Version classiqueVersion mobile

Les Débuts du syndicalisme féminin chrétien en France

 | 
Joceline Chabot

Deuxième partie. Quelques éléments pour une meilleure connaissance des militantes syndicalistes chrétiennes (1914-1940)

Chapitre I. Portrait des militantes syndicalistes chrétiennes (1919-1940)

Texte intégral

I – Quelques questions autour du militantisme féminin

  • 1 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 27-28.
  • 2 Il faut signaler les travaux de C. Bard même s’ils ne portent pas directement sur le militantisme  (...)

1En 1919, au moment de la fondation de la Confédération française des travailleurs chrétiens, le nombre d’adhérents s’élève à 98 000 dont environ 39 000 sont des femmes1. C’est dire que près de 40 % des adhérents à la centrale chrétienne sont en fait des adhérentes. La progression remarquable des organisations féminines depuis leur naissance avant la Première Guerre mondiale témoigne du dynamisme des militantes. Mais qui sont ces femmes qui fondent et animent les organisations féminines ? D’où viennent-elles ? Quel est leur itinéraire ? Pourquoi s’engagent-elles dans l’action syndicale ? Autant de questions dont l’apparente simplicité nécessite une recherche approfondie car jusqu’à maintenant aucune étude n’a porté directement sur le profil des militantes chrétiennes durant cette période2.

2Longtemps, le militantisme féminin est demeuré un phénomène peu étudié par les sciences sociales. Les premières études menées par les sociologues et les politologues ont porté essentiellement sur un problème, soit celui de la faible participation des femmes à la vie politique. Pour expliquer ce phénomène, les chercheurs ont souligné le manque de ressources sociales des femmes – revenu et scolarisation plus faibles que les hommes – ainsi que les rôles familiaux qui seraient plus contraignants pour les femmes que pour les hommes.

  • 3 J. Kirkpatrick, Political Woman, N. Y., Basic Books, 1974. V. Sapiro, The Political Integration of (...)
  • 4 E. Costantini, J.D. Bal, « Women in Political Parties : Gender Differences in Motives Among Califo (...)
  • 5 A.-M. Gingras, C. Maillé, E. Tardy, Sexes et militantisme, Montréal, Éditions Cidihca, 1989. Les F (...)
  • 6 A. Baron, « Gender and Labor History », Work Engendered. New Perspectives on American Labor Histor (...)

3À compter des années 1970, les recherches se sont multipliées dans une perspective résolument féministe. Dans les pays anglo-saxons, les chercheurs ont entrepris des travaux d’envergure pour identifier les facteurs limitant la participation des femmes à la vie militante3. Au-delà des contraintes familiales, ces études ont montré que les rôles sociaux intériorisés par les femmes ont un impact négatif sur ces dernières puisqu’elles se perçoivent comme moins aptes que les hommes à assumer une tâche politique. Autrement dit, le processus de socialisation différent des hommes et des femmes ferait de ces dernières des personnes peu aptes à la vie politique. Selon certains chercheurs, il y aurait une inadéquation entre l’identité féminine telle qu’elle se construit à travers le processus de socialisation et la participation militante à la vie politique. Par ailleurs, certaines recherches ont montré que les motivations à l’engagement dans la vie militante sont nettement différentes pour les femmes et les hommes. Ces derniers manifestent davantage d’ambition et conçoivent le militantisme comme une possibilité d’avancement pour leur carrière. Les femmes préfèrent expliquer leurs motivations en parlant de services à la collectivité et de bénévolat4. Un certain nombre de travaux menés par des militantes et des chercheurs ont posé le problème de la participation des femmes à la vie politique ou syndicale en termes de contraintes mais aussi en termes de valeurs et de cultures différentes pour les femmes et les hommes5. Dans le même sens, des historiens se sont interrogés sur la manière dont les présupposés de « genre » ont structuré le mouvement syndical6.

4Ces pistes de recherche semblent particulièrement stimulantes dans le cadre d’une problématique générale axée sur le syndicalisme féminin chrétien comme discours et pratique d’une culture féminine. Comme nous l’avons vu dans la première partie, le syndicalisme féminin chrétien procède d’un mode d’organisation exclusivement féminin, c’est-à-dire que seules les femmes ont le droit d’y adhérer, d’y militer et d’y assumer les postes de direction. Cette caractéristique ne traduit-elle pas une vision particulière des rapports sociaux de sexes ? Il est trop tôt pour répondre à cette question, mais on peut d’ores et déjà émettre quatre hypothèses pour expliquer cette pratique singulière de la non mixité des organisations chrétiennes.

5La première, celle qui s’impose d’emblée, est qu’il existe une tradition catholique de séparation des sexes qui se traduit à l’école par des classes non mixtes et à l’église par des bancs séparés pour les hommes et les femmes. Le syndicalisme chrétien s’inscrit dans cette tradition séculaire.

6La deuxième est que la volonté clairement proclamée de rester entre femmes indiquerait peut-être la difficulté pour de nombreuses ouvrières à s’identifier à un type d’organisation dont les traditions et la culture sont largement masculines. Citons à titre d’exemple cet extrait d’un texte paru dans l’organe du Syndicat professionnel féminin des PTT sur la question des organisations non mixtes :

  • 7 La Femme fonctionnaire, no 3, 25 mars 1925.

Que dire de l’utilité d’un groupement exclusivement féminin ? Dans un groupement composé d’hommes et de femmes, les intérêts de celles-ci, nettement distincts en certains points de ceux de leurs collègues masculins, sont trop souvent sacrifiés. [...] Personne mieux qu’elles ne connaît leurs besoins, leurs difficultés pour concilier leurs devoirs de professionnelles et de femmes. À elles donc de s’organiser, de se défendre, d’affirmer de plus en plus leur personnalité7.

7C’est le même malaise qu’exprime Augustine Aubertin, présidente des syndicats féminins chrétiens d’Alsace, lorsqu’elle tente d’expliquer à son auditeur la nécessité de fonder des syndicats uniquement féminins :

  • 8 Cité par J. Billing, Augustine Aubertin, inspiratrice du syndicalisme féminin chrétien d’Alsace, S (...)

[...] il est d’autre part indispensable, pour faire du bon travail, de réunir et d’organiser les femmes seules dans des syndicats indépendants et autonomes. Groupées avec les hommes, les femmes n’auraient au syndicat qu’un rôle effacé et passif, leurs intérêts y seraient plus d’une fois sacrifiés, tandis que réunies entre elles, les travailleuses se trouvent plus à l’aise ; elles causent plus librement de leurs affaires et de leurs intérêts ; elles ont ainsi l’occasion et le moyen de s’initier à l’administration des affaires personnelles ; elles sont amenées à étudier et à approfondir les grands problèmes posés par leur vie professionnelle8.

  • 9 J. Bouvier, Mes Mémoires ou 59 années d’activité industrielle, sociale et intellectuelle d’une ouv (...)

8On pourrait citer des exemples empruntés à des militantes dont les idées et les itinéraires diffèrent de ceux des syndicalistes chrétiennes9. Il suffit de rappeler qu’au-delà des divergences idéologiques et politiques, ces témoignages ont un point en commun : ils traduisent la difficulté des femmes à s’exprimer dans un cadre qui leur est étranger.

  • 10 M.-H. Zylberberg-Hocquard, Féminisme et syndicalisme en France, Paris, Éd. Anthropos, 1978, p. 213 (...)

9Troisième hypothèse, à la fin du XIXe siècle, les syndicats ont de la difficulté à prendre en compte les revendications spécifiquement féminines. Absentes des structures du pouvoir, les femmes n’ont guère de chance d’être entendues. Certaines fédérations, à l’instar de celle du Livre, refusent même de les admettre dans leurs rangs. Une solution est mise en avant, l’organisation séparée des femmes. Il faut d’ailleurs noter qu’au tournant du siècle la fondation de syndicats féminins n’est pas le seul fait des chrétiennes. Des laïques comme Marguerite Durant et Marie Bonnevial fondent des syndicats féminins qui regroupent des ouvrières et des employées10.

