Version classiqueVersion mobile

Les Débuts du syndicalisme féminin chrétien en France

 | 
Joceline Chabot

Première partie. De la naissance des syndicats féminins à leur adhésion à la CFTC (1899-1919)

Chapitre I. Une première expérience : Marie-Louise Rochebillard et les Syndicats d’ouvrières lyonnaises (1899-1910)

Texte intégral

I – De la bourgeoise ruinée à la travailleuse ès qualités

  • 1 M. Launay, « Aux origines du syndicalisme chrétien en France : le syndicat des employés du commerc (...)

1En 1899, Marie-Louise Rochebillard a trente-neuf ans, c’est une femme prématurément vieillie et malade, mais elle possède encore une énergie peu commune qu’elle va mettre au service d’une cause à laquelle elle souscrit totalement : l’organisation professionnelle des travailleuses. Douze ans après la création, à Paris, du Syndicat des employés du commerce et de l’industrie (SECI), une organisation catholique fondée pour regrouper les employés mais sans qu’il n’ait jamais été question d’y intégrer les travailleuses1, et huit ans après la parution de l’encyclique Rerum Novarum du pape Léon XIII sur la condition ouvrière, Marie-Louise Rochebillard fonde à Lyon deux syndicats : celui des dames employées du commerce, dont elle est la présidente, et celui des ouvrières de l’aiguille lyonnaise dirigé par Cécile Desvignes. Un troisième est créé plus tard, celui des ouvrières de la soie. Cet événement marque donc la naissance du syndicalisme féminin chrétien.

  • 2 M.-L. Rochebillard, Le Travail de la femme à Lyon, monographie de syndicats de femmes, Paris, 1901 (...)

2Que savons-nous précisément de cette femme et de l’organisation à laquelle elle donne l’impulsion ? Disons-le d’emblée, peu de chose. Le matériel qui nous est parvenu ne représente que les fragments épars d’un parcours pourtant assez exceptionnel. Les sources dont nous disposons sont partielles sinon partiales : en commençant par les « mémoires » de Rochebillard publiés sous la forme de deux pamphlets par l’Action populaire au début du XXe siècle2. À travers ces deux brochures, elle fait le récit de sa vocation sociale, précisant, après coup, ses motivations et relatant le développement de son œuvre, c’est-à-dire l’historique des premières organisations syndicales féminines de Lyon. À vrai dire, on retrouve ici ce qu’elle a jugé bon de livrer à la postérité. Histoire édifiante où, à n’en pas douter, les succès sont plus amplement commentés que les échecs. À cela, il faut ajouter les quelques numéros du journal des syndicats lyonnais Le Travail de la femme et de la jeune fille, qu’il est possible de consulter. Maigre butin ! Dont il faudra tirer le meilleur parti.

  • 3 L’abbé P. Jardet, La Femme catholique. Son apostolat, son action religieuse et sociale, Paris, Édi (...)
  • 4 M. Launay, La CFTC, origines et développement 1919-1940, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 19 (...)
  • 5 Sur les rapports entre les mouvements féministes et les femmes chrétiennes, C. Bard, « Féministes (...)

3Quant aux travaux qui lui ont été consacrés, ils sont peu nombreux : l’action de Marie-Louise Rochebillard n’a pas fait l’objet d’études approfondies3. Les historiens qui ont étudié le mouvement syndical chrétien ne mentionnent son nom que dans la mesure où elle joue le rôle de précurseur du syndicalisme féminin4. Si on explore la littérature consacrée au mouvement féministe à la fin du XIXe siècle, il faut constater que le nom de Rochebillard n’a guère retenu l’attention. Et pour cause : son féminisme qualifié d’emblée de réactionnaire et entaché de cléricalisme n’a guère jusqu’à maintenant piqué la curiosité des jeunes chercheurs formés à une autre école et très souvent en quête de modèle. On la retrouve parfois citée parmi les militantes d’un certain féminisme, pour ne pas dire d’un féminisme incertain, soit le féminisme chrétien5. Disons-le clairement, sa personnalité agace davantage qu’elle ne séduise.

  • 6 M.-L. Rochebillard, « Syndicats d’ouvrières lyonnaises », op. cit., p. 5.

4Pourtant Marie-Louise Rochebillard possède un parcours original dans la mesure où, sans échapper totalement à la figure traditionnelle de la dame patronnesse issue des milieux des notables catholiques, elle s’en distingue par son action sociale et professionnelle. Rochebillard est née le 4 juin 1860 à Changy, à quelques kilomètres de Roanne dans le département de la Loire. Son père Jean-Claude Rochebillard est notaire, il a épousé une femme plus jeune que lui, Léonie Depalle. Nous connaissons peu de chose des années d’enfance de la fondatrice des premiers syndicats féminins, si ce n’est qu’à l’âge de 16 ans, à la suite de revers de fortune, elle a eu « le grand honneur de travailler pour vivre »6. S’il est difficile d’apprécier à partir des quelques documents que nous possédons l’influence de ces premières années sur son parcours ultérieur, nous savons cependant qu’elle garde des liens avec ce milieu de notables puisque, des années plus tard, elle fera appel à la philanthropie de la bourgeoisie catholique lyonnaise pour contribuer au développement des services offerts aux jeunes travailleuses. On peut sans doute également discerner l’influence de sa culture bourgeoise dans le goût qu’elle conservera toute sa vie pour la musique et le chant et dont on retrouvera l’expression dans les cours de piano offerts gratuitement par les syndicats féminins lyonnais aux jeunes travailleuses. Mais dans l’immédiat, la ruine de sa famille la laisse démunie et désarmée, la seule solution est de travailler pour vivre.

