Version classiqueVersion mobile

L'Enseignement au temps des congrégations

 | 
Sarah A. Curtis

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Cette continuité est la plus frappante dans le débat contemporain portant sur le droit des filles (...)

1En 1984, le gouvernement récemment élu de François Mitterand, réalisant une promesse socialiste datant de la Troisième République, essaie de restreindre l'indépendance des écoles privées (pour la plupart catholiques), tentative qui s'achève en un véritable échec. Des milliers de citoyens français descendent dans la rue avec, comme points culminants, les manifestations de Versailles et de Paris qui rasssemblent chacune plus d'un million de personnes et obligent le gouvernement à retirer son projet. À l'automne 1993, de nouvelles protestations éclatent quand un autre gouvernement, de droite cette fois, veut donner davantage de moyens aux écoles privées. Les gouvernements français successifs ont renoncé depuis à toucher à l'équilibre entre écoles publiques et écoles privées, mais d'autres tentatives de réforme de l'enseignement font encore descendre des manifestants dans les rues. Même s'il reste aujourd'hui peu de Français pour croire aveuglément, comme leurs parents du xixe siècle, que l'enseignement peut à lui seul refaçonner les valeurs et les croyances de la société, l'école reste en France un remarquable terrain de contestation du pouvoir politique, d'expression des aspirations nationales et de bruyantes manifestations. Le vocabulaire utilisé par les politiciens, les éducateurs et les citoyens contemporains pour débattre de la politique et de la signification de l'école restent remarquablement semblable à celui utilisé au cours de la guerre scolaire de la Troisième République, alors même que les conditions ont considérablement changé au cours du siècle écoulé1. La conception qui se fait l'opinion publique de l'histoire de l'enseignement en France, de son passé comme de son présent, reste fermement centrée autour de l'école républicaine considérée comme un agent essentiel des changements sociaux, culturels et politiques.

2Cet ouvrage voudrait montrer qu'une telle vision des choses fait l'impasse sur un certain nombre de réalités de l'histoire de l'enseignement en France et de son évolution dans lesquelles il faut prendre en compte l'action des enseignants et des institutions catholiques, de la même façon que l'on se doit de réévaluer le rôle de l'Église catholique dans la construction de la Nation française contemporaine. Au cours du xixe siècle, les écoles deviennent le lieu non seulement de l'acquisition du savoir et des compétences, mais aussi de la formation d'une identité sociale, culturelle et nationale. Ce processus exige une scolarité uniforme et largement répandue, une fréquentation régulière, des méthodes d'enseignement éprouvées, et le respect de l'enseignement lui-même. En France, l'Église catholique joue un rôle essentiel dans cette transformation en fournissant les indispensables structures de transition entre l'école primaire de l'Ancien Régime et celle de l'âge contemporain. Ses écoles sont uniformes, professionnelles et régulières, mais aussi locales, traditionnelles et accessibles. Son personnel se situe à mi-chemin entre les modèles de l'enseignement bénévole et de l'enseignement professionnel. Les élèves y apprennent les rythmes et les exigences de la société industrielle à travers des standards religieux de discipline et d'ordre. C'est grâce aux initiatives catholiques et aux fonds mis en œuvre, que sont jetées les bases de l'enseignement de masse. Bien plus que les écoles elles-mêmes, les congrégations enseignantes ont offert un modèle puissant de scolarisation qui est assimilé ensuite par les maîtres laïcs, depuis l'idée que l'instituteur est un missionnaire jusqu'au concept quelque peu contestable que les écoles peuvent façonner les esprits et transmettre une idéologie.

