lors d’un anniversaire ou d’un événement spécial constituent un moment privilégié pour manifester sa foi dans le cadre d’une sociabilité militante. Par exemple, l’inauguration de nouveaux locaux commence toujours par la bénédiction des lieux par un prêtre avant que les syndiquées ne s’adonnent à des réjouissances plus profanes, puisqu’aussi bien l’on y danse et l’on y chante.

47Dans les premières années de leur existence, les syndicats de l’Abbaye vont afficher fortement leur caractère confessionnel en ayant recours à une symbolique très marquée. Par exemple, les insignes et les devises dont ils se dotent participent de cette affirmation. C’est ainsi que lors des réunions et des fêtes, les syndiquées de l’Abbaye arborent fièrement leur insigne qui est constitué d’une médaille de Jeanne d’Arc et d’un ruban de couleur. De la même manière, les trois premières organisations – celles des institutrices privées, des dames employées et des ouvrières de l’habillement qui donnent naissance à l’Union centrale – possèdent leurs devises empruntées à la religion chrétienne : « Aimez-vous les unes et les autres », « Vive Labeur ! », et « l’Union fait la force ». Un dernier exemple est constitué par l’emblème syndical illustrant la première page de La Ruche syndicale qui reprend les mêmes symboles : les trois devises sont inscrites sur des rubans qui entourent une ruche bourdonnante placée à l’ombre de la croix. Cet emblème incarne la charité chrétienne, la dignité du travail et bien sûr la fraternité chrétienne.

48Ces quelques exemples témoignent d’une appropriation des signes, des rites et des pratiques de la foi et de leur intégration dans le cadre de l’activité syndicale. Chez les militantes chrétiennes, la célébration de la foi s’inscrit au sein même de la vie syndicale. Celle-ci ne peut-être dissociée d’une pratique religieuse qui forge l’engagement. Mais pour autant, l’expérience religieuse telle que partagée au sein des organisations féminines fonde-t-elle l’engagement ? Il est difficile de répondre précisément à cette question ; en revanche, nous croyons qu’une lecture attentive des sources nous permet de dégager les procédés d’argumentation par lesquels les militantes chrétiennes expliquent leur choix de vie.

  • 31 La Ruche angevine, organe de l’Union des syndicats professionnels féminins de Maine-et-Loire, no 6 (...)

49Tout en empruntant largement au registre du religieux, les militantes présentent leur engagement à partir d’une double démarche. D’une part, elles justifient leur choix de vie en invoquant une volonté supérieure, plus forte que la leur, un appel auquel elles ne peuvent se soustraire. D’autre part, elles optent pour une approche positive et résolue puisque : « instruites de la doctrine catholique les syndiquées peuvent faire œuvre d’apostolat dans leur milieu respectif »31. C’est ainsi que la militante syndicale qui se fait apôtre social joue un rôle essentiel dans l’organisation d’une société plus juste et charitable telle que définie par la doctrine sociale de l’Église à la suite de Rerum Novarum.

  • 32 La Femme fonctionnaire, 25 janv. 1925.

50Cet apostolat social auquel se vouent les militantes requiert des qualités exceptionnelles qui distinguent les âmes d’élite, selon l’expression consacrée. À lire l’abondante littérature sur le sujet, la militante apôtre a reçu des dons privilégiés qui ne peuvent s’obtenir même par un travail acharné. Dans un article signé ENS, mais sans doute rédigé par Andrée Butillard, dont on connaît le rôle essentiel dans la formation des militantes syndicales, l’auteur explique comment reconnaître ces âmes d’élite. En plus des vertus nécessaires à la distinction de l’élite militante – droiture, simplicité, jovialité – elles attirent à elles leurs compagnes de travail par la profondeur de leurs âmes. Selon l’auteur, elles possèdent des dons du Ciel32.

51Selon sa biographe, Maria Bardot possède ces dons exceptionnels qui en font une parfaite propagandiste. La mise en valeur de ces qualités par une formation adéquate a permis à Bardot de se donner entièrement à sa mission pour laquelle elle a reçu un appel de Dieu. Sa vocation sera de sauver et d’expier et c’est pourquoi, toujours selon Perroy, elle demeurera célibataire :

  • 33 M. Perroy, Une ouvrière apôtre, op. cit., p. 43.