5On ne connaît pas précisément l’emploi qu’elle va occuper pendant les vingt-deux années qui suivent : employée de commerce, couturière, employée dans un hôpital ? Une chose est certaine, le témoignage qu’elle livre de ses années de labeur nous permet d’affirmer qu’elle conserve de cette expérience un souvenir à la fois douloureux et intense marqué non seulement par l’obligation de se livrer à un travail pour lequel elle n’éprouve aucune attirance, mais également par la lutte qu’elle doit mener contre elle-même pour accepter une condition socialement dévalorisée. Nul doute que la ruine de sa famille n’ait été un événement éprouvant pour la jeune fille, mais contrairement à de nombreuses femmes issues du même milieu, Rochebillard revendique la fierté d’exercer un travail. À travers le récit de sa vie de travailleuse, Marie-Louise Rochebillard restitue à sa manière, avec ses qualités et ses ambiguïtés, cette expérience fondamentale que constitue la dignité acquise par le travail.

II - Les syndicats d’ouvrières lyonnaises ou la nostalgie de la liberté

6En 1899, Rochebillard travaille depuis l’âge de 16 ans. Elle a alors trente-neuf ans et depuis un an déjà, elle cherche à mettre sur pied une organisation qui soit à même de répondre aux problèmes rencontrés par les travailleuses qu’elle côtoie tous les jours. Selon elle, ces problèmes revêtent alors deux aspects :

  • 7 M.-L. Rochebillard, « Syndicats d’ouvrières lyonnaises », op. cit., p. 5.

[...] d’une part, la situation difficile, isolée, pour ne pas dire abandonnée, de la femme obligée de travailler pour vivre, et d’autre part, le nombre de plus en plus grandissant des femmes demandant à l’industrie ou au commerce le pain quotidien7.

  • 8 M.-H. Zylberberg-Hocquard, Féminisme et syndicalisme en France, Paris, Éditions Anthropos, 1978, p (...)
  • 9 O. Marchand, C. Thélot, Deux siècles de travail en France, Paris, INSEE, 1991, p. 68-69.
  • 10 M.-L. Rochebillard, « Syndicats d’ouvrières lyonnaises », op. cit., p. 3.

7C’est en cherchant une solution à ces problèmes que Rochebillard découvre le syndicalisme. Il est bon de souligner que les syndicats d’ouvrières lyonnaises – celui de l’aiguille tout comme celui des employées – ne sont pas nés spontanément lors d’une grève ou d’un conflit opposant les travailleuses au patronat comme c’est souvent le cas à l’époque8. Ils naissent à l’instigation d’une femme d’origine bourgeoise qui cherche le meilleur moyen de rompre l’isolement des femmes pourtant très nombreuses sur le marché du travail. Chiffres à l’appui, Rochebillard estime à près de 6 400 000 le nombre de femmes exerçant un travail sur une population féminine s’élevant à 19 350 000. Il est intéressant de noter qu’à partir de méthodes statistiques sophistiquées, les chercheurs de l’INSEE établissent à 6 805 000 le nombre de femmes actives en 1896, soit un taux d’activité de 35,2 % par rapport à la population globale des femmes9. Le taux établi à partir des chiffres fournis par Rochebillard se situe à 33,07 %. Selon Rochebillard, il y a parmi ces nombreuses ouvrières, une élite constituée par les femmes qui ont décidé de joindre un groupement syndical. Forger une élite militante, c’est à cette tâche qu’elle désire s’employer. C’est ce qui explique la prépondérance accordée dans un premier temps à la mise sur pied de cours professionnels. En effet, selon elle, le syndicat doit être fondé sur l’action d’une élite et celle-ci doit être recrutée parmi les meilleures professionnelles – on retrouve ici une idée chère à l’ensemble du mouvement syndical chrétien selon laquelle un bon militant c’est d’abord un bon professionnel – c’est pourquoi les cours professionnels représentent la base de l’organisation lyonnaise. Mais pourquoi justement ajouter aux cours professionnels l’organisation syndicale ? C’est pour Rochebillard, le syndicat présente un côté généreux en ce qu’il défend une des libertés les plus fondamentales, la liberté de travail10.

  • 11 Article de Rochebillard paru dans La Ruche syndicale, organe de l’Union centrale des syndicats pro (...)

