Version classiqueVersion mobile

Les Débuts du syndicalisme féminin chrétien en France

 | 
Joceline Chabot

Introduction

Texte intégral

  • 1 Les Femmes et le syndicalisme, Actes du colloque, 2-3 décembre 1999, Montreuil, Institut CGT d’his (...)

1En 1999, au terme d’un colloque sur le thème des « Femmes et le syndicalisme »1, les participants en arrivaient au constat suivant : au miroir de l’histoire, les femmes avaient connu beaucoup de difficultés à s’inscrire dans le mouvement syndical du fait de l’organisation sociale mais aussi en raison d’un modèle syndical basé sur une culture essentiellement masculine. Avouons-le, le thème n’est pas nouveau. Les chercheurs, historiens et sociologues, mais également les acteurs du mouvement syndical français sont souvent arrivés à la même conclusion. C’est qu’il y a entre les femmes et le syndicalisme une tension permanente qui non seulement reflète, mais reproduit un système social fondé sur des rapports sociaux inégalitaires entre les sexes.

  • 2 L’Employé, journal de la Fédération des Employés, 46e année, no 456, 10 octobre 1936.

2Ce constat, les militantes des syndicats féminins chrétiens l’ont pensé et exprimé dans des termes assurément différents des nôtres mais qui n’en conservent pas moins le même esprit. À cet égard, qu’il nous suffise d’évoquer un événement qui s’est déroulé à la suite des grandes grèves qui ont secoué la France à l’été de 1936. Lors d’un grand meeting organisé par les dirigeants de l’Union régionale parisienne affiliée à la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) pour défendre la liberté syndicale qui leur semble alors menacée par les tentatives cégétistes d’imposer le monopole syndical, Marie-Louise Danguy, militante de longue date des syndicats féminins chrétiens, prend la parole devant cinq mille personnes – hommes et femmes – réunies à la salle Wagram à Paris. Oratrice efficace et séduisante, Danguy commence par saluer les travailleuses si largement représentées dans la salle. Elle poursuit son discours en soulignant le dynamisme des organisations féminines qui, depuis les grèves de 1936 et les négociations qui ont suivi, ont assuré la défense des revendications propres aux travailleuses. Elle insiste sur le fait que sans la présence active de syndicats féminins autonomes travaillant de concert mais « aux côtés » des syndicats masculins, les revendications spécifiques des femmes n’auraient pas retenu l’attention des dirigeants patronaux et syndicaux2. Dans ce discours, Marie-Louise Danguy assume les traits originaux du syndicalisme féminin chrétien : une organisation basée sur la non mixité au service de la défense des intérêts des travailleuses par les travailleuses elles-mêmes.

3Faire l’histoire des femmes et du syndicalisme c’est d’abord s’interroger sur les tensions qui surgissent lorsque les travailleurs et les travailleuses participent d’un mouvement dont les références culturelles et les représentations sociales demeurent centrées autour d’un modèle culturel masculin. L’étude que nous présentons ici n’échappe à ce questionnement. Dans le cadre d’une « analyse de genre », nous cherchons à explorer la production et la reproduction des inégalités sociales basées sur le sexe dans le cadre du mouvement ouvrier français dans la première moitié du XXe siècle. Cette analyse constitue la trame de fond de notre étude mais notre problématique générale s’articule autour d’une question précise : comment se développe et se transforme une culture féminine à l’intérieur d’un mouvement dont les traditions de luttes et les modes d’organisation empruntent à une culture largement masculine. Il nous a semblé intéressant de nous interroger sur les termes par lesquels les femmes expriment cette inégalité et pensent, par le fait même, leur différence. Plus précisément, nous cherchons à comprendre comment un acteur social collectif – en l’occurrence il s’agit des militantes syndicalistes chrétiennes – légitime son rôle et définit ses rapports avec l’ensemble du mouvement syndical. D’emblée il nous faut préciser que le terme de culture est entendu ici dans son sens le plus large. Il se réfère, d’une part aux productions sociales qui émanent d’un individu ou d’une communauté et, d’autre part, aux pratiques qui rendent possible l’expression et la communication d’un savoir-faire, d’un discours et d’une vision du monde propre à cette communauté.

4Le temps de notre étude se situera des années 1899 à 1944, soit de la naissance des premières organisations féminines à Lyon jusqu’à la disparition brutale de tous les syndicats féminins en 1944. Dans ce cadre temporel, nous cherchons à comprendre les conditions qui marquent la naissance des différentes organisations féminines et qui contribuent à façonner leur identité tout au long de leur histoire. Il sera donc question des lieux d’implantation, des rapports avec les milieux catholiques, de l’action revendicative au fil des événements qui marquent l’histoire sociale de la France, du parcours et de la personnalité des militantes, de leur discours et de leurs pratiques. Autrement dit, il sera question de l’expérience originale que représente le syndicalisme féminin chrétien dans l’ensemble du paysage syndical français.

5L’histoire du syndicalisme féminin chrétien n’est pas seulement le récit d’une suite logique d’événements marqués, ici et là, de moments forts dont la reconstitution nous donnerait à comprendre l’origine et le développement. Le passé ne nous est pas transmis à travers une série d’événements dont la succession dans le temps nous permettrait de suivre le cours dans la logique d’une explication causale. Les historiens savent que la connaissance du passé représente une entreprise difficile dont l’interprétation n’est pas toujours assurée. Si nous fondons cette étude sur l’histoire des syndicats féminins chrétiens, nous cherchons surtout à comprendre comment la conscience du passé dans son rapport toujours problématique au présent constitue une référence à partir de laquelle les individus forgent leur identité. Autour de la notion d’identité collective et de sa représentation sociale, nous retrouvons la question même du devenir des syndicats féminins chrétiens dont nous allons maintenant entreprendre l’étude.

Notes

1 Les Femmes et le syndicalisme, Actes du colloque, 2-3 décembre 1999, Montreuil, Institut CGT d’histoire sociale, 2001.

2 L’Employé, journal de la Fédération des Employés, 46e année, no 456, 10 octobre 1936.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search