Version classiqueVersion mobile

Les Débuts du syndicalisme féminin chrétien en France

 | 
Joceline Chabot

Première partie. De la naissance des syndicats féminins à leur adhésion à la CFTC (1899-1919)

Chapitre III. Naissance et développement de la Fédération française des unions de syndicats professionnels féminins (1909-1918)

Texte intégral

I – Un curé, son vicaire et deux propagandistes

  • 1 C. Rater-Garcette, La Professionnalisation du travail social. Action sociale, syndicalisme, format (...)
  • 2 L. Coons, Women home workers in the Parisian garment industry, 1860-1915, New York, Garland, 1987. (...)

1Durant l’hiver 1909, deux jeunes femmes, Andrée Butillard et Aimée Novo, font la connaissance du curé Soulange-Bodin, qui est alors en charge de la paroisse Notre-Dame-du-Travail dans le XIVe arrondissement de Paris. Le quartier de Plaisance est particulièrement déshérité, c’est pourquoi Soulange-Bodin, un catholique social, a choisi d’y œuvrer pendant vingt-six ans. Avec l’aide de son vicaire Emmanuel Chaptal et de sa sœur, Léonie Chaptal, ils mettent sur pied un certain nombre d’œuvres à caractère social. La paroisse Notre-Dame-du-Travail doit servir de laboratoire pour les catholiques sociaux1. C’est grâce au curé et à son vicaire – ce dernier est chargé des œuvres féminines de la paroisse – que Bouillard et Novo prennent contact avec les ouvrières à domicile, nombreuses dans le quartier2.

  • 3 G. Mény, Le Travail à domicile. Ses misères. Les remèdes, Paris, Librairie Vitte, Marcel Rivière, (...)
  • 4 M. Lévy-Leboyer, La France industrielle, Paris, Larousse, 19 %, p. 182-213.

2Le problème posé par l’exploitation des ouvrières à domicile retient alors l’attention de l’opinion publique. Par exemple, à compter de 1903 et pendant plusieurs années, la Ligue sociale d’acheteurs a organisé une campagne de sensibilisation de l’opinion publique visant à dénoncer les abus du sweating System. Mme Henriette Jean Brunhes, très engagée dans l’action sociale, s’est tout particulièrement intéressée à cette question. En 1906, lors de la Semaine sociale de Dijon, elle fait une présentation sur le thème de « La désorganisation de la famille par le travail à domicile ». Par ailleurs, une enquête effectuée en 1908 par l’Office du travail dans le secteur de la lingerie a révélé les salaires de misère payés aux femmes qui travaillent à domicile. Plus inquiétant encore, loin de reculer, le travail à domicile – aux dires des spécialistes – serait alors en plein développement3. Officiellement, on recensait 690 000 travailleuses à domicile en France en 1906. Officieusement, leur nombre se situerait autour d’un million4. Regroupés au sein de l’Union d’études, fondée en 1902 à Paris autour de personnalités comme Henri Lorin, Albert de Mun, Maurice Éblé et Jean Lerolle, les catholiques sociaux vont s’intéresser tout particulièrement à cette question. En effet, pour plusieurs d’entre eux, le travail à domicile semble la solution au désordre social suscité par le travail hors du foyer des femmes mariées et des mères de famille. Si les catholiques sociaux cherchent le meilleur moyen d’encourager les femmes à travailler à domicile, ils sont, par ailleurs, fort conscients des abus les plus criants dont souffrent les ouvrières à domicile qui ne jouissent d’aucune protection. C’est ainsi que le 2 avril 1909, le député Albert de Mun dépose à la Chambre une proposition de loi pour réglementer le salaire des ouvrières à domicile. Par leurs interventions, les catholiques sociaux visent, d’une part, à sensibiliser l’opinion publique et à faire pression sur le législateur et, d’autre part, à aider les principales intéressées – c’est-à-dire les ouvrières à domicile – à s’organiser et à s’associer pour l’amélioration de leur condition. C’est à cette tâche qu’Andrée Butillard et Aimée Novo, toutes les deux membres de l’Union d’études, vont désormais se consacrer.

  • 5 A. Novo, L’Action syndicale, texte dactylographié, p. 1. AAP, série 3 KI-1 - (d).