3Cette étude cherche à montrer que la capacité de l'Église à contribuer à la construction de l'éducation universelle française est explicitement fondée sur des valeurs religieuses. Le point essentiel sur lequel catholiques et Républicains s'opposent porte sur le rôle de la religion dans la culture et la société. Les catholiques sont hostiles à la conception laïque qui considère la religion comme une affiliation parmi d'autres, plutôt que comme la source de toutes les autres croyances et institutions. Évêques, curés, frères et sœurs enseignants, et beaucoup de leurs partisans, voient dans l'école catholique la colonne vertébrale d'une vie publique catholique revitalisée, qui aurait eu comme avantage supplémentaire d'assurer un futur solide à l'Église française à travers l'évangélisation de ses élèves. Les congrégations enseignantes, en tant qu'organisations religieuses, sont motivées par un but commun et un esprit de corps. L'ouverture d'écoles congréganistes est le résultat de l'évangélisation et de la charité religieuses. Leurs méthodes pédagogiques découlent d'un modèle religieux d'uniformité, de surveillance et de contrôle. L'accroissement des exigences de la formation et de la responsabilité se greffe sur les structures monastiques d'organisation et d'administration.

  • 2 Il est notoirement difficile, évidemment, de déceler et de mesurer le sentiment religieux. Voir Gé (...)

4L'une des missions de l'école primaire catholique populaire est de rendre à l'Église une position prééminente et influente, et de rechristianiser la France post-révolutionnaire. Au regard de ces objectifs, les catholiques ont obtenu un résultat mitigé. À travers ses écoles, l'Église catholique fait la preuve de sa capacité à répondre à une importante demande sociale en augmentant ainsi son prestige et en rehaussant son image. Les religieux et les religieuses symbolisent l'engagement de l'Église au service des pauvres dans une société et une économie en mutation rapide. Par ailleurs, en augmentant de manière importante les effectifs de ses congrégations religieuses actives, l'Église retourne aux sources de la Réforme tout en répondant implicitement à la critique du Siècle des Lumières qui lui reproche de ne pas répondre à une fonction sociale. Mais en dépit d'un régime constant de prières, de catéchisme et d'histoire sainte maintenu dans les écoles congréganistes, la France de 1901 n'est pas un pays plus religieux qu'elle ne l'était en 1801, comme les dirigeants de l'Église le reconnaissaient eux-mêmes2. Le rêve tridentin de paroisses ferventes et bien ordonnées ne s'est jamais réalisé. Mais la contribution des catholiques français à l'enseignement populaire dessine les contours religieux du xixe siècle. Il se peut également que les écoles congréganistes aient favorisé une culture chrétienne commune et établi un ensemble de références et de symboles qui ont duré plus longtemps que les pratiques particulières de dévotion. Enfin, certains éléments laissent à penser que si la foi ne s'est pas plus répandue, elle devient plus profonde dans certaines tranches de la population. Ceux qui en France pratiquaient la religion, à la fin du xixe siècle, peuvent bien le faire de manière plus fervente et plus orthodoxe. Le renouveau religieux, qui persiste jusqu'à la Première Guerre mondiale, témoigne d'un intérêt durable pour le culte et les symboles catholiques enseignés dans les écoles primaires.

5Les femmes de France restent certainement plus fidèles à leur foi que les hommes, traduisant peut-être ainsi le rôle de l'école en même temps que l'influence de certaines normes culturelles très fortes. Le quasi monopole dont dispose l'Église catholique dans l'enseignement des filles pendant la plus grande partie du xixe siècle permet d'expliquer en partie la différence grandissante entre les attitudes des hommes et des femmes au regard de la fidélité et de la sensibilité religieuse. Le catholicisme, tel qu'enseigné dans les écoles congréganistes, donne aux filles, en tant que futures mères, un rôle important dans la régénération de l'Église, tout en maintenant des stéréotypes sexuels dans d'autres domaines. Les valeurs dites "féminines" de soumission et de vie de famille, que les écoles congréganistes encouragent durant tout le siècle, les rendent acceptables pour les communautés et les élites locales. Mais le fort soutien très particulier des femmes en faveur de ces écoles - tel qu'il se manifeste à travers les taux élevés et constants d'inscription, où de manière plus évidente, par les manifestations de 1901-02 - suggère que ces écoles constituent aussi un lieu de l'identité féminine française au xixe siècle. Dans leur soutien des institutions catholiques, y compris les écoles, les Françaises trouvent un exutoire dans des activités qui ne sont ni soumises, ni domestiques. Et comme ces institutions opèrent dans la sphère publique, les femmes catholiques peuvent participer au sens large à la vie de la nation française.