10Notre dernière hypothèse est que dans le cas des syndicats chrétiens, on peut aussi envisager la non mixité comme une volonté de préserver la vertu et la morale des jeunes ouvrières. En ce sens, les syndicats féminins chrétiens poursuivent l’œuvre de moralisation et d’encadrement des patronages et des associations créés par le clergé et les laïcs tout au long du XIXe siècle.

11Dans ce contexte et compte tenu de l’ensemble des problèmes que pose l’étude du militantisme féminin chrétien, nous allons chercher à mieux cerner la façon dont émerge et se développe une culture féminine à l’intérieur d’un mouvement organisé sur la base de la non mixité mais dont les traditions de luttes, les modes de fonctionnement, les modèles de comportement, les valeurs et les opinions empruntent à une culture largement masculine.

II – Portrait des militantes syndicalistes chrétiennes durant l’entre-deux-guerres

  • 11 A. Caudron, « Les militants ouvriers chrétiens du Nord : l’apport du Dictionnaire du monde religie (...)
  • 12 M. Perrot, « Le Dictionnaire comme "lieu de mémoire" », La Part des militants, (sous la direction (...)
  • 13 M. Perroy, Une ouvrière apôtre sociale, Maria Bardot, Paris, Éditions Spes, 1931.

12Tracer le portrait sociologique des militantes des syndicats féminins chrétiens durant l’entre-deux-guerres relève de la gageure en l’absence d’un matériel biographique substantiel et homogène. En effet, les organisations féminines ne nous ont pas laissé d’informations biographiques concernant leurs militantes, si tant est qu’elles aient possédé ce type d’information. Quant aux journaux syndicaux, il est rare d’y retrouver des articles relatant la vie et l’itinéraire des militantes sauf lorsqu’une d’entre elles obtient une distinction particulière. Et encore, ces chroniques demeurent d’une réserve sans doute fort appréciée des contemporains, mais bien navrante pour l’historienne en quête de biographies. Toutefois, la lecture de ces brefs articles n’est pas dépourvue d’intérêt car, généralement, on précise les fonctions occupées par celle qui fait l’objet de cette distinction tout en insistant sur les qualités particulières ou encore sur les faits d’armes – fondation de cours de perfectionnement ou de services syndicaux, élection ou nomination à des institutions sociales, participation à une grève victorieuse, résistance aux pressions et aux manœuvres des syndicats rouges – qui lui méritent un pareil honneur. Dans tous les cas, la sobriété demeure la marque distinctive des textes publiés du vivant des militantes. Le plus souvent c’est par le biais des rubriques nécrologiques que nous parvenons à obtenir des renseignements plus complets concernant le parcours d’une militante. Toute réserve n’est pas abandonnée pour autant, mais la disparition d’une des leurs semble lever certaines restrictions. Par exemple, on hésite moins à parler de l’origine sociale d’une militante ou encore à préciser sa date de naissance ou son cursus scolaire. Mais ce traitement de faveur – si on peut l’appeler ainsi – n’est offert qu’aux dirigeantes d’envergure nationale. D’ailleurs la modestie semble avoir été une vertu largement partagée par les syndicalistes chrétiennes puisque pas une seule n’a succombé à la tentation de l’autobiographie. Les militantes ne sont d’ailleurs pas les seules à pratiquer cette vertu : dans une étude sur les militants chrétiens du Nord, André Caudron note la réticence des militants à parler d’eux-mêmes et l’explique par ce qu’il appelle l’humilité chrétienne11. Plus largement, Michelle Perrot explique la difficulté des ouvriers à écrire leur autobiographie par : « une tendance à l’auto-dévalorisation de toutes les vies ouvrières [...]12 ». Même constat lorsqu’on examine le tableau d’honneur des « biographiées » puisqu’à l’exception du nom de Maria Bardot, pas un seul autre n’y figure. Rédigé après son décès, l’ouvrage que lui consacre Marguerite Perroy relève davantage de l’hagiographie que du travail scientifique13. Le problème demeure donc entier. Comment parvenir à une meilleure connaissance des militantes syndicalistes chrétiennes ?

  • 14 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français. Quatrième partie, 1914-1939, tomes 16 à 4 (...)

13Pour pallier le manque de sources, nous avons eu recours à un instrument de travail fort utile en histoire sociale, le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français14. Cette œuvre monumentale a pris naissance il y a plus de quarante ans à l’initiative de l’historien Jean Maitron. Le Maitron, comme on l’appelle familièrement, totalise aujourd’hui plus de 100 000 notices. La quatrième série du dictionnaire (1914-1939) compte plus de 60 000 notices. Le dépouillement du Maitron en vue de répertorier les militantes syndicales représente donc un travail considérable. Toutefois, les biographies consacrées à des femmes ne forment guère plus de 2 à 5 % des notices selon les volumes. C’est à la fois peu et beaucoup. C’est peu en comparaison du nombre de militants que compte le Dictionnaire. Mais c’est aussi beaucoup dans la mesure où ce pourcentage (2 à 5 % de notices par volume) permet de retenir plus de 1 000 biographies de syndicalistes – toutes tendances confondues – pour l’ensemble de la période. Dans le cadre de cette recherche, nous avons choisi d’interrompre notre dépouillement à 1000 notices. Chiffre arbitraire mais qui possède l’avantage de se traiter facilement et qui demeure représentatif de l’ensemble des biographies des syndicalistes présentes dans le Dictionnaire. Le tableau 1 fournit la répartition des mille militantes selon leur appartenance à une centrale syndicale. Il faut noter le nombre élevé de notices où l’appartenance à une centrale n’a pu être précisée. Ce sont souvent les biographies de quelques lignes contenant des renseignements ponctuels et partiels qui posent ce type de problèmes.

Centrale

Nombre

%

CFTC (1919-1939)

206

20,60

CGT (1914-1939)

308

30,80

CGTU (1922-1936)

170

17,00

CGT et CGTU

59

5,90

Autres

49

4,90

Non précisée

208

20,80

Total

1000

100,00

Tableau 1. Répartition des militantes selon les centrales syndicales (1914-1939)

14Précisons que la variable « autres » désigne les groupements syndicaux qui n’ont aucun lien avec l’une des trois grandes centrales. Par ailleurs, la variable CGT et CGTU ne constitue évidemment pas une centrale syndicale mais regroupe les militantes qui ont, à un moment ou un autre de leur itinéraire, adhéré successivement aux deux organisations, soit la Confédération générale du travail (réformiste) et la Confédération générale du travail unifiée (communiste).

  • 15 C. Pennetier, « La production du Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français  (...)
  • 16 C. Pennetier, « Deux ou trois choses que je sais du Maitron », Communisme, no 15-16,1987, p. 12-13

15Au terme de notre dépouillement, nous obtenons un corpus de travail respectable qui offre une matière riche, facile d’accès et à partir de laquelle on peut envisager de faire une exploitation statistique valable. Cela étant dit, le Dictionnaire impose au chercheur qui entend l’utiliser comme principal outil de référence des limites et des contraintes. Rappelons tout d’abord que les notices du Maitron n’ont pas été conçues comme des notices prosopographiques15. Il est donc difficile, voire impossible, de procéder à une confrontation systématique des itinéraires de militantes ou encore d’établir des profils à partir des générations. En effet, pour ce qui concerne les militantes syndicalistes de l’entre-deux-guerres, le matériel dont nous disposons à partir des notices du Dictionnaire n’est pas suffisamment homogène pour recourir à la méthode prosopographique. Par ailleurs, il nous a été impossible d’enrichir ou d’harmoniser de façon significative ce corpus à partir d’autres sources plus complètes puisque celles-ci n’existent pas. Un deuxième problème surgit lorsqu’il s’agit de comparer les informations contenues dans les notices. En effet, le Maitron rassemble des biographies de longueur très variable16. Pour la période couvrant les années 1914-1939, on retrouve deux grandes catégories de militants : d’une part les dirigeants d’envergure nationale pour lesquels on possède un nombre considérable de renseignements. D’autre part, les militants régionaux et locaux qui font l’objet de recherches particulières mais dont les résultats sont parfois aléatoires. Finalement, dans le cas des femmes s’ajoute une autre difficulté. L’absence de listes électorales et les contrôles d’état civil limités par la méconnaissance du nom de jeune fille des militantes réduisent sensiblement les informations qu’il est alors possible d’obtenir. On en conviendra l’ensemble de ces informations doit donc être manipulée avec une certaine prudence.