3Selon Novo et Butillard, la misère des travailleuses vient de trois causes : leur isolement, leur méfiance à l’égard des autres travailleuses, c’est-à-dire leur absence de solidarité, et la concurrence qu’elles se livrent entre elles pour le plus grand profit des patrons. Une des solutions pour remédier à cette situation désastreuse réside dans la constitution d’un groupement corporatif des travailleuses à domicile. Pour Novo et Butillard, il s’agit bien de créer un syndicat et non une œuvre de bienfaisance ou un patronage5. En janvier 1909, Butillard et Novo s’installent au 38, rue Vercingétorix dans le XIVe arrondissement de Paris et fondent un atelier de couture pour les ouvrières du quartier, car c’est par le biais de l’atelier qu’elles souhaitent intéresser ces dernières au syndicat. En effet, l’atelier de la rue Vercingétorix, en abolissant les intermédiaires – ceux qui traitent directement avec les patrons et qui par la suite se chargent de trouver les ouvrières pour exécuter le travail – fournit du travail à un meilleur salaire. Cependant, les travailleuses doivent d’abord s’inscrire au syndicat avant de profiter des avantages de l’atelier de couture. C’est ainsi que naît en 1909 le Syndicat de la rue Vercingétorix, non pas à la suite d’une grève ou de la mobilisation des travailleuses, mais de la volonté de deux femmes d’origine bourgeoise, militantes convaincues du catholicisme social et qui ont fait leur apprentissage auprès des organisations lyonnaises de Marie-Louise Rochebillard. D’ores et déjà, il est bon de noter que l’organisation syndicale de la rue Vercingétorix – et par la suite la Fédération qui en est issue – en gardera la marque profonde, puisque la majorité des futures militantes sera formée à l’action syndicale par Butillard et Novo.

  • 6 M. Debray, « Histoire de notre fédération », La Travailleuse, no 51, no 1, janv. 1922.

4Mais revenons à ces premières années pour souligner combien les débuts sont modestes. En effet, selon Mathilde Debray, une des premières ouvrières à adhérer au Syndicat de la rue Vercingétorix, l’organisation ne regroupe qu’une vingtaine d’adhérentes, essentiellement des lingères et des confectionneuses6. Qu’à cela ne tienne, pour Butillard et Novo ces quelques syndiquées, grâce à une formation adéquate, constitueront le noyau des premières militantes. Elles deviendront les figures exemplaires du syndicalisme féminin chrétien et pourront témoigner de ce qu’il est possible de réaliser par l’union et l’entraide. Dès lors, la formation devient le mot d’ordre des deux fondatrices : elle doit permettre au syndicat de croître et de durer. Elles décident donc d’organiser dans la crypte de l’église de la paroisse Notre-Dame-du-Travail des causeries afin de sensibiliser les syndiquées à la question sociale et à l’association professionnelle. Ces causeries seront l’embryon des premiers cercles d’études destinés à former les propagandistes de l’action syndicale. Nous aurons l’occasion de revenir ultérieurement sur la formation dispensée par Butillard dans le cadre des cercles d’études. Il nous faut d’abord préciser les buts ainsi que le mode de fonctionnement du Syndicat de la rue Vercingétorix.

I – Buts et organisation du Syndicat des ouvrières de l’aiguille de la rue Vercingétorix

5Selon Butillard et Novo, le syndicat fondé en 1909 est conçu comme une organisation de services mais il doit aussi promouvoir l’étude et la défense des intérêts des travailleuses. Tout en cherchant à améliorer la condition immédiate des ouvrières par la mise sur pied de services, le syndicat veille également à l’amélioration de la condition morale des travailleuses. Selon les deux fondatrices, le syndicalisme favorise une prise de conscience et élève ainsi la valeur morale de l’ouvrière.

  • 7 Organisation syndicale des femmes qui travaillent à domicile, AAP, série 3 KI-1-(d).

6Les conditions d’admission n’exigent pas de la future syndiquée qu’elle soit catholique. Cependant, elle doit avoir quinze ans révolus, pratiquer son métier à domicile et avoir « bonne vie et bonne mœurs7 ». Le syndicat, tel que le conçoivent Butillard et Novo, ne saurait se limiter aux questions matérielles, il possède une fonction pédagogique, formative et doit assumer un rôle moralisateur auprès des membres ; c’est peut-être là un de ses buts les plus élevés. En effet, les deux fondatrices, ainsi que les premières militantes, sont bien conscientes des limites de leur entreprise : un groupement d’ouvrières à domicile est difficile à constituer et son action demeure restreinte. Son rôle ne peut se limiter aux aspects économiques : il doit favoriser l’esprit d’union entre les syndiquées. N’oublions pas que pour les catholiques sociaux la misère des travailleuses vient d’une part de leur isolement et, d’autre part, de leur manque de solidarité. Cette absence de solidarité entre les travailleuses à domicile s’explique par leur situation objective : les travailleuses se livrent une lutte féroce pour obtenir les meilleures commandes lorsqu’elles se présentent chez les intermédiaires. Le syndicat réduit la concurrence et favorise l’entraide mutuelle, il améliore donc la vie matérielle et morale de la travailleuse.

