Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Enseignement au temps des congrégations

 | 
Sarah A. Curtis

Deuxième partie. L'enseignement catholique sur la défensive 1870-1905

Chapitre 7. Persécution et résistance (1901-1904)

Texte intégral

  • 1 ACSV, Dossier « Expulsion des religieux de France, 19021-908 : Religieux sécularisés non dispensés (...)

1Le 6 janvier 1903, le Frère Blanck des Clercs de Saint-Viateur écrit à ses supérieurs pour leur demander d'être relevé de ses vœux et de ne plus figurer sur le registre de la congrégation. La lettre est courte – presque conventionnelle – et elle n'offre aucun détail nous permettant de savoir comment il est arrivé à sa décision. Treize jours après, il écrit une deuxième lettre demandant une preuve écrite de son départ qu'il puisse montrer aux autorités, et expliquant son acte et celui des autres frères de sa communauté. « Depuis un huitaine de jours, écrit-il, nous avons quitté à regret l'habit religieux pour mettre le costume civil [mais] nous restons religieux au même titre. L'habit, ajoute-il, ne fait pas le moine »1.

2En arrangeant un départ frauduleux de sa congrégation, le Frère Blanck n'est pas le seul. Entre 1901 et 1904, le gouvernement français adopte une série de lois dont l'objectif est de régler l'activité des congrégations religieuses, d'interdire à leurs membres d'enseigner et de dissoudre ces congrégations dont le seul but est l'enseignement. Les congrégations religieuses réagissent à ces lois de plusieurs manières – en réduisant leurs effectifs, en modifiant leurs activités, en se dispersant à l'étranger – mais elles résistent aussi en continuant à fournir aux écoles françaises un personnel français en habits laïcs. Des milliers de frères et sœurs enseignants français rompent officiellement avec leurs congrégations religieuses et adoptent les signes extérieures des vies laïques, tout en restant fidèles à leurs vœux et obéissants à leurs supérieurs. De cette manière, ils peuvent rester comme enseignants dans les écoles paroissiales dans toute la France, sauvant à la fois l'école catholique et leurs propres carrières.

3Pour les congrégations enseignantes, la période commençant en 1901 ne le cède qu'à l'époque de la Révolution, en matière de persécution et de trahison. Une fois encore, un gouvernement hostile les force à se disperser et à se cacher ; une fois de plus, ils comptent sur le soutien des fidèles pour continuer leur œuvre d'évangélisation et d'éducation chrétienne. Bien que le développement de l'enseignement primaire républicain et la législation des années 1880 aient alors lancé un défi à leur mission éducative, à l'intérieur et à l'extérieur de l'Église catholique, elles sont encore, en 1901, des agents importants dans l'enseignement primaire. Les écoles catholiques sont encore à la portée des enfants de toutes les classes sociales ; des jeunes hommes et des jeunes filles répondent toujours à l'appel pour devenir sœurs ou frères enseignants. Entre le vote en 1886 de la loi Goblet – interdisant aux maîtres congréganistes d'enseigner dans les écoles publiques – et la loi de 1901 sur les associations, catholiques et anticléricaux cœxistent dans une paix relative en matière scolaire. Le Pape Léon XIII presse les catholiques, en 1890, de « se rallier à la République » et la plupart des membres de l'Église et de la communauté catholique obtempèrent. Cependant, l'affaire Dreyfus et l'élection en 1899 d'un gouvernement anticlérical marquent la fin de cette trêve fragile, quand les politiciens, une fois de plus, cherchent à réduire l'influence de l'Église dans le domaine éducatif. Deux lois, celle du 1er juillet 1901, concernant les associations, et celle du 7 juillet 1904, entraînant la suppression des congrégations enseignantes, sonnent le glas du système scolaire catholique tel qu'il a fonctionné durant le xixe siècle.

  • 2 Textes législatifs II : Associations et congrégations ; Documents officiels du 1er juillet 1901 au (...)
  • 3 La loi était assez ambiguë quant à savoir si les autorisations obtenues sous les gouvernements pré (...)

4La loi de 1901, présentée par René Waldeck-Rousseau, cherche à contrôler tous les instituts religieux, de quelque type que ce soit (contemplatifs ou actifs), en les plaçant sous une surveillance et un contrôle gouvernemental plus stricts. Elle déclare qu'aucune congrégation religieuse ne peut être fondée sans l'autorisation du parlement, que la dissolution d'une congrégation peut être prononcée par décret du Conseil des Ministres, que les congrégations non autorisées ne peuvent ni enseigner ni tenir un établissement et que ces congrégations non autorisées doivent solliciter l'autorisation dans les trois mois après la publication de la loi. Le décret du 16 août 1901 autorise la liquidation des biens de toutes les congrégations non autorisées2. La promulgation de la loi de 1901 entraîne beaucoup de confusion, tandis que les congrégations religieuses se hâtent de solliciter une autorisation pour elles-mêmes et pour leurs établissements3.

  • 4 Par exemple, les Assomptionnistes avaient refusé de soutenir la République, en dépit du ralliement (...)
  • 5 Des autorisations sont demandées en 1903 par 48 congrégations masculines et 390 féminines ; les pr (...)
  • 6 Textes législatifs II.

5Cependant, la loi telle que Waldeck-Rousseau l'a prévue et interprétée n'a pas pour but de mettre les congrégations au chômage, simplement de faciliter le contrôle gouvernemental sur celles qui sont politiquement marquées4. Mais Émile Combes, qui devient premier ministre au cours de l'été 1902, applique la loi avec rudesse. Le 25 juillet, Combes ordonne, par circulaire ministérielle, la suppression de 2 500 congrégations françaises non autorisées. En 1903, le parlement refuse en masse toutes les demandes d'autorisation5. En 1904, le gouvernement Combes fait voter une loi beaucoup plus claire : elle interdit simplement toute activité scolaire à l'ensemble des congrégations enseignantes. La nouvelle loi prévoit aussi la dissolution des congrégations enseignantes dans l'intervalle de dix ans et la confiscation de leurs biens. Les congrégations enseignantes ne peuvent recruter de nouveaux membres ou garder ouverts leurs noviciats, sauf pour celles qui préparent des maîtres en vue des missions et des colonies6.

6Ces lois ont un effet dévastateur sur les congrégations religieuses, laissant les enseignants congréganistes sans emploi, et les curés comme les parents chrétiens sans écoles. Bien que les congrégations et l'Église aient connu, avant 1901, des escarmouches avec les lois scolaires, elles se sont, d'une façon ou d'une autre, adaptées à la législation en vigueur, que ce soit en passant des écoles publiques à des écoles libres ou en obtenant pour leurs enseignants les diplômes requis. De fait, l'une des forces de l'enseignement primaire catholique en France a été sa capacité à exploiter à son avantage le climat politique et législatif. Mais après 1901, la situation exige de nouvelles tactiques, largement illégales. La vague de fermetures d'écoles en 1902, faisant suite aux refus d'autorisations et à la circulaire Combes, soulève pour l'Église et pour les congrégations deux problèmes distincts mais interdépendants, que la loi de 1904 ne fait qu'exacerber. Tout d'abord, l'école libre doit être sauvée et pourvue d'enseignants pour assurer une éducation catholique aux enfants. L'Église ne dispose pas du personnel laïc nécessaire pour assurer un nouvel encadrement immédiat de toutes les écoles catholiques françaises. Deuxièmement, les congrégations religieuses doivent assurer leur propre survie et offrir un emploi à leurs membres. Même si elles gardent un soutien public considérable, et en particulier en ce qui concerne les écoles congréganistes fermées en 1902, la survie même des congrégations dépend finalement de la manière dont leurs membres répondent à la crise déclenchée par la nouvelle législation. Des écoles catholiques restent ouvertes après 1904 parce que les religieux et les religieuses comme le Frère Blanck acceptent de défier la loi, résolvant la crise de conscience qui veut les obliger à choisir entre leur missions religieuse et éducative. De cette façon, ils mettent à l'épreuve les limites de la vie religieuse et aussi la politique nationale d'enseignement, et marquent un tournant décisif dans le système d'enseignement catholique qui s'est développé depuis un siècle.

Fermer l'école congréganiste

  • 7 André Lanfrey, Les Catholiques et l'école (1902-1914) (Paris, 1990), 42. ASMR, 3 F 1, « État de la (...)
  • 8 AStJ, G 5, « Conseil du 11 décembre » (1901). AStJ, 7 Q 18, la Sœur Marie Claver à la Supérieure g (...)

7Au début, les congrégations lyonnaises abordent le défi législatif comme un problème à court terme qui peut être affronté en remplissant les dispositions de la loi et en mobilisant le soutien public. Les supérieurs généraux des congrégations masculines françaises, à l'exception de celle des Frères des Écoles Chrétiennes, se réunissent à Saint-Genis-Laval (Rhône), en 1901, pour consulter un avocat sur le problème des autorisations, mais ils n'établissent pas de plan d'action commun. Les Sœurs de l'Enfant-Jésus écrivent anxieusement au sous-préfet et au préfet pour connaître leurs obligations légales7. En décembre 1901, le conseil des Sœurs de Saint-Joseph s'attèle à « l'énorme travail » de demander une autorisation pour ceux de leurs établissements qui n'en ont jamais reçue. En 1902, la sœur enseignante travaillant dans la commune de Planfoy (Loire) « s'était rendue tous les jours à la préfecture » pour connaître le statut de son école et « tous les jours avait été renvoyée à plus tard » ; finalement le fonctionnaire admet qu'il ne peut pas lui répondre avant qu'il ait reçu des instructions de Paris8. Les comités de défense catholiques et le Bulletin des Congrégations proposent leurs conseils quant au processus d'autorisation et le Ministère de l'Instruction publique est inondé de demandes d'autorisation.

  • 9 AN, F 17 12495, « Statistique au 12 octobre 1903 des écoles primaires privées congréganistes fermé (...)
  • 10 AN, F 19 6085, coupures tirées de Le Nouvelliste (1902).
  • 11 L'intensité de la résistance aux fermetures varie selon les régions. Dans le Pas-de-Calais, par ex (...)

8L'imagination du public n'est saisie de l'urgence du problème qu'après la circulaire Combes en juillet 1902, quand les agents gouvernementaux commencent à fermer les écoles congréganistes non-autorisées. Dans le diocèse de Lyon, la plupart de celles-ci appartiennent aux Sœurs de Saint-Joseph, aux Sœurs de Saint-Charles et aux Sœurs de l'Enfant-Jésus. Pour octobre 1903, après que toutes les autorisations en cours de demande ont été refusées, y compris celles des congrégations masculines, le gouvernement a déjà fermé 246 écoles congréganistes dans le Rhône, 170 dans la Loire, et 10 000 pour l'ensemble de la France9. Les tentatives pour sauver ces écoles sont menées sur plusieurs fronts : protestations des évêques, activité renouvelée des groupes de laïcs, résistance des congrégations religieuses, défis et défections de la part des enseignants congréganistes individuellement. À Lyon, le Cardinal Coullié suggère aux parents et aux bienfaiteurs des écoles qu'ils doivent apporter leur aide pour protéger les congrégations par « leurs prières, leurs conseils et leur action »10. De nombreux partisans de l'enseignement chrétien répondent à cet appel en signant des pétitions, en participant à des manifestations, en venant au secours des maîtres déplacés, et en coopérant à la réouverture des écoles avec des maîtres laïcs. Cependant, la résistance la plus forte dans le diocèse de Lyon se produit lors de la première vague de fermetures, en juillet et août 190211. Cette résistance, qui est souvent violente, se concentre sur les écoles de filles et les écoles maternelles et montre combien ces établissements sont bien implantés dans la population locale.

  • 12 Ces trois exemples sont tirés de AN, F 19 6085, Commissaire de police, Procès-verbal (1902).
  • 13 AN, F 19 6085, le Préfet du Rhône au Ministre de l'Intérieur (1902). ADL, V 549, Ministère de l'In (...)

9De par la loi, la police doit expulser les enseignants, qui souvent habitent sur place, et mettre des scellés sur les portes des bâtiments. S'attendant à des troubles, les autorités font leur possible pour réduire la possibilité d'une protestation publique. La décision de fermeture d'une école donnée n'est pas communiquée avant la veille du jour fixé. À Lyon, les écoles congréganistes du centre ville sont toutes fermées le 26 juillet 1902 (le lendemain de la circulaire de Combes), à partir de six heures et demie du matin, heure à laquelle la police trouve les sœurs assistant à la messe en dehors de chez elles, mais cette heure matinale réduit le nombre de spectateurs. Néanmoins, quand la police arrive pour fermer une école congréganiste, elle se trouve souvent en présence de manifestants. À l'école de la rue des Farges, environ cinquante personnes, surtout des femmes, crient « Vive les sœurs !. Elles reviendront », pendant que la police expulse les enseignantes et place les scellés sur les portes de l'école. Lorsque la police arrive à l'école des filles de la rue d'Ivry, à neuf heures, il y a là trois cents personnes, mais les cris de « Vive les sœurs ! » alternent avec ceux de « À bas les sœurs ! » À l'arrivée du commissaire, la foule se disperse. À l'école de la rue Adelaïde Perrin, la police accorde aux sœurs un temps supplémentaire pour ramasser leurs affaires, pourvu qu'elles donnent leur accord de ne pas en profiter pour organiser une manifestation ; l'école est fermée dès sept heures du matin12. Les écoles de Villeurbanne, Saint-Fons et Francheville sont fermées également ce jour-là ; la police ne rencontre de résistance que dans trois cas. À Saint-Étienne, les fermetures attirent une foule de trois à quatre cents personnes à chacune des douze écoles, mais les manifestants se contentent de chanter des cantiques et la Marseillaise13.

  • 14 ADL, V 549, Commissariat de Police : Rapport (1902).
  • 15 Les Sœurs de Saint-Charles de Lyon (Annales de la congrégation), vol. 2, 1874-1900 (Lyon, 1923), 2 (...)

10D'autres fermetures attirent davantage de gens et sont plus violentes. Des foules de trois à quatre cents personnes ne sont pas rares dans les villes plus importantes, et, à Saint-Chamond, la police estime la foule à trois mille personnes, bien que ce chiffre englobe les adversaires et les partisans des écoles catholiques14. Dans les communes plus petites, il n'est pas rare de voir les habitants appelés par le tocsin à se rassembler en quelques minutes devant l'école congréganiste15. Les manifestants montrent leur soutien habituellement par des cris et des chants, mais on rapporte aussi des injures pour la police ou pour les spectateurs. Dans un certain nombre d'écoles, quand la police arrive, les portes sont bloquées par la foule ou cadenassées, les enseignants et les propriétaires enfermés à l'intérieur. Quand les occupants refusent d'ouvrir, toute la procédure est retardée tandis qu'un serrurier est requis et les portes ouvertes de force. Il reste à la police à surveiller le départ des enseignants, à convaincre les propriétaires de signer l'engagement de ne pas rouvrir l'école, et à poser les scellés aux entrées, habituellement sous les clameurs d'une foule hostile. Le travail accompli, souvent la foule accompagne les sœurs en cortège à la maison où elles prennent refuge.

  • 16 AN, F 19 6151, Prefect (Rhône) to Ministère de l'Intérieur et des Cultes (1902).
  • 17 Le Comité de Défense Catholique de Lyon pense que si les congrégations restent dans leurs écoles j (...)
  • 18 ADR, Z 56-38, « Procès-verbal : Renseignements demandés par M. le Sous-Préfect sur l'école congrég (...)
  • 19 AN, F 19 6085, Commissaire de police, Procès-verbal (1902).
  • 20 AN, F 19 6081, le Préfet de la Loire au Président du Conseil, Ministère de l'Intérieur (1902). ADL (...)