16Malgré les lacunes évidentes que comportent certaines notices, la somme des renseignements obtenus est surprenante. En fonction des contraintes que nous imposent notre outil, nous avons retenu les notices de militantes qui, durant les années 1920-1930, ont eu une activité syndicale significative à un moment ou un autre de leur itinéraire. C’est ainsi que seules les notices où il est fait mention d’une responsabilité ou d’une influence réelle au sein du mouvement syndical ont été conservées, la seule mention d’une adhésion à une organisation n’étant pas suffisante.

  • 17 J. Chabot, « Les militantes syndicalistes chrétiennes dans le Maitron », La Part des militants, op (...)

17Au regard de notre problématique, la première étape de notre travail a été de déterminer les variables qui devaient nous permettre de faire une lecture pertinente des notices du Dictionnaire. Au départ, notre intention était de couvrir le plus d’aspects possible de la vie des militantes. Nous avions donc retenu 19 variables. Les résultats de l’analyse statistique se sont révélés décevants17. Compte tenu du taux parfois très faible de réponses, il a été nécessaire d’abandonner certaines pistes de recherche. Par exemple, tout ce qui concerne la vie privée – origine sociale, nombre d’enfants, etc. – fait appel à des données trop souvent absentes. Malgré l’intérêt que présente une meilleure connaissance de la vie privée dans l’évaluation des facteurs limitant ou favorisant la participation des femmes à l’action militante, il nous est impossible de procéder à une analyse statistique valable. De la même façon, nous n’avons pu prendre la mesure des activités parallèles ou antérieures à l’action syndicale ainsi que la participation à des mouvements politique et féministe. Nous voulions par-là comprendre les cheminements les plus susceptibles de mener au militantisme syndicale et vérifier ainsi l’hypothèse selon laquelle l’expérience militante est souvent vécue de manière diverse par celles qui s’y adonnent. Pour appréhender ce type d’informations, il nous faudra recourir à d’autres méthodes que l’analyse statistique.

18En conclusion, il faut reconnaître que le portrait du militantisme féminin chrétien ressemble davantage à un instantané saisi lors d’un moment particulier de l’engagement syndical qu’à un album de famille donnant à voir l’ensemble d’un itinéraire militant. Nous retiendrons donc les éléments pour lesquels nous disposons de données suffisantes de manière à tracer une esquisse du portrait des militantes syndicalistes chrétiennes de l’entre-deux-guerres soit, la durée de la vie militante, la région d’implantation, le métier et l’état civil.

  • 18 C. Pennetier, « Deux ou trois choses que je sais du Maitron », op. cit., p. 11.

19À plusieurs occasions, Claude Pennetier, co-directeur de la quatrième série du Maitron, a souligné combien le critère de la durée représente un élément important dans la définition du militant, au moins en ce qui concerne la période de l’entre-deux-guerres18. Notre hypothèse est que, à l’instar de nombreux militants du mouvement ouvrier, les syndicalistes chrétiennes ayant occupé des postes de responsabilité au sein de leurs organisations ont eu une vie militante suffisamment longue pour doter celles-ci d’objectifs précis ainsi que des moyens pour les atteindre.

20En principe, la mesure de la durée de la vie militante représente un travail relativement facile puisque l’on doit retenir la date du début de l’entrée dans la vie militante et la date qui en marque le retrait. En pratique, l’établissement de la durée de la vie militante n’est pas si simple. Pour de nombreuses biographies nous ne disposons pas de données aussi précises. Plusieurs centaines de notices se contentent de souligner une périodisation assez large à l’intérieur de laquelle les militantes ont exercé leurs activités syndicales. À partir de la lecture de celles-ci, on est toutefois en mesure d’induire que cette période d’activité dépasse généralement une année pour s’étendre sur plusieurs mais il n’est pas possible d’en fixer précisément le terme. Retenons toutefois que ces notices portent généralement une indication minimale de temps : on y mentionne soit les dates du début ou de la fin de la vie militante, soit une date particulière qui souligne une action significative.

21Il est bien difficile de rendre compte très précisément de la durée de la vie militante. Aussi avons-nous opté pour un découpage de la période comprise entre 1914-1939 inclusivement – c’est-à-dire la chronologie de la quatrième période du Maitron – en cinq tranches. Pour chacune des militantes nous avons indiqué la période marquant le début et la fin de la militance. La périodisation se présente comme suit : 1914-1919 ; 1920-1924 ; 1925-1929 ; 1930-1934 ; 1935-1940. Pour des fins statistiques, nous avons supposé que la première date de la période marque le début de la vie militante et la dernière le retrait. Nous avons ainsi établi le nombre exact des arrivées et des départs des militantes pour chacune des variables selon les périodes.

  • 19 Pour le détail des calculs effectués, J. Chabot, Le syndicalisme féminin chrétien en France de 189 (...)

22À partir des informations dont nous disposons, nous cherchons à évaluer la durée moyenne de la vie militante. Rappelons que nous avons retenu l’hypothèse selon laquelle chaque militante commence sa vie active l’année qui marque le début d’une période et la quitte l’année qui clôt une période. Sur les 1 000 notices retenues, nous avons pu estimer la durée de la vie militante pour 972 biographies. Nous avons regroupé les notices en fonction de leur appartenance à une centrale syndicale de manière à pouvoir les comparer19. Le tableau 2 présente les résultats de nos calculs.

Centrales

Moyenne d’années par militante

CGT (1914-1940)

8,00

CFTC (1919-1940)

7,69

CGTU (1922-1935)

6,03

CGT et CGTU (1914-1940)

14,68

Autres (1919-1940)

6,78

Non précisée (1919-1940)

6,00

Tableau 2. Durée moyenne de la vie militante selon les centrales syndicales

  • 20 A.-M. Gingras, et al., Sexes et militantisme, op. cit., p. 83-85.

23Ces résultats appellent quelques commentaires : premièrement, ce sont les militantes ayant une double appartenance syndicale – CGT et CGTU – qui possèdent la moyenne la plus élevée. La durée de leur vie militante calculée à partir des notices du dictionnaire témoigne d’un engagement manifeste dans le monde syndical. À n’en pas douter, leur solide expérience en fait des militantes chevronnées. Il faut d’ailleurs noter que la majorité d’entre elles – 47 sur 57 militantes c’est-à-dire 82,5 % – possède une autre expérience militante soit dans un parti politique, soit dans un groupe féministe ou pacifiste. Cette expérience est souvent parallèle au militantisme syndical. Il semble donc que le militantisme dispersé ou parallèle, loin de nuire à l’engagement syndical lui soit plutôt favorable. C’est ce que tendent à confirmer pour des périodes plus récentes les recherches menées par les sociologues20.

  • 21 L. Rioux, Clefs pour le syndicalisme, Paris, Éditions Seghers, 1972, p. 47.
  • 22 A.-M. Sohn, « Exemplarité et limites de la participation féminine à la vie syndicale : les institu (...)