7Sur le plan organisationnel, le Syndicat de la rue Vercingétorix ne diffère guère des syndicats de l’Abbaye : le conseil élu par l’assemblée générale est renouvelable par tiers chaque année. C’est le conseil syndical qui s’occupe de partager entre les ouvrières le travail pris directement chez les entrepreneurs. Les syndiquées ayant fait la preuve de leurs capacités profitent d’un travail mieux rémunéré puisqu’il y a suppression de l’intermédiaire. Le secrétariat syndical, dirigé au départ par Andrée Butillard, s’occupe de prendre les commandes en gros pour les syndiquées, de manière à réaliser quelques économies sur les fournitures et le matériel. C’est également le secrétariat qui assume le service d’offres et de demandes d’emploi. Le bon fonctionnement de ce service est important puisqu’il favorise le recrutement. En effet, ce sont les offres de travail qui attirent les ouvrières les plus réticentes au syndicat. Finalement, les cours professionnels dispensent un enseignement pratique qui vise à augmenter la valeur professionnelle des membres.

III – L’action du syndicat en faveur d’une législation sur le minimum de salaire pour les travailleuses à domicile (1909-1915)

  • 8 G. Mény, Le Travail à domicile, op. cit., p. 198.

8Après un an d’efforts constants, le Syndicat de l’aiguille de la rue Vercingétorix ne regroupe encore que quelques dizaines de membres, la situation demeure difficile et le rôle du syndicat limité. À Plaisance même, les fondatrices déplorent le manque d’intérêt des travailleuses à domicile pour l’organisation syndicale malgré l’exploitation qu’elles subissent de la part d’entrepreneurs peu scrupuleux. Le syndicat demeure souvent impuissant devant les abus dont les ouvrières sont les victimes. C’est le constat que dresse Georges Mény lors de son enquête sur le travail à domicile en remarquant combien le groupement syndical a peu de chances d’avoir une action significative sur le relèvement des salaires car la majorité demeure inorganisée8. C’est ce qui motive Andrée Butillard et Aimée Novo à organiser, pendant une année, une série de causeries orientées autour de questions portant sur les différents problèmes pratiques reliés au travail à domicile. Elles espèrent ainsi sensibiliser les ouvrières face à l’ensemble de ces questions et les amener à proposer des solutions concrètes et pratiques pour y remédier. Expérience concluante, puisqu’à compter de 1910 et jusqu’à 1913, les syndiquées organisent et participent à quatre congrès dont le thème principal est l’étude de la loi sur le minimum de salaire pour les ouvrières à domicile.

  • 9 N. Chambelland, « Émergence de la protection sociale en matière de travail à domicile », Le Travai (...)

9Le projet de loi sur le minimum de salaire dans l’industrie à domicile déposé à la Chambre le 7 novembre 1911 consacrait une campagne d’une dizaine d’armées menée en faveur d’un relèvement des salaires pour les ouvrières à domicile. Le projet lui-même a été précédé par une première proposition de loi soumise à la Chambre par le groupe des députés socialistes, le 11 juin 1907. Cette proposition n’a pas été retenue. En 1909, une seconde proposition, à la fois plus élaborée et plus précise, visant directement les travailleurs à domicile est déposée par le député catholique Albert de Mun. Ce projet, qui intéresse également les ouvriers et ouvrières à domicile, vise tout particulièrement à instituer des comités de salaires composés en nombre égal de patrons et d’ouvriers. Ces comités établiraient des salaires minima ayant pour base un gain horaire moyen suffisant pour faire vivre un travailleur. Leur compétence s’affirmerait sur une base régionale et les décisions prises auraient un caractère obligatoire. Ce projet subira des modifications mais il servira de base au projet de loi de 1911. Finalement, la loi sur la protection du travail féminin sera votée durant la guerre, le 10 juillet 19159.