11Les sœurs enseignantes sont elles-mêmes habituellement passives durant tout le processus, ne voulant ordinairement pas quitter avant que la police ne soit dans le bâtiments mais rarement incitant à la violence ou l'encourageant. « Presque partout, » signale le préfet du Rhône, « elles ont observé une prudent réserve »16. La plupart ont reçu de leurs supérieurs l'ordre de coopérer17. Mais les autorités locales signalent de temps en temps les exemples d'enseignants congréganistes qui refuse de quitter les lieux. À Saint-Bonnet-le-Troncy (Rhône), par exemple, quatre sœurs enseignante, « sont décidées à rester dans l'immeuble qu'elles occupent ; elles enseignent toujours et ne se disposent pas à fermer »18. Certaines religieuses ont pu, en fait, être déchirées entre le désir de coopérer et celui de protéger leur domaine. À l'école de la rue Paul Bert à Lyon, une des sœurs institutrices indique à la police l'existence de deux autres salles de classe dans un bâtiment annexe, à l'exaspération des « autres religieuses qui ont ouvertement manifesté leur mécontentement à leur camarade, mais celle-ci a répliqué qu'elle estimait de son devoir de ne rien cacher »19. Les congrégations masculines semblent avoir été plus actives pour faire circuler les pétitions et encourager les protestations locales. À Saint-Étienne, la police arrête un garçon de douze ans, agissant, dit-il, sous les ordres de son maître congréganiste, et distribuant de petits papiers multicolores portant des phrases telles que « Vive la liberté d'enseignement ! » et « Consacrez les millions que vous coûterait la suppression de l'enseignement libre à donner du travail aux ouvriers des manufactures ». À Rive-de-Gier, les Frères Maristes posent des affiches demandant à leurs anciens élèves de faire pression sur le conseil municipal pour maintenir leur école20.

  • 21 AN, F 19 6085, le Comité d'Union des forces républicaines/radicales/socialistes au Préfet du Rhône (...)

12Les anticléricaux affirment que pétitions et manifestations sont orchestrées par les prêtres, les patrons et les conservateurs. Dans beaucoup de communes, la bataille des fermetures est encore une bataille de plus dans la lutte permanente entre clercs et anticléricaux, entre conservateurs et républicains. Parfois, le conseil municipal et le maire font de la lutte pour l'école libre locale une affaire officielle ; dans d'autres, ils protestent véhémentement contre les machinations du clergé local et des patrons. Les anticléricaux accusent les partisans des écoles congréganistes de falsifier les pétitions en répétant les signatures, en permettant aux illettrés de marquer leur croix plusieurs fois, de collecter les signatures d'enfants de moins de quinze ans et de faire pression sur les gens pour signer21. Les adversaires accusent souvent le curé de menacer ses paroissiens d'excommunication s'ils refusent de soutenir l'école.

  • 22 ADL, V 546, le Sous-préfet de Roanne au Préfet (1902). AMSE, 3 P 8, « Extrait des registres des dé (...)
  • 23 La réunion rassemble 24 personnes. AN, F 19 6085, le Préfet du Rhône au Président du Conseil d'Éta (...)

13Dans la Loire, où les industriels sont de chauds partisans de l'enseignement catholique – et où il y a le plus de manifestations – les patrons d'usine sont suspectés de conduire leurs employés en masse aux manifestations. Les exemples de pression d'employeurs peuvent certainement être trouvés. Le sous-préfet de Roanne rapporte que « les principaux industriels de Saint-Symphorien n'admettent pas dans leurs usines les ouvriers qui n'envoient pas leurs enfants dans les écoles libres ». Le conseil municipal de Saint-Étienne (qui a une majorité socialiste depuis 1901) refuse d'autoriser les écoles congréganistes parce qu'elles s'identifient aux patrons d'usine conservateurs. À Montagny (Loire), la femme du patron de l'usine textile locale accompagne les ouvriers, brise les scellés et est arrêtée. Le baron local de Parigny (Loire) conduit ses domestiques et ses valets de ferme à la manifestation contre la fermeture de l'école congréganiste22. À Lyon, le Groupe de la Jeunesse Royaliste annonce une manifestation en faveur des sœurs23.

14Pourtant, il n'est pas clairement établi du tout que la majorité des manifestants aient donné à leurs actions le sens d'une démonstration contre la République. En fait, elles semblent se réclamer de son héritage. Les arguments pour défendre les écoles congréganistes sont souvent rédigés en des termes qui soulignent la liberté et les droits. Les Frères Maristes bâtissent leurs arguments contre la dissolution des congrégations enseignantes sur la base du patriotisme :

  • 24 Circulaires des Supérieurs Généraux de l'Institut des Petits Frères de Marie, 1817-1911 (Lyon, 191 (...)

Si l'autorisation demandée par [la congrégation] est refusée, ces quatre mille citoyens français [ce sont eux qui soulignent], après avoir consacré la meilleure partie de leur vie au service de leur pays, verraient, du jour au lendemain, leur existence brisée... De plus, la dissolution des Petits Frères de Marie serait, à brève échéance, la ruine des œuvres qu'ils ont fondées dans les cinq parties du monde, et qui contribuent si puissamment à la propagation de notre langue et de notre influence24.

  • 25 AN, F 19 6085, Pétitions, Francheville et Lyon (1902) ; Commissaire de Police, Procès-verbal (1902 (...)
  • 26 Découvrant le même langage dans le Finistère, Ford, 33, soutient que cela montre à quel point les (...)

15Les pétitions mentionnent souvent la liberté pour les pères de famille de choisir le mode d'éducation de leurs enfants. La pétition signée par les habitants de Francheville (Rhône) est datée du 14 juillet, « jour de la liberté », et utilise le slogan révolutionnaire « Égalité, Liberté, Fraternité ». Lors de la fermeture de l'école maternelle à Mornant (Rhône), les partisans de l'école accrochent le drapeau tricolore « mis en berne et cravaté d'un long crêpe noir en travers de la façade du bâtiment ». Beaucoup de rapports de police parlent de manifestants chantant des hymnes patriotiques ; à Saint-Chamond, « les cléricaux chantaient la Marseillaise, les contre-manifestants entonnaient l'Internationale et la Carmagnole »25. Les partisans de l'enseignement catholique adaptent la rhétorique des anticléricaux et des républicains à leurs propres sentiments, parmi lesquels une indignation authentique des catholiques devant ce qu'ils ressentent comme une persécution injuste de la part de l'État26.

  • 27 ADL, V 546, « Gendarmerie nationale : Attroupement armé pour empêcher l'expulsion des religieuses (...)

16Le fait que les élites industrielles et conservatrices aient également encouragé les protestations ne signifie pas qu'il n'y ait pas de soutien sincère pour les écoles congréganistes ou que les motivations des manifestants aient toutes été les mêmes. À Sail-sous-Couzan (Loire), l'expulsion des sœurs enseignantes provoque le rassemblement d'environ deux cents manifestants, dont beaucoup sont des femmes travaillant à l'usine voisine Gérin frères et dont les enfants fréquentent l'école maternelle congréganiste ; elles ont déjà lancé une pétition pour garder l'école, soutenant que la fermeture de celle-ci les obligerait à abandonner leur emploi27. Les manifestations autour des écoles maternelles sont souvent les plus violentes, peut-être parce que les mères ouvrières sont les plus en cause.

  • 28 ADL, V 546, Pétitions au Préfet (1902 ; 1904).

17Les communes et conseils municipaux qui pétitionnent ou manifestent pour garder leur école, citent des raisons qui sont autant d'ordre pratique que politique. Les habitants du hameau de Grand-Quartier (Loire) lancent une pétition pour que leur école congréganiste soit rouverte parce les écoles communales sont à trois ou cinq kilomètres de là. La pétition signée par les 225 habitants de Latour-en-Jarez (Loire) déclare que les trois sœurs enseignent bien leurs élèves, qu'elles gardent la confiance du conseil municipal et qu'elles apportent un service irremplaçable en s'occupant des malades et des pauvres. L'une d'entre elles a vécu dans la commune pendant plus de quarante années, depuis l'âge de vingt-deux ans, et « les mères des enfants qui fréquentent l'école, dont plusieurs ont été instruites et formées par elle, n'ont pas oublié les utiles leçons de tous genres qu'elle leur a données et veulent toutes que leurs enfants en profitent à leur tour ». Les signataires des pétitions sentent que l'enseignement congréganiste est particulièrement adapté aux filles parce qu'elles y apprennent « des habitudes d'ordre, de propreté, de régularité et de méthode, permettant à ces enfants de devenir des mères de famille exemplaires »28.

  • 29 AN, F 19 6081, Pétition au Préfet (1902). AStJ, C L (l) La Valla-en-Gier, « Notes sur la communaut (...)
  • 30 Ford fait substantiellment la même analyse pour les écoles des Filles du Saint-Esprit dans le Fini (...)

18Dans certaines paroisses, la tradition joue aussi un grand rôle. Les habitants de Saint-Romain-en-Jarez (Loire) affirment qu'ils « aiment » l'école congréganiste des filles « comme un produit de notre sol » ; elle a près de deux cents ans d'existence. À La Valla-en-Gier (Loire), le gendarme envoyé pour fermer l'établissement tenu par les Sœurs de Saint-Joseph et arrêter la supérieure locale – qui refuse de partir – est l'oncle de deux de leurs élèves ; cet épisode le traumatise tellement que « quelque temps plus tard il donna sa démission et devint concierge »29. Les communes résistent à la fermeture des écoles congréganistes pour à peu près les mêmes raisons que celles pour lesquelles elles ont fait objection à leur laïcisation : elles rendent des services importants, elles sont bien intégrées au sein de la population et elles donnent aux filles une éducation traditionnelle30.

  • 31 AMSE, 3 P 8, « Extraits des registres des délibérations du Conseil Municipal de St-Étienne » (1903 (...)
  • 32 Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, vol. 2, 1880- (...)

19Dans le mouvement de résistance de 1902, les femmes et les filles jouent un rôle crucial. Contrairement aux pétitions lancées lors de la laïcisation, qui étaient principalement signées par des hommes, celles de 1902 comportent une majorité de signatures féminines. Parfois elles ne comprennent que des « mères de famille » au lieu des « pères de famille » traditionnels. À Saint-Étienne, l'un des conseillers municipaux présente une pétition portant la signature de 3 070 femmes du quartier de Montaud, pour protester contre la fermeture de l'école des filles tenue par les Sœurs de Saint-Joseph, pétition collectée en trois jours31. La Ligue des Femmes françaises, fondée à Lyon en 1901 par Jeanne Lestra, collecte, à travers toute la France, 630 000 signatures pour protester contre les lois anti-congréganistes32.

  • 33 ADL, V 549, Commissariat de Police : Rapport (1902).

20Dans les manifestations elles-mêmes, les filles et les femmes forment l'élément prédominant. Peu de rapports de police omettent de noter leur présence. À Saint-Chamond (Loire), la manifestation en faveur des Sœurs de Saint-Charles éclate quand l'école est fermée après la distribution des prix le 19 juillet 1902. « Un cortège comprenant des femmes surtout » (c'est lui qui souligne), écrit le commissaire de police, « s'est formé pour accompagner les sœurs jusqu'à leur couvent de la rue des Capucins. En tête de cette manifestation se trouvait l'abbé Huiguet, vicaire à L'Horme ». Quinze jours plus tard, les partisans des écoles congréganistes décident qu'une autre « manifestation serait précédée d'un groupe de femmes » et « les hommes suivraient »33, inversant l'ordre traditionnel entre les hommes et les femmes.

21La prédominance des femmes reflète, jusqu'à un certain point, le partage des sexes en matière de politique, au tournant du siècle, alignant les femmes catholiques contre les hommes républicains. Le départ des Sœurs de Saint-François d'Assise de leur école de la rue Saint-Germain à Lyon, par exemple, se fait en présence de trois ou quatre cents femmes ou jeunes filles « pendant qu'un groupe important d'hommes organisait une contre-manifestation et saluait l'arrivée des sœurs aux cris de “À bas la calotte ! Vive le Ministère !" ». À Firminy (Loire), la police rapporte que la foule des cinq à six cents femmes protestant contre la fermeture de l'école congréganiste appartient à des groupes religieux tels que les Dames de Charité, les Dames Patronnesses, ou les Enfants de Marie ; l'une d'elles frappe le commissaire de police. À Thel (Rhône), un gendarme, encore tout secoué, écrit le rapport suivant sur la fermeture de l'école maternelle, tenue par les Sœurs de Saint-Joseph :

Nous nous sommes trouvés, en pénétrant dans la cour de cet immeuble, en présence d'une cinquantaine de mères de famille de la localité, armées d'énormes bâtons et dans une attitude des plus menaçantes... Ces femmes ont formé un cercle autour de nous en agitant leurs bâtons au-dessus de notre tête et en criant de toutes leurs forces.

  • 34 Ces exemples sont de AN, F 19 6085, Commissaire de police, Procès-verbal (1902).

22Ce même groupe a déjà enlevé et caché les portes de l'école afin d'empêcher la police d'y poser des scellés ; seule l'assurance que la supérieure locale de 80 ans pourra rester dans la propriété calme suffisamment les femmes pour que la fermeture pût se faire34.

  • 35 Document provenant de ADL, reproduit dans Mathilde Dubesset et Michelle Zancarini-Fournel, « Parco (...)

23Les femmes descendent dans la rue en grande partie pour défendre les écoles où leurs mères et leurs filles ont été éduquées. À Saint-Étienne, des tracts écrits par « un groupe de mères de famille » appellent les femmes de la ville à protester contre la fermeture des écoles catholiques. On y lance un « appel spécial aux anciennes élèves des Sœurs (et elles sont légion dans notre ville) afin de montrer aux Sœurs, par leur énergie et par leur dévouement à la cause de la liberté, que leur reconnaissance est à la hauteur des inestimables bienfaits qu'elles en ont reçus ». Le texte de l'appel dit ceci, en particulier : « Femmes stéphanoises, votre heure est venue. Comme au temps de Jeanne-d'Arc, notre héroïque modèle, il y a grande pitié au pays de France. La Patrie jette son suprême appel. À nous de marcher résolument à la bataille pour nos enfants et pour la liberté »35. Ce langage évoque la vision de la femme forte catholique, prête à défendre son pays et sa foi, la femme modèle de l'histoire sainte. C'est également contredire l'opinion des anticléricaux affirmant qu'elles ne sont que les jouets d'un clergé manipulateur. Pour beaucoup de femmes catholiques, les manifestations de 1902 sont une occasion de mettre en pratique leur foi dans le domaine public ; cela leur donne une voix politique.

L'élimination des congrégations enseignantes

24Si les fermetures d'écoles en 1902 sont en grande partie un drame public joué par les bénéficiaires de l'enseignement chrétien, les lendemains de la législation de 1904, qui interdit totalement l'enseignement congréganiste, sont avant tout une affaire privée qui se déroule à l'intérieur des congrégations enseignantes, des écoles elles-mêmes et finalement de la conscience de chaque maître ou maîtresse congréganiste. La politique de limitation de la coopération et les manifestations publiques n'ont aucun succès à longue échéance. Dès avril 1903, toutes les congrégations masculines sont informées que toutes leurs demandes d'autorisation ont été refusées et on leur donne une délai de longueur variable pour fermer leurs établissements ; d'autres demandes d'autorisation faites par des congrégations féminines sont rejetées en juin. Après 1904, aucun membre d'aucune congrégation religieuse n'est autorisé à enseigner en France. Le gouvernement supprime totalement les congrégations purement enseignantes et restreint sévèrement l'activité des autres congrégations. Les écoles fermées en 1902-04, contrairement aux écoles publiques fermées après 1886, ne peuvent être rouvertes qu'avec des enseignants laïcs, et les fermetures se déroulent sur un laps de temps beaucoup plus court, mettant immédiatement davantage de maîtres au chômage. Les congrégations se doivent d'élaborer une nouvelle stratégie, non seulement pour maintenir les écoles catholiques ouvertes mais simplement aussi pour survivre en tant que corps religieux consacré aux bonnes œuvres.

  • 36 AStJ, G 5, « Séance du 15 juillet » (1902) ; 2 J 8, « Révérende Mère Henri-Xavier 1845-1926) », (1 (...)
  • 37 AStJ, « Note sur la communauté de La Valla-en-Gier et le sort qui lui a été fait pendant la perséc (...)