Si Maria ne s’était pas donnée à un foyer, ce fut avant tout, surtout, pour appartenir à Dieu seul, non pas dans la paix abritée et suave d’un monastère, mais parmi le tumultueux bourdonnement des ruches au travail – en plein vent33.

52Dans un style qui nous paraît aujourd’hui suranné, Perroy exprime tout de même la perception d’une réalité que partagent la majorité des militantes chrétiennes : pour une femme, le mariage et la carrière militante paraissent incompatibles puisque les deux exigent un don total de la personne. L’esprit syndical – les témoignages des militantes ne cessent de le répéter – en est un de sacrifice.

  • 34 Mlle Euvrard, « Discours à la réunion générale des syndicats de Maine-et-Loire », La Ruche angevin (...)

Le véritable esprit syndical est un esprit de famille, chacune cherche à procurer le mieux être [sic] de ses compagnes de travail, qui forment une vraie famille professionnelle ; ces améliorations s’obtiennent quelquefois au détriment du bien être [sic] personnel, qu’importe ! Dans une famille, un membre se sacrifie quelquefois pour le bonheur des siens : de même au syndicat, on saura souffrir si c’est nécessaire, car il faut avoir non seulement l’esprit de famille, mais aussi l’esprit de sacrifice. Dans ce but et afin de devenir une force, chaque syndiquée se fera apôtre34.

  • 35 La Travailleuse, janv. 1917.

53L’esprit syndical, c’est aussi un esprit de famille. Comme nous l’avons vu précédemment, cet esprit de famille renvoie à un processus d’identification affective à travers les liens de camaraderie qui unissent les militantes. Pour elles, le syndicat devient le prolongement de leur famille naturelle. À l’instar de la mère au sein du foyer familial, le rôle et la tâche de la propagandiste au sein de l’organisation professionnelle sont de servir. C’est d’ailleurs ce qu’on enseigne aux jeunes militantes venues faire leur apprentissage de propagandiste à l’ENS. Par exemple, en 1931, « Vouloir servir » est le thème de la dissertation que doivent rédiger les militantes inscrites à l’École pour obtenir leur diplôme de propagandiste. Se sacrifier, se donner et servir, l’un ou l’autre de ces termes revient systématiquement dans tous les articles consacrés aux militantes. Nous pourrions également citer l’exemple des semaines syndicales de formation, où il est très souvent question du rôle de la propagandiste et des qualités d’abnégation qui lui sont nécessaire pour se faire apôtre social. En 1916, lors de la semaine syndicale réunissant en Bourgogne une quarantaine de militantes de la Fédération française des unions de syndicats professionnels féminins, Mathilde Debray anime un atelier sur le thème de l’apôtre social. Il est alors question de dons de soi, de perfectionnement et de sacrifice35.

  • 36 S. Schweitzer, Les Femmes ont toujours travaillé, op. cit., p. 69-71.
  • 37 Y. Knibiehler (dir.), Cornettes et blouses blanches. Les infirmières dans la société française, 18 (...)