24Deuxièmement, ce sont les militantes de la CGTU qui possèdent la plus faible moyenne avec un peu plus de cinq ans de militantisme. Il faut évidemment tenir compte de l’existence plus courte de la centrale qui défavorise les militantes unitaires (1922-1935). Cependant, selon Lucien Rioux, le rythme de la vie militante au sein de la centrale unitaire serait différent de celui qui prévaut au sein des autres organisations, en ce qu’il serait plus exigeant. Les militants et même les adhérents surchargés de travail décrocheraient plus rapidement à cause des difficultés de la vie syndicale21. Il faut également rappeler le fait que la représentation des femmes à la Confédération unifiée n’a cessé de diminuer durant les années trente22 De la même manière, les syndicalistes chrétiennes sont désavantagées par rapport aux cégétistes puisque nous avons établi le calcul de la durée de la vie militante à compter de l’année de la fondation de la CFTC en 1919. Néanmoins, les chrétiennes militent en moyenne une peu plus de sept années et nous savons que certaines d’entre elles – 27 sur 204 – commencent leur vie militante avant 1919. Si l’on tient compte des années comprises entre 1914 et 1919, les chiffres ainsi obtenus sont tout à fait comparables et même un peu supérieurs à ceux de la CGT avec une moyenne de 8,25 années par militantes.

25Troisièmement, nous avons établi la moyenne générale pour l’ensemble du fichier en additionnant les années militées et en les divisant par le nombre total de militantes. La moyenne s’établit à 7,52 années par militante. Les syndicalistes chrétiennes atteignent donc un chiffre moyen qui ne les distingue guère de l’ensemble de notre population en ce qui concerne cet aspect de la vie militante.

26À terme, que peut-on en conclure ? Tout d’abord, en l’absence de travaux plus complets sur l’ensemble des notices du Dictionnaire, il nous est impossible d’effectuer des comparaisons avec d’autres groupes de militantes ou de militants. Par exemple, il aurait été intéressant de savoir si les femmes militent plus ou moins longtemps que les hommes. Compte tenu des rôles sociaux de sexes qui imposent aux femmes les tâches reliées à l’entretien du foyer et à l’éducation des enfants, on peut supposer que ces dernières demeurent moins longtemps présentes dans la vie militante. Par ailleurs, la durée moyenne de la vie militante étant plus ou moins sept années, il est difficile d’en mesurer l’importance sur le développement des organisations. Dans le cas des syndicats chrétiens, est-ce suffisant pour les doter d’une organisation structurée, d’objectifs précis ainsi que des moyens pour les atteindre ? Pour répondre à cette question, ne faudrait-il pas connaître le temps nécessaire à un syndicat pour s’enraciner dans un milieu et s’y développer ? On peut également se demander si la permanence d’une direction militante assure pour autant le dynamisme de l’organisation ? Nous rencontrons ici deux problèmes bien différents sur lesquels il nous faudra éventuellement revenir. Une chose est sûre, pour assurer sa croissance et rencontrer ses objectifs, toute organisation doit profiter d’une certaine stabilité. À partir du moment où les militantes chrétiennes demeurent plusieurs années au sein de leur syndicat, on peut répondre par l’affirmative à la question telle que nous l’avions initialement formulée. Mais pour répondre à notre seconde interrogation, à savoir si la permanence d’une élite syndicale est nécessaire pour en assurer l’expansion et la vigueur, il nous faut pousser plus avant notre recherche et tenir compte d’un ensemble plus large de facteurs.

27Le deuxième élément du portrait que nous cherchons à tracer concerne la région d’implantation. Le Maitron nous renseigne assez précisément sur la région où s’exerce l’activité militante. Le tableau 3 dresse la carte de l’implantation géographique du militantisme féminin.

28Ce tableau nous permet de confronter la géographie du militantisme féminin chrétien à celle de l’ensemble des militantes syndicalistes. Il rend également possible la comparaison entre Paris et les autres régions d’implantation. Mis en parallèle avec d’autres sources, il nous aide à évaluer le lien entre le nombre des militantes et celui des adhérentes. Finalement, il peut nous aider à préciser le rapport entre l’élite militante et l’implantation d’une organisation durable et vigoureuse.

Tableau 3. Répartition des militantes syndicales selon la région d’implantation (1914-1939)

29Le militantisme des syndicalistes chrétiennes tel qu’il se dessine à travers les notices du Maitron offre certaines particularités par rapport à l’ensemble de notre population militante. Les militantes chrétiennes sont davantage représentées dans les régions de la Basse-Normandie, la Bretagne, la Champagne-Ardennes, la Lorraine et le Midi-Pyrénées. On peut également inclure dans cette liste les régions du Nord, des Pays de la Loire et la région parisienne, bien que la différence soit ici beaucoup plus ténue. En revanche, les militantes chrétiennes se retrouvent relativement sous-représentées (environ 2 % de moins) dans les régions de l’Aquitaine, la Bourgogne, le Centre, la Haute-Normandie, le Languedoc-Roussillon, le Poitou-Charente, la région Rhône-Alpes et, avec un écart plus sensible, en Provence-Côte d’Azur.

30Globalement, la carte du militantisme syndical chrétien n’est pas radicalement différente de celle de l’ensemble des militantes syndicalistes. Les écarts demeurent peu importants. Il y a toutefois trois exceptions à cette règle : la Basse-Normandie, la Bretagne et la Provence-Côte d’Azur. Dans ces régions, l’écart paraît nettement plus important. Dans le cas de la Basse-Normandie et de la Bretagne, la vigueur du militantisme féminin chrétien ne saurait nous surprendre puisqu’il s’agit de régions traditionnellement catholiques. Les syndicats féminins semblent avoir profité de cet environnement favorable pour développer une action régionale significative. Nous retrouvons ici l’expression tangible de cette réalité.

  • 23 P. Ardoin, Le Syndicalisme ouvrier chrétien en Provence, 1884-1935, Marseille, Bureau de la Presse (...)
  • 24 M. Perroy, Dans la lumière de Rerum Norarum, Georgette des Isnards, Paris, Éditions Spes, 1933.

31Quant à la région de Provence-Côte d’Azur, la faiblesse de la représentation militante féminine chrétienne peut surprendre, car Marseille et sa région ont connu un développement important et précoce du mouvement syndical chrétien23. Rappelons qu’à la veille de la naissance de la CFTC en 1919, Marseille compte parmi les cinq unions régionales affiliées à la Fédération du boulevard des Capucines. Selon Paul Ardoin, en 1921, ces organisations regroupent autour de 2 000 adhérentes. Dans les années vingt, l’Union provençale, qui regroupe les syndicats féminins de Marseille, Nice, Cannes et Arles, est animée par la vibrante personnalité de Georgette des Isnards dont l’action sociale s’inspire directement de celle d’Andrée Butillard24. Dans ce cas-ci, la carte du militantisme féminin telle que la dessine le Maitron marque un léger décalage par rapport à l’implantation réelle des organisations féminines. En effet, compte tenu de ce que nous savons de l’évolution des syndicats chrétiens dans cette région, on pourrait s’attendre à trouver dans le Dictionnaire un nombre plus significatif de militantes issues de cette région.

  • 25 « Effectifs féminins recensés au cours de l’année 1938 », APGT. En haut du document, une note manu (...)