10D’emblée, le Syndicat de la rue Vercingétorix fait connaître ses positions sur l’avant-projet de loi. C’est alors l’occasion pour le conseil syndical de formuler les desiderata de ses membres. Dans un premier temps, le conseil estime qu’il faut non pas supprimer la concurrence mais la limiter. Dans un deuxième temps, il se prononce en faveur des comités composés de patrons et d’ouvrières de la profession. Le conseil estime également nécessaire de réglementer non seulement le travail à domicile mais aussi le travail de confection et de lingerie qui se pratique dans les petits ateliers où les salaires se révèlent bien souvent aussi dérisoires qu’à domicile. Finalement, le conseil réclame des sanctions sévères de façon à ce que les patrons ne préfèrent pas payer l’amende plutôt que de perdre les bénéfices résultant de l’exploitation des travailleuses.

11De 1910 à 1915, c’est l’action en faveur d’une législation pour le minimum de salaire dans l’industrie à domicile qui mobilise les militantes du Syndicat de la rue Vercingétorix : celui-ci devient à la fois un groupe de réflexion sur les améliorations possibles à apporter au projet de loi et un groupe de pression pour assurer l’adoption d’une législation adéquate. Dès lors, ces mères de famille, confectionneuses et lingères, travaillant à domicile pour de maigres salaires – la moyenne des salaires pour une journée de 10 heures de travail étant de 2,80 F pour les lingères et de 3,25 F pour les confectionneuses – vont investir toutes leurs énergies en ce sens. Elles ne ménageront pas leur peine pour acquérir les connaissances qui vont faire d’elles de véritables compétences en la matière. À compter de 1910 et jusqu’à la Première Guerre mondiale, les militantes du Syndicat des ouvrières à domicile vont participer à tous les congrès, journées d’études et commissions qui traitent de la question du travail à domicile. À travers ces différentes manifestations, elles vont préciser leurs idées sur cette question. D’emblée, les syndiquées se font les défenseurs du travail à domicile. C’est ainsi qu’en 1914, devant la commission sénatoriale chargée de l’étude du projet de loi, elles proposent une nouvelle vision de leur métier. En effet, contrairement à plusieurs intervenants sur cette question, les représentantes du Syndicat de la rue Vercingétorix ne souhaitent aucunement la disparition du travail à domicile. En tant qu’organisation regroupant une majorité de mères de famille, elles défendent le droit pour les ouvrières à domicile de vivre décemment de leur travail. Elles ont déjà exprimé cette proposition lors d’une journée d’études au Musée social à Paris en 1911 :

  • 10 Mme Daniel, « Rapport du Syndicat des ouvrières à domicile », Revue de l’Action populaire, no 16, (...)

Le travail, c’est notre vie, la vie de nos familles ; nous ne pourrions accepter une mesure qui ferait disparaître notre travail et ferait ouvrir d’immenses ateliers. Ce travail, une fois parti, ne reviendrait plus, malgré une réglementation, alors qui élèvera nos enfants ?[...] Tout se tient pour l’ouvrier : le salaire, le logement, la santé, la famille. Quand on veut améliorer l’un, il faut penser aux autres [...]10.

12Une fois leur position de principe clairement affirmée, les militantes proposent une série de mesures concrètes pour relever les taux de salaires jugés nettement trop bas. Ce qu’elles réclament d’abord c’est l’établissement d’un salaire minimum vital annuel qui permette à une femme seule de vivre sur la base de son travail pendant une année. Idée audacieuse dans la mesure ou le calcul proposé est basé sur les besoins d’une femme seule. Il est en effet très rare que les représentants des organisations ouvrières mais aussi patronales établissent ou proposent d’établir un minimum de salaire à partir des besoins vitaux d’une femme seule. Généralement, on estime que c’est à l’homme de faire vivre la famille, les revenus de la femme sont considérés comme un salaire d’appoint et se situent donc bien en-dessous d’un minimum vital. Les militantes proposent également d’étendre le minimum de salaire à l’ensemble des travailleuses quel que soit le lieu où elles exécutent leurs travaux, à la maison ou à l’atelier. Ce qu’elles craignent c’est la disparition, à plus ou moins long terme, du travail à domicile. C’est pourquoi elles voudraient voir la législation s’étendre au travail en atelier. Toutefois, les syndiquées sont conscientes des nombreuses réticences que soulève la réglementation du salaire en atelier, elles recommandent donc de réglementer les professions ou branches de professions dont la majorité des travailleuses œuvre à domicile mais sans exclure celles qui travaillent en atelier. Autrement dit, c’est la profession qui doit être réglementée et pas seulement le travail à domicile. Proposition qui, encore une fois, manifeste de l’originalité et de l’audace de la part des syndiquées. Notons que jusqu’à l’adoption de la loi, le Syndicat de la rue Vercingétorix va lutter pour que la législation s’applique à tous les travaux mal rémunérés peu importe le lieu où ils sont exécutés et pour l’imposition de peines sévères en cas de non-respect de la loi. Les syndiquées ne manquent pas de souligner les conséquences possibles d’une loi qui ne concerne que les ouvrières à domicile. Le danger est l’ouverture de petits ateliers réunissant quatre à cinq ouvrières ce qui permettrait aux entrepreneurs-intermédiaires de contourner la loi. De la même façon, l’absence de sanctions limiterait sensiblement la portée de la loi. Toutefois, malgré les efforts déployés, sur ces deux points, le syndicat ne réussit pas à imposer ses vues. Finalement, elles souhaitent que le syndicat puisse poursuivre l’employeur au lieu et place de l’ouvrière – souvent trop timorée – et que l’affichage des prix et des carnets de salaires soit rendu obligatoire. Ces deux dernières propositions seront d’ailleurs incluses dans la version finale du projet de loi.