6La capacité des femmes à utiliser les institutions catholiques pour élargir leur rôle et leurs perspectives de vie est encore plus vrai pour les centaines de milliers de femmes du xixe siècle qui s'engagent dans les congrégations enseignantes. Les femmes des classes populaires du xixe siècle que l'on voit dans cette étude ont des choix de vie limités. L'appartenance à ces congrégations enseignantes leur permet d'améliorer leurs conditions de travail, d'échapper aux limites du mariage et d'améliorer leur statut social. Dans certain cas, cela les conduit à des positions d'influence et de pouvoir bien réelles. Ces rôles ne sont toutefois accessibles que parce qu'ils prennent place dans les limites d'une institution sociale largement admise qui protège la vertu de ces femmes et plafonne leurs ambitions par une hiérarchie dominée par les hommes. Les religieuses du xixe siècle semblent personnaliser toutes les vertus de sollicitude domestique et maternelle, alors qu'elles travaillent en réalité dans un domaine extérieur à la fois du foyer et du mariage. De ce fait, en temps qu'acteur historique, elles battent en brèche le modèle communément répandu des « sphères séparées », qui est largement évoqué pour expliquer les rôles respectifs des hommes et des femmes dans l'Occident du xixe siècle. L'étude des religieuses laisse supposer qu'un tel modèle, s'il a son utilité, peut aussi se révéler conceptuellement limitant. Ces femmes ne peuvent être aisément situées ni dans la sphère publique ni dans la sphère privée, car en France, elle utilisent leur « clôture » métaphorique et l'identification avec les vertus familiales pour travailler dans l'une des institutions la plus visible et plus contestée du xixe siècle : l'école primaire.

7Cette idée que les femmes catholiques aient pu utiliser leurs attaches et leurs convictions religieuses pour brouiller les frontières entre sphères privée et publique est plus facile à admettre si on ajoute qu'il nous faut revoir notre conception du rôle de l'Église vis-à-vis de l'État français au xixe siècle. Dans la France post-révolutionnaire, les catholiques résistent souvent aux changements et condamnent les idées nouvelles. En politique, ils deviennent associés à un désir de retour à l'Ancien Régime et à l'alliance assurée entre le Trône et l'Autel. Le « Syllabus » promulgué par le pape Pie IX en 1864 attaque libéralisme, laïcité, nationalisme et la civilisation moderne. L'affaire Dreyfus creuse davantage le fossé entre la droite catholique et la gauche anticléricale qui conduit à la Séparation de l'Église et de l'État en 1905 et marque l'apogée d'un siècle de relations devenues de plus en plus antagonistes et hostiles entre l'Église et l'État. Mais la représentation familière d'une Église intransigeante et rétrograde est contredite par l'histoire de l'école primaire catholique. L'Église catholique du xixe siècle n'est pas une institution monolithique qui agit toujours de concert. Dans le domaine fondamental du développement et de la transformation de l'enseignement, les congrégations adaptent les structures religieuses aux nécessités de la modernisation d'une façon novatrice et frappante. Jusqu'à la Troisième République, les enseignants catholiques sont partenaires et non adversaires dans le processus d'enseignement universel – une des caractéristiques de l'âge contemporain – dispensé aux élèves français. C'est pourquoi, lorsque l'État a pris un rôle plus actif dans l'enseignement, les enseignants catholiques ont vigoureusement défendu ce qu'ils perçoivent comme leur mission particulière dans la société et la culture françaises.

8En dépit du discours polémique, les relations entre l'Église catholique et l'État français sont plus souvent interdépendantes que contradictoires. Pendant une grande partie du siècle, l'État français utilise les valeurs religieuses et les institutions de l'Église pour faire respecter l'ordre social et assurer certains services sociaux comme l'instruction. L'Église elle-même consent à ce rôle parce qu'il lui procure une source d'influence et de pouvoir, et lui permet de poursuivre sa propre mission de rechristianisation. Pour bien prendre conscience toutefois de cette communauté d'intérêt, nous devons nous pencher, comme cet ouvrage a souhaité le faire, sur la façon dont les institutions catholiques fonctionnent effectivement dans la société française. Il faut aussi faire la distinction entre les actions de l'État au niveau national et les conflits et les tensions plus opaques qui existent au niveau local où l'implantation de l'école primaire a réellement lieu. Tout au long du siècle, les parents et les autorités au niveau local accueillirent favorablement les initiatives catholiques dans le domaine de l'enseignement dans la mesure où cela permettait de fournir à moindre coût des services utiles et de renforcer les valeurs locales.