32Cependant à y regarder de près, la distorsion semble moins importante qu’elle n’y paraît. Bien que la région marseillaise compte sur des organisations dynamiques, cette activité se limite en fait aux villes de Marseille, Aix-en-Provence et dans une moindre mesure à Arles. Et c’est bien dans les Bouches-du-Rhône que nous retrouvons l’essentiel des militantes répertoriées dans le Dictionnaire biographique, puisque les 2/3 proviennent de cette région. Ailleurs, dans les Hautes-Alpes, le Vaucluse ou les Alpes-Maritimes, les organisations féminines paraissent survivre péniblement. Cette impression se confirme lorsqu’on étudie la carte des effectifs des syndicats féminins. Pour la période de l’entre-deux-guerres, la seule indication précise du nombre d’adhérentes des syndicats féminins chrétiens que nous possédons provient des archives personnelles du secrétaire général de la CFTC, Gaston Tessier25. Il s’agit d’une liste détaillée des effectifs féminins recensés par département au cours de l’année 1938. Les informations très ponctuelles qu’on y retrouve traduisent l’état du syndicalisme féminin chrétien après la vague de syndicalisation de 1936 et présentent sans doute des différences par rapport à l’ensemble de la période. Cela étant dit, le tableau qui en ressort demeure assez semblable à celui tracé par Michel Launay au moment de la naissance de la CFTC : la centrale chrétienne possède toujours les mêmes lignes de force. Il nous paraît donc pertinent de l’utiliser à titre comparatif de façon à mieux saisir l’implantation des militantes chrétiennes.

33Pour les Bouches-du-Rhône, on compte 1 811 adhérentes alors que pour l’ensemble des autres départements (Hautes-Alpes, Basses-Alpes, Alpes-Maritimes, Var, Vaucluse) les effectifs des organisations féminines ne dépassent pas le chiffre de 735. On est donc en mesure d’affirmer qu’à partir des données dont nous disposons, la répartition par département des adhérentes, par rapport à celles de militantes, est proportionnellement assez juste. Par ailleurs, au niveau de l’implantation régionale, la Provence-Côte d’Azur ne représente pas plus de 3 % de l’ensemble des effectifs des syndicats féminins en 1938. Le Dictionnaire paraît donc assez conforme à cette réalité. Quoi qu’il en soit, et pour conclure, on peut déplorer que le Maitron n’offre pas un portrait plus complet du militantisme féminin chrétien dans cette région, mais ici comme ailleurs le Dictionnaire est tributaire de l’état de la recherche.

34À partir de ce que nous savons de la répartition des adhérentes en 1938 sur la base du document fourni par les archives de Gaston Tessier, examinons quelles sont les grandes régions d’implantation du syndicalisme féminin chrétien et comparons-les à notre tableau de l’implantation des militantes. La région parisienne domine avec 18 147 adhérentes sur 85 489, soit 22,2 % des effectifs féminins. Du côté des militantes, nous arrivons à un pourcentage légèrement supérieur puisqu’il est de 24,76 %. Cette domination parisienne ne saurait nous surprendre. Est-il nécessaire de rappeler que la région de la capitale représente le plus important foyer commercial, financier et industriel de la France ? Par ailleurs, c’est à Paris que sont nées les deux grandes fédérations de syndicats féminins et c’est là que loge leur siège social. Pour les années 1920-1930, Paris constitue le point d’ancrage majeur des syndicats chrétiens.

  • 26 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 303-304.
  • 27 C. Bard, Les femmes et la CFTC, op. cit.

35La deuxième région en importance pour les syndicats féminins chrétiens est le Nord. Selon Michel Launay, en 1919, le Nord compte pour 20 % de l’ensemble des effectifs et en 1936 il demeure l’élément fondamental dans la vie de la centrale26. En 1938, les syndicats féminins chrétiens y recrutent plus de 14 000 adhérentes, ce qui représente 16,8 % du total des effectifs. Avec 4,37 % des militantes, le Dictionnaire biographique ne reflète absolument pas le dynamisme de ces organisations. On doit évidemment s’interroger à savoir si la carte des militantes correspond nécessairement à celle des adhérentes. L’écart demeure trop important pour ne retenir que cette seule explication. Notre tableau géographique du militantisme féminin chrétien présente une lacune majeure. Pour une meilleure connaissance des militantes du Nord nous devrons utiliser d’autres travaux de façon à repérer les figures de proue du syndicalisme féminin dans cette région27.

36Tout comme la région du Nord, l’Alsace souffre d’une sous-représentation dans notre tableau des régions d’implantation. Toutefois, l’écart est nettement moins important puisqu’en 1938 le nombre des adhérentes s’élève à 2 623, soit un peu plus de 3 % des effectifs féminins, alors que selon nos chiffres celui des militantes se situe à un peu moins de 1 %. Aux arguments déjà évoqués pour expliquer cette disparité dans le cas de la région du Nord, il faut ajouter pour l’Alsace la place particulière qu’elle occupe dans l’ensemble du syndicalisme chrétien. À l’instar des syndicats masculins, les organisations féminines alsaciennes ne sont pas intégrées à l’une des deux grandes confédérations féminines. Pour reprendre une expression chère à Launay, elles se développent de manière tout à fait autonome par rapport au mouvement syndical féminin de « l’intérieur ». Cette caractéristique des organisations alsaciennes contribue sans doute à notre méconnaissance de leurs militantes régionales.

37À partir de la carte du militantisme que nous avons dressé, la troisième région en importance pour les organisations féminines est celle de la Loire avec plus de 11 % du total des militantes. Si le Nord est nettement sous-représenté par rapport au nombre des adhérentes, la Loire, quant à elle, est sur-représentée puisqu’on compte 4 122 adhérentes en 1938, soit un pourcentage qui se situe à 4,8 % du total des effectifs. Cet écart important s’explique par plusieurs facteurs. Premièrement, au risque de nous répéter, le Maitron est une œuvre collective qui dépend en grande partie de l’état de la recherche mais aussi de l’apport des correspondants régionaux. La Loire semble avoir bénéficié d’une bonne couverture au moins en ce qui a trait aux organisations féminines chrétiennes. Deuxièmement, malgré un nombre relativement modeste d’adhérentes, les organisations de la région et notamment celles de la ville de Nantes semblent profiter du dynamisme de leurs militantes. À titre d’exemple, retenons le fait que ces organisations régionales ont fondé deux organes de presse, La Ruche angevine et l’Hermine, en plus de collaborer aux journaux syndicaux mixtes comme La Correspondance syndicale de l’union départementale de la Sarthe. Troisièmement, la mise sur pied d’une presse régionale contribue au rayonnement des organisations féminines et favorise une meilleure connaissance des militantes actives sur le terrain local. Tout comme le Nord, les pays de la Loire témoignent d’une vie régionale autonome et active. C’est d’ailleurs sur le plan de l’action régionale que les militantes concentrent leurs efforts et bien qu’aucune d’entre elles n’émerge au niveau national, leurs organisations profitent de leur engagement dans la communauté locale. À titre d’exemple, on peut citer le nom de Mlle Boutet qui crée le premier syndicat féminin d’employées en 1919. Jugeant que l’absence d’une formation adéquate nuit grandement aux jeunes filles en quête d’un emploi rémunérateur, elle fonde alors une école d’enseignement technique où elle prodigue des cours de français et de comptabilité. À compter de cette date et jusqu’à sa mort en 1935, elle occupe le poste de secrétaire générale des syndicats féminins du Mans et celui de vice-présidente de l’Union départementale CFTC. En conclusion, on doit noter que dans le cas des pays de la Loire, la représentation des militantes chrétiennes dans le Maitron reflète bien l’intensité de la vie des organisations féminines dans cette région.

38Finalement, un mot sur la région Rhône-Alpes où, selon notre tableau, l’on retrouve près de 7 % des militantes chrétiennes. Cette région comprend au moins trois grands centres de développement du syndicalisme chrétien avec Lyon, Grenoble et Saint-Étienne. À l’instar de leurs collègues des syndicats masculins, les organisations féminines jouissent d’un terreau favorable qui assure leur développement. D’une part, la région profite d’une activité industrielle florissante suscitant l’extension précoce d’un mouvement ouvrier organisé, d’autre part, à compter de la fin du XIXe siècle, l’action sociale catholique connaît un développement important autour de militants comme Marius Gonin, fondateur en 1892 de la Chronique des comités du Sud-Est qui devient en 1909 la Chronique sociale de France. Il est bon de rappeler que c’est à Lyon en 1899 que Marie-Louise Rochebillard fonde les premiers syndicats féminins chrétiens. Quelques années plus tard, en 1906, à Grenoble, Cécile Poncet et un groupe de jeunes ouvrières organisent les syndicats de l’Isère dont le développement se poursuit tout au long des années vingt à l’écart des deux grandes fédérations féminines.