  • 11 Association nationale française pour la protection légale des travailleurs, Le Minimum de salaire (...)

13Au terme de cette présentation, il est cependant nécessaire de porter une appréciation plus globale sur l’action du Syndicat de la rue Vercingétorix en faveur des ouvrières à domicile. Dans un premier temps, il semble important de marquer les limites de cette initiative : le Syndicat des ouvrières à domicile regroupe trop peu d’adhérentes pour contribuer à lui seul à l’amélioration de la condition des ouvrières à domicile. Tout au plus les syndiquées peuvent-elles espérer par l’entraide et le soutien mutuel atténuer quelque peu les abus auxquels se livrent les intermédiaires. Quant à son influence réelle auprès des rédacteurs du projet de loi, elle paraît encore une fois limitée : le syndicat n’a pas été entendu sur la question de l’établissement d’un salaire vital annuel non plus que sur son application à l’ensemble des métiers sweated. Toutefois, il est certain que la connaissance intime de la condition des ouvrières à domicile dont font preuve les militantes a contribué à enrichir les débats autour du projet de loi. À preuve, on retiendra l’exemple suivant : en 1911 lors de son assemblée générale, l’Association nationale française pour la protection légale des travailleurs a reconnu la nécessité d’étendre le droit d’action des syndicats pour en faire les mandataires des ouvrières lésées11. Le Syndicat de la rue Vercingétorix présent lors des débats avait explicitement émis un vœu en ce sens. Plus globalement, il est bon de rappeler que les consultations menées auprès des syndiquées par des spécialistes tels Albert de Mun, Raoul Jay et l’abbé Mény, ont permis à celles-ci de faire entendre leurs desiderata et, par la même occasion, de proposer des solutions concrètes pour l’amélioration de leur condition.

14Tels que nous venons de les résumer, les résultats obtenus par le Syndicat des ouvrières à domicile paraissent assez minces, mais l’essentiel n’est peut-être pas là. En effet, l’action menée en faveur de la loi pour le relèvement des salaires des travailleuses à domicile possède un aspect formateur. Sa valeur réside d’abord dans la formation théorique et pratique que les syndiquées ont acquise. Que ce soit par le biais des causeries, des journées d’études ou des conférences, les travailleuses se sont regroupées pour réfléchir à leurs problèmes et discuter de leur situation. Elles ont appris à poser les problèmes, à en chercher les causes et à formuler des solutions pratiques pour y remédier. Elles ont également procuré au mouvement syndical féminin chrétien une visibilité accrue ainsi qu’une plus grande crédibilité auprès des pouvoirs publics. À la veille de la Première Guerre mondiale, le Syndicat des ouvrières à domicile représente un interlocuteur valable lorsqu’il s’agit de connaître l’opinion des travailleuses à domicile sur l’un ou l’autre des aspects touchant à leur condition de vie.