54Comme on peut le constater à la lecture des articles, des récits et des témoignages publiés dans la littérature syndicale, l’emprunt au vocabulaire religieux s’explique par le désir manifeste des militantes de fonder leur engagement sur des motivations spirituelles. Mais on peut également suggérer une deuxième interprétation, à savoir que le recours à une symbolique et un vocabulaire religieux permet aux militantes d’expliquer leur choix de vie et, par le fait même, de justifier leur condition de travailleuse célibataire, condition qui les place en marge des normes sociales de l’époque. N’oublions pas que les seules normes socialement valorisées demeurent la famille et la maternité même si le nombre des célibataires reste très élevé puisqu’en 1911, 47 % des femmes actives de plus de 15 ans sont célibataires36. Résumons ici leurs arguments : l’apostolat social auquel se vouent les propagandistes requiert non seulement des qualités exceptionnelles mais aussi un don de soi qui rend incompatibles le mariage et le militantisme. Par cet argument, elles opposent la carrière militante au rôle de mère et d’épouse. Puisque les deux exigent un don total de la personne dans un esprit chrétien de sacrifice, les femmes ne peuvent les remplir simultanément. En se donnant entièrement à l’organisation syndicale, elles optent donc pour le célibat. Ce modèle d’apostolat motivé par l’encyclique Rerum Norarum a aussi été observé dans le cas des femmes engagées dans le service social et chez les infirmières37. Dans la pratique nous avons constaté qu’un type de militantes s’impose : jeune et célibataire, elle est toute dévouée à ses sœurs de travail. À toutes fins utiles, rappelons que, selon notre analyse statistique, 86 % des militantes demeurent célibataires. De l’angélus de l’aube à l’angélus du soir, les militantes chrétiennes s’investissent à temps plein dans l’action syndicale au point où elles semblent ne plus avoir de vie privée. Idéal vertueux, sans doute, mais on retrouve ici une réalité tangible : les militantes chrétiennes demeurent majoritairement célibataires. Sans se confondre totalement, la réalité et les représentations sociales se conjuguent et nous donnent à voir l’image de la propagandiste idéale telle que définie par le discours et la pratique des syndicalistes chrétiennes : entre la mère et la religieuse s’insère la militante qui tient une place essentielle dans l’organisation d’une société juste et harmonieuse en accord avec la doctrine sociale de l’Église. Les militantes chrétiennes expliquent leur choix de vie d’un point de vue spirituel. Ce qui ne les empêche pas de souligner les difficultés réelles qu’il y a à conjuguer la vie militante et le mariage. De fait, elles affirment l’incompatibilité des deux rôles. Confrontés à cette question, nous avons vu que les chercheurs ont reconnu l’impact négatif des contraintes familiales sur la participation des femmes à la vie militante. Toutefois, la reconnaissance d’une réalité n’en épuise pas le sens. Quant à l’affirmation de l’incompatibilité des rôles, elle ne constitue pas une explication mais relève de l’idée d’un ordre naturel imposé et immuable.

  • 38 A.-M. Sohn, « Entre-deux-guerres. Les rôles féminins en France et en Angleterre », Histoire des fe (...)

55Toute tentative d’explication doit donc mettre en œuvre une approche critique des rôles sociaux de sexes qui confinent les femmes à la sphère privée. Selon les résultats de notre analyse statistique, il semble que dans le cas des syndicalistes chrétiennes ces facteurs soient davantage discriminants puisque 86 % d’entre elles demeurent célibataires alors que ce pourcentage s’élève à 38,5 % pour l’ensemble du fichier. Pourtant rien dans nos recherches ne permet de supposer que les responsabilités familiales des syndicalistes chrétiennes aient été plus précoces ou plus lourdes que pour l’ensemble des militantes. Nous savons par ailleurs que les chrétiennes ne militent pas moins longtemps que les autres syndicalistes et qu’elles ne quittent pas plus jeunes la vie militante. Autant de facteurs qui auraient pu expliquer le nombre très élevé de célibataires parmi les chrétiennes. Doit-on attribuer au discours de l’Église catholique sur le « rôle naturel » des femmes – et particulièrement des mères – au foyer une influence réelle qui aurait motivé les militantes à choisir l’engagement syndical à l’exclusion de tout autre ou alors d’abandonner l’action syndicale après le mariage ? Le peu d’informations dont nous disposons sur la vie privée des militantes ne nous autorise pas à répondre de façon catégorique à cette question. Les recherches effectuées à partir des journaux syndicaux féminins à travers la rubrique intitulée « Nouvelles de famille » – dont le titre peut varier d’un journal à l’autre, mais il s’agit toujours de renseigner les lectrices sur les événements heureux ou malheureux, mariages, naissances, décès, qui affectent la vie des syndiquées – semblent indiquer qu’une fois mariées les militantes quittent effectivement la vie syndicale mais les raisons qui motivent leur retrait ne sont jamais explicites. Il faut donc se garder d’attribuer une seule cause à un phénomène qui renvoie à une réalité complexe. N’oublions pas que le discours sur la place des femmes au foyer ne loge pas à une seule enseigne, autrement dit que les catholiques n’en possèdent pas le monopole38.