25Le problème le plus immédiat, du point de vue des congrégations enseignantes, est de savoir que faire avec leur personnel désormais sans emploi. Tandis que les écoles se ferment, les maisons-mères des congrégations ne peuvent absolument pas absorber la masse d'enseignants sans abri ni travail. En 1902, dans une démarche optimiste, les Sœurs de Saint-Joseph décident de rappeler à Lyon les jeunes maîtresses en provenance des écoles fermées, pour qu'elles étudient en vue de l'examen du brevet ; dès 1903, on leur demande de rester toutes dans leurs communautés. Le supérieur général des Frères Maristes adresse une circulaire au début de 1903 pour informer ses religieux que « votre devoir consiste à rester purement et simplement sur place et à maintenir votre établissement dans les mêmes conditions de fonctionnement que par le passé »36. Dans les villages où la congrégation possède ses propres bâtiments, les enseignants sont habituellement autorisés à rester dans le logement rattaché à l'école, et dans d'autres cas ils sont logés par des sympathisants. À La Valla-en-Gier (Loire), quand les autorités se présentent pour fermer l'établissement, les habitants aident même les Sœurs de Saint-Joseph à sortir le mobilier et le linge en cachette, tandis que « les voleurs étaient retenus au parloir le plus longtemps possible »37. Les autorités locales rapportent de nombreux cas où les sœurs restent dans le village, faisant un peu de couture, enseignant peut-être le catéchisme ou assurant la surveillance des filles, espérant sans doute que la crise passera et qu'elles pourront reprendre leurs occupations habituelles. Beaucoup d'enseignants congréganistes retournent également dans leur famille, au moins temporairement, dans l'attente d'instructions ultérieures.

  • 38 En octobre 1903, il restait 43 écoles publiques congréganistes à laïciser dans le Rhône et 41 dans (...)
  • 39 ADL, V 528, le Directeur des Frères Maristes de Charlieu au Préfet (1903).

26Là où les écoles autorisées restent ouvertes, dont certaines sont même des écoles publiques, en raison de la lente laïcisation des écoles de filles ou maternelles dans les zones rurales, les enseignants continuent leur travail comme à l'ordinaire38. Parmi toutes les fermetures d'écoles, celles des pensionnats prestigieux et profitables blessent le plus les congrégations, moralement et financièrement, et sont le plus vivement contestées. Les Sœurs de l'Enfant-Jésus réussissent à garder leur pensionnat de Claveisolles ouvert, jusqu'en 1909. Le directeur du pensionnat tenu par les Frères Maristes à Charlieu (Loire) écrit au préfet en 1903 que l'ordre de fermeture ne peut concerner que l'externat parce qu'« il est impossible que le contrat passé avec les parents de nos élèves soit brusquement rompu »39. Cette congrégation peut également garder ouvertes ses maisons provinciales, en les transformant en maison de retraite pour les frères âgés, que le gouvernement n'ose pas prendre le risque d'expulser, par crainte de l'opinion publique. Cette solution résout à la fois le problème des soins aux frères retraités et celui de la sauvegarde des biens de la congrégation.

27La façon dont les différentes congrégations du diocèse de Lyon font face à la crise provoquée par les lois anti-congréganistes dépend finalement de leur importance, de leurs ressources et de leur nature. Les grandes congrégations sont mieux placées pour survivre que les petites ; les congrégations qui ont des missions à l'étranger sont en meilleure posture que celles qui se limitent au territoire national ; les congrégations autorisées pour des buts multiples sont davantage capables de s'adapter que celles qui sont uniquement enseignantes. Les solutions les plus communes consistent à envoyer le personnel religieux dans les autres pays et à développer les autres œuvres, spécialement le soin des malades. Dans le diocèse de Lyon, cette dernière alternative n'est possible que pour les congrégations féminines, dont certaines ont une autorisation spécifique pour les activités hospitalières et caritatives, aussi bien que pour l'enseignement, et qui ont souvent exercé ces activités, officiellement ou occasionnellement, au plan local.

  • 40 AStJ, 1 D D, « Rapports triennaux envoyés à Rome » (1907).
  • 41 ADL, V 555, le Sous-préfet de l'arrondissement de Montbrison au Préfet. AStJ, C/L (l), « Note sur (...)

28La loi de 1904 a spécifié que toutes les congrégations enseignantes doivent être dissoutes, y compris celles qui, en fait, ne font que de l'enseignement, même si elles ont été autorisées pour des buts multiples. Ainsi, bien qu'ayant reçu en 1808 le statut de congrégation polyvalente, les Sœurs de Saint-Joseph doivent se défendre contre la menace de liquidation au tribunal de Lyon, en invoquant leurs fonctions hospitalières40. Pour ce faire, la congrégation doit obtenir, de la part des paroissiens, des attestations prouvant qu'elles ont assuré des soins de santé dans le village, avant les lois anti-congréganistes. Les opposants accusent des documents d'être falsifiés, quelquefois même par le maire et le médecin. Quand une école ferme, souvent les sœurs restent dans la paroisse, sous le prétexte de s'occuper des malades ; c'est aux autorités locales d'essayer de démêler les vrais cas des faux. Une partie de la difficulté pour trancher chaque cas particulier vient du fait que les soins de santé donnés par beaucoup de sœurs avant 1901 ont été de nature accessoire et occasionnelle. Peu de congrégations religieuses envoient des sœurs dans un village, uniquement pour s'occuper des malades ; ceci est plutôt en plus des fonctions enseignantes ou, dans le cas de communes particulièrement importantes, le rôle d'une seule sœur parmi les autres. Certains passages d'enseignante à infirmière sont clairement faits en raison des contingences politiques. « Sachant, depuis la loi, qu'elles n'avaient de chances de subsister qu'autant qu'elles seraient reconnues comme hospitalières », rapporte le sous-préfet, en parlant des Sœurs de Saint-Joseph à Luriecq (Loire) et à Saint-Maurice-en-Gourgois (Loire), « ces religieuses se sont adonnées davantage aux soins des malades, ce qui explique les certificats délivrés par les maires et les médecins ». Deux Sœurs de Saint-Joseph restent dans la commune de La Valla-en-Gier (Loire) quand l'école est fermée, grâce à une lettre du maire disant qu'elles sont infirmières ; cela signifie, reconnaissent-elles, qu'elles sont maintenant « obligées » de visiter les malades41.

  • 42 AStC, Lettres circulaires (1909-1910).
  • 43 ASteF, non classé, « État général de la Congrégation de la Sainte-Famille de Lyon » (1903) ; L 12, (...)

29Mais des congrégations féminines commencent vraiment à centrer leur intérêt sur l'activité hospitalière, au lieu de l'enseignement. Les Sœurs de Saint-Charles ouvrent l'hôpital chirurgical et la clinique Saint-Charles de Lyon, vers la fin de 1909, sur le site de l'ancienne école, après avoir fait donner, dans les hôpitaux de Lyon, une formation d'infirmière à une partie de leur personnel42. Les Sœurs de la Sainte-Famille commencent en 1903 à former des infirmières sur une base sérieuse. D'après la documentation quelles adressent au gouvernement, elles sont en train de former quinze novices par an sur vingt, pour des fonctions hospitalières, dont huit peuvent compter passer le diplôme d'infirmière, et elles ont transformé leur école de Cuire (Rhône) en hôpital. Elles rappellent aussi aux autorités qu'elles ont dirigé des ambulances au cours de la guerre Franco-Prussienne de 1870-71 et pris soin de la santé des femmes dans les usines qu'elles surveillent. Elles sont reconnues comme congrégation hospitalière en 190743.

  • 44 ADL, V 526, la Supérieure générale des Sœurs de la Sainte-Enfance au Préfet (1904).

30Bien que petite, la congrégation des Sœurs de la Sainte-Famille réussit cette transformation parce qu'elle n'a jamais été une congrégation exclusivement consacrée à l'enseignement mais qu'elle a également tenu des orphelinats et des ouvroirs, tout en se dévouant aussi à des activités caritatives et hospitalières. Elles ont les avantages à la fois d'un statut polyvalent et de l'expérience dans différentes sortes d'activités, ce qui rend plus facile et plus plausible leur passage hors de la fonction enseignante. Après la fermeture des écoles, elles peuvent continuer leur activité dans les usines, comme cuisinières et lingères. Les plus grandes congrégations enseignantes, les Sœurs de Saint-Joseph et les Sœurs de Saint-Charles ont assez de ressources pour se développer en donnant une nouvelle formation à leur personnel et en ouvrant de nouveaux établissements. Mais pour les toutes petites congrégations, comme les Sœurs de la Sainte-Enfance de Lavalla, qui n'ont que quinze écoles dans le diocèse de Lyon en 1903, les solutions à court terme deviennent souvent permanentes. Elles réussissent à garder ouverte leur maison-mère comme maison de retraite et de convalescence pour 16 sœurs malades ou âgées ; les 88 autres sœurs sont retournées dans leur famille44.

  • 45 ADR, 3 U 240, « Parquet du Procureur de la République de Lyon, no 845 » (1905). AStJ, C/S (4), « C (...)
  • 46 AN, F19 7987, Rapport, Préfecture du Rhône (s. d.). Cette série comprend environ 20 rapports ana l (...)
  • 47 ADR, 4 M 271, l'Inspecteur primaire au Préfet (1908).

31De nombreuses sœurs restent aussi dans les villages, en habit religieux, non comme enseignantes en soi, mais pour accomplir des tâches caritatives de différentes sortes ; les Sœurs de Saint-Joseph tiennent près de deux cents établissements de cette sorte après 1904. Dans ces paroisses, elles continuent aussi à enseigner de façon informelle, habituellement en créant des patronages d'après-classe où on enseigne la couture et le catéchisme. En 1905, trente-cinq filles d'âge scolaire se trouvent dans une supposée « garderie » à Saint-Genis-Laval (Rhône) « installées devant des tables et certaines d'entre elles ont dans les casiers de ces tables des ardoises, des plumiers, des catéchismes et des livres d'histoire sainte » ; les enseignantes déclarent cependant qu'elles se contentent de garder ces filles et de leur apprendre la couture. À Saint-Bonnet-le-Courreau (Loire), les Sœurs de Saint-Joseph essaient d'ouvrir une école pour les filles de moins de cinq ans ; après qu'elles aient été dénoncées à la préfecture comme enseignantes, elles créent un patronage pour enseigner le catéchisme et la couture aux filles de la paroisse, les jeudis et dimanches45. À Chazay d'Azergues (Rhône), le préfet rapporte « qu'en dépit de quelques visites aux malades, le véritable objectif des Sœurs de Saint-Charles est de retenir dans les ouvroirs et les patronages les enfants des vignerons et cultivateurs de la commune, afin de les détourner de l'école laïque »46. À Irigny (Rhône), « les sœurs ont, paraît-il, une grande influence sur les jeunes filles qu'elles attirent au couvent », se plaint l'inspecteur primaire, mais il n'y a pas de loi contre les groupements de jeunes47.

  • 48 ACSV, Documents relatifs à la loi contre la Congrégation (1903). AN, 156 AP I 199, « Cour d'Appel (...)

32Dans ce diocèse, les congrégations masculines n'ont été autorisées que pour l'enseignement exclusivement, et peu de religieux ont exercé dans les villages des activités hospitalières ou sociales, comme l'ont fait les religieuses. Certains d'entre eux ont aidé les curés à l'église ; certains Clercs de Saint-Viateur sont eux-mêmes ordonnés prêtres et des congrégations masculines tiennent quelquefois des orphelinats ou des ouvroirs pour garçons. Mais aucune de ces activités ne suffit à les sauver en tant que congrégation non-enseignante. En se basant sur leurs statuts d'origine – quand Louis Querbes avait envisagé une confédération de maîtres les Clercs de Saint-Viateur soutiennent devant le tribunal qu'ils ne sont pas une congrégation religieuse mais une simple association charitable en faveur de l'instruction primaire. Le juge, cependant, rejètte leur argument, trouvant qu'ils ont toutes les caractéristiques de vie et la structure d'une congrégation religieuse normale48.

  • 49 La Révérende Mère Saint-Paulin (1859-1923) : Notice (Lyon, 1925), 30. AStJ, 1 D D, Rapports trienn (...)
  • 50 AFEC-Rome, DD 280 (4), « Dates d'arrivée des Frères dans chaque pays » 1952). (AFM-Rome 50.1 dossi (...)
  • 51 Voir Yannick Essertel, L'aventure missionnaire lyonnaise, 18151962 (Paris, 2001).

33Pour les congrégations masculines, dont la plupart sont déjà établies dans d'autres pays, l'option légale la plus viable pour sauvegarder leurs œuvres et leur personnel est de se développer à l'étranger. En cela ils sont rejoints par les Sœurs de Saint-Joseph et les Sœurs de Saint-Charles qui étendent aussi leur présence missionnaire. Dès 1902, la supérieure général des Sœurs de Saint-Charles fait un voyage en Suisse pour rechercher la possibilité d'y ouvrir un établissement. Entre 1903 et 1907, les Sœurs de Saint-Joseph fondent de nouvelles maisons au Mexique, au Canada, en Turquie, aux États-Unis, en Italie et en Suisse49. Les Frères des Écoles Chrétiennes établissent de nouvelles missions dans dix-huit pays différents entre 1903 et 1913 et les Frères Maristes doublent leurs établissements à l'étranger, passant de deux cents à quatre cents. Les Clercs de Saint-Viateur déclarent que la seule façon de « survivre à la persécution » est de se développer à l'étranger. Ils louent une maison en Belgique en 1902 et y transfèrent, en 1905, l'administration de la province de Vourles, y compris juvénat et noviciat. Puis ils envoient des représentants en Suisse, en Belgique, en Angleterre, en Espagne et en Tunisie « pour chercher des refuges et du travail »50. Les lois anti-congréganistes correspondent à une explosion des œuvres missionnaires qui résultent elles-mêmes de l'impérialisme français, entre 1870 et la Première Guerre mondiale, dans lequel les congrégations lyonnaises sont déjà actives51.

  • 52 AFEC-Rome, ED 228, Registre du 31e Chapitre Général (1905).
  • 53 ACSV, Registre « Chapitre 1845-1905, Rapport du T.R.P. Supérieur Général sur la situation morale e (...)
  • 54 Guy Laperrière, « 'Persécution et exil' : La venue au Québec des congrégations françaises, 1900-19 (...)

34Toutefois, l'exil n'est pas une solution complète. Malgré la multiplication rapide des missions à l'étranger, celles-ci ne peuvent pas absorber tout le personnel français de la plupart des congrégations. Lors d'une réunion, tenue en novembre 1903, les supérieurs des Frères des Écoles Chrétiennes se rendent compte qu'incorporer « 8 000 Frères de France à 4 000 hors de France n'aurait pas été possible ». Ils calculent que seulement 2 000 peuvent être envoyés à l'étranger et ils établissent un tableau par district52. De plus, envoyer du personnel à l'étranger et y ouvrir de nouveaux établissement coûte cher. Les Clercs de Saint-Viateur abandonnent un projet d'ouvrir une mission à Londres, en dépit du « zèle » de ses fondateurs et de « l'affection des fidèles », à cause de « l'impossibilité de supporter les dépenses pécuniaires que veut nous imposer l'administration diocésaine « Leurs écoles florissantes du Canada et des États-Unis leur sont « largement ouvertes », mais le nombre de frères qui peut profiter de cette occasion est « forcément limité, à cause des frais considérables de voyage » qui sont « au moins 400 francs pour chacun, de Paris à Montréal ou à Chicago ». La congrégation peut se permettre d'envoyer 40 ou 50 membres. Mais le nombre de ceux qui sont désireux de partir à l'étranger est également auto-limité parce que « les uns sont trop avancés en âge, les autres ne se sentent aucun attrait pour le Canada ou les États-Unis, où pour tous, il faudra changer leurs usages, leurs habitudes et, pour plusieurs, il sera nécessaire d'apprendre une langue étrangère ». Les plus jeunes sont les plus susceptibles de partir « volontiers », mais souvent ils « ne peuvent obtenir de leurs parents l'autorisation de s'expatrier »53. Les évêques dans les diocèses de Québec et Montréal – des destinations populaires francophones – sont peu enclins à accepter les congrégations sans l'assurance de leur viabilité financière. Même s'ils sont bien disposés vis-à-vis des frères français, ces bastions du catholicisme sont déjà saturés de congrégations religieuses54.