  • 28 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 65.

39Le militantisme syndicaliste chrétien ne peut être assimilé à la seule France catholique et industrielle. Comme le souligne Michel Launay pour expliquer l’implantation et le développement des syndicats chrétiens, il faut davantage qu’une région industrielle développée ou de tradition catholique. Pour qu’il y ait implantation et croissance, il faut bien souvent un catalyseur, un « défricheur », que le monde admire28. À travers les notices du Maitron nous retrouvons quelques-unes de ces organisatrices, figures de proue du syndicalisme féminin chrétien, qui servent de catalyseur au mouvement syndical local et lui permettent de s’enraciner dans une région. On pense à Léonie Vion dans le Nord, secrétaire générale des syndicats professionnels féminins, collaboratrices au Nord Social durant l’entre-deux-guerres. En 1925, elle joue un rôle important lors de la grève des banques et, en juillet 1936, à Lille, elle est une des signataires de la convention collective dans le secteur bancaire. Quelques années auparavant, en 1932, elle reçoit le prix Brellaz, décerné par la CFTC à la meilleure propagandiste. Durant les années trente, son action déborde largement la région du Nord et cette militante de la Confédération des syndicats de l’Abbaye joue un rôle important au niveau national alors qu’elle est la déléguée de l’Abbaye au sein de la Fédération française des syndicats d’employés catholiques qui regroupe les syndicats masculins et féminins.

40La région Rhône-Alpes et celle de la Loire possèdent également bon nombre de ces « défricheurs » du syndicalisme avec Marie-Louise Rochebillard, Cécile Poncet mais aussi Alice Vincent qui, au lendemain de la Première Guerre mondiale, crée les syndicats féminins de Saint-Étienne surtout actifs dans la soierie et la rubanerie. Vincent reçoit le prix Brellaz en 1923 pour son rôle fondamental dans l’organisation des syndicats chrétiens. À l’instar de nombreuses militantes chrétiennes, elle n’hésite pas à investir beaucoup de temps et d’efforts à la mise sur pied de cours de perfectionnement et de services syndicaux. Elle participe à de nombreuses commissions départementales liées soit à l’enseignement technique soit à des questions relatives aux salaires. On pourrait également citer sa collègue, Augustine Mathias, ouvrière dans les ornements d’églises, syndiquée depuis 1904, secrétaire générale des syndicats féminins lyonnais et de l’Union féminine du Sud-Est, qui en 1924, obtient à son tour le prix de la meilleure propagandiste. Par ailleurs, il faut noter combien ces militantes connaissent à fond les questions régionales intéressant particulièrement les ouvrières et les employées.

41Le rôle de ces défricheurs du syndicalisme chrétien s’avère souvent fondamental, surtout dans les régions où le mouvement syndical ne peut profiter d’un terreau propice à son action en l’absence d’une tradition catholique. C’est le cas dans la région de l’Aquitaine et plus précisément en Gironde où les syndicats féminins chrétiens possèdent de solides assises notamment chez les employées du commerce et de l’industrie. Ici, c’est la secrétaire générale des syndicats féminins, Mlle Labadie, qui joue le rôle « d’embrayeur du syndicalisme », selon l’expression de Michel Launay. Dans la région de Bordeaux, elle organise des cours de formation et anime des journées d’étude sur le syndicalisme chrétien. Elle œuvre également au plan national à la Fédération française des syndicats d’employés catholiques ainsi qu’à l’Union centrale de l’Abbaye. On peut aussi citer le nom de Marie-Louise Salin dont l’engagement dans l’organisation de cours professionnels a grandement favorisé le développement des syndicats féminins de Nevers. En 1926, cette employée, présidente du syndicat féminin, reçoit le prix de la meilleure propagandiste décerné par la Fédération du boulevard des Capucines. En dernier lieu, mentionnons le nom de Germaine Lescaud, présidente du Syndicat des employées de Blois, qui, à compter de 1920, a travaillé avec beaucoup d’ardeur à l’organisation de services pratiques et à la propagande syndicale. En 1924, elle devient permanente syndicale tout en assurant la bonne marche des cours professionnels destinés aux jeunes ouvrières.

42Le tableau que nous avons établi à partir des notices du Dictionnaire correspond, dans ses grandes lignes, aux données dont on dispose sur l’implantation des syndicats féminins. À l’exception du Nord et dans une moindre mesure de l’Alsace, on y retrouve les militantes d’envergure, c’est-à-dire les « personnalité phares » qui jouent le rôle de catalyseur en favorisant l’enracinement et le développement du syndicalisme féminin dans les régions dont la géographie correspond souvent, mais pas toujours, à celle de la France catholique et industrielle. Cette conclusion ne nous surprend guère, car si le mouvement syndical féminin chrétien possède des caractéristiques qui le distinguent de son homologue masculin et des autres groupements syndicaux, il n’en demeure pas moins qu’il s’inscrit dans la mouvance historique du mouvement ouvrier. Dans cette perspective, il ne saurait progresser en vase clos, coupé de la France industrielle et des classes populaires.

43Le métier constitue le troisième élément du tableau du syndicalisme féminin que nous cherchons à tracer. Aussi surprenant que cela puisse paraître le métier n’est pas toujours indiqué dans les notices du Dictionnaire. Encore une fois, ce sont surtout les courtes notices qui ne fournissent pas ce type d’information. C’est ainsi que sur 1 000 notices, nous ne disposons pas de cette information pour 130 militantes. Le tableau 4 présente les résultats obtenus.

Métier

Militantes chrétiennes

Toutes les militantes

Employées

90

197

Ouvrières

51

252

Institutrices

8

362

Infirmières

8

23

Autres

8

36

Total

165

870

Tableau 4. Répartition des militantes syndicales selon le métier (1914-1939)

44À la lecture des résultats, on constate une forte représentation de la profession d’institutrice avec 362 notices sur 870, soit 44,6 % de notices pour lesquelles nous possédons cette information. Cette prédominance dans le Maitron reflète leur engagement manifeste dans la sphère publique. En effet, les institutrices ont été nombreuses à militer activement dans les syndicats mais également dans les mouvements et les partis politiques.

  • 29 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 215.
  • 30 S. Zerner, « De la couture aux presses : l’emploi féminin entre les deux guerres », Le Mouvement s (...)

45En ce qui concerne les chrétiennes, il faut noter la présence importante des employées. Cela ne saurait nous surprendre. Dans son étude d’ensemble sur la CFTC, Michel Launay a bien montré que, durant les années 1920-1930, environ 60 % des effectifs de la centrale sont des employés29. Avec un pourcentage de 54,6 % d’employées parmi les militantes chrétiennes, le Dictionnaire est très proche des chiffres fournis par Launay. Cependant, la présence massive des employées parmi les militantes chrétiennes reflète-t-elle de manière assez juste leur place et leur rôle au sein des fédérations féminines ? Malheureusement, pour la période de l’entre-deux-guerres – à l’exception des années 1918-1919 – nous ne possédons que peu de chiffres précis concernant la répartition des effectifs pour chacun des syndicats au sein des fédérations féminines. Cependant, nous savons qu’en 1918,1’Union des syndicats de l’Abbaye compte déjà plus de 15 000 membres et que plus de 9 200 d’entre eux appartiennent aux deux syndicats des dames employées et des sténo-dactylographes. C’est dire qu’en 1918 plus de 61 % des syndiquées de l’Union centrale proviennent des deux groupements d’employées. Quant à la Fédération du boulevard des Capucines, les chiffres que nous possédons pour l’année 1919 font état d’un nombre total de 11 000 adhérentes. Sur ce nombre, 7 500 proviennent du Syndicat des dames employées, leur pourcentage se situe donc à un peu plus de 68 %. Il ne nous semble pas exagéré d’affirmer que cette prédominance des employées s’est poursuivie tout au long des années 1920-1930 d’autant qu’au niveau du marché du travail, le monde des employés est alors en pleine féminisation. En effet, le pourcentage des femmes parmi les employés est passé de 11,08 % en 1906 à 31,09 % en 193130. En conclusion, on peut affirmer qu’en ce qui concerne les deux fédérations féminines, le nombre des adhérentes issues des syndicats d’employées dépasse la barre des 60 %. Leur représentation parmi les militantes paraît donc conforme au rôle majeur qu’elles jouent au sein des organisations féminines chrétiennes.