8Le syndicalisme, selon elle, c’est l’indépendance et la liberté pour les travailleuses, c’est la possibilité de vivre dans la dignité. De cela, Rochebillard est profondément convaincue et n’a cessé de le répéter dans ses écrits. Le syndicat assure à ses membres la liberté de travailler pour vivre et fait ainsi reculer la menace de l’indigence et son cortège d’horreurs physiques et morales. Selon ses propres termes, le syndicat permet de lutter « contre les séductions d’un monde qui voit en elle [la travailleuse] une proie trop facile »11. Le travail affirme la dignité des travailleuses et le syndicat garantit leur première liberté, la plus fondamentale, celle de gagner sa vie dignement en exerçant un travail rétribué à sa juste valeur. Voilà ce qu’il faut comprendre des propos de Rochebillard. Son message est clair : le syndicat possède une vertu moralisatrice au sens strict du terme, non seulement parce qu’il éduque et forme les travailleuses, mais parce qu’il les préserve contre les « séductions » du monde.

  • 12 J. W. Scott, « L’ouvrière, mot impie, sordide... », Actes de la recherche en sciences sociales, no(...)
  • 13 C’est ce qu’a bien montré M. Rebérioux, « L’ouvrière », Misérable et glorieuse : la femme du XIXe  (...)

9L’ouvrière est perçue comme un être faible et démuni qu’il faut éduquer et protéger. Image obsédante – elle est présente dans toute la littérature de l’époque, comme l’a montré l’historienne Joan W. Scott12 – qui témoigne de l’émotion ressentie par les contemporains devant le sort réservé à l’ouvrière victime de l’industrialisation. Le discours de Rochebillard sur la travailleuse n’échappe pas à cette vision : l’ouvrière ne possède pas le même statut que l’ouvrier car sa place, estime-t-elle, n’est pas à l’usine mais au foyer13. Cependant Rochebillard est consciente que dans la société industrielle les femmes doivent bien souvent travailler pour vivre, selon sa propre expression, c’est pourquoi elle revendique la liberté de travail. Et cette liberté, c’est le syndicat qui lui paraît le mieux à même de la défendre.

  • 14 Article du Figaro, 1901, « Dossier Rochebillard », Bibliothèque Marguerite Durand, cité par M.-H. (...)

10Une fois sa décision prise de regrouper les travailleuses en syndicat, Rochebillard entreprend de mieux connaître la diversité des formes d’organisations que recouvre ce terme à la fin du XIXe siècle. Ses recherches la conduisent tout d’abord vers les syndicats regroupés à la Bourse du travail à Lyon. Brève rencontre sur laquelle elle ne s’étend pas si ce n’est pour souligner le fait que ces organisations semblent partager les plus étranges revendications14. Elle se tourne alors vers les syndicats féminins existants et en recense vingt-cinq, auxquels elle écrit pour obtenir une copie de leurs statuts ainsi que des informations sur leur mode de fonctionnement. Pourquoi ne s’est-elle pas tournée vers le SECI fondé à Paris depuis quelques années et d’orientation nettement catholique ? Cette expérience, rappelons-le, s’est avérée un succès et le SECI compte déjà dans ses rangs des militants de premier ordre. Est-il possible qu’elle n’en ait pas entendu parler alors qu’elle œuvre dans les mêmes milieux ? Plus vraisemblablement, on peut supposer que le seul modèle qui lui paraisse acceptable soit celui des organisations féminines. En effet, Rochebillard semble considérer comme chose acquise l’organisation séparée des femmes. Il est tout de même significatif qu’elle n’ait jamais senti le besoin d’expliquer ce choix. Lorsqu’elle aborde la question de la non mixité, ce n’est pas de genre qu’elle parle mais de classe. L’œuvre de Rochebillard participe de la pratique catholique de séparation des sexes, que ce soit à l’école, à l’église ou dans le mouvement associatif. D’ailleurs, les fondateurs du SECI ne se sont jamais interrogés pour savoir s’ils devaient regrouper des femmes dans leur organisation. Dans les milieux catholiques, tout se passe alors comme si les organisations séparées allaient de soi.

  • 15 Père S. du Lac, « Le fil et l’aiguille », L’Action populaire, 1ère série, no 4, Lille, p. 169.
  • 16 M.-L. Rochebillard, « Syndicats d’ouvrières lyonnaises », op. cit., p. 29.

11Les démarches de Rochebillard, orientées essentiellement vers les syndicats de femmes, lui permettent donc d’obtenir des informations sur onze organisations dont cinq possèdent les mêmes statuts. Il s’agit des statuts adoptés initialement par le syndicat de l’aiguille de Paris. Fondé en 1892 par le père du Lac, le syndicat de l’aiguille est un syndicat mixte regroupant les petites patronnes et les ouvrières de la couture parisienne. Selon ses statuts, le syndicat du père du Lac « a pour but de les [ses membres] grouper pour leur donner une force, de les soutenir de toute façon, tantôt en leur procurant du travail, tantôt par de consolantes paroles [...] »15. Le moins qu’on puisse dire, c’est que si Rochebillard désapprouve les étranges revendications des syndicats regroupés à la Bourse du travail, elle n’a rien à craindre des consolantes paroles du père du Lac ! En fait, si Rochebillard refuse de suivre le modèle proposé par le père du Lac – il s’agit au fond davantage d’une mutualité ou d’une association d’entraide que d’un syndicat – ce n’est pas tant à cause des buts et des moyens qu’en fonction du caractère mixte du syndicat : ouvrières et patronnes réunies dans la même organisation. Les travailleuses ne doivent compter que sur elles-mêmes pour améliorer leur sort, de cela la fondatrice des syndicats lyonnais est profondément convaincue. Elle n’hésite pas à affirmer que : « La meilleure manière [...] d’aider les gens, c’est de leur apprendre à s’aider eux-mêmes. Telle a été l’idée fondamentale de nos syndicats de femmes16 ». Sur le terrain de l’organisation syndicale, elle entend bien regrouper les travailleuses séparément.