  • 55 ASMR, 3 F 1, « Notice sur les expulsions » (s.d.).
  • 56 Le terme « sécularisation » était délibérément ambigu, et le gouvernement l'utilisait habituelleme (...)

35Bien que les congrégations aient essayé un certain nombre de stratégies pour survivre, aucune n'a la possibilité d'absorber les effectifs du personnel religieux enseignant qui sont sans travail à partir de 1901. En outre, un passage complet de leur personnel vers d'autres fonctions ou vers un exil total vers l'étranger signifie que leurs écoles seront abandonnées, ce qui est inacceptable pour l'Église, pour les congrégations et pour beaucoup de religieux eux-mêmes. Par exemple, aux Sœurs de l'Enfant-Jésus, le vicaire général déconseille de partir à l'étranger ; il déclare que leur travail en France est trop indispensable et il leur demande plutôt de « quitter le costume et de continuer l'éducation des jeunes filles qu'elles avaient formées »55. En tant que membres d'une congrégation exclusivement consacrée à l'enseignement, l'hôpital et les autres œuvres caritatives ne leur sont pas ouverts parce qu'elles n'ont ni l'autorisation ni l'expérience. La seule solution permettant à l'Église de garder ses écoles ouvertes, aux congrégations de survivre et aux enseignants de poursuivre l'œuvre de leur vie, est celle qui est connue sous le nom de « sécularisation ». Officiellement, cela signifie quitter la congrégation et renoncer à ses vœux ; en pratique, à l'intérieur des congrégations religieuses, le terme signifie (et de nos jours encore) prétendre quitter la congrégation, pour protéger son emploi et sa mission, mais maintenir en secret ses vœux de religion et, chaque fois que c'est possible, un lien caché avec la maison-mère : bref, c'est entrer dans la clandestinité56.

La sécularisation

  • 57 AStJ, 1 DG, « Sœurs mortes à la congrégation » (s.d.). ACSV, Registre « Défections ».

36La sécularisation est une solution qui a d'abord surgi à partir des souhaits et conflits personnels des religieux enseignants et des problèmes posés par la réouverture des écoles catholiques ; ce n'est qu'ensuite que cette solution est acceptée par les congrégations et par la hiérarchie catholique. Les lois anticongréganistes obligent des enseignants religieux, dévoués, à choisir entre leur vocation de religieux et leur profession de maîtres d'école primaire. En 1903, les demandes pour quitter la congrégation commencent à s'accroître. N'ayant eu, en moyenne, que huit départs par an de 1836 à 1902 inclus, les Sœurs de Saint-Joseph perdent cinquante-cinq membres en 1903 et cnquant-quatre en 1904. En 1900, les Clercs de Saint-Viateur perdent trois membres de la province de Vourles ; en 1901, cinq ; en 1902, onze ; et en 1903, vingt-cinq57.

  • 58 AStJ, 1 DG, lettre à la Supérieure générale (1903).
  • 59 Tous ces exemples sont tirés de ACSV, dossier « Expulsion des religieux de France, 1902-08 : Relig (...)

37Beaucoup de ceux qui demandent à partir ne voient plus d'avenir pour eux-mêmes comme congréganistes ; « l'expulsion des communautés religieuses », déclare une Sœur de Saint-Joseph en 1903, « m'oblige à venir vous demander ma sortie de la congrégation ; il faut que je gagne ma vie »58. « Jeune encore et en présence d'un avenir plus qu'incertain », écrit le Frère Georges Bouchet en 1903, « je crois devoir accepter un emploi qui m'est offert ». Son collègue, Étienne Daumas, décide que « l'enseignement libre n'offrant plus une garantie sérieuse pour l'avenir, j'ai résolu de rentrer dans ma famille ». En janvier 1903, Léon Jean déclare que « la loi qui vient d'être votée m'effraie. Il ne me semble plus possible de vivre comme auparavant ». Auguste Sannier décide de renoncer à ses vœux, après que ses parents ont fait objection à son départ pour l'Amérique. Eugène Poindessault écrit : « Je ne me fais pas illusion : la liberté de l'enseignement est appelée à disparaître à bref délai. Ne voulant pas m'expatrier et ne tenant pas à vivre isolé, il me reste à chercher immédiatement une situation tenable »59.

  • 60 AStJ, G 5, « Séance du 6 décembre » (1902) ; « Séance du 19 avril » (1903).
  • 61 AStJ, 2 G 8, « Révérende Mère Henri-Xavier 1845-1926) », (99 ; 1 D D, « Rapports triennaux envoyés (...)
  • 62 Lanfrey, 55-56.

38Devant faire face à un nombre croissant de départs et à des écoles fermées qu'elles ne peuvent rouvrir, les congrégations enseignantes commencent à envisager la possibilité d'une vie religieuse clandestine. En décembre 1902, le conseil général des Sœurs de Saint-Joseph décide à l'unanimité de ne pas accepter de sécularisations et de ne pas changer de politique sauf « à la dernière extrémité ». Toutefois, dès avril de l'année suivante, lorsque leurs demandes d'autorisation sont rejetées par le gouvernement Combes, elles ne peuvent maintenir leur position plus longtemps : « Nous acceptons donc la sécularisation... malgré [notre] excessive répugnance »60. La Mère Henri-Xavier en vint, dit-on, à accepter la sécularisation massive comme étant la volonté de Dieu « le jour où elle vit affluer [à la Maison-Mère] plus de onze cents Sœurs de Saint-Joseph, désormais sans toit et sans travail ». Elle écrit dans son rapport au Pape en 1907 qu'elles ont consenti à « cette mesure extrême » parce qu'« elle nous a permis de reprendre, sous une autre forme, une grande partie des écoles que nous avions dû abandonner, et même accepter plusieurs postes nouveaux »61. De même, les supérieurs des Frères Maristes préfèrent d'abord la résistance intransigeante à la nouvelle législation, plutôt que la sécularisation, mais la détérioration de la situation légale leur fait changer d'attitude62.

  • 63 ACSV, Dossier « Expulsion des religieux de France, 1902-1908 : Religieux sécularisés non dispensés (...)

39De nombreux enseignants congréganistes et de curés accueillent favorablement le changement de tactique. « Pensez-vous », demande le Frère Mare au supérieur général des Clercs de Saint-Viateur, « qu'en prenant un costume civil nous avons quelque chance de prolonger notre séjour dans les postes que nous occupons ? ». « Si par ce moyen on arrive à sauver nos écoles, il faut être bien content », écrit le Frère Paul Rebois au sujet de son intention de se séculariser63. Devant faire face à un manque criant de maîtres catholiques laïcs qualifiés – les écoles normales catholiques pour les laïcs ne sont pas ouvertes dans le diocèse avant 1905 et 1906 – les curés font pression sur les congrégations pour accepter la sécularisation. Le curé de Saint-Aubin écrit à la supérieure générale des Sœurs de Saint-Joseph en 1903 :

  • 64 AStJ, 7 Q 18, le curé de Saint-Aubin à la Supérieure générale (1903).

Dans la crise que nous traversons, l'essentiel me paraît être de conserver les œuvres, par exemple, les écoles chrétiennes qui sont la raison d'être des congrégations enseignantes. Celles-ci, comme le nom l'indique, sont faites surtout pour enseigner. Elles ont sans aucun doute d'autres raisons d'être, par exemple, la sanctification personnelle de leurs membres, mais il est évident que leur but principal est d'élever chrétiennement l'enfance. Tant qu'elles peuvent enseigner comme religieuses, c'est la perfection, mais quand elles ne le peuvent pas, il me semble qu'elles doivent sacrifier le secondaire au principal, et se séculariser pour sauver les écoles. Je comprends qu'il en coûte pour une supérieure de disperser sa famille, mais il ne s'agit pas de séculariser tout le monde, mais seulement celles qui sont nécessaires aux écoles64.

  • 65 Cette demande reflétait également l'étendue de la confusion engendrée par les lois. AFM-Rome, 603. (...)

40À Saint-Julien-Molins-Molette (Loire), le curé écrit aux Frères Maristes pour demander s'il est vrai que les membres de la congrégation peuvent enseigner dans leur commune natale, parce qu'il est incapable de trouver d'autres maîtres ; sinon il espère pouvoir compter sur les candidats qu'il a fournis à la congrégation ou sur « vos frères sécularisés »65. Aux yeux de ces curés, la continuité de l'enseignement catholique a la priorité sur la vie religieuse de ses enseignants.

  • 66 AFEC-Rome, ED 228, « Registre du 31e Chapitre général » (1905). Georges Rigault, Le temps de la "s (...)

41Même lorsqu'elles acceptent la solution de la sécularisation, les congrégations religieuses le font avec réticence, car cela les place, elles et leur membres, en danger légal et menace la cohésion de la vie religieuse. Les instructions envoyées en 1904 par le supérieur général des Frères des Écoles Chrétiennes reflètent le conflit interne par rapport à la solution de la sécularisation. Elles recommandent aux supérieurs locaux de n'en pas parler avec trop de faveur, de ne pas l'imposer, ni d'ailleurs de l'exclure, puisque transporter tout le personnel à l'étranger n'est ni possible ni faisable. Beaucoup de membres de la congrégation ont des doutes sérieux sur la sagesse d'autoriser des sécularisations massives, sentant que cela affaiblirait la vie religieuse et rendrait impossible l'administration de la congrégation ; les détails pratiques divisent les supérieurs autant que le font les problèmes de fond. La résolution finale prise par le Chapitre général de 1905 déclare que la congrégation préfère l'émigration, mais elle énonce aussi les règles spécifiques selon lesquelles la sécularisation doit se faire66.

  • 67 Rigualt, vol. 2, Notes et réflexions, 20. AFEC-Rome, ED 228, « Registre du 31e Chapitre général » (...)
  • 68 AFM-Rome, 420.2, no 47 Lyon, le Cardinal Coullié au Supérieur général (1903). Ce manque de directi (...)
  • 69 Rigault, vol. 1, 37, 173.

42Les autorités ecclésiastiques sont divisées aussi, concernant la sécularisation et pour des raisons analogues. Le Vatican fait part de son inquiétude de voir la sécularisation affaiblir la régularité religieuse et conseille aux congrégations de ne pas l'encourager comme solution, pensant que la persécution va s'atténuer. Au cours d'une rencontre avec le Pape, en septembre 1904, le supérieur général des Frères des Écoles Chrétiennes soutient qu'il est nécessaire de garder les écoles ouvertes, écoles qui aident au recrutement adéquat du clergé. Une année plus tard, le Pape lui dit de faire savoir à « vos frères sécularisés qu'ils conservent leurs vœux et qu'ils demeurent sous l'obédience de leurs supérieurs »67. Le Cardinal Coullié écrit au supérieur général des Frères Maristes en avril 1903 qu'il sent « une sorte de vertige » et fait part du choc, de la stupéfaction et de la tristesse que lui cause le refus gouvernemental d'autoriser leurs établissements. Cependant, à part la prière, il n'a pas d'avis pratique à proposer, et le ton de sa lettre suggère que les religieux sont devenus des exilés et des missionnaires68. Mais lorsque les congrégations enseignantes du diocèse prennent elles-mêmes la décision de permettre la sécularisation, elles trouvent en l'archevêque un partenaire très coopérant pour fournir les (faux) documents nécessaires aux religieux choisissant de se séculariser. Dès 1904, la sécularisation commence à se développer sur une telle échelle que le diocèse fournit une lettre-formulaire avec les blancs nécessaires pour y mettre le nom, la congrégation religieuse, et la date de sécularisation de la personne concernée. Les congrégations religieuses fournissent aussi des formulaires communs ; les Frères des Écoles Chrétiennes en font imprimer des milliers, rien qu'en 1904. Toutefois, il s'agit de documents bidon. En septembre 1904, Coullié explique au Vatican que le « billet » qu'il donne aux religieux pour les relever de leurs vœux contient l'expression « de consensu Superiorum » ; quand un religieux demande à son supérieur ce que cela signifie, le supérieur doit répondre que cela ne signifie rien69.

  • 70 AFEC, DD 284, « Note en réponse aux lettres présentées à la Sacrée Congrégation des Religieux » (1 (...)
  • 71 ADR, 3 U 240, « Petits Frères de Marie : Documents saisis par le parquet de Saint-Amand » (1903). (...)
  • 72 AStJ, G 5, « Séance du 19 avril » (1903). ASMR, 3 F 1, « Rapport » (s. d.).
  • 73 Rigault, vol. 1, 213.

43Les religieux sécularisés se doivent de rester fidèles à leurs vœux et de continuer à vivre – avec quelques modifications – une vie de régularité communautaire. Les congrégations religieuses voient la sécularisation comme une autre étape, bien que clandestine, de la vie religieuse, et non comme une véritable séparation de la congrégation. Les Frères des Écoles chrétiennes disent au Vatican que « sécularisé » ne devait pas s'entendre « dans le sens canonique du mot » mais simplement pour décrire « des religieux qui, pour pouvoir maintenir les écoles, ont revêtu l'habit séculier, tout en gardant leur vœux et en restant sous la dépendance de leurs Supérieurs »70. Les règles pour la sécularisation, mises en pratique par les Frères Maristes, spécifient que l'autorisation de sécularisation doit être renouvelée chaque année, que les vœux de chasteté et de pauvreté restent en vigueur, et que les religieux demeurent sous la juridiction de leurs supérieurs. Sous « leurs habits séculiers », ils doivent porter « leur croix de profession ou toute autre partie du costume religieux afin de se rappeler sans cesse les obligations que leur impose leur caractère de religieux ». Cependant, on leur recommande aussi de détruire « toute trace de correspondance avec les supérieurs »71. Les Sœurs de Saint-Joseph demandent également à leurs religieuses sécularisées de porter leur croix sous leurs nouveaux habits, qui doivent être simples, de bon goût et de couleur sombre – on peut compter sur la couturière du couvent pour les fabriquer – tandis que l'habit religieux doit être soigneusement remisé. Les Sœurs de l'Enfant-Jésus sécularisées sont priées de reprendre leurs vœux et de s'en tenir aux règles de l'obéissance, y compris celles de ne pas changer d'emploi sans la permission de la supérieure générale, de soumettre leurs comptes financiers chaque année à la maison-mère, et d'avoir leur correspondance scellée et ouverte par la directrice de l'école72. Les Frères des Écoles Chrétiennes ne permettent pas à leurs religieux sécularisés le libre usage de leur salaire ni la liberté de mouvement ; ils sont nommés à des postes tout comme ils l'ont été avant 1904. Ils mettent spécialement en garde également contre le fait de mener « une vie trop mondaine » en fréquentant les cafés, en allant au théâtre et en faisant des voyages longs ou fréquents73.

  • 74 AStJ, « Séance du 12 avril » (1907). AStJ, 1 D A, la Supérieure générale au Pape (1905 ; 1907 ; 19 (...)

44Toutes les congrégations enseignantes comptent les sécularisés comme faisant partie du personnel religieux, les enregistrant à part de ceux qui ont vraiment quitté la congrégation. Toutefois, malgré cette apparence de vie normale, il n'est pas facile d'intégrer les sœurs et frères clandestins dans la vie ordinaire de la congrégation. Dès 1905, les Sœurs de Saint-Joseph doivent faire face au problème de savoir comment inclure les sœurs sécularisées dans les élections pour le Chapitre général et la supérieure générale. Leur demander de voter compromettrait leur position légale et leur travail ; les exclure de l'élection ce serait suggérer qu'elles ne font plus partie de la congrégation. En 1905, 1907, 1908, les Sœurs de Saint-Joseph s'adressent au Pape pour renouveler le mandat de leur supérieure générale, sans élections, à cause de l'impossibilité d'en organiser. Elles s'empressent néanmoins de lui assurer que « les Règles sont observées, l'autorité est respectée, obéie et aimée »74.