  • 31 M. Rebérioux, « Le mouvement syndical et les femmes jusqu’au Front populaire », Le Féminisme et se (...)

46Le deuxième groupe en importance chez les chrétiennes est celui des ouvrières avec 30,9 % des militantes. Il est intéressant de noter que 39 des 51 ouvrières appartiennent à la branche de l’habillement : couturière, gantière, bonnetière, brodeuse, etc. La couture et le textile constituent les deux principaux secteurs d’enracinement des syndicats féminins en milieu ouvrier. Encore une fois, ce phénomène possède des racines historiques puisque c’est pour venir en aide aux ouvrières de la couture à domicile et dans les petits ateliers que les syndicats féminins chrétiens ont été fondés. Les autres militantes viennent essentiellement des secteurs de la chaussure et du carton. En conclusion, soulignons que c’est dans le milieu de la petite industrie et des métiers traditionnels féminins que les syndicats chrétiens recrutent l’essentiel de leurs militantes issues du milieu ouvrier. Pourtant, depuis la Première Guerre, les femmes investissent de plus en plus les secteurs de la mécanique et de la métallurgie mais les syndicats féminins en demeurent absents31. Dès lors, les milieux ouvriers de la grande entreprise et des secteurs modernes de la production industrielle leur échappent totalement.

  • 32 AAP, série 3 KI – 1 – (d).

47Le nombre peu élevé d’institutrices – moins de 5 % des militantes chrétiennes – s’explique avant tout par la situation particulière de l’enseignement privé en France durant cette période. Il n’est pas de notre ressort d’examiner les problèmes liés à cette question. En revanche, il faut souligner les difficultés rencontrées par le Syndicat des institutrices privées fondé en 1902. Affilié à l’Union centrale de l’Abbaye, il fournit au départ la majorité des dirigeantes de l’Union. Cependant, très rapidement, sa croissance stagne alors que certaines de ses adhérentes passent au Syndicat des dames employées. Il semble que ce soit les piètres conditions de travail dans le secteur privé et l’incapacité du syndicat à y apporter des solutions qui soient responsables de cette situation. Durant l’entre-deux-guerres, les effectifs du Syndicat des institutrices privées ne dépassent pas le millier d’adhérentes32.

  • 33 AAP, série 3 KI – 1 – (b) et (d).

48Quant aux infirmières, elles sont issues du Syndicat national des infirmières et des travailleuses sociales dont le recrutement est limité, entre autres, par des problèmes d’organisation interne et de reconnaissance professionnelle. Tout au long des années trente, le syndicat connaît des difficultés du fait qu’il groupe deux professions bien distinctes : les infirmières hospitalières et visiteuses et les assistantes du service social. Il faut attendre les événements entourant les grèves de 1936 – notamment la possibilité d’établir des conventions collectives – pour qu’une solution s’impose. À la suite de nombreuses discussions auxquelles participent le secrétaire général de la CFTC, Gaston Tessier, et les représentantes des deux syndicats, la création de trois organisations distinctes est décidée : un syndicat professionnel des assistances sociales, un syndicat des infirmières hospitalières et visiteuses et assistantes sociales de services d’hygiène, et enfin un syndicat d’éducatrices familiales. Désormais, ces syndicats forment l’Union inter-syndicale des infirmières et travailleuses sociales33. On comprend aisément que toutes ces questions d’organisation monopolisent les militantes chrétiennes et entravent pendant de nombreuses années le développement de leurs syndicats.

49À la lecture de nos résultats un constat s’impose : durant la période de l’entre-deux-guerres, le militantisme féminin chrétien est dominé par le monde des employées. Alors que celles-ci représentent 22,6 % de l’ensemble de notre population, elles comptent pour 54,6 % des chrétiennes. Ces employées viennent à la fois du public – essentiellement des PTT dont sont issues des militantes passionnées et très actives – mais surtout du privé. Pour ce que nous en savons, bon nombre d’entre elles travaillent dans le secteur des banques et des assurances mais aussi dans le commerce et notamment les grands magasins. Une dernière remarque concernant le métier. Il ne faudrait pas minorer le rôle et la place des ouvrières. Bien qu’elles soient moins nombreuses à militer au sein des groupements féminins, elles représentent tout de même 31 % des militantes. Ce pourcentage est semblable à celui de l’ensemble de notre population qui se situe à 29 %.

50Une quatrième approche du tableau du militantisme féminin durant l’entre-deux-guerres concerne le statut civil. Sur 1 000 notices nous possédons cette information pour 662 militantes. Le tableau 5 présente les résultats obtenus.

Statut civil

Militantes chrétiennes

Toutes les militantes

Mariées

21

379

Célibataires

129

255

Divorcées et séparées

0

15

Veuves

0

13

Total

150

662

Tableau 5. Répartition des militantes selon leur statut civil (1914-1939)

51Ces résultats permettent de dégager un trait original du militantisme des syndicalistes chrétiennes eu égard à l’ensemble de notre population. En effet, 86 % des chrétiennes dont le statut civil est mentionné sont célibataires. Ce pourcentage est nettement supérieur à la proportion affichée dans l’ensemble du fichier qui se situe à 38,5 %. Seulement 14 % des syndicalistes chrétiennes sont mariées alors que ce chiffre s’élève à 57,3 % pour l’ensemble de notre population statistique.

  • 34 Centrale de l’enseignement du Québec, Enquête sur le militantisme des femmes à la CEQ, XXIXe congr (...)
  • 35 S. Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé, op. cit., p. 84.

52Ces chiffres appellent un commentaire. L’idée généralement admise selon laquelle les militantes sont majoritairement célibataires et sans enfant n’est pas validée à partir des résultats que nous obtenons. Pourtant, selon les enquêtes sociologiques menées en Europe et en Amérique portant sur des groupes mixtes de militants, la famille semble davantage handicaper le militantisme des femmes. Par ailleurs, des recherches ont également montré que plus les femmes occupent un poste élevé dans la hiérarchie syndicale, plus la famille est perçue comme une contrainte à l’engagement. Selon une enquête réalisée à la Centrale de l’enseignement du Québec, la double tâche de travail – soit le travail ménager et les soins apportés aux enfants – constitue selon les syndiquées les deux entraves majeures au militantisme féminin34. Notre fichier ne nous donne pas assez d’information concernant le nombre d’enfants pour qu’on puisse en tirer une quelconque conclusion. Cependant, il faut peut-être nuancer l’importance de ce facteur dans les contraintes à l’engagement puisque selon les statistiques, en 1950, les 3/4 des femmes en France ont entre zéro et deux enfants35. En revanche, les militantes syndicalistes répertoriées dans le Maitron sont majoritairement mariées même si la proportion des célibataires n’est pas négligeable puisqu’elle se situe à 39 %. Pour juger du caractère représentatif du Dictionnaire il faudrait pouvoir le comparer à d’autres sources pour la même période. Malheureusement nous ne disposons pas de telles informations. Quoi qu’il en soit, dans le cas qui nous intéresse, les chrétiennes se distinguent suffisamment de l’ensemble des militantes pour qu’il soit nécessaire de suggérer quelques éléments de réflexion susceptibles d’éclairer cet aspect particulier de leur militantisme.