12Que doit-on conclure des démarches de Rochebillard telles qu’elle les a présentées dans ses mémoires ? Contrairement au père du Lac, Rochebillard affirme d’emblée la nécessité de ne pas mêler dans les mêmes organisations les patrons et les travailleuses. Isolées et inorganisées, les ouvrières ne sont pas en mesure de défendre leur point de vue face au patron. Sur les lieux de travail, le climat se détériore et les conflits surgissent d’autant plus violemment, qu’en l’absence d’un processus de discussion ou de négociation, le mécontentement des travailleuses demeure latent. Il faut souligner ici la pertinence de l’analyse de Rochebillard. De manière empirique, elle a bien saisi les mécanismes mis à l’œuvre lors des conflits qui mobilisent une majorité de travailleuses non-syndiquées.

  • 17 M.-L. Rochebillard, Ibid., p. 10.

13Par ailleurs, Rochebillard possède la conviction profonde que sa conception du syndicalisme est la bonne et cette certitude résulte de sa longue expérience de travailleuse. En la matière, elle prétend intervenir ès qualités. Travailleuse, elle Ta été pendant vingt-deux ans. Le père du Lac ne peut certainement pas prétendre à la même connaissance pratique. Il semble donc important de retenir cet élément car c’est ce qui distingue le parcours d’une militante comme Rochebillard de celui des femmes bourgeoises comme Solange Merceron-Vicat ou Cécile Poncet, fondatrices de syndicats féminins chrétiens, qui n’ont jamais eu besoin d’exercer un métier. Si Rochebillard est persuadée du bien-fondé d’une organisation séparée, c’est que selon elle la travailleuse n’est pas en position d’égal à égal face au patron. Dans le rapport de force qui s’installe entre l’employeur et l’employée, le premier détient le pouvoir et exerce l’autorité. Quant à la travailleuse, elle est trop habituée à courber l’échine devant une autorité, qui se manifeste souvent aveuglément, pour espérer qu’elle redresse la tête du jour au lendemain et entreprenne d’exposer ses desiderata à celui qui l’emploie. Surtout lorsqu’il s’agit d’aborder des questions se situant « sur le terrain brûlant des conflits inhérents au travail »17. Elle reconnaît, bien sûr, la nécessité pour les catholiques d’œuvrer à la réconciliation des classes sociales, mais cela ne l’empêche pas de mesurer le fossé qui les sépare lorsqu’il est question de la défense de leurs intérêts. Par ailleurs, elle fait preuve de psychologie quand elle note, à propos des femmes, combien elles sont soumises à l’autorité patronale – encore davantage que les hommes – soumission qui, bien souvent, dissimule une rancœur prête à éclater à la moindre occasion.

14Rochebillard évoque une autre raison pour refuser la présence de patrons dans ses organisations. Il est question de partage et de fraternité :

  • 18 Md., p. 9.

Et si, dans nos syndicats, on ne se retrouve pas uniquement entre personnes vivant de la même vie, subissant les mêmes épreuves, si les intérêts ne sont pas tout à fait connexes, les syndicats n’ont plus autant de raison d’être ; de plus, le charme très nécessaire aux réunions n’est pas le même : la fraternité est moins grande. Ce n’est plus la vie de famille comme celle que nous partageons, entre nous, dans nos syndicats lyonnais. Les nôtres sont pauvres, il est vrai, mais nous portons allègrement cette pauvreté, parce que nous estimons que « contentement passe richesse », de sorte qu’au sortir de nos réunions syndicales, nous avons le sentiment très net et très précis que nous y laissons un peu de notre âme et que, partageant toutes les mêmes labeurs, nos intérêts sont les mêmes18.

15À partir de ce texte, il est possible de mesurer la force des sentiments communautaires qui animent les organisations lyonnaises. Mais on y décèle également le sentiment manifeste d’appartenir à une classe dont les membres partagent les mêmes intérêts parce qu’ils subissent la même condition. Dans la pratique, les syndicats d’ouvrières lyonnaises ressemblent aux syndicats mixtes de l’aiguille. Peut-il en être autrement ? Les métiers de l’habillement demeurent des secteurs de petites entreprises où, concrètement, il est bien difficile d’organiser la profession en excluant les petites patronnes, et cela pour au moins deux raisons qu’il nous faut expliquer brièvement. Premièrement, des liens étroits se tissent entre la patronne et les ouvrières qui partagent les mêmes conditions de travail à l’atelier ; deuxièmement, la compétition que leur livrent les intermédiaires si âpres aux gains s’avère impitoyable et elles doivent lutter ensemble pour survivre. Autant de facteurs qui rendent compte des pratiques axées sur l’entraide plutôt que sur la lutte entre petites patronnes et ouvrières. La conception syndicale de Marie-Louise Rochebillard n’est donc pas dépourvue d’originalité ni d’ambiguïté. La seule manière d’apprécier l’ensemble de sa démarche et d’examiner ses réalisations concrètes et, plus particulièrement, le mode de fonctionnement des syndicats lyonnais.