15Cette période favorise chez les militantes une réflexion critique quant aux limites d’une organisation syndicale dont les effectifs ne regroupent que les travailleuses à domicile. Elles en déduisent la proposition suivante : pour mettre un terme au sweating System il faut organiser les ouvrières peu importe le lieu où elles exercent leur métier. Progressivement, l’idée selon laquelle l’amélioration des conditions de travail à domicile est liée à l’amélioration des conditions de travail en atelier rallie les militantes qui concluent à la nécessité de favoriser le regroupement des travailleuses en atelier. En 1912, trois ans après la naissance du Syndicat des ouvrières à domicile, deux nouvelles organisations sont fondées rue Vercingétorix : il s’agit du Syndicat des ouvrières en atelier et du Syndicat des employées.

  • 12 Lettres de M. Debray et Mme Chevalier à Mme Duhamel, AAP, dossier 3 K I - 1 - (d).

16À la même époque, les dirigeantes des trois syndicats vont chercher à étendre leur recrutement par le biais des patronages de jeunes filles. Marguerite Debray, présidente du Syndicat des ouvrières et Mme Chevalier, présidente du Syndicat des employées, prennent contact avec la secrétaire générale de l’Archiconfrérie des patronages, Mme Duhamel, en vue d’établir des règles de fonctionnement qui faciliteraient le recrutement. Tout en conservant leur autonomie d’action, les syndicats féminins chrétiens souhaitent profiter de la bienveillance des directrices afin d’établir des sections directement dans les patronages12. Ces démarches semblent avoir eu un effet positif, du moins en ce qui concerne l’établissement de règles plus claires entre les patronages et les syndicats de la rue Vercingétorix. En revanche, il n’est pas certain qu’elles aient favorisé un meilleur recrutement pour les organisations syndicales.

  • 13 N. Chambelland, « Émergence de la protection », op. cit., p. 25.

17Avant la guerre, le développement des organisations fondées par Butillard et Novo demeure limité et il faut attendre les années 1915-1916 pour assister à un accroissement significatif du nombre d’adhérentes. Deux éléments expliquent cette croissance importante. Premièrement, la guerre entraîne une augmentation du nombre des ouvrières travaillant à domicile dans le secteur du vêtement13. Les syndicats de la rue Vercingétorix en profitent pour organiser deux ouvroirs qui offrent du travail aux ouvrières à la condition, bien sûr, qu’elles soient syndiquées. Le travail est bien rémunéré d’autant que l’ouvroir syndical, à l’instar de l’atelier fondé en 1909, abolit les intermédiaires et traite directement avec l’intendance militaire. Il est certain que la création des ouvroirs syndicaux favorise le recrutement. Deuxièmement, en 1916, trois syndicats féminins dont le siège social est situé Impasse Gomboust à Paris demandent leur fusion avec les syndicats de la rue Vercingétorix. Leur demande est acceptée sans difficulté. Deux ans plus tard, en 1918, les syndicats féminins parisiens, leurs sections en province et les syndicats lyonnais organisés par Marie-Louise Rochebillard se regroupent pour fonder la Fédération française des unions de syndicats professionnels féminins. Cette nouvelle organisation consacre le développement remarquable des syndicats de la rue Vercingétorix et de l’Impasse Gomboust.

IV – Naissance de la Fédération française des unions de syndicats professionnels féminins (1918)

  • 14 Mme Labatut, « Rapport moral », La Travailleuse, organe de la Fédération française des unions de s (...)

18Le premier congrès fédéral se déroule du 22 au 24 février 1918. Mme Labatut, militante de la première heure du Syndicat de la rue Vercingétorix, vient d’être élue présidente. Il lui revient de présenter le rapport moral qui précise les buts principaux de la nouvelle organisation14. Premièrement, il s’agit de lutter pour assurer des salaires justes aux travailleuses. Deuxièmement, il faut également améliorer l’ensemble des conditions de travail des femmes. Troisièmement, il est nécessaire de développer chez les syndiquées mais aussi chez l’ensemble des travailleuses la valeur professionnelle. Selon, Mme Labatut, cela élève la travailleuse et assure sa dignité.

19Pour atteindre les buts qu’elles se sont fixées, les organisations féminines préconisent quatre moyens d’action en accord, bien sûr, avec les principes du syndicalisme chrétien : premièrement, les syndiquées réclament la création de commissions mixtes permanentes formées des délégués du syndicat patronal et du syndicat ouvrier. Ces commissions doivent favoriser la négociation de manière à éviter, si possible, les conflits ou sinon à les résoudre lorsqu’ils ont éclaté. Lorsqu’une « juste revendication » – selon les termes utilisés par la présidente – n’aboutit pas et après que toute tentative d’accord a échoué, la grève devient alors un moyen légitime pour obtenir satisfaction. Cependant, précise-t-elle, les travailleuses doivent s’abstenir de toute violence et de tout sabotage. Troisièmement, l’action syndicale doit favoriser la mise en place d’une législation ouvrière en faisant pression sur les pouvoirs publics. Finalement, le développement de la valeur professionnelle de la travailleuse doit reposer sur la formation professionnelle et syndicale. Il s’agit de former et de dégager une élite – selon le principe cher aux catholiques sociaux – de façon à entraîner dans son sillage l’ensemble du monde du travail.