  • 75 ACSV, Registre « Discrétoire général », vol. 4, no 81, 28 décembre 1904. AFM-Rome, 331, Chapitre g (...)

45Cependant, en dépit de ces assurances, l'une de leurs principales inquiétudes est l'affaiblissement inévitable des liens communautaires et de la régularité, qui résulte du subterfuge de la sécularisation. Les Clercs de Saint-Viateur réfléchissent aux façons possibles de remédier « au découragement, à l'isolement, et de maintenir une discipline relative », lors d'une réunion des supérieurs qui se tient en Belgique, en décembre 1903. Les recommandations faites comprennent le regroupement des postes par secteur, pas trop éloignés l'un de l'autre, les visites fréquentes aux membres, l'encouragement à continuer à respecter les pratiques et la discipline religieuses, et l'organisation de retraites annuelles. Au cours de leur Chapitre général de 1907, les Frères Maristes cherchent un certain nombre de moyens pour garder leurs membres sécularisés comme partie véritable de la congrégation et pour les aider à pratiquer leurs vœux : visites fréquentes de la part des supérieurs, (« faites avec prudence »), cohabitation communautaire, fidélité aux exercices de piété et à l'obéissance, communion fréquente, interdiction de longues absences de l'école, et interdiction d'avoir du personnel domestique féminin. Les Frères des Écoles Chrétiennes, les Sœurs de Saint-Joseph et les Sœurs de l'Enfant-Jésus organisent également des retraites spéciales pour leurs membres sécularisés75.

  • 76 Statistiques relevées, à partir des registres du personnel, par le Frère Régis Arnaud, archiviste (...)

46L'importance de la sécularisation diffère selon les congrégations. Les chiffres disponibles concernent les Frères des Écoles Chrétiennes et les Frères Maristes qui peuvent se développer à l'étranger assez facilement, et les Sœurs de Saint-Joseph qui restent en France comme congrégation autorisée, bien que perdant l'autorisation d'enseigner. Sur les 457 Frères des Écoles Chrétiennes travaillant en 1904 dans le diocèse de Lyon, 202 (44 %) d'entre eux choisissent la sécularisation, 78 partent à l'étranger, 70 prennent leur retraite et 107 quittent la congrégation, bien que beaucoup de ceux-ci s'engagent comme maîtres laïcs dans les écoles catholiques. Cette région a davantage de sécularisés que dans l'ensemble de la France où seulement 2 600 (24 %) de ses 10 651 membres se sécularisent, 2 200 quittent la congrégation, 1851 restent en habit comme malades ou retraités et 4 000 partent à l'étranger. Sur l'ensemble des Frères Maristes travaillant en France, environ un tiers, 1 500 sur 4 500, choisit la sécularisation, 950 quittent la congrégation, 1 150 partent pour l'étranger et les autres prennent leur retraite. En 1912, les Sœurs de Saint-Joseph recensent leur personnel régulier qui se monte à 2 028 membres et leurs sœurs sécularisées à 42976.

  • 77 ACSV, Registre « Chapitre : 1845-1905 », Séance du soir 11 août 1905.
  • 78 AFEC-Rome, NC 269 (7), le Secrétaire général au Ministère de la Justice et des Cultes (1909). ADL, (...)

47Les congrégations enseignantes continuent également à se recruter. Les noviciats, qui ont été fermés ou interrompus entre 1901 et 1904, rouvrent quelques années plus tard. Les congrégations qui sont totalement dissoutes les transfèrent à l'étranger ou les cachent en France. Les Clercs de Saint-Viateur ouvrent un noviciat dans leur nouvelle maison-mère à Bruxelles ; en 1905, le Chapitre décide qu'« on peut admettre à la profession religieuse les novices mêmes qui doivent être employés en France »77. Les Frères des Écoles Chrétiennes reçoivent, en 1909, l'autorisation de rouvrir quatre noviciats en France, pour former des missionnaires ; ils choisissent les villes maritimes de Marseille et Bordeaux et leurs centres historiques de Paris et Lyon. Mais le gouvernement suspecte depuis longtemps qu'ils ont un noviciat à Saint-Rambert-sur-Loire (Loire) où ils ont « un très vaste établissement indépendant de toute école » ; du moins les jeunes gens qui vivent là en 1904 continuent à se présenter aux examens du brevet78.

  • 79 ASMR, 6 G 1, lettre non-signée à « Monseigneur » (s. d., vers 1912) ; 3 F 1, « Rapport » (s.d.).
  • 80 AStJ, 1 D D, « Rapports triennaux envoyés à Rome » (1903) ; 15 G 9, Petits agendas des Secrétaires (...)
  • 81 Recueil des Lettres-Circulaires adressées aux Religieuses de Saint-Charles de Lyon (Lyon, 1931), 2 (...)
  • 82 AFEC-Rome, NC 269 (7), le Secrétaire général au Ministère de la Justice et des Cultes (1909).

48Mais, dans la mouvance des lois anti-congréganistes, le recrutement est difficile. Les Sœurs de l'Enfant-Jésus essaient de cultiver des vocations en secret dans l'un de leurs pensionnats sécularisés, après 1909 ; les novices suivent le règlement du pensionnat, tout en y ajoutant « discrètement » des exercices de piété, sans que leurs parents et les autres élèves le sachent. Mais elles ne trouvent que quatre recrues éventuelles, dont deux émettent des vœux79. Les Sœurs de Saint-Joseph restructurent leur noviciat en 1903, afin d'en extirper les vocations les plus douteuses, et y ajoutent 429 novices en mars 1904, sans les inscrire sur le registre du personnel. Mais elles trouvent que les candidates sont moins bien instruites qu'auparavant80. Les Sœurs de Saint-Charles rappellent à leurs membres de rechercher de nouvelles recrues en 1907, mais de « favoriser les vocations qui vous paraissent sérieuses »81. Les Frères des Écoles Chrétiennes se plaignent que les nouvelles lois ne leur permettent pas d'accepter des novices de moins de vingt et un ans, l'âge même où commence le service militaire. En 1915, il font du recrutement un tâche spécifique, plutôt que de compter, comme ils l'ont fait pendant plus d'un siècle, sur l'auto-recrutement et le recrutement par le clergé82.

Les difficultés de la persévérance

  • 83 De tels manuels comprenaient : J. Brelliaz (abbé), Les conditions de la sécularisation : Conseils (...)
  • 84 Brelliaz, 5, 7.
  • 85 Taudière, Conditions requises, 11-12 ; ADR, 3 U 111 Parquet, « Gazette des tribunaux » (1905).
  • 86 ADR, 3 Ud 2, « Interrogatoire de Chapot » (1904) ; dossier de Bastin, Marguerite (1905).

49Pour le maître ou la maîtresse sécularisé, demeurer dans la vie religieuse, tout en donnant toutes les apparences extérieures de l'avoir quittée, est une situation difficile. Les autorités départementales surveillent de près les nouvelles écoles catholiques pour y découvrir des signes de « fausse » sécularisation et elles intentent des procès dans un certain nombre de cas, entre 1903 et 1906. On imprime des manuels d'instruction pour aider les enseignants congréganistes désireux de quitter leur institut ; ils ne conseillent que des départs sincères, mais les avis donnés dans les manuels sont également utiles pour les vraies et les fausses défections83. Selon l'abbé Brelliaz, les quatre signes d'une sécularisation sont les vœux de religion, la vie commune, la subordination aux supérieurs et la poursuite d'un objectif commun, c'est-à-dire, l'éducation chrétienne. Il conseille à ses lecteurs de faire disparaître « tous les objets » qui appartiennent à la congrégation, y compris « vêtements, linge, livres, brochures, règle de l'ordre, imprimés, circulaires, objets de piété »84. Les maîtres sont suspects s'ils vivent ou mangent ensemble, si les élèves continuent à les appeler « mon frère » ou « ma sœur », s'ils ne reçoivent pas d'invités, spécialement ceux du sexe opposé, ou ne rendent pas visite à leur famille, et évidemment s'ils semblent maintenir le contact avec leur ancienne congrégation85. Dans un interrogatoire, on demande à un frère sécularisé s'il porte quelque signe secret de son état religieux ou s'il a reçu des instructions écrites ou orales de son supérieur sur la manière de se séculariser. La police interroge Marguerite Bastin, qui a fait son noviciat chez les Sœurs de Saint-Joseph et travaillé comme maîtresse auxiliaire d'une sœur sécularisée dans l'école de Chambost-Longessaigne (Rhône), si elle a l'intention de se marier, si elle est libre de s'en aller ailleurs, de recevoir des visites, et de dépenser son propre salaire86.

50Les enseignants essayant de prouver leur innocence font habituellement référence à leur habit, à leurs habitudes et à leur liberté. Un ancien Frère Mariste fait la déclaration suivante :

Ma vie n'est plus du tout la même que lorsque j'étais congréganiste. J'habite seul. Je me lève et me couche quand je veux ; je suis absolument libre de ma personne, en dehors de mes heures de classe. Je touche un traitement fixe de 1 200 francs par an et je m'en sers à ma guise... Je vais passer toutes mes vacances dans ma famille et je viens en aide à un de mes frères qui a été amputé d'une jambe.

  • 87 Exemples tirés des interrogatoires dans ADR, 3 Ud 2-4, Rouvier, Cornet, Bardin, Neyret, Tardy (190 (...)

51Comme preuve qu'il a quitté les Frères du Sacré-Cœur, Auguste Cornet affirme qu'il a travaillé pour un fermier et a ouvert un livret de caisse d'épargne. Son collègue de l'école de Coise, Florimont Bardin, apporte comme preuve le fait qu'il a envoyé de l'argent à son frère. Pierre Neyret, ancien Frère Mariste, prouve qu'il vit et mange avec son frère et est payé directement par l'Association Régionale de l'Enseignement qui gère l'école. Quand la police trouve Antoine Tardy en possession d'une circulaire expliquant aux Frères Maristes comment opérer une fausse sécularisation, il répond, de manière peu sincère, qu'on lui a remis le document, qu'il l'a placé dans son portefeuille et ne l'a jamais relu du fait qu'il voulait vraiment quitter la congrégation87.

  • 88 ADL, V 509, l'Inspecteur primaire, arrondissement de Montbrison à l'Inspecteur d'Académie de Lyon (...)
  • 89 AN, F 19 6272, liste manuscrite de « cas qui annulèrent la sécularisation » (1903-04).
  • 90 ADR, 3 U 240, « Parquet du Procureur de la République de Lyon, no 7107 » (1905).
  • 91 Lanfrey, 84.

52En dépit du danger, les religieux sécularisés continuent souvent à vivre en communauté, par frugalité, expliquent-ils. À l'école de Pouilly-les-Feurs (Loire), un des Frères Maristes sécularisés s'éloigne pendant quelques mois et puis « le danger passé, il y eut de nouveau cohabitation ». Au pensionnat tenu par les Sœurs de Saint-Joseph à Pommiers, les sœurs nouvellement sécularisées « se trouvèrent réunies », dans les mêmes logements, ce que le tribunal soupçonne ne pas être « le résultat d'un pur hasard »88. En soi la cohabitation n'est pas répréhensible – les maîtres laïcs partagent souvent le même logement – mais elle attire l'attention des autorités. Dans un procès, en 1904, des maîtres sont condamnés parce qu'ils partagent le même repas, bien que dormant dans des logements différents89. Mais dans le diocèse de Lyon, la plupart des juges semblent bien vouloir accepter les explications des accusés disant qu'ils font cela « par économie » ou afin « d'assurer la surveillance des internes »90. D'après une enquête faite dans la Loire, en 1907, la vie commune est plus au moins de nouveau en vigueur parmi les religieux sécularisés, bien que le directeur de l'école ait pu encore vivre à part91.

  • 92 ADL, T 228, « Avis aux Parents de mes élèves » (1903) ; l'Instituteur de Chazelles-sur-Lyon à l'In (...)
  • 93 ADR, 3 U 240, « Parquet du Procureur de la République de Lyon, no 8873 » (1905).

53Outre le comportement du personnel scolaire, les autorités surveillent attentivement les écoles pour essayer d'identifier celles qui sont encore des établissements congréganistes. En vue de rouvrir leur école comme école libre « laïque », les congrégations enseignantes et les groupements de laïcs responsables donnent comme instruction aux maîtres sécularisés de donner congé à leurs élèves, d'obtenir les papiers de sécularisation nécessaires, de se mettre en civil, d'informer le préfet par lettre recommandée de l'ouverture d'une école laïque et de rappeler leurs élèves. Quelquefois, ces démarches sont faites par le curé ou le propriétaire du bâtiment scolaire, qui sont très désireux de rétablir un enseignement catholique dans leur paroisse. Ces transformations, accomplies presque d'un jour à l'autre, sont d'une grande transparence, comme dans le cas de la lettre suivante adressée aux parents par un Frère Mariste de La Talaudière (Loire) : « Je donne un congé de huit jours à vos enfants... [Dans une semaine] vous me renverrez vos enfants et je continuerai à les instruire avec le même dévouement que dans le passé, mais en civil ». À Chazelles-sur-Lyon (Loire), le maître de l'école publique se plaint que dans la nouvelle école, « il n'y a rien de changé que le costume »92. À Villechenève (Loire), les autorités trouvent la situation de l'école « un peu suspecte » car « le nouvel établissement en effet est installé dans le même local que l'ancien ; le matériel est le même, les méthodes d'enseignement paraissent être restées les mêmes... enfin la directrice de l'école est la même personne que celle qui dirigeait l'établissement fermé ». Pourtant les maîtresses ne portent pas l'habit, vivent séparément, reçoivent des invités et rendent visite à leur famille. Le procès n'aura pas de suite93. Néanmoins, les laïcisations manifestement fausses rendent nerveux le clergé et les partisans laïcs des écoles car elles attirent l'attention et les enquêtes de la police.

  • 94 ADR, 3 U 111 Parquet, « Note » (1927). ADL, V 555, l'Instituteur de Planfoy au Préfet (1904).
  • 95 ADL, V 528, Pierre Puillac, instituteur à Saint-Romain-en-Jarez au Préfet (1903).

54Le processus par lequel une nouvelle école congréganiste est ouverte par le même personnel, avec seulement un costume civil, est connu sous le nom de « sécularisation sur place ». Elle permet à une nouvelle école de rouvrir sans formalités légales et avec des maîtres déjà connus de la population. Mais elle jette la suspicion sur les sécularisations et amène parfois des enquêtes officielles non souhaitées. La sécularisation sur place a le plus de succès dans les communes où la population est fortement en faveur des enseignants congréganistes. À Savigny (Rhône), par exemple, où les sœurs sécularisées se sont à peine déguisées – elles portent « un costume particulier qui n'est celui d'aucun ordre religieux connu, mais qui rappelle de très près le costume des Sœurs de Saint-Charles » – la situation est connue et tolérée pendant plus de vingt ans. À Planfoy (Loire), où l'école laïque a environ dix élèves et l'école congréganiste autour de quarante, les habitants cachent tous les meubles des Sœurs de Saint-Joseph jusqu'à ce qu'elles retournent au village pour rouvrir l'école, « costumées en laïques »94. Les enseignants disent aux autorités qu'ils sont trop vieux pour changer d'endroit et que l'enseignement est la seule façon qu'ils connaissent de gagner leur vie, explication qui a toutes chances d'être vraie. Pierre Pouillac, ancien Frère Mariste à Saint-Romain-en-Jarez (Loire) explique, par exemple : « Depuis 33 ans je remplis dans la commune les honorables fonctions d'instituteur. Je suis connu, et je crois avoir gagné la confiance des parents. De plus, j'ai 62 ans et il m'est impossible de fonder ailleurs une école qui puisse me fournir un moyen d'existence »95.