III – Organisation et développement des syndicats d’ouvrières lyonnaises et des services annexes

16Bien avant que Marie-Louise Rochebillard ne songe à créer des syndicats féminins, elle organise des cours professionnels, première pierre à l’édifice qui comprendra, en plus des syndicats proprement dits, un certain nombre de services annexes. Les cours professionnels vont servir de pépinière à l’organisation syndicale. Principal lieu de recrutement, le but ultime des cours est de forger l’élite syndicale qui doit encadrer et soutenir les travailleuses. Mais ces cours doivent également promouvoir la réconciliation entre les classes. Si les syndicats doivent nécessairement demeurer des groupements séparés, non mixtes, les cours deviennent le lieu privilégié pour mettre en pratique cette réconciliation. En effet, les cours s’adressent aux travailleuses mais les professeurs sont recrutés dans le milieu des notables catholiques lyonnais. Selon Rochebillard, ce rapprochement entre les milieux aisés et les ouvrières contribue puissamment à la réconciliation entre les classes.

  • 19 Le roman de M. Audoux, L’Atelier de Marie-Claire, Paris, Fasquelle Éditeurs, 1920, offre une bonne (...)
  • 20 J.-B. Piolet, « De l’action sociale de la femme – Une organisation d’ouvrières lyonnaises, Mlle Ro (...)

17Ce que nous savons de l’organisation pratique des cours se résume en quelques phrases. Les cours sont offerts les soirs en semaine et les dimanches. Ils se déroulent dans des locaux situés dans les quartiers populaires de façon à ce que les travailleuses n’aient pas à parcourir de longue distance pour y assister. Rochebillard est sensible au fait que cela ajouterait à la fatigue des travailleuses. On y dispense deux sortes de formation. L’une destinée aux employées : calcul, comptabilité, français et sténographie, l’autre dispensée aux ouvrières de l’habillement : dessin, coupe, broderie. Il faut ajouter à cette liste les cours de musique, de solfège et de chant. Comme nous l’avons déjà souligné, Rochebillard possède sans doute elle-même une culture musicale acquise durant sa jeunesse et elle connaît le penchant des ouvrières pour le chant, surtout pour les chansons légères, grivoises ou satiriques qui animent les ateliers de couture lorsque la surveillance se relâche19. Les cours de musique constituent donc une occasion de moraliser les jeunes travailleuses. Les cours fondés par Rochebillard semblent avoir connu un succès certain bien qu’il soit difficile d’apprécier la justesse des informations dont on dispose. Selon un article paru à l’époque dans l’Annuaire-Almanach de l’Action populaire, les cours de Rochebillard auraient regroupé plus de 600 élèves20. Une chose paraît certaine : l’organisation des cours professionnels a exigé de la part de Rochebillard un investissement personnel intense. Elle va multiplier les conférences et les rencontres afin de recruter des jeunes filles de la bourgeoisie lyonnaise à titre d’enseignantes pour ses cours, ou de bénévoles pour les services qu’elle s’apprête à mettre sur pied.

  • 21 Le témoignage de Butillard est rapporté par H. Rollet, Andrée Butillard et le féminisme chrétien, (...)
  • 22 A. de Mun, Ma vocation sociale. Souvenirs de la fondation de l’œuvre des cercles catholiques d’ouv (...)

18C’est ainsi qu’en 1901, lors d’une série de conférences à la Faculté catholique de Lyon, elle suscite l’enthousiasme d’une jeune bourgeoise en quête d’idéal qui découvre alors sa vocation : Andrée Butillard. Quelques mois plus tard, elle rejoint la fondatrice des syndicats lyonnais pour contribuer à son œuvre et s’initier à l’action sociale. Butillard n’est pas un cas isolé : elles sont en effet nombreuses, ces jeunes filles du monde, à s’investir dans les services créés à l’intention des jeunes travailleuses. Andrée Butillard a témoigné de l’efficacité des méthodes de recrutement de Rochebillard basées sur son talent d’oratrice. Selon Butillard, Marie-Louise Rochebillard possédait le don d’évoquer, de façon à la fois touchante mais aussi inquiétante, la misère imméritée des travailleuses ainsi que le caractère potentiellement révolutionnaire des frustrations accumulées par la classe ouvrière livrée à elle-même, abandonnée par les riches21. Les sentiments ressentis à cette occasion par Butillard relèvent à fois de la compassion, de la culpabilité et de la peur. Au-delà du caractère émotif des souvenirs de Butillard, on reconnaît une certaine lecture de la question sociale propre au milieu du catholicisme social. Si l’on se fie au témoignage de Butillard, Rochebillard connaissait la meilleure manière de toucher un auditoire dont la sensibilité réelle face à la question sociale relevait autant de choix conscients que de sentiments complexes plus ou moins avoués, qui en se conjuguant ont motivé une forme particulière d’engagement. Qu’il nous suffise d’évoquer le récit d’Albert de Mun à propos de sa rencontre avec Maurice Maignen au lendemain de la Commune de Paris, rencontre déterminante pour l’action sociale que va entreprendre de Mun. Maignen évoque alors les événements récents et en rejette la responsabilité sur les riches qui ont oublié leurs devoirs à l’égard du peuple. Les sentiments ressentis alors par de Mun sont fort semblables à ceux éprouvés plus tard par Butillard22.