20Cette action nécessite une organisation professionnelle à la fois forte et large. La Fédération répond à ces critères puisqu’elle est un organisme national qui groupe les associations de travailleuses, peu importe la profession ou le métier. Elle sert de lien et de centre de documentation aux syndicats qu’elle rassemble, tout en laissant une grande autonomie à chaque groupement. Cette liberté d’action n’est limitée que par l’observation des principes généraux de la Fédération, à savoir la justice et la fraternité chrétiennes. La Fédération est organisée sur la base d’unions régionales et d’unions professionnelles.

21Les unions régionales groupent les syndicats de la même ville ou de la même région, mais de professions différentes. Elles facilitent la concertation pour la défense des intérêts qu’ils partagent en commun et favorisent la création et l’entretien des institutions annexes de prévoyance, d’aide mutuelle, de coopérative, etc. Le conseil de l’Union est composé d’un membre de chaque syndicat adhérent nommé par le conseil syndical. Les unions professionnelles groupent les syndicats féminins d’une même profession peu importe la région. Leur siège social est établi dans le centre industriel le mieux adapté aux intérêts et aux besoins de la profession. Les unions professionnelles s’intéressent aux questions qui relèvent de l’ensemble de la profession. Leur champ d’action se situe donc au plan national. Leur but est de resserrer les liens de fraternité et de solidarité entre les syndiquées d’une même profession. Le conseil des unions professionnelles fonctionne de la même manière que celui des unions régionales.

22La Fédération n’accepte pas de syndicats isolés et, sauf exception, chaque syndicat doit faire partie des deux unions. Le conseil fédéral est composé des membres du conseil général des unions professionnelles et des déléguées des unions régionales. À sa tête on retrouve un bureau qui comprend une présidente, une vice-présidente, une trésorière, une secrétaire et une secrétaire-adjointe. Le fait est que la composition du conseil de la Fédération est remarquablement stable pour toute la période de l’entre-deux-guerres.

23Chaque année, le Congrès fédéral réunit les représentantes des unions régionales et professionnelles. Il représente l’instance dirigeante décisionnelle de la Fédération. Chaque congrès étudie plus spécialement une question professionnelle ou sociale et, durant l’année qui suit, les efforts des organisations doivent être orientés dans le sens des vœux adoptés au congrès.

24La formation professionnelle et syndicale constitue une des grandes préoccupations de la Fédération. C’est pourquoi celle-ci organise annuellement une semaine syndicale à laquelle est conviée l’élite des unions qui doit alors se pencher sur une question d’intérêt professionnel. C’est l’occasion pour les « semainières », selon l’expression en vigueur, de se rencontrer tout en recevant une formation théorique et pratique. La semaine syndicale contribue largement à l’unité d’action et de pensée des différentes organisations fédérées. La formation est également assurée par les cercles d’études qui ont lieu chaque mois au local de l’union régionale. Organisés avec le concours de l’École normale sociale (ENS), fondée par Aimée Novo et Andrée Butillard, ceux-ci s’adressent à l’ensemble des syndiquées. Les sessions se déroulent tous les mois dans le cadre de la réunion des propagandistes. Les militantes sont alors formées à la discussion et à la parole selon les méthodes en vigueur à l’ENS. Finalement, certaines unions offrent également à leurs membres les services d’une bibliothèque syndicale dont la collection est axée sur le monde du travail en France et à l’étranger.

25L’enseignement professionnel est l’affaire des unions régionales. Elles organisent des cours du soir ainsi que des cours du samedi gratuits pour les syndiquées. À l’instar des cours dispensés par les syndicats de l’Abbaye, on retrouve des cours de coupe, de mode, de croquis pour les ouvrières du vêtement et des cours de français commercial, de sténo, de dactylo, de comptabilité et d’anglais pour les employées. Après deux ans d’études commerciales complètes, ces cours mènent à l’obtention d’un diplôme supérieur pour celles qui passent avec succès les examens.