  • 96 ADL, V 511, Commissaire central de Police : Rapport (1903). ASteF, non-classé, « État général de l (...)
  • 97 AFEC-Rome, NC 292 (1), « Personnel complet des diverses écoles des sécularisés, District de Lyon » (...)
  • 98 AStJ, G 5, « Séance du 2 janvier » (1905). AStJ, 7 Q 18, le Curé de Saint-Joseph-en-Beaujolais à l (...)
  • 99 ADL, V 556, deux résidents de La Valla au Ministre de l'Intérieur (1907) ; l'Inspecteur d'Académie (...)

55Mais il est beaucoup plus courant pour les congrégations de déplacer leur personnel, afin de réduire la suspicion. Après tout, « le mouvement de la population des congrégations autorisées et non autorisées... est toujours resté ignoré de l'administration », admet la police de Saint-Étienne en 1904. Chez les Sœurs de la Sainte-Famille, « la plupart des religieuses qui enseignent dans les différentes maisons fermées, ont demandé leur sécularisation pour continuer l'œuvre de l'éducation chrétienne, soit dans ces écoles, soit ailleurs, mais jamais sur place ». De même, les Frères du Sacré-Cœur ont comme politique de transférer tous les religieux sécularisés dans un nouveau poste96. Certaines écoles mêlent aussi des religieux sécularisés en provenance de différentes congrégations. Par exemple, le répertoire des écoles conservées par les Frères des Écoles Chrétiennes dans le district de Lyon comporte une majorité de membres sécularisés de leur congrégation mais il comprend aussi des membres provenant d'autres congrégations et du personnel laïc. Les quatre écoles de La Guillotière (à Lyon) sont « rouvertes immédiatement par des instituteurs de toutes les catégories »97. Les Sœurs de Saint-Joseph rouvrent leur école de Chessy (Rhône) avec une sœur sécularisée servant d'auxiliaire à la directrice, « une jeune fille purement laïque ». À Saint-Joseph-du-Beaujolais (Rhône), où le curé veut ouvrir une école avec quatre sœurs sécularisées et une directrice laïque, il se hâte de rassurer la supérieure générale que l'école sera en réalité dirigée par les sœurs98. À La Valla (Loire), deux habitants accusent la directrice d'école, qui est la sœur du curé, de n'être qu'un « prête-nom », car elle ne réside pas dans l'école et n'y enseigne pas ; les vraies directrices sont les sœurs sécularisées. L'inspecteur d'académie rapporte que l'équipe de sept membres comprend quatre anciennes religieuses et admet que bien que « c'est possible, probable même », que « l'association congréganiste existe encore », il est impossible « d'en découvrir une preuve assurée »99.

  • 100 ADL, V 509, « Relevé des infractions aux lois des 1er juillet 1901, 4 décembre 1902 et 7 juillet 1 (...)
  • 101 Les dossiers dans ADR, 3 U 240, montrent que de nombreuses enquêtes de police sont abandonnées.

56Bien que les congrégations enseignantes du diocèse de Lyon aient l'impression que les autorités les surveillent de près, peu de cas de sécularisation donnent lieu à des condamnations effectives. Au tribunal de Roanne, les accusateurs obtiennent des condamnations dans 13 des 22 procès dans lesquels ils engagent des poursuites en 1903, mais ces condamnations font ensuite l'objet d'un appel. Dans la Loire, jusqu'à octobre 1906, il y a eu 76 cas de poursuites : 2 sont en cours d'instruction, 4 sont sans suite, 18 donnent lieu à une condamnation, 26 à une amnistie et 26 à un acquittement. À Lyon, les procureurs poursuivent 292 cas mais n'en inculpent que 45. Aucun condamné ne va en prison ; seuls quelques-uns payent une amende. Une loi adoptée en 1906 accorde l'amnistie à tous les cas en suspens100. Mais un plus grand nombre de cas possibles n'arrivent jamais jusqu'au tribunal par manque de preuves101. Certains des accusés ont, évidemment, réellement quitté leur congrégation. Les perquisitions débouchent rarement sur des indices accusateurs, et les accusés ont des explications plausibles à leur comportement. Les autorités reconnaissent la difficulté d'identifier les fausses sécularisations. Juger de la conduite de leurs suspects s'avère très difficile : après tout on ne peut pas s'attendre à ce que d'anciens religieux ou religieuses, ayant quitté leur congrégation par suite d'une persécution, aient voulu modifier leur style de vie de façon notable. Une véritable tromperie est difficile à prouver.

  • 102 Lanfrey, 77. AFM-Rome, 33e Chapitre général, « Séance du matin, 22 octobre 1907 ».
  • 103 Rigault, vol. 1, 149, 226.

57Mais la menace de poursuites légales a un effet réel sur les enseignants congréganistes, en modifiant leur comportement afin de réduire les soupçons. Ceci a pour résultat de transformer de fausses sécularisations en vraies, à mesure que s'accumulent les signes extérieurs requis pour prouver son innocence. Sur les 1 500 Frères Maristes sécularisés en 1903, 840 seulement font encore partie de la congrégation en 1906. En 1907, celle-ci décide d'exclure ceux qui ne participent plus aux retraites ou ne rendent pas leurs comptes102. Les Frères des Écoles Chrétiennes comptent dans la Loire, en 1909, 60 sécularisés qui se disent encore religieux et 37 qui disent le contraire ; toutefois, parmi les 60, tous ne suivent pas la règle. Certains, évidemment restent des religieux modèles, soutenant les autres dans leurs communautés clandestines. Les écoles tenues par les Frères des Écoles Chrétiennes dans la Loire, entre 1905 et 1918, sont visitées par le Frère Paramon-Cyprien, qui loue une chambre à Saint-Étienne et prétend être un agent d'assurance103.

58Mais certains maîtres sécularisés – dispersés, persécutés, et travaillant plus étroitement avec des membres d'autres congrégations – sont plus enclins à s'écarter de la vie religieuse.

  • 104 ACSV, Registre, « Chapitre 1845-1905 : Rapport du T.R.P. Supérieur Général sur la situation morale (...)

Beaucoup, parmi les jeunes surtout, écrit le supérieur général des Clercs de Saint-Viateur ont manqué de courage pour conserver des liens qui les exposaient aux poursuites judiciaires ; ils n'ont pas voulu affronter les sentences des tribunaux, et ils ont demandé à être délivrés de leurs engagements. Plusieurs de ceux qui ont gardé ces engagements ne les observent qu'à demi : la pratique des exercices religieux et l'observation des règles leur paraissent incompatibles avec le genre de vie qu'ils se croient obligés de mener aux yeux du monde pour échapper aux investigations des prescripteurs104.

  • 105 Les trois exemples sont tirés de ACSV, Dossier « Expulsion des religieux de France, 1902-1908 : Re (...)
  • 106 Rigault, vol. 1, 211.

59Par exemple, le Frère Durand, demande à être relevé de ses vœux en 1904 parce que, dit-il, il ne les aurait jamais prononcés s'il avait prévu la nécessité de les garder comme civil. Son collègue Louis Tibie demande à quitter parce qu'il est incapable d'observer ses vœux sans la vie communautaire. Firmin Longuex écrit que « beaucoup d'anciens religieux pensent que la force des choses et les lettres de sécularisation qui ont été délivrées doivent rendre liberté entière à ceux qui avaient fait des vœux »105. Le Frère Pompée-Joseph soutient, lors du Chapitre général des Frères des Écoles Chrétiennes en 1905, que la sécularisation est dangereuse, « même lorsque la vie commune et la pauvreté restent possibles... Il devient pressant, irrésistible avec l'isolement, l'indépendance et le maniement de l'argent. On en vient à interpréter la lettre de sécularisation comme une dispense de vœux... Ce n'est plus un apostolat qu'on exerce ; c'est un métier qu'on fait »106.

  • 107 ACSV, Dossier « Expulsion des religieux de France, 1902-1908 : Religieux dispensés des vœux, 1903- (...)
  • 108 AStJ, 1 DG, Lettres à la Supérieure générale (1906). ACSV, Dossier « Expulsion des religieux de Fr (...)

60La situation de sécularisation tend, au mieux, à être ambiguë et complexe. Il y a, évidemment, des religieux dont la sortie de la congrégation est réelle depuis le début, et d'autres pour qui elle devient réelle après les épreuves de plusieurs années. Certains abandonnent l'enseignement, se marient, mènent vie et carrière nouvelles. Après trente-six ans comme Clerc de Saint-Viateur, Firminy Delmont écrit pour demander sa dispense de vœux parce qu'à la suite de la fermeture de l'école à Saint-Cernin, il est tombé amoureux et qu'il veut se marier107. Cependant, beaucoup de ceux qui abandonnent la vie religieuse restent enseignants, souvent dans des écoles catholiques. Une sœur de Saint-Joseph écrit à la supérieure générale qu'« un poste d'institutrice se trouvant vacant à Saint-Germain, je tiens à profiter de cette circonstance pour continuer à enseigner ». Fernand Poujol, ancien clerc de Saint-Viateur, trouve un meilleur poste dans une école tenue par les Frères des Écoles Chrétiennes. D'autres font marche arrière, comme Maurice Suscillon, qui a travaillé dans une pharmacie et comme vendeur, mais « n'ayant pas réussi, j'ai accepté une place à l'école de Beaujeu »108.

  • 109 ASMR, 3 F 1, « Notice sur les expulsions » (s.d.).
  • 110 AFEC, DD 284, « Reliquat demandé aux Frères sécularisés » (s.d.).
  • 111 AFEC-Rome, ED 228, « Registre du 31e Chapitre général » (1905).

61Pour ceux qui restent dans leur congrégation, comme maîtres sécularisés, la vie a évidemment beaucoup changé. Leur vie religieuse est secrète, leur vie communautaire très affaiblie, et ils ont davantage d'occasions de multiplier les contacts en dehors de la congrégation. « Je devais me cacher pour revenir à la Maison-Mère, me cacher pour voir mes supérieures, me cacher pour rester bonne religieuse » écrira une Sœur sécularisée de l'Enfant-Jésus109. Les Frères des Ecoles chrétiennes déconseillent de verser les salaires directement à leurs membres sécularisés, ceux-ci risquant de l'envoyer à leur famille ou de le dépenser eux-mêmes au lieu de le remettre à la congrégation110. Ils ont davantage de liberté – par exemple pour rendre visite à leur famille – mais également moins le sens de l'identité commune. Ils ne forment plus un corps enseignant au même sens qu'auparavant, quand il y avait les directives claires de l'autorité et la camaraderie des collègues. « La grâce de Dieu ne manque pas », écrit le Frère Évremond au Chapitre général des Frères des Écoles Chrétiennes en 1905, « mais cette force qu'on puise dans ces relations paternelles et filiales tout à la fois, entre supérieurs et inférieurs, nous manque »111.

62Et cependant la sécularisation sauve à la fois les écoles catholiques et les congrégations enseignantes. En 1910, le Cardinal Coullié écrit au Supérieur général des Frères Maristes, avec une insistance particulière :

À mon tour je veux faire un appel pressant à votre patriotisme et à votre amour de la sainte Église. Nos ennemis, en préparant contre l'enseignement religieux les lois sectaires ne craignent pas de publier bien haut que nos écoles libres finiront par le manque d'instituteurs et il faut avouer que de ce côté notre inquiétude est bien vive. Je viens aujourd'hui vous crier au secours au moins pour notre ville de Lyon d'abord et, s'il est possible, pour le diocèse ensuite. Je connais trop la bonne formation de vos sujets pour ne pas espérer que vous en trouverez d'assez généreux et d'assez fidèles qui accepteront, sous votre obéissance, de venir, sous l'habit laïque, continuer l'exercice de leur vocation et combler les vides que nous devons remplir.

  • 112 AFM-Rome, 420/2, no 55, 56 Lyon, le Cardinal Coullié au Supérieur général (1910, 1911).
  • 113 Rigault, vol. 237.

63Une année plus tard, il remercie pour le « rayon d'espérance », ajoutant : « J'ai le cœur brisé en voyant nos enfants condamnés à perdre la foi... Qu'importe le costume ? »112. En 1913, le Cardinal demande au Vatican d'ordonner aux supérieurs généraux des Frères Maristes et des Frères des Écoles Chrétiennes de renvoyer dans le diocèse de Lyon les frères expatriés, pour y enseigner en habits civils113. Les enseignants catholiques laïcs formés n'existant toujours pas en nombre suffisant, le personnel sécularisé forme encore l'épine dorsale de la plupart des écoles paroissiales.

  • 114 AN, F 19 12499, « Frères des Écoles Chrétiennes : Fermetures et Réouvertures, Situation au 31 déce (...)
  • 115 AFM-Rome, 50.1, dossier no 723, « Mémoire sur l'association religieuse des Petits Frères de Marie (...)
  • 116 AStJ, 7 Q 18, « État de la Congrégation après les fermetures, 1907 ».
  • 117 AN, F 17 12495, « Statistique au 12 octobre 1903 des écoles primaires privées congréganistes fermé (...)
  • 118 ADL, V 525, « Statistique au 31 décembre 1904 » (1905).
  • 119 Lanfrey, 84. Malheureusement nous ne savons pas combien d'élèves y étaient encore inscrits. L'insp (...)

64Les chiffres disponibles confirment que les congrégations ont pu sauver beaucoup de leurs œuvres. À la fin de 1905, 97 écoles tenues par les Frères des Écoles Chrétiennes dans le diocèse de Lyon ont été fermées, mais ils en ont rouvert 62, dont 56 avec des enseignants sécularisés. Environ 80 % de leurs écoles en France sont rouvertes comme « écoles privées laïques » dès 1906114. Les Frères Maristes tiennent, en 1902, 129 écoles dans le diocèse de Lyon et 605 dans l'ensemble de la France ; en 1908, ils en ont rouvert 76 dans le diocèse et 414 en France. Les Frères du Sacré-Cœur sauvent 74 écoles sur 136. Les Sœurs de l'Enfant-Jésus ont 84 écoles, avant les fermetures de 1902, et elles en rouvrent 56, entre 1902 et 1912115. Les Sœurs de Saint-Joseph estiment en 1907 que, de leurs 457 établissements, seulement 38 ont été fermés complètement, 94 fonctionnent encore normalement, 195 abritent quelques sœurs qui se livrent à des actions caritatives et à du travail d'Église, et 130 sont tenus par des sœurs sécularisées au nombre de 500116. Dans le département du Rhône, 306 écoles primaires congréganistes sont fermées entre 1903 et 1905, dont 201 sont rouvertes, 93 avec du personnel laïc et 108 avec des maîtres sécularisés117. Dans le département de la Loire, de 1901 à 1904, on ferme 320 écoles et 219 rouvrent, toutes à part 44 avec du personnel sécularisé118. Dans les deux départements, l'Église sauve environ les deux tiers de ses écoles119.

  • 120 ADR, V versement 1962 29, le Préfet à Monsieur le Président du Conseil, Ministère de l'Intérieur 1 (...)
  • 121 Gabriel le Bras, L'église et le village (Paris, 1976), 151.
  • 122 Le gouvernement de Vichy abolit également l'article 14 de la loi de 1901 qui interdisait aux congr (...)