19Lors de ces conférences, Rochebillard insiste sur la nécessité de créer des organisations qui puissent soulager la misère des travailleuses et surtout rompre leur isolement. Dans son esprit, les syndicats chrétiens et les services annexes répondent à ces problèmes. De plus, ils constituent le seul rempart efficace contre un autre mal : le socialisme. En effet, elle insiste sur la nécessité d’un dévouement actif à la classe ouvrière par le syndicalisme parce que c’est le meilleur remède contre l’essor du mouvement socialiste. Le mouvement syndical, tel que le conçoit Rochebillard, est d’abord un syndicalisme de services. L’examen des statuts des syndicats d’ouvrières lyonnaises le confirme. Par exemple, l’article 2 prévoit que le syndicat doit à la fois offrir à ses membres la protection de leurs intérêts mais aussi des cours professionnels et des institutions de prévoyance et d’assistance. Les trois syndicats créés à l’initiative de Marie-Louise Rochebillard – celui des dames employées, celui des ouvrières de l’aiguille lyonnaise et celui des ouvrières de la soie – possèdent les mêmes statuts. On y insiste sur l’amélioration du sort des travailleuses par les travailleuses elles-mêmes. Cette promotion est basée sur la solidarité et sur l’organisation de services. Concrètement, la fondatrice rêve d’instaurer un système organisationnel basé sur une quadruple approche. Premièrement, les cours professionnels, car la travailleuse doit posséder une qualification si elle veut améliorer ses conditions de travail. Deuxièmement, la protection des intérêts des adhérentes, qui est l’affaire du syndicat proprement dits. Troisièmement, la création d’un bureau de placement qui doit faciliter l’engagement des professionnelles qualifiées. Et quatrièmement, les institutions de prévoyance et d’assistance qui doivent venir en aide aux syndiquées lorsqu’elles affrontent des périodes difficiles.

  • 23 Ces chiffres sont ceux fournis par A. Brégou, « Syndicats d’ouvrières lyonnaises », op. cit., p. 1 (...)

20Le programme est ambitieux et exige un travail incessant de la part de Rochebillard et des femmes qui l’entourent. Nous savons que les cours et les services sont rapidement organisés puisque déjà en 1900 une société de secours mutuels et un bureau de placement sont créés. Aux services proprement dits, il faut ajouter la publication du journal des organisations, Le Travail de la femme et de la jeune fille et son annexe, L’Enseignement professionnel et ménager. L’édition du journal est assurée par l’imprimerie syndicale et, en 1904, nous savons qu’il tire à près de 2 000 exemplaires23.

  • 24 Ibid., p. 13 et M.-H. Zylberberg-Hocquard, Féminisme et syndicalisme, op. cit., p. 236.

21À l’origine, les syndicats lyonnais regroupent à peu près quatre cents adhérentes et, en 1904, ils totalisent un peu plus de 550 syndiquées. Il semble qu’ils n’aient jamais dépassé le chiffre de mille membres24. Leur recrutement se limite à des secteurs peu touchés par les syndicats réformistes ou révolutionnaires : le tertiaire (principalement les employées de commerce), la couture et le travail à domicile, trois secteurs où le processus de syndicalisation est particulièrement ardu, compte tenu de l’isolement des travailleuses et de leur extrême exploitation. Les syndicats lyonnais ne se sont jamais implantés dans les secteurs industriels et il n’est pas certain qu’ils recrutent dans les grands ateliers de couture. Voilà qui limite singulièrement leur rayonnement et leur recrutement.

  • 25 En plus de Rochebillard, on connaît le nom de deux fondatrices, il s’agit de Cécile Desvignes pour (...)
  • 26 H. Rollet, Andrée Butillard, op. cit., p. 25 et passim.
  • 27 M.-L. Rochebillard, « Syndicats d’ouvrières lyonnaises », op. cit., p. 29.
  • 28 M. Perroy, Madeleine Carsignol, la première élève de l’École Normale sociale, Paris, Éditions Spes (...)