  • 3 Bien que quelques ouvrages récents commencent à soutenir qu'il faut élargir la conception de l'Éta (...)

9De même que les historiens revoient aujourd'hui leur conception du développement de l'État Providence, il importe de considérer aussi les associations et les institutions catholiques comme incluses dans ce processus3. Aucune autre institution ne sert autant de modèle de l'État Providence au xixe siècle que l'école primaire. Non seulement l'école est considérée comme vitale pour la santé de la Nation française, mais elle nécessite des investissements considérables pour la réalisation d'un bien commun. De la même façon que les contemporains attribuent aux maîtres d'école prussiens la victoire de 1870 qui établit la Nation allemande contemporaine, les historiens estiment que la France, par sa politique sociale, s'est laissé distancer par l'Empire allemand. À l'aube de la Première Guerre mondiale, la France a « rattrapé » l'Allemagne dans un certain nombre de domaines sociaux, dont l'enseignement primaire. Dans le secteur de l'enseignement, le gouvernement ne légifère pas seulement sur la structure et le contenu de l'enseignement, il s'engage aussi dans les dépenses publiques que nécessite l'école publique primaire tout en tolérant un système parallèle, celui des écoles catholiques financées de manière privée. Mais ceci est le résultat d'un siècle de construction. L'enseignement primaire subventionné par l'État français est construit à l'origine sur un partenariat où les curés, les membres des congrégations enseignantes, les élites, les parents et les autorités locales contribuent aux ressources et apportent leurs compétences pour créer un réseau d'écoles populaires primaires. Le fait que ces écoles aient été modestes, d'orientation religieuse et d'une vision du monde plutôt conservatrice, ne doit pas faire oublier leur contribution à la construction de la France contemporaine. En fait, c'est l'insuffisance de l'État et de la législation dans le domaine de l'instruction comme dans les autres services sociaux, qui contribue au développement d'un modèle d'enseignement philanthropique qui, même s'il n'est pas financé par l'État, n'en est pas moins bien réel.

10L'histoire de l'enseignement primaire en France souffre, peut-être plus qu'aucun autre domaine, de la propension à juger du passé par le présent. Du fait que l'école laïque soutenue par l'État est devenue le modèle d'enseignement dominant dans la France du xxe siècle, et parce que cette école laïque « gagne » la guerre scolaire, la contribution catholique dans le domaine de l'enseignement au cours du xixe siècle est sous-estimée, excepté par ceux qui y ont quelque intérêt politique. Le mythe remplace la réalité, la polémique se substitue aux faits. Nous espérons que cette étude élargira le regard sur un sujet inutilement politisé et redonnera aux écoles catholiques et à leurs maîtres leur place au registre de l'histoire.

Notes

1 Cette continuité est la plus frappante dans le débat contemporain portant sur le droit des filles musulmanes à porter le foulard en classe. La plupart des enseignants français ont défendu l'école publique comme un lieu dans lequel tout symbole religieux de quelque forme que ce soit est interdit, préservant ainsi, à leurs yeux, l'assimilation culturelle et l'unité nationale.

2 Il est notoirement difficile, évidemment, de déceler et de mesurer le sentiment religieux. Voir Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine (Toulouse, 1986), vol. 1, 1800-1880, 171-85 ; et Ralph Gibson, A Social History of French Catholicism, 1789-1914 (Londres, 1989), 227-32.

3 Bien que quelques ouvrages récents commencent à soutenir qu'il faut élargir la conception de l'État Providence français pour comprendre l'association bénévole aussi bien que la politique familiale, ils ne tiennent pas compte de la contribution catholique. Voir Philip Nord, « The Welfare State in France, 1870-1914, » French Historical Studies 3 (1994) : 821-38.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search