  • 39 B. Dunault, « Sociographie générale des communautés religieuses au Québec (1837-1970), Éléments po (...)

56Notre analyse nous a permis de dégager les procédés d’argumentation par lesquels les militantes expliquent leur choix de vie ainsi que leur situation marginale de célibataires. Leur engagement syndical, défini comme une vocation sociale au service de Dieu, leur permet de jouer un rôle positif dans la société, et ce, grâce au caractère respectable de leur organisation. Autrement dit, pour ces femmes catholiques leur condition de célibataire faciliterait la poursuite leur engagement social et leur militantisme leur permettrait de justifier et d’accepter leur célibat. Dans cette perspective, ces femmes militent parce qu’elles sont célibataires et non l’inverse. Ce n’est pas leur militantisme qui les confine au célibat mais c’est par leur militantisme qu’elles expliquent leur condition de célibataire. Pour les femmes catholiques, le syndicalisme féminin chrétien représente-t-il alors une solution parmi tant d’autres au problème du surnombre des femmes qui ne trouvent pas mari durant l’entre-deux-guerres ? Soulignons qu’une hypothèse semblable a été présentée par le sociologue Bernard Denault pour expliquer l’essor des communautés religieuses de femmes au Québec à la fin du XIXe siècle et au début du XXe39. Voilà une hypothèse séduisante et claire mais dont le principal défaut est d’être trop réductrice puisqu’elle ne tient compte que de l’expression d’une vision magnifiée des motivations à l’engagement à travers un discours largement inspiré par la symbolique et le langage religieux. Un seul facteur ne peut expliquer la complexité d’un parcours.

57Convenons que les motivations des militantes ne peuvent se résumer aux seuls facteurs spirituels. En effet, s’il en était ainsi leur désir de spiritualité serait alors mieux servi au sein d’une communauté religieuse que dans le mouvement syndical. Il nous paraît évident que des facteurs sociaux et professionnels interviennent dans le choix du militantisme syndical. D’ailleurs, plusieurs militantes confessent avoir adhéré au syndicat pour des motifs d’ordre social ou professionnel. Pour Anna Schiff, militer aux syndicats c’est d’abord et avant tout s’intéresser aux questions du travail et c’est participer activement à l’organisation de la profession. Pour Simone Troisgros, c’est le programme réformateur des syndicats féminins qui lui a plu : salaire égal, assurance contre la maladie, congés payés. Pour la présidente du Syndicat des ouvrières à domicile, Mme Labatut, l’engagement syndical signifie le soutien pratique et moral dans la lutte pour le droit des travailleuses. Pour sa collègue, Mme Bourdas, le militantisme syndical c’est avant tout s’engager pour la défense des intérêts matériels et moraux des travailleuses. Pour Madeleine Tribolati, le syndicalisme chrétien offre aux travailleuses d’une part la possibilité d’améliorer de manière concrète leurs conditions de travail et, d’autre part, la perspective d’un dépassement de soi en travaillant au service de la collectivité.

58Dans cette perspective, on peut émettre une seconde hypothèse qui n’invalide pas la première mais tend plutôt à la compléter. Ces femmes, travailleuses, chrétiennes et célibataires militent au syndicat parce que celui-ci leur offre la possibilité de réaliser leurs aspirations sociales et professionnelles. D’origines et de conditions sociales modestes, ces employées et ces ouvrières trouvent au sein des organisations féminines une forme de promotion sociale ainsi que de nombreuses satisfactions : elles accèdent à des postes de responsabilité où elles prennent de réelles décisions ; elles exercent des tâches administratives complexes ; elles ont la possibilité de nouer des contacts sociaux stimulants ; elles peuvent espérer améliorer leurs conditions sociales et économiques ainsi que celles de nombreuses travailleuses ; elles obtiennent également une reconnaissance sociale par le biais de leurs activités syndicales de représentation auprès de différents organismes, ce qui se traduit souvent par l’obtention de distinctions officielles. Autrement dit, leur militantisme au sein des organisations féminines leur offre la possibilité de s’employer à des activités sociales et professionnelles généralement réservées aux hommes.