22Ils se distinguent également par leur fonctionnement qui n’a rien de démocratique. En effet, le tiers des membres du conseil est nommé par les fondatrices du syndicat et est inamovible. À n’en pas douter, les fondatrices25 et Rochebillard elle-même dirigent sans partage leurs organisations. C’est d’ailleurs un des reproches formulés par Andrée Butillard lors de son passage, vers 1904-1905, aux syndicats lyonnais26. L’assemblée générale se réunit une fois l’an, mais le conseil tient séance une fois par mois. C’est lors des réunions du conseil que les membres prennent les décisions importantes et qu’elles discutent des moyens à prendre pour assurer la défense des syndiquées. Dans la pratique, les syndicats lyonnais comptent sur une amélioration de la législation en faveur des travailleuses et les militantes cherchent à faire pression en ce sens. La grève, ce moyen extrême, est exclue. Selon Rochebillard, la grève est une pratique essentiellement masculine à laquelle les femmes répugnent à recourir27. À notre connaissance, les syndicats lyonnais n’instituent aucune structure de négociation – commission ou conseil – susceptible d’engager le dialogue avec le patronat. Cependant, les militantes font de réels efforts pour être représentées au sein des organismes où l’on discute des questions relatives au travail. À deux reprises, en 1903 et 1906, Rochebillard cherche à se faire élire au Conseil supérieur du travail. Sans succès d’ailleurs puisqu’à chaque fois elle sera battue par la représentante des syndicats affiliés à la Confédération générale du travail (CGT). Ce double échec semble avoir pesé sur la décision de Rochebillard d’abandonner la direction des syndicats qu’elle avait fondés. Désormais, c’est Élisabeth Jacolin et Madeleine Carsignol28, deux militantes catholiques sociales qui impriment aux syndicats féminins lyonnais un cours nouveau. Elles cherchent à nouer et à renouer avec les milieux catholiques sociaux et notamment avec les organisations syndicales féminines fondées depuis peu à Paris. D’ailleurs, en 1919, les syndicats lyonnais seront parmi les premiers à approuver la création d’une confédération des travailleurs chrétiens.

23Les syndicats lyonnais ont sans aucun doute souffert de la mainmise trop exclusive exercée par leurs fondatrices et particulièrement par Marie-Louise Rochebillard. Douée d’une énergie peu commune, animée par un idéal de transformation profonde de la condition des travailleuses, celle-ci n’a pas toujours su construire, au-delà des premières assises, des structures solides qui auraient permis le développement dynamique des organisations syndicales. De nombreux services sont à peine esquissés que Rochebillard songe déjà à en créer de nouveaux, les syndicats eux-mêmes souffrent de nombreuses lacunes. Mal dirigés, les syndicats et les services annexes sont frappés d’impuissance et demeurent inefficaces. Les cours professionnels représentent sans aucun doute sa plus grande réussite. Cela étant dit, la fondation des organisations lyonnaises lui vaut, en 1910, le Prix Tanesse décerné par l’Académie des sciences morales et politiques pour sa contribution à l’amélioration de la condition féminine.

24Malgré les carences réelles qui font des syndicats d’ouvrières lyonnaises des organisations hypertrophiées dont les réalisations concrètes demeurent somme toute plutôt fragiles, ceux-ci vont servir de modèles à de nombreuses autres organisations. Au contact de Rochebillard, plusieurs femmes s’initient à l’action syndicale, que l’on pense à Félicie Boissard qui, en 1902, fonde les syndicats féminins d’Aix-en-Provence et de Marseille, ou à Cécile Poncet qui, en 1906, organise les premiers syndicats féminins de l’Isère. Surtout, en se dégageant peu à peu du modèle des syndicats mixtes de l’aiguille, Marie-Louise Rochebillard esquisse un nouveau type d’organisations, animées et dirigées par les travailleuses elles-mêmes. Ce qui n’exclut nullement – on l’a bien vu – la recherche d’une entente entre les classes. Mais la collaboration de la bourgeoisie catholique se structure autour des services annexes et des cours professionnels et relève davantage de l’action sociale – voire d’une pratique caritative traditionnelle – que du patronage au sens strict du terme.

25Chez Rochebillard, comme chez celles qui vont lui succéder, les problèmes professionnels et sociaux se confondent et une seule organisation doit suffire à tout. En ce sens, l’organisation de la profession, qui passe par la fondation de syndicats patronaux et ouvriers, représente la première pierre dans la construction d’une société rénovée, basée sur les principes chrétiens de justice et de charité. Programme ambitieux et jamais réalisé, mais qui va inciter d’autres femmes à se lancer dans l’action syndicale. Pour les militantes des syndicats féminins parisiens, qu’il s’agisse de ceux de l’Abbaye ou de ceux des Capucines, l’oeuvre de Rochebillard demeure exemplaire en ce qu’elle fonde et consacre une nouvelle forme d’organisation et donc d’engagement.

26Nous allons voir comment les deux grandes fédérations parisiennes – à partir du modèle lyonnais – vont bâtir des organisations efficaces et pallier les lacunes évidentes des syndicats lyonnais. Deux éléments nous semblent fondamentaux dans l’élaboration de ce processus : premièrement, l’appui constant de la communauté des Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul, des milieux catholiques sociaux parisiens et du SECI ; deuxièmement, l’émergence à la direction des fédérations féminines d’une élite qui assure un dynamisme réel et une stabilité aux organisations.