53Devant un phénomène qui semble aussi massif, ne faut-il pas évoquer la possibilité de motivations qui soient spécifiques aux militantes chrétiennes ? En l’absence à peu près complète d’entrevues ou de récits autobiographiques, il est difficile de comprendre la nature de ces motivations. Toutefois, une lecture des sources permet de dégager les procédés d’argumentation par lesquels les syndicalistes chrétiennes expliquent leur choix – et donc implicitement leur condition de célibataire – qui les situe en marge des normes sociales de l’époque. Cette étude nécessaire fera l’objet de notre prochain chapitre.

54Que doit-on conclure à la suite de ce portrait général des militantes chrétiennes durant l’entre-deux-guerres ? Tout d’abord, en ce qui a trait au métier et à l’état civil, le tableau que nous obtenons à partir de notre corpus nous permet d’affirmer que les militantes chrétiennes se distinguent nettement de l’ensemble des militantes. Cependant, en ce qui concerne la région d’implantation, les lignes de force du syndicalisme féminin chrétien ressemblent fortement à celles du mouvement syndical dans son ensemble et demeurent celles de la France industrielle. Par ailleurs, les militantes chrétiennes ne se distinguent guère quant à la durée de la vie militante, mais nous avons montré combien il est difficile d’établir de manière précise la durée exacte du militantisme féminin durant l’entre-deux-guerres.

55Résumons-nous : la majorité des militantes chrétiennes est regroupée dans la capitale française, mais celles-ci sont également actives dans certaines régions industrielles et/ou de traditions catholiques. Elles proviennent majoritairement du monde des employées sans être toutefois totalement absentes des métiers traditionnellement féminins. Célibataires, et donc sans charge de famille, elles n’hésitent pas à s’investir à long terme dans l’organisation syndicale et paraissent en mesure de la doter d’une structure stable et de développer un action revendicative cohérente avec les objectifs poursuivies.

56À partir d’une étude qualitative basée sur la biographie individuelle relatant l’itinéraire souvent typique mais parfois exceptionnel de quelques militantes, nous espérons explorer certains aspects de leur parcours qui nous sont jusqu’ici demeurés étrangers et si possible contribuer à une meilleure connaissance de la vie militante. Toutefois, il faudra demeurer sensible à ce qu’il y a de représentatif dans ces biographies individuelles mais aussi à ce qui peut venir contredire les généralités que nous avons établies à partir de l’analyse statistique. Personnalités phares du syndicalisme féminin chrétien, figures de proue du militantisme, les dirigeantes des organisations féminines représentent les cas limites – et sans doute magnifiés – d’un engagement qui ressemble fort à un don total de soi pour un idéal vertueux, celui d’une société rénovée selon les principes de la doctrine sociale chrétienne.

Notes

1 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 27-28.

2 Il faut signaler les travaux de C. Bard même s’ils ne portent pas directement sur le militantisme : Les Femmes et la CFTC à travers le « Nord social » 1920-1936, mémoire de maîtrise, Université de Lille, 1987.

3 J. Kirkpatrick, Political Woman, N. Y., Basic Books, 1974. V. Sapiro, The Political Integration of Women : Roles Socialization and Politics, Urbana, University of Illinois Press, 1983.

4 E. Costantini, J.D. Bal, « Women in Political Parties : Gender Differences in Motives Among California Party Activists », Political Women : Current Roles in State and Local Government, Berverly Hills, Sage Publications, 1984.

5 A.-M. Gingras, C. Maillé, E. Tardy, Sexes et militantisme, Montréal, Éditions Cidihca, 1989. Les Femmes et le syndicalisme, op.cit.

6 A. Baron, « Gender and Labor History », Work Engendered. New Perspectives on American Labor History, Ithaca, Cornell University Press, p. 1-46.

7 La Femme fonctionnaire, no 3, 25 mars 1925.

8 Cité par J. Billing, Augustine Aubertin, inspiratrice du syndicalisme féminin chrétien d’Alsace, Strasbourg, Éd. du Secrétariat social d’Alsace, 1947, p. 34.

9 J. Bouvier, Mes Mémoires ou 59 années d’activité industrielle, sociale et intellectuelle d’une ouvrière, Poitiers, L’action industrielle, 1936.

10 M.-H. Zylberberg-Hocquard, Féminisme et syndicalisme en France, Paris, Éd. Anthropos, 1978, p. 213 et passim.

11 A. Caudron, « Les militants ouvriers chrétiens du Nord : l’apport du Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine (Lille-Flandres) », Les Dictionnaires biographiques du mouvement ouvrier : lectures, exploitations, apports à l’historiographie, colloque international, nov. 1993.

12 M. Perrot, « Le Dictionnaire comme "lieu de mémoire" », La Part des militants, (sous la direction de C. Pennetier et al.), Paris, Éditions de l’Atelier, 1996, p. 16.

13 M. Perroy, Une ouvrière apôtre sociale, Maria Bardot, Paris, Éditions Spes, 1931.

14 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français. Quatrième partie, 1914-1939, tomes 16 à 43, (sous la direction de Jean Maitron et Claude Pennetier), Paris, Éditions Ouvrières, 1981-1993.

15 C. Pennetier, « La production du Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français », 74e congrès annuel de la Société historique du Canada, Université du Québec à Montréal, Groupe de discussion « Biographie et histoire », 26 août 1995.

16 C. Pennetier, « Deux ou trois choses que je sais du Maitron », Communisme, no 15-16,1987, p. 12-13.

17 J. Chabot, « Les militantes syndicalistes chrétiennes dans le Maitron », La Part des militants, op. cit., p. 271-284.

18 C. Pennetier, « Deux ou trois choses que je sais du Maitron », op. cit., p. 11.

19 Pour le détail des calculs effectués, J. Chabot, Le syndicalisme féminin chrétien en France de 1899 à 1944 : pratiques et discours d’une culture féminine, thèse pour le doctorat, Université de Paris 8, 1998, tome I, chapitre 2.

20 A.-M. Gingras, et al., Sexes et militantisme, op. cit., p. 83-85.

21 L. Rioux, Clefs pour le syndicalisme, Paris, Éditions Seghers, 1972, p. 47.

22 A.-M. Sohn, « Exemplarité et limites de la participation féminine à la vie syndicale : les institutrices de la CGTU », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juill.-sept. 1977, p. 391-414.

23 P. Ardoin, Le Syndicalisme ouvrier chrétien en Provence, 1884-1935, Marseille, Bureau de la Presse catholique, 1936.

24 M. Perroy, Dans la lumière de Rerum Norarum, Georgette des Isnards, Paris, Éditions Spes, 1933.

25 « Effectifs féminins recensés au cours de l’année 1938 », APGT. En haut du document, une note manuscrite précise que les chiffres fournis sont légèrement inférieurs à la réalité.

26 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 303-304.

27 C. Bard, Les femmes et la CFTC, op. cit.

28 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 65.

29 M. Launay, La CFTC, op. cit., p. 215.

30 S. Zerner, « De la couture aux presses : l’emploi féminin entre les deux guerres », Le Mouvement social, no 140, juillet-septembre, 1987, p. 15.

31 M. Rebérioux, « Le mouvement syndical et les femmes jusqu’au Front populaire », Le Féminisme et ses enjeux, vingt-sept femmes parlent, Centre fédéral FEN, Édilig, 1988, p. 66-67.

32 AAP, série 3 KI – 1 – (d).

33 AAP, série 3 KI – 1 – (b) et (d).

34 Centrale de l’enseignement du Québec, Enquête sur le militantisme des femmes à la CEQ, XXIXe congrès CEQ, 1984, p. 16 et passim.

35 S. Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé, op. cit., p. 84.

Table des illustrations

Légende Tableau 3. Répartition des militantes syndicales selon la région d’implantation (1914-1939)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 435k

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search