65Ce serait une erreur de croire que frères et sœurs disparaissent de la vie quotidienne française, par suite des lois anti-congréganistes. De fait, dans certains villages, peu de choses semblent avoir changé, à part le costume des enseignants. Le préfet du Rhône rapporte en 1907 que, dans certaines zones rurales, où 47 écoles congréganistes n'ont pas encore été laïcisées, la mort d'un enseignant congréganiste a pour simple conséquence la nomination d'un autre, comme si aucune loi n'avait été votée120. La bonne sœur, évidemment, continue également – en costume – comme infirmière ou catéchiste : décrivant le xxe siècle, le sociologue religieux Gabriel Le Bras évoque « la religieuse infirmière, qu'on rencontre, dans une modeste voiture ou à bicyclette, sur toutes les routes de France »121. La déclaration de guerre de 1914 amène la suspension des mesures légales contre les congrégations enseignantes et 1896 Frères des Écoles Chrétiennes vont au front. Bien que l'attente généralisée parmi les catholiques que les lois anti-congréganistes seraient révoquées par le gouvernement conservateur de 1918, ait été déçue, les maîtres et les maîtresses sécularisés sont laissés tranquilles dans la période entre les deux guerres. La loi de 1904 est abolie par le gouvernement de Vichy en 1940122. Cependant, de 1904 à 1940, la sécularisation a été une des formes dominantes de la vie religieuse en France.

66Par ailleurs l'exemple du diocèse de Lyon suggère aussi que les lois anticongréganistes n'ont pas eu l'effet escompté par le législateur. Si ces lois mettent effectivement les congrégations religieuses sur la défensive, elles ne parviennent pas à les placer sous un strict contrôle gouvernemental – au contraire, même – pas plus qu'elles ne chassent le personnel religieux des salles de classe. Certes, ce diocèse n'est peut-être pas totalement représentatif de toutes les régions françaises : les congrégations enseignantes y étaient particulièrement bien implantées et on se trouvait loin des frontières permettant un exil facile à l'étranger. Les solutions apportées à la crise différent suivant les situations locales. Mais l'existence même d'une résistance aussi efficace et généralisée contre les lois anti-congréganistes dans une région de France montre que le vote d'une loi à Paris, en particulier dans un domaine aussi passionné que celui des relations entre l'Église et l'État, n'assurait pas toujours une mise en œuvre efficace sur le terrain. Les congrégations religieuses étaient des institutions bien organisées, avec des membres dévoués et qui avaient un sens très poussé de leur propre mission dans la société et la culture française. Elles bénéficiaient en outre d'un soutien conséquent du public, en particulier auprès des femmes. Que ce soit au niveau institutionnel ou individuel, elles recherchent activement et trouvent des issues à la crise provoquée par l'action gouvernementale, même si ces solutions nécessitent d'enfreindre la loi ou de se mettre en danger. Les lois anti-congréganistes représentaient une menace directe non seulement pour l'enseignement catholique, mais aussi, à titre individuel, pour le travail de toute une vie des frères et des sœurs enseignants. À ce titre, la sécularisation, même difficile, permit à la fois de sauver les écoles catholiques, mais aussi de donner à ces enseignants la possibilité de continuer à pratiquer leur profession aussi bien que leur foi.

La nouvelle école catholique

  • 123 Sur la Séparation à Lyon, voir Guy Laperrière, La « Séparation » à Lyon (1904-1908) : Étude d'opin (...)

67Après 1901, les congrégations enseignantes, comme corps collectif plutôt qu'en nombre d'individus, n'exercent plus dans l'enseignement catholique le même monopole que par le passé. La responsabilité de l'école paroissiale revient au curé et à ses bienfaiteurs. Devenues illégales et clandestines, les congrégations enseignantes comptent sur eux plus que jamais pour le financement et le soutien de leurs maîtres sécularisés. Mais leur influence déclinante est aussi le résultat d'une tendance qui a commencé après les lois Ferry, quand aussi bien la hiérarchie diocésaine que des groupes de laïcs deviennent impliqués dans le financement et l'inspection des écoles primaires catholiques, parfois au déplaisir des congrégations enseignantes. Celles-ci, forcées maintenant de camoufler leur implication dans les écoles, doivent même compter plus fortement sur ces groupes qui se multiplient après 1901. La séparation de l'Église et de l'État en 1905 aide aussi à mobiliser l'opinion catholique123. Dans le diocèse de Lyon, les laïcs catholiques fondent le « Comité de Défense sociale et religieuse de la Loire » et le « Comité lyonnais de la Ligue de la Liberté d'Enseignement » en 1902, « l'Enseignement libre » en 1904, et « l'Union des Associations scolaires de la Région lyonnaise » en 1905, sans compter les nombreuses associations paroissiales. Ces groupes achetent et louent des bâtiments pour y ouvrir des écoles catholiques et trouvent les financements pour engager et payer les maîtres.

  • 124 AAL, I. 89, « 23e assemblée des curés de Lyon » (1905).
  • 125 AAL, Circulaires, Cardinal Coullié : Enseignement libre (1904-05).
  • 126 Lanfrey, 655.

68Les congrégations enseignantes partagent également le pouvoir avec les maîtres laïcs, qui sont recrutés à la hâte pour encadrer les écoles catholiques, « en considération des difficultés pour recruter des maîtres parmi les religieux sécularisés »124. Une école normale catholique d'instituteurs s'ouvre dans le diocèse de Lyon en 1905, et une autre en 1906 pour les institutrices, une abomination pour l'Église, comparable à la publication, en 1899, par la Mère Marie du Sacré-Cœur d'un livre scandaleux. Le diocèse met également sur pied des cours de pédagogie et de religion pour les maîtres laïcs hâtivement recrutés pour les écoles catholiques125. Dès 1912, on estime que les enseignants catholiques du primaire sont à 40 % des laïcs et à 60 % des religieux sécularisés126. Plusieurs communautés sont composées de groupes hétérogènes d'anciens religieux, de religieux sécularisés et de laïcs.

  • 127 Lanfrey, 37.
  • 128 AN, F 19 2533, « Lettre de S.E. le Cardinal Archevêque de Lyon à son clergé à l'occasion de l'ouve (...)
  • 129 AAL, Cardinal Coullié : Enseignement libre, le Bureau du conseil d'administration de l'Union des A (...)
  • 130 Lanfrey, 415. Il est important de se rappeler, toutefois, que les congrégations religieuses accroi (...)

69En fait, il est possible que les lois anticongréganistes n'aient servi qu'à obscurcir ce qui n'a été, pour les congrégations enseignantes, qu'un lent déclin, sans relation avec les efforts du gouvernement pour leur interdire l'enseignement127. Beaucoup de catholiques ont commencé à envisager des manières nouvelles d'évangéliser la jeunesse. Le Cardinal Coullié rappelle à son clergé paroissial, en 1903, que les leçons de catéchisme sont plus importantes que jamais du fait de la fermeture des écoles congréganistes128. L'Union des Associations scolaires de la Région lyonnaise se plaint devant lui que le jeune catholique « ne reçoit plus aucune instruction religieuse : il est parti à l'atelier, à l'usine, à la ferme, aux champs : souvent encore il n'y a plus, à partir de ce moment, dans beaucoup de paroisses, ni catéchisme, ni leçons supérieures, ni cours de persévérance. L'homme termine ainsi, entre 12 et 13 ans, toute son éducation morale et religieuse ». Ils recommandent la mise en place d'un réseau plus complet de groupes catholiques pour couvrir toutes les périodes de la vie au-delà de l'école primaire129. Les congrégations, luttant pour leur survie même après 1904, ont des difficultés à participer à ce processus. André Lanfrey soutient que le contrôle des écoles catholiques dans le diocèse de Lyon a été une lutte triangulaire entre les congrégations enseignantes, l'Église et les groupes laïcs intéressés, lutte dans laquelle les congrégations ont été éclipsées de bonne heure, laissant le clergé et les groupements de laïcs libres de se départager. De son point de vue, beaucoup dans l'Église ont eu une réaction tiède dans le sauvetage des écoles congréganistes, en partie parce qu'ils ont vu là l'occasion de bâtir une nouvelle forme d'enseignement catholique130.

70Quant à savoir si ces réformateurs catholiques auraient agi dans cette ligne sans la poussée d'une législation hostile, c'est une question sans réponse. Après les lois Ferry, les congrégations conservent une force et une souplesse considérable. Ce qui certain c'est que les lois anti-congréganistes ont marqué un tournant dans l'enseignement catholique français. Ne pouvant plus compter exclusivement sur les talents organisationnels et pédagogiques des congrégations religieuses, l'épiscopat et les laïcs catholiques sont obligés de devenir plus actifs dans la création d'écoles et le recrutement des maîtres. Les écoliers français ont toujours des écoles catholiques à leur disposition, mais dans des conditions différentes, et elles n'étaient plus qu'une partie de la mission catholique d'évangéliser la jeunesse française. Les congrégations enseignantes réussissent, de façon remarquable, à survivre dans des conditions hostiles, mais il est évident qu'elles ne pouvaient plus prospérer. Mais le fait que, pour porter un coup décisif à l'enseignement primaire catholique, le gouvernement républicain ait dû déclarer hors la loi l'existence même des congrégations enseignantes, est un témoignage éloquent donné à leur importance durable pendant le xixe siècle.

Notes

1 ACSV, Dossier « Expulsion des religieux de France, 19021-908 : Religieux sécularisés non dispensés des vœux » 1903).

2 Textes législatifs II : Associations et congrégations ; Documents officiels du 1er juillet 1901 au 14 février 1905 (Paris, 1905.)

3 La loi était assez ambiguë quant à savoir si les autorisations obtenues sous les gouvernements précédents étaient valides. Antoine Prost, Histoire de l'enseignement en France, 1800-1967 (Paris, 1968,) 207.

4 Par exemple, les Assomptionnistes avaient refusé de soutenir la République, en dépit du ralliement. Nicholas Atkin, « The Politics of Legality : The Religious Orders in France, 1901-1945 », dans Frank Tallett et Nicholas Atkin, éd., Religion, Society, and Politics in France since 1789 (Londres, 1991), 152.

5 Des autorisations sont demandées en 1903 par 48 congrégations masculines et 390 féminines ; les premières sont rejetées en mars, 81 de ces dernières en juin. Adrien Dansette, Histoire religieuse de la France contemporaine (Paris, 1965), 580.

6 Textes législatifs II.

7 André Lanfrey, Les Catholiques et l'école (1902-1914) (Paris, 1990), 42. ASMR, 3 F 1, « État de la Congrégation en 1902 » (1902).

8 AStJ, G 5, « Conseil du 11 décembre » (1901). AStJ, 7 Q 18, la Sœur Marie Claver à la Supérieure générale (1902).

9 AN, F 17 12495, « Statistique au 12 octobre 1903 des écoles primaires privées congréganistes fermées et rouvertes par des maîtres laïques sécularisés » (1903).

10 AN, F 19 6085, coupures tirées de Le Nouvelliste (1902).

11 L'intensité de la résistance aux fermetures varie selon les régions. Dans le Pas-de-Calais, par exemple, elle est relativement faible ; en Bretagne, la protestation est générale. Voir Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au xixe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1840-1914) (Villeneuve d'Ascq, 1977), 745, et Robert Gildea, Education in Provincial France, 1800-1914 : A Study of Three Departments (Oxford, 1983), 169. Une analyse remarquable de la résistance dans le Finistère nous est offerte par Caroline Ford, « Religion and the Politics of Cultural Change in Provincial France : The Resistance in Lower Brittany », Journal of Modem History 62 (1990) : 1-33.

12 Ces trois exemples sont tirés de AN, F 19 6085, Commissaire de police, Procès-verbal (1902).

13 AN, F 19 6085, le Préfet du Rhône au Ministre de l'Intérieur (1902). ADL, V 549, Ministère de l'Intérieur : Rapport (1902).

14 ADL, V 549, Commissariat de Police : Rapport (1902).

15 Les Sœurs de Saint-Charles de Lyon (Annales de la congrégation), vol. 2, 1874-1900 (Lyon, 1923), 281.

16 AN, F 19 6151, Prefect (Rhône) to Ministère de l'Intérieur et des Cultes (1902).

17 Le Comité de Défense Catholique de Lyon pense que si les congrégations restent dans leurs écoles jusqu'à la fermeture officielle de celles-ci, l'expulsion leur donnerait la protection légale la plus forte. AN F 19 6081, le Préfet de la Loire au Président du Conseil, Ministère de l'Intérieur et des Cultes (1902) ; F 19 6085, coupures tirées de Le Nouvelliste (1902).

18 ADR, Z 56-38, « Procès-verbal : Renseignements demandés par M. le Sous-Préfect sur l'école congréganiste de St-Bonnet-le-Troncy » 23 (Juillet 1902).

19 AN, F 19 6085, Commissaire de police, Procès-verbal (1902).

20 AN, F 19 6081, le Préfet de la Loire au Président du Conseil, Ministère de l'Intérieur (1902). ADL, V 509, « Rapport, Commissaire de Police, Rive-de-Gier » (1903).

21 AN, F 19 6085, le Comité d'Union des forces républicaines/radicales/socialistes au Préfet du Rhône (1902).

22 ADL, V 546, le Sous-préfet de Roanne au Préfet (1902). AMSE, 3 P 8, « Extrait des registres des délibérations du Conseil Municipal de St-Étienne » (1902). AN, F 19 6081, le Préfet de la Loire au Président du Conseil d'État, Ministère de l'Intérieur et des Cultes (1902).

23 La réunion rassemble 24 personnes. AN, F 19 6085, le Préfet du Rhône au Président du Conseil d'État, Ministère de l'Intérieur et des Cultes (1902).

24 Circulaires des Supérieurs Généraux de l'Institut des Petits Frères de Marie, 1817-1911 (Lyon, 1914-17), vol. 10, 287-88 (1902).

25 AN, F 19 6085, Pétitions, Francheville et Lyon (1902) ; Commissaire de Police, Procès-verbal (1902). ADL, V 459, Commissariat de Police : Rapport (1902).

26 Découvrant le même langage dans le Finistère, Ford, 33, soutient que cela montre à quel point les manifestants avaient assimilé les concepts révolutionnaires et républicains. Pendant la Révolution elle-même, les partisans de l'Église utilisent aussi le langage de la « liberté » pour soutenir la liberté de culte. Voir Suzanne Desan, Reclaiming the Sacred : Lay Religion and Popular Politics in Revolutionary France (Ithaca, 1990), 136-37.

27 ADL, V 546, « Gendarmerie nationale : Attroupement armé pour empêcher l'expulsion des religieuses de Sail-sous-Couzan » (1902) ; Pétition au Préfet (1902).

28 ADL, V 546, Pétitions au Préfet (1902 ; 1904).

29 AN, F 19 6081, Pétition au Préfet (1902). AStJ, C L (l) La Valla-en-Gier, « Notes sur la communauté et le sort qui lui a été fait pendant la persécution religieuse » (s. d).

30 Ford fait substantiellment la même analyse pour les écoles des Filles du Saint-Esprit dans le Finistère, soulignant que cette congrégation était particulièrement bien enracinée dans cette région, à travers son recrutement et son apostolat, La même remarque pourrait être faite concernant les protestations dans le diocèse de Lyon, bien qu'elles aient concerné plus d'une congrégation.

31 AMSE, 3 P 8, « Extraits des registres des délibérations du Conseil Municipal de St-Étienne » (1903).

32 Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, vol. 2, 1880-1930 (Toulouse, 1985), 104.

33 ADL, V 549, Commissariat de Police : Rapport (1902).

34 Ces exemples sont de AN, F 19 6085, Commissaire de police, Procès-verbal (1902).

35 Document provenant de ADL, reproduit dans Mathilde Dubesset et Michelle Zancarini-Fournel, « Parcours de Femmes : réalités et représentations, Saint-Étienne, 1880-1950 » (thèse de 3e cycle, Université Lyon II, 1988), 81.

36 AStJ, G 5, « Séance du 15 juillet » (1902) ; 2 J 8, « Révérende Mère Henri-Xavier 1845-1926) », (102. ADR, 3 U 240, « Petits Frères de Marie : Documents saisis par le parquet de Saint-Amand » (1903).

37 AStJ, « Note sur la communauté de La Valla-en-Gier et le sort qui lui a été fait pendant la persécution religieuse » (s.d.).

38 En octobre 1903, il restait 43 écoles publiques congréganistes à laïciser dans le Rhône et 41 dans la Loire. AN, F 19 9194 (3) « État récapitulatif des écoles publiques congréganistes dépendant des congrégations autorisées restant à laïciser au 15 octobre 1903 ».