Notes

1 M. Launay, « Aux origines du syndicalisme chrétien en France : le syndicat des employés du commerce et de l’industrie de 1887 à 1914, Le Mouvement social, juillet, septembre 1969, p. 35-56.

2 M.-L. Rochebillard, Le Travail de la femme à Lyon, monographie de syndicats de femmes, Paris, 1901, 20 p. ; « Syndicats d’ouvrières lyonnaises », L’Action populaire, 3e série, no 31, Lille, Paris, 1904, 31 p.

3 L’abbé P. Jardet, La Femme catholique. Son apostolat, son action religieuse et sociale, Paris, Éditions H. Oudin, 1913. G. Hoog, Histoire du catholicisme social en France, Paris, Éditions Domat-Montchrestien, 1942. A. Brégou, « Syndicats d’ouvrières lyonnaises », La Pensée catholique, no 238, mars 1989.

4 M. Launay, La CFTC, origines et développement 1919-1940, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 19 et passim. M. Turmann, Le Syndicalisme chrétien en France, Paris, Valois, 1929, p. 55-56.

5 Sur les rapports entre les mouvements féministes et les femmes chrétiennes, C. Bard, « Féministes et chrétiennes entre les deux guerres », LOC-MPF-MLP-MLO. Femmes, famille et action ouvrière. Pratiques et responsabilités féminines dans les mouvements familiaux populaires (1935-1958), Les Cahiers du GRMF, no 6,1991, p. 221-239.

6 M.-L. Rochebillard, « Syndicats d’ouvrières lyonnaises », op. cit., p. 5.

7 M.-L. Rochebillard, « Syndicats d’ouvrières lyonnaises », op. cit., p. 5.

8 M.-H. Zylberberg-Hocquard, Féminisme et syndicalisme en France, Paris, Éditions Anthropos, 1978, p. 184-193 ; M. Rebérioux, « Le mouvement syndical et les femmes jusqu’au Front populaire », le Féminisme et ses enjeux, vingt-sept femmes parlent, Centre-fédéral FEN, Édilig, 1988, p. 63 et passim.

9 O. Marchand, C. Thélot, Deux siècles de travail en France, Paris, INSEE, 1991, p. 68-69.

10 M.-L. Rochebillard, « Syndicats d’ouvrières lyonnaises », op. cit., p. 3.

11 Article de Rochebillard paru dans La Ruche syndicale, organe de l’Union centrale des syndicats professionnels féminins de l’Abbaye, 8e année, no 3, 15 déc. 1910.

12 J. W. Scott, « L’ouvrière, mot impie, sordide... », Actes de la recherche en sciences sociales, no 83, juin 1990, p. 2-15.

13 C’est ce qu’a bien montré M. Rebérioux, « L’ouvrière », Misérable et glorieuse : la femme du XIXe siècle, textes présentés par J.-P. Aron, Paris, Éditions Fayard, 1980, p. 63.

14 Article du Figaro, 1901, « Dossier Rochebillard », Bibliothèque Marguerite Durand, cité par M.-H. Zylberberg-Hocquard, op. cit., p. 235.

15 Père S. du Lac, « Le fil et l’aiguille », L’Action populaire, 1ère série, no 4, Lille, p. 169.

16 M.-L. Rochebillard, « Syndicats d’ouvrières lyonnaises », op. cit., p. 29.

17 M.-L. Rochebillard, Ibid., p. 10.

18 Md., p. 9.

19 Le roman de M. Audoux, L’Atelier de Marie-Claire, Paris, Fasquelle Éditeurs, 1920, offre une bonne description de l’atmosphère qui règne dans un petit atelier de couture.

20 J.-B. Piolet, « De l’action sociale de la femme – Une organisation d’ouvrières lyonnaises, Mlle Rochebillard », Annuaire-Almanach de l’Action populaire, Paris, Reims, mai 1904, p. 177.

21 Le témoignage de Butillard est rapporté par H. Rollet, Andrée Butillard et le féminisme chrétien, Paris, Éditions Spes, p. 25-26.

22 A. de Mun, Ma vocation sociale. Souvenirs de la fondation de l’œuvre des cercles catholiques d’ouvriers (1871-1875), Paris, P. Lethielleux Librairie Éditeur, 1908, p. 60-62.

23 Ces chiffres sont ceux fournis par A. Brégou, « Syndicats d’ouvrières lyonnaises », op. cit., p. 18.

24 Ibid., p. 13 et M.-H. Zylberberg-Hocquard, Féminisme et syndicalisme, op. cit., p. 236.

25 En plus de Rochebillard, on connaît le nom de deux fondatrices, il s’agit de Cécile Desvignes pour les ouvrières de l’aiguille et de Claudine Valluy pour les ouvrières de la soie.

26 H. Rollet, Andrée Butillard, op. cit., p. 25 et passim.

27 M.-L. Rochebillard, « Syndicats d’ouvrières lyonnaises », op. cit., p. 29.

28 M. Perroy, Madeleine Carsignol, la première élève de l’École Normale sociale, Paris, Éditions Spes, 1927.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search