  • 15 L’ensemble de ces informations provient d’un texte dactylographié intitulé « La Fédération françai (...)

26Les services pratiques relèvent également des unions qui, selon leur capacité et leur dynamisme, possèdent un bureau de placement – qui constitue un des services les plus actifs puisqu’il facilite le recrutement – une coopérative de production organisée pour venir en aide aux ouvrières à domicile en supprimant les intermédiaires, une mutualité qui encourage la prévoyance et l’épargne. Finalement, la Fédération fonde une maison de repos - sur laquelle on ne possède que peu d’information – destinée aux syndiquées15.

27La Fédération possède son propre organe de presse : La Travailleuse, fondé en 1913 par les syndicats de la rue Vercingétorix. Le journal, qui paraît régulièrement tous les mois permet d’informer les syndiquées sur l’action générale de la Fédération. On y relate également les faits syndicaux et sociaux qui ponctuent la vie des groupements et des unions. Il sert de lien permanent entre les membres et permet de diffuser la doctrine et les idées qui sont à la base de l’action de la Fédération.

28À la veille de la naissance de la Confédération française des travailleurs chrétiens à laquelle les organisations féminines vont adhérer, la Fédération française compte 8 600 membres. Le nombre d’unions régionales s’élève à cinq : soit, en plus de l’union parisienne, celles de Vienne, Dijon, Marseille et Lyon (cette union comprend les syndicats fondés par Marie-Louise Rochebillard en 1899) ; plus 16 sections dans Paris et les environs. Quant aux unions professionnelles, elles sont au nombre de trois : celles du vêtement, du textile et des employées. De fondation récente, il est évident que la Fédération, dont le siège social est établi boulevard des Capucines à Paris, ne possède pas les assises organisationnelles des syndicats de l’Abbaye. En revanche, les militantes, formées par Butillard et Novo dans le cadre de l’ENS, font preuve d’un dynamisme remarquable : elles seront appelées à jouer un rôle de premier plan à la direction de la CFTC tout en poursuivant une action pratique dont nous allons rendre compte dans les prochains chapitres.

Notes

1 C. Rater-Garcette, La Professionnalisation du travail social. Action sociale, syndicalisme, formation (1880-1920), Paris, L’Harmattan, 1996, p. 74-81.

2 L. Coons, Women home workers in the Parisian garment industry, 1860-1915, New York, Garland, 1987. J. G. Coffin, The Politics of Women’s Work. The Paris Garment Trades, 1750-1915, Princeton, Princeton University Press, 1996.

3 G. Mény, Le Travail à domicile. Ses misères. Les remèdes, Paris, Librairie Vitte, Marcel Rivière, 1910.

4 M. Lévy-Leboyer, La France industrielle, Paris, Larousse, 19 %, p. 182-213.

5 A. Novo, L’Action syndicale, texte dactylographié, p. 1. AAP, série 3 KI-1 - (d).

6 M. Debray, « Histoire de notre fédération », La Travailleuse, no 51, no 1, janv. 1922.

7 Organisation syndicale des femmes qui travaillent à domicile, AAP, série 3 KI-1-(d).

8 G. Mény, Le Travail à domicile, op. cit., p. 198.

9 N. Chambelland, « Émergence de la protection sociale en matière de travail à domicile », Le Travail salarié à domicile. Hier, aujourd’hui, demain, sous la direction de Ph.-J. Hesse et J.-P. Le Crom, Éditions du CDMOT, Nantes, 1993, p. 17-26.

10 Mme Daniel, « Rapport du Syndicat des ouvrières à domicile », Revue de l’Action populaire, no 16, 20 août 1911, p. 637-639.

11 Association nationale française pour la protection légale des travailleurs, Le Minimum de salaire dans l’industrie à domicile, Paris, Librairie Félix Arcand/Marcel Rivière, 1912.

12 Lettres de M. Debray et Mme Chevalier à Mme Duhamel, AAP, dossier 3 K I - 1 - (d).

13 N. Chambelland, « Émergence de la protection », op. cit., p. 25.

14 Mme Labatut, « Rapport moral », La Travailleuse, organe de la Fédération française des unions de syndicats professionnels féminins, no 21, février 1918.

15 L’ensemble de ces informations provient d’un texte dactylographié intitulé « La Fédération française des unions de syndicats professionnels féminins », AAP, série 3 KI – 1 – (d).

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search