39 ADL, V 528, le Directeur des Frères Maristes de Charlieu au Préfet (1903).

40 AStJ, 1 D D, « Rapports triennaux envoyés à Rome » (1907).

41 ADL, V 555, le Sous-préfet de l'arrondissement de Montbrison au Préfet. AStJ, C/L (l), « Note sur la communauté et le sort qui lui a été fait pendant la persécution religieuse ».

42 AStC, Lettres circulaires (1909-1910).

43 ASteF, non classé, « État général de la Congrégation de la Sainte-Famille de Lyon » (1903) ; L 12, « Décret du Conseil d'État reconnaissant la Sainte-Famille comme congrégation hospitalière » (1907).

44 ADL, V 526, la Supérieure générale des Sœurs de la Sainte-Enfance au Préfet (1904).

45 ADR, 3 U 240, « Parquet du Procureur de la République de Lyon, no 845 » (1905). AStJ, C/S (4), « Communauté de St-Bonnet-le-Courreau » (1906).

46 AN, F19 7987, Rapport, Préfecture du Rhône (s. d.). Cette série comprend environ 20 rapports ana logues.

47 ADR, 4 M 271, l'Inspecteur primaire au Préfet (1908).

48 ACSV, Documents relatifs à la loi contre la Congrégation (1903). AN, 156 AP I 199, « Cour d'Appel de Lyon : Audience du 12 juillet 1904 ».

49 La Révérende Mère Saint-Paulin (1859-1923) : Notice (Lyon, 1925), 30. AStJ, 1 D D, Rapports triennaux envoyés à Rome (1907).

50 AFEC-Rome, DD 280 (4), « Dates d'arrivée des Frères dans chaque pays » 1952). (AFM-Rome 50.1 dossier 723.3, « Mémoire sur l'association religieuse des Petits Frères de Marie dits Frères Maristes » (s.d.). ACSV, Register « Chapitre 1845-1905, Rapport du T.R.P. Supérieur Général sur la situation morale et temporelle de l'Institut » (1905).

51 Voir Yannick Essertel, L'aventure missionnaire lyonnaise, 18151962 (Paris, 2001).

52 AFEC-Rome, ED 228, Registre du 31e Chapitre Général (1905).

53 ACSV, Registre « Chapitre 1845-1905, Rapport du T.R.P. Supérieur Général sur la situation morale et temporelle de l'Institut » (1905). ACSV, « Circulaires du P. Lajoie, 1890-1918 » (1903)

54 Guy Laperrière, « 'Persécution et exil' : La venue au Québec des congrégations françaises, 1900-1914, » Revue d'histoire de l'Amérique française 36 (1982) : 398.

55 ASMR, 3 F 1, « Notice sur les expulsions » (s.d.).

56 Le terme « sécularisation » était délibérément ambigu, et le gouvernement l'utilisait habituellement pour signifier les véritables ruptures avec la vie religieuse ou même comme synonyme de « laïcisation ». Les congrégations religieuses elles-mêmes l'utilisent, cependant, durant cette période, pour désigner une fausse rupture, et c'est dans ce sens que nous l'avons employé ici également.

57 AStJ, 1 DG, « Sœurs mortes à la congrégation » (s.d.). ACSV, Registre « Défections ».

58 AStJ, 1 DG, lettre à la Supérieure générale (1903).

59 Tous ces exemples sont tirés de ACSV, dossier « Expulsion des religieux de France, 1902-08 : Religieux dispensés de vœux, 1903-04 ».

60 AStJ, G 5, « Séance du 6 décembre » (1902) ; « Séance du 19 avril » (1903).

61 AStJ, 2 G 8, « Révérende Mère Henri-Xavier 1845-1926) », (99 ; 1 D D, « Rapports triennaux envoyés à Rome » (1907).

62 Lanfrey, 55-56.

63 ACSV, Dossier « Expulsion des religieux de France, 1902-1908 : Religieux sécularisés non dispensés de leurs vœux » (1903).

64 AStJ, 7 Q 18, le curé de Saint-Aubin à la Supérieure générale (1903).

65 Cette demande reflétait également l'étendue de la confusion engendrée par les lois. AFM-Rome, 603.073 01, St-Julien-Molins-Molette, le curé Nivin au Frère Stratonique (1903).

66 AFEC-Rome, ED 228, « Registre du 31e Chapitre général » (1905). Georges Rigault, Le temps de la "sécularisation" (1904-1914) (Rome, 1991-92), vol. 1, 211-14.

67 Rigualt, vol. 2, Notes et réflexions, 20. AFEC-Rome, ED 228, « Registre du 31e Chapitre général » (1905).

68 AFM-Rome, 420.2, no 47 Lyon, le Cardinal Coullié au Supérieur général (1903). Ce manque de directives épiscopales est également vrai pour Bordeaux, Marseille, Paris, et Toulouse. Ce n'est que dans l'Ouest, le Nord et le Sud-Est que les évêques prennent une position nette sur ce problème. Lanfrey, 47, 123, 233.

69 Rigault, vol. 1, 37, 173.

70 AFEC, DD 284, « Note en réponse aux lettres présentées à la Sacrée Congrégation des Religieux » (1913).

71 ADR, 3 U 240, « Petits Frères de Marie : Documents saisis par le parquet de Saint-Amand » (1903). AN, F19 6272, Préfecture de la Loire, « Extrait des Documents déposés aux archives » (1903).

72 AStJ, G 5, « Séance du 19 avril » (1903). ASMR, 3 F 1, « Rapport » (s. d.).

73 Rigault, vol. 1, 213.

74 AStJ, « Séance du 12 avril » (1907). AStJ, 1 D A, la Supérieure générale au Pape (1905 ; 1907 ; 1908 ; 1911). AStJ, 1 D D, Rapports triennaux envoyés à Rome (1907).

75 ACSV, Registre « Discrétoire général », vol. 4, no 81, 28 décembre 1904. AFM-Rome, 331, Chapitre général, séance du matin, 22 octobre 1907. Rigault, 213 ; AStJ, 6 5, « Séance du 11 mai » (1905) ; ASMR, 3 F 1, « Rapport » (s. d.).

76 Statistiques relevées, à partir des registres du personnel, par le Frère Régis Arnaud, archiviste des Frères des Écoles Chrétiennes, Lyon. Pour les Frères Maristes, voir Lanfrey, 62-63, et pour les Sœurs de Saint-Joseph, AStJ, 1 D D, « Rapports triennaux à Rome » (1912).

77 ACSV, Registre « Chapitre : 1845-1905 », Séance du soir 11 août 1905.

78 AFEC-Rome, NC 269 (7), le Secrétaire général au Ministère de la Justice et des Cultes (1909). ADL, T 1544, l'Inspecteur primaire, arrondissement de Montbrison à l'Inspecteur d'Académie de Lyon (1904).

79 ASMR, 6 G 1, lettre non-signée à « Monseigneur » (s. d., vers 1912) ; 3 F 1, « Rapport » (s.d.).

80 AStJ, 1 D D, « Rapports triennaux envoyés à Rome » (1903) ; 15 G 9, Petits agendas des Secrétaires générales, faits journaliers de 1897 à 1924 (1904). AStJ, 7 K 1, Ordonnance Noviciat St-Joseph (s.d.).

81 Recueil des Lettres-Circulaires adressées aux Religieuses de Saint-Charles de Lyon (Lyon, 1931), 231.

82 AFEC-Rome, NC 269 (7), le Secrétaire général au Ministère de la Justice et des Cultes (1909).

83 De tels manuels comprenaient : J. Brelliaz (abbé), Les conditions de la sécularisation : Conseils pratiques aux religieux et religieuses enseignants qui se sécularisent et aux propriétaires d'écoles qui les emploient (Saint-Maixent, 2e éd., 1903) ; abbé Devoucoux, La religieuse dans le monde (Abbeville, 1904) ; Henry Taudière, Conditions requises pour la validité des sécularisations (Paris, 1904) ; Conseils pratiques pour faciliter le maintien et le développement des écoles primaires libres dans l'état actuel de la législation et de la jurisprudence (Paris, 2e éd., 1904). Différents diocèses et Comités de Défense catholique distribuèrent aussi des instructions et des brochures.

84 Brelliaz, 5, 7.

85 Taudière, Conditions requises, 11-12 ; ADR, 3 U 111 Parquet, « Gazette des tribunaux » (1905).

86 ADR, 3 Ud 2, « Interrogatoire de Chapot » (1904) ; dossier de Bastin, Marguerite (1905).

87 Exemples tirés des interrogatoires dans ADR, 3 Ud 2-4, Rouvier, Cornet, Bardin, Neyret, Tardy (1905-7).

88 ADL, V 509, l'Inspecteur primaire, arrondissement de Montbrison à l'Inspecteur d'Académie de Lyon 1906). (ADR, 3 U 240, « Tribunal civil de Villefranche » (1905).

89 AN, F 19 6272, liste manuscrite de « cas qui annulèrent la sécularisation » (1903-04).

90 ADR, 3 U 240, « Parquet du Procureur de la République de Lyon, no 7107 » (1905).

91 Lanfrey, 84.

92 ADL, T 228, « Avis aux Parents de mes élèves » (1903) ; l'Instituteur de Chazelles-sur-Lyon à l'Inspecteur Primaire (1903).

93 ADR, 3 U 240, « Parquet du Procureur de la République de Lyon, no 8873 » (1905).

94 ADR, 3 U 111 Parquet, « Note » (1927). ADL, V 555, l'Instituteur de Planfoy au Préfet (1904).

95 ADL, V 528, Pierre Puillac, instituteur à Saint-Romain-en-Jarez au Préfet (1903).

96 ADL, V 511, Commissaire central de Police : Rapport (1903). ASteF, non-classé, « État général de la Congrégation de la Sainte-Famille de Lyon » (1903). Les Frères du Sacré-Cœur : Historique de l'Institut, 1821-1956 (Rome, 1956), 141.

97 AFEC-Rome, NC 292 (1), « Personnel complet des diverses écoles des sécularisés, District de Lyon » (1908-09) ; NC 667 (3), « Maison de la Guillotière, Lyon » (1911).

98 AStJ, G 5, « Séance du 2 janvier » (1905). AStJ, 7 Q 18, le Curé de Saint-Joseph-en-Beaujolais à la Supérieure générale (1903).

99 ADL, V 556, deux résidents de La Valla au Ministre de l'Intérieur (1907) ; l'Inspecteur d'Académie de la Loire au Préfet (1907).

100 ADL, V 509, « Relevé des infractions aux lois des 1er juillet 1901, 4 décembre 1902 et 7 juillet 1904 » (1906). Lanfrey, 82-83. AN, F 7 12405, « État des poursuites exercées par le Parquet de Lyon contre des Établissements congréganistes depuis les lois des 1er juillet 1901 ; 4 décembre 1902 et 7 juillet 1904 jusqu'à la loi d'amnistie du 12 juillet 1906. » AN, F 7 12405, Circulaire, Ministère de l'Intérieur aux préfets (Août 1906).

101 Les dossiers dans ADR, 3 U 240, montrent que de nombreuses enquêtes de police sont abandonnées.

102 Lanfrey, 77. AFM-Rome, 33e Chapitre général, « Séance du matin, 22 octobre 1907 ».

103 Rigault, vol. 1, 149, 226.

104 ACSV, Registre, « Chapitre 1845-1905 : Rapport du T.R.P. Supérieur Général sur la situation morale et temporelle de l'Institut » (1905).

105 Les trois exemples sont tirés de ACSV, Dossier « Expulsion des religieux de France, 1902-1908 : Religieux dispensés des vœux, 1903-4-5 ».

106 Rigault, vol. 1, 211.

107 ACSV, Dossier « Expulsion des religieux de France, 1902-1908 : Religieux dispensés des vœux, 1903-1903-4-5 ».

108 AStJ, 1 DG, Lettres à la Supérieure générale (1906). ACSV, Dossier « Expulsion des religieux de France, 1902-1908 : Religieux dispensés des vœux, 1903-4-5 ». ADR, 3 Ud 4, « Interrogatoire de Suscillon, Maurice » (1907)

109 ASMR, 3 F 1, « Notice sur les expulsions » (s.d.).

110 AFEC, DD 284, « Reliquat demandé aux Frères sécularisés » (s.d.).

111 AFEC-Rome, ED 228, « Registre du 31e Chapitre général » (1905).

112 AFM-Rome, 420/2, no 55, 56 Lyon, le Cardinal Coullié au Supérieur général (1910, 1911).

113 Rigault, vol. 237.

114 AN, F 19 12499, « Frères des Écoles Chrétiennes : Fermetures et Réouvertures, Situation au 31 décembre 1905 ». Robert-Raymond Tronchot, La liquidation des biens de la Congrégation des Frères des Écoles Chrétiennes (Rome, 1992), vol. 3 de Les Temps de la « sécularisation » (1904-1914), 21.

115 AFM-Rome, 50.1, dossier no 723, « Mémoire sur l'association religieuse des Petits Frères de Marie dits Frères Maristes, 1902 » ; « Statistique générale de l'Institut des Petits Frères de Marie au 1er janvier 1908 ». FSC, Historique, 142. ASMR, 3 F 1, « État de la Congrégation en 1902 » ; 3 F 2, « Liste des écoles sécularisées après 1901 » (s.d.).

116 AStJ, 7 Q 18, « État de la Congrégation après les fermetures, 1907 ».

117 AN, F 17 12495, « Statistique au 12 octobre 1903 des écoles primaires privées congréganistes fermées et rouvertes par des maîtres laïques ou sécularisés » (1903) ; F 17 12499, « État des réouvertures des écoles de filles, 1904-1905 ».

118 ADL, V 525, « Statistique au 31 décembre 1904 » (1905).

119 Lanfrey, 84. Malheureusement nous ne savons pas combien d'élèves y étaient encore inscrits. L'inspection diocésaine rapporte en janvier 1903 qu'après les fermetures de 1902, les écoles congréganistes encore ouvertes connaissaient une augmentation du nombre d'élèves. DEL, inspection, « Séance du jeudi 15 janvier 1903 ». Selon Dansette, 635, l'effectif des écoles catholiques en France tombe de 1,6 million à 1 million, entre 1901 et 1902.

120 ADR, V versement 1962 29, le Préfet à Monsieur le Président du Conseil, Ministère de l'Intérieur 1907).

121 Gabriel le Bras, L'église et le village (Paris, 1976), 151.

122 Le gouvernement de Vichy abolit également l'article 14 de la loi de 1901 qui interdisait aux congrégations non-autorisées d'enseigner, mais il ne supprime pas le concept d'autorisation, ce qui provoque une situation légale complexe durant la période de Vichy. Pour plus de détails, voir Atkin, 159-165.

123 Sur la Séparation à Lyon, voir Guy Laperrière, La « Séparation » à Lyon (1904-1908) : Étude d'opinion publique (Lyon, 1973).

124 AAL, I. 89, « 23e assemblée des curés de Lyon » (1905).

125 AAL, Circulaires, Cardinal Coullié : Enseignement libre (1904-05).

126 Lanfrey, 655.

127 Lanfrey, 37.

128 AN, F 19 2533, « Lettre de S.E. le Cardinal Archevêque de Lyon à son clergé à l'occasion de l'ouverture des Catéchismes » (1903).

129 AAL, Cardinal Coullié : Enseignement libre, le Bureau du conseil d'administration de l'Union des Associations scolaires de la région lyonnaise au Cardinal Coullié (s.d., vers 1905).

130 Lanfrey, 415. Il est important de se rappeler, toutefois, que les congrégations religieuses accroissent, dans la mesure de leurs possibilités, leur rôle dans l'éducation des jeunes appartenant à d'autres groupes d'âge, au cours de cette période. De nombreux groupes de jeunes catholiques, par exemple, sont probablement dirigés par des sœurs, avec ou sans l'habit religieux. Pour répondre aux besoins des catéchismes paroissiaux, les Frères des Écoles Chrétiennes publient en 1907 un guide de catéchisme.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.