59Le syndicalisme féminin chrétien procède d’un mode d’organisation exclusivement féminin, les militantes ne sont pas ici touchées par la discrimination sexuelle qui limite les postes dans le mouvement syndical mixte et définit la condition sociale des femmes dans la société globale. Elles peuvent espérer ainsi combler leurs appétences sociales en accord avec leur mode de vie, leurs valeurs et leur foi. Cette forme de syndicalisme traduit-elle une vision particulière des rapports sociaux de sexe ? Nous pensons être en mesure de répondre à cette question par l’affirmative. Dans une société basée sur des rapports sociaux de sexe inégalitaires, les syndicats féminins en tant qu’organisations autonomes offrent aux militantes un cadre qui leur permet d’échapper, du moins en partie, aux contraintes sociales imposées à leur sexe. Même si elles entretiennent des rapports étroits avec les autorités ecclésiastiques ou avec les sœurs de Saint-Vincent-de-Paul, elles administrent elles-mêmes leurs affaires. La modestie de leurs origines n’est aucunement un obstacle à l’exercice de leurs capacités. Elles peuvent accéder à tous les postes de responsabilités au sein du syndicat, que ce soit au plan local, régional ou national. Elles élisent elles-mêmes leurs dirigeantes, qui sont en mesure d’exercer pleinement leurs fonctions. Elles fixent leurs objectifs et leurs buts et décident des moyens appropriés pour les réaliser. Elles disposent ainsi d’une expérience réelle et d’un capital de crédibilité précieux lorsqu’elles doivent œuvrer au sein des organisations mixtes. Par ailleurs, le caractère respectable de leur militantisme défini comme une vocation sociale en accord avec leurs valeurs et leur foi leur confère un statut honorable atténuant les difficultés liées à leur célibat.

60En ce sens, le syndicalisme féminin chrétien constitue une voie de substitution acceptable pour les femmes qui désirent échapper aux rôles traditionnels que leur impose la société. Au terme de notre analyse, il nous semble possible d’affirmer que, pour les militantes chrétiennes, les organisations féminines ont joué un rôle à la fois intégrateur et émancipateur. Intégrateur, puisqu’elles offrent à des femmes célibataires une structure d’accueil susceptible de légitimer leur place au sein de la société. Émancipateur, parce qu’il favorise l’expression d’aspirations sociales différentes et positives chez des femmes de condition souvent très modeste.

61À ce stade de notre recherche, il est toutefois nécessaire d’examiner concrètement l’action revendicative menée par les syndicats féminins chrétiens. Durant l’entre-deux-guerres, les organisations féminines poursuivent leur développement, mais désormais elles s’inscrivent dans le cadre plus large d’une centrale chrétienne, la CFTC, où se retrouvent les syndicats masculins et féminins. Il s’agit d’un changement important dans l’histoire des fédérations féminines même si elles demeurent largement autonomes dans leur fonctionnement. Désormais, leurs revendications et leur action doivent s’arrimer à celles de la CFTC. Dans les secteurs où les femmes demeurent majoritaires comme celui de la couture, les organisations féminines disposent sans aucun doute d’une latitude importante lorsqu’il s’agit de développer leurs stratégies. Mais qu’en est-il dans un secteur où les syndicats féminins sont minoritaires par rapports aux organisations masculines comme celui des banques ? Il est nécessaire d’aborder la question de la défense concrète des travailleuses puisqu’elle se situe au cœur des préoccupations des militantes chrétiennes. Dans le contexte difficile des années vingt et trente, les syndicats féminins mènent une action inscrite dans la durée. À travers les grèves, le chômage et la perspective d’un retour obligé des mères au foyer, il semble pertinent de s’interroger sur les stratégies mises œuvre par les syndicalistes chrétiennes dans la poursuite de leurs objectifs, à savoir la défense des femmes sur le marché du travail, quels que soient leur motivation à l’emploi ou leur état civil.

Notes

1 J. Chabot, « Les syndicats féminins chrétiens et la formation militante de 1913 à 1936 : "propagandistes idéales" et "héroïne identitielle" », Le Mouvement social, no 165, oct.-déc. 1993, p. 7-21.

2 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 305.

3 M. Launay, « Aux origines du syndicalisme chrétien en France », op. cit., p. 2.

4 A. Butillard, « La formation des promotrices à l’idée syndicale », Semaines sociales de France, 9 session, Limoges, 1912, Lyon, Chronique sociale de France, 1912, p. 351.

5 La Travailleuse, no 76, février-mars 1925.

6 M. Turmann, L’Éducation populaire, les œuvres complémentaires de l’école, Paris, Éditions Victor Lecoffre, 1907.

7 M. Éblé, Manuel des cercles d’études, Paris, Librairies de la Jeunesse catholique, 1928, p. 15.

8 J.-P. Bonhotal, « Groupes et réseaux dans le catholicisme contemporain », Du groupe au réseau, textes réunis par P. Dujardin, Paris, Éditions du CNRS, 1988, p. 76.

9 La Ruche syndicale, no°11, avril-juin 1905 ; no°13, oct.-nov. 1905.

10 C. Poncet, Plans des Cercles d’études, Voiron, Imprimerie A. Crolard et Cie, 1917.

11 C. Rater-Garcette, L’École normale sociale... une certaine idée du social, Mémoire de DEA, département de sociologie, Université de Paris VIII, 1989.

12 École Normale sociale, Commentaire pratique de l’Encyclique Rerum Novarum sur la condition des ouvriers, Paris, Éditions Spes, 1925.

13 Union nationale des syndicats professionnels féminins de l’Abbaye, Memento de pratique sociale et syndicale, Paris, Imprimerie Centrale, 1936.

14 La Travailleuse, no 139, sept.-oct. 1931.

15 Ibid.

16 La Travailleuse, no 179, sept.-oct. 1935.

17 Ibid., no 73, sept.-oct. 1924.

18 Ibid., no 139, sept.-oct. 1931.

19 M. Perroy, Une ouvrière apôtre, op. cit., p. 43.

20 M. Perroy, Une ouvrière apôtre, op. cit., chapitre II.

21 G. Poujol, L’Éducation populaire : histoires et pouvoirs, Paris, Éditions Ouvrières, 1981, p. 94.

22 Marguerite Martin, « Lettre manuscrite non datée », Archives personnelles de Madeleine Tribolati.

23 M. Perroy, Une ouvrière apôtre, op. cit., p. 20.

24 La Travailleuse, no 55, juill.-août 1922.

25 Ibid., no 18, janvier 1917.

26 Ibid., no 42, février 1921.

27 L’Hermine, no 6, déc. 1927.

28 Recueil de chansons, imprimé par la Fédération du boulevard des Capucines, le recueil ne comporte ni date, ni lieu d’impression. Une note publiée dans La Travailleuse, no 159, sept.-oct. 1933, nous apprend qu’il a été édité en août de la même année.

29 La Travailleuse, no 8, nov. 1913.

30 R. Rémond, « L’histoire religieuse de la France au 20e siècle », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 17,1988, p. 99.

31 La Ruche angevine, organe de l’Union des syndicats professionnels féminins de Maine-et-Loire, no 6, oct. 1922.

32 La Femme fonctionnaire, 25 janv. 1925.

33 M. Perroy, Une ouvrière apôtre, op. cit., p. 43.

34 Mlle Euvrard, « Discours à la réunion générale des syndicats de Maine-et-Loire », La Ruche angevine, no 7, nov. 1922.

35 La Travailleuse, janv. 1917.

36 S. Schweitzer, Les Femmes ont toujours travaillé, op. cit., p. 69-71.

37 Y. Knibiehler (dir.), Cornettes et blouses blanches. Les infirmières dans la société française, 1880-1980, Paris, Hachette, 1984.

38 A.-M. Sohn, « Entre-deux-guerres. Les rôles féminins en France et en Angleterre », Histoire des femmes en Occident. Le XXe siècle, (sous la direction de F. Thébaud), Paris, Éditions Plon, 1992, p. 91-113.

39 B. Dunault, « Sociographie générale des communautés religieuses au Québec (1837-1970), Éléments pour une sociologie des communautés religieuses au Québec, (sous la direction de B. Denault et B. Lévesque), Montréal, Sherbrooke, Presses de l’Université de Montréal et de Sherbrooke, 